Scientologie fait effectuer une descente chez des particuliers, au moyen d'une dénonciation calomnieuse (septembre 2002)


Voici ce que Zenon a fait savoir ce 12 septembre 2002 sur alt.religion.scientology:

Voici une demi-heure, une équipe d'enquèteurs pour violations de copyrights et d'experts informatique, quatre en tout, est ressortie de chez Karin Spaink après avoir exécuté leur dernière descente contre moi, et la première contre Karin. Ils étaient arrivés chez nous deux heures et demie plus tôt en compagnie de deux policiers, avec une autorisation de perquisition signée du Procureur.

Motif: les plaintes répétées et persistantes de la scientologie, qui prétend que nous semons à tout vent les matérieux OT, NOTs et dieu sait quoi. La preuve selon eux? http://search.freewinds.nl/skriptures.html. Unepage web qui dit: "vous ne trouverez ici aucun matériau OT ou NOTs... drôle de preuve que nous expédions ces documents! Si vous ne saisissez pas la logique de l'affaire, c'est que vous n'avez pas été scientologue pendant assez longtemps, et qu'il vous faudra passer plus de temps et bosser plus dur sur le "Pont vers la Liberté Totale".

Enfin... nous avions le choix entre coopérer ou pas. Si nous coopérions, on se retrouvait soumis à une invasion de notre vie privée, mais tout était réglé directement pour les deux parties. Si nous refusions de coopérer, ils partaient les mains vides (avec des disques durs cryptés... on peut s'y attendre!)., mais nous nous retrouvions sans ordinateur pour une période d'un an peut-être. Nous avons décidé de coopérer et avons donné accès aux machines, en nous mettant d'accord qu'ils ne mettraient pas le nez dans ce qui, selon eux, ne ressemblait pas à ce qu'ils venaient chercher.

Bon. Ils n'ont rien trouvé. Il n'y avait rien à truver. On a bien sûr nos proprers copies de NOTs et OTs, mais cela fait partie des preuves de nos procès respectifs et plusieurs tribunaux ont déjà admis que, bien qu'on ne doive pas les repandre, on peut les posséder. Ces copies ne comptent donc pas.

Afin que la recherche soit achevée et d'éviter d'avoir à y revenir ensuite, j'ai offert à l'équipe d'enquète de faire aussi leur recherche via le moteur de serveur webl www.freewinds; ils ont accepté volontiers et sont arrivés au mêm résultat: rien d'illégal ici non plus. Le résultat? J'ai désormais une déclaration officielle, des autorités indiquant qu'il n'y a rien d'illégal sur le serveur, dont je pourrai me servir lorsque la scientologie se plaint auprès des sociétés de noms de domaines ou des moeturs de recherche, ou des fournisseurs liés au même serveur.
Nous réfléchissons à une revanche face au harcèlement subi en raison de cette descente. Quelques manifestations peut-être, bien organisées et plus spectaculaires que les précédentes que nous avions faites, nous semblent convenir. Merci de nous communiquer des idées si vous en avez...


commentaires du webmaster:

 La secte criminelle vient une fois de plus de faire une dénonciation calomnieuse contre deux des plus célèbres critiques européens, Karin Spaink et Zenon Panoussis.

Sous prétexte de rechercher des **violations éventuelles** de copyrights sur les niveaux qu'elle nomme "niveaux avancés", qui représentent la partie la plus frauduleuse de toute la sci-fi scientologue (voir ici: www.antisectes.net/xemu.htm), la secte criminelle a fait intervenir quatre spécialistes informatique mandés par la Justice hollandaise au domicile de Karin Spaink (écrivain) et de Zenon Panoussis, (défenseur acharné des droits de l'homme).

Zenon Panoussis avait été condamné pour violation des droits d'auteur de la secte en Suède, en dépit d'une victoire définitive en Cour Suprème Administrative de Suède. Il avait réussi à faire exposer **légalement** les secrets que la secte nomme le paquet de "'NOTs" (exemple ici: Nots1htm), au Parlement suédois. La secte a trouvé un autre moyen de le faire taire. Ces abrutis ont même expédié chaque jour deux scientologues au Parlement, pendant plus d'un an, avec pour seule mission de s'asseoir sur les documents "secrets" qui y étaient exposés, pour que personne ne puisse les lire. A l'époque, on pouvait encore commander une copie de ces documents au service documentation du Parlement suédois.

Karin et lui-même, ainsi que leur excellent FAI "xs4all.nl" que la secte avait attaqué conjointement, ont aussi réussi à gagner un procès similaire n Hollande. Mais la secte n'a pas épuisé ses derniers recours, et continue à essayer, ce procès est en appel.

==

Rappel: la secte n'a pas réussi jusque là à convaincre un juge français ou suisse que je violais ses copyrights, ou n'a pas réussi à trouver un seul avocat français ou suisse qui veuille bien s'occuper de m'attaquer pour violations de copyrights. Je n'ai d'ailleurs jamais violé ses droits d'auteur... me contentant de citer ici et là des pièces traduites.

Pourtant, elle continue son petit jeu, parfois de façon illégale, en violant ma correspondance privée depuis 1997, (en faisant annuler des messages que j'expédie sur des forums avec des citations de certains matériaux sulfureux, comme celui-ci):

www.antisectes.net/doulsexe.htm

Davantage sur les tentatives honteuses de la secte de détruire l'internet et de nous réduire au silence:

www.antisectes.net/index-int.htm




Retour sous index correspondant à ce type de texte : la guerre scientologie contre Internet

Retour Webpage