sur site web , copie de l'article américain d'origine, : http://www.lermanet.com/latimes/la90-6c.html

L'Histoire de la Scientologie (Série d'articles parus dans le Los Angeles Times)
par Joel Sappell and Robert W. Welkos


section 6: ATTAQUER L'ATTAQUANT

Un avocat apprend ce qu'il en coûte de combattre la scientologie




L'Histoire de la Scientologie (Série d'articles parus dans le Los Angeles Times)
par Joel Sappell and Robert W. Welkos

section 6: ATTAQUER L'ATTAQUANT

Un avocat apprend ce qu'il en coûte de combattre la scientologie



Maître Joseph Yanny représenta le mouvement jusqu'au moment où ils se séparèrent. Il explique que maintenant, un harcèlement continu et des litiges indiquent qu'il serait devenu "leur ennemi public numéro Un" (, 29 Juin 1990, page A49:1)

L'avocat Jo Yanny de LA. conduisait sa voiture à l'aube en 1988 dans la campagne d'Ohio, lorsqu'il en fut extrait par la police qui avait reçu un message disant qu'il avait une cache de cocaïne et d'armes dans sa voiture.

Une personne avait appelé les autorités d'Ohio en leur donnant le nom, la description de la voiture et le N° de permis, la route par laquelle il se rendait chez sa soeur après avoir assisté au concert d'un de ses clients, le "Grateful Dead".

Yanny fut immobiolisé, sa voiture fouillée, on ne trouva ni drogue ni armes, et la police le relâcha.

La police conclut ensuite que le mouchard avait donné un faux nom, ce qui les conduisit à présumer qu'on avait cherché lui monter un sale coup.

Et Yanny, bien qu'il ne puisse le prouver, est certain de l'origine: son ex-client, la scientologie.

"Il est vraisemblable que je sois leur ennemi n° 1", avoue-t'il avec une certaine fierté.

Me Yanny et la scientologie sont désormais en plein procès acerbe. Leur dispute illustre comment les batailles contre la scientologie dégénrèrent souvent en méchantes guerres de vengeance et d'endurance.



--------------------------------------------------------------------------------


Yanny a travaillé pour la scientologie de 1983 à 1987, encaissant selon ses estimations quelques 1,8 millions de dollars d'honoraires.

Son rôle essentiel consista à défendre le point de vue scientologie dans un procès contre un ancien patron scientologue, accusé par l'église de conspirer pour voler les enseignements secrets de l'église. Yanny remporta la victoire lors d'une audition précédant le procès. [note du traducteur: la secte fut finalement perdante et dut verser 2,5 millions de dollars à cet ex-patron scientologue, le bras droit d'Hubbard à l'époque, David Mayo; celui-ci est d'ailleurs le véritable auteur d'une grande partie des derniers cours et procédés de la sciento - même s'ils sont signés d'Hubbard]

C'est alors que Yanny et la scientologie se séparèrent. Il explique avoir coupé les ponts en raison des tactiques qu'utilise le groupe contre ses critiques. La scientologie prétend l'avoir viré parce que ses "performances ne convenaient pas". Ils le qualifient de "démagogue anti-église".

Les avocats scientologues portèrent plainte contre Yanny, l'accusant de perversion et allégant des violations de l'éthique professionnelle. Ils prétendent qu'il aurait transmis des informations confidentielles sur d'anciens membres scientologues en litige avec la scientologie. Il nie.

Ils l'accusent aussi d'avoir présenté des factures "extrèmement éxagérées", d'avoir travaillé sous l'emprise de drogues --affirmations qu'ils abandonnèrent ensuite.

Depuis le début de la mésentente, Yanny et ses amis disent avoir été l'objet de harrassement.

Il explique que son cabinet de Century City a été cambriolé quatre fois et que des docuemnts liés à la scientologie ont disparu, il dit avoir été espionné par une personne infiltrée par l'église comme secrétaire dans son cabinet, et ajoute que des détectives privés ont fait le pied de grue devant sa résidence de Hermosa Beach, s'esquivant quand il en est parti.

Jon J. Gaw, détective privé de la région de Riverside (Californie) qui s'est occupé de plusieurs recherches liées à la scientologie au cours des années passées, a expliqué lors d'une déposition (en justice) s'être servi de sept à huit enquèteurs pour surveiller Yanny, entre juin 1988 et mars 1989. Deux d'entre eux avaient pris une location dans une rue voisine de Yanny, explique M. Gaw, et suivaient Yanny dès qu'il mettait les pieds dehors.

Gaw a ajouté avoir appris que des détectives d'une autre agence louée par la scientologie avaient espionné Yanny à la même période. Cette seconde agence se servait d'une femme afin qu'elle habite à la porte d'à côté de l'avocat.

Lors d'une déposition, cette femme, Michelle Washburn, a expliqué avoir été engagée par Al Bei, ex-policier de Los Angelès ayant déjà travaillé sur des affaires liées à la scientologie.

Elle expliqua que Bei lui demandait de prendre note des va-et-vient de Yanny. Elle photographiait aussi tous les gens rendant visite à Yanny. Elle a dit avoir communiqué les photos et les notes à Bei, qui a refusé d'en parler.

A Bellaire, Ohio, la police qui avait fouillé la voiture de Maître Yanny pour chercher drogues et armes, découvrit plus tard que des enquèteurs privés venant d'autres Etats, dans quatre véhicules différents, suivaient l'avocat.

Le capitaine de police Robert Wallace a indiqué que l'un des détectives avait tenté de tromper la police lors de l'interrogatoire, en prétendant être sur place pour fournir une assignation à un habitant de la ville voisine.

Puis le détective avoua au Capitaine de Police avoir été engagé pour suivre Yanny, par le puissant cabinet d'avocats Williams & Connelly, de Washington, D.C, (avocat défendant des affaires scientologiques qui refusa de répondre quand on le questionna). Dans un rapport de fin 1988, il explique cependant n'avoir pas su l'histoire.



--------------------------------------------------------------------------------


Yanny, de son côté, poursuit une tactique qui rappellerait le "pas de quartier, pas de prisonniers" de l'église scientologue.

Lui et ses alliés anti-scientologie ont soumis des déclarations sous serment au tribunal, discréditant l'église.

Début 1990, un juge de la Cour supérieure de Los Angelès admit que Yanny n'avait pas présenté des factures exagérées et lui accorda 154000 dollars de dommages et intérêts. Le juge est en train de décider ces temps-ci si l'on devrait autoriser Yanny à aider des personnes lors de leur litige contre son ancienne cliente, l'église de scientologie.

Yanny explique avoir accepté d'être l'un des avocats pour la scientologie car il croyait que les tribunaux ne donnaient pas sa chance à cette église controversée .

"Puis vint le moment où je me suis vivement rendu compte que la scientologie avait sa chance aux tribunaux, mais qu'elle refusait que qui que ce soit d'autre ait la même."




--------------------------------------------------------------------------------


PHOTO: l'avocat de LA Joseph Yanny and, à gauche, sa résidence de Hermosa Beach. Un appartement du bâtiment à droite était loué par une femme engagée par des enquèteurs privés pour surveiller les activités du critique Yanny. La photo de droite a été prise par des détectives cherchant à prouver que Yanny était lié à un détracteur de l'église et ancien scientologue.

PHOTOGRAPHE: LARRY DAVIS / Los Angeles Times

Copyright (c) 1990 Times Mirror Company
Permission de reproduction: demander au (800) LATIMES, ext. 74564.

cf aussi