LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

 une secte assassine réémerge au Canada (Nation de Yaweh, nation of Yahweh, Yaweh ben Yahweh)

Miami  http://www.miami.com/herald/content/news/local/dade/digdocs/107364.htm

les adeptes de Yahweh (Followers of Yahweh) réémergent au Canada

les adeptes de Yahweh (Followers of Yahweh) réémergent au Canada

Miami Herald, Published Monday, 15 octobre, 2001

MONTREAL -- La Nation de Yahweh avait une importante célébration à fèter lorsque ses membres se réunirent à Montréal, leur "nouvelle Terre Promise", la semaine passée.

En effet, leur chef Yahweh Ben Yahweh venait de sortir de prison où il avait passé 10 ans, en raison de sa participation à 14 meurtres à Miami, dans les années 80. Ils sont de nouveau réunis et sortent au grand jour, alors que leur nombre croît.

La question demeure: le message reste-t'il le même?

Dans les années 80, le mieux qu'il savaient faire, c'était de faire penser aux noirs qu'ils avaient un pouvoir. Le pire, c'était de laver le cerveau des Yahwehs, au point qu'ils hurlaient qu'ils "mourraient pour Yahweh... tueraient pour Yahweh".

Puis ils le faisaient.

Il y avait quelques 600 Yahwehs à leur conférence de Montréal de la semaine passée; dans leurs robes et rubans spécifiques, mais pas de promesse de tuer ou de mourir pour Yahweh.

Et pourtant, plus que jamais, la plupart d'entre les Yahwehs se ressentent comme une nation de croyants en guerre avec les non-croyants, l'ancien message de fierté du groupe revenait, et allait vers "Le grand maître de Tous, le Dieu de l'Univers, Le Grand Potentat, l'infini Père et Messie Persécuté". Le nouveau message est aussi plus cocardier, plus strident encore, et comprend un "serment d'allégeance" à Yahweh Ben Yahweh.

Ce qui diffère maintenant, c'est que les USA ne sont pas seulement une société corrompue à leurs yeux, mais une nation que les yahwehs sont prèts à conquérir. Nous sommes devenus les Infidèles, explique l'ex-procureur fédéral de l'affaire, Richard Scruggs.

Pourtant, Wendelyn Rush, membre de la société de Yahweh, avocate, informe qu'il faut éviter de diaboliser la mission. "Ce n'est pas une guerre violente, mais une guerre des mots, a-t'elle dit lors d'une audition fédérale réunie en Août pour décider des restrictions de parole destinées à Yahweh Ben Yahweh..

PRESQUE INVISIBLE

Les Yahwehs sont devenus presque invisibles à Miami au cours de la dernière décennie. Mais durant leur jours de gloire des années 80, ils transformaient des bidonvilles et des quartiers toxicomanes en champions bien repeints de productivité. En 89, ils avaient des temples dans la majeure partie des grandes villes américaines, quelques 50 millions de dollars de biens, et les chefs politiques de Miami les admiraient.

Mais vers la fin des années 80, la police commença à suivre l'historique de cadavres de noirs qui dénonçaient la religion, et aboutit alors au Temple de Yahweh et aux enseignements du leader. En 93, l'empire était en faillite, les membres dispersés, le gourou et six de ses lieutenants étant condamnés à la prison fédérale pour conspiration de meurtres en série.

Au procès de Yahweh Ben Yahweh en 1992, le procureur fédéral fit observer que le leader avait passé du niveau d'enfant des quartiers pauvres d'Oklahoma à celui de personnel volant de l'AIR Force, puis à chef religieux musulman, puis évangéliste radio chrétien, pour finalement se déclarer prophète au coeur de la religion qu'il fonda, expliquant qu'il était le fils de Dieu.

"Il vous a fallu un moment pour y parvenir, non? avait demandé Scruggs.

A quoi Yahweh Ben Yahweh repliqua: "le temps m'a révélé certains éléments".

Pendant la "Fête du Tabernacle" de Montréal, qui se déroula dans une salle de bal du Hilton, il était resté chez lui à Miami, où il a un quatre pièces sur un lac, à cause des restrictions de déplacements (aussi longtemps qu'il est libéré sur parole). Sa marque était néanmoins bien présente durant la semaine, divisée de séances de huit heures.

Au commencement d'une des séances, une adepte agée annonça: "Je viens de parler au téléphone avec Yahweh Ben Yahweh, et il vous bénit tous".

"Gloire à Yahweh", répondirent des centaines de voix à l'unisson, en réponse à l'annonce.

On découvrait en réalité plusieurs réminiscences des jours anciens: les séances commençaient comme aux temps glorieux de Miami, avec les soldats de Yahweh - des gars mesurant plus d'un mètre quatre vingt dix, qui fouillaient tous les participants pour prendre les appareils de photo, les magnétophones et les armes. (mais on entendait ce qui se passait depuis les salles publiques voisines)

Puis les anciens parlaient de la Grandeur du Dieu Yahweh Ben Yahweh. "Il contrôle la nature", dit l'un d'eux. "Il contrôle nos âmes; il contrôle le dix-millième de la longueur d'un cheveu, quelque chose que nul ne peut voir. Le Père des Etoiles a observé pour voir s'il existait un autre dieu, mais n'en a vu aucun."

Après les srmons des anciens, on écouta des bandes de Yahweh Ben Yahweh "J'ai du apprendre à dompter mes sensations imparfaites, disait-il; Vous ne sauriez faire çà; dans le temps, je n'avais pas du tout de sagesse, comme vous. Je ne pouvais pas même faire éclater une baudruche. J'avais une tête à la Batman, ou Robin des bois. Mais elle a dépassé celle de Salomon. Il m'a fallu vraiment devenir audacieux et dépasser la Terre... je suis le Dieu des tous les dieux, auto-proclamé, auto-ordonné, auto-ensiegné, le Roi de tout moi. Yahweh est Dieu!"

LES SERMONS

L'éditeur du Herald, Joe Oglesby, était présent lors des sermons de Yahweh dans les années 80. Il a écrit à ce sujet, et noté les différences d'avec ceux d'aujourd'hui. "Il y a longtemps, on ne percevait pas autant cette auto-glorification de Yahweh et de sa Grandeur, car le message de base était musulman, il portait sur le besoin de s'élever, de s'améliorer, de ce que cela signifiait qu'être noir, dit Oglesby. Les anciens sermons offraient plus d'espoir, moins de vanité.

Après les sermons enregistrés de Montréal, auxquels les adeptes avaient assisté trois fois l'an passé, il y eut des quètes. Les sollicitations sont bien plus courantes qu'avant, car les Yahwehs gagnaient alors leur chiffre d'affaires en travaillant bénévolement dans les entreprises de Yahweh. Aujourd'hui, tout dépend des donations. Le total des chambres louées à l'hotel approche 200000 dollars canadiens (environ 850000 F)

S'il vous plaît, levez les mains s'il vous faut une enveloppe, répétait un ancien toutes les quelques heures. "Si vous avez un bol de soupe, puis-je en avoir la moitié?"

La réponse venait à l'unisson: "Si j'ai un bol de soupe, tu peux en avoir la moitié!"

Puis les adorateurs, moitié homme moitié femmes, faisaient passer les chèques et les billets dans les enveloppes, pendant qu'on faisait jouer du jazz. Des lyriques typiques: "Chute de Babylone - Satan, on va démolir ton royaume, Yahweh, on va construire ton Royaume!"

Le MESSIE PERSECUTE

Le théme récurrent des Royaumes des Yahwehs en guerre avec les USA a transpiré lors des séances de Montréal. On appela Yahweh Ben Yahweh le "Messie persécuté", qui "était injustement crucifié sur le croix du meurtre juridique et jeté dans la prison la plus infernale de la Terre".

At one meeting, a Yahweh elder told the Montreal congregation, made up of
Yahwehs from all over the United States, but mostly California and Florida,
that the Sept. 11 disasters were ``retribution for the unjust persecution of
the great God Yahweh Ben Yahweh.''

In support, a Yahweh went to the ballroom microphone and gave a testimonial:
"The night of Sept. 10, I dreamed that two huge fireballs went from the
Earth up into the clouds and Yahweh Ben Yahweh appeared in the clouds, in
white robes with his hands out and caught them,'' he said. "It was his way
of warning that the evil ways of America would cause the planes to hit the
twin towers.''

Yahwehs were continually exhorted by elders: "The battle belongs to U-Hay
Wa-Hay [their Hebrew pronunciation for "Yahweh'']. Fight in the name of the
living God, U-Hay Wa-Hay!''

Followers recited, "I pledge allegiance to Yahweh.'' They sang, "Mine eyes
have seen the glory of the great Yahweh.'' They referred to the U.S.
government as "the government du jour'' saying, "Yahweh has it on his
shoulders, and the laws of Yahweh are forever.''

A quiet debate on whether Yahwehs should cast themselves as warriors ready
to do battle took place among elders between meetings. A female elder who
called Yahweh "my father'' told a male elder: "My father wants us to love
all the children the sun shines on. His joy is our peace.''

The male elder replied: "But what about the deceivers? He does not want us
to support those who are false. This is what he told me: We must get rid of
the deceivers.''

In the middle of every ballroom session, dozens of children in the room
lined up and chanted: "He is the God, the Mighty God, the Chosen One, the
Perfect One.''

After their recitations, the children gave testimonials. A 14-year-old girl
stepped to the stage and said: "I do not believe in the goodness of Martin
Luther King [whom Yahweh used to call "that dead-dog preacher'']. I believe
in the goodness of Yahweh Ben Yahweh.''

The adults applauded and cheered wildly.

At least one Yahweh who had gone to prison for participating in the murders
was there. And repeated thanks for organizing the festival was given to
"Sister Judith,'' the former Linda Gaines who was second only to Yahweh Ben
Yahweh in the religion's hierarchy and who also went to prison for her part
in the murders.

Yahweh adults gave repeated testimonials about leaving the sect and
returning because ``it is the only true religion,'' and testimonials about
finding true peace, away from substance abuse and their biological families,
with Yahweh.

'MY FAMILY'

A grandmother said: "My children and grandchildren begged me not to dedicate
myself to Yahweh, but I told them that he is my family and they are not. And
here I am.''

Repeatedly, Yahwehs sang a gospel-like song with these words: "Clap your
hands for the power of U-Hay Wa-Hay. It's a brand new day, a brand new
mind.''

Near the end of the week-long festival of praise and dedication to Yahweh
Ben Yahweh a young man summarized the rise, fall and re-emergence of the
Nation of Yahweh. He spoke of coming to Miami from Jacksonville in 1993 as a
teenager to see "the Kingdom, firsthand.''

"But by then the Temple was shut down. So were the stores and hotels. And I
had to write Yahweh Ben Yahweh in prison,'' he said.

The result: "The King sent me a message from prison telling me to keep
studying and believing in him, and the Kingdom would some day be restored.''


"I believe that day has finally come,'' the young man joyfully concluded.

Retour sous index correspondant à ce type de texte :

Retour Webpage

Recherche? MAIL