LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Victime d'un collectif pro-sectes, l'hôtelier lillois raconte
"J'ai été complètement abusé"

VOIX DU NORD 27/04/00

SOCIETE

"Si j'avais su, jamais je n'aurais loué." Abusé, Michel Eloot, gérant de l'hôtel Climat de France de Lille, l'a incontestablement été. Désabusé, il l'est aujourd'hui. Lorsque le 3 avril dernier, un homme s'est présenté pour réserver une salle -pour le mardi 18 avril- jamais il n'aurait pu imaginer que des sectes allaient s'y réunir. "Si je l'avais su la veille ou le matin-même, ça ne se serait pas fait", assure Michel Eloot, qui a repris l'hôtel il y a 3 mois.

Mais ce mardi-là, à 16h30, quand Charline Delporte, présidente de l'ADFI (Association pour la défense de la famille et de l'individu) de Lille, alerte l'hôtelier, la Commission d'enquête permanente sur les violations des droits de l'homme en France avait entamé son pseudo-tribunal. Dans la salle, rappelons-le (La Voix du 23 avril), certains arboraient une étoile jaune sur laquelle était inscrit: "Membre d'une secte". D'autres portaient un badge "I love Raël". Les intentions étaient claires: défendre les sectes contre ceux qui les attaquent, ADFI et mission interministérielle de lutte contre les sectes (MILS).

La méthode utilisée par l'Omnium des Libertés pour la réservation de la salle met en lumière le travail souterrain des mouvements sectaires. "On n'a eu aucune information sur le séminaire, précise Michel Eloot. Ils ont payé immédiatement afin de conclure le contrat." Dans ces conditions, difficile de le rompre. "C'est une démarche connue, insiste Charline Delporte. Une fois le contrat conclu, l'hôtelier peut difficilement faire marche arrière. Dans le cas contraire, les sectes lui intenteraient un procès. Ca s'est vu"

Ici, M. Eloot a été prévenu trop tard. Néanmoins, l'appel de Charline Delporte a été l'occasion pour Joël Labruyère, président de l'Omnium, d'accentuer la pression. "Il voulait porter plainte pour harcèlement, raconte encore le gérant. Il insistait pour faire signer un papier à mon frère. Mais il ne l'a pas fait..." Le doute était dans les esprits.

J-M. R

back

Retour index général

Retour index textes courts