LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

"L'Archevêque" Ungerer et la Scientologie

De Robin Direkt
Rapport Nr. 2/2000

Note du traducteur: nous parlons ici d'Ungerer car il sert de réseau de confirmation de la soi-disant religiosité de la scientologie. Pour plus de détails, on le trouve dans la liste des signatires supposés experts en droits de l'homme, présentée dans diverses lettres ouvertes au Président de la république ou au Premier ministre.

De dangereux individus parmi nous.


Ungerer et la Scientologie se sont cherchés et se sont trouvés.


RELIGION. Dans le premier exemplaire "d'Impact" de l'année 2000, l'Archevêque Ungerer de l'Eglise Catholique Libre d'Allemagne [Frei Katolische Kische] a été dépeint comme un porte-parole dévoué à la nouvelle organisation de scientologie à Hambourg.


Il est clair que son image a été exploitée afin de promouvoir la Scientologie dans sa littérature. Les scientologues lisant cet exemplaire "d'Impact" peuvent s'interroger sur l'identité réelle de cet archevêque.


Cet article conforte les déclarations d'Hubbard: "Des gens de toutes les dénominations majeures sont membres de la Scientologie, y compris nombre de prêtres, évêques et autres membres ordonnés d'églises majeures..."


L'Archevêque Ungerer n'est certainement pas membre de la Scientologie. Mais il accepte le fait qu'on lui prête des idées favorables à la secte. Lorsqu'on lui a demandé, il a répondu qu'il avait des contacts depuis plus de dix ans avec Heber Jentzsch, encore directeur en scientologie aux US. Quand on lui a demandé s'il était vraiment conscient des fondements de la scientologie et sa position à ce sujet, il a répondu: "Savez-vous ce que les scientologues accomplissent?! C'est fantastique! Nous sommes loin derrière eux..."


Dans l'Eglise Catholique officielle, on est muet au sujet de l'Archevêque Ungerer. L'Eglise Catholique Libre de l'Archevêque Ungerer est véritablement une secte désormais, telle qu'elle est définie dans le dictionnaire. C'est un groupe qui s'est séparé de l'Eglise Catholique officielle. L'institution libre de cet évêque à Munich fut fondée par Johann Peter Meyer et elle est dirigée aujourd'hui par Karl-Heinz "Hilarius" Ungerer. "L'Eglise Catholique Libre" est une église catholique indépendante de Rome qui maintient une succession apostolique et a ordonné par conséquent de façon valable des évêques et des prêtres. Lorsqu'on s'est penché sur les fondements qui se cachaient derrière la personne de l'Archevêque Ungerer, on a trouvé quelques parallèles intéressants avec les procédures de fonctionnement des scientologues.


[ici la photo d'Ungerer au marathon de la Scientologie]


Karl-Heinz Ungerer est né le 15 septembre 1941 à Nuernberg. Il est allé à l'école agricole chez les Franciscains à Freystadt et a travaillé jusqu'en 1963 dans l'hôtellerie. Après cela il est entré dans une école d'infirmier à Munich jusqu'à ce qu'on l'ait brutalement licencié le 15 octobre 1965 par ordre expresse du maire.


D'après les documents des membres de "l'Eglise Catholique Orthodoxe", Ungerer est entré dans la communauté des Evêques Libres le 26 avril 1965.


Ungerer a déclaré à un prêtre, "On a dit pas mal de choses à mon sujet mais je n'ai été impliqué en fait que dans 40 pour cent d'entre elles. On essaie de répandre que j'ai eu des relations avec un garçon qui n'avait pas l'âge..."


Le 17 mai 1966, Ungerer fut expulsé de la communauté de l'église. La raison donnée était qu'il se prétendait prêtre mais qu'il n'avait jamais été ordonné par l'Eglise Catholique Orthodoxe. Ungerer avait dit à un étudiant qu'il était prêtre confesseur et, habillé comme un prêtre, il portait une croix et l'anneau d'évêque alors qu'il n'en avait pas l'autorisation. Il est allé si loin dans son invention qu'il a revêtu la robe des prêtres catholiques et a accompli des bénédictions dans les chambres de l'hôpital de Schwabingen. Il y a eu beaucoup de problèmes, en particulier avec les officiers de police d'état de Schwabach le 28 juin 1965 et de Kiefersfelden le 27 mai 1965.

Karl-Heinz Ungerer a continué à apparaître dans de nombreux documents de groupes dissidents de l'Eglise Catholique. En 1970 il avait une carte de visite où l'on pouvait lire "Monseigneur Hilarius Ungerer, Munich." Ungerer voulait absolument devenir prêtre et fut ordonné par Jean-Louis-Alphonse Damge. Le révérent Volz a mis l'église de l'Esprit Saint de Augsburg à leur disposition, dans laquelle Ungerer a été ordonné le 18 mars 1967. Présenter Ungerer dans la dernière publication scientologue d'Impact démontre que la Scientologie ne recule devant rien dans les moyens de propagande qu'elle emploie.


Seules les apparences extérieures comptent. Un habit d'évêque sert d'impact publicitaire. Les documents démontrent que Ungerer, exactement comme la Scientologie, a débuté sous une fausse bannière. Dès avril 1977, le "Merkur" de Munich écrivait:

"L'évêque s'est ordonné lui-même - Une secte obscure mène une campagne de publicité mensongère... Voici l'ancien chauffeur et infirmier Hilarious, évêque auto-proclamé".

Afin de comprendre les relations dans le mode opératoire d'Ungerer, on doit en fait étudier l'histoire de l'Eglise Catholique pour y trouver la trace d'Ungerer.


Dès 1970 Ungerer eut des problèmes quand il prit le risque d'aller trop loin dans sa "religiosité particulière".

Une interview avec Ungerer a été publiée dans le magazine homophile "Du und Ich" Nr. 2/1970:


"Evêque Ungerer, vous parlez de cas limites. J'imagine qu'il s'agit d'homosexuels qui désirent non seulement votre charité de prêtre, mais également être proches physiquement. Comment y réagissez-vous?"


"Je vais très loin, peut-être parfois trop loin, d'autant plus que je peux être tenu responsable en tant que prêtre et en tant qu'individu".


On n'a pas pu savoir si "l'Archevêque" Ungerer pensait que les concepts de la Scientologie convenaient pour qualifier l'homosexualité de "maladie". Par exemple, le docteur scientologue Ulrich Buehler, avocat à Munich, s'est vanté lors d'une réunion à Heidenheim en 1992, "Je peux guérir tout homosexuel en quelques heures d'audition!"

retour index textes apologistes

back

Retour index général

Retour index