LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

La scientologie menace les médias

NOTE DU TRADUCTEUR: ce texte n'est pas un "modèle" du genre, toutefois, son destinataire a eu le bon réflexe: communiquer le document dénonce les manoeuvres de la secte, et ce sont ceux qui sont traînés dans la boue qui font connaître le texte diffamatoire de la secte sur Internet.

J'ai ajouté quelques observations personnelles sur les mensonges précis de la secte [entre parenthèses carrées, en brun clair]

les menaces à la TV danoise, de suite? ici.


"Church of Scientology International
Office of Special Affairs


12 mai 1999

Mr. Jorgen Pedersen
Net Productions
Kalvebod Brugge 35-37
1519 Copenhagen V., Denmark

Fax No. 011-45-33-184461

Objet: votre programme de télévision prochain sur la scientologie

Cher Monsieur Pedersen,

J'ai beaucoup réfléchi à la conversation téléphonique que nous avons eue aujourd'hui au sujet de la prochaine émission prévue sur l'église de scientologie.

J'aimerais faire observer d'emblée que notre église a largement coopéré avec le personnel de production pour élaborer ce programme. Nos employés et paroissiens danois ont accepté des interviews et prises de vue de nos locaux, et cherché à répondre à chacune de vos questions.

Je comprends que ce programme puisse faire état de controverse et vous remercie du fait que l'église ait pu présenter du matériel afin de dépeindre l'église scientologie de manière équilibrée. Et j'espère que votre programme reflètera finalement cet équilibre. Nous ne cherchons pas à exercer un contrôle éditorial sur votre programme; votre intégrité journalistique mérite d'être respectée. Cependant, nous sommes informés quant à M. Jesse PRINCE [ancien très haut personnage ayant quitté la secte], et soulevons des objections quant au fait qu'il lui soit accordé la prééminence de votre programme télévisé, violant son obligation contractuelle.

En définitive, je n'entrevois aucunement le profit que pourrait avoir l'église à engager un Porte-Parole dans un débat avec avec Jesse Prince.

M. Prince a été exclu de toute position officielle dans l'église voici plus de dix ans, en raison de son incapacité à assurer ses devoirs de façon éthique et honnète. [mensonges: Jesse Prince s'est décidé à quitter volontairement la secte sans autre forme de procès, et en 1992, soit 7 ans avant ce courrier, au lieu de plus de dix ans - voir la contradiction, pièce jointe au courrier]. Il ignore tout de ce qui s'y passe de nos jours, si bien que rien de ce qu'il pourra dire ne pourra améliorer la compréhension des spectateurs quant à la scientologie.

M. Prince a par ailleurs reconnu lors d'un interview documenté par l'avocat de l'église n'avoir aucune connaissance des sujets dont il prétend désormais être expert, par exemple à propos des affaires légales de l'église. M. Prince a par exemple déposé en Août 1998 une déclaration lors d'un procès en violation de droits d'auteur quant à une violation impliquant quelques 2000 documents publiés de M. Hubbard. Dans cette déclaration, M. Prince prétend connaître les procédures de copyright , ce qui est faux. Lorsque les défenseurs du procès ont exposé cette carence de M. Prince le 19 Août 1998, les défenseurs (qui avaient engagé M. Prince comme expert) furent contraints de signer un agrément pour ce procès et payer 1 million de dollars de dommages et intérêt plutôt que faire face au procès avec M. Prince comme témoin. [déformation des réalités: diverses causes ont provoqué l'abandon de ce procès récemment par Factnet; toutefois, si le perdant Factnet/Bob Minton a payé, il n'a pas signé de document s'engageant au secret des tractations etc, comme la secte aurait pu l'y forcer s'il avait été en position de réelle faiblesse face à la secte; ce règlement a d'ailleurs été signé en Avril 99].

Plus que jamais, M. Prince a démontré qu'il dirait n'importe quoi pour de l'argent. Il a en effet concédé, lors de son témoignage du 19 Août, dont des extraits vous ont été remis [pourquoi seulement des extraits? Que voulait cacher la sciento à M. Pedersen?] avoir reçu plusieurs milliers de dollars et une nouvelle voiture pour témoigner contre l'église, et que ses salaires continueraient à être versés aussi longtemps qu'il continuerait à parler. Cet argent est sa seule source de revenus en dehors se son travail de manoeuvre occasionel.

Avant d'avoir obtenu ce résultat, M. Prince était incapable de tenir une situation, et a déclaré faillite en 1997. Après cela, il a tenté de négocier son silence auprès de l'église. L'église ayant refusé de coopérer à cette tentative d'extorsion, M. Prince a endossé le rôle d'anti-scientologue professionnel. Ayant obtenu ses trente thalers pour prix de sa trahison envers sa foi, il continue d'apparaître dans la presse, de manifester devant les églises, de harrasser le personnel de l'église, à la fois pour gagner sa vie et dans l'espoir que l'église le paiera pour qu'il cesse. C'est ce qu'il tente actuellement de faire, et l'église ne voit aucune raison de l'assister dans ses efforts.

Nous vous avons aussi fourni des preuves d'anciennes tendances de M. Prince à une conduite malhonnète. Cela inclut des documents d'arrestation par des tribunaux pour conduite en état d'ivresse. Ceci continue. Nous vous les avons fourni pour une raison précise: M. Prince a l'intention d'apparaître à votre émission et de transmettre un jugement moral sur mon église. Sa propre moralité est donc tout à fait en relation avec ceci. De mon point de vue, la conduite de M. Prince le disqualifie complètement en tant que critique de la scientologie ou de qui que ce soit. [Compte tenu du nombre de fois où la secte criminelle ou ses principaux dirigeants, Hubbard inclus, ont été condamnés et jugés avec des termes d'extrème sévérité dans nombre de pays au monde, on peut retourner l'argument: il est impensable qu'un tel ramassis de criminels ou d'aveugles puisse porter la moindre critique valide envers qui que ce soit].

Nous vous avons également présenté le contrat signé par M. Prince lors de son départ de l'église, contrat par lequel il s'engageait à ne rien dévoiler des informations qu'il aurait apprises durant son emploi. [est-ce nécessaire d'insister sur le fait qu'on voit mal pourquoi une "église", en dehors des confessions privées, ne devrait pas avoir grand chose à cacher? Il se trouve que la secte dévoile les confessions... et cache ses vrais buts et ses activités secrètes]. Ce contrat a précisément été établi pour éviter que M. Prince ne brode des affirmations qui forceraient l'église à exposer des affaires internes privées pour contrer ses mensonges. M. Prince est contractuellement lié à payer 10000 dollars pour chaque rupture de ce contrat. Comme il est sans le sou, et que votre programme paie ses frais au Danemark, et qu'il apparaît dans votre émission en violation de ses engagements contractuels, l'église tiendra votre société de production pour pleinement responsable, ainsi que tout employé ou agent qui pousserait M. Prince à violer ses obligations contractuelles.

Par conséquent, si vous désirez sincèrement que votre programme reflète la masse de travail que votre staff et vous-même y avez investi, et ne pas le voir dégénérer en une forme de programme à scandale en laissant passer les mensonges achetés et payés, je vous recommande vivement de ne pas utiliser M. Prince.

Quoi que vous décidiez, l'église ne vous fournira pas de représentants lors d'un débat face à face; cette décision est ferme. Vous connaissez nos points de vue, et j'aimerais qu'ils soient exactement présentés à nos spectateurs.

Si vous désirez communiquer sur d'autres sujets concernant le programme, n'hésitez pas à me recontacter.

Sincèrement

Kurt Weiland
Church of Scientology International

CC: Mr. Kim Jonassen-Danish Radio 2
CC: Ms. Annette Refstrup


Voici le "pack d'agent mort" (voir définition plus bas) accompagnant le courrier des scientologues. Nous sommes ici en face de calomnies et diffamation:

"JESSE PRINCE

Jesse Prince est un ex membre de l'église de scientologie la critiquant parce qu'il est payé pour ce faire. Son témoignage a été acheté par le Directeur de FACTNET, Robert Minton, afin d'aider Factnet à échapper à un jugement pour violation de droits d'auteur.

Néanmoins, Prince s'est tellement embrouillé dans ses mensonges lors de sa déposition, que Minton et d'autres directeurs de Facnet ont été contraints à signer un compromis sur cette affaire afin d'éviter que les mensonges de Prince ne passent lors d'un procès public. La Presse américaine l'iégnore régulièrement, car il y a une chose que l'argent de Minton ne peut acheter: la crédibilité: Prince a démontré n'en pas avoir.

Prince a été payé par Minton pour démontrer des choses au profit de Factnet...

Robert Minton, financier retiré et directeur de la bibliothèque électronique de Factnet, a payé Prince pour obtenir un témoignage le mettant à l'abri dans une affaire de violation de droits d'auteur entreprise par Bridge Publications contre Factnet, Bridge étant propriétaire de certains droits d'auteur des oeuvres de L. Ron Hubbard. Minton a retiré Prince du fossé peu après qu'il ait déclaré faillite, et l'a placé au Conseil de Factnet.

Le passé de Prince démontre de graves tendances à la drogue, une carrière de dealer de drogues et de prostitué male, une forte tendance à violer les femmes et autres tendances criminelles ou violentes. Son dossier de police avant qu'il ait rejoint l'église comprend des délits sexuels envers enfant et exhibitionnisme.

On lui a pourtant donné les moyens de s'arranger dans l'église. Il a même déclaré que s'il n'y avait pas eu la scientologie, il serait mort. Lorsqu'il était sur le staff, on a pourtant eu des rapports du personnel mentionnant qu'il abusait physiquement d'autres membres du staff et harcelait sexuellement le personnel féminin.

Prince a quitté le personnel en 1992 "pour s'occuper d'enfants illégitimes que j'ai eus avant la scientologie...". Il est revenu à ses habitudes de vie antérieure à son engagement dans l'église. Il fut arrèté en 1995 pour conduite en état d'ivresse, puis en 1997, pour conduite sous influence. Il a été accusé d'avoir harcelé des femmes à son travail. Il a été mis à la porte après avoir été accusé de vol.

Le voici donc sept ans après avoir quitté l'église, en faillite et sous forte pression financière. Minton lui offrant de l'argent facile, la tentation était trop grande. Il réinvente donc l'histoire, bien que ses contes soient démentis par les preuves contraires, comme le démontrent des interviews passés.

Dans sa déposition d'Août 98, Prince concéda que son salaire, sa voiture et l'hotel étaient règlés par Robert Minton, qui lui versa aussi 500 dollars d'argent de poche à dépenser à Los Angeles avant la signature de sa déclaration. [je ferai ici observer qu'on ignore combien de MILLIONS DE DOLLARS la secte criminelle a déjà règlés en arrière -plan pour faire taire des opposants bien moins sérieux que M. Prince; qu'on ignore combien elle verse à des associations telles ABLE ou GAME, ou NARCONON, pour redorer son blason; et qu'on ne sait combien elle paie ou défraie des apologistes des sectes ou leurs associations pour obtenir des rapports qui lui soient favorables. On sait par contre qu'elle fait chanter des juges et qu'elle paie des dizaines de millions de dollars de frais d'avocats annuellement pour attaquer des ennemis ou se défendre en justice. On en connaît que certains cas qui ont fini par percer. Ce site en donne quelques exemples]

Prince a témoigné que Minton le promenait, lui donnait 5000 dollars en billets de 100, annonçant qu'il s'agissait du "fond d'aide de Factnet aux victimes". Plus tard, il reçut aussi 2000 $ de Minton et Factnet; on lui acheta aussi une voiture valant plus de 23000 dollars. Il a confirmé qu'il pouvait garder la voiture aussi longtemps qu'il donnait ce que Factnet désirait.

On lui donna aussi une garde-robe, voiture, accessoires, frais et argent de poche, pour des dizaines de milliers de dollars.

Il fut démontré que Prince était un petit criminel et un menteur. [et combien de fois, dans combien de tribunaux, démontra-t'on que des scientologues de haute volée, leur chef et fondateur inclus, étaient criminels sérieux? voir quelques jugements ici...]

Prince fut amené dans le procès Factnet pour fournir le "témoignage" voulu, afin d'aider à la défense de ceux qui violent les droits d'auteur de l'église. Il commença par un témoignage sous serment accompagné de parjure, puis fut pris de façon répétée à inventer un témoignage sur les oeuvres en question. Il prétendit être expert en droits d'auteur, mais ne savait répondre aux questions les plus élémentaires de la loi sur les droits d'auteur. Il inventa des incidents datant de son temps de membre de l'église: ceux-ci tombèrent d'eux-même lors du contre-examen, car ils n'avient jamais eu lieu.

Prince mentit dans sa déposition disant qu'il n'avait pas de casier judiciaire. On lui montra alors les dossiers de police et documents de tribunaux de ses diverses arrestations, si bien qu'il ne put qu'avouer le mensonge.

Il continua à prétendre des incidents de son cru, mais en le faisant, cela ne servit qu'à l'enfoncer davantage. Il prétendit ainsi avoir menacé deux officiels de l'église avec des pistolets chargés, alors qu'ils l'avaient viré pour conduite inappropriée. C'était un mensonge; si c'était vrai, Prince se serait trouvé impliqué dans un crime grave.

Non seulement le parjure se dessine dans ses propres témoignages, mais il a mis en lumière la stupidité de Prince, car ses histoires n'ont servi qu'à miner sa crédibilité.

Il n'est guère surprenant que quelqu'un prèt à vendre son corps [voir ici témoignage d'une ancienne secientologue ayant constaté que des gamines de 14 ans, filles de l'élite sciento, se prostituaient, et ici, que la secte usa des services de prostituées pour tenter de faire chanter un juge; d'autres cas sont connus.] ait quelques difficultés avec l'éthique, et ne mente pour de l'argent. Et moins surprenant encore que Prince ait tenté d'acheter des drogues illégales et fut de nouveau arrèté pour conduite sous influence. [et plus stupide encore, que la secte expose son incapacité totale et rélle à empècher, si ces faits étaient exacts, que ses plus hauts dignitaires ne retombent si bas! Preuve s'il en est de l'incroyable inefficacité des "techniques" utilisées dans la secte pour "améliorer l'individu et la planète etc". Sans parler du nombre de scientologues aguerris qui se sont suicidés de désespoir après une expérience aussi décevante.]

PRINCE INCITE A LA VIOLENCE ET A LA HAINE

Tandis que Prince agit gentiment sous la lumière des projecteurs, son naturel revient dès que les caméras ont l'objectif aveuglé. Nous en avons eu l'exemple quand il a vivement menacé, devant des femmes et des enfants, de sodomiser un dirigeant de l'église.

En septembre 1998, Prince et Bob Minton ont manifesté devant l'église de scientologue de Boston. Minton a cassé son panneau de manifestant sur le visage de membres du personnel qui lui parlaient. Minton fut arrèté pour attaque à main armée avec une arme dangereuse [mensonge: le membre du personnel a giflé Minton, qui lui a cassé un... petit bout de balsa dessus: l'église a été contrainte d'abandonner sa plainte, des photos ayant été prises par un participant, voir une video ici, attention, gros fichier]. Le tribunal exige qu'il prévienne désomrais quatre heures à l'avance des manifestations qu'il ferait devant la scientologie, afin qu'on puisse faire venir des policiers.

Deux jours avant l'incident, Minton et Prince menacèrent des membres de l'église avec des haches et des massues, leur jetant des pierres et s'en vantant ensuite sur Internet. Le message de Prince disait "Au bout d'un moment, c'est devenu tellement ennuyeux que Bob et Jesse ont décidé de la jouer façon Stephen King. Ils ont pris de longues haches et se sont postés de part et d'autre de la rue: je vous garantis qu'on n'a jamais vu des fenètres se fermer aussi vite!"

Plus récemment; Minton et Prince étaient à Clearwater en Floride; tandis que la TV filmait à l'intérieur Bob Minton, sa voix douce "rationnelle", une caméra personnelle filmait le vrai Bob Minton dehors... "Yo Mama!" hurla-t'il, traversant la rue pour intimider un scientologue devant l'église; "Je b.... ta mère depuis des années, mec, c'est pour ça que t'as les cheveux bouclés!"

FACTNET a signé un compromis pour éviter l'effet de Parjure de Prince:

Peu après la déposition de Prince, Minton et d'autres directeurs de Facnet ont admis que Factnet s'était de fait engagé dans des violations de droits d'auteur, et ont accepté d'être liés par une obligation permanente et des dommages d'un million de dollars pouvant être mis en oeuvre par une Cour Fédérale. En signant, ils ont admis leurs torts et évité les charges inévitables de parjure qu'ils auraient subies du fait du témoignage de Prince.

Documents:

1. Extraits de la déposition de Prince sur l'argent reçu de Factnet et Minton

2. Extraits de la déposition de Prince confirmant qu'il continuera à percevoir de l'aide tant qu'il supportera Factnet comme ils veulent.

3. Arrestations de Prince avant de venir à l'église.

4. Idem, depuis son départ.

5. Notification de l'arrestation de Minton à Boston

6. Compromis signé par Factnet et Minton à Moston.

BANDE VIDEO:

Prince et Minton se moquant du personnel de l'église de Clearwater



(TRANSMIS PAR BOB MINTON)


définition de "pack de l'agent mort", extraite d'un article de QUILL, auteur: Robert Vaughn Young, ancien chef des relations publiques de la secte, pour le monde entier:

"6. UN QUOI ? UN MORT -
Selon l'angle d'attaque de votre article, vous pouvez facilement vous trouver noyé sous des monceaux de documentations. Certains s'appellent "PAQUETS - ou dossiers - DE L'AGENT MORT" (Dead Agent Pack). Hubbard a piqué le terme dans "l'ART DE LA GUERRE" de Sun Tsu, qui décrit les divers types d'agents. L'Agent Mort, c'est celui qui se fait prendre en flagrant délit de mensonge. Le pack d'agent mort, c'est celui qui est censé contrer un mensonge, en faisant voir qu'il ment et qu'il n'est donc pas crédible. Il a généralement pour cible un document particulier tiré d'un article ou d'un livre. On s'en sert pour discréditer une personne ou un groupe qui pourrait critiquer la scientologie.


Un pack de l'agent mort , cela inclut n'importe quoi : écrits d'Hubbard, articles de journaux, témoignages sous serment obtenus par enquèteurs privés. Le but est de réfuter le document, la personne ou le groupe visés, à n'importe quel prix. Si l'article ne présente aucune donnée clairement erronée ni erreurs, mais qu'il dépeint la scientologie sous un angle défavorable, le pack d'agent mort devient une réplique généralisée, s'en prend en général à la source en l'attaquant grâce à un pamphlet, une annonce dans les journaux ou un article.
Vérifiez si possible ce qui est dit ou la documentation. Contactez la personne attaquée, le groupe ou l'auteur de l'article. Notez ce qui n'est pas réfuté ou attaqué. En Scientologie, les omissions peuvent compter autant que ce qu'on admet."


back

Retour index général

Retour index