LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Scientologues condamnés pour Diffamation

3: SCIENTOLOGUES POURSUIVIS POUR ESCROQUERIE, EXTORSION, CONTRAINTE ET USURE (19 Mars 98)
article belge sur la situation en Suisse (Septembre 98)

les scientos font leur coup en douce ( Zürich, Juin 99)

SUISSE et FRANCE: article paru dans le Figaro et dans le Matin en Suisse: voici le droit de réponse des scientos et sa critique,  ainsi que ma lettre ouverte au Rédacteur en Chef du Figaro.

Par ailleurs, deux scientologues viennent d'être condamnés en Suisse pour diffamation du président de l'ADFI suisse (GFPI) voir articles ici.

21/2/2000: Création d'une association des victimes de la scientologie dans le Jura Suisse

mars 2000: scientologie estimée commerciale à Zürich

Nota: voir aussi nombre de procès dans le sous-index textes de jugements etc, ici.


[note: les scientologues ont envahi un beau jour Clearwater sans informer de leur vraie nature, dont ils ont manifestement honte. Les voici qui remettent ça dans un quartier de Zürich - commentaires entre parenthèses carrées]

Zurich, Switzerland
June 23, 1999
Tages-Anzeiger Lokales


Aussi silencieux que les clams, les scientologues ont ouvert un nouveau centre à Staffacher [quartier de Zürich]. Le district proteste et veut les en faire partir.

par Hugo Stamm


[résumé de l'auteur du site]

Les scientologues se sont installés durant le week-end au 41 Badener strasse, où ils ont ouvert un centre d'information et de tests. Ils ne se sont ni déclarés scientologues auprès du locataire principal Neiburger, ni de l'agence immobilière, qui a aussitôt demandé qu'ils partent.

Le loyer proposé (6000 FS, soit environ 24000FF) était trop élevé pour l'ancien locataire, seuls les scientologues l'ont accepté [mais ont-ils l'intention de le payer ? Ce ne serait pas la première ardoise qu'ils devraient; ils doivent 142 millions à l'état français]. Neuburger fait la sourde oreille aux demandes qui lui sont faites de faire partir les scientologues , réputés pour leurs méthodes désagréables d'accrocher le passant en pleine rue pour lui faire faire des tets etc.

Mark Kuenzing, président de l'association de district, a décrit la méthode des scientologues: "quel culot". On pense que leur présence fera perdre de la valeur au quartier. Il trouve aussi assez culotté que les scientologues aient loué dans un bâtiment abritant déjà le Church Aid center.

Le porte-parole de la scientologie Juerg Stettler a dit que ces réactions n'étaient que le résultat des préjugés contre l'organisation. [il aurait dû dire, s'il avait été honnète, que les préjugés étaient bien mérités, et que ce n'est pas par hasard que la sciento a loué sans dire qui elle était; elle a fait pareil en s'installant à Clearwater en 75...avec l'intention affirmée mais secrète de prendre la ville d'assaut.]





A la suite d'un article sur la scientologie en Floride, publié dans nos
éditions du 13 janvier, l'Eglise de scientologie tient à apporter les
précisions suivantes.

L'Eglise de scientologie s'est installée à Clearwater, en Floride, en 1976.
Dès leur arrivée, les scientologues se sont fait connaître au sein de la
communauté comme d'excellents organisateurs de manifestations caritatives à
Clearwater. Chaque année, l'Eglise organise le fameux spectacle de Noël,
Winter Wonderland (« L'hiver au pays des merveilles »), auquel assistent
des milliers de familles. Arbres de Noël, illumination de sites, un petit
zoo d'animaux domestiques, une patinoire et même de la neige, ainsi que des
rafraîchissements. L'Eglise organise également des réveillons de Noël et,
tout au long de l'année, des concerts pour des citoyens du troisième âge.
Elle collecte des fonds pour des organisations caritatives, et prête, à
titre gratuit, certains de ses locaux aux citoyens de Clearwater lorsqu'ils
en ont besoin.

L'ancienne banque, présentée de façon désobligeante par votre reporter
comme « la banque qui n'est pas une banque », est en fait un prestigieux
établissement laissé à l'abandon. L'Eglise de scientologie en a fait
l'acquisition et l'a magnifiquement restauré afin de lui rendre son éclat
des années 20.

Depuis, l'Eglise le met à la disposition de la ville de Clearwater pour des
manifestations éducatives, caritatives, artistiques et civiques. Dans les
quinze mois qui ont suivi son inauguration, de nombreuses organisations
locales ont choisi ce superbe endroit pour y tenir plus de 140 réunions et
événements de la vie communautaire. Et la liste s'allonge chaque jour
davantage.

Par ailleurs, une décision rendue par une Cour fédérale en faveur de
l'Eglise de scientologie de Clearwater, ultérieurement entérinée par la
Cour suprême des Etats-Unis, a officialisé l'Eglise et condamné une «
campagne à motivation politique », violant manifestement la Constitution
américaine, que menait une poignée de notables décidés à bouter l'Eglise
hors de la ville de Clearwater. Qui étaient ces notables aux commandes de
cette campagne qui fut condamnée par la justice ? Intéressante question.

Toute nouvelle minorité religieuse doit faire face à une opposition lors de
ses premières années d'existence. Dans le Sud profond des Etats-Unis, les
gens abandonnent plus difficilement leurs préjugés naturels que dans
d'autres parties du monde. Et pourtant, à Clearwater, seule une petite
poignée d'individus a refusé d'admettre la décision de la Cour. En ce qui
concerne « l'opération Blanche neige », la Cour suprême d'Ontario l'a
examinée en détail et a découvert qu'il s'agissait en fait d'une opération
légitime et nécessaire,'visant à corriger de faux rapports qui figuraient
dans les archives gouvernementales à propos de la religion de Scientologie
et de son fondateur, Ron Hubbard.

Enfin, concernant l'affaire MacPherson, le médecin qui a pratiqué
l'autopsie n'a trouvé aucune preuve. Ces allégations ont en fait été
totalement fabriquées par une autre « source ». Une affaire qui se juge, en
ce moment même, devant les tribunaux de Floride.

La Scientologie a été reconnue en tant que religion par plus de cent cours
de justice et gouvernements dans le monde, y compris le gouvernement des
Etats-Unis, les Cours suprêmes ;talienne et américaine, la Cour Suprême
d'Australie et la cour d'appel de Lyon.

Ce qui est plus important encore, c'est que 8 millions d'individus l'ont
adoptée comme leur religion. ,

Karin POW (Relations publiques, Eglise de scientologie internationale) 



Ma lettre au rédacteur en chef du Figaro:
Au rédacteur en chef, le Figaro
 

Un ami vient de me faire passer le droit de réponse exercé par la secte scientologue face à votre excellent article (que j’ai d’ailleurs traduit en anglais sur mon site afin d’informer les autres critiques internationaux de ladite secte).

Puis-je me permettre de vous faire observer que je ne comprends pas pourquoi un journal tel que le vôtre, qui n’a pas dit d’inexactitudes ni calomnié la secte criminelle bien connue, fait passer des droits de réponses, vraisemblablement suite à menaces de poursuites de leur part ?

Mon opinion bien tranchée est qu’il n’y a aucune espèce de raison d’accepter des droits de réponse systématiques de tels groupes criminels. Pourquoi n’accepteriez-vous pas des droits de réponse de dealers et des voleurs, tant qu’on y est ?

Si vous étiez branché Internet, vous pourriez constater que rien que sur mon site, il y a 700 000 mots de critiques parfois très violente sur la scientologie-dianétique ; que ce site est passé sur CD Rom, mais jamais la scientologie n’a pu trouver à redire - exception faite pour quelques extraits de leurs secrets que j’ai traduits sur le site, selon la formule « d’usage convenable » en matière de droits d’auteur, extraits qu’ils n’ont pas pu me faire ôter ni porter en justice malgré trois avocats...

En résumé, mon site est cent fois plus violent que votre article, et je ne risque rien, car je dis la vérité. Il serait intéressant que vous vous donniez la peine de le parcourir, pour vous rendre compte du fait que si je ne peux être attaqué pour ce que j’y présente, vous-même n’avez rien à craindre face à des articles passablement édulcorés en comparaison.

Autre anecdote : Le Nouvel Obs a permis un droit de réponse purement et largement mensonger à la secte...  or, le droit de réponse que vous-mêmes avez accordé est tout aussi truffé de mensonges, je vais donc me permettre de le critiquer ci-dessous, et d’ajouter un mot que j’aimerais voir paraître dans le courrier des lecteurs en réaction à ce droit de réponse qu’ils ont exercé : cela ne peut que vous aider.

Et je vous en prie, cessez de craindre des procès dont ils vous menaceraient ! c’est du vent dans 99% des cas, ils bluffent, et en particulier face à votre article ; toutefois, je comprends au vous puissiez craindre de perdre du temps ; mais l’article 700 du nouveau Code Pénal vous donnerait droit à de indemnités pour poursuites abusives, alors... (ce fut le cas pour la publication « 300 trucs » en Novembre dernier).

Le but essentiel recherché par cet organisme est de se faire appeler « église »... et la parade essentielle est de rappeller qu’ils ne sont pas considérés comme une église. Mieux, la lecture attentive de la décision d’appel de Lyon le 28 Juillet 97 leur interdit de pratiquer la scientologie comme ils le font  - elle est en deux langues sur mon site avec divers commentaires.

Voici le droit de réponse des scientos et sa critique.
 

***************

« A la suite d'un article sur la scientologle en Floride, publié dans nos
éditions du 13 janvier, l'Eglise de scientologie tient à apporter les
précisions suivantes.

« église ? » c’est le nom qu’elle se donne. Mais son fondateur a ramassé 4 ans de prison ferme en 78 en France (13e Chambre Correctionnelle, Paris, condamnation pour escroquerie de L. Ron Hubbard pour escroquerie et extorsion de fonds à 4 ans ferme et 30000 F d’amende). N’a jamais fait appel. Ne s’est pas présenté.
Le Ministre de l’Intérieur n’a jamais admis la scientologie comme religion en France. Elle est refusée et fermée en Grèce, vient de faire l’objet d’une descente de PLUS DE CENT POLICIERS EN Février à Münich (enquètes sur un mort, un incendie volontaire et des tracts insultants), et se déclare association psychologique ou philosophique et non comme religion dans divers autres pays, comme Israël. Tout est pour elle affaire d’opportunisme.

« L'Eglise de scientologie s'est installée à Clearwater, en Floride, en 1976.
Dès leur arrivée, les scientologues se sont fait connaître au sein de la
communauté comme d'excellents organisateurs de manifestations caritatives à
Clearwater.

Mensonge éhonté : Hubbard a acheté en douce, sous le nom Eglises réunies, l’ancien hotel Fort Harrison, comme vous l’avez dénoncé. etc...

 « Chaque année, l'Eglise organise le fameux spectacle de Noël,
Winter Wonderland (« L'hiver au pays des merveilles »), auquel assistent
des milliers de familles.

Quelques centaines et non milliers de familles, et encore : on a les photos... et ils font surveiller les rares  visiteurs étrangers à la secte  par caméras cachées ! (voir les articles du Saint Petersburg Times à ce propos) ; il s’agit d’un tout petit spectacle peu coûteux uniquement destiné à la pub.

« Arbres de Noël, illumination de sites, un petit
zoo d'animaux domestiques, une patinoire et même de la neige, ainsi que des
rafraîchissements. L'Eglise organise également des réveillons de Noël

voici les fameuses "crèches..." d'après leurs propres photos

première nouvelle : c’est sûrement le réveillon des staffs scientologues, qui TRAVAILLENT MEME LE JOUR DE NOEL ET LE JOUR DE L’AN. Alors, le réveillon... qu’ils ne nous fassent pas rire. Les staffs punis du goulag (RPF) n’ont eux, aucun réveillon, mais pour une fois, ils ont autre chose à manger que des restes.

« et,
tout au long de l'année, des concerts pour des citoyens du troisième âge.

pour les engager en scientologie uniquement : ce groupe est d’un cynisme sans nom.

« Elle collecte des fonds pour des organisations caritatives

comprenez ici qu’elle assèche un peu plus les portefeuilles de sa clientèle ; rien n’est gratuit chez eux, pas même les dons - ce serait même tout à fait contraire aux règles hubbardiennes que dépenser l’argent des services scientologiques à de telles choses : ils organisent donc des collectes à part auprès de leurs adeptes, pour payer ces « suppléments ».

« et prête, à
titre gratuit, certains de ses locaux aux citoyens de Clearwater lorsqu'ils
en ont besoin.
L'ancienne banque, présentée de façon désobligeante par votre reporter
comme « la banque qui n'est pas une banque »

eh bien, pourquoi donc est-ce désobligeant ? C’est la vérité.

« est en fait un prestigieux
établissement laissé à l'abandon. L'Eglise de scientologie en a fait
l'acquisition et l'a magnifiquement restauré

restauré en partie par les esclaves envoyés au goulag du « RPF »

«  afin de lui rendre son éclat des années 20.

Depuis, l'Eglise le met à la disposition de la ville de Clearwater pour des
manifestations éducatives, caritatives, artistiques et civiques. Dans les
quinze mois qui ont suivi son inauguration, de nombreuses organisations
locales ont choisi ce superbe endroit pour y tenir plus de 140 réunions et
événements de la vie communautaire. Et la liste s'allonge chaque jour
davantage.

ce qui n’empèche pas ladite église d’être en guerre ouverte contre la police de Clearwater, d’être fustigée dans les journaux régionaux plusieurs fois par semaine... et encombrée de cadavres, de camps de concentration privés, et de tactiques odieuses envers ses ennemis.

« Par ailleurs, une décision rendue par une Cour fédérale en faveur de
l'Eglise de scientologie de Clearwater, ultérieurement entérinée par la
Cour suprême des Etats-Unis, a officialisé l'Eglise et condamné une «
campagne à motivation politique », violant manifestement la Constitution
américaine, que menait une poignée de notables décidés à bouter l'Eglise
hors de la ville de Clearwater. Qui étaient ces notables aux commandes de
cette campagne qui fut condamnée par la justice ? Intéressante question.

Il s’agit bien sur de l’ancien Maire Cazarès, qui a subi des tours pendables de la secte (y compris création d’un faux accident, un sciento s’étant précipité exprès sous sa voiture, avec ensuite tentative de la scientologue espionne qui était à bord de son véhicule, de lui faire prendre la fuite ( voir les dossiers de Paulette Cooper et du FBI lors du raid de 1977 sur trois des principaux locaux sciento aux USA)

« Toute nouvelle minorité religieuse

non pas religieuse, car ladite minorité continue à se présenter à ses « prospects » comme une science nommée la dianétique, et non comme une religion ! Et HUBBARD A ECRIT, page 1 de «Hymn of Asia » :
« Je ne viens pas à vous en tant qu’officier d’église ou de secte ».
 

« doit faire face à une opposition lors de
ses premières années d'existence. Dans le Sud profond des Etats-Unis,

allons-y de la critique des sudistes : il s’agit d’une tactique de positioning, car les sudistes ayant été plus racistes que les nordistes dans la passé, les scientos rappellent que les gens de Clearwater seraient des sudistes - ruse grossière pour critiquer les gens de la cité.

« gens abandonnent plus difficilement leurs préjugés naturels que dans
d'autres parties du monde. Et pourtant, à Clearwater, seule une petite
poignée d'individus a refusé d'admettre la décision de la Cour.

Foutaise, c’est la guerre, à Clearwater ; mais les gens de Clearwater sont civils et tolérants, à l’exception des scientologues, qui d’ailleurs ne comprenennt à peu près pas de gens du cru.

« En ce qui
concerne « l'opération Blanche neige », la Cour suprême d'Ontario l'a
examinée en détail et a découvert qu'il s'agissait en fait d'une opération
légitime et nécessaire,'visant à corriger de faux rapports qui figuraient
dans les archives gouvernementales à propos de la religion de Scientologie
et de son fondateur, Ron Hubbard.

ME NSONGE TOTAL : les neuf plus haut dignitaires des services secrets scientologues, dont la femme d’Hubbard, ont été condamnés à 5 ans ferme ! Faites-vous expédier une COPIE CONFORME du prétendu jugement... vous verrez que ce n’est pas ça du tout qu’ils ont dit - désolé, mais je ne l’ai pas, j’enquèterai sur la question via Internet dès aujourd’hui

« Enfin, concernant l'affaire MacPherson, le médecin qui a pratiqué
l'autopsie n'a trouvé aucune preuve.

Si ! regardez l’autopsie - elle est sur mon site à partir de l’index spécial Mc Pherson et Punitions en scientologie.

« Ces allégations ont en fait été
totalement fabriquées par une autre « source ». Une affaire qui se juge, en
ce moment même, devant les tribunaux de Floride.

En effet, suite à plainte de la famille au civil, et nous éspérons, bientôt au pénal, par plainte du procureur d’état Bernie Mc Cabe contre la secte.

« La Scientologie a été reconnue en tant que religion par plus de cent cours
de justice et gouvernements dans le monde, y compris le gouvernement des
Etats-Unis, les Cours suprêmes italienne et américaine, la Cour Suprême
d'Australie et la cour d'appel de Lyon.

Totale invention. Une lecture attentive du jugement de Lyon montre que le tribunal n’a pas voulu entrer dans les « croyances », mais a salement épinglé et condamné les « pratiques » qui en dérivent, ce qui n’empèche pas bien évidemment que ces pratiques n’ont pas été amendées d’un pouce par la secte depuis. Quand à l’Italie, elle oscille d’appel en appel entre « religion »... et association de malfaiteurs, et ce, depuis des années. Demandez au Président Du FECRIS, le Dr Jacques RICHARD, joignable via l’ADFI Paris.

« Ce qui est plus important encore, c'est que 8 millions d'individus l'ont
adoptée comme leur religion. ,

TOTAL MENSONGE ! le chiffre réel calculé par tous les meilleurs experts internationaux varie de 50 à 80000 actifs, soit au moins cent fois moins qu’annoncé. D’ailleurs, s’il y avait ces 8 millions, vu qu’ils donnent en moyenne 20000 F annules (voire beaucoup plus) à la secte, elle aurait un CA mondial de 160 milliards annuels.

Karin POW (Relations publiques, Eglise de scientologie internationale)
Roger gonnet, critique de la secte

*****************

Pour le courrier des lecteurs :

Scientologie - Dianétique

Karin Pow, des relations publiques de la secte scientologie-dianétique, a fait paraître un droit de réponse suite à votre excellent article du 13 Janvier.
Expert du domaine sciento, pour avoir été l’un des patrons français de la secte durant 8 ans, j’affirme que pour l’essentiel, votre article était exact ; par contre, la réponse de Mme Pow est truffée de mensonges purs et durs. La scientologie n’a jamais été reconnue comme une religion en France, ce qui n’est de toute façon pas du ressort des tribunaux, mais du Ministre de l’Intérieur.

Son fondateur Hubbard a pris quatre ans fermes pour escroquerie et extorsion de fonds en 1978 (13e Chambre correctionnelle, Paris): il n'a jamais fait appel, et ne s'est jamais présenté au procès précédent.

Autre exemple, elle affirme 8 millions de membres dans le monde : or, c’est aux USA qu’elle est la plus répandue, et n’y possède qu’environ 40000 membres.

Quant à ses soi-disant « oeuvres caritatives », elle n’ont et n’auront jamais d’autre but que de se faire passer comme « gentillette » alors qu’il s’agit du plus dangereux des groupes totalitaires actuels. Les preuves se trouvent dans d’innombrables textes d’Hubbard lui-même, ou dans des sites internet comme le mien :
<http ://home/worldnet.fr/gonnet>

Aussi, de grâce, Messieurs, ne vous laissez plus intimider par des « droits de réponses » aussi mensongers, peut-être obtenus par la menace de poursuites. C’est en tout cas la méthode la plus courante chez eux.
 

Sincèrement,

Roger Gonnet 



 
 

LE JOURNAL DE GENEVE ET LA TRIBUNE DE GENEVE
 Des scientologues jugés coupables de diffamation

Le Matin : droit de réponse exercé par les scientologues et ma réaction auprès du journal d'origine


Deux membres des l'église de scientologie  reconnus coupables de difamation

"Deux membres de l'église de scientologie ont été jugés coupables d'avoir diffamé François Lavergent et son association, le groupe de protection de la Famille et de l'Individu (GPFI). Les parties intéressées, qui avaient accusé en détail le plaignant d'être de mauvais caractère, de maltraîter sa famille et d'avoir pris part à des actes criminels, ont été condamnés à un mois de prison avec sursis et des amendes de 3 et 5000 FS (12000 FF et 20000FF).

"Pour leur défense, les scientologues ont affirmé n'avoir dit que la vérité dans le but d'informer le public sur la personnalité véritable de leur opposant. Le Tribunal en a jugé autrement. Le jugement souligne l'intention de nuire émanant des défenseurs, qui n'avaient d'autres raisons d'agir que de tenter de se débarrasser d'un critique qui les dérange. Les allégations - concernant surtout la vie privée du plaignant - sont du type "oeil pour oeil", système ici appliqué à un activiste anti-sectaire.
"Le droit de se défendre par soi-même a des limites que les défenseurs ont franchies par leurs observations", ajoute le Tribunal, refusant de leur accorder par ailleurs la possibilité de prouver leurs allégations ou d'établir leur bonne foi".

Au Tribunal d'Instance (Tribunal de Simple Police en Suisse), les disciples de Ron Hubbard ont affirmé pouvoir prouver leurs prétentions. D'après eux, le président du GFPI serait un "semeur de troubles, un escroc et un trafiquant de munitions". Pire, les journaux scientologues ont écrit que François Lavergnat avait menacé des enfants d'un pistolet.

"Dans son jugement, le Tribunal note que B. et P. ont agi "en toute conscience et volonté", entre autres en distribuant des pamphlets contenant des informations dommageables pour l'honneur de François Lavergnat." 



LA GRANDE PEUR DE L'EX-INITIE
Quatre hauts dirigeants de la scientologie ont été inculpés à Genève. Une victoire pour Jean-Luc Barbier, l'ex-initié qui les poursuit. Pourtant, il vit dans l'angoisse. (english txt here)


Genève
Pascale Blort
(C) 1998 Le Matin, jeudi 19 Mars 98

Pour Jean-Luc Barbier, un ex-grand initié de la scientologie, c'est une victoire. Quatre hauts dirigeants de "l'église" viennent d'être inculpés d'escroquerie, de contrainte, d'extorsion et d'usure, suite à une plainte qu'il a déposée en 1993. C'est aussi une première en Suisse: jamais un adepte si bien placé ne s'était retourné contre ce mouvement tentaculaire.  Aujourd'hui, le dossier est entre les mains du procureur général, après une longue instruction de plus de tois ans et demi. L'affaire devrait passer en cour correctionnelle d'ici la fin de l'année. Quant à Jean-Luc Barbier, qui a subi d'incessantes pressions depuis son départ de la scientologie, il vit dans la peur.
    - Plus la date du procès approche, plus la tension monte... Je reçois des coups de fil anonymes, des lettres de menaces. Je risque ma vie. Je suis devenu totalement parano, mais ma parano est fondée.

    - Alors, pourquoi parlez-vous à visage découvert?
    - C'est la seule manière d'assurer ma protection. Si quelque chose m'arrive, on saura que ce n'est pas un hasard.
    - Quatre dirigeants de la scientologie ont été inculpés. C'est un soulagement pour vous?
    - Oui. J'ai cru qu'on n'arriverait jamais au bout. L'instruction a duré plus de trois ans et demi: j'ai vécu un stress incroyable. Les scientologues n'ont pas cessé de recourir contre les décisions du juge, de demander et redemander de nouvelles auditions... Mais le juge Wenger a fait un travail extraordinaire.
    -Il s'est passé quatre ans entre votre départ de "l'église" et votre plainte. Pourquoi?
    - Lorsque je suis parti, j'ai demandé qu'on me rembourse les 120000 FS (environ 500000FF) que j'avais dépensés pour les divers cours scientologues. Ce qui m'a été refusé. Ensuite, j'ai eu beaucoup de peine à trouver un avocat pour me défendre.
    - Vous faites ça pour de l'argent?
    - Non! Aujourd'hui je suis aux [allocations] (AL). Je reçois de l'argent de la collectivité et j'estime que, en échange, je lui dois ce service: me battre contre la scientologie. Grâce à ce procès, on aura une analyse de l'intérieur. Ce qui permettra à l'Etat - s'il le souhaite - de prendre des mesures face à certaines pratiques, entre autres, l'exercice illégal de la médecine.

DIX ANS A L'INTERIEUR
Jean-Luc Barbier , un ancien musicien de Jazz - qui est aussi l'un des fondateurs de l'AMR à Genève - est entré en scientologie en 1979. Il y est resté dix ans, gravissant petit à petit tous les échelons de la "connaissance". "J'étais devenu un initié des niveaux confidentiels", souligne-t'il.
Il quitte "l'église" en 1989: "On voulait me convaincre que j'étais habité par des démons. J'ai alors pris conscience que tout ça n'était qu'une escroquerie". Les premiers doutes remontent à 1984, suite à un "cours de purification". "Mais on me tenait, souligne encore Jean-Luc Barbier. A l'époque, j'avais une école de dessin pour laquelle la scientologie m'avait aidé à trouver un financement."

ON M'A EMPOISONNE
Le "j'accuse"de Jean-Luc Barbier:
"La Scientologie m'a empoisonné! ils m'ont fait perdre la santé en me faisant abosrber des vitamines à hautes doses; ils m'ont empèché de me faire soigner. Ils ont aussi détruit mon entreprise, parce que je refusais de l'affilier à un réseau d'entrepreneurs scientologues, le WISE"
Besoin de soutien:
Je suis dans un isolement incroyable, souligne Jean-Luc Barbier. En Suisse, il y a peu de structure pour prendre en charge les gens comme moi. On ne nous reconnaît pas le statut de victimes. Le seul endroit où j'ai reçu du soutien, c'est Genève, avec le GPFI (Groupement de Protection de la Famille et de l'Individu) et la justice qui a pris mes plaintes au sérieux. Ca me ferait du bien de recevoir des messages de soutien sur mon e-mail: "<jbarbier@caramail.com>



Edition du 02/09/98 - © Rossel & Cie SA - LE SOIR Bruxelles

 Berne renonce à surveiller la secte, qui, elle-même,
              espionne ses opposants

        La Suisse épingle les espions
                 scientologues

Le département fédéral de Justice et Police suisse a rendu public
ce lundi un rapport consacré aux activités de l'Eglise de
scientologie dans la Confédération. L'une des missions essentielles
de ce travail est d'éclairer la lanterne de la «Commission
consultative en matière de protection de l'Etat»: les services de
renseignement helvétiques doivent-ils, oui ou non, mettre
préventivement cette secte sous surveillance, à l'instar de ce qui fut
décidé en Allemagne?

Formellement, le rapport conclut qu'il convient de renoncer, à ce
stade à une mise sous observation. Mais le groupe de travail ad
hoc d'estimer cependant que la situation devra à nouveau être
évaluée après un certain temps.

Le rapport suisse jette cependant un sérieux pavé dans la mare:
affirmant que diverses activités de la secte présentent
d'importantes composantes financières, ou encore que la
Scientologie présente les caractéristiques d'un système
totalitaire, le rapport stigmatise particulièrement les activités de
renseignement menées par certaines branches de la secte
(notamment leur fameux «OSA», Office of Special Affairs ou
Bureau des affaires spéciales).

De quoi s'agit-il? Depuis plusieurs décennies, cette secte a
démontré (les faits sont repris en détail dans le rapport suisse)
qu'elle était à même d'infiltrer des administrations, de poser des
micros (notamment dans les locaux du fisc américain), voire de
monter de toutes pièces des affaires criminelles pour tenter d'y
impliquer un opposant. Ou encore d'engager un détective privé
pour «découvrir tout crime passé ou présent» dans lequel serait
impliqué tel adversaire de la secte. En 1993, le journaliste français
Serge Faubert (1) avait d'ailleurs révélé comment la scientologie
s'était infiltrée dans l'entourage de François Mitterrand. Et la
Belgique abrite elle aussi une antenne nationale du service de
renseignement scientologue.

Il est inacceptable qu'une association privée (religieuse ou
non) entretienne ses propres activités de recherche de
renseignements, note le rapport helvétique, surtout s'il apparaît
qu'elles ne sont pas seulement susceptibles de s'en prendre à
des associations d'opposants, mais ne reculeraient pas devant
l'infiltration des structures de l'Etat.

MACHINE A RENSEIGNEMENTS

Les Suisses s'inquiètent du fait que bien que ces opérations (de
renseignement) paraissent se limiter à d'énergiques
contre-offensives face à des menaces réelles ou supposées (...)
il est également clair que ces activités pourraient, si la
direction mondiale en décidait ainsi pour une raison ou une
autre, être réorientées vers d'autres domaines en cas de
besoin. Des activités de cette nature peuvent amener le
mouvement à avoir accès à des informations intéressant la
sécurité du pays, et l'existence de tels services présente donc
en elle-même un certain potentiel de risque, même s'ils ne
visent pas spécifiquement l'Etat.

Par-delà les activités parallèles de renseignement menées par la
secte, les Suisses s'interrogent sur la loyauté des scientologues
employés par leur Administration: On ne saurait enfin ignorer les
conflits de loyauté qui pourraient se présenter à des
scientologues exerçant des fonctions dans des domaines
sensibles et dont l'organisation attendrait la transmission
d'informations confidentielles.

Toutefois, la Suisse ne peut cependant que constater l'absence
d'indice solide démontrant que la Scientologie tenterait
actuellement d'infiltrer les structures de l'Etat en Suisse. Il n'y
aura donc pas, en Suisse en tout cas, de surveillance préventive de
la secte. Pas maintenant. Il reste qu'une particularité inquiétante de
la secte est durablement mise en évidence.

ALAIN LALLEMAND

(1) «Une secte au coeur de la République», Calmann-Lévy,
1993.


LE QUOTIDIEN JURASSIEN Lundi 21 Fevrier 2000

Lutter contre les dérives sectaires

L'association des victimes de la scientologie s'est crée parce que le Jura hésite à s'associer au futur Centre intercantonal d'information sur les croyances

"J'ai décidé de créer l'Association des victimes de la dianétique après avoir lu qu'un ministre avait déclaré que le Jura n'était pas concerné par le problême des sectes", explique Jean-Luc Barbier, de Porrentruy. Cette ancienne victime de la scientologie regrette que l'Etat jurassien hésite à participer au futur Centre intercantonal d'information sur les croyances qui, depuis 1998, fait l'objet d'une reflexion commune entre les six cantons romands et le Tessin.

Représentant du Jura au sein de ce groupe, Jean Kistler n'a effectivement pas le sentiment qu'une telle structure répondrait à un véritable besoin dans le canton. "Ce type de problême est plutôt rencontré en milieu urbain", constate-t-il, avant d'indiquer que, à sa connaissance, la justice jurassienne n'a jamais eu à se prononcer sur un litige opposant un citoyen à une secte.

Jurassiens aussi concernés

Constituée en octobre dernier, l'Association des victimes de la dianétique et de la scientologie (AVDS) réunit une trentaine de membres, dont quatre Jurassiens. "Nos principales tâches sont de donner des conseils aux personnes harcelées par les sectes, par exemple en les dirigeant vers un avocat ou en les orientant vers d'autres associations, précise Jean-Luc Barbier. Il a observé que les gens piégés ont souvent honte de ce qui s'est passé et qu'ils ne savent généralement pas à qui s'adresser. "Les scientologues viennent régulièrement de Bâle pour distribuer des prospectus dans le Jura et font des démarches auprès des communes et des entreprises, pour leur proposer des méthodes de gestion soi-disant révolutionnaires pour avoir un oeil sur leurs activités", raconte le président de l'AVDS. Il assure même connaître un agent immobilier du canton qui aurait ainsi perdu plus de 100000 F.

"Rien n'est prévu pour les victimes"

L'AVDS va également travailler à la diffusion d'informations, afin de démontrer les méthodes utilisées par la scientologie pour piéger leurs membres. Elle va donc prochainement ouvrir un site internet et organiser des conférences. Elle propose également une oreille attentive aux victimes qui peuvent appeler le 466 57 72.

D'autre part, Jean-Luc Barbier regrette que la loi d'aide aux victimes (LAVI), ne prenne pas en compte les victimes des sectes. "Rien n'est prévu pour les victimes et, ni la justice, ni la police ne semblent s'intéresser à ce problême", note le président.

Selon lui, depuis qu'il a engagé son combat contre la scientologie, il aurait été victime d'une trentaine de lettres anonymes envoyées à différentes instances pour l'accuser faussement. C'est notamment pour cette raison qu'il aurait décidé de quitter le canton de Vaud.

"La dianétique" de L.Ron.Hubbard est la bible des scientologues auquels souhaite s'opposer l'Association des victimes de la dianétique et de la scientologie récemment crée à Porrentruy.


Le Tagesanzeiger Zürich

indiquait le 11 mars qu'un tribunal autorisera la scientologie à distribuer des prospectus et à faire de la publicité à Zürich.

"Le tribunal a non seulement décidé en faveur de la scientologie, mais a pris sur le fond une décision qui risque d'augmenter le mécontentement de la police. Les scientologues peuvent distribuer leurs brochures dans la rue, mais aussi dans les restaurants et les magasins. Cette pratique provoquera des dépenses administratives et conduira probablement à des flots de papiers similaires à ceux des journaux gratuits. Le Conseil Municipal Zürichois a donc décidé de faire appel en Cour Fédérale. La scientologie elle-même n'est d'ailleurs qu'à demi-satisfaite de la "victoire": le tribunal ne l'a pas épargnée pour autant.

La scientologie avait indiqué lors des auditions que sa distribution de prospectus ne visait pas un but commercial, mais des intérêts religieux. La tribunal a clairement réfuté ces allégations: "ni les prospectus ni les tests de personnalité ne donnent l'impression qu'une organisation religieuse publie ici ses croyances ", dit la décision. De ce fait, la distribution des documents scientologues ne tombe pas sous le coup de la protection religieuse. Le Tribunal insiste aussi sur les aspects commerciaux de la secte, démontrés par ses longues listes de prix, ses rabais pour achats par lots et les commissions qu'elle distribue. Il ajoute aussi que l'organisation vend ses services au public en utilisant des méthodes de marketing professionnelles.


back

Retour index général

Retour index presse à propos de procès