La secte racole dans les cinq étoiles suisses. La religion la moins charitable de la planète fait raquer plus de 200 euros pour l'invitation

 

Le Matin (www.lematin.ch), 8 août 2002 par Victor Fingal

[Texte intégral]

Zurich - Un apprenti zurichois, âgé de 17 ans, tombe par hasard sur une brochure qui contient un questionnaire destiné «à des fins scientifiques». Le jeune homme, pris au jeu, répond aux 200 questions du test dit de «personnalité» et le renvoie à l'adresse mentionnée.

L'apprenti connaît l'existence des scientologues, et pourtant, il ne voit pas le danger venir. Seulement, quand il reçoit son questionnaire «corrigé», il se rend compte que la secte se cache derrière la brochure.

Rien de bien grave, direz-vous. Il n'empêche, à cause des réponses apportées au test, notre jeune homme, pourtant sain de corps et d'esprit, est au plus bas de l'échelle sur sept des dix points abordés. «En clair, commente le Zurichois Hugo Stamm, spécialiste des sectes et auteur de «Attention ésotérisme», si le test avait été sérieux, l'apprenti aurait dû être asocial, névrosé et débile.»

La suite, vous la devinez, les scientologues proposent à leur victime déstabilisée des cours ou des livres.

Encore plus insidieux, depuis peu, les disciples de Ron Hubbard, l'inventeur de la très controversée machine à détecter les mensonges, placent un tableau près de leur stand sur la Bahnhofstrasse: «Les sans-travail obtiennent de suite un job». Aujourd'hui, après plusieurs faillites retentissantes de certains membres et l'écho négatif dans les médias, les scientologues ont
abandonné leur politique qui avait pour conséquence d'obliger les adeptes à se ruiner par le biais d'énormes emprunts (de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de milliers de francs). Mais les cours de haut niveau coûtent encore 1000 francs suisses pour une heure.

Parmi les techniques de recrutement à la mode, signalons le téléphone marketing et le porte-à-porte, tous deux destinés à favoriser des «entretiens personnalisés». «Actuellement, ils sont entre deux et trois mille dans toute la Suisse. Et ils sont très actifs à Lausanne et à Genève.»

Pour les récompenser de leur ardeur, les scientologues suisses ont été invités récemment par la maison mère américaine à un dîner d'honneur au Grand Hôtel Dolder, le cinq-étoiles qui surplombe Zurich. Une «invitation» qui a pourtant coûté 325 francs à chaque participant.


Pour comparer la mentalité de ces scientologues et celle que nous avions dans notre organisation de scientologie lyonnaise jusqu'à notre départ en 1982, il faut savoir que nous donnions de temps à autre une soirée dans l'organisation, nous ne vendions absolument rien lors de cette soirée, et l'on demandait seulement la participation des amis qui venaient. Autre exemple comparatif: on louait les chambres libres aux clients pour l'équivalent de 2 à 4 euros la nuit en été ou 4 à 7 euros la nuit en hiver. Bien sûr, ce n'était pas du cinq étoiles. Actuellement, Flag loue des chambres jusqu'à des milliers de F la nuit. D'accord, elles sont belles, mais étant donné que la main d'oeuvre des staffs leur coûte environ 300 F par semaine de 60-80 heures tout inclus, le prix de revient de l'eur hotel 4* est voisin de rien, car du staff professionnel bien encadré dans un 4 * de Floride coûte environ 20 fois plus. Pas étonnant que nous nous soyons fâchés avec la direction mondiale de la secte!





Retour sous index correspondant à ce type de texte : courts

Retour Webpage