LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE
antisectes.net

L'AGENDA D'UN IRLANDAIS

English: An Irish Diary, from the Irish Times

TIMES DUBLIN - 15 Janvier 97
Kevyn Myers

Ah donc!  ces superbes étoiles hollywoodiennes que sont Goldie Hawn et Dustin Hoffmann ont déployé leurs puissantes aptitudes intellectuelles pour développer la notion que l'attitude du gouvernement allemand envers les scientologues - qu'on peut certes qualifier d'hostile - rappellerait le comportement des nazis envers les juifs??

Longue pause; profonde respiration. Pensez, pensez-y bien. Ne vous laissez pas avoir. Gardez le sens de la mesure: c'est ce qu'il faut faire en premier lieu. Cela revient à ce que me disait une de mes amies actrices : qu'on ne peut jamais assez surestimer la stupidité de la plupart des acteurs (inutile de dire que ceci ne comprend pas mes amis acteurs, ni les acteurs qui lisent ces lignes - mais tous leurs amis, si.)

La raison pour laquelle des gens dotés de ce type de personnalité (dotée d'une pancarte "à louer") deviennent acteurs  saute aux yeux de ceux qui les connaissent bien. Ils n'ont rien de valable à dire sur aucun sujet, à aucun moment! Rien du tout. Le vaste hangar de leur tête est vide, prèt à s'emplir des mots des autres, des passions des autres et du caractère des autres. C'est ainsi que ces gens s'embarquent dans des carrières souvent mal payées, désireux toutefois d'y jouer n'importe où, dans n'importe quel navet, dans n'importe quel radotage, afin de continuer d'apparaître au public dans la peau d'un autre. Il y a bien sûr des exceptions, nous les connaissons: ce sont les acteurs qui lisent ceci, qui seront dailleurs les premiers à vous le dire. La plupart des acteurs sont aussi stupides que des huitres décapitées.

Ignorante Insipidité

Ceci comprend en particulier les acteurs à succès, ceux dont la personnalité est définitivement vacante. Leur manque de tête en fait de bons acteurs, qui réussissent; ce sont donc ceux-là dont il faudrait ignorer les opinions, qu'on soit leur  producteur, pour qui la vacuité de l'acteur est le lot du commerce, ou que l'on soit de leur public.

Le contraire peut arriver: de grands acteurs  ont de bons résultats au box-office, et leur producteur doit les flatter: "Tom, t'es vraiment un génie, un génie..." - alors que les journalistes se jettent à ses genoux, et commencent à demander  à la créature (qui imagine que Descartes est le nom français pour Menu, et que Newton, c'est ce qui se met entre Olivia et John): "Dites-moi, Fay, Parlez-moi de la Signification de la Vie..."

Ces corps de l'écran et les intellects de l'écrivain et du directeur sont souvent bouche-bée devant  ces songe-creux jouant leurs simulacres; leur ampérage mental n'est pas seul à montrer des faiblesses: ils sont souvent en outre très impressionables - pourquoi donc sinon passeraient-ils leurs existences à prétendre être ce qu'ils ne sont pas? Les marottes traversent cette profession tout comme la vérole envahissait le bas clergé. L'indien qui vous apporte la paix intérieure en Mars  en vous faisant chanter des hoom pendant qu'il s'arrange de vos économies sera remplacé en Avril par un Altaïrois pour qui avaler des oeufs semi-pochés sera l'équivalent moral de la Troisième Guerre d'Ypres.

On ne s'étonnera pas que ces gens, dont l'auto-dénigrement pourrait  probablement représenter le seul raisonnement sain dont ils soient capables, soient avides d'enseignements sectaires impliquant  culte/vénération d'une personnalité, auto-dénigrement, sacrifices financiers et  lavage de cerveau. Le Parti des Travailleurs Révolutionnaires fut un parfait exemple de secte pour  vulnérables. Ce qui le rendait révoltant pour tous les autres - ses exactions financières, son dialectisme autoritaire et totalitaire, et ses programmes de lavage de cerveau déguisés en séances de prise de conscience politique, l'avait rendu quasi irrésistible pour quantité d'acteurs. Ca leur amenait ce qui semblait leur faire défaut dans l'existence - un environnement de certitudes totales au sein duquel leurs propres inaptitudes devenaient alors tout aussi explicables que magiquement inimportantes.

Attraction vers les sectes

La bizarre déformation des acteurs pourrait signifier que ce qui les rend bons acteurs les rend trop perméables aux principes sectaires.  Prenons Vanessa Redgrave, certainement l'une des toutes premières actrices anglophones au monde - ainsi qu'une inconditionnelle du Parti des Travailleurs Révolutionnaires: mieux vaut ne jamais lui demander comment pailler vos parterres floraux, et moins encore, comment on devrait faire tourner le pays. Il en est de même pour une flopée des acteurs hollywoodiens, les Tom Cruise, les Travolta, qui ont embrassé cette bizarrerie organisée qui se nomme scientologie, et que son fondateur Hubbard a fabriqué au retour d'un voyage sur Vénus. Ca va de soi. On ne peut que leur dire "Dites-donc, les mecs, vous êtes superbes à l'écran, mais je vous en prie, épargnez-nous vos balivernes sur le cosmos. Et dites-moi, pourriez-vous me faire voir vos pupilles d'un peu plus près, s'il vous plaît?"

Ils ne peuvent même pas nous rendre ce petit service: se taire, car ils sont trop stupides pour savoir à quel point ils le sont - et à en juger par leurs dernières effusions hollywoodiennes, cela atteint de sacrées doses.  Car c'est leur pouvoir - et leur influence - qui a fait signer  par un bon  nombre de ces luminaires, incluant Goldie Hawn et Dustin Hoffmann, une pétition contre le gouvernement allemand, qui avait osé s'opposer à la scientologie et restreindre certains accès aux scientologues.

Un Parfum étrange

Les Allemands ont observé la secte de L. Ron à la loupe; il lui ont trouvé un relent de racisme, de totalitarisme, de vente pyramidale - c'est tout à fait ce que vous pourriez attendre de la part d'un gusss qui revient de Vénusss. Les Allemands ne considèrent pas ça comme une religion, et ils interdisent  les emplois gouvernementaux aux scientologues, à peu près comme nous interdirions aux membres du Sinn Fein [révolutionnaires irlandais] de se faire enrôler au sein des Forces Spéciales d'Intervention du Royaume-Uni.

Bien sûr, les Allemands, ce sont les Allemands, ils sont enthousiastes, et peut-être sont-ils allés un peu loin lorsque l'aile droite des Démocrates Chrétiens a organisé le boycott d'un film où paraissait Tom Cruise, Mission Impossible. Mais il ne s'agissait pas non plus d'un prélude à l'Holocauste.  On pourrait être tenté par la colère en observant les distorsions de l'histoire perpétrées (par la scientologie) lors de l'affaire, et les réfuter avec des faits bien sentis, mais colère et faits bien sentis seraient pur gaspillage face à ces infantilismes. Les enfants qu'on envoie trop tôt se coucher disent aussi des idioties. Le mieux, c'est de les ignorer; les corn flakes ouvriront une autre matinée, un autre film, une autre marotte.

Après tout, la vie est trop courte pour aller piocher des années durant au coeur des minuscules évènements craniens tempétant dans la tête des gens les moins passionnants de la création - les stars hollywoodiennes.

Kevyn Myers
(c) Irish Times, 1997
trad: Roger Gonnet

==

An Irish Diary

Kevin Myers
The Irish Times


Ah! So Goldie Hawn and Dustin Hoffmann and other great luminaries of
Hollywood have deployed their mighty intellects around the notion that the
attitude of the German government to the scientology movement - which is
hostile, to say the least - is reminiscent of the behaviour of the Nazis
towards the Jews.

Long pause. Breathe deeply. Think even more deeply. And don't get cross.
Keep things in proportion - and the first thing to keep in proportion is
this. It comes down to what an actress friend of mine once told me - you can
never over-estimate the stupidity of most actors (which, needless to say,
does not include any actors who are my friends, or any actors reading this,
but does include any friends of theirs who are not).

And the reason such people with personalities marked "To Let" become actors
is obvious to anyone who knows them well - they have nothing of value to say
about anything, at any time. Nothing. That vast hangar that is the mind is
empty, ready to be filled with other people's words and other people's
passions and other people's characters. And so such people embark upon what
is usually a financially ill-rewarded career, willing enough to perform on
any stage, in any soap, in any drivel, in order to appear in public
pretending to be somebody else. Of course, there are exceptions, and we know
who they are: they're the actors reading this - and they'll be the first to
tell you. Most actors are as stupid as decapitated ostriches.

Witless Vapidity

And that especially includes successful actors, who are often enough the
most personally vacant ones of all. Their very brainlessness makes them good
actors, and successful ones, and therefore ones whose opinions should be
ignored, both by their film studio bosses, for whom the witless vapidity of
the actor's mind is one of the occupational hazards of the trade, and by the
general public.

But the reverse happens. Big actors are big box-office, and they have to be
humoured by their bosses - "Gee, Tom, you're a goddam genius" - while
journalists interviewing them tend to buckle at the knees at the thrill of
it all and then begin by saying to this creature - who thinks that Descartes
is French for menus and that Newton is what you get between Olivia and
John - "Tell me all about The Meaning Of Life, Fay".

The glamour of the screen and the intellects of the writer and the director
are subsumed by the personal inadequates, the dummies, who do their bidding;
and they are not merely cerebrally low-wattage. They often enough are deeply
impressionable, too - why else would they spend their lives pretending to be
what they are not? Fads pass through the acting profession like measles
through a Montessori. The Indian cove who brings you inner peace by getting
you to hum while he makes off with your life's savings in March will be
replaced in April by a veganism in which eating a poached egg is the moral
equivalent of The Third Battle Of Ypres.

Not surprisingly, such people - whose low self-esteem is probably the only
sound judgment they are capable of - are suckers for sects which involve
personality worship, self-denigration, financial sacrifice and brainwashing.
The Workers' Revolutionary Party in England was a perfect example of a cult
for the vulnerable. What would make it revolting to the rest of us - its
monetary exactions on its members, its omniscient authoritarian dialectical
materialism and its brainwashing programmes masquerading as political
consciousness-raising - made it almost irresistible to so many actors. It
gave them what they lacked within their own lives - an environment of total
certainty in which their own inadequacies became at once explicable but
magically irrelevant.

Attraction to Cults

The curious deformations of actors can mean that what makes them good as
actors renders them hopeless at resisting cultism. Vanessa Redgrave, a WRP
stalwart, is probably the best English-speaking actress in the world; but
her real wisdom is such that she should not be consulted on the mulching of
a flower bed, never mind the running of country. The same goes for the many
Hollywood actors - such as Tom Cruise and John Travolta - who have embraced
that organised oddness called scientology - formed by its founder, L. Ron
Hubbard, after returning from a trip to Venus. Well, naturally. One can only
urge them - "Listen, lads, you're great on the screen; but please, please,
spare us your views on the cosmos. And, excuse me, but could I look at your
pupils a little more closely, please?"

They cannot even manage that small service of silence, for they are too
stupid to know how stupid they are - which, to judge from the latest
effusions from Hollywood, is very stupid indeed. For it is their power - and
their influence - which almost certainly caused a large number of Hollywood
luminaries, including Hawn and Hoffman, to pen their names to a petition
condemning the German government for its opposition to scientology and its
restrictions on employment of scientologists.

Odd Blend

The Germans have examined L. Ron's cult closely, and they find that it is an
odd blend of racism, totalitarianism and pyramid selling; in other words,
precisely what you'd expect from a chap who's been to Venus and back. The
Germans do not consider it a religion and restrict government employment of
its followers in much the same way that an avowed Sinn Féiner is unlikely -
well, one hopes - to get a job with the Special Branch.

Of course the Germans, being Germans, tend to be enthusiasts, and maybe
there was something a little too enthusiastic and unnecessary about the
Christian Democrats' Youth Wing organising a boycott of the Tom Cruise film
Mission Impossible. But it was not a prelude to a Holocaust. It might be
tempting to become angry at such grotesque historical distortions and to
refute them with cold clear fact; but anger and cold clear fact would be
wasted on such infantile vapourings. Children sent to bed early say equally
stupid things. The best thing to do is to ignore them; the cornflakes will
bring another day, another film, another fad.

Life, after all, is too short to dwell at length upon the tiny mental events
that pass for thought among the most deeply uninteresting people in all of
God's great creation - Hollywood stars.

 

back

Webmaster: (33)
(0)426810096

Mail ? ôter -erase Antispam

Nouveautés

Tous les liens pour ou contre

Textes généraux
des médias

English texts

Critiques et liens externes

Secrets

Textes courts

Pour les Médias

 Espionnage

Jurisprudence, textes officiels, expertises

Punitions & goulags

liste textes du site

Apologistes & défenseurs des sectes

Données générales, définitions,

Scientologie & médecine illégale

Index France

Scientologie et Internet

Textes anciens du site

Concours littéraire

Moqueries

Justice & scientologie

Autres sectes

WISE et entreprises scn

Le Lisa Mc Pherson Trust

Retour index général

Retour index