LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Nouveautés

Secrets

Jurisprudence, textes officiels, expertises

Apologistes & défenseurs des sectes

Scientologie & médecine illégale

Le Lisa Mc Pherson Trust

Justice & scientologie

Tous les liens pour ou contre

Critiques et liens externes

Textes courts

Punitions & goulags

Données générales, définitions,

Menaces envers les médias

Scientologie & internet

Autres sectes

English texts

Recherche

Pour les Médias

Moqueries

Index France

Textes anciens du site

Concours littéraire

 Liste textes

MAIL

Scientologie à Clearwater

Edition spéciale


St Petersburg Times
 

Les staffs scientologues rentrent travailler après le déjeuner au réfectoire de Clearwater. D'après la ville, la plupart des 1800 piétons qu'on croise - surtout à Cleveland Street et Fort Harrison Avenue- sont des scientologues. 


En profondeur
Par Thomas C. Tobin
Saint Petersburg Times (c) 1998
publié le 1 Février 1998
La communauté scientologue de Clearwater a plus que triplé dans les années 90, augmentant donc les caractères scientologues dans les affaires civiques et culturelles. Mais 22 ans après leur débarquement, les scientologues cherchent toujours à gagner la confiance du public.
 
    Le déjeûner a lieu au café français de Fort Harrison Avenue, où Benetta Slaughter plaisante avec le staff et passe sa commande à partir d'un menu qu'elle connaît par coeur.

    Elle y vient souvent, puisque son mari et elle ont déraciné leur affaire depuis Dallas voici quatre ans, pour rejoindre la communauté scientologue s'étendant sur Clearwater autour de l'Eglise de Scientologie.

    "Je suis un exemple classique de ce que la scientologie aide à devenir", dit Slaughter, co-propriétaire d'une société de produits de marketing destinés aux compagnies d'assurance.

    Elle se rappelle avoir été instable, mauvais caractère, misérable et même sauvage, avant son inscription à son premier cours scientologique à 20 ans; A 41 ans, elle dit "je suis compétente, attentionnée et je participe".

    Elle attribue aussi au conseil de scientologie sa réussite, la réussite de son affaire avec son mari, une maison de 800000 dollars sur la baie, deux grosses voitures et un bateau de 10 mètres.

    Dans l'affaire du couple, AMC Publishing, les principes hubbardiens sont tout à fait manifestes.

    Dans la salle commune, on trouve un "organigramme" d'Hubbard, avec les postes des quelques 30 staffs d'AMC au sein de la hiérachie. Ailleurs, une "échelle des tons" d'Hubbard, outil d'estimation chiffrée de la valeur des émotions. Derrière le bureau de Slaughter, un certificat encadré prouvant qu'elle a atteint le niveau OT8, actuellement le plus élevé dans la hiérachie spirituelle scientologique.

    En dehors de l'affaire, Slaughter grimpe dans l'estime comme quelqu'un d'énergique, célèbre ambassadrice du City Hall et de la communauté.

    Elle est l'une des quelques 3300 scientologues ayant émigré vers Clearwater dans les années 90, période de plus forte progression de l'église au cours de ses 22 années ici.

    La communauté a plus que triplé durant la dernière décennie, de 1489 personnes en 1989 à plus de 5000 de nos jours, dit l'église. Ceci comprend aussi bien les staffs en uniforme de l'église que le "public" scientologue.

    Chaque jour, il y aurait 1500 à 2000 scientologues extérieurs à Clearwater, dit l'église; ils visitent Clearwater pour y recevoir les conseils, des semaines ou des mois d'affilée. 

    Les membres de sécurité de l'église sont dissuasifs.

    Ces arrivants impriment leur type de culture sur la ville, pendant que  la scientologie cherche encore à augmenter son emprise.

    Les scientologues réunissent d'autres terrains qui leur permettraient, par de nouveaux locaux, d'augmenter encore leur présence déjà importante dans la ville basse.  L'église entend construire un énorme bâtiment de bureaux, un garage et un auditorium comportant plus de places que le Hall Ruth Eckerd.

    L'église affirme en outre être "mortellement sérieuse" quant à ses projets pour l'an 2000, comprenant le triplement - des  staffs à Clearwater - jusqu'à 3500, le lancement d'une "université" scientologue locale pouvant prendre 10000 étudiants, et la reconnaissance de Clearwater comme "première ville scientologue au monde".

    Elle a annoncé ces buts dans un magazine de 1996.

    Brian Anderson, porte-parole de l'église à Clearwater, a dit que l'université serait un centre d'enseignement séculier des principes d'affaires d'Hubbard. Des bâtiments seront nécessaires, en plus du simple logement des staffs. Et il a dit que la notion de "ville scientologue" ne devait pas être mal interprétée.

    "Ce n'est pas une déclaration à prendre au pied de la lettre, dit-il; cela signifie seulement que nous aimerions avoir un environnement convenable, sans drogues, où tous puissent vivre. Ca ne signifie pas du tout qu'il faille que tout le monde soit scientologue."

    Quand l'église a débarqué à Clearwater en 76 dotée d'un plan secret d'infiltration des institutions esentielles de la cité, les gestionnaires de la ville ont cru qu'ils pourraient leur faire quitter la ville. Ils ont sous-estimé la richesse de l'église, sa persistance et ses instincts expansionnistes tirés du "catéchisme" hubbardien.

    Plus de deux décades ont passé: on sait que l'église et ses adpetes sont là pour de bon, tout comme le calcaire sur laquelle est bâtie la ville. Mais permanence n'a pas toujours signifié paix.
     

    Propriétés de la scientologie à Clearwater 

    L'église possède 21 biens immobiliers à Clearwater, plus un hors des limites de la ville, à 16432 US 19N. 
    Dix-sept de ces propriétés sont dans la ville basse, soit 3% des parcelles de la ville basse et 10% de la valeur de la ville basse. 
    Elle possède 31,2 millions de dollars de biens à Clearwater, dont 21,7 millions sont exemptés d'impôts. 
    Elle paie des taxes sur 9,5 millions de biens (surtout sur son hôtel de 400 chambres) ce qui fait d'elle le plus gros contribuable  immobilier de la ville basse, pour 224911 dollars en 1997. 
    Malgré son statut d'exemption, elle est l'une des grosses contribuables de Clearwater. Si elle payait pour tous ses biens, elle serait le troisième plus gros contribuable immobilier, juste derrière le Centre Commercial du centre ville et la Centre Commercial de Clearwater.
    En un temps où la ville et son nouveau maire tentent de secouer l'inertie régnante ayant bloqué la croissance au cours des années précédentes, l'église mène une guerre publique contre ce qu'elle nomme " conspiration de haine et de bigoterie religieuse".

    Elle se dit opprimée par les médias, la police, le médecin légiste et d'autres qui voudraient savoir ce qui s'est passé lors du décès de Lisa Mc Pherson, jeune femme scientologue de 36 ans qui allait faire partie de "cette nouvelle ville scientologue".

    Mc Pherson a déménagé à Clearwater en 1994 avec son amie d'alors,qui était également son patron et collègue scientologue, Benetta Slaughter. Mais sa mort après dix-sept jours de séjour en 1995 à l'hôtel Fort Harrison de l'église a fait remonter à la surface la fragilité des relations et les dysfonctionnements entre elle et la cité.

    Une enquète de police a brusquement fait sauter le thermomètre civique de l'église, lorsqu'elle a monté sa défense aggressive contre les divers soupçons qui pèsent sur elle.

    Il n'y a pas que sa réputation qui soit ici en jeu.

    Pendant que le Procureur d'Etat, Bernie Mc Cabe, pèse le pour et le contre pour aboutir à sa décision de poursuivre l'église en justice criminelle, les organisations essentieles de médias ont placé Clearwater sous scrutin international: non pour ses attraits de plages et de baignades ensoleillées, hélas, mais pour sa religion controversée.

    On pourrait décrire l'état de Clearwater par "enturbulé", un jargon scientologique désignant des ennuis et des troubles en cours.

    "Si quelque chose vient aux oreilles de la presse nationale, il faut s'inquiéter", a dit Mike Roberto, gestionnaire de la cité, qui tente d'en faire une ville plus attirante et vivace. "Ca m'ennuie vraiment: ça n'aide en rien."

    Règle du "Vivre et laisser-vivre"

    Ce sont les uniformes des scientologues qui ont rendu la vie des staffs de la scientologie bien évidente à Clearwater. Mais leur présence se sent dans mille autres aspects plus subtils.

    Regardez le propriété du 639 Cleveland Street dans la basse ville, un bâtiment de trois étages abritant plusieurs petites affaires. Tout scientologue sait que le "Batiment Ton 40" joue sur "l'échelle des tons émotionnels" d'Hubbard, dont le Ton 40 est le niveau supérieur "Sérénité de l'être". C'est Ray Cassano, scientologue célèbre, qui en est propriétaire.

    Au 413, Cleveland Street, un organigramme dd'Hubbard se voit de dehors. L'affaire use des principes d'Hubbard destinés à rendre les sociétés plus efficaces.

    Son propriétaire, Dwight Matheny, en est à son second mandat de conseiller municipal dans le développement de la ville.

    Un collègue scientologue, Bob Sudalnik, siège au comité d'Embellisssement, organisme qui conseille la cité.

    La boutique One Stoppe du 512 Cleveland vend des afaires d'école et des livres scientologues, ainsi que le "livre du bouche-à-oreille des Affaires en qui l'on peut avoir confiance", un guide pro-scienotlogue de médecins, commerçants, marchands de biens, menuisiers et autres plombiers.

    Du fait que la boutique fournit les scientologues travaillant tard, c'est la seule à rester ouverte après minuit.

    Freedom, magazine scientologue publicisant les bienfaits et victoires de la scientologie et massacrant ses ennemis,  partage le trottoir avec les principaux journaux de la ville.

    A Cajun Grill, resto fréquenté par autant de scienos que de non-scientos, les clients peuvent trouver des exemplaires de "Communication Line", autre canard scientologue.

    Les annonces qu'on y trouve parlent le jargon scientologais extrait des ouevres d'Hubbard; elles démontrent la vie sociale des scientologues.

    Une société de conseil vantant les mérites des philosophies d'Hubbard recherche des cadres et "dirigeants" qui aideraient "à clarifier la planète".

    Une clinique de médecine naturelle a besoin d'un employé "haut de ton" (sur l'échelle d'Hubbard) pouvant faire face "à une forte randomité".

    Un parent a besoin d'une baby sitter "chapeautée" (entraînée) pour garder ses enfants de 5 et 7 ans.

    Divers autres vendent leurs électromètres, ces appareils électroniques dont se sert la scientologie pour soupeser les changements mentaux. Un "Quantum" couleur argent vaut 2000$.

    Un autre revend des "bandes enregistrées scientologues, pas ouvertes: prix normal, 10310$, à laissées à 6900 $"

    Robert Merkle, ancien attorney US de Tampa, est un catholique envisageant la scientologie comme "une philosophie vraiment bizarre"; et "une énorme organisation juste bonne à faire de l'argent". Il dit entendre parler des abus scientologues, "et que pour lui, ils ne sont pas imaginaires".

    Mais il n'a jamais parlé de ça avec ses voisins emménagés depuis deux ans à la porte d'à côté sur Glenwood, où bien des adeptes se sont installés.

    Ses enfants jouent avec les leurs, et Merkle dit qu'il empèche leur gros chien d'avaler le repas familial... il a aussi aidé son voisin à tailler l'arbre en bordure de la propriété.

    Il pense que la majorité des gens de Clearwater ont adopté l'attitude de "vivre et laisser vivre" vis à vis des scientologues.

    En bas de la ville, des centaines de staffs de l'église vont manger chaque jour à l'arrière du bâtiment scientologue de Clearwater, une banque réhabilitée sise 500, Cleveland Street - un bâtiment que la ville admirait et vantait.

    Les staffs sont membres de l'Organisation Maritime scientologue, la Sea Org, décrite par l'église comme "ordre religieux dont les membres se vouent à un service perpétuel envers la scientologie et ses buts".

    D'après les matériaux de l'église, la 'Sea Org' a démarré en 1967, quand Hubbard et plusieurs de ses adeptes ont pris la mer pour examiner "les matériaux et aptitudes supérieures". Bien que revenus à terre,  les uniformes de marine demeurent.

    Après le repas, les staffs scientologues remontent les trottoirs de Cleveland Street et Fort Harrison: ils ne flânent pas pour retourner en poste vers d'autres bâtiments de la ville basse, courant ou marchant vite, mais ne traversant jamais aux feux rouges.

    Ils vivent ensemble à Hacienda Gardens, bâtiment d'appartements à 1500 mètres de là. Ils y vont et viennent dans un bus repeint aux armes de FLAG, abréviation de "Flag Service Organisation", nom officiel de l'église à Clearwater.

    Certains ont mis leurs enfants dans les écoles publiques de Clearwater. D'autres les exposent aux "technologies d'étude" d'Hubbard à l'école privée "Delphi Academy" de Floride,  au 1831 Drew St, qui contient quelques 190 élèves.

    Certains scientologues ont aussi déménagé leurs entreprises à Clearwater.

    Parmi eux, on trouvera Bryan J. Zwan, docteur en Physique, antérieurement chercheur au MIT, dont la maison de 1,8 million de dollars trône à Belleair; c'est un des principaux contributeurs aux efforts que prévoit l'église en basse ville.

    Zwan a déménagé Digital Lightwave depuis la Californie en 95. Cette société vieille de 7 ans fabrique des composants d'équipements de tests pour les lignes de fabrication de fibres optiques et emploie 89 personnes au 5e étage de l'Atrium, Sun Trust Building, 601 Cleveland Street.

    Digital avait annoncé des ventes de 15 millions de dollars au 4e trimestre 97 - près de 5 fois celles de l'année précédente. En Février dernier, les ventes d'actions nouvelles ont totalisé 40  millions de dollars.

    Mais nombre de ceux ayant investi dans cette société en plein essor ne sont guère satisfaits d'avoir découvert qu'elle avait surestimé largement ses ventes de l'an passé, découverte ayant fait dégringoler la valeur des actions.

    Trade Net, autre société scientologue, a été contrainte à débaucher 80 personnes peu après sa création l'an passé, à Dunedin. Cette société de marketing à plusieurs niveaux est sous le coup d'une enquète de la part de l'Office de l'Attorney Général de Floride; certains des dossiers sont déjà accessibles.

    D'après une transcription d'un document sur la réunion de la société en Août, un des cadres généraux au moins étaient sur des charbons ardents par rapport à la Mairie de Clearwater.

    Ce cadre, Erwin Annau, risquait d'être "déclaré suppressif" par les officiels de l'église en raison de son rôle dans les faibles résultats d'une affaire utilisant les principes de management hubbardiens. Les scientologues en bonne relation avec l'église n'ont pas le droit de communiquer avec des gens déclarés suppressifs.

    Dans la transcription de la réunion, on disait que les officiels de Trade Net informaient l'église de scientologie de ce qui se passait dans la société. Et que la gestion de l'Eglise ch---- dans son froc quant à la situation fâcheuse de Trade Net.

    Entretemps, d'autres scientologues ont ouvert diverses  affaires qui marchent, depuis tout ce termps. On trouve des chiropracteurs, traîteurs, conseillers en informatique, et une société d'en bas de la ville spécialisée dans la vente en bordure de routes.

    Il est arrivé que Clearwater ait eu à lutter contre la suspiscion à propos d'affaires gérées par des non-scientologues qui auraient aimé s'installer dans la ville basse: ils y réfléchissaient par deux fois.

    "Je dirais qu'on en parle dans toutes les conférences auxquelles j'assiste", dit Roberto, après avoir assisté à plus de vingt réunions de quartier depuis qu'il est à son poste en Juin; "On me demande toujours: comment les scientologues sont-ils adaptés au plan de la ville basse, et puis-je réussir avec les scientologues?"

    Roberto ajoute qu'il existe à Clearwater une tendance de tout mettre sur le dos des scientologues quand il y des problèmes là-bas. Mais toutes les villes subissent des hauts et des bas, dit-il, "et la ville basse n'en est qu'un exemple".

    Jack Kenney disait que la scientologie n'était pas un facteur lorsqu'il a considéré son installation en bas en 1995. Western Reserve a par contre choisi le centre ville.

    Certains adjoints municipaux disent que d'autres affaires ont laissé tomber ce quartier à cause de la scientologie. L'un d'eux, parmi les principaux, serait prèt à quitter pour aller au site du City Hall, d'après l'adjoint Bob Clark.

    Le porte-parole de l'église Anderson estime que les scientologues injectent directement  quelques 900 millions de dollars dans l'économie locale.  C'est à peu près le double du chiffre de 1989, lorsque l'église a loué les services d'un consultant non-scientologue ayant conclu que "sans la présence stabilisatrice de l'église en basse ville, c'est la cité entière qui serait économiquement moins viable."
    [il faut observer ici que 5000 scientologues dépensant entre 10 et 50 dollars par jour de moyenne hors services scientologiques bien sûr,  parviendraient, à raison de 30 dollars/personne, à 55 millions de dépenses  annuelles directes , estimation basse, et qu'en supposant que 1000 d'entre eux dépensent 20 fois plus, soit 600 dollars jours, cela n'ajouterait que 200 millions au chiffre, soit 240 millions : nous sommes très très loin des 900 millions annoncés, ndt]

    Une partie de cette manne trouve actuellement son chemin dans les voies politiciennes. Lors de l'élection du maire en 1996, les scientologues ont donné des sommes importantes pour l'élection de l'homme d'affaires de Clearwater Beach Jim Warner, qui promettait aux électeurs "un nouvel esprit de coopération" lors de sa campagne contre le Maire Rita Garvey, qui est depuis longtemps critique de la scientologie.

    Habituellement, on n'a guère qu'une ou deux personnes pour verser plus de 500 dollars; Warner en a attiré des douzaines, la plupart scientologues.

    Un honnète pourcentage du trésor de guerre (37695 $) venait de scientologues, y compris de membres de l'église de scientologie de Californie où la scientologie est également très représentée.

    "C'est tout à fait nouveau lors d'une élection municipale", avouait Warner qui faisait remarquer "que ses volontaires scientologues étaient des travailleurs acharnés, qu'il avait des affiches partout."

    Mais l'assistance a eu son retour de flamme, lorsque les votants l'ont pris pour un scientologue. "J'ai perdu à cause d'eux", dit Warner, qui a eu droit à un siège malgré sa défaite à plus de 2 contre 1. Mais l'avenir pourrait être différent.

    Dans une ville de 62000 électeurs avec une rotation d'environ 14000 par élection, un bloc central uni de 3 ou 4000 peut largement suffire pour remporter la mairie. Avec ses 4000 scientologues et ses 1000 staffs, l'église de scientologie pourrait être cette force.

    Mais l'église n'attend pas toujours les élections. L'an passé, seuls deux représentants de l'église ont rendu visite à Roberto parmi les citoyens de Clearwater, alors que Roberto était encore en poste à Miami Beach.

    Quand il a commencé à travailler pour Clearwater, il ne savait pas grand chose de la scientologie ou de son passé en ville. Peu après son arrivée, un contingent de scientologues l'a rappelé.

    D'après le porte-parole de l'église, il s'agissait "de parvenir à le connaître, de nous faire connaître, d'offrir notre assistance, et de lui faire savoir quelles étaient nos intentions et ressources."

    "FAITES PASSER LES CORPS DANS LA BOUTIQUE"

    Les scientologues sont toujours conscients de leur prosélytisme à haute pression, mais prétendent qu'il s'agit d'une mauvaise conception de plus sur l'église.

    Beaucoup disent que lorsque l'église en vient à discuter avec un non-scientologue, le scientologue aura tôt fait de proposer l'achat d'un livre d'Hubbard.

    "Les gens connaissent des scientologues et ne s'en rendent pas compte, parce que leur religion ne se voit pas", disait Benetta Slaughter, très ancienne membre de l'église qui nie que la scientologie passe son temps à recruter.

    Mais les matériaux de l'église même dénoncent un système de vente enraciné sur Clearwater, pour recruter de nouveaux membres et s'assurer que les membres actuels achètent toujours davantage de services à "Flag".

    Le système repose sur une armée de paroissiens connus sous le nom de "Membres du Personnel à l'Extérieur", ou "FSMs" qui travaillent un peu partout dans le monde. On leur donne une commission payée en séjours gratuits à l'hôtel scientologue de Flag et 10 % des services payés par leurs "sélectionnés" leur sont reversés.

    Pour beaucoup, ce travail de FSMs se pratique à plein temps.

    La lecture des brochures qui leur sont destinées révèle des tactiques de vente à la dure les encourageant à faire rentrer les gens au plus vite dans l'église; on y met l'accent sur le fait de convaincre les "sélectionnés" à payer en totalité et d'avance.

    Chaque brochure aux FSMs contient des extraits d'Hubbard. Dans l'un d'eux, on peut lire "qu'il faut faire passer des tas de corps dans la boutique... juste les faire entrer et sortir, peu importe comment ou pourquoi."

    Dans une autre, il dit "il faut que vous soyez prèt à envahir leur univers intime, carrément." lorsqu'ils approchent des non-scientologues.

    Ces brochures servent de forum aux "FSMs" de Clearwater qui y partagent des trucs sur la vente de scientologie. Les recrues potentielles sont appelées des "prospects", les services de l'église des "produits". On les y encourage à utiliser des offres genre "Achetez dès maintenant" et "Prix spéciaux".

    Des concours de vente sont utilisés pour "encourager à beaucoup vendre". Une brochure pa    rle du problème des "prospects "qui n'ont pas assez d'argent pour le service.

    La solution? Amener la personne à l'église voir un "consultant" qui est "entraîné à lui faire trouver un moyen d'avoir de l'argent" et "faire ce qu'il faut pour pouvoir obtenir le service".

    En plus des brochures de ce type, Hubbard a aussi écrit une règle de l'église disant que l'église "doit se sentir concernée lorsque les diverses organisations ne font pas pomper l'argent assez vite dans l'aspirateur".

    Il recommande aussi que les nouvelles recrues potentielles soient guidées parmi les services de l'église sans qu'on leur demande jamais de choisir: "Ce désir est au mieux fragile! ne le faites pas s'envoler! Si elle dit timidement 'j'ai tant------- d'argent, dites 'Bon, amènes-le, tu peux emprunter le reste; viens lundi."

    Moins d'un mois avant de mourir en décembre 1995, Lisa Mc Pherson faisait son travail de recruteur pour l'église.

    D'après un document en provenance du procès de la succession Mc Pherson contre l'église, Mc Pherson dinaît au restaurant de Palm Harbor lorsque le sous-directeur a dit qu'il avait rencontré à trois reprises un psychiatre, sans résultats.

    Mc Pherson a pris son nom, son téléphone, et lui a promis un exemplaire de "Dianétique, la Puissance de l'Esprit sur le Corps" (dénommé aux USA: "Dianétique, Science Moderne de la Santé Mentale".)

    Mais elle a aussi contacté un FSM professionnel de Clearwater pour s'assurer qu'on "suivrait le gars". Mc Pherson suggérait dans la lettre à ce FSM de partager la commission qu'il recevrait sur ce que le gars achèterait.

    Selon une liste de "Prix des Donations", on vend le conseil scientologue à Clearwater en lots de 500 à 32000 dollars. Une bonne partie des lots s'échelonne de 4000 à 12000 $.

    L'église dit reverser ses revenus pour l'expansion et pour des programmes d'amélioration sociale. Elle annonçait l'an passé que ses prix augmenteraient à compter du 1er Janvier, après avoir satané pendant 13 ans. La direction justifiait en disant que pendant ce temps, l'argent avait dévalué de 46% et qu'il fallait "bien s'occupper du staff".

    La direction arguait aussi du fait que "les donations hotelières" de l'hôtel de Clearwater allaient de 405 dollars la semaine avec vue sur la rue, à 4500 pour la suite présidentielle.

    Le porte-parole Anderson disait que l'église possède 400 chambres à Clearwater, et que ses hotels étaient pratiquement toujours pleins.

    Pendant les séances d'audition-conseil scientologue, un auditeur pose des tas de  questions
    précises au paroissien qui tient deux boites d'électromètre en main; l'appareil ressemble à un détecteur de mensonge. Les scientologues croient que l'électromètre détecte les changements du mental et qu'on peut s'en servir en audition pour effacer les souvenirs pénibles, y compris ceux des vies passées.

    Hubbard a écrit que l'église n'avait pas pour but de faire de l'argent "comme on pourrait le penser", mais de donner  aux gens l'aptitude d'améliorer la planète.

    Il écrivit aussi que vendre de la scientologie était l'unique moyen de faire passer le mot sur ce qu'il croyait être l'unique moyen de sauver l'humanité.

    "La vente à la dure signifie insister pour que les gens achètent. C'est s'intéresser à la personne. S'intéresser vraiment à elle, ... c'est lui faire prendre le service dont elle a besoin."

    TOUT CE QU'ILS FONT N'EST PAS FORCEMENT NEGATIF

    Il ressort deux choses principales pendant que la scientologie cherche à s'imposer à Clearwater.

    L'une, c'est l'église bienveillante de scientologie, dont les membres furent l'an passé plus actifs que jamais dans les affaires civiques.

    Ils ont bien nettoyé le bas de la ville.
    Installé des lampions de fête le long de Cleveland Street.
    Aidé à organiser l'ouverture de la section de Pinellas Trail et lancé le programme d'affichage.
    Tenu leur neuvième fête de Noël annuelle pour les enfants du Comté.
    Pour la 5e année d'affilée, ils ont ouvert leur festival "Merveilles de Noël" au grand public.

    En outre, l'église continue à rénover des bâtiments en ville ou au dehors, bâtiments qui disparaîtraient sans cela. On dit aussi qu'elle s'active pour en finir avec l'illetrisme et l'usage de drogues.

    Les officiels disent que les scientologues sont bien organisés et sont durs à la tâche pour le bien de la communauté.

    Mais l'église fait souvent montre d'un autre aspect qui renforce sa réputation bien méritée d'usage de tactiques aggressives et d'activités pour la gloriole.

    Les piétons d'en bas de la ville sont suivis par les caméras et les gardes de la sécurité scientologue. Bien qu'ils soient sur le domaine public, tout individu prenant des photos des bâtiments sera questionné par les officiels de l'église.

    Lors des "Merveilles de Noël" en décembre, annoncées comme un "cadeau" de l'aglise aux familles, des caméras prenaient des photos de la salle. Elles se trouvaient sur les fenètres de l'imitation de village alpin.
     
    L'an passé, les membres de l'église ont organisé une manifestation colérique et tout juste pacifique contre les services de Police. Ils accusaient le Chef de la Police, Sid Klein, de discrimination à leur égard et ont lancé une campagne d'enquète à son sujet. Ils ont porté plainte contre le Médecin Légiste Joan Wood, l'accusant de mentir à propos de la mort de Lisa Mc Pherson, et ont menacé de poursuivre la ville en justice.

    Les officiels scientologues prétendent avoir été à chaque fois provoqués et forcés à "se défendre" contre la haine et "le préjugé Sudiste". Ce seraient les médias et non la scientologie qui seraient responsables de la controverse contre la scientologie, dit Anderson.

    "Nous ne nous en prenons ni à la ville, ni à la police, nous nous inquiétons des violations des lois et de la Constitution, pour pouvoir les faire corriger. Je crois que nous sommes excessivement bien admis dans cette communauté."

    "Il n'y a pas de raison de dialoguer avec eux: de mon point de vue, s'ils cherchent à devenir crédibles, je ne suis pas prète à leur donner une crédibilité en tant que religion"  a dit notre Maire, Rita Garvey. "Je me demande surtout s'ils changent de méthodes."

    C'est Garvey qui a demandé à un scientologue de sortir de chez elle lorsqu'il y a trois ans, elle y donnait un réunion de société au cours de laquelle il vait demandé "pourquoi ne nous aimez-vous pas?"

    Le Maire avait rétorqué: "Ici, c'est chez moi.Bonsoir."

    Plusieurs autres officiels de la ville ont été plus accomodants, venant à des réunions ou des soirées qu'ils organisaient. Les scientologues se sont servi de ces apparitions chez eux pour dire qu'il "étaient mieux admis et que l'église progressait".

    "Au cours des derniers mois, nous avons eu un sénateur, un commissaire de la ville, un surintendant aux élections et deux juges qui ont parlé chez nous", se vante l'association "Better Business", groupe scientologue dans une publication de l'église.

    "Ils sont venus dîner, et après avoir parlé, ont découvert les pouvoirs et les résultats de l'impressionante technologie d'Hubbard... ils étaient très surpris!"

    Une édition de 1995 de la lettre de nouvelles de l'association pressait les scientologues des environs de se présenter dans des groupes comme le Rotary et le Club Kiwani. Elle disait aux adeptes "Inscrivez-vous, et avec nos méthodes et notre savoir-faire, nous pourrons fortement améliorer les conditions".

    Warner, le candidat à la mairie, a également perçu cette âpreté des scientologues quand ils ont fait campagne avec lui."Ils sont d'abord venus me voir, puis ensuite, ils venaient en bandes, " dit-il.

    Garvey est convaincue que la plupart des activités civiques de la scientologie comme "Merveilles d'Hiver" n'ont  d'autre but que se faire accepter.

    Mary Lou Guthart, qui dirige la soupe St Vincent de Paul aux indigents, a eu la même impression l'an passé. Elle était contente de voir arriver une vingtaine de cartons d'épicerie de "Merveilles de Noël", mais déçue de voir l'exagération de ce don dans le "Freedom" du mois de Janvier.

    "Ils avaient écrit un article comme si c'était un truc énorme qu'ils avaient fait pour nous. J'ai senti qu'ils se servaient de nous. Je ne veux plus rien avoir à faire avec eux", dit Guthart.

    Benetta Slaughter, la scientologue ayant coordonné Merveilles de Noël, insiste sur la pureté des motivations de l'église.

    "Je n'ai pas à acheter de la crédibilité: je l'ai, dit-elle, en écho aux commentaires de bien d'autres scientologues. "Nous continuerons à aider des gens et à contribuer à la communuaté; ce n'est pas seulement de notre responsabilité, mais de notre devoir."

    Roger Woodruf, président du conseil  de l'office de développement de la ville basse signale être perturbé par les récentes attaques scientologues contre la ville, mais ajoute qu'on devrait davantage leur accuser réception de leurs efforts.

    "Je me rends bien compte des problèmes, mais en même temps, j'aimerais qu'on parle aussi de ce qu'ils font de positif. Tout ce qu'ils font n'est pas forcément négatif."

    "Nous n'abandonnerons jamais"

    Au cours des semaines écoulées, la scientologie s'est amèrement plainte de ce que les médias et les services de police de Clearwater aient maltraité l'église pour l'affaire du décès de Lisa Mc Pherson.

    Usant du language de combat pour les droits civils des années 60, ils prétendent être victimes d'un schéma de discrimination et bigoterie religieuse datant de 20 ans.

    En toute occasion, les officiels de l'église ont rappelé aux officiels de Clearwater la décision en appel de la Cour Fédérale qui coupa court aux discriminations d'une ordonnance inconstitutionnelle prise contre l'église. Et concluait à une discrimination de la ville à l'encontre de l'église.

    "Je suis un garçon blanc élevé dans le Wisconsin... un WASP": Je sais désormais ce que ça fait d'être appelé "négro", dit Anderson, grand efflanqué à cheveux poivre et sel porte-parole de l'église, qui y est entré voici 25 ans, et venu en 94 à Clearwater. "Pour moi, tout se résume au fait que ma croyance est différente".

    Il dit aussi que la Police de Clearwater manie les scientologues comme celle de Los Angeles manie les noirs.

    Bien qu'il ne fut pas présent à Clearwater durant les années 70 et 80, Anderson et autres nouveaux arrivants à Flag prétendent qu'il ne faut pas oublier ces jours-là.

    L'un d'eux, Mark Gould, 49 ans, qui dirige une entreprise  high tech dans une petit bureau dominant Cleveland Street, dit avoir déménagé pour se rapprocher de l'église en 89.

    Quand il y est arrivé, douze ans s'étaient écoulés depuis le fameux raid du FBI contre l'église à Los Angeles et Wasington, raid ayant dévoilé des plans  scientologues pour faire taire l'opposition  de Clearwater en infiltrant les institutions majeures de la ville et en lançant des campagnes de calomnies.

    Les résultats ne se sont pas fait attendre, et ont conduit neuf haut dignitaires de l'église en prison , dont la femme de L. Ron Hubbard. Ils ont été condamnés pour conspiration anti-gouvernementale,  vols de documents et autres.

    Un matin , en prenant le café, Gould était attablé avec des scientologues et des non-scientologues. La discussion s'est orientée sur ce passé.

    "Je disais: tu sais pas? Tu as raison. On a fait des erreurs. Laisse courir. C'est comme quand on est arrivés ici voici 20 ans. C'est une religion, c'est la mienne, et je ne veux pas qu'on en parle comme on parlait des juifs en Allemagne dans les années 30."

    Gould a dit que ses commentaires ont fait tomber un voile de gène.

    Il contraste avec les officiels de l'église, qui répugnent à parler du passé de l'église, mais sont prompts à l'offensive pour parler de conspiration générale contre elle.

    Un avocat de l'église à New York a rappelé par écrit le mois dernier aux officiels de la ville la victoire scientologue en Cour d'Appel fédérale en 1993.

    Anderson a écrit pour rappeler au Maire Garvey  "les coûts fantastiques, aussi bien en termes financiers qu'en perte de productivité , qu'engendreraient les bagarres entre la Commission et l'église de scientologie".

    Un soir de Décembre 97, Anderson et quelques 3000 autres scientologues ont défilé en chantant à titre de protestation. Ils formaient une ligne humaine continue autour des locaux du QG de la police et du St Petersburg Times.

    Trois jours plus tard, lorsque les officiels de la cité ont publiquement annoncé que cette tactique ne faisait qu'écorner l'image de l'église à Clearwater, des scientologues outragés ont répliqué par une campagne massive de courrier expédiés en Mairie.

    "Comprenez-nous bien, disait l'un d'eux: Nous sommes là pour rester. Nous n'abandonnerons jamais! Jamais! Jamais!"

    Traduction : Roger Gonnet
    (reçu le 4 à 9 heures, posté sur site le 4 à 23heures)

    back

Retour index général

Webmaster: (33)
(0)426810096

Mail ? ôter -erase Antispam

Nouveautés

Tous les liens pour ou contre

Textes généraux
des médias

English texts

Critiques et liens externes

Secrets

Textes courts

Pour les Médias

 Espionnage

Jurisprudence, textes officiels, expertises

Punitions & goulags

liste textes du site

Apologistes & défenseurs des sectes

Données générales, définitions,

Scientologie & médecine illégale

Index France

Scientologie et Internet

Textes anciens du site

Concours littéraire

Moqueries

Justice & scientologie

Autres sectes

WISE et entreprises scn

Le Lisa Mc Pherson Trust