ESPAGNE: LA SCIENTOLOGIE EN PROCES

news in english:http://www.lisatrust.net/global/spain/ElMundo4-29-00.html





1: ESPAGNE: LA SCIENTOLOGIE EN PROCES (juste en-dessous)


2: comment l'Ambassade des Etats-Unis compte défendre la secte en Espagne

3. Ce qui est reproché à l'origine par la justice espagnole

4. Comment les scientologues ont réagi (attaque ad hominem des juges, guerre contre la justice espagnole, etc)



--------------------------------------------------------------------------------
[nota: on constate que la sciento a fort peu de notériété en Espagne au nombre d'erreurs des journalistes -notées en bleu]

APn 11/22/88 0356

SCIENTOLOGIE-ESPAGNE
MADRID, (AP) -- La police a arrèté 69 personnes lors d'une descente dans un hotel et les accuse de fraude; association illégale et faux en écritures, car ils sont membres de la scientologie.


Parmi eux se trouve Heber Jentzsch, président de l'église de scientologie internationale, et deux autres américains non nommés, a expliqué un juge après la raid.


Un porte-parole du tribunal a dit que 24 des 59 personnes avaient été relachées lorsqu'on sut qu'elles n'étaient pas des responsables du groupe.
.../...
Le raid a été mené aux QGs de Narconon, programme de réhabilitation de drogués, à la Dianétique et à l'association civile de philosophie appliquée, tous associés à l'église de scientologie.


En 1986 et de nouveau en juin dernier, le ministre de la justice espagnol rejetait une pétition de l'église de scientologie qui demandait à être accréditée comme organisation religieuse, sur la base du fait que "le groupe affecte négativement la santé publique".
../...


Le juge Vasquez Honrubia a indiqué que ceux qui avaient été arrètés seraient inculpés d'escroquerie, association illégale, coercition, faux en écritures publiques, évasion fiscale et fraudes aux versements sociaux.


Il n'a pas spécifié les faux et escroqueries dans lesquels seraient implqués les responsables mais les nouvelles indiquent qu'au moins l'une de inculpations proviendrait des tentatives de Narconon d'envoyer ses clients à l'église de scientologie comme part de leur traitement.


L'église de scientologie a publié lundi à Washington une déclaration qualifiant le raid de "acte outrageux d'injustice".


La déclaration indique "Qui que ce soit qui aide ces actes de harcèlement se met manifestement du côté du profit et de la prolifération de la toxicomanie".
.../...
Des procès sont en cours aux Etats-Unis contre l'organisation, fondée en 1954 par L. Ron Hubbard, celui-ci étant décédé en 1986.


En 1984, le gouvernement US a entamé une enquète sur les déclarations d'impôt d'Hubbard, lorsque le Fisc (IRS) a indiqué qu'il pensait que des millions de dollars étaient envoyés à Hubbard pour protéger le statut "non-profit" de l'association et pour éviter des taxes.


Les scientologues disent que le FBI, la CIA, l'IRS et d'autres agences ont pris part à la conspiration pour harrasser l'organisation, violant ainsi la liberté de religion.


La Cour suprème US a les choses en main; il est probable que la décision soit rendue en juillet.



1 11-21-88 10:13 aes


La police espagnole arrète 51 chefs de l'église de scientologie
Madrid (UPI): 51 chefs de l'église de scientologie de sept pays inculpés d'extorsion, faux en écritures, et délits fiscaux après la descente policière, révèlait lundi une source judiciaire.

La source indique qu'Heber Jentzsch, directeur mondial de ce groupe, fait partie des 69 suspects arrètés lors d'un congrès international dans un hôtel de luxe de Madrid. 18 ont été libérés lundi.


La police a également fermé 26 bureaux du groupe dimanche et saisi quantité de documents.


L'importante action de police est le point culminant de neuf mois d'enquètes discrètes, parmi lesquels 30 lignes de surveillance téléphonique ont été installées, indiquait le juge d'instruiction Jose MariaVasquez Honrubia.


Les charges retenues comprennent la falsification de documents publics, extorsion, évasion fiscale et fuite de capitaux.


Vasquez Honrubia indique qu'au moins un kidnapping d'un adolescent est également en cours d'investigation.


L'église de scientologie a été fondée dans les années 60 par l'écrivain de science-fiction L. Ron Hubbard. Ses activités espagnoles incluent un centre de lutte contre la drogue 'Narconon' et un groupe spirituel appelé association civile de dianétique.


L'église est hors-la-loi en suisse et Allemagne depuis des années; elle opère dans une trentaine de pays.





Mars 99
(c) Tages Anzeiger, Suisse.
(rappel: la secte scientologie est poursuivie pour nombre de délits et crimes en Espagne, son président Heber Jentzsch ayant d'ailleurs été mis en prison et relâché sous caution importante voici quelques années.)

"La mise en accusation de la scientologie décrit celle-ci comme excessivement dangereuse. On y dit que les membres sont exploités financièrement et qu'ils sont assujettis au lavage de cerveau. Les douze motifs d'accusation vont de l'évasion fiscale à la formation d'organisation illégale. Les scientologues promettent des soins sans posséder les compétences ni les autorisations. L'avocat général estime même que l'usage du test pour recruter des adeptes s'assimile à un crime. La secte dit ensuite à ces personnes ayant passé les tests qu'elle aurait des problèmes psychiques (inexistants en fait), qui pourraient être corrigés grâce à des thérapies et cours très coûteux. La réalité montre que les gens testés tombent souvent malades psychiquement après la soi-disant thérapie.

Parmi les charges accumulées, on peut lire qu'ils ont conduit un diabétique à croire que son diabète était d'origine psychosomatique, qu'il pourrait être soigné grâce à la scientologie. Le patient est tombé ensuite dans le coma diabétique.

Les accusations portent aussi sur l'organisation soeur de la scientologie, Narconon, qui offre une thérapie controversée aux drogués. Cette thérapie inclut des séances quotidiennes de sauna durant cinq heures et des méga-doses de médications. Le centre thérapeutique scientologique n'a aucun personnel formé à la médecine ou à la psychologie; ajoute l'avocat général. De plus, on signale que des scientologues rebelles auraient été enfermés plusieurs jours d'affilée.


Voir 3 ci-dessous pour un rappel des incriminations diverses


--------------------------------------------------------------------------------


2

Ce message a été expédié anonymememnt à un critique de la secte. Il émane de l'ambassade US en Espagne, et démontre à quel point les Etats-Unis sont engagés aux côtés de la secte criminelle.
J'ai passé en caractères gras les éléments les plus choquants.
J'ai par ailleurs traduit les abréviations de l'original au moyen des notes qui le permettaient, pour rendre la lecture plus aisée.
Commentaire de Rod Keller: les télégrammes diplomatiques suivants ont été reçus anonymement. Ils me paraissent indiquer que la scientologie a négocié avec le gouvernement des Etats-Unis afin qu'il ne remplisse pas ses obligations prises par traîté avec l'Espagne. Intéressant de constater la façon dont ils évaluent la valeur de procès espagnol, en se moquant des lois du pays. Divers journaux ont reçu le télégramme.

NON CLASSE
UNCLAS SECTION 01 OF 02 MADRID 003029
2ND C O R R E C T E D C O P Y file://CLASSIFICATION ADDED TO PARAS//
STATE FOR CA/OCS/EUR AND L/LEI - KEN PROPP
DRL FOR HAROLD KOH AND ROBERT SEIPLE JUSTICE FOR OIA MARGARET COTTER
SENSIBLE MAIS NON CLASSE
E.O. 12958: N/A
TAGS: CJAN,PHUM,CASC,PREL,SP
SUJET: REUNION AVEC LES AVOCATS DE LA SCIENTOLOGIE: LE GOUVT US NE DEVRAIT PAS SE CONFORMER A MLAT [traîté d'assistance mutuelle entre espagne et USA, ndt], MAIS TOUT D'ABORD ESSAYER D'EVITER LE PROCES
REFS: A) 99 MADRID 4748; (B) 99 MADRID 5061

1. (SBU) SUMMARY:

Lors d'une réunion du 18 juillet avec le CG consul général Doug Smith, POLCOUNS -conseiller politique du Dépt d'Etat Michael Butler, et le conseiller juridique FSN (Foreign service national), les avocats défendant la scientologie dans le procès espagnol ont de nouveau demandé à l'ambassade de recommander de refuser la demande espagnole de transmettre les citations à comparaître au citoyen américain Heber Jentzsch, comme l'exigerait le traîté mutuel [voir sous le texte du télégramme]. Il s'agissait de la troisième réunion; nous avons réïtéré nos opinions expliquant que transmettre les citations à comparaître à M. Jentzsch ne causerait pas de torts "à la Sécurité ou à des intérêts similaires US", ce qui est la norme pour refuser une requète MLAT (article 3). Au contraire, refuser la requète entraverait la loi essentielle US d'intérêts. Nous croyons le procès espagnol extrèmement faible et empli d'anomalies, mais il s'agit essentiellement d'anomalies légales et non de nature religieuse. Nous sommes aussi fortement convaincus qu'il est très improbable que le procès aille en justice, et plus encore, que Jentzsch y soit incriminé; si cela arrivait, il est inimaginable qu'il aille en prison. Nous recommandons cependant que le DOJ (ministère de la Justice) traîne pour transmettre les citations afin de fournir davantage de délai pour un compromis, pendant que nous suivons l'affaire ici en Espagne pour éviter le procès. Fin du résumé.


2. (SBU) Le 18 juillet [2000] les avocats scientologues Bill Walsh et Monique Yingling ont présenté aux représentants de l'ambassade le compromis proposé pour le procès, sous forme d'un acte de poursuite révisé qui laisserait tomber toutes les charges retenues contre le président de la scientologie Heber Jentzsch. Le procureur espagnol a retiré l'offre en raison du changement d'orientation de dernière minute d'un des défenseurs [ndt: le terme "renege", dans le sens de "changer d'avis pour un avis opposé, est ici utilisé en anglais: il s'agirait donc d'un scientologue jsuque-là favorable à la secte, qui aurait décidé de dire la vérité à la justice]. Le Tribunal a fixé une nouvelle date pour le procès au 25 septembre, déclenchant ainsi une nouvelle de demande espagnole au gouvt US de transmettre une citation à Jentzsch.

3. (SBU) L'acte de poursuite révisé cite la reconnaissance par d'autres gouvernements européens de la nature religieuse de la scientologie comme motif pour faire tomber les charges contre Jentzsch. Ceci, pensent les avocats scientologues, prouve que Jentzsch est poursuivi en raison de ses croyances religieuses. Les avocats citent par ailleurs la requète du procureur que Jentzsch abandonne toute poursuite contre le gouvernement espagnol comme une preuve supplémentaire que celui-ci se sait dans son tort.

4. (SBU) Nous avons répondu que nous étions d'accord sur le fait que le procès contre Jentzsch est très faible (il est exact que nous n'avons pas vu les preuves, mais selon nous, cela semble confiner à l'absurde), et que certaines autorités espagnoles ont exprimé d'une façon ou d'une autre leurs préjugés à l'encontre de l'église. Mais nous avons insisté sur le fait que ce procès contre Jentzsch est intenable légalement, surtout du fait que le procureur n'a pas pu démontrer le lien entre Jentzsch et les crimes commis. Nous n'avons pas de preuves que le gouvernement espagnol le poursuive pour ses croyances en la scientologie, ni qu'il cherche à nier les droits des scientologues espagnols. Ainsi que le montraient les deux précédents rapports sur la liberté religieuse en Espagne, et les REFTELS (appels téléphoniques en référence), la scientologie continue d'opérer librement en Espagne. Bien que non reconnue comme religion, elle est considérée ici comme association culturelle par le ministère de l'intérieur espagnol. De plus, des tribunaux espagnols ont pris des décisions qui lui étaient favorables lors de trois procès différents depuis 1987.

5. (SBU) Après avoir été d'accord sur le fait que nous n'étions pas du même avis, nous nous sommes occupés du plus pressé: éviter le procès. Les avocats de la défense pensent aussi que la justice espagnole désirerait éviter le procès, et que la décision d'un des défenseurs de changer au dernier instant d'avis lors du compromis a mis le procureur en colère, par quoi il a réagi en retirant tout le compromis et en fixant une nouvelle date pour le procès. Walsh et Yingling espèrent encore un accord de compromis, sentiment partagé par l'avocat espagnol de la défense, que nous avons rencontré la semaine passée. L'avocat espagnol a dit au Consul général et au conseiller FSN qu'il aimerait aller au procès, car les charges à l'encontre de Jentzsch sont si ridicules qu'il pensait s'en servir pour amener le procès vers une mise en cause de la conduite illégale du tribunal.

6. (SBU) Nous sommes d'accord sur le fait que la meilleure méthode est de retarder la transmission des citations à comparaître à Jentzsch pendant suffisamment longtemps pour qu'on parvienne au compromis. Alors que Walsh et Yingling hésitaient, nous avons eu du mal à croire que la date du procès soit fixée au 25 septembre, soit trois semaines après la fin des vacances d'août. Yingling a signalé au passage que l'une des fortes pointures des avocats madrilènes, chef de la défense, venait de subir un infarctus qui pourrait servir à retarder le procès. Il existe plusieurs autres tactiques que la défense pourra utiliser pour éviter le procès. BT


***[2e télégramme]***

UNCLAS SECTION 02 OF 02 MADRID 003029
COPIE CORRIGEE//CLASSIFICATION AJOUTEE AUX PARAGRAPHES//
STATE FOR CA/OCS/EUR AND L/LEI - KEN PROPP
DRL FOR HAROLD KOH AND ROBERT SEIPLE JUSTICE FOR OIA MARGARET COTTER
SENSIBLE MAIS NON CLASSE
E.O. 12958: N/A
TAGS: CJAN,PHUM,CASC,PREL,SP

SUJET: REUNION AVEC LES AVOCATS DE LA SCIENTOLOGIE: LE GOUVT US NE DEVRAIT PAS SE CONFORMER A MLAT [traîté d'assistance mutuelle entre espagne et USA, ndt], MAIS TOUT D'ABORD ESSAYER D'EVITER LE PROCES
REFS: A) 99 MADRID 4748; (B) 99 MADRID 5061

7. (SBU) La solution évidente de notre point de vue, comme nous en avons discuté avec Walsh et Yingling, c'est de convaincre le procureur de poursuivre à part le défenseur récalcitrant. Le procureur désire apparemment que ce procès soit arrangé dans son ensemble et n'est pas d'accord pour parvenir à des accords séparés. Cela reste néanmoins possible. Nous avons en attendant offert d'utiliser nos contacts dans l'appareil judiciaire espagnol pour trouver discrètement des méthodes pour retarder la date du procès. Mais on nous a aussi avertis qu'une approche aggressive de notre part provoquerait des retours de flamme; ils ont compris qu'il fallait l'éviter.

8. (SBU) L'Ambassade désire offrir les éléments suivants afin d'éclairer les lecteurs de Washington sur les bases du procès: A) l'enquète contre l'église de scientologie a démarré en 1984, quand un policier espagnol hors de son poste, paraît-il engagé par l'église de scientologie, a été accusé de d'arrestation-détention illégale. D'autres accusations ont suivi de la part d'autres espagnols qui pensaient avoir été maltraîtés ou trompés par Narconon et la Dianétique, organisations affiliées à la scientologie en Espagne. Le tout a culminé avec l'arrestation de Jentzsch et d'autres en 1988. Ce sont les individus se disant victimes, et non l'état espagnol, qui ont démarré le procès contre l'église de scientologie.

B) Le fait que d'autres gens inculpés dans le procès aient apparemment confessé leurs crimes depuis dans le dernier texte du procureur (désormais retiré) est la preuve que les autorités espagnoles avaient une véritable motivation de respect des lois quand elles ont décidé de poursuivre le procès.

C) Le gouvernement espagnol n'a jamais fermé l'église en Espagne, même après les arrestations de 1988, bien qu'ensuite le juge d'instruction ait ordonné la confiscation de documents et autres articles dans certains bureaux scientologues, et arrèté certains comptes en banque, pour s'en servir comme preuves lors du procès.

D) Une publication scientologue donne une liste de huit centres de scientologie actuellement en fonctionnement en Espagne. Cette Amabassade a récemment délivré des visas religieux (R) à des membres locaux de l'église de scientologie voyageant pour affaires aux Etats-Unis.

9. (SBU) Commentaire: à l'heure qu'il est, nous servirons au mieux les intérêts US en faisant ce que nous pouvons pour aider les parties à parvenir à un compromis. Tout en étant en désaccord avec les avocats scientologues qui pensent qu'il s'agit d'une persécution religieuse, nous sommes certes d'accord sur le fait que les charges contre Jentzsch sont superficielles, c'est le moins qu'on puisse dire. Le procès continue, selon nous, simplement parce qu'ils ne peuvent pas laisser tomber toutes les accusations et n'avoir rien ensuite pour expliquer les douze années de frais et d'efforts judiciaires. Mais invoquer l'article 3 du MLAT et parler de persécution religieuse pour l'expliquer (le traîté exige une explication) contredirait carrément des années d'affirmations par les USA quant au fait que l'Espagne soit une démocratie respectueuse des libertés fondamentales. Que le gouvernement US évoque les clauses d'intérêts essentiels dans le seul but d'éviter de transmettre une assignation à comparaître remettrait aussi en question notre désir de coopérer au respect de la loi en Espagne et dans d'autres pays. Nous recommandons un délai pour cette transmission afin de permettre aux parties de parvenir à un accord, mais si cette tactique ne réussit pas, nous recommandons que l'assignation soit transmise.
ROMERO
BT



--------------------------------------------------------------------------------


Texte anglais sur http://parishioner.org/spain.html avec qques hyperliens supplémentaires

Abrévitaions utilisées:

AMCIT - American Citizen
CA - Office of the Assistant Secretary for Consular Affairs, Mary A. Ryan
CG - Consul General Douglas R. Smith
DOJ - Department of Justice
DRL - Bureau of Democracy, Human Rights and Labor Affairs, Department of
State
HAROLD KOH - Harold Hongju Koh, Assistant Secretary of State
EUR - European Affairs, Acting Assistant Secretary of State James F.
Dobbins
FSN - Foreign Service National
L/LEI - Legal Advisor / Law Enforcement and Intelligence, Department of
State, Ken Propp
MADRID - U.S. Embassy to Spain, Serrano 75, 28006 Madrid, Spain
OIA - Office of International Affairs, Department of Justice
MARGARET COTTER - Office of International Affairs, Department of Justice
MLAT - Mutual Legal Assistance Treaty (see below)
POLCOUNS - Political Counselor Michael Butler, Department of State
REFS - References to previous cables
REFTEL - Referenced Telephone Call
ROBERT SEIPLE - Ambassador at Large for International Religious Freedom
ROMERO - Edward L. Romero, Ambassador to Spain
SBU - Sensitive But Unclassified
USG - United States Government

Le traîté mentionné est celui entre les USA et l'Espagne quant à une assistance légale réciproque en matière criminelle; il est entré en vigueur le 23 juin 1993. Sentate Treaty Doc.

102-21, 102nd Cong. 2d. Ratified October 9, 1992.
--------------------------------------------------------------------------------
3
Rappel des incriminations par le Procureur: (seule la partie essentielle est traduite)
Tribunal d'Instruction 21
MADRID
D / Previas 2663/84

DECRET QUANT AU COMMENCEMENT DU PROCES ORAL

A Madrid le 12 décembre 1994

PARTICULARS

FIRST. - On January 18th of 1993 the decree resolving
compliance with the procedure enjoined in Chapter II of Title III
of Volume IV of the Law of Criminal Prosecution, the fourth of the
resolutions listed in section V of article 789, and in accordance
with the first paragraph of section 1 of article 790 of the
aforementioned Law, in said resolution it was so disposed to effect
the transfer provided for in said legal precept.

SECOND. - Upon having executed the accorded transfer, the
District Attorney's Office and the accusations represented by the
Procurer Don Evencio Conde de Gregorio and Do$a Remedios Yolanda
Luna Sierra, they have presented, in time and form, legal briefs
soliciting the opening of the oral trial before the Illustrious
Provincial Audience of Madrid and formulating a writ of accusation.

FONDEMENT JURIDIQUE

PREMIEREMENT - démontrant, en principe et sans préjugé, les qualités de crimes d'association illicite, menaces, coercition, usurpation de fonctions, fausse accusation, simulation de crime, arrestation illégale, crimes contre l'administration fiscale, crimes contre la liberté et la sécurité sur les lieux de travail, intrusion, crimes contre la santé publique, blessures, domamges, abus, diffamation et incitation au suicide, les individus ont été l'objet de la présente poursuite en justice; des éléments incriminants suffisants ont été relevés dans les actions perpétrées pour les attribuer à Heber Jentzch, Arturo Reguera Ardanza, Maria del Carmen Munoz Rosal, Santiago Vadillo Aceves, Ma. Victory de Blas Arribas, Enrique Coll Llopis, Valentin Fernandez-Tubau Rodes, Virgilio Castellanos Saiz, Carlos Aliaga Aznar, Manuel Ruiz Serrano, Enrique Ayuso Ferrer, Ma. Antonia Navarro Castillo, Ma. Monserrat Aguilera Martin, Alfonso Marin Rodriguez, Ma. Luis Pere Aguilar, Ma. Belen Martin Garcia, Jose Manuel Villarejo Perez, Judith Francos Abancos Humberto Fontana, Finn Gerald Thomas et Harold Claude Roussart, lesquels ont été accusés, et, le début du procès oral ayant été demandé, il est procèdé au décrèt dudit procès oral, mandant les accusés afin qu'ils se puissent défendre eux-mêmes dans les formes légalement usitées, en adoptant au même moment les mesures précautionnaires nécessaires pour assurer l'achèvement du procès.

SECOND. - Pursuant to article 790,6, fourth paragraph, in relation with
article 14, third and fourth, of the Law of Criminal Prosecution, and the
petitions of the District Attorney's Office and of the private accusations
having been examined, the Illusterous Provincial Audience of Madrid (Section
No.4) must be indicated as the competent agency for the prosecution and
resolution of this lawsuit.

THIRD. - Pursuant to the penalties solicited in said writs of
accusation,
as well as the quantity of civil liabilities, it is proper to adopt the
precautionary measures in the terms which will be expressed in the
stipulations section of this resolution.

FOURTH. - Although the commencement of the oral trial has been
solicited,
formulating the accusation against a specific person or persons, the first
paragraph of section 6 of article 790 of the Law of Criminal Prosecution
empowers to the Judge of Instruction to decree the dismissal of the lawsuit
when he consider there is concurrence with what is contemplated in number 2
of
article 637 of this Law or that there does not exist rational indications of
criminality against the accused and so it occurs with respect to the accused
by the private accusation represented by the Procurer Don Evencio Conde de
Gregorio, Kurt Weiland, Per Ake Gardstrom, William Knight and Peter Warren
and
so from a given examination of the proceedings which have been practiced it
appears that there does not exist rational indications of criminality against
said accused with respect to the felonies that are imputed by said private
accusation, since at no time, throughout this long delayed proceeding were
their declarations heard in the investigation phase, in quality of imputed,
neither were they informed of the
imputation directed against them, nor of their legally established rights
which would assist them and therefore have not, during the investigation
phase, had the possibility of making whatever allegations that they might
have
considered appropriate in their defense in the instruction phase, nor the
execution of whatever procedures which they might have judged relevant
towards
the same end, consequently, not having acquired previously the condition of
being charged, and not being recognized such fell accusations in our judicial
ordinance, the participation of these accused persons in the commission of
the
crimes which said private accusation imputes to them not ensuing either from
the documental evidence or
from the balance of from the formal actions practiced, whereby, in
accordance
with what is disposed in article 641, 2' of the Law of Criminal Prosecution,
the provisional abatement of the lawsuit with respect to the accused Kurt
Weiland, Per Ake Gardstrom, William Knight and Peter Warren.

FIFTH. - Upon stipulating in this decree the rulings enjoined by the
mentioned legal procedures, at the same time it must be specified according
to
what has been stipulated about the sequence of the proceedings in article 791
of the Law of Criminal Prosecution.

In attention to that which has been set forth,


J'ORDONNE PAR LA PRESENTE

1°/ de décrèter le début du procès oral et de considérer comme fondé ce procès criminel selon les accusations d'association illicite, menaces, coercition, usurpation de fonctions, fausse accusation, simulation de crime, arrestation illégale, crimes contre l'administration fiscale, crimes contre la liberté et la sécurité sur les lieux de travail, intrusion, crimes contre la santé publique, blessures, dommages, abus, diffamation et incitation au suicide, à l'encontre de Heber Jentzch, (plus diverses personnes), lesquels ont été accusés, et, le début du procès oral ayant été demandé, il est procèdé au décrèt dudit procès oral, mandant les accusés afin qu'ils se puissent défendre eux-mêmes dans les formes légalement usitées, en adoptant au même moment les mesures précautionnaires nécessaires pour assurer l'achèvement du procès.

2°/ Les mesures précautionnaires suivantes sont par le présent ordonnées

a). - De décrèter la libération provisoire des accusés

b) Il est décrété, pour garantir les responsabilités civiles financières qui pourraient être déclarée pertinentes, que soit versée la somme de cent soixante millions huit cents quarante et un mille deux cents soixante et onze pesetas, exigée de Heber Jentzch, Arturo Reguera Ardanza, Maria del Carmen Munoz Rosal, Santiago Vadillo Aceves, Ma. Victory de Blas Arribas, Enrique Coll Llopis, Valentin Fernandez-Tubau Rodes, Virgilio Castellanos Saiz, Carlos Aliaga Aznar, Manuel Ruiz Serrano, Enrique Ayuso Ferrer, Ma. Antonia Navarro Castillo, Ma. Monserrat Aguilera Martin, Alfonso Marin Rodriguez, Ma. Luis Pere Aguilar, Ma. Belen Martin Garcia, Jose Manuel Villarejo Perez, Judith Francos Abancos Humberto Fontana, Finn Gerald Thomas et Harold Claude Roussart afin que pendant la période de l'audience et en solidarité, ils présentent cette somme, ayant été informés du fait que s'ils ne le soumettent pas dans les déalis stipulés, le tribunal procédera à la saisie de leurs biens en proportion suffisante pour couvrir la somme. Ceci compose une partie séparée de l'action légale en responsabilité civile, avec documentation de ces spécificités.

L'Illustre Audience Provinciale de Madrid (quatrième section) est nommée agence compétente juridiquement pour l'audition et le verdict de la présente poursuite.


Subpoena the accused with delivery of the copies of the writs of
accusation so that in the period of three days they may appoint Attorney and
Procurer to defend and represent them; and if this is not done, name them at
the state's expense and once satisfied this action, transfer to them a copy
of
the proceedings in photocopy so that within the period of 60 days they may
present their writs of defense in opposition to the formulated accusations.

3rd. - To deny the opening of oral trial solicited by the private
accusation represented by the Procurer Sr. Conde de Gregorio against Kurt
Weiland, Per Ake Gardstrom, William Knight and Peter Warren and decree with
respect to the same the provisional abatement of the present lawsuit.

There is no appeal permitted in opposition to the section of the decree
of commencement of the oral trial, except in what is related to the personal
situation of the accused. An appellate recourse in opposition to the section
of the decree which denies the opening of the oral trial may be formulated
within the period of five days.

Par conséquence je décrète et signe, D & Maria Paz Redondo Gil, Juge Magistrat du tribunal d'Instruction 21 de Madrid


--------------------------------------------------------------------------------

4
Il s'agit de l'article paru dans le "Freedom" version espagnole - le torchon scientologue diffamatoire défendant les positions de la secte criminelle. Comme on le verra, la secte criminelle utilise les mêmes procédés ici qu'ailleurs, intimidation des juges, enquètes sur leur vie privée et leurs opinions, diffamation, etc; et elle est accusée des mêmes méfaits qu'ailleurs: (voir le texte de la mise en accusation).
J'en donne une "relecture" par quelques remarques entre parenthèses carrées.


Cela commence en 1986, alors que le juge d'instruction Jose-Maria Vasquez Honrubia était impliqué dans un procès à grand renom concernant la Brigade de l'Intérieur, brigade spéciale dépendant du ministère de l'Intérieur espagnol - avec suspiscion d'espionnage des partis politiques d'opposition. Un jeune juge semble avoir indiqué alors qu'Honrubia désirait obtenir autant de pouvoir et de publicité que possible grâce à son maniement du procès de la Brigade de l'intérieur. Le procureur Sr. Ladron travaillait avec le juge Sr Vasquez Honrubia à ce procès, arrangement symbiotique pour tous deux, qui demeurerait solide au cours des procès suivants.

Au moment où le juge Honrubia achevait son travail sur la Brigade, l'unité essayait de continuer une enquète sans raison valide sur des actions supposées de membres de l'église, des années auparavant.

Espérant éviter d'être inculpé et poursuivi, le chef de la Brigade Alberto Elias Hernandez, opposant clé dans l'enquète pourissante sur les scientologues espagnols, se rendit alors compte de ce qui comptait pour le juge Sr Vasquez Honrubia à propos du procès de la Brigade: un besoin de règler des procès à grand retentissement qui lui permettraient de parvenir à prendre du pouvoir et obtenir de la publicité. Le Chef Elias comprit alors ce qui pourrait satisfaire le juge tout en l'arrangeant lui-même.

[traduisons: les scientologues sont poursuivis en Espagne comme ailleurs pour diverses fraudes et crimes, et n'aiment pas qu'on leur ait d'emblée mis un juge de renom entre les pattes]

Les preuves indiquent qu'offrant les membres de l'église en "remplacement" du cas de la brigade, Elias informa le juge que le procès contre les membres de l'église donnerait une publicité plus durable et que son unité fournirait toute l'aide et l'enquète nécessaire.

[ici, c'est la scientologie, petit groupe d'escroquerie mal alors connu en Espagne, qui veut se faire aussi grosse que le boeuf politique espagnol de l'époque]

La proposition fut semble-t'il acceptée. Après avoir annoncé l'inculpation de deux chefs de la police dont Alberto Elias Hernandez, comme on le lut dans la presse internationale du 21 octobre 1988, on n'entendit plus parler de ce procès, et Elias conserva son poste à la Brigade.

Le 20 novembre 1988 eut lieu une convention internationale de l'association des scientologues, organisation mondiale de paroissiens de l'église de scientologie. La police espagnole fit une descente dans le paisible rassemblement, sur ordre du juge Sr Vasquez Honrubia.

72 délégués et spectateurs de la convention furent arrètés. L'odre incluait l'arrestation de tous les "étrangers", si bien qu'on arrèta des français, anglais, suédois, suisses, danois, protugais, sud-africains et américains, simplement parce qu'ils étaient étrangers - et scientologues. [on note l'intention dolosive du texte: "parce qu'ils étaient étrangers", ce qui n'a pas de rapport avec leur arrestation ici: tout le monde a été arrèté, et beaucoup relachés aussitôt. On note aussi que la scientologue n'avait pas grand monde présent... 72 arrestations seulement?]

Avant le raid, les médias avaient été alertés en douce par des cources officielles. Résultat: les télévisions étaient là, prètes à filmer l'action de la police. Le juge Sr Vasquez obtenait sa publicité. [traduction probable: les scientos avaient alerté les médias pour se faire de la pub, sans se douter qu'ils seraient pris dans ces piètres circonstances.]

Après le raid, le juge Sr Vasquez Honrubia déclarait à la presse qu'il recherchait des gens désirant se plaindre de l'église de scientologie, méthode dont on entend jamais parler dans la plupart des pays civilisés, où le judiciaire doit être sans préjugés. [traduction: des plaintes avaient déjà été déposées depuis des années par des gens floués par la secte]. Cela prouvait que le juge n'avait pas de bases solides et qu'il lui fallait justifier ses actions en sollicitant vainement des plaintes.

D'autres preuves d'anomalies firent surface. Peu après la descente, deux articles paraissaient dans des journaux, citant des données confidentielles du procès, violant clairement le secret de l'instruction. [donc, un des plaignants - voire l'un des accusés - avait dénoncé certains crimes à la presse; deuxième possibilité: les articles ne citaient rien du tout ou n'existaient pas, sans quoi les scientologues seraient trop heureux d'en donner les dates et titres]

D'autres données étaient aussi citées provenant de documents qui n'avaient pas été saisis lors du raid, mais plutôt volés à un membre de l'église, en violation des règles de la bonne foi. [traduction vrasemblable: la famille d'un scientologue a fait parvenir des données au juge, et la secte est de mauvaise foi]. Un autre citait un résumé confidentiel en parlant de l'interrogation d'un enquèteur privé - mais il n'avait pas été interrogé. Le reporter, contre-interrogé par le tribunal, produisait des preuves montrant qu'il avait obtenu l'information du tribunal d'instruction 21 à Madrid. [qui? quand? quelles preuves?]

Les personnes arrètées furent détenues durant 72 heures après le raid et vigoureusement interrogées sur leurs croyances religieuses par le juge Sr Vasquez Honrubia. 11 personnes dont le reverend Heber Jentzsch, président de l'église de scientologie, internationale, furent gardés en détention. Les autres furent relachés, 12 d'entre eux qui n'étaient pas espagnols furent déportés. [trad: le juge les questionna sur leurs crimes, et laissa libres les étrangers qi n'étaient pour rien dans les crimes commis]

Cependant, le révérend Jentzsch fut gardé bien que son nom n'apparut nulle part sur l'ordre d'arrestation ou dans les documents liés. Il n'était en fait en Espagne que depuis 24 heures et n'y était jamais venu auparavant. Mais, ambassadeur et porte-parole internationalement connu et respecté de la religion scientologie, le nom du Révérend Jentzsch produirait la publicité dont avait si besoin le procès. [Jentzsch était absolument inconnu; c'est une fois encore la grenouille qui se veut faire aussi grosse que le boeuf]

On le garda trois semaines en prison dans des conditions extrèmement humiliantes. Pas de chauffage ni d'eau chaude en dépit du froid hivernal, et il n'eut pas une seul repas décent durant cette période. Comme il l'apprit des prisonniers présents depuis quelques temps, on disait qu'un des gardes leur volait leur argent du chauffage depuis deux ans, et qu'il mettait en cellule tous ceux qui voulaient se faire chauffer leur eau. Il lança une campagne pour que les prisonniers soient chauffés et lors de sa libération, exposa les conditions terribles des prisons aux médias. Devant les protestations qui s'en suivirent; l'autorité de la prison fut contrainte de remettre le chauffage. [plus que certainement invention de A à Z: Jentzsch a fui dès qu'il l'a pu et certainement sans jamais s'occuiper des prisonniers; mais l'invention n'est pas finie! lisez ce qui suit]

Alors qu'il était sous les verrous, le Révérend Jentzsch fut l'objet d'actes malintentionnés étranges. Un soi-disant prisonnier impeccablement habillé vint dans la prison voisine. Dans les heures qui suivirent, il avait informé pratiquement tous les prisonniers musulmans du fait que le Révérend Jentzsch serait un agent du Mossad, les services secrets israéliens. Cet homme n'avait jamais parlé à Jentzsch et cétait entièrement faux évidemment.

Dans une prison contenant 70 musulmans, être étiqueté Mossad était le baiser de la mort. Ce nj'est qu'en faisant appel à un autre prisonnier et en lui faisant traduire les mensonges puis en allant discuter avec les musulmans les uns après les autres quu le Rd Jentzsch put éviter d'être molesté.

Il y eut des milliers de lettres et télégrammes écrits de partout dans le monde pour aider le Rd Jentzsch et condamner l'injustice atroce des autorités espagnoles; cela comprenanit des lettres de leaders politiques, religieux, dont Dean Kelley du Conseil National des églises, Marvin Bordellon de l'église catholique romaine et oprésident le la conférence américaine sur les mouvements religieux, et bien d'autres. Des artistes internationalement connus comme Julia Migenes, Chick Corea et Maxine Nightingale vinrent en Espagne portester et supporter leur ami le Rd Jentzsch - et dire leur outrage face à cette incarcération injuste. [trad: qques dizaines de lettres d'amis pro-scniento, et qques stars scientos, furent contraints par la secte de se déplacer - ou étaient sur place à l'époque]

Il fut finalement libéré sous caution payée par les contributions de scientologues du monde entier [trad: la secte tira de ses fonds énormes ce qu'il fallait], mais ne put quitter le pays. Trois mois après, en mars 1989, on lui permit finalement de quitter l'Espagne, mais seulement en raison de la santé fragilisée de sa mère.

Des années plus tard, les conditions déplorables des prisons espagnoles constatées par le Rd Jentzsch étaient dénoncées et confirmées par le département d'état US, au cours d'un rapport intitulé "Pratiques des Droits de l'Homme en Espagne, 1994", on lisait des cas documentés d'abus des lois espagnoles et des droits de l'homme, le moindre n'étant pas que certains prisonniers aient été retenus durant six ans avant leur procès, ou de cas mourant en prison ou assassinés en attendant le procès. [le "Rd" Jentzsch désire-t'il nous donner l'exemple des innombrables prisonniers innocents exécutés dans son pays? et des violations racistes flagrantes qui se produisent tous les jours aux Etats-Unis?]

Les ridicules accusations du mandat contrastaient largement avec les pratiques pacifiques de l'église de scientologie et du travail admirable et bénéfique du personnel de Narconon [tout à fait bidon, efficacité inférieure à 10 %], organisation sans but lucratif internationale [mais condamnée à payer des impôts en Italie, par exemple] usant des méthodes élaborées par le fondateur de la scientologie L. Ron Hubbard. [a-t'on un seul autre exemple d'église attaquant la justice et le fisc et le gouvernement de tous les pays où elle passe?]

Les actes allégués commençaient à mi-1984, plus d'une décennie auparavant. Aucun des individus arrètés n'était coupable de quoi que ce soit [ben voyons; les juges sont tous de malades, et l'Espagne un pays barabare...]. Et vu que le Rd Jentzsch n'avait jamais visité l'Espagne avant le 20/11/88, il n'avait évidemment pu mener les affaires prétendues dans le mandat. [et la structure pyramidale de la secte, alors?]Cependant, la pratique rappelle l'Inquisition plutôt que la démocratie, et même face aux lois actuelles, la loi espagnole autorise l'emprisonnement sans preuves sur simple accusations. [comme partout: on peut emprisonner d'abord, comme ce gamin suisse de onze ans emprisonné deux mois par un juge parce qu'il regardait sa soeur faire pipi, et qui n' a été libéré qu'en raison d'une soi-disant erreur de procédure]

L'une des sources des charges injustes retenues à l'encontre des scientologues était John Caban, scientologue excommunié [faux: ça n'existe pas, la communion; l'usage de ce terme dans le pays chrétien qu'est l'Espagne n'est pas gratuit] et négociant en joaillerie qui, d'après des sources, avait fait l'objet d'enquète pour cambriolage d'or et autres irrégularités, et qui avait tenté d'obtenir le contrôle de l'église en espagne depuis des années. Caban fut aussi l'objet d'une plainte de son ex-femme pour s'être misapproprié des biens afin d'éviter de les remettre en partage lors du divorce. [traduction; Caban était scientologue de haut rang, peut-être chef d'une mission espagnole prète à devenir une "organisation officielle", qui a fini par en avoir assez; l'église lui attribue une "enquète pour cambriolage"? Gageons qu'il s'agit d'une enquète parce qu'on l'avait cambriolé, lui. Quant à sa femme, elle est peut-être restée en scientologie et le divorce est dû à la secte qui lui fait porter des accusations pour s'en servir de son côté. Il est dans les règles de la secte d'attaquer ses ennemis à mort, de les détruire, les ruiner etc]

L'idée que Caban a de la "justice" se constata lorsqu'il convainquit une autre scientologue désormais excommuniée d'écrire un document bizarre contenant des accusations frabiquées au sujet de l'église, puis le fit suivre à un tribunal, sans qu'elle le sache. Cette même femme rétracta sa déclaration plus tard devant le juge. [trad: nous avons payé le compromis de cette personne avant le procès: habitude également systématique chez eux.]

Le procès progressa lentenment ensuite et le Juge fut de plus en plus objet de critiques pour son maniement du cas, qui fut finalement transféré au Tribunal National en 1989.

La Cour Nationale décida en 1991 après revu le dossier qu'il n'y avait finalement pas de preuves d'escroquerie ou crimes financiers - au coeur des accusations originelles - nécessitant l'audition du cas. Elle le renvoya devant une cour locale de Madrid pour les délits residuels. Un nouveau juge d'instruction fut désigné. [bref, les anciens scientologues avaient été payés et avaient retiré leurs plaintes pour escroquerie etc]

Le cas dormit durant plusieurs années. Puis le Procureur Sr Ladron tenta de nouveau d'en rassembler les morceaux qui correspondraient aux arrestations et détentions de 1988.


Les sources d'enquète de Freedom révèlent la véritable motivation du procureur Sr Ladron par rapport aux charges abandonnées: c'est sa vieille animosité contre l'église. [dernier ressort: les juges sont partiaux etc...]

De son côté, le juge Sr Honrubia est encore déçu d'avoir perdu le procès contre les membres de l'églsie. D'abord renvoyé en tribunal national, puis dans une cour locale, avec un nouveau juge d'instruction. Le Juge Honrubia, selon les informations de Freedom, comptait vraiment sur une remise en route de ce procès; il a fait tout ce qu'il a pu pour y parvenir [argument des conspirateurs, désormais]

Le point de vue de l'église, c'est que les charges retenues par le nouveau mandat sont contraires aux droits garantis par la constitution espagnole, en s'engageant dans une Inquisition destinée à détruire les droits de l'église de scientologie. Et ils pourraient aussi szervir à s'en prendre à d'autres minorités religieuses en Espagne. [arguments connus aussi: inquisition, intolérance, droits de l'homme, et appel aux autres sectes criminelles pour se faire des copains]

Le 5 juillet 1994, le procureur Ladron soumettait un nouvel acte d'accusation au juge d'instruction.

Ce document démontre une position d'intolérance religieuse, pervertit les croyances et doctrine fondamentales de l'église, et en fausse les buts [bref; il constate que la sciento ne s'intéresse qu'à l'argent et parle des autres aspects peu reluisants de l'escroquerie]. Il accuse aussi la scientologie et son président sans preuves.

Le procureur a même avancé l'idée que l'église s'était organisée pour éviter de payer des taxes [c'est en effet le cas, et on l'a partout constaté]; ce faisant, il a ignoré intégralement la décision du fisc américain IRS de 1993, lequel, après deux ans d'enquète sur la structure, les activités et affaires financières de l'église de scientologie et de ses chefs, a déclaré que toutes les églises de scientologie de la nation, et celles au niveau international comme l'église mère, l'église internationale de scientologie, n'opéraient que dans un but charitable et religieux. Il a même examiné les églises hors des USA. [argument bidon: l'IRS a violé les décisions claires et nettes de la Cour Suprème des USA en acceptant de signer le deal secret et honteux avec la secte, et cela changera tôt ou tard; par ailleurs, les lois US ne s'appliquent pas en Espagne. L'auraient-ils oublié? Enfin, et c'est le pire, on ne voit pas comment l'IRS a décidé entre autres sur la base de sociétés étrangères qui ne sont pas de son ressort]

L'acte est truffé de généralités fausses et ne contient pas de preuves spécifiques contre les défendants. La Cour a néanmoins autorisé ce travesti de justice à continuer. Le 20 décembre 1994, le juge d'instruction publiait une décision de 4 pages envoyant 21 personnes au procès, dont le Rd Jentzsch, selon diverses charges. On n'y trouve pas de faits spécifiques aux accusés. C'est une vulgaire liste d'accusations et de gens envoyés en procès.

Cet acte du Sr Ladron est typique des justices de style Inquisiteur. Cela ne devrait pas être toléré par les officiels dans un pays civilisé.

Des chefs et législateurs du monde ont écrit aux officiels espagnols pour condamner les derniers actes de ce tribunal; on trouve ainsi le Conseiller Richard Alatorre du Comté de Los Angeles, des pasteurs d'églises méthodistes, des membres de la House of Lord anglaise, et bien d'autres. [Trad: un scientologue ami mais pas législateur: un conseilelr municipal -; des inconnus qui ne sont pas des chefs ni des législateurs; et UN seul lord anglais scientologue bien sûr- Lord Mc Nair, connu depuis longtemps]

Il y a six ans, les autorités espagnoles ont agi à partir de rapports sans fondements qui ont maintenant plus de dix ans. Certains ont tenté de justifier leurs attaques en signalant que l'église n'avait pas complètement un statut sans but lucratif aux USA [au début de ce procès, elle n'en avait pas du tout, et se l'est vu refuser jusqqu'en Cour Suprème Fédérale US]. C'était un faux de leur part contre cette religion. Cette partie aurait dû être intégralement résolue depuis la reconnaissance de l'IRS en 1993 de toutes les églises de scientologie d'Amérique ainsi que des organisations charitables qui y sont liées.

L'église de scientologie usera de tous moyens légaux pour s'assurer que ne prévaillent pas les forces d'intolérance qui tentent de détruire la liberté de religion en Espagne ou d'empècher l'église de les assister, par exemple les victimes des drogues néfastes. Et de s'assurer que ceux qui échappent à des ennuis aux frais d'innocents scientologues soient amenés en justice. [on y est; l'ogre totalitaire montre les dents et son vrai visage]


--------------------------------------------------------------------------------




In article <8q8vkq$uhb$1@nnrp1.deja.com>,

> En estos momentos, Cienciología ha puesto en marcha tres centros para
> captar empresarios en la Comunidad Valenciana. Son los famosos Hubbard
> College of Administration y están en Torrente, Calicanto y Oliva.
> El primero es un local comercial, el segundo es un chalet donde se
> imparten cursos y el tercero no tengo ni idea porque no he ido a
verlo.
> El de Torrente está a nombre de Edith & Roberto Weinberger S.L., una
> sociedad legalmente constituida en Alicante, pero cuyo expediente en
el
> registro civil no aparece (yo lo pedí en junio). Si alguien sabe si
hay
> más sedes, sería útil que lo pusiera en este foro.
>
> Además, en la ciudad de Valencia han cambiado de sede. Antes estaban
en

>la salida de Madrid (C/Hermanos Rivas, junto a la avenida del Cid) y
> ahora en C/Convento Santa Clara, en pleno centro de la ciudad.
>
> Parece que andan muy crecidos. ¿Por qué será?
>
> Sent via Deja.com http://www.deja.com/
> Before you buy.
>

Hola .../...
Gracias por las informaciones. He navegado por el site de la secta en
busca de una página que reúne todas las direcciones en España,
tapaderas incluídas, hace tiempo que la vi pero ahora no la he
encontrado. He encontrado un directorio de misiones que está en:
http://www.smi.org/address/spain.htm
Se supone que si vas a otros sites relacionados (WISE, Able,
Narconón... etc) tendrán su directorio y podrás componer la lista
completa de lo que figura allí. Hace poco abrieron una misión en
Vitoria según me enteré.
En cuanto al juicio de nunca empezar, ya sólo queda el fiscal como
acusador y no figura ningún particular. Por mi parte seguiré buscando
esa página de direcciones y si la encuentro te informaré.



Here's a better translation of this article (provided to the Lisa
McPherson Trust by Heather Bennett) which has also been put up on our
site at http://www.lisatrust.net/global/spain/ElMundo4-29-00.html

==================
El Mundo Periodico
April 29, 2000

SOCIETY

COURTS

Trial of 17 members of the Church of Scientology postponed

A decision was made yesterday during the Fourth Session of the
Provincial Hearings in Madrid to postpone the trial in the Church of
Scientology case until the 6th of June, it had been predicted to
begin next Wednesday, May 3rd. The court has assented to the petition
to delay presented by the parties, and to which the Attorney General
was not opposed, for the purpose of systemizing some situations with
the public Treasury before commencing with the oral trial, according
to informed European Press sources.

The Office of the Public Prosecutor in Madrid is seeking a sentence a
56-year prison term of the American Reverend Heber Jentche, world-wide
leader of the Church of Scientology, and a total of 36 years of jail
time for sixteen other followers. The trial, that was begun by a court
in Madrid more that 16 years ago, and whose beginning has been
suspended several times, will have almost 150 witnesses.

The office of the public ministry considers the defendants responsible
for crimes of unlawful association, treasury [tax] fraud, of
practicing without professional qualifications, of invasion of
privacy, of injuries, of harm to the public health, of threats, labor
law illegalities, of usurpation of functions, of simulating a crime,
of false accusation, and of illegal detention.

According to initial conclusions written by the Public Prosecutor, to
which the European Press had access, the Church of Scientology began
to exert its activities in Spain in 1976 with the creation of a series
of centers that happened to form part of an international pyramidal
structure. In the vertex of the pyramid is the Religious Technology
Center, located in Los Angeles, which leads to the actual Church of
Scientology and its rehabilitation centers for drug addicts,
narconones [Narconons] and drogonones [Drugonons].

The public prosecutor estimates that while establishing itself in
Spain, the Church of Scientology committed the crimes of unlawful
association; crimes against the public treasury, for not paying taxes;
invasion of privacy; administering medicine to drug addicts and
psychiatric treatment to followers without having qualified
professional to do so; and for threats and injuries of persons
considered to be adversaries.

In addition, the public prosecutor considers that some of the
defendants committed crimes against the public welfare [health], by
providing preparations in their rehabilitations centers; labor crimes,
for the conditions in which employees of the organization worked,
simulation of a crime, slandar, of a robbery presumably fabricated in
order to accuse "a suppressive" follower, and usurpation of offices
and illegal detention by arresting a member in the Barajas airport who
wished to leave the Church.

=========================



On Tue, 08 May 2001 22:39:47 GMT, tinmimus99@hotmail.com (mimus)
wrote:

>
>From
>
>www.el-mundo.es/2000/04/29/sociedad/29N0084.html

back

Retour index général

Retour index