LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

La Sokka-Gakkai 

[note du webmaster: une fois de plus, on observera les tendances très pro-sectaires de Henri Tincq.

Que ça ne choque pas Tincq qu'un mouvement supposé religieux vicve essentiellement d'un commerce fructueux de colifichets - nommé simonie dans la chrétienté, que ça ne le choque pas que ce mouvement soit dirigiste et ultra-politisé, c'est quand-même étonnant. Oublierait-il ici qu'on cause "religion" - enfin religion supposée...]


LE MONDE 4/5.06.00

20.55 France 2

ENVOYÉ SPÉCIAL. Un reportage sur la secte japonaise qui n'évite malheureusement pas les pièges et les amalgames


COMMENT éviter les poncifs pour traiter des sectes à la télévision? La question se pose à nouveau après la diffusion de Soka-Gakkai, la secte du XXIe siècle, reportage de Jacques Cardoze et Yves Junqua, dont le défaut est de traiter d'abord de son implantation en... France, où elle est très divisée et en perte de vitesse. Il est impossible de comprendre l'origine, la puissance, la réputation sulfureuse de la Soka-Gakkaï (S-G), sans commencer par parler de la société japonaise et du schisme récent - à peine mentionné - au sein de la branche bouddhique Nichiren shoshu, du nom d'un moine réformateur du XIIIe siècle.
Dieu sait si, pour cette organisation paramilitaire et prosélyte, impliquée dans nombre de scandales politico-boursiers du Japon, il est facile de cultiver l'indignation. Or ce reportage accumule les amalgames. Les prières mécaniquement répétées et les réunions dans un banal appartement parisien relèvent-elles forcément, comme on le sous-entend, de la manipulation mentale ? Les ventes de livres, de bibelots, de stages... de la grande escroquerie?
Tous les spécialistes des " nouveaux mouvements religieux " - juristes, universitaires, sociologues, représentants des confessions minoritaires (protestants) - appellent à la prudence dans l'usage du terme " secte ", dans le recueil des témoignages d'anciens adeptes (respectables, mais évidemment partiels et subjectifs), dans le maniement des statistiques. Cette émission n'évite aucun de ces pièges.
Elle prend pour argent comptant un rapport parlementaire contesté qui assimile les cercles ésotériques les plus inoffensifs à des groupes criminels. Elle traite la Soka-Gakkaï de secte dangereuse, alors qu'en Italie elle passe pour un groupe folklorique ou respectable, à l'image de sa vedette, Roberto Baggio, le joueur du calcio. Elle ne conteste pas le chiffre fantaisiste de 10 000 pratiquants en France, avancé par les amateurs d'épouvantail, et ne s'informe qu'auprès d'anciens " adeptes " et du psychiatre Jean-Marie Abgrall, qui a fait de la lutte anti-sectes son fonds de commerce. Aucun des scientifiques qui travaillent depuis longtemps sur de tels groupes, comme Louis Hourmant pour la S-G, n'a été sollicité ou cité.
Sans doute cette organisation au prosélytisme ardent, au culte délirant de la personnalité - le portrait de Daisaku Ikeda est le meilleur moment de l'émission - justifie-t-elle nombre d'alarmes. Mais le sujet des sectes est trop sérieux pour le laisser entre les seules mains des manipulateurs de vertige irrationnel et d'émotion télévisuelle.
Henri Tincq
Dimanche 4-Lundi 5 juin 2000






 

back

Retour sous index correspondant à ce type de texte :autres sectes

Retour Webpage