Slatkin, escroc scientologue de haut vol, qualifié de monstre par ses nombreux créditeurs 

Tribunal: les fondés de pouvoir tentent de dévoiler les détails de l'empire effondré du gestionnaire de capitaux lors des auditions de faillite, où l'on apprend qu'il avait confessé son plan félon

KATHY M KRISTOF
Times Staff Writer

Les fondés de pouvoir de la massive faillite du gestionnaire de fonds Reed Slatkin ont présenté près de trois heures de diapos et d'information au tribunal lundi, dans un effort pour expliquer les fonctionnements internes de l'empire financier effondré.

Comme les documents déposés vendredi dernier par le fondé de pouvoir de la falllite chapitre 11 Slatkin le laissent entrevoir, les avocats accusent le programme de n'avoir été qu'un gigantesque schème Ponzi, avec de belles relations, qui a piégé quelques 800 investisseurs - y compris des acteurs hollywoodiens et des rois du Dot.com.

Les avocats ont également présenté des milliers de pages de documents, dont un journal manuscrit où ils disent que Slatkin confesse sa fabrication et son usage de faux auprès des investisseurs.

"L'ensemble est construit sur un monceau de mensonges", dit Richard Wynne, avocat chez Kirkland et Ellis, qui représente le comité des créditeurs. "On a eu des tas de questions d'investisseurs pour savoir s'il s'agissait d'un programme d'investissements légitime qui s'est fait prendre dans la "bulle des dot.com". C'est une vaste escroquerie, une fraude."

Durant les auditions de faillite, les créditeurs ont qualifié Slatkin de "prédateur financier" et de "monstre".

Brian Sun, avocat de Slatkin, n'a pas voulu faire de commentaire sur un éventuel schème Ponzi, ni sur la supposée confession manuscrite. Il dit que Slatkin coopère avec les autorités "afin de s'assurer que l'on puisse récupérer un maximum des biens de la faillite".

Le fondé de pouvoir R. Todd Neilson a dit s'attendre à déposer des conclusions en avril, afin de convertir la faillite en liquidation chapitre 7.

D'après le rapport du fondé de pouvoir, Slatkin a tiré plus de 593 millions de dollars (4,5 milliards de F, ndt) au cours des quinze années, mais a fabriqué des relevés financiers conduisant les investisseurs à croire que leur argent avait grimpé à 778 millions $ à fin 2000.

En réalité, Slatkin avait fait 65 millions de dollars de gains sur les investissements, explique le rapport.

Il a réussi à maintenir l'illusion de profits en falsifiant les rapports d'investissement et en payant des "revenus" supposés à des investisseurs existants, en utilisant pour ce faire l'argent versé par de nouveaux investisseurs. Un schème Ponzi classique, explique le rapport.

Le fondé de pouvoir, aidé d'une équipe de comptables et d'avocats, a examiné plus de 2 millions de documents pour pouvoir préparer le rapport, qui explique aussi où de l'argent a été reversé.

En effet, un nombre relatif d'investisseurs -- environ 75 -- ont récupéré 151 millions de dollars de plus que ce qu'ils avaient investi chez Slatkin, explique le rapport.

Certains se posent des questions: les quelques bénéficiaires pourraient ils servir à repayer les autres investisseurs, qui avaient confié leur plans de retraite, leurs économies pour études, et leurs héritages au manager de capitaux désormais célèbre?

Une des clés résiderait dans le fait qu'on obtienne de faire régurgiter des profits à ceux qui y ont gagné au cours des années.

Le fondé de pouvoir estime que la dette est d'environ 250 millions de dollars (près de 2 milliards de F), mais il n'a pu identifier que 30 millions de biens existants.

Retour sous index correspondant à ce type de texte : espionnage

Retour Webpage