LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Google plie, suite : Slashdot plie aussi, mais nous, nous ne rompons pas

 Cet article a été imprimé depuis ZDNet France
situé à l'adresse http://news.zdnet.fr
--------------------------------------------------------------
[après Google, c'est le tour de slashdot, une autre des gloires de la défense de la liberté de parole sur le net, de plier devant la maffia criminelle scientologie]

PS: si les secrets retirés par slashdot vous intéressent, lisez-les ici: la sciento n'arrivera pas à me les faire retirer.



Slashdot se couche devant la Scientologie

Guillaume Bonjean

Menacé par les avocats des scientologues, le site Slashdot, alimenté par ses lecteurs et généralement fort en gueule, a accepté de retirer de ses pages un message gênant pour la puissante église de Scientologie. Le texte citait des extraits d'un texte du gourou (et ex-écrivain de science-fiction) Ron Hubbard, décédé de longue date.

Paradis des hackers et chantre de la liberté d'expression, Slashdot explique sa décision le premier cas d'autocensure de son existence dans un long message qui ne se prive pas de critiquer l'attitude de la secte.

Harcèlement judiciaire

La scientologie, qui dispose aux États-Unis du statut de religion, s'est fait le champion toutes catégories du harcèlement judiciaire. La secte use et abuse du fait que ses documents internes sont protégés par le copyright pour faire taire la critique. Et notamment sur l'internet.

En 1997, l'un des adeptes repentis de la secte avait vu sa maison perquisitionnée à la suite d'aveux en ligne (le site d'Arnie Lerma est toujours vivant). Mais la scientologie a surtout été à l'origine de la
mort du serveur de courrier anonyme Anon : le fondateur finlandais a jeté l'éponge après avoir été contraint par la justice poussée par le FBI de révéler l'identité d'un de ses utilisateurs anti-scientologue.

Les textes secrets de la Scientologie, comme « OT III », sont protégés
par copyright


Pour le moment, c'est le fameux DMCA, la nouvelle loi américaine de protection du copyright, qui sert de prétexte aux scientologues pour poursuivre les particuliers qui postent sur le web des extraits des textes secrets de l'organisation. Les passages reproduits sur Slashdot sont issus de « OT III », un texte considéré comme fondateur pour les disciples de Ron Hubbard et dont la lecture est réservée à ceux ayant atteint un niveau d'illumination suffisant.

Ce texte pose en effet les bases historiques des croyances de la secte et présente pour la première fois le personnage du démoniaque Xenu, «empereur de la confédération des planètes » et ennemi juré du mythe scientologue, dont les adeptes ne citent le nom qu'avec réticence. Voir ici

En ligne, malgré tout

Les amateurs de mauvaise science-fiction pourront trouver le texte [en français ici sur le Secticide ] et une (nécessaire) explication d'OT III sur www.xs4all.nl. Cet hébergeur, bien qu'ayant été racheté par le groupe KPN il y a deux ans, a conservé les idéaux libertaires de ses fondateurs : ils avaient déjà protégé bon nombre d'anciens adeptes interdits de publication aux États-Unis.

Copyright (c) 2001 ZDNet France. Tous droits réservés. ZDNet France et le logo de ZDNet France sont des marques déposées par ZDNet.

Retour sous index correspondant à ce type de texte :guerre anti-internet de la scientologie

Retour Webpage