VIES SECRETES - L. Ron Hubbard

Télévision: Channel 4, ANGLETERRE

Editeurs: Simon Berthon; Jill Robertson :  voir la contre attaque des scientologues
Transcrit par Jon RITSON, Chris Owen et Martin Poulter et publié par MARINA CHONG,
Traduction: Roger Gonnet
Original anglais? ici
MERCREDI 19 Novembre 1997, 21 heures
Lien vers le fichier audio (anglais) 1962 K

 

Avec son livre "La Dianétique", L. Ron Hubbard devenait le nouveau gourou de l'Amérique. Août 1950, il présentait lors d'une conférence devant 6000 spectateurs, la première "CLAIRE", selon ses données. C'était Sonya Bianca. Elle était censée se souvenir de tout, puisqu'elle était claire.

JEAN COX:

"Des membres de l'audience lui posèrent des questions. Pouvait-elle se souvenir de ce que disait le texte de la page 217 de son livre de physique? Elle ne put. Pouvait-elle se rappeler ce qu'elle avait mangé le matin du 17 Août 1946? Pas plus de succès. Alors, quelques uns des spectateurs demandèrent qu'Hubbard lui tournât le dos, et  demandèrent à Sonya la couleur de la cravate d'Hubbard. Elle ne sut pas le dire. C'est à ce moment que tout s'effondra: les gens commencèrent à quitter la salle."

Les ennuis commençaient pour Hubbard. On l'accusa de charlatanerie, la dianétique fut qualifiée d'hypnose, technique où il excellait.

BARBARA KAYE:
"Oui, j'ai toujours trouvé que c'est ce que l'homme a dans la tête qui est vraiment sexy. Il n'était pas très attirant phyisquement. Il avait la tête brillante, pas de doute. J'ai certainement pensé qu'il voulait m'épouser, et que j'aimerais l'épouser."

Cette attirance intellectuelle se transforma en une affaire; Barbara habita avec Hubbard, 40 ans,  dans un appartement d' Hollywood. Mais Hubbard avait déjà quitté Polly et s'était remarié avec sa seconde épouse, Sara. Il avait fait croire à Barbara que son mariage avec Sara était terminé, ce qui était faux.

BARBARA KAYE:
"J'ai été plutôt effarée de voir débarquer Polly avec les gosses peu après avoir aménagé. je crois qu'il était aussi embèté que moi, car quand il est venu me rapporter des choses le lendemain  - l'eau de Cologne, la brosse à dents et ces trucs, il avait vraiment l'air très penaud et pas du tout content que ça se passe ainsi."

Barbara fut néanmoins rejetée. La Dianétique continuait à souffrir. Avec le succès du livre, l'argent avait commencé à rentrer - mais il ressortait aussitôt. Hubbard alla à Palm Springs pour tenter de refaire le coup du premier ouvrage avec une suite, mais les affaires, son mariage avec Sara et sa plume étaient en crise. Il demanda à Barbara de l'accompagner.

BARBARA KAYE:
"Il était tout à fait déprimé. Plus de couleur au visage, la voix à peine audible. Il m'a dit qu'il était carrément bloqué, qu'il ne travaillait qu'à cause de la date limite imposée par l'éditeur. Il pensait que son incapacité à écrire provenait des interventions malfaisantes des autres, par exemple, que Sara l'hypnotisait pendant son  sommeil et lui disait qu'il n'écrirait plus jamais. Je trouvais qu'il était paranoïaque, vous savez? Il était manifestement en pleine dépression clinique."

Ce n'était pas tout. Hubbard et Sara finirent par se séparer: leur divorce fit scandale: Sara accusait Hubbard de la torturer et disait qu'il était fou. Hubbard dénonçait Sara; la prétendant espionne à la solde des rouges, et kidnappa leur fille de treize mois. Hubbard finit par aboutir à Wichita au Kansas, et reprit contact avec Barbara.

BARBARA KAYE:

"Il m'envoya un cable, disant qu'il avait été très malade et qu'il voulait m'épouser. Je suis partie pour Wichita.  Il avait l'air vraiment mal; les cheveux jusqu'aux épaules, ses ongles comme des sabots. Et j'ai trouvé une gentille note à l'hôtel pour me dire qu'il était vraiment heureux que j'arrive, qu'il m'aimait... mais j'ai aussi trouvé un type sans avenir, souffrant de problèmes psychiatriques, et je ne me suis pas vue passer mon existence avec un type pareil. Je suis repartie."

Mais Hubbard rebondit encore: il se maria pour la troisième fois, épousant une de ses étudiantes, Mary Sue Whipp. Ce mariage-là dura, Mary Sue devint son alter ego. Sa seconde femme, Sara,  fut "effacée de sa mémoire"- comme on efface un engramme.

HUBBARD:
"Combien de fois me suis-je marié? Deux fois. Je suis très heureux avec ma seconde femme, elle est adorable, et j'ai quatre enfants. Ma première épouse est décédée."

INTERVIEWER:
"Qu'est-il arrivé à votre seconde femme?"

HUBBARD:
"Je n'ai pas eu de seconde femme".

C'est en 1952 qu'Hubbard lançait son nouveau produit révolutionnaire, la scientologie. A l'origine, la Dianétique ne traîtait que de cette vie-ci. Mais dans son nouvel ouvrage, Scientologie, Une Histoire de l'Homme, Hubbard n'en restait pas là. Les corps humains étaient en fait habités par des âmes immortelles, les "thétans", dont l'origine remontait à la nuit des temps. Le fils aîné d'Hubbard a déclaré que cet ouvrage avait été élaboré à partir d'une recherche plutôt étrange: il s'agissait d'une expérimentation sous drogue.

JIM DINCALCI - Officier médical de Ron Hubbard
"LRH a donné des amphétamines à son fils Nibs, et Nibs a commencé à parler, parler, parler, poussé par le speed; il a continué comme ça, et son père continuait à le bourrer, et brusquement, il a commencé à raconter cette histoire, qu'il avait été un clam (coquillage) et il a parlé de tous ses états antérieurs sur la planète. Et qu'en a fait Hubbard? Une Histoire de l'Homme, le bouquin."
 
FORREST ACKERMAN:
"Soudain, vous n'êtes plus personne; "Oh oui, je suis il y a trois vies, vous savez, ou sept vies avant, ou au temps des Pharaons. Aussi, quand je me suis retrouvé à l'individu qui était un clam perdu sur une plage avec un grain de sable qui l'irrite et une perle qui pousse, j'ai décidé que j'en avais assez vu, et j'ai quitté la scientologie immédiatement."

Fin 52, Hubbard vint à Londres. Il avait encore des ennuis financiers chez lui. Un de ses partenaires financiers venait de lui envoyer l'huissier pour une dette de 9000 dollars empruntés par Hubbard. Pour faire de l'argent, il lui fallait faire de l'international, si bien qu'au lieu des créditeurs, il rencontra un nouveau groupe de fans admiratifs.

PAM KEMP - Amie et ex-scientologue
"Vous savez, il était vraiment flamboyant, je veux dire qu'il était vraiment vivant, et il promenait son Harley Davidson, on se payait des soirées, il jouait de la guitare, chantait avec son chapeau de cow-boy, et on s'amusait bien. On allait tous ensemble faire des exercices et essayer de faire tomber les képis des flics, simplement avec la pensée, et essayer de voir quel genre de pouvoirs on pouvait exercer comme ça, quelle énergie ça développait, tout ça. On s'amusait vraiment."

CYRIL VOSPER - Employé de Ron Hubbard:
"Je croyais que ça me donnerait un contrôle total sur ma propre existence. Ca a  l'air ridicule, non? mais dit comme ça...  c'est en fait ce que disait Hubbard. Il disait que tout le monde pouvait devenir dieu, rien qu'en se servant de la scientologie (ou de la dianétique, à cette époque). Et qu'on était tous en quelque sorte des Dieux déchus."

Il fallait donc créer une nouvelle église pour ces nouveaux dieux. Un des amis écrivains d'Hubbard, Lloyd Eschbach, s'est souvenu qu'à la fin d'un dîner un peu avant 1950, Hubbard avait dit qu'il "aimerait démarrer une nouvelle religion, que c'était là qu'on faisait de l'argent." Quelques années plus tard, l'Eglise de Scientologie était sur le fonts baptismaux. Il ne manquait pas de bonnes raisons pratiques de faire ainsi, surtout en Amérique.

RAYMOND KEMP -  ami et ex-scientologue
"Il y a tous ces avantages fiscaux, et ces avantages constitutionnels, puisque le Gouvernement ne peut s'impliquer dans les opérations d'une église. Je crois que c'est surtout ça, plus que toute autre chose, qui l'a décidé à utiliser ce "véhicule" religieux, car on peut voir qu'il a toujours été difficile pour n'importe quel gouvernement de s'en prendre aux activités des églises."

Hubbard trouva cathédrale parfaite pour son église: le Chateau de St Hill (Saint Hill Manor) à East Grinstead, dans le Sussex. Il y jouait son nouveau rôle de hobereau. Il disait aux manants qu'il était savant et faisait des recherches sur les plantes et leurs réactions à la douleur. Sa famille et lui s'installèrent dans la société du Sussex, amenant leur clinquant américain au coeur de la Campagne pour la Sécurité Routière d'East Grinstead.

Mais les gens du cru n'avaient pas encore réalisé que St Hill deviendrait la Mecque de la Scientologie. Des "dévôts" arrivèrent du monde entier pour étudier aux pieds de leur maître.Ils payaient des milliers de £ivres pour les cours d'Hubbard . Virginia Downsborough fut l'une des pionnières du premier Cours de Clearing de St Hill.

VIRGINIA DOWNSBOROUGH - Assistante personnelle de Ron Hubbard:

"Ron avait une telle aptitude à vous faire sentir que vous comptiez beaucoup pour lui... on se sentait valorisé. Il y en avait tant désirant faire ce qu'il voulait, ou lui prouver leurs efforts, et tant qui voulaient faire partie du système.. c'était quelque chose comme "attendez-moi, moi aussi j'aimerais faire partie du merveilleux jeu que vous jouez!"

Au coeur du jeu, on trouva l'électromètre de Hubbard, genre de détecteur de mensonges qu'il disait capable de détecter les charges émotionnelles. Les étudiants passèrent des heures, des jours, des mois ou des années à traverser ces engrammes douloureux de leur existence présente ou passée, tentant de faire "flotter leur aiguille" - la preuve finale que l'engramme était enfin effacé de leurs souvenirs.

Hubbard avait dessiné un produit commercial ingénieux. Plus il y avait de vies passées, plus on trouvait d'engrammes et de souvenirs à "mettre au Clair", le tout dans une série de cours chers et compliqués.

HANA ELTRINGHAM - Député d'Hubbard en Mer:
"Je crois que pour lui, il n'y a que l'argent qui ait compté. Ce n'est pas qu'il s'y intéressait tant pour lui - il avait ses joujoux, ses voitures, ses motos, ses livres, sa bouffe de luxe et des choses de ce genre,  et finalement ses villas et ses terres etc, mais il voulait surtout de l'argent pour le pouvoir."

Hubbard voulait créer une armée mondiale de scientologues. Devenir Clair ne fut qu'une première étape de la série menant à davantage de QI, un meilleur job, ou à vous transformer en Superman.

PAM KEMP:
"Le but de la scientologie était de rendre encore plus capable les gens capables, et c'est ce qu'il essayait, ce qu'il recherchait dans tout ce qu'il faisait. L'idée ici, c'était que si l'on pouvait faire regarder tout le monde dans la même direction, on aurait un pays vraiment puissant.

Cette photographie composée par Hubbard démontre l' extraordinaire ambition qu'il a pour sa scientologie.

HANA ELTRINGHAM:
"Toute l'affaire consistait à trouver un endroit où Hubbard puisse finalement fonder son royaume, avec son propre gouvernement, ses passeports, son propre système monétaire - en fait, sa principauté - dont il serait devenu le gentil dictateur. C'était bien le but."

RAY KEMP:
"Ayant fait de l'audition, et de l'audition de recherche/enquète, et regardé dans ses vies passées, il avait pensé avoir pu être Cecil Rhodes, si bien qu'il partit  en Rhodésie pour vérifier ce qu'il avait découvert en audition."

HANA ELTRINGHAM:
"Il y venait pour tenter de créer une communauté scientologique; en fait, il voulait tansformer le pays en pays scientologue. Il lui fallait une base pour la scientologie.

Sa vision de redevenir un Cecil Rhodes échoua. Le gouvernement Rhodésien commença à se montrer tatillon, et ne renouvela pas son visa. De retour sur le sol anglais, Hubbard y était devenu la cible de parents très ennuyés des communications bizarres reçues de leurs enfants tombés sous envoûtement scientologue.

MRS HENSLOW - parente d'une Scientologue:
"Il y avait cette lettre où elle disait qu'il déconnectait de moi! Vous comprenez probablement de quoi il s'agit, vous l'avez déjà lu dans les journaux - mais moi, lire que je détruisais ma fille et qu'elle ne voulait plus me voir... c'était comme ça. Et signé Karen."

Les journaux l'accusaient ausssi d'être un escroc: ils exigèrent une enquète de la part du gouvernement. Hubbard décida qu'une seule réponse conviendrait: il prendrait la mer. Accompagné de ses loyaux disciples, il mènerait son empire hors de toute juridiction territoriale.

HANA ELTRINGHAM:
"Une fois, il se tourna et nous annonça sur un ton excessivement solennel : 'Puisque la loi elle-même est aberrante, il est tout à fait normal désormais que nous nous situions hors de la loi si nous voulons atteindre nos buts."

Les adeptes d'Hubbard allaient bientôt se rendre compte des conséquences de cette vie de hors-la-loi, quand leur Messie devint finalement leur dictateur. 


Vers partie 3