LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

AFFIDAVIT n° 2 DE STACY BROOKS YOUNG

 indexD.htm#D Newsgroup : Alt.religion.scientology

Sujet : CD-21 Stacy Brooks Young Affidavit 2

De : CTM@cornellc.cit.cornell.edu

Date : Mardi 13 Octobre 1994 17 :37 :57 - 0400

(Commentaires de l'éditeur entre doubles parenthèses - Homer)

[notes du traducteur entre parenthèses droites]
 
 

Traduction Roger GONNET © 1997 - droits de reproduction limités aux buts non commerciaux
 


AFFIDAVIT n° 2 DE STACY BROOKS YOUNG
cd -21
13 Octobre 1994
Copyright © 1994 Stacy Brooks Young
Droits de distribution accordés pour les buts non commerciaux
[Affidavit : déclaration sous serment, souvent destinée à la Justice]
Church of Scientology International,

une institution religieuse californienne sans but lucratif

Plaignant,

contre
Steven Fishman et Uwe Geertz,

Défendeurs

Cas N° CV 91-6426 HLH (Tx)

Déclaration de Stacy Young destinée à supporter

l'opposition du Défendant, Dr Geertz à l'action

du plaignant tendant à obtenir que

l'ordre de

confidentialité du 22 Septembre 1993soit annulé ;

et

2/ s'opposant à la demande de sceller à nouveau

les " écrits confidentiels "de niveau supérieur,

et

3/ s'opposant à la demande du plaignant qui veut

obtenir les frais d'avocat et de justice, selon les lois

civiles des Etats Unis, 1927.

Date : 4 Avril 1994

Heure : 10 :00

Salle n°7
 


    DECLARATION DE STACY BROOKS YOUNG

Je soussignée, Stacy Brooks Young, déclare ce qui suit :

1.Je suis âgée de plus de dix-huit ans.

  1. 2. J'ai été retenue comme conseil expert et témoin expert par le conseil du Dr Uwe Geertz dans le procès Eglise de Scientologie International [CSI] contre Steven Fishman et Uwe Geertz, N° CV-6426-HLH (Tx) actuellement en cours au Tribunal Central de District, District Central de Californie. Les déclarations qui suivent proviennent de ma connaissance personnelle ou sont raisonnablement basées sur l'information et la croyance, et si l'on me cite comme témoin, je pourrai le faire de manière compétente.
  2. 3. Cette déclaration est soumise afin de supporter l'opposition émise par le Dr Geertz à l'action de CSI tendant à exiger la continuation de l'ordre de confidentialité demandée le 22 Septembre 1993 ; à s' opposer à la demande de CSI de sceller à nouveau les "Ecrits de Niveaux Confidentiels" ; et à s'opposer à le demande de CSI d'obtention de frais d'avocat et de justice, etc.
  3. 4. Je fus scientologue durant près de quinze ans, de Janvier 1975 à Juillet 1989. J'étais au " Bureau du Gardien " (GO) et de son successeur, le Bureau des Affaires Spéciales (initiales : OSA : seul changement véritable : le nom), pendant la plupart du temps. J'ai aussi travaillé dans une autre partie de la scientologie, nommée " ASI " (Société de Service à l'auteur).

On peut déjà facilement obtenir les matériaux des niveaux secrets

  1. 5. Il est invraisemblable que la CSI s'inquiète encore de maintenir le moindre niveau de confidentialité au niveau de ce qu'elle appelle " les matériaux des niveaux supérieurs de scientologie ". L'information contenue dans ces documents a été accessible dans toute bibliothèque publique ou d'université depuis des années. Pièce jointe : un exemple de nombreux livres, quotidiens et magazines ayant publié ces articles. Le fait est que ces matériaux ne sont plus confidentiels. On peut y accéder facilement. Que le Tribunal persiste à leur maintenir cette confidentialité revient à fermer l'étable lorsque le troupeau a disparu.

Le Conseil du Dr Geertz n'a pas fait preuve de harcèlement

au cours de sa défense
    6. Le Conseil de CSI accuse Mr Berry [avocat de MM. Fishman et Geertz] d'avoir fait preuve de harcèlement dans la défense de son client. C'est grotesque. Je sais personnellement que M. Berry n'avait pas l'intention de harrasser et qu'il n'a pas agi ainsi. Je l'ai conseillé pour ce procès quant aux pratiques, aux règlements et au langage de la Scientologie. La CSI cite l'usage de certains mots scientologues ou de phrases par M. Berry comme exemples de tactiques de harcèlement. J'ai en fait conseillé à M. Berry l'usage du langage scientologue lorsqu'il communique avec des scientologues, afin qu'il soit mieux compris. Il a de surcroît appris les définitions de mots qui font partie de l'anglais courant, mais dont Hubbard a donné des définitions différentes. Dans le passé, la communications entre scientologues et avocats opposants faisaient penser au croisement de navires dans le brouillard épais. Comment peut-on taxer de harcèlement le fait de tenter d'être compris en ayant appris un langage vraiment complexe dans le but d'être compris ? Ou bien la scientologie aurait-elle décidé que les non-scientologues n'avaient plus le droit d'user des mots scientologues ?
    1. 7. CSI cite deux mots utilisés par M. Berry dans une lettre comme exemples de son abus de la religion scientologue. Ces deux termes sont pourtant cités dans un contexte strictement administratif qui n'a pas le moindre rapport avec la foi religieuse. Le mot " Dev-T " est un terme administratif signifiant " qu'il y a du travail inutile en cours " ; le mot " CSWP " signifie " Travail de membre du personnel achevé, s'il vous plaît " : c'est une simple demande pour obtenir un projet complet de la part d' un staff [membre du personnel].

Le temoignage des experts en scientologie est d'intérêt

public et ne devrait pas être scellé.
  1. 8. M. Lubell, un avocat de la CSI, a demandé à ce que mon témoignage soit scellé lors du procès, car dit-il : " S'il existe un 'expert' en matière d'écrits scientologues, seule la scientologie peut le désigner. " ; la vérité est tout à fait opposée à cette affirmation : ce n'est que lorsque quelqu'un a été directement impliqué dans la gestion scientologue et qu'il a quitté la secte, comme je l'ai fait, que l'on peut se fier à ses déclarations en justice au sujet des informations exactes concernant les pratiques et travaux de scientologie. Il est parfaitement impossible que quelque scientologue encore dans la secte (et croyant par conséquent que tout son avenir dépend du fait qu'il restera en scientologie) dise la vérité sur la secte. L'organisation le punirait immédiatement. On ne peut, en résumé, dire la vérité qu' après avoir décidé de ne plus adhérer aux règles de la scientologie, règles qui comprennent la protection acharnée de la secte et ne jamais exprimer la moindre critique à son sujet.
  2. 9. Contrairement à ce qu'affirment les présentations quant à mes motifs dans plusieurs déclarations et actions de ce procès, j'ai accepté d'assister M. Berry dans sa défense du Dr Geertz parce que je crois crucial que le grand public commence à comprendre ce qu'est réellement la scientologie, ce qui motive ses membres , comment les chefs du mouvement voient les non-scientologues et les critiques de la scientologie (et en particulier, les psychiâtres et psychologues comme le défendant, le Dr Uwe Geertz), ou comment la scientologie manipule les tribunaux à ses propres fins, et la froideur calculatrice avec laquelle des gens comme Fishman sont forcés à partager d'énormes sommes d'argent.
  3. 10. Les avocats scientologues prétendent que c'est la " foi " scientologue que je mets en jugement. C'est un non-sens. Ici, nous sommes aux Etats-Unis d'Amérique ; les gens peuvent croire ce qu'ils veulent et je n'ai pas le désir de les empècher de croire à la philosophie scientologue. Ce sont les pratiques de cette organisation qui m'inquiètent, pas le système de croyance : les violations des droits civils et humains , pour ne rien dire des violations de la plus normale décence, sont si habituelles dans cette organisation qu'il est excessivement difficile, pour une personne extérieure, de comprendre comment qui que ce soit reste dans ce groupe.
  4. 11. C'est en effet par ce biais que les scientologues peuvent continuer leurs abus. Les anciens membres ont des histoires tellement invraisemblables à raconter aux gens du dehors, que ceux-ci ont peine à les croire ; les scientologues font tout ce qu'ils peuvent pour discréditer les anciens, par exemple les traîter de voleurs, de fous, de mercenaires, et pire encore (preuve en est dans le langage que les scientologues et leurs avocats ont utilisé pour me décrire durant le procès). Le résultat de ces innombrables témoignages enregistrés, et détaillant les horreurs subies, genre privation de sommeil, de nourriture, emprisonnements illégaux, perte de biens, abus envers des enfants, suicides, crimes financiers et autres, c'est que les auteurs de ces témoignages sont taxés de n'être que " d'amers apostats " ; c'est ainsi qu'ils me décrivent désormais.
  5. 12. La vérité est bien plus simple : je ne suis plus sous l'influence coercitive ni celle des méthodes de manipulation de la scientologie et je peux désormais voir à quel point les pratiques de ce groupe sont abusives. Il reste là des masses de gens qui sont encore ses captifs émotionnels et psychologiques ; non seulement ces personnes sont victimisées par la structure de commandement de la scientologie nommée " Sea Org ", mais ils perpétuent leurs excès envers d'autres, y inclus des enfants qui ne peuvent décider de parler d'eux-mêmes, ou des gens sous bonne garde ; des gens sont interrogés à l'électromètre [sorte de détecteur de mensonge de la secte] à la moindre incartade technique, ou s'ils montrent le plus léger signe de désaccord ; des femmes forcées à se faire avorter, ou des parents empèchés de voir leurs enfants des mois durant. Les [marchands de scientologie] (registrars en jargon) forcent des gens à se défaire d'économies de toute une vie ; on les convainct de donner leurs codes de carte de crédit ; les chefs de la scientologie remplissent alors les coffres de la Sea Org (Organisation maritime de commandement de la secte) pendant que le personnel des organisations locales vit dans la plus abjecte des pauvretés.
    1. 13.Dans sa déclaration du 28 Février 1994, Heber Jentsch contrait ma référence aux méthodes dangereuses de la " Dianétique Noire ", pourtant, ces méthodes de " procédés inversés " sont des tactiques de contrôle utilisées régulièrement par les staffs ; je suis certaine que même lui a dû les subir. Ces méthodes incluent des interrogations brutales, au cours desquelles deux personnes (ou plus) tombent sur le dos d'une autre (qu'on a généralement empèché de dormir des jours durant), dans une pièce fermée à clé, pour lui faire 'confesser' tout ce qu'ils veulent. On lui fait faire des écrits olographes (write-ups en jargon) décrivant tout acte nuisible " (péché) de sa part ; dans ces " write-ups ", on force la personne à continuer d'écrire de soi-disant " crimes ", réels ou imaginaires, jusqu'à ce que " l'église " déclare que ces gens sont " propres " ; on leur fait " remonter leurs conditions éthiques " (conditions éthiques : ce qui établirait, selon Hubbard, le statut d'une personne par rapport à d'autres) ; quand on leur fait " remonter leurs conditions éthiques ", l'officier de discipline n'accepte la " remontée en grade " de la personne qu'une fois que celle-ci " a confronté sa propre criminalité " ; on tient des " rassemblements du personnel " au cours desquels des membres du staff sont publiquement condamnés pour leurs " crimes " (un rapport indique qu'il s 'agit d'un des passe-temps favoris de Miscavige dans le complexe de haute sécurité de Hemet, californie) ; on leur fait dénoncer leurs pairs, et on les contraint à les jeter à l'eau froide du lac de la base comme punition.
  6. 14. M. Jentsch (Président honoraire de la CSI, ndt) a dit que mon mari et moi avions passé sur le " RPF " (goulag) scientologue. C'est tout à fait exact : c'est même là que se tiennent les pires abus, hors de la vue de quiconque ; c'est là que les membres du staff sont effarés de découvrir qu'ils subissent eux-mêmes les règles du " Fair Game " [loi du 'gibier de potence'], c'est à dire qu'on peut utiliser contre eux toutes les méthodes de coercition que la scientologie imagine nécessaires [pour les mater]. Il n'y a aucun recours, sinon quitter la scientologie ; il n'y a aucun moyen, sinon achever le programme... mais le " produit " du programme est une personne qui obéira totalement, sans la moindre plainte ni critique, à tout ordre de ses supérieurs. Tant que cela n'est pas atteint, la personne n'est pas considérée comme un " produit " et doit rester sur le RPF. Je sais que c'est vrai. Je l'ai vécu, mon mari également. Et bien d'autres personnes qui ont aussi décidé de parler.
    1. [[répétition du # 15 ôtée - Bob Bingham]]
      15. Je note ici que nombre d'autres observations faites dans mes déclarations n'ont pas été attaquées par M. Moxon [avocat sciento], M. Jentzsch [président honoraire de la secte], M. Miscavige [Grand Patron de l'ensemble de la secte], M. Starkey [un chef des opérations spéciales de la secte, ndt], ou par tout autre chef scientologue, dans leurs propres déclarations. S'ils ne l'on pas contesté, c'est que c'était vrai, et qu'ils se parjureraient en disant autre chose. Ils me calomnient, ils m'injurient, mais ils ne démentent pas les faits contenus dans mes déclarations. Je suis " vile " " ordurière ", non parce que je mens, mais parce que je dis la vérité aux gens, hors de la scientologie.
    2. 16. On s'est référé aux déclarations faites par MM. Moxon, Jentzsch, Miscavige, Starkey et autres chefs scientologues. Ils prônent ce qu' Hubbard appelle des " vérités acceptables ", tactique dont MM. Jentzsch et Moxon sont très coutumiers. Moi aussi ; j'ai écrit une grande partie des matériaux utilisés pour discréditer des gens. Pour cette raison, je suis tout à fait au fait des procédés utilisés pour faire ces déclarations. Si ces gens avaient eu l'intention de contrer mes déclarations...[[manquent quelques lignes ici lors de la transcription dans les originaux anglais]]
      1. 17. M. Jentzsch fournit un bon exemple de tactique scientologue consistant à distraire l'attention hors du sujet. Je disais dans ma déclaration du 4 Janvier que ce que j'avais trouvé de plus choquant au sujet du traîtement enduré par Steven Fishman, c'est qu'on lui ait vendu des électromètres alors qu'on savait qu'il ne pourrait être accepté en audition [procédé ou traitement scientologue] M. Jentzsch n'explique jamais pourquoi quelqu'un qui ne sera jamais accepté en audition ou en entraînement pourrait avoir eu accès à l'achat des électromètres. Au lieu d'expliquer ceci, il quitte le sujet en prétendant que " l'usage des électromètres ne relève probablement pas de ce tribunal ", alors qu' à mon avis, il en relève tout à fait. Je répète ce que j'ai souligné dans ma dernière déclaration : seuls les gens qui sont éligibles à recevoir de l'audition ou de l'entraînement , c'est à dire, des " ministres " ou " ministres en cours d'études ", sont supposés y avoir accès. Fishman n'avait droit ni à l'un, ni à l'autre : on n'aurait jamais dû lui en vendre.
  1. 18. M. Jentszch dit que le plaignant peut " produire plus de 1500 membres de la CSI qui seront plus compétents que les Young " et qui " témoigneraient que c'est faux ". Bien sûr, que 1500 membres de CSI témoigneront que j'ai tort. Si on le leur ordonne, ils n'auront aucun choix, quels que soient leurs avis personnels ; s'ils ne me dénoncent pas, du fait de ce que je révèle sur la scientologie, ils seront " déclarés suppressifs " et expulsés, ou expédiés au goulag du RPF pour qu'on les y fasse obéir. Je garantis que l'expérience m'a appris que rien n'arrètait les chefs scientologues, dès qu'il s'agissait de protéger le scientologie des attaques de quiconque perçu comme menaçant.
    1. 19.Je suis encore en train de me remettre de mon expérience en scientologie. Je suis encore en train d'apprendre combien de groupes comparables usent de méthodes de coercition pour contrôler des gens comme moi, mon mari ou quantité d'autres qui sont toujours " sous le sort ". Je crois que tous les scientologues, même leurs chefs actuels, sont victimes de la version Hubbardienne de contrôle mental, exactement comme je le fus. Ces gens, y compris les avocats scientologues et les auxilliaires de justice ayant affaire aux tribunaux, n'ont pas idée de l'influence coercitive de la scientologie et de ses chefs. Ils sont absolument fanatiques dans leur dévouement et décidés à tout pour protéger la scientologie de ses " ennemis ", comme mon mari ou moi.
  1. 20.Je n'ai aucun désir de transformer ce litige en une " guerre personnelle " avec la scientologie, contrairement à ce que suggère M. Jentzsch dans sa déclaration. C'est la scientologie et son refus obstiné à admettre la vérité de ses propres actions, qui transforme cela en guerre.
  1. 21.Un grand nombre d'anciens ont, comme moi, dit publiquement la vérité sur la scientologie ; pratiquement chacun d' entre eux a été menacé, effrayé, forcé au silence ; ou alors, la secte a acheté ce silence. Je n'ai parlé qu'à bien trop de ces personnes, et à bien d'autres qui ont trop peur pour s'exposer publiquement, et je peux vous assurer que l'information fournie à cette Cour peut être corroborée par bien des anciens scientologues. Ces gens ne sont pas des " apostats amers ". Il s'agit d' êtres humains décents qui regrettent d'avoir perdu des années de leurs vies dans une organisation dont ils réalisent ensuite à quel point elle est coercitive et destructrice de leurs droits humains et civils. Comme moi, ils ont encore des amis captifs. Ils veulent faire ce qu'ils peuvent pour aider ceux qui s'y trouvent encore. Je ressens comme un devoir de fournir la vérité à la Cour, pour autant que cette vérité relève de l'affaire en jeu.
  1. 22. Je ressens qu'il est tout à fait nécessaire que la Cour ne scelle pas les choses que moi-même ou d'autres experts scientologues avons à dire. Il y a aujourd'hui même des citoyens de ce pays des Etats-Unis dont les droits civils sont bafoués et qui n'ont aucun recours auprès des lois en vigueur ici. Ceci se produit ici-même, à Los Angeles, et dans bien d'autres villes. Il existe un complexe nommé " La Base " ou " Int " , près de Hemet, en Californie, dans le Comté de Riverside, où des gardes armés gardent les membres du personnel nuit et jour, pous s'assurer qu'ils ne quittent pas le complexe. Si ces gens violent les règles scientologues, ils risquent d'être privés de manger et d'abris. D'autres sont emprisonnés contre leur gré. Il est interdit aux femmes y vivant d'avoir des enfants, et si elles tombent enceintes, elles sont contraintes à se faire avorter à la Clinique de Contrôle des Naissances de Riverside. Des fonds de l'église sont gaspillés à faire des installations de sport à usage exclusif de gens comme Tom Cruise ou Nicole Kidman, en se servant en outre de travail d'esclaves payés 5 dollars la semaine. Ces travailleurs doivent bosser des jours d'affilée, au fouet de chefs scientologues comme David Miscavige. Les enfants sont gardés à l'écart de leurs parents dans des camps, pendant des semaines d'affilée. On critique les parents qui voudraient voir leurs enfants ; les enfants sont considérés comme des " distractions " à la production. M. Jentzsch le sait : lui-même et sa femme ont été contraints par David Miscavige à divorcer parce que Karen aurait aimé que Heber Jentzsch passât plus de temps avec leur fils Alexander. Miscavige considérait Alexander comme une distraction à la production de Jentzsch.
  1. 23. Mes déclarations d'expert n'ont rien à voir avec mes croyances religieuses. Elles ont trait à de graves violations des droits de l'homme à l'encontre de citoyens américains. Il ne s'agit en rien du point de vue d'un " apostat amer " ; il s'agit de l'opinion d'un citoyen de ce pays, qui ressent que tous les américains ont leur droit à l'existence, à la liberté, à la recherche de leur bonheur, quelles que soient leurs croyances. Si la Cour devait faire taire les voix de mon espèce, il ne resterait plus personne pour parler de ceux qui sont victimisés et détruits par ce groupe, des gens comme Fishman et Uwe Geertz, dont le seul crime est d'avoir dit la vérité, au mieux de leur connaissance.

Je déclare que ce qui précède est vrai, sous peine des pénalités de parjure encourues par les Lois de l'Etat de Californie et des Etats-Unis d'Amérique.

Exécuté ce jour de mars 1994 à Los Angeles, Californie.

(Signé Stacy Brooks Young)

retour début document --

Retour homepage

back

Retour index général

Retour index