LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

La Scientologie assigne Worldnet en justice

(original à http://abcnews.go.com/sections/tech/CNET/cnet_scientology990604.html)

Dan Goodin
CNET News.com


La scientologie invoque une loi passée l'an dernier pour forcer AT&T à dévoiler l'identité d'un client ayant souscrit à ses services, client censé avoir violé les copyrights de l'église sur internet, ce qui pose de nouveaux problèmes d'anonymat sur le Net.

Bridge Publications, éditeur de la scientologie, qui avait poussé à la création voici quatre ans d'une nouvelle loi en poursuivant en justice le fournisseur d'accès Netcom, prétend que l'auteur anonyme a posté "deux messages non autorisés contenant des oeuvres de l'église protégées par copyright, sur le forum "alt.religion.scientology". Invoquant une provision de l'Acte sur les Copyright Digital Millenium, Bridge Publications a assigné AT&T afin qu'il dévoile l'identité du client de Worldnet.

"Je n'ai pas connaissance que qui que ce soit ait utilisé cette procédure jusque là, disait Eric Goldman, avocat représentant les ISPs chez Cooley Godward. Goldman ajoute que la provision en question donne une nouvelle munition puissante aux propriétaires de droits d'auteurs, pour apprendre l'identité de personnes supposées les avoir violés.

"S'ils parviennent à tourner un plainte paraissant acceptable sur le fait que quelqu'un viole leurs droits, ils disposent alors du pouvoir de forcer les fournisseurs d'accès à dévoiler l'information comme ils le désirent", dit Goldman.

"Je ne suis pas certain que cette provision soit la fin de l'anonymat sur le Net, mais cela facilitera la perte d'anonymat si la personne s'est servi d'outils trop médiocres pour cacher son identité.".

Le porte-parole d'AT&T Jonathan Warman indiquait que la société n'avait pas encore fourni l'information à l'église et qu'elle cherchait le meilleur moyen pour protéger son client tout en obéissant à la justice.C'est hier que l'assignation devait prendre effet.

Le posteur anonyme qui se cache sous le surnom de "Safe" disait qu'AT&T avait accepté un délai supplémentaire avant d'obéir à la demande légale, afin de lui laisser le temps de se retourner avec un avocat.

Nénamoins, l'avocat de Safe, Dan Leipold, qui a déjà eu maille à partir contre Bridge Publications, disait être inquiet que cette loi soit mal utilisée contre son client.

"On n'a pas fait voir à Safe ce qu'il a pu commettre, néanmoins, il risque de perdre l'anonymat, indique Leipold, qui n'a pas indiqué l'identité de son client. Ca ennuie Safe, il ne tient pas à perdre son anonymat, sachant ce qui risque de lui arriver de la part de l'adversaire."

Les critiques ont dit que la scientologie utilisait des tactiques virulentes pour réduire au silence ceux qui sont publiquement en désacoord avec ses règles. Les critiques signalent surtout les plaintes en justice et les campagnes publiques de dénigrement.

Nous avons appelé Ava Paquette, avocate pour Bridge, qui ne s'est pas donné la peine de nous rappeler pour commenter..

Selon l'un des messages litigieux, l'église rend coupables de 'crime capital' les "adeptes qui organisent des groupes dissidents afin de diverger des pratiques de la scientologie en continuant à appeler ça de la scientologie ou en appelant ces pratiques autrement". Le poste en question, qui cite l'ouvrage "Introduction à l'éthique scientologique", ne donne pas moins de 274 "erreurs, délits, crimes et crimes capitaux" pouvant exister contre l'église.

Leipold argue qu'en dépit de la proportion de l'ouvrage qui a été citée, ce message tombe sous le coup de l'article de la loi portant sur "l'usage convenable". Cette provision de la loi autorise l'usage convenable en fonction du but poursuivi, de la quantité de texte cité et d'autres facteurs.

"Si vous désirez illustrer à quel point ils exercent un contrôle sur leurs membres, vous ne pouvez le faire en vous contentant de ne citer que quelques règles: il faut montrer l'étendue du système."

Cette affaire est loin d'être la première escarmouche légale de Bridge Publications contre la critique internaute envers l'église. En 1995, l'église poursuivit le fournisseur d'accès Netcom parce qu'un de ses clients était supposé avoir utilisé ses services pour violer les droits d'auteur de la scientologie. Avant qu'un arrangement ne soit finalement trouvé, un juge fédéral de San José avait décidé que Netcom ne devait pas être retenu pour responsable des délits d'un de ses clients, à moins d'avoir été averti et s'être alors refusé à agir. L'acte Digital Millenium sur les copyrights a libéralement emprunté des données à cette décision.

Bien qu'il ne soit pas prédominant, ce jugement du Juge de District US Ronald Whyte est désormais influent à résoudre les problèmes pouvant survenir lorsqu'un fournisseur d'accès devient responsable des violations de son client.

Copyright 1999 CNet.com. All rights reserved. This material may not be published, broadcast, rewritten or redistributed.

Tous droits réservés (c) 1999 CNet.com; ce matériel ne peut être publié, réécrit ou redistribué.

back

Webmaster: (33)
(0)426810096

Mail ? ôter -erase Antispam

Nouveautés

Tous les liens pour ou contre

Textes généraux
des médias

English texts

Critiques et liens externes

Secrets

Textes courts

Pour les Médias

 Espionnage

Jurisprudence, textes officiels, expertises

Punitions & goulags

liste textes du site

Apologistes & défenseurs des sectes

Données générales, définitions,

Scientologie & médecine illégale

Index France

Scientologie et Internet

Textes anciens du site

Concours littéraire

Moqueries

Justice & scientologie

Autres sectes

WISE et entreprises scn

Le Lisa Mc Pherson Trust