LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

A nouveau: Faux et usage de faux en scientologie - La scientologie utilise une fois de plus les soins d'un escroc

 Escroquerie par-ici, Faux par là

"Sky Marshall 'Sir Henry'": la police enquète -

Les vrais amis que se choisit la scientologie


Pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire: "Henry Randmark" a invité une centaine de célébrités de la ville de Hambourg au Consulat américain hanséatique, où ces gens durent subir une conférence vantant les exploits extraordinaires de L. Ron Hubbard, fondateur de la secte scientologie. Hubbard utilisait aussi des décorations qu'il n'avait jamais reçues - voir sa véritable biographie complète par Russell Miller sur http://www.antisectes.net/gourou-demasque.pdf .
Puisque les Etats-Unis ont souvent critiqué l'Allemagne, coupable selon eux de discriminations envers les scientologues, c'est avez un intérêt accru que nous attendons le prochain rapport officiel des USA sur les droits de l'homme et la liberté de religion, afin de savoir si "Sir Henry" a subi de vraies discriminations pour avoir utilisé le Consulat américain afin de promouvoir la scientologie en Allemagne.

====

Hamburg, Germany
7 mars 2002
http://www.mopo.de
Hamburger Morgenpost


La police enquète désormais, car Randmark s'est qualifié de "US Sky Marshal" sur un vol Condor.

Diplômé de West Point, héros de la guerre du Vietnam, polyglotte à la demande, assassin international des graffitis, et Chevalier Cordon Bleu du St Esprit, "Sir" Henry Randmark, c'est un sacré bonhomme. Mais sa curieuse carrière de Baron de Crack touche vraisemblablement à sa fin.

C'était le vol du 11 novembre 2001 de Palma de Majorque à Hambourg. Usant d'un accent américain marqué, Randmark expliqua au personnel de bord qu'il était un "agent de sécurité US à bord, un US Sky Marshal". Il lui fallait un siège à l'avant. Les hotesses lui firent donc une place au détriment d'un passager. Puis il insista pour visiter le cockpit. Le commandant de bord refusa. La compagnie signala l'incident aux autorités américaines:.. Randmark était tout ce qu'on voulait, sauf un "US sky Marshal". Il sera poursuivi.

L'aérien individu perpétuait sa fraude depuis des années à Hambourg. Tout le monde avait marché jusque là. Et surtout les riches et les belles avec qui l'homme au chien Schnauzer aimait s'associer. Le gars avait même des amis parmi les politiques, le Maire CDU Ole Von Beust, le contre-amiral Rudolf Lange, et Ronald Schill, dont Randmark était devenu le "conseiller en matière de drogues" depuis des mois.

Nombre d'autres n'étaient cependant guère enchantés de "Sir" Henry. L'université Technique de Harburg, entre autres. Après avoir annoncé qu'il était le meilleur "effaceur de graffitis de la cité", Randmark obtenait le contrat pour traîter le nouveau bâtiment administratif, dont les graffitis résistaient. Et il parvint à les ôter. Grâce à son traîtement miracle. Ce qui lui rapporta quelques 60000 euros. L'ennui, c'est qu'avec son système, le pimpant mur de briques était devenu blanc. "La matière était entièrement imprégnée, çà ne nous a pas vraiment amusés, " explique Rüdiger Bendlin, porte parole de l'université . Il a fallu engager une autre société pour enlever çà."

En tant que "président du club d'affaires germano-américain", Randmark fit plus que faire parler des gens en faveur des programmes scientologues. Il exploita aussi honteusement les membres du club. L'un des ex-membres expliqua au journal que "Il était fichu de faire faire la réunion annuelle à l'hotel Hafen Hamburg, où le club pouvait manger gratis. Malgré tout, Randmark demandait 35 euros à chaque membre pour couvrir les frais..."

Sir Henry, duc de Mensonge, vit son anniversaire célébré par la haute société hanséatique. Chacun le félicita pour ses 65 ans, et Schill y alla de son discours... mais Randmark ne serait pas lui-même s'il n'avait roulé tout le monde: l'ami, qui est peut-être de nationalité balte, a 77 ans. Il est né le 12 janvier 1925: c'est ce qu'on peut lire dans les documents officiels allemands.

====


Décoration pour acte de courage fournie par les laveries


Henry Randmark aurait pu se satisfaire de sa décoration. Mais il en voulait davantage.
5 mars 2002, Hamburg Morgenpost (MOPO)

par Thomas Hirschbiegel


Henry Randmark aurait pu s'en contenter. Il avait bel et bien reçu la "médaille d'argent du Chène d'Or" de l'association Bismarck, pour services rendus à l'encontre des graffitis. Mais il en voulait plus. Il fallait que ce soit pour acte de bravoure, et le voilà se propulsant colonel durant la guerre du Vietnam. Et les hautes sphères l'écoutaient raconter son glorieux passé, ou l'admiraient lorsqu'il paraissait en uniforme rutilant... Mais quelque chose ne cadrait pas.

Quand Mopo (le journal) decouvrit la photo avec la rangée de décorations, dont la "Silver Star" qui demeure la troisième plus haute distinction américaine de bravoure, exclusivement attribuée pour actes héroïques, nous appelâmes Randmark:

"Vous a-t'on attribué la Silver Star?

Randmark: "Non, je ne l'ai pas."

MOPO: "Mais on la voit figurer sur vos décorations d'uniforme?"

Randmark: "Non. Puis une pause: laissez-moi jeter un oeil."

Il rappelle un peu plus tard: "Mais c'est vrai, il y a la silver star. Au bout de 31 ans, c'est difficile de se rappeler de tout."

MOPO: "Alors, vous l'avez, ou vous ne l'avez pas?"

Randmark: "Non, je ne l'ai pas."

MOPO: " Mais pourquoi la portez-vous sur votre uniforme, dans ce cas?"

Randmark: "Je pense que la seule explication, c'est que j'avais mis l'uniforme en laverie l'an passé, en même temps que l'attaché militaire d'ambassade de l'époque. Peut-être ont-ils mélangé?"

Un Officier supérieur de la défense a répondu à Mopo: "C'est une ineptie! Un officier n'envoie pas au lavage son uniforme avec la plaque des décorations. Et j'aimerais bien savoir qui est la laverie qui attribuerait des médailles de bravoure!"

En plus, Randmark porte le "Purple Heart" sur son uniforme, et l'appelle à tort "la Purple Star". Or, ce n'est attribué qu'au combat, "dans l'action seulement". Les seuls à la recevoir sont ceux qui ont été blessés au combat. Mais Randmark avait indiqué à Mopo ne pas avoir été "soldat dans le sens propre du terme": il s'occupait d'enquètes au sujet des drogues à Saïgon et n'avait jamais été au front ou participé à des opérations". Il porte pourtant aussi l'agrafe de fantassin, celle qu'on attribue aux USA à ceux qui sont allés au corps-à-corps. Et l'explication de Randmark? "C'est pour les tireurs d'élite, c'est comme çà que çà se traduit en allemand."

Randmark explique alors qu'il "avait participé à des missions spéciales". Qu'il avait été militaire de 1966 à 71, et qu'il en était parti avec la grade de colonel. C'est ce qu'on appelle la carrière éclair, sans doute? La Blitzkarriere, sinon la Blitzkrieg! Quand on lui a demandé s'il était un escroc, Randmark a répondu "C'est ce que vous voudriez imprimer."

====

Le grain de sel du webmaster:

Rappelons ici que le cas de "Sir Henry", faux colonel, faux héros américain, faux expert industriel, n'est pas unique parmi les vrais assistants de la scientologie.

En France, nous avons le "vrai politicien" et "vrai psychothérapeute" Christian Cotten qui adore attaquer M. Vivien et le gouvernement français, responsables selon lui - en liaison globale avec Pasqua - d'avoir assassiné les 16 membres d'OTS dans le Vercors. M. Cotten se répand en calomnies depuis des années, mais les tribunaux n'ont pas été dupes en mars 2002. En plus d'avoir été mis en faillite en décembre 2001 par les tribunaux du commerce, M. Cotten risque davantage devant le Tribunal d'Instance, où il avait fait citer imprudamment mais directement quarante officiels de renom.

Au Japon, la scientologie se fait défendre par un faux détenteur de secrets, à moins qu'il ne s'agisse d'un vrai détenteur de faux secrets, M. Fumio Sawada.

A Rome, un faux "président de plusieurs Conciles", et faux professeur de l'université Vaticane, Urbano Alfonso, a aussi déclaré combien 'religieux' seraient les scientologues. Le vrai Père Trouslard, de l'évéché de Soissons, n'a pas été dupe de cette romodontade !

A nouveau en Allemagne, un faux Archevèque Ungerer les défendait. C'était un vrai prètre défroqué.

En Suède, la secte prétendait être avalisée par rien moins que le Roi. Mais le Roi a exigé des démentis. D'autant plus que c'est un "ami scientologue" qui aurait trempé dans l'assassinat du Premier Ministre suédois Olaf Palme.

Idem en Norvège, où c'est le Ministre de la Défense Kosmo qui aurait recommandé le code moral hubbardien à ses troupes. Le Ministre en question s'avéra au bout de l'enquète... n'être qu'un agent de sécurité civil, tandis que le vrai ministre Kosmo exigeait aussi un démenti.

Et bien sûr, en arrière-plan, s'agitent aussi de vrais défenseurs de la secte, mais dotés de ... faux arguments. Ce sont les apologistes des sectes, parmi lesquels on voit au premier plan le chef européen du CESNUR, Massimo Introvigne, qui semble pourtant fort peu capable de répondre à ses critiques quand ceux-ci lui signalent la fausseté de ses arguments. Curieusement, M. Introvigne s'est fait remplacer par d'autres "experts" devant la 13e chambre de Paris, où la secte comparaissait une fois de plus pour escroquerie (ou tentative) les 21 et 22 février 2002.

Scientologie, l'art d'utiliser du faux pour faire du vrai... argent?

roger gonnet

=====

L'ESCROC RANDMARK

http://www.ananova.com/news/story/sm_542158.html?menu=news.quirkies

Un laveur de vitres ayant passé des anénes à faire croire aux aristocrates allemands qu'il était un Comte anglais et un Colonel décoré de l'armée américaine, afinalement admis ses mensonges.../...

"Sir" Henry a admis : "Je n'ai jamais servi dans l'armée américaine. Je suis vaniteux et je trouvais dégradant de me dire laveur de carreaux. Les gens ne s'intéressent qu'à l'apparence, pas à ce qui est dedans.


[ndw: O combien comparable aux façons de "Sir" "Doctor" "Nuclear Engineer" Lafayette Ronald Waterbury de Wolfe, petit-fils du "Commodore" I.C. DeWolfe et du "Capitaine de Vaisseau Lafayette Waterbury" et descendant d'un noble "Comte de Loupe", "noble français" du 11e siècle... mais dont le vrai nom était en réalité Lafayette Ronald hubbard]


Sir Henry" est un délinquant

appelons que "Sir Henry" était parvenu à rouler les gens de Hambourg et à
les mener dans une expositions pro-scientologue tenue au Consulat de la
ville...

Hamburg, Germany
March 14, 2002
http://www.mopo.de
Hamburger Morgenpost

by Matthias Onken


Le "colonel" "Sir" Henri Randmark a aussi été expédié en prison au Danemark
pour escroquerie et incitation à commettre un incendie.


Finie la danse. Henry Randmark, qui a réussi à tromper les arsistos
d'Hambourg avec ses mensonges culottés, qui avaient fait de lui un must des
cercles les plus huppés, est en réalité un délinquant plusieurs fois
condamné. Il avait ridiculisé les nettoyeurs en se faisant passer pour un
grand effaceur de graffitis. Mais voilà que "Hamburger Morgenpost" dévoile
qu'entre les années 70 et 80, "Sir Henry" a passé devant les tribunaux à
répétition au Danemark. Il a pris 5 ans et demi pour escroquerie, et quatre
ans pour incitation à commettre un incendie.


Mis face aux enquètes du journal, Randmark aouvert son coeur à un avocat.
Il a dit qu'il ne tenait pas à fare état de son passé peu glorieux. Il avait
essayé vingt années durant de faire dipsraître les vestiges de son passé...
et y avait quasiment réussi.

Le 23 septembre 1981, Soeren T était assis au banc des accusés avec
Randmark. Il avait volé des chèques à Unilever dont il était staff, pour un
montant de quelques 110000 euros. Mais d'après Soeren T, Randmark fit une
erreur en remplissant l'un des chèques, et ils se firent attraper. Randmark
sortit avant ses cinq ans et demi en raison de problèmes de santé, et fila
sur Hambourg, où il fonda sa société IPA.

Toujours dans son anciene vie, Randmark tenta de faire incendier son usine
de colle, alors quasiment en faillite. Il écopa de quatre ans fermes.


Randmark ne vécut jamais aux USA; il visita cependant des amis en Floride et
en Californie, de temps à autre [ndt: non, l'article ne dit pas les villes,
mais parions qu'il s'agirait de Los Angeles et de Clearwater]. Il avait un
appartement dans le quartier d'Hellerup à Copenhague, sa mère vivant tout
près dans une maison. Ses relations étaient incontestablement bizarres.




Story filed: 10:50 Tuesday 12th March 2002


(et en supplément anglais, les citations mirobolantes du Who's who sur Sir Henry...)


"Sir Henry

In the "Who is Who" with an oak cluster

"Sir Henry" helps himself to 50 lines in the Book of Vanity

"Sir Henry" Randmark has had himself immortalized in the
"Who is Who" between singer Bill Ramsey and Lead
Conductor of the Vienna Volks Opera. With 50 (!) lines
and a picture. We would not want to deprive you of a
slightly abbreviated version:

Henry Randmark, Businessman (with
university degree), Chairman of the Board of
Directors of Randmark International AG.
Born January 12, 1937 in Los Angeles.
(Father Maximilian Shearing-Randmark,
Mother Eugenie Duchess of Porohoff).
Education: UCLA California, USA. Colonel
retired of the US Armed Forces. Graduate
of West Point Military Academy. Journalist,
Team Chief of interregional television
advertising of the Randolph Hearst
Syndicate, LA, Calif. In management
positions in Puerto Rico, Japan, Germany.
Founded IPA Randmark Enterprise in 1992.

1995: Bismarck Medal in Silver with gold
oak cluster. 1996: Bismarck Order in Silver.
1997: Bismarck Order in Gold on collar.
1998: Bismarck Medal in Gold. Member of
the Association of Respected Businessmen at
Hamburg. Chevalier des Ritterordens
Cordon Bleu du Saint Esprit.

His wife Silvia Randmark is Comtesse
Cordon Bleu-Frankreich 1579. American
Chamber of Commerce Hamburg. Member
of the Bismarck-Bund. Pres. des
American-German-Business-Clubs
Hamburg. Honorary member of the Verein
zur Erhaltung des 76er- Denkmals. Member
of the Mendelssohn-Bartholdy Society. 1st
Chairman of the JCEA Miami Society for the
preservation of Monuments. Member of the
int. Who is Who of Professionals USA.
Member of the Life-Fellowship of
international Biographical-Centre
Cambridge, England (distinguished with
certificates and decorations and published in
the book, "Outstanding People of the
World").

Interests: Riding, swimming, adventure trips,
fishing, attaining international culture. Speaks
nine languages perfectly.

Retour sous index correspondant à ce type de texte :divers