2002: les mensonges officiels de la scientologie

... 160 pages destinées aux associations antisectaires et aux officiels ou aux média.

 

(le même texte en version word, sans les colonnes de droites ni les liens)

La scientologie vient de publier une brochure de 160 pages en français, "Scientologie, ce que cachent les gros titres." Elle distribue ce torchon mensonger aux associations sans but lucratif qui luttent contre ses abus et ses violations des droits de l'homme. Elle ose ordonner à ces associations, sous menace de procès, de ne plus se servir d'autre chose que de son 'document' (voir leur lettre (1) pour informer le public au sujet de la secte.


Le texte original de la secte est disponible en pdf en une douzaine de fichiers totalisant 24 megaoctets, sur http://questionscientologie.online.fr J'en cite quelques extraits ici, que le lecteur pourra vérifier sur les liens.

J'ai toutefois enregistré l'ensemble du fichier, et je dispose aussi du document papier original si la secte osait me contredire ou effacer ou déplacer son texte de l'nedroit où il se trouvait au moment où j'ai fait cette critique.

Vous pouvez aussi tenter de demander ce document

"Scientologie, ce que cachent les gros titres"

par courrier adressé à :

M. Jean Dupuis ou Mme Danièle Gounord,
Scientologie,
12 rue Jules César,
75012 Paris.


Quelques Commentaires sur les Mensonges et Déformations ou Omissions de la scientologie dans ce document:
Scientologie, ce que cachent les gros titres

(les citations - parfois résumées ou clarifiées - sont en italiques)

page 7, La secte se plaint: "La presse mentionne également des séances d'audition, ... sans donner une idée precise du contenu de ces séances"

Faux. La secte refuse de montrer des séances au public et aux médias, et ment sur leur contenu quand on lui pose des questions embarrassantes. Référence : "Management volume 3, page 185, Hubbard: "la dissémination [vente] ... qui explique comment le problème de la personne peut être manié... termine le cycle... - la dissémination au moyen de "Venez voir" renforce l'atteinte et tracte littéralement la personne [dans l'organisation]"

La secte ajoute que la Presse ne cite pas son "Credo" . Mais la secte proteste quand on cite des documents qui l'embarrassent: doit-on seulement citer ce qui l'arrange, et faire des cachotteries sur ses textes criminogènes? Référence: le livre "Qu'est-ce que la scientologie", 835 pages, ne contient en tout et pour tout que 44 pages - 5 % de textes purement Hubbard, dont 31 pages sont des textes abscons, prétentieux (axiomes, logiques, prélogiques) ou des codes totalitaires.

Page 8: "Il est aisé de se procurer les documents de référence [scientologues]". Faux: la bibliothèque scientologue coûte en tout quelques quelques 50000 (cinquante mille -2) euros et plus.

Page 9, "Mal de tête, ..., mal aux yeux, [sont des symptômes d'erreurs dans l'étude"] - donc, la secte exclut la maladie comme cause d'ennuis et explique que c'est toujours l'étudiant qui n'a pas bien travaillé. Ailleurs, elle interdit à ses étudiants d'aller voir un médecin sans l'accord d'un ou plusieurs staffs; cf OEC volume 4 page 475, n°9: "ne prenez aucun... médicament... sans l'accord de votre superviseur de cours" - et n° 13: "Ne recevez aucun traitement... de médecins, dentistes etc..." (Hubbard interdit de plus ici de pratiquer des rites religieux ou autres, quels qu'ils soient, n° 14, ce qui met aussi à mal l'affirmation que la scientologie serait multi-déminationnelle).

Page 12: "Il faut noter que... L. Ron Hubbard s'est en permanence appuyé sur des équipes très nombreuses pour analyser les résultats de ses découvertes et conduire ses investigations". Hubbard lui même dit exactement le contraire dans sa plus célèbre lettre de règlements internes: il dit avoir tout découvert seul, sauf quelques suggestions mineures ("Comment Faire en sorte que la Scientologie continue à fonctionner, présentes dans tous les volumes OEC, où Hubbard écrivait: "Autrefois j'ai cru qu'un groupe pourrait élaborer la vérité. Un tiers de siècle m'a fait perdre toutes mes illusions à ce sujet....aucune des suggestions [venant des autres] n'était majeure ou fondamentale".)

Page 13 (juste après avoir attaqué la France et l'Allemagne)..."S'attaquer à la drogue revient sans aucun doute à déclarer la guerre à des intérêts considérables" ...la secte omet de signaler que le taux de toxicomanes est bien plus élevé aux USA que chez nous, alors qu'elle y est bien mieux implantée. Et omet de signaler que son procédé peut coûter un demi million d'euros (3) et aboutir à la mort et que le systèpme qu'elle préconise a les tarifs les plus élevés et le taux de réussite le plus bas. Voir ceci.

==

Page 16: la secte prétend que l'Encyclopedia Britannica aurait 5 pages de définitions de "Scientologie". J'ai le DVD de la fameuse encyclopédie Britannica (US patrent 5.241.671, © 2001), et on y trouve en fait 24 lignes peu flatteuses, pour 317 mots, au lieu des cinq pages flatteuses qu'elle présente. Exemple:

Dès 1960, l'église et divers officiels ou anciens officiels ont eu à faire face à des poursuites gouvernementales pour escroquerie, evasion fiscale, détournements, conspirations pour voler des documents au gouvernement .../.. certains anciens dirigeants de la secte ont accusé Hubbard d'avoir utilisé les statuts d'exemption afin de former un empire proftable".

Explication? Il existe sept liens externes conduisant depuis le site "Britannica.com (5)" à des ... sites pro-scientologues. C'est le texte de l'un d'eux que les scientologues attribuent à l'encyclopédie Britannica.

Je n'ai pu contrôler la citation supposée être parue dans le Worldbook - que la secte n'a pas daté. Quant à la définition du Robert, on peut lui opposer celle du Quid: Le Quid (6) dit ceci (fin 2002) :"L'Église de scientologie a été à plusieurs reprises attaquée (prix exorbitants de ses " prestations ", fraude fiscale, exercice illégal de la médecine) par des anciens membres, leurs familles, ou des organismes officiels..."

==

Page 23 - 28 , la secte se vante de sa religiosité, citant entre autres la décision du fisc américain lui accordant l'exemption de taxes. Mais omet de citer la Cour Suprème Fédérale, qui a toujours dit le contraire. Elle omet aussi de dire dans quelles conditions secrètes et douteuses cette exemption imméritée fut accordée - cf ici (7). Et omet aussi les décisions anglaises (8) tout à fait contraires.

La secte cite aussi des "études" qu'elle a payées à certains "professeurs" ou "experts" peu regardants ou assez naïfs d'avoir cru qu'elle leur présentait du solide pour asseoir leurs résultats. L'un de ces "experts", qui se disait diffamé par des passages du site , a récemment tenté de rouler le webmaster et lui a menti à plusieurs reprises afin de faire effacer ce qu'un autre expert y dit de son travail. Un autre l'a menacé de plaintes. Un autre l'a injurié. Plusieurs n'ont pas même osé ou daigné répondre à des courriers personnels et circonstanciés, ou ont répondu complètement à côté.

Page 24, très instructif: une lecture attentive de la consultation du Pr de droit Jacques Robert permet de détecter que la scientologie aurait mieux fait de s'abstenir de le citer - il n'est pas naïf d'avoir ajouté certains passages. Voici ce que dit le Professeur Robert:

"Le régime juridique applicable aux autres religions doit bénéficier également à la religion scientlogique. Plus particulièrement une religion dont le Culte et l'Enseignement sont connus et accessibles à tous et qui n'est pas contraire à l'ordre public".

Or il se trouve que la secte a un enseignement inaccessible à la grande majorité des gens en raison des tarifs fixes colossaux, et dont près de la moitié des "niveaux des enseignements" est secrète. De plus, il est évident que toutes les déclarations anti-républicaines, anti-démocratiques, et pro-délictuelles d'Hubbard sont contraires à l'odre public, sans parler des condamnations pénales subies dans les faits.

On aimerait aussi savoir ce qu'a dit le Pr Robert dans le reste de ces 2 consultations.

==

Page 31, "...chaque église de scientologie est une personne morale distincte avec son propre conseil d'administration." Même "sur le papier", c'est faux. Les centres de profit de la secte, missions ou organisations sont soumis par la direction mondiale à des règles draconiennes écrites et signées empèchant tout contrôle réel par ces hommes de paille. La hiérarchie mondiale a même accès à la signature des comptes en banque. Plus de la moitié du Chiffre d'affaires de ces centres de profit repart vers le haut, essentiellement aux USA, où la secte est détaxée (cf le livre "La Secte (9)" pour détails)

==

Page 32, en "preuve" de sa religiostité française supposée, la secte fournit un récépissé de déclaration d'association... sans aucune valeur fiscale ou juridique sur ladite religiosité, puis elle montre page 33 que ses statuts déclarent une religiosité : n'importe quel groupe de trois personnes en France peut faire de même et déclarer une association pseudo-religieuse. Par contre, la secte ne montre pas les décisions du Conseil d'Etat (10) ou de la cour d'appel du TC Paris lui refusant l'exemption d'impôts accordée aux vraies religions.
==

Page 37, elle tente de camoufler les objectifs... spéciaux de son "OSA" - l'office des affaires spéciales, en le renommant "Département des relations extérieures", alors que ses propres documents démontrent fort bien les activités délictuelles de cette section. Cela se voit dans leur volume n° 7 "direction, département 20, à la page 19, qui compte par exemple des "unités d'investigation, de propriété, judiciaires, taxes, litiges, réforme sociale etc."

==

P. 39: 97 % des couples scientologues mariés ont un ou des enfants. Faux -- la secte va jusqu'à forcer certains de ses staffs à avorter (11). Beaucoup de couples sont très jeunes. Les annonces de naissances et de mariages dans les magazines de la secte sont rares. La secte compte les nombreux couples divorcés ayant eu des enfants, ou tout simplement, elle a choisi les chiffres au pifomètre (c'est le cas de la majorité des chiffres fournis dans un autre document officiel, le livre "Qu'est-ce que la Scientologie")

==

Page 40: 23 % des scientologues sont diplômés de l'enseignement supérieur. C'est omettre un peu vite que leur gourou lui-même n'a eu aucun diplôme d'université, mais qu'il a inventé des "doctorats de théologie", diplômes de "professeurs" "superviseurs" et de "superlettrés" (référence: Dictionnaire technique de scientologie, 1975, pages 120, 413, etc) Cf aussi plus bas les commentaires des pages 51, et 119, n° 3. Ces "diplômes" sans valeur sont d'ailleurs "annulés" si la personne n'obéit plus ensuite aux diktats du groupe (référence: OEC volume 1, page 857) - ou même, si elle annonce qu'elle quitte la scientologie.

==

Page 41, la secte cite une étude de motivations de ses membres: "1/ ceux qui cherchent à résoudre des problèmes psychologiques ou physiques personnels; 2/ celui qui veut inclure (les procédés scientologues) dans sa pratique professionnelle tels le médecin ou le psychologue." Ces deux motivations sont capitales: elles démontrent parfaitement que la secte pratique médecine et psychologie illégales, et se sert presque excluisvement de ces motivations pour attirer le client, ce qui n'a pas le caractère religieux, sans quoi il faudra accorder la "détaxe religieuse" aussi bien aux médecins, qu'aux astrologues, qu'aux psychologues, numérologues, graphologues, etc.

==

Page 43, la secte vante ses oeuvres en faveur de la collectivité. Elle omet de dire qu'elle tente systématiquement d'obtenir des fonds supplémentaires chez ses adeptes dans de telles circonstances et qu'elle les fait travailler pour rien, pendant qu'elle tente de se donner belle image par ce biais, et qu'elle est le seul groupe à emmener ses propres photographes sur les lieux et à déguiser ses "bénévoles" en habits flamboyants "made in scientologie".

Page 45, elle montre un article du New York Times qui lui est favorable. Dans le même temps, des dizaines de média ont critiqué la secte; cf: wtc.htm(12) et la suite(13) ou d'autres: toulouse.htm (14)
==

Page 46, elle cite la lettre d'un cadre de la police new-yorkaise... on remarquera cependant que le cadre en question ne se déplace pas pour féliciter le groupe, et qu'il expédie son document par fax et non par courrier.

Dans les pages 48 à 50, la secte montre ses propres "tracts de campagne": belle preuve en effet.

Page 51, l'article de la Voix du Nord recommande de s'adresser à l'une des patronnes des sales coups de la secte (Agnès B, Paris) -- à Paris, alors qu'en principe, il s'agit d'un affichage local pour la lutte anti-drogues. C'est une preuve de plus de la hiérarchisation absolue des décisions entre les mains du Département 20 et de ses chefs.

(cf - résumé de l'organigramme de tout groupe de la secte)

(L.Ron Hubbard, mort de puis 86)

\/

Réseau du RTC (Hemet Californie) (Direction générale de la secte, patron D.D. Miscavige)
\/

Eglise de scientologie internationale (CSI-ESI, directeur: Miscavige, et OSA international - les affaires spéciales - Los Angelès, Australie, et UK)
\/

(Niveau des organisations, quelles qu'elles soient, y compris WISE, CCDH etc);

"Division VII, Executive" - et directement commandés par CSI/ESI/OSA bien qu'apparaissant en-dessous de la Div VII, les 3 départements spéciaux 19, 20, et 21, - le dépt 20 s'occupant de cette affaire de soi-disant lutte anti-drogues.

(référence établie à partir du volume OEC 7, page 19, et page 1457)

==

Page 53 et la suite, des groupes scientologiques sont cités comme références de la "charité" de la secte. Curieusement, elle omet d'autres groupes qu'elle forme, comme le CCDH - qui sert essentiellement à attaquer la médecine, la psychologie et la psychiatrie; ou la Ligue pour une Justice Honnète, qui sert à attaquer les juges et la psychiatrie... Ces groupes bidon scientologues portent souvent des noms proches de groupes sérieux (CCDH = Comité des Citoyens pour les Droits de l'Homme, inspiré de "Ligue des Droits de l'Homme")

==


Page 54, le trucage est pire: elle cite en français un texte visible à côté en anglais, qui ne dit pas la même chose; et de plus, le texte du Conseil de l'Europe qu'elle cite n'est qu'une vulgaire motion, c'est à dire une simple proposition de recommandation, ce qui n'a rien d'officiel. Le texte est de surcroît impossible à contrôler, aucune archive n'existe de ce type de documents sur le web (je rappelle que la secte a souvent utilisé des faux (15)).

==

Page 55, la secte cite une lettre anonyme ou anonimysée, donc incontrôlable écrite sur le papier du ministère des sports du Zimbabwe. Le style et l'argumentaire laisseraient supposer que c'est la secte qui l'a écrite ou dictée.
==

Page 56, un journal non daté et non titré cité comme référence de "réhabilitation des criminels". La secte omet de signaler que plusieurs pays ou états ont retiré l'agrément ou le financement à ce programmee (16)ou à son frère narconon, quasi identique.

==

page 57, "la scientologie est apolitique et n'est impliquée en aucune façon dans des questions politiques ou commerciales.". C'est faux: la secte paie des lobbyistes et paie (cher) des députés et sénateurs américains (17) ou d'ailleurs. Elle en fait élire quand elle peut. Elle attaque, par prète-noms interposés, les politiques de tous pays; en réalité, elle intervient dans toutes les politiques qu'elle peut atteindre (cf la page 55 de sa brochure ci-dessus...supposée venir du gouvernement zimbabwéen.). En France, par l'intermédiaire d'un bras armé supposé non scientologue, mais financé par la secte, l'Omnium des Libertés (18), elle a aidé à déposer plainte contre 40 hauts personnages dont le Premier Ministre (procès ridicule et lamentablement perdu par l'homme de paille de la secte, bien que l'affaire soit encore en "appel" en dépit des mots très durs du juge d'instance.)

Pages 58-59, la secte cite un bulletin du fondateur qui paraît déclarer un apolitisme de la secte. Mais elle ne cite pas le bulletin qu'on trouve trois pages avant dans le volume OEC zéro de 1991, page 647, qui dit le contraire. Elle ne cite pas non plus le premier ouvrage d'Hubbard, qui dit:

"[sous-titre], "la Dianétique et la Guerre, pages 493-94

Les organismes sociaux que nous appelons états et nations se comportent exactement comme s'il s'agissait d'organismes individuels.." (
puis il commente comment la secte va améliorer la santé mentale des états.") C'est oublier aussi les tentatives variées de la secte pour prendre le pouvoir en Rhodésie, à Corfou, au Kosovo, en Albanie, et probablement, en Hongrie, Lettonie ou ailleurs. cf ici une étude du Pr Kent (19).

==

Page 60, les buts de WISE: la secte omet de dire que les membres de WISE sont contraints de disséminer les folies scientologiques - par contrat (20), et peuvent être ruinés par WISE dans certains cas; cf le témoignage d'une ex-membre de WISE (21).

==

Page 62, elle cite un syndicat chrétien... mais omet de dire ce que disait Hubbard: "La religion est un implant" et "Il n'y avait pas de Christ sur la Croix" - ou de rappeler qu'Hubbard a fait ses classes dans le satanisme "OTO". (cf ici - (22) - ou voir la biographie complète d'Hubbard (23), par Russel Miller, ici.

==

2e partie: Pièces de "reconnaissance" officielles.

Page 68: lettre d'un service visa US, qui n'a aucun droit de se prononcer comme il le fait sur la scientologie au niveau international. Sans valeur.

Page 69, citation d'un document de demande de frais d'avocat en justice... mais pas les conclusions qui lui ont été contraires. Aucune valeur, n'importe qui peut faire des demandes à la justice.

Pages 72-73, citation de documents dont la secte ne montre ni la date ni la référence -- et qui ne lui sont pas même vraiment favorables, bien qu'ils émanent d'une organisation américaine désormais lourdement inféodée à la secte (CSCE) (voir ceci)(24).

Page 74-77, 4 pages complètes simplement pour signaler qu'une sénateur et quelques députés US ont écrit en faveur de la secte à un ambassadeur allemand - donc preuve contraire à ce que dit la secte pages 58-59 ci-dessus: la scientologie s'immisce dans la politique; elle flirte par exemple avec la chef du Front National Belge.

Page 79: la décision de 2001 ne concerne aucun classement en religion. La décision signale seulement que la secte sera moins surveillée. La deuxième partie du paragraphe, 1999, concerne quelque chose qui a eu lieu en Suisse et non en Allemagne. Autres éléments suivront.


Page 84: Cette copie illisible d'une lettre d'un militaire anglais anonyme et non autorisé à se prononcer officiellement - serait-elle censée prouver la religiosité de la secte en Angleterre?

Page 85, citation tronquée d'un journal, et de plus invérifiable (photo coupée).

Page 86, le service de sa Majesté répond... qu'aucune taxe payée sur leurs services exemptés ne leur sera remboursée. La secte omet aussi de parler de la décision de la "Charity Commission" qui leur refuse l'exemption "charitable" et le titre religieux (25).

Page 88: une simple décision d'enregistrement suédoise obtenue par un fausse déclaration de la secte (3000 membres, quand la secte en comptait à peine 300 là-bas). La secte laisse entendre qu'il s'agit d'une reconnaissance officielle de sa religiosité par la Suède: l'article du journal Le Monde à la page 89 est pourtant très clair : "Cet enregistrement, insiste M. Nording [officiel suédois], ne doit pas pour autant être interprétée comme une approbation par les autorités".

Page 90, trois très courts articles italiens. La secte omet de signaler que la Cour Suprème italienne lui fait payer les taxes comme à un commerce, cf ici (26). Et que ce sont ses manoeuvres habituelles en justice (remboursement des victimes etc) lui ont finalement permis, au bout de dix ans, d'échapper à des condamnations pénales.

Pages 93-95: la secte omet de signaler qu'il a fallu qu'elle négocie tous les retraits des plaintes en payant les plaignants espagnols. Que ça a duré dix ans, et qu'elle avait fait intervenir pas moins que les ambassadeurs à Madrid (27) pour trafiquer la vérité: la scientologie est un bras d'espionnage (28) et d'influence du gouvernement américain.

Pages 97-99: la secte se prétend une religion officielle en France -- en citant un tribunal de Nanterre qui cite des statuts... établis par la secte: valeur zéro.

Page 100, le document cité est seulement une autorisation australienne de faire appel d'un jugement ! Ca n'a pas d'autre incidence. La secte omet vite que le gouvernement australien a été l'un des plus durs contre la secte (voir le Rapport Anderson/Foster(29), anglais seulement), et elle omet de signaler que la scientologie n'y a que peu de clients.

pages 103 + ...attaques ineptes contre la psychiatrie, à qui elle attribue tous les méfaits des psychotiques -- mais elle omet de dire que, par exemple, 54 % des scientologues qui partent de la secte sont devenus suicidaires. Voir ici (30).

Page 106, elle cite un journal... qui cite des paroles du président de la secte.

Page 107, "la scientologie accepte les membres de toutes les confessions..." et omet de signaler qu'elle fait la guerre à ceux qui ne préfèrent "aller à la messe du dimanche". Elle omet aussi:

"La religion est un implant" Le "paradis est un implant d'il y a des trillions d'années.", disait Hubbard. cf ici (31)

Page 109, l'amie des sectes, l'anglaise Barker dirait "il est établi que les membres quittent en permanence tous les mouvements [religieux] connus...". La secte omet de signaler que l'on est sans cesse relancé et harcelé, voire agressé, si l'on quitte la scientologie. Cf le contrat d'entrée (32) qui définit les conditions.


Page 111 - le même auteur (Eileen Barker, de l'association Inform, UK) explique pourtant dans le même document présenté par la secte : "Un petit nombre de mouvements [NRM] pratique des techniques pouvant obérer la faculté de raisonnement de leurs adeptes..." [pratiquent le lavage de cerveau, ndt] - cela nous amène au prochain chapitre du document de la secte: le "contrôle mental":

Page 113 à 118 - "les scientologues ont été les premiers à condamner publiquement les expériences dites de "contrôle mental". C'est omettre qu'Hubbard avait, entre autres:

- écrit un ouvrage sur le lavage de cerveau à des fins psychopolitiques; (Hubbard, "Le Lavage de Cerveau, une Synthèse des Ouvrages Russes sur la Psychopolitique")
- déclaré que la scientologie pouvait effectuer un lavage de cerveau en 20 minutes (le procès de Marseille fait par exemple état d'un médecin ayant versé 132000 F à la secte au bout de quelques jours de fréquentation).
- mis au point la "
Dianétique noire" (aussi appelée "reverse process") destinée à casser une personnalité, à rompre ses défenses et son esprit critique - Hubbard le recommande sur les scientologues rétifs, cf ici l'ordre d'éthique d'Hubbard n° 28, point 6 (33).
- exigé souvent de certains scientologues de travailler parfois 36 heures d'affilée sans repos ni nourriture
ad hoc, ou dans des conditions inhumaines (voir: étude sur le "rpf (34)")

Ensuite, la secte cite "Science de la Survie" de Hubbard. Mais elle omet de citer dans le même ouvrage des passages "forts", qui l'embarrassent beaucoup:

"Un dictateur vénézuélien décida d'endiguer la lèpre. Il constata que la plupart des lépreux de son pays étaient aussi des mendiants. Il se contenta d'arrèter et détruire tous les mendiants de son pays pour en faire disparaître la lèpre. "(page 208 de l'ouvrage, édition française 1999) -

ou encore, si des gens résistent aux traitements dianétiques ""on peut disposer d'eux tranquillement et sans regret".

Il dit aussi (page 208 encore) "L'élimination brusque et soudaine de tous les individus... se situant dans les zones inférieures émotionnelles... provoquerait une élévation presque instantanée du niveau de ton culturel..."

Page 119, chapitre la Scientologie et l'argent.

1 - aveu intéressant. "Il faudrait environ 1 technicien [soit 10 scientologues professionnels, car un sur dix seulement est technicien auditeur, ndt] pour s'occuper de 3 paroissiens [clients]. Ceci nous permet de savoir que, la secte disposant d'environ 10000 staffs dans le monde, elle a donc un millier d'auditeurs pouvant s'occuper simultanément de ... quelques 3000 clients payants. Il faudrait au moins trois staffs par client. (Aux débuts de la secte, il n'y a avait pas de vendeurs ou d'avocats etc.; désormais, 9 staffs sciento sur 10 sont occupées à la vente ou à la défense de l'escroquerie.)

2. "Les paroissiens [clients] jugent le système de donation équitable". Faux. Aucun ne sait que l'ensemble de la voie scientologue coûte plus en général de 400 mille euros (cf prix ici (35) par personne, et qu'il restera encore au moins sept étapes de coût indéterminé ensuite.

3. "le cours SHSBC fournit pratiquement l'équivalent de 4 années d'université en cinquante semaines à raison de 40 heures de cours par semaine" :

1/or, aucune université officielle n'a jamais accepté la moindre équivalence avec les ramassis d'inepties hubbardiennes. 2/ La secte écrivait qu'on pouvait faire ce cours en seulement six semaines, vers 1980 (magazines scientologues The Auditor ou "Source" vers cette époque) et 3/ les horaires de cours scientologues dépassent 55 heures/semaine, et non 40; cf ici (36)

Page 121, la secte cite soi-disant Hubbard: "la démocratie fonctionne et fonctionne bien mieux que n'importe quel autre type d'activité politique". Voici une vraie citation de la plus célèbre des règles Hubbardiennes, "Comment Faire en sorte que la scientologie continue à fonctionner":

- "Une organisation tout à fait démocratique est mal vue en dianétique et scientologie, en dépit de toutes ces discussions sur l'accord. On a constaté après expérience (Los Angeles, 1950) que les groupes à qui l'on demande de choisir un leader par vote iront régulièrement choisir celui qui les tuera..../... Si jamais vous aviez à choisir un leader pour votre groupe, ne soyez pas "démocratique" (cf aussi ici (37)

Elle cite ensuite de nouveau son propre Credo - mais ne développera pas ses contradictions et son irrespect complet des droits de ses propres membres - ou de ses opposants.

Pages 124-125 elle cite aussi son code moral qui semblerait dire qu'il y a des chefs malintentionnés. Mais la secte omet de citer ce qu'Hubbard dit dans un ouvrage hubbardien beaucoup plus discret, "Hymn of Asia":

"Préservez parmi vous, et suivez vos chefs .../..., révérez leurs paroles, leur ordre et leur aptitude, (puisqu'elle a déjà gagné). Je ne bénirai pas vos études si vous n'avez pas la paix et l'autorisation de vos chefs. Je confirme leur autorité, leurs lois et leurs moeurs." - autrement dit: le chef a toujours raison, et ses moeurs sont toujours correctes.

Page 126, citation d'un ordre d'un tribunal allemand reconnaissant le droit à la secte de demander quelque chose au tribunal. C'est tout. La secte omet de discuter de l'expertise très récente du Länd de Bavière (674 pages), ou du Rapport Fédéral sur les psychosectes (38) (450 pages), qui ne lui sont pas du tout favorables.

Page 127 (chapitre Comment la scientologie réagit aux critiques)

"L'église recherche toujours le dialogue". C'est faux. A peine R. Gonnet et sa femme eurent-ils quitté la secte en 1982-83 qu'ils subirent avanies, insultes, diffamations, vol et harcèlement, de la part de plusieurs de ses dirigeants. Sans parler des attaques encore en cours contre M. Gonnet, qui ose parler.

Page 127 à 132 encore: "Un ancien membre, Vicky Aznaran, après avoir intenté un procès à l'église, a reconnu par la suite que les ex-membres utilisaient une stratégie de fabrication de fausses pièces..." La secte omet toutefois :

- de signaler que Mme Aznaran était la patronne mondiale de la secte du vivant d'Hubbard. C'est quand-même important et significatif!
- que Vicky a fait une
déclaration très négative (39) contre la secte, contrôlable en justice,
- qu'elle n'a rétracté cette première déclaration qu'après avoir touché 200000 dollars de la secte, et après avoir déclaré qu'elle-même et son mari craignaient pour leurs vies.

Page 133, Chapitre "les scientologues sont-ils allés en justice se défendre de fausses accusations? - la secte dit: "en novembre 2001 une scientologue a gagné un procès en diffamation contre ...l'UNADFI"...mais elle omet de signaler que la secte a perdu en appel, cf ici (40). Or, à la date de l'envoi de ce document, cet appel était perdu depuis un mois et plus.

Elle fait état d'un procès en Grèce que le Procureur aurait abandonné -- mais omet de dire la vraie raison: les délais pour ce type de délits étaient dépassés.

Puis, page 138, la secte cite à nouveau son code moral "Ne faites rien d'illégal". Mais omet de citer le fait que son gourou Hubbard a été condamné ici à 4 ans de prison ferme (41) pour escroquerie et extorsion; que nombre de ses cadres français ont été condamnés (homicide involontaire, non-assistance à personne en danger, escroquerie, extorsion, diffamation etc). Et que d'autres plaintes plus graves encore sont entamées.

Page 139, la secte a le culot de prétendre "avoir gagné le procès en escroquerie" qui a condamné définitivement Hubbard en 78. Cf ci-dessus. Ce qui a été reconnu dans les appels, c'est surtout la naïveté des 3 ex-présidents français de l'association scientologique parisienne. La lettre du Pr Bouloc prétend que les décisions des appels rendent la première décision caduque. C'est tout simplement faux, et ce même Professeur le reconnaît clairement ensuite: "Sans doute, il reste que le jugement du 14 février 78 constitue ce qu'on appelle un fait juridique, qui n'a pas disparu comme tel." Autrement dit, Hubbard, fondateur de la secte, reste intégralement coupable d'escroquerie et extorsion. On peut même ajouter que s'il ne s'était pas senti coupable, il aurait fait appel: il avait de quoi payer les meilleurs avocats, comme la secte le fait actuellement en utilisant les Me Metzner, Maisonneuve, le bâtonnier Farthouat etc.

Page 143, la secte tente de discuter de disparition de pièces judiciaires à Marseille et la disparition des pièces du procès parisien. A quoi bon ? Elle a perdu son procès pour escroquerie à Marseille (6 mois ferme et 18 mois avec sursis, plus amende élevée et dommages (cf ici, 42).

A Paris, ce n'est que le retard énorme de la juge d'instruction qui lui a permis de ne pas perdre à nouveau, et l'état français a déjà été condamné à deux reprises pour ce déni de justice. On peut s'étonner ici de voir la secte citer positivement cette juge dont le retard a valu deux condamnations à l'état français. Et un procès qu'elle avait mérité mais qui a été abandonné depuis juillet 2002.

Page 149, la secte ose une fois encore répéter son mensonge éhonté, à savoir, que la scientologie a été reconnue religion par la Cour d'appel de Lyon (la scientologie qualifie néanmoins cette cour d'appel de "la plus répressive de France" !). Or, la Cour d'Appel n'avait aucunement le droit de se prononcer sur la question, et c'est ce qu'a fait observer la Cour de Cassation, en déclarant que le motif religieux était inopérant et surabondant (cf ici, 43). Donc sans valeur aucune. De plus, la secte omet de dire que la Cour d'Appel a condamné bon nombre des scientologues fautifs à de la prison et à de fortes amendes, plus dommages aux victimes, pour homicide involontaire, extorsion et escroquerie: voir ici (44). La secte n'a évité d'autres condamnations plus lourdes que parce qu'elle avait une fois de plus payé une partie des victimes avant l'appel. L'une d'elles avait versé 600000 F (avant 1990) en quelques mois.

Page 153, la secte se plaint que sur 3399 demandes litigieuses adressées à la CNIL, seule celles qui la concernaient aient été transmises au Parquet. Mais la secte est probablement le seul organe à avoir des fichiers cachés dans des locaux secrets derrière des portes camouflées.

Et la secte a continué à ficher ces mêmes personnes malgré la condamnation (45). Référence majeure de la secte: page 703 volume OEC volume 2, Hubbard: "Aucune adresse d'une personne ayant acheté quoi que ce soit [à une organisation scientologue] ne peut être retirée [du fichier des adresses de la secte].

La secte fiche même ses morts (même référence, page 704). La secte a aussi eu bien de la chance à l'occasion de ce procès que les 3 plaignants n'aient pas gardé les offres de "services" qui sont autant de tentatives d'escroquerie, et que ces plaignants ne se soient pas eux-mêmes présentés pour témoigner.

===

Conclusion:

Sur 160 pages, plus de 100 déformations de la vérité, ou omissions scandaleuses de faits essentiels. De plus, une bonne part des pièces d'apparence positive pour la secte ont été obtenues par la ruse, le mensonge, la tromperie, voire le faux témoignage, le chantage, la prévarication.

On comprendra mieux quelle tactique suit la scientologie en lisant la thèse de Master of Science américaine présentée (46) (600 K, format pdf). Ou la secte de droit pénal français ici présentée (47) (toutes deux publiées en 2002, avec mention maximale et félicitations du jury.


Roger Gonnet, Nov 2002

Usage et copie autorisé pour toute association -

merci de conserver tout le texte et sa signature.


Liste des URLs numérotées

Si vous utilisez ce document hors du site antisectes.net, servez-vous des URLs que voici, ou allez sur ww.antisectes.net/question-scn.htm et servez-vous des liens au fur et à mesure du texte.

1.source-unique.jpg
2. /prix.htm#books
3. /prix.htm
4. /narconon-italy.htm
5. www.britannica.com
6. www.quid.fr
7. /nyt397.htm
8. /charity-uk.htm
9. /livre.zip (700K)

10. /conseil-etat-23-9-85.htm
11. /maryt.htm
12. /wtc.htm
13. /wtc2.htm
14. /toulouse.htm
15. /fauxetusa.htm
16. /narconon-history.htm
17. /deputes-us-payes.htm
18. /cotten-40.htm
19. /kent-globalisation.htm (250 K)
20. /wise-code.htm


21. /wise-tory.htm
22. /heaven.htm
23. /gourou-demasque.pdf (600 K)
24. /osce-smith.htm
25. /charity-uk.htm
26. /italy-tax.htm
27. /spain.htm#2
28. http://www.monde-diplomatique.fr/2001/05/FOUCHEREAU/15215.htm
29. http://www.xenu.net/archive/audit/foster01.html
30. /suicides.htm


31. /heaven.htm
32. /honte2.htm
33. /ordretuer.htm
34. /rpfthese.htm (250 K)
35. /prix.htm
36. /prix.htm
37. /democracy.htm
38. http://www.bundestag.de/ftp/9000500a.htm#enqsekten (3 megs)
39. /vickya1.htm
40. /libel-appel-tavernier-gounord.htm


41. /jugt78.htm
42. /marseille-fr.htm
43. /cassation.htm
44. /appel1.lyon.htm
45. /jugt-cnil2002.htm
46. /joecisar-these.pdf (700 K)
47. /these-droit.htm (7 fichiers à prendre depuis ce fichier)



a

Retour sous index correspondant à ce type de texte : media, textes généraux

Retour Webpage