LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

La secte criminelle porte plainte contre la France tout entière 

Scientology criminal cult complains before european court against France

Je soussigné, Roger Gonnet, m'engage à prouver que la totalité de ce message provenant d'une porte-parole de la secte criminelle scientologie, est mensongère ou extrèmement déformée par rapport à la vérité des faits.

Roger Gonnet


Date: jeudi, 09 août 2001 09:59:04 -0500
de: Cathy Norman <cathynorman@austintx.net>

Communiqué de presse de la secte criminelle

Ci-dessous la copie d'un communiqué de presse publié ce jour par la Church of Scientology, à propos du dépôt d'une plainte devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme à propos de la nouvelle "loi anti-sectes" française. Vous y trouverez les contacts nécessaires. Ceux qui auront des questions devront me les poser en privé.

Cathy Norman
Church of Scientology of Texas
(512) 474-6631
cathynorm@austintx.net

COMMUNIQUE DE PRESSE

Pour publication immédiate

9 aôut 2001

Pour plus ample information, veuillez contacter


Jean Dupuis: (00 33) 1 53 33 52 09 (téléphone)
(00 33) 1 53 33 52 07 (fax)
Leisa Goodman 323 960 3500 (aux US/Canada seulement)
323 960 3508/9 (fax)

LA SCIENTOLOGIE DEPOSE UNE PLAINTE CONTRE LA FRANCE DEVANT LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L'HOMME AU SUJET D'UNE LOI RELIGIEUSE CONTROVERSEE


ON S'ATTEND A CE QUE D'AUTRES EGLISES SUIVENT LE MOUVEMENT

Avant même que l'encre de la nouvelle "loi anti-religieuse" française ait sèché, l'église de scientologie a pris la tête en déposant une action légale devant la Cour européenne des droits de l'homme, afin que la loi soit déclarée en violation de la Convention européenne des droits de l'homme.

La demande de l'église a été déposée dans des circonstances exceptionnelles par les avocats Blackstone Chambers, l'une des firmes d'avocats parmi les plus respectées d'Angleterre quant aux affaires de droits de l'homme. Danièle Gounord, directrice des Relations Publiques de l'église, explique: "Une clique extrémiste ne comprenant que 3,5 % des législateurs français, s'est arrangée pour faire passer une loi qui revient à émettre une peine de mort envers la liberté de conscience et de croyance en France".

"Cette loi créera inévitablement des prisonniers de conscience. Des milliers de croyants innocents font face à d'énormes amendes et peines de prison, pour la seule raison qu'ils exercent leurs droit de croire et de s'associer pacifiquement comme ils le désirent."

La plainte de l'église devant la Cour Européenne est donc destinée non seulement à protéger nos droits, mais ceux de tous, " ajoute-t'elle.

Il est probable que la plainte sera le point de départ d'un procès. Les avocats représentant d'autres organisations religieuses préparent aussi leurs plaintes contre la France, par devant les tribunaux. Une organisation de droits de l'homme a expliqué que maintenant que la loi avait été votée, ce serait beaucoup plus facile de se plaindre de la discrimination du gouvernement français devant les tribunaux. Un groupe chrétien et un groupe bouddhiste ont déjà déposé des plaintes contre la France à Strasbourg, en demandant au tribunal des droits de l'homme de déclarer illégal un rapport parlementaire qui, selon ces groupes, viole la convention européenne des droits de l'homme. La loi française n'offre pas de mécanisme permettant de rectifier les violations des droits des citoyens de ce rapport parlementaire, et aide a donc été demandée au tribunal de Strasbourg.

Des organisations de droits de l'homme et plusieurs organisations religieuses ont condamné la nouvelle loi française comme étant répressive et violant les traités internationaux de droits humains.

La législation chaudement contestée a passé le 30 mai, après opposition intense des églises catholiques et protestantes et des communautés juives et islamiques françaises, de cinquante députés du Conseil de l'Europe, d'organisations internationales des droits de l'homme, et de juristes français importants. Le demandeur, l'église de scientologie, affirme que la loi tente purement et simplement de dissoudre des églises minoritaires françaises et de rendre impossible l'exercice de la croyance de paroissiens selon leur conscience. La loi s'oppose aussi à un énoncé public de 1905 sur le fait que, selon la loi de séparation de l'église et de l'état, le gouvernement ne reconnaît pas de concept tel que "secte" et ne peut passer de loi sur les croyances religieuses.

En raison d'une pétition de la part de 40 organisations religieuses ou de droits de l'homme, le Conseil de l'Europe a nommé un rapporteur qui enquète sur la loi et sur des cas de discrimination religieuse en France. Dans son rapport mondial 2001 sur la liberté religieuse dans le monde, "Aide à l'église dans le besoin", une organisation charitable internationale opérant sous la juridiction du Pape a ajouté la France sur la liste des pays ayant une législation discriminatoire.

Des pays européens comme la Suède, la Hollande, l'Angleterre, la Norvège et la Suisse ont refusé d'adopter l'approche française. Une commision du gouvernement suédois de 1998 a critiqué la France pour sa "déclaration de guerre" envers des mouvements religieux. "Rien ne devrait être fait pour augmenter le désaccord entre ces mouvements et le reste de la communauté", concluait cette commission. "Au contraire, la société devrait aider à améliorer le dialogue entre toutes les parties concernées."

Ces critiques du gouvernement français ont encore pris de l'ampleur du fait qu'en opposition aux réactions d'administrations démocratiques, des régimes connus pour leurs violations des droits de l'homme, ont adopté cette loi. Le gouvernement chinois cite régulièrement les actions du gouvernement français contre des croyances minoritaires pour justifier sa brutale persécution du Falun Gong et de mouvements chrétiens. Le gouvernement d'Hong Kong étudie le modèle français pour le mettre en place contre le Falun Gong.

Le sénateur français Nicolas About et la députée Catherine Picard ont travaillé avec Alain Vivien, président de la MILS (Mission Interministérielle de lutte contre les sectes), pour élaborer cette loi. Elle permet la dissolution d'organisations religieuses après deux ou plusieurs délits relativement mineurs commis par ses chefs réels ou perçus comme tels. Par exemple, une église entière pourrait être dissoute si l'on constatait qu'un de ses chefs a causé un accident de voiture avec blessés. Des pénalités draconiennes et des peines de prison seraient imposées contre tout paroissien tentant de rétablir cette église, même sous une autre forme légale.

L'église de scientologie affirme qu'About, Picard et Vivien ont clairement fait savoir durant les débats parlementaires et lors d'interviews aux médias, qu'ils avaient l'intention de se servir de la loi pour nier le droit de pratiquer leur religion à ses dizaines de milliers de paroissiens.

La scientologie est une religion fondée par l'écrivain et humanitaire L. Ron Hubbard, plus connu en tant qu'auteur de la Dianétique, science moderne de la santé mentale, publié en plus de 50 langues. L'église a reçu nombre de récompenses pour ses programmes efficaces qui utilisent les oeuvres de L. Ron Hubbard , programmes destinés à résoudre l'abus de drogues, l'illetrisme et la criminalité. Elle a 30000 membres en France.



english part:


I, undersigned, Roger Gonnet, promise that I can prove that the global signification of the message sent by the scientologist spokeperson, is a lie.


Roger Gonnet



>Date: Thu, 09 Aug 2001 09:59:04 -0500
>From: Cathy Norman <cathynorman@austintx.net>
>
>Subject: [AR-talk] ANN: C of S Press Release
>
>List,
>
>Below is a copy of a press release issued today by the Church of
>Scientology, concerning the filing of a suit in the European Court of
>Human Rights regarding the new "anti-sect" law in France. There is
>contact information in the press release. Anyone with questions for me
>should send them privately.
>
>Cathy Norman
>Church of Scientology of Texas
>(512) 474-6631
>cathynorm@austintx.net
>
>Press release:
>
>FOR IMMEDIATE RELEASE August 9, 2001
>FOR FURTHER INFORMATION
>CONTACT:
>
>Jean Dupuis: 00 33 1 53 33 52 09 (phone)
> 00 33 1 53 33 52 07 (fax)
>
>Leisa Goodman 323 960 3500 (in US/Canada only)
> 323 960 3508/9 (fax)
>
>CHURCH OF SCIENTOLOGY FILES HUMAN RIGHTS APPLICATION
>AGAINST FRANCE BEFORE EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS OVER CONTROVERSIAL
>RELIGION LAW;
>
>OTHER CHURCHES EXPECTED TO FOLLOW
>
> Before the ink has dried on a new French "anti-religious" law, the
>Church of Scientology has taken the lead in filing a legal action to
>the European Court of Human Rights to have it declared in violation of
>the European Convention on Human Rights.
>
> The Church's application, filed by barristers from Blackstone
>Chambers, one of the most respected British law firms with a
>significant human rights practice, has been brought in exceptional
>circumstances. Said Daniele Gounord, the Church's Public Relations
>Director, "An extremist clique, comprising only 3.5% of the French
>legislature, has managed to pass a law that amounts to a death sentence
>for freedom of conscience and belief in France.
>
> "This law will inevitably create prisoners of conscience.
>Thousands of innocent believers face the prospect of massive fines and
>prison sentences, solely for exercising their rights to believe and
><peacefully> associate as they choose.
>
> "The Church's application to the European Court is therefore
>intended to protect not only our rights, but those of everyone," she
>added.
>
> The application is likely to be the starting point for a wave of
>litigation. Lawyers representing other religious organizations are also
>preparing complaints against France to the Court. One human rights
>organization has stated that now the law is has been enacted, it will be
>far easier to challenge French government discrimination in court. A
>Christian and a Buddhist group have already filed suit against France in
>Strasbourg, asking the Human Rights Court to declare illegal a 1995
>parliamentary report that, as the groups contend, violates the European
>Convention on Human Rights. French law offers no mechanism to rectify
>the violations of citizens' rights by the Parliamentary Report and the
>Strasbourg Court was therefore approached for help.
>
> International human rights and many religious organizations have
>condemned the new French law as repressive and in violation of
>international human rights treaties.
>
> The hotly contested legislation was passed on May 30, over intense
>opposition by the French Catholic and Protestant Churches, the Jewish
>and Islamic communities, fifty representatives of the Council of Europe,
>international human rights organizations, and leading French jurists.
>The applicant, the Church of Scientology, alleges that the law is a
>blatantly illegal attempt to dissolve minority churches in France and
>make it impossible for parishioners to worship according to their
>conscience. The law also goes against a public statement by the
>Ministry of the Interior that due to a 1905 French law on the separation
>of church and state, the government recognizes no such concept as "sect"
>and cannot pass judgment on religious beliefs.
>
> As a result of a petition by 40 religious and human rights
>organizations, the Council of Europe has appointed a rapporteur who is
>investigating the law and cases of religious discrimination in France.
>In its 2001 report on religious freedom worldwide, "Aid to the Church in
>Need", an international Catholic charity operating under papal
>jurisdiction, added France to the list of countries with discriminatory
>legislation.
>
> European countries like Sweden, Holland, Britain, Norway, and
>Switzerland have refused to adopt the French approach. A 1998 Swedish
>government commission criticized France for "declaring war" on
>religious movements. "Nothing should be done to augment disagreement
>between these movements and the rest of the community," the Commission
>concluded. "On the contrary, society should help to bring about a
>dialogue between all parties concerned."
>
> These criticisms of the French government have become even sharper
>because, in contrast to the reactions of democratic administrations,
>regimes notorious for human rights abuses have embraced the law. The
>Chinese government regularly cites French government actions against
>minority faiths to justify its brutal persecution of the Falun Gong and
>Christian movements. The Hong Kong government is studying the French
>model with a view to introducing it to suppress the Falun Gong.
>
> French Senator Nicolas About and National Assembly member
>Catherine Picard worked with Alain Vivien, president of the French
>government's "Interministerial Commission to Fight Against Sects", to
>draft the legislation. It provides for the dissolution of religious
>organizations found guilty of two or more relatively minor offences,
>either directly or by perceived leaders. For example, an entire church
>could face dissolution if a leader was found guilty of causing a traffic
>accident leading to bodily injury. Draconian penalties including heavy
>fines and prison sentences would be enforced on any parishioner who then
>attempted to reestablish the Church, even as a different corporation.
>
> The Church of Scientology alleges that About, Picard and Vivien
>have made clear during parliamentary debates and in media statements
>that they intend to use the law to deny its tens of thousands of
>parishioners their right to practice their religion.
>
> Scientology is a religion founded by writer and humanitarian L.
>Ron Hubbard, best known as the author of Dianetics, the Modern Science
>of Mental Health, published in more than 50 languages. The
>Church has earned many commendations for effective programs that
>utilize the works of L. Ron Hubbard to resolve drug abuse, illiteracy
>and crime. It has 30,000 members in France.


Retour sous index correspondant à ce type de texte : relations internationales

Retour Webpage