LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

VIOLS D'ENFANTS EN SCIENTOLOGIE

LE PEDOPHILE STRAWN défendu par la secte


(c)1997 Roger Gonnet et autres auteurs indiqués au fur et à mesure - droits de reproduction accordés pour les buts non commerciaux

Ce texte est le début d'une longue histoire qui prouve la duplicité de la scientologie par plusieurs aspects.

En résumé, Donald Strawn, scientologue de longue date au QG de la secte en Floride, a abusé sexuellement des deux gamines (12 et 13 ans) de sa femme, également scientologue.

Ceci se produit partout dans le monde, pas particulièrement plus en scientologie qu'ailleurs, vraisemblablement. Ce qui choque le plus ici, c'est que la secte ait menacé la mère d'expulsion si elle parlait de l'affaire au dehors de la secte.

Deuxièmement, la scientologie prétend avoir la réponse totale, parfaite et universelle à toutes les aberrations humaines: comment peut-elle expliquer que des vieux routards de la secte puissent être violeurs d'enfants pédophiles, alcooliques etc...?

____________

(c) 1997 par Jeff Jacobsen - et Phil Scott - trad: rg

"Selon le témoignage présenté lors du procès Strawn posté sur Internet par Tilman Hausherr, l'église de scientologie ne voulait pas envoyer un scientologue être "manié" par les lois "wogs" [wog: terme scientologue très péjoratif, genre bougnoule, pour définir les non-scientologues]. Ceci pose quelques problèmes.

Combien de violeurs et d'abuseurs d'enfants l'église de scientologie abrite-t'elle, connus des scientologues, mais jamais présentés aux autorités? Je me souviens d'avoir vu une émission de 60 minutes sur un prètre catholique accusé de viol d'enfants, et expédié dans un centre de réhabilitation - ceci était pourtant très embarrassant pour l'église catholique.

L'église de scientologie a-t'elle un projet spécifique de réhabilitation pour les violeurs d'enfants?

__________

Aucun, que je sache. Je connais plusieurs femmes battues par des maris scientologues alcooliques qu'on a autorisé à aller faire les "niveaux supérieurs de sciento"; nous voici maintenant avec un violeur de gamines qu'on envoie se faire auditer...

J'ignore si quelqu'un de la direction sciento qui serait dénoncé pour un crime serait immédiatement déclaré "gibier de potence" (fair-game, voir les textes à ce sujet) - si on lui prendrait son argent, si on lui ferait des procédés inversés (procédés supposés le rendre fou, ndt), si on le jetterait dehors de la Base à Terre de Flag (QG sciento).

Eh bien dévinez: une des personnes de la secte qui écrit dans notre groupe de critiques est témoin de cette affaire!

Il est bien évident par ailleurs que si un père découvre sa charmante et brillante fille (Susan Meister, en l'occurence) avec une balle dans le front, à bord d'un navire de la secte, et qu'il désire, étant le père de la victime, obtenir une autopsie, la scientologie le bloque, lui ment, et le ruine jusqu'à ce qu'il en meure quelques années plus tard. Nous le savions déjà.

Ce système de priorités de la secte est étrange. Peut-être cette secte de menteurs serait-elle liée à quelque ancien "Père des Mensonges" dont il est tant question dans nombre de véritables religions?

En apparence, la criminalité perverse est au moins tolérée, sinon récompensée, dans le Cours de la Scientologie. Je crois que les crimes financiers au moins y SONT dailleurs récompensés. Les "FSMs" (scientologues qui vendent des services scientos, les tranformant en recrues, ndt) s'enrichissent en mentant aux recrues, et Miscarriage fait des millions de dollars...

Je souligne ici que la secte est bien plus qu'une secte criminelle, bien plus, vraiment.

___________

Comment se fait-il qu'un scientologue qui parlerait à certains ex-scientologues puisse être expulsé et puni par la sciento, alors qu'un scientologue qui viole des enfants soit envoyé en audition ? L'éthique scientologue n'est-elle pas passablement inversée, ici? Comment le fait de boire un café avec quelqu'un peut-il être pire que de violer des gamines?

...

ce que je trouve déplorable dans cette affaire, c'est l'attente tacite que nous devrions considérer la secte scientologique apte à pardonner de la part des autres; deux gamines ont été violées par un homme en qui elles avaient toute confiance. Il a rompu cette confiance en pérpétrant un des pires actes qu'on puisse faire à l'encontre de jeunes filles innocentes. Puis, lorsque la mère de ces enfants s'en est ouverte au Chapelain de "l'église" de scientologie, une chaîne d'actions a été élaborée pour la dissuader de porter plainte auprès des autorités compétentes.

Ensuite, qu'a t'on cherché à nous faire gober?:

"...si en scientologie on confesse un crime etc... il est pardonné et oublié..."(règle d'Hubbard).

En premier lieu, Strawn N'A PAS confessé ce crime. C'est la mère des fillettes qui l'a dit au "chapelain", lequel, en réponse, lui a signalé qu'elle risquait l'expulsion de la scientologie si elle en parlait au dehors aux autorités légales ; comme résultat, le violeur STRAWN ... a eu un entretien avec elle au sujet des viols.

Si Strawn s'était encore confessé AVANT que ces allégations aient été faites au chapelain, peut-être cette suggestion de se taire aurait-elle eu de vagues fondements...mais de la façon dont ça s'est déroulé, je crois qu'aucune personne sensée n'aurait pris le résultat des découvertes du crime comme étant un aveu en confession.

Et même s'il avait confessé le crime avant qu'on le découvre, et même si l'on considérait la scientologie comme un genre de religion du style catholicisme qui pardonnne les péchés, la sciento n'a aucun droit de faire de même en pareil cas.

En premier lieu, Strawn n'a semble-t'il pas exprimé de remords: il présente en effet une requète en appel face à la sentence à laquelle la justice l'a condamné pour ces viols sordides...

De plus, nul n'a le droit de pardonner à Strawn, excepté peut-être les fillettes dont l'innocence a été violée par le pédophile et leur mère, qui doit faire face aux conséuences du crime.

Peut-être Strawn n'a-t'il pas commis ces actes parce qu'il appartient à la scientologie, mais dès que la secte criminelle a été impliquée, chacune des actions qu'elle a entreprises avait pour but final de cacher les crimes, au cas où il ferait du tort à leurs affaires.

...

J'ai commencé à écrire ceci depuis plusieurs heures. J'ai dû m'arrêter et reprendre plusieurs fois, car la fureur que je ressens face aux tentatives de ce fou pour se justifier et face aux actions de la secte pour éviter les conséquences m'ont rendu parfois irrationnel.

J'en suis encore au même point de dégoût profond quant aux justifications que recherche l'individu en question en scientologie.

Parmi les choses qui me font ressentir cette répugnance extrème vis à vis de cette secte, se trouve au premier rang une affaire comme celle-ci, dont deux gamines vont souffrir le restant de leur vie.


Quant à ce que j'en pense d'un point de vue d'ex-catholique, je sais bien qu'aucun prètre catholique ne peut être forcé à témooigner en justice pour des faits qu'il a entendus en confession; mais si un prêtre a connaissance par ailleurs de faits de ce genre, il peut tout à fait (et doit, de par la loi) les dénoncer comme tels. Ce que la scientologie a proposé ici est fort différent: elle absout sans confession un coupable; puis elle demande à celle qui a découvert le crime de se taire parce que ça retomberait sur le dos de la secte. Aucun rapport, même lointain, avec le moindre problème de secret ou de pardon des confessions... AUCUN! On cherche simplement ici à faire taire d'éventuelles mauvaises langues, à préserver le niveau du chiffre d'affaires de la secte.(rg) 


Voici quelques extraits d'une affaire de viol d'enfants à Clearwater, Floride. J'ai des copies de certains documents du tribunal devant moi, car je voulais être sûr, avant de poster ces messages. L'affaire n'est pas encore scellée, et n'importe qui peut la consulter au tribunal. Je ne suis que l'un de nombreux critiques anti-sciento à avoir obtenu des copies, aussi n'est-ce pas indispensable que la secte me cambriole etc...

Clearwater est le "Vatican" ou "la Mecque" de la scientologie. La scientologie est une "religion" pour les besoins fiscaux, selon l'IRS. Cette "religion" a dit à la mère de deux fillettes violées de ne pas aller voir la police, parce que ça "créerait des problèmes de Relations Publiques", et qu'eux, scientos, "pourraient manier ça".

Les noms des victimes sont barrés pour raisons évidentes.

Merci à tous ceux qui ont contribué à ce document.

Tilman Hausherr - trad: rg

______________ 


Au tribunal du circuit du sixième circuit judiciaire
de Floride, dans et pour le compte du Comté de Pinellas
Printemps, en l'an de grâce mil

neuf cent quatre vingt quatorze

CRC94-12575CFANO-1

Etat de Floride____________________________________Instruction pour :

contre___________________________________________1. Abus sexuels, crime capital

Donald A.Strawn, spn 00757024______________________2.Abus sexuel, crime capital

B/M : DOB:07/15/54_______________________________3. Abus sexuel, crime capital

_______________________________________________4. Activité sexuelle, crime au 1°D.

Au nom de et par l'autorité de l'Etat de Floride:

Bernie Mc Cabe, avocat général du 6e circuit judiciaire de Floride, dans et pour le Comté de Pinellas, poursuivant pour le compte de l'Etat de Floride, dans ledit Comté, sous serment, l'instruction dit que:

Donald A. Strawn,
dans le comté de Pinellas et dans l'état de Floride, le ou à partir du 1er Janvier jusqu'au 26 Juin de l'année de grâce 1994, dans le Comté de l'état susnommé, a commis, alors qu'il avait plus de dix-huit ans, un viol sexuel à l'encontre de M__H___, une enfant de moins de douze ans, en plaçant le pénis de Donald A.Strawn dans la bouche de la victime M__H__, cet acte étant fait dans une intention lascive, lubrique et de façon indécente, contraire au Chapitre 794.011 (2) des statuts de Floride, et s'opposant à la dignité et à la paix de l'état de Floride. [N1A]
Numéro Deux
Et l'avocat général de l'état précité, sous serment et comme précité, [répétition de ce qui fut dit au-dessus, ndt]
Numéro Trois
Et l'avocat général de l'état précité, comme indiqué au-dessus, a constaté d'après instruction que Donald A. Strawn, dans le Comté de Pinellas, Etat de Floride, entre le 1er Janvier et le 26 Juin 1994, dans le Comté et l'état précités, a commis, alors qu'il était agé de plus de dix-huit ans, un viol sexuel à l'encontre d'une enfant de moins de douze ans, M_____H___, en plaçant son pénis en union avec le vagin de la victime M__H___, ledit acte étant commis dans une intention lascive, lubrique et de façon indécente, contraire au chapitre 794.011(2) des statuts de Floride, et opposé à la paix et à la dignité de l'état de Floride.
Numéro Quatre
Et l'avocat général précité, sous serment comme indiqué ci-dessus, a constaté d'après instruction que Donald A. Strawn, dans le Comté de Pinellas, Etat de Floride, entre le 1er Janvier et le 26 Juin 1994, dans le comté et l'état précités, s'est engagé dans une activité sexuelle avec L__G___, selon témoignage, en pénétrant le vagin de la victime L___G__, agée de 13 ans, au moyen du pénis de Donald A. Strawn, alors que le susnommé Donald A. Strawn était en position de gardien familial et/ou d'autorité de garde, ce qui est contraire au Chapitre 794.011 (8), et s'oppose à la paix et à la dignité de l'état de Floride. [N8A]

..... 


selon les minutes de la cour:

5/7/95: change sa défense et plaide coupable pour 2,3,4 ci-dessus

5/7/95: change sa défense et plaide coupable de viol/viol capital/

[Tony a plaidé coupable et a pris trente ans de prison. Il a fait appel de la sentence il y a un an environ. Il voudrait avoir moins de 30 ans - Comprenez aussi que "A" est l'ainée des deux fillettes, L__G___ la plus jeune; Tony est son violeur, son nom complet étant Donald Anthony Strawn]

(extraits des dépositions)

Et Tony m'a dit que A___ était bouleversée. Ce qu'il voulait faire, c'est ce que l'église de scientologie appelle un "assist de localisation": c'est quand vous vous déplacez et que vous touchez des choses au moment où vous êtes bouleversé. C'est pour vous ramener en accord avec l'entourage.

...

A. Tony m'a dit qu'il allait faire un assist de localisation sur A___. Il l'emmenait faire un tour en voiture. J'ai pensé que l'emmener faire un tour en voiture était une drôle de méthode pour l'assist par localisation, mais je n'ai pas douté parce que c'était un scientologue vétéran dans la maison.

...

Question: Est-ce que ces procédés de localisation avaient déjà été exécutés auparavant?

A. Oui. Mais si un enfant est bouleversé -- par exemple, quand c'est un gamin de deux ans qui hurle, vous savez, qui est en rage; vous le prenez et vous lui faites toucher des objets, les murs tout ça; et ça le calme. C'est un procédé. Les filles qui gardent les enfants s'en servent quand la maman les laisse, ce genre de choses.

Mais ça avait déjà été utilisé avant. Mais par contre, on n'avait jamais dit qu'il faille emmener l'enfant faire un tour en voiture avant de faire un assist de localisation, mais c'était un vétéran scientologue dans la maison, aussi, je n'ai pas mis ça en doute. Il l'a emmenée faire un tour. M___ et moi, on était à la cuisine. On préparait du poisson pour le repas.

M___ a dit "tu me fais confiance, Maman?"

[M___, la plus jeune, a dit à sa maman que A___(l'aînée) lui avait dit qu'elle avait été violée par Tony. Quand ils sont revenus de "l'assist de localisation", la maman a commencé à leur parler. De toute évidence, M___ pouvait avoir confiance en sa maman.]

....

Et j'ai regardé A___ et j'ai demandé "A___, est-ce que tu as couché avec mon mari?"

(Tony n'est pas le père biologique de M___ ni de A___)

Et elle a dit "Non".

Et j'ai regardé Tony, et j'ai dit "Tony, est-ce que tu as couché avec ma fille?"

Et il a répondu non.

Et j'ai dit, non , alors, d'ou vient cette "communication"? et j'ai commencé à répéter ce que M___ m'avait dit. Et Tony a dit "Ca vient d'elle, de A___; je veux dire que ça venait de D___ envoulant dire A___"

[ces lignes sont peu claires, car c'est évident que c'est M qui l'avait dit]

Et je l'ai regardé et j'ai dit "Bon, alors explique-moi pourquoi ça venait d'elle?" Et il a répondu, "Bon, c'est que c'était vrai."

(en d'autres termes, le violeur et sa victime ont dabord menti).

...

C'est tout ce dont je me souviens de la conversation dans la chambre. Je lui ai dit, dit, répété, répété que je partais, que je quittais la maison, qu'il fallait qu'il s'en aille. Que j'allais à l'église (de sciento, ndt). Que s'il n'était pas parti quand je reviendrais j'appelais la police.

Question: Avez-vous emmené les filles avec vous?

A. Non, non.

Q.: Combien de temps êtes vous restée à l'extérieur?

A: Probablement une demi-heure ou trois quarts d'heure. Je suis descendue à l'église voir le Chapelain de l'église de scientologie. Après m'être un peu calmée, j'ai appelé la maison. Je me suis rendu compte que j'avais laissé les enfants. Et j'ai essayé d'appeler, mais ça ne répondait pas. J'ai rappelé, et M___ était bouleversée. Elle a répondu au fil que A___ était partie. J'ai sauté dans ma voiture et j'ai foncé comme une folle jusqu'à la maison.

Q: Aviez-vous déjà rencontré le Chapelain?

A: J'avais vu quelqu'un, l'assistant chapelain ou un truc comme ça. J'étais dans son bureau en rappelant la maison. J'y suis revenue, j'ai pris les filles et je suis partie.

Q:Tony était-il là quand vous êtes revenue?

A: Il faisait ses bagages.

Q: Avez-vous reparlé avec lui?

A. Non, je ne l'ai même pas vu. Il était dans une pièce, notre chambre, la porte fermée, en train d'emballer.

Q. Est-ce que A___ vous a dit alors ce qui s'était passé?

A. Le jour même.

Q. A quelle heure?

A. mmm, elle me l'a dit, et M___ aussi.

Q. Quand est-ce que A vous l'a dit?

A. Il faut se rendre compte que j'étais dans la panade complète à ce moment-là. Je ne me souviens plus des heures, des dates; je sais que j'en ai discuté avec mes filles. La raison pour laquelle j'ai attendu six semaines pour le dénoncer, c'est l'église de scientologie.

Q. Depuis combien de temps étes-vous scientologue?

A. Je ne suis plus scientologue à présent. C'est quand j'ai rencontré Tony que j'ai connu la scientologie, que je suis devenue scientologue.

Q. Vos enfants l'étaient-ils aussi?

A. Je pense qu'il faut le leur demander. Elles ont fait quelques cours en scientologie.

Q. Quand vous dites "devenue scientologue", est-ce que vous voulez dire s'engager, devenir une scientologue?

A. Mmm, il faut simplement prendre la décision que vous allez être scientologue, qu'ils ont diverses technologies, que vous lisez et appliquez dans la vie. Parfois, vous prenez des cours à l'église. Parfois, vous prenez de l'audition, c'est similaire au conseil.

Q. Okay. Vous vouliez donc aller à l'église?

A. Il le fallait, il fallait que je le fasse. L'église de scientologie a une règle, pour ce que j'en sais, qui fait que si on a une affaire légale avec un scientologue, il faut s'en référer à l'église de scientologie. Si vous ne faites pas comme ça, vous risquez d'être condamnée à être nommée "suppressive" ou jetée dehors. Maintenant, ça ne compte pas pour moi. Ce qui compte, c'est que je travaillais comme directrice dans une société, et que les propriétaires de l'affaire sont scientologues; en fait, la majorité des employés est scientologue.

Q. Quelle société?

A.:Roberts Cefail & Associates.

(coincidence: c'est le Robert Cefail de la fameuse "Future Films".)

Q. Combien de temps y avez-vous travaillé?

A. A l'époque, trois ans.

Q. Okay; vous croyez donc que vous risquez de perdre votre emploi?

A. Mon job est sur la sellette parce que si vous êtes "déclaré" par l'église de scientologie, aucun autre scientologue ne peut plus avoir de contact avec vous. Ni vous parler. Ils ne peuvent plus rien avoir à voir avec vous, sinon, ils risquent d'être mis dehors de la scientologie.

Q. Avez-vous déjà eu des ennuis de justice auparavant?

A. Non.

Q... qui seraient venus de l'église?

A. Non.

Q. Okay. Comment vous êtes-vous arrangée, alors?

A. Pendant six semaines, j'ai essayé d'obtenir qu'il soit jeté hors de l'église pour que je puisse le traduire en justice sans répercussions. J'ai oeuvré avec le Bureau Légal de l'église de scientologie. Ca s'appelle l'OSA, l'office des Affaires Spéciales.

J'ai travaillé avec eux un long moment. J'y ai passé bien longtemps pour essayer de leur faire entreprendre une action. L'église de scientologie a conseillé que je ne le dénonce pas.

Q. Pourquoi?

A. Parce qu'ils pouvaient le manier. Ils pouvaient manier ce qu'il avait fait, ses aberrations, pourquoi il l'avait fait. Ils disaient que si moi, je le dénonçais, mes enfants seraient pris par HRS, parce qu'HRS cherche toujours les criminels. Ils m'ont dit que Tony serait collé sur moi des vies durant parce que je l'aurais dénoncé. Ils m'ont dit qu'on me donnerait à des "pyschs", des psychologues ou des psychiatres. J'ai été manipulée tout du long.[jusqu'à plus ample informé, je pense que HRS est l'équivalent de la DDASS française]

Q. Avez-vous dit aux filles de ne pas parler de ça avec d'autres personnes?

A. Il se peut que je leur ai dit de ne pas en parler avec leurs ami(e)s.

Q. Mmm; est-ce qu'elles faisaient alors du conseil [audition, ndt]?

A. Pas alors.

...

Q. Est-ce que le conseiller ou le scientologue ont essayé de vous faire en discuter ensemble, vous et Tony?

A. Ouais.

Q. Qui sont-ils, que font-ils alors?

A. Je pense qu'il y a une réunion avec un chapelain et je crois que c'est la chose la plus cruelle qu'on puisse faire. Je voulais en finir, divorcer, car on ne me tiendrait pas tête. Je savais que si je le faisais coffrer il contesterait et je voulais le divorce. J'ai donc arrangé la procédure de divorce avec le chapelain. L'église établit les documents, et vous y allez, et chacun les signe. Et il y a ce qu'ils nomment "une réunion avec le chapelain". Ils s'assoient, discutent des dispositions de biens, de la garde des enfants, etc.

J'y suis allée et j'ai essayé de faire signer mes papiers de divorce. A l'église, le Chapelain Sergio - j'ai oublié son nom de famille - il ne trouvait pas Tony. [il s'agit probablement de Sergio Mora, à moins qu'il n'y ait plus d'un chapelain nomméSergio] L'officier d'éthique ne savait pas comment le joindre. Il a donc fallu que j'aille à son travail et que je lui dise de m'accompagner à l'église, j'y suis allée avec lui pour signer les papiers de divorce et je me suis assise là, en faisant comme si tout était rose. J'ai demandé à propos de M___ et ce qu'il lui avait fait. Il m' a dit que c'était vrai. Qu'il avait écrit toute l'affaire. Qu'il avait tout donné à l'officier d'éthique et que je pouvais avoir des copies du rapport pour que je sache tout ce qui s'était passé à la maison, et que je puisse manier mes filles.

Désolée, mais ce fils de pute ignore ce qu'il a fait à mes filles.

Q. Est-ce que vous avez gardé trace de cela?

A. Non; je ne voulais pas; je ne voulais pas de ses justifications pour des choses comme ça; il n' y a pas de justification pour ce qu'il a fait à mes enfants.

Q. Bien; qu'est-ce qui s'est passé dans cette réunion, ensuite?

A. Ben, on s'est assis, et après - je dois dire que j'étais en colère, toutes ces émotions qui venaient - on a décidé ce qui resterait ma propriété, ce qui serait à lui, ce qu'il fallait que j'amène à l'église après le divorce. Puis il a signé sur la ligne en pointillés.

Q. Okay; y-a-t'il eu des discussions au sujet des allégations, à ce moment-là?

A. Oui, j'ai demandé pour M___ et ce qu'il avait fait à M___.

Q. C'était en présence d'autres personnes?

A. Du chapelain, oui.

Q. Et des discussions sur ce que vous alliez faire quant à ça?

A. Pas vraiment, parce que je ne voulais pas qu'il sache que j'allais entreprendre ces actions avant qu'il ait signé les papiers de divorce.

Q. Okay; après avoir signé les papiers de divorce, avez-vous continué à prendre part aux activités scientologiques?

A. A ce moment-là, j'essayais encore de le faire virer de l'église. J'ai finalement eu cette conversation avec Ken Long, de l'office des affaires spéciales de l'église de scientologie. Je lui ai carrément demandé ce qui se passerait si je le dénonçais même s'il était déclaré (déclaré suppressif par l'église, ndt), moi aussi, est-ce que je serais déclarée. Il m'a répondu : certainement. Pas à cause de la dénonciation, mais à cause des répercussions. Il parlait des PR (relations publiques), des relations avec le Times de St Petersburg, avec les médias. Désolée, mais au fond de moi mêmùe, je pensais"qu'ils aillent se faire enc....

Q. Okay. Qu'avez-vous fait ensuite, vous avez appelé la police?

A. Non; j'ai attendu jusqu'au 9 Août, après, euh, après la conversation avec lui qui avait dû se passer le 4 Août, ou quelque chose comme ça; il faudrait que je regarde mes factures de téléphone pour vérifier - mais le lendemain, c'était l'anniversaire de A___, je ne voulais rien faire pour son anniversaire, j'ai donc attendu samedi, le 6 Août, je suis allée à l'office du Sheriff, et je l'ai dénoncé.

Q. Okay; Est-ce qu'il avait - pendant ce temps-là - fait des allégations quant à M___? Comment est-ce que c'est sorti?

A. Je ne me souviens pas quand j'ai découvert qu'il avait fait quelque chose à M___, je ne sais même pas comment j'ai trouvé ça, je sais, --- je sais que A___ -- Dans l'église de scientologie, il faut faire des rapports, des "rapports de connaissance", et je me souviens qu'après, un peu après que j'aie découvert - c'est dur d'y faire face, vous savez - je ne voulais pas entendre d'elle ce qu'il lui avait fait, car franchement, j'avais peur de le tuer. Et je me souviens que M___ ne voulait pas faire de rapport écrit. Et je lui ai dit - je trouvais que c'était nécessaire pour l'église de scientologie, - parce que je voulais le faire foutre dehors - je lui ai dit, bon , regarde un peu, dis-moi simplement ce qu'il a fait et je vais l'écrire mot pour mot.

Elle a fait comme ça. Elle me l'a dit. J'ai noté mot à mot.

Q. Qu'avez-vous fait de ce rapport?

A. J'ai encore un exemplaire, j'en ai donné à l'église.

Q. L'avez-vous donné à la police?

A. Non.

Q. L'avez-vous donné à l'Avocat Général?

A.Non.

Q. Qu'avez-vous dit?

[ici, on trouve quelques détails, et, juste pour que vous sachiez quel genre de gars est le Tony, et quelques infos montrant que nous parlons ici d'enfants.

Elle explique alors que M___ lui a dit que Tony l'avait dabord saoulée, l'avait forcée à du sexe oral, avait essayé de la pénétrer, mais elle était trop étroite. Une personne qui a lu la déposition sur M___(je ne l'ai pas) a dit qu'il avait essayé d'avoir du sexe avec la gamine, mais qu'elle était trop étroite pour lui, et qu'il avait recommencé pendant pas mal de temps, pour qu'elle "puisse se faire à lui".

Page 26, elle dit que A___ lui a dit qu'elle se sentait coupable, mais que Tony avait dit que "c'était de sa faute, qu'elle grandissait trop vite".

Page 29, on mentionne que A___ avait été molestée avant, par un dénommé Verlee Jackson Jr, qui était le petit ami de sa mère à l'époque, et qu'elle recevait du conseil. Tony était conscient qu'elle avait été molestée, bien qu'il ne soit pas clair s'il ait su ou pas.

Page 34 elle dit que M___ n'avait pas encore ses règles, et que A___ n'avait pas de petit copain, sauf un flirt qu'elle avait rapidement quitté.

Voici quelques informations quant aux textes légaux, pour nos lecteurs scientologues et pour les avocats; dabord, une redite de l'extrait intéressant (page 16 de l'original):

"... l'église de scientologie a recommandé que je ne le dénonce pas.

Q. Pourquoi?

A. Parce qu'ils pouvaient le manier. etc..."


CODE CRIMINEL DES ETATS UNIS - Titre 18 - Crimes et Procédure Criminelle -

Partie 1 - Crimes, Chapitre 73 : OBSTRUCTION A LA JUSTICE

Section 1512. Entraver une victime, un témoin,ou un informateur

(b) quiconque utilise d'intimidation ou de force physique, menace, ou persuade par la corruption une autre personne, ou tente de le faire, ou s'engage dans une histoire qui conduit une autre personne à penser que... avec l'intention de:

back

Retour index général

Retour index

Webring francophone de mise en garde contre les sectes 
Précédent
Suivant Aléatoire 5 suivants Liste
Statistiques