LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

SCIENTOLOGIE - sectes - les secrets de certains encodages de la secte pour cacher les crimes

english: below

[note: il s'agit ici d'un document démontrant l'absence de transparence des services secrets scientologiques et de leur duplicité criminelle]


8 july 1976


DC A US
cc: Sec Off
cc: DDGUS
DGUS

Codage-encodage/présentation de messages

au sujet des activités du Bureau 1 [B1 : le bureau de renseignements secrets de la scete, ndt]


Cher Dick,


Il existe un moyen de présenter les détails opérationnels afin qu'une lecture ordinaire ou même attentive ne puisse donner d'indices provoquant des soupçons d'activités illégale.


Parmi les méthodes [de codage], il y a l'audition**:
l'auditeur (dans ce cas, c'est notre agent) travaille sur un pc (pc=préclair = l'agence ou le groupe qu'il travaille) surtout dans le but de lui tirer ses retenues (en fait, obtenir ses dossiers). L'auditeur doit "mettre en place les rudiments sur le préclair" (c'est à dire, se débrouiller pour rester en contact) et doit mettre régulièrement le pc en séance. Dans les cas de 'out-tech [technique pas en place, ndt] il faudrait "retirer l'auditeur du cas du pc" et être spécialement formé sur ce qu'il devrait dire au pc ou à ses parents (les autres agences, en fait). On pourrait décrire les faits spécifiques comme étant des incidents du pc.

Tout ceci pourrait transiter à l'intérieur d'un dossier de préclair, avec des "imitations de rapports de séances" si nécessaire.


Ce codage ou un autre doit correspondre à un système tel qu'on n'ait pas besoin de faire beaucoup appel à la mémoire pour s'en souvenir. Tout ce que la personne devrait savoir, c'est le nom du pc (l'agence) et, dans le Bureau 1, celui des auditeurs (Par ex. Jean Dupuis ou Jules Dupont)


Il faut le publier sous forme confidentielle auprès de ceux qui s'en serviront. (moi, Duke, Barb, Pgms, people, B-1 terminals, Con Comms).

En vitesse...

Love,
Henning
DGUS
[le signataire est le député Gardien pour les Etats-Unis à l'époque, Henning Heldt]
BB/bc

[**l'audition, rappelons-le, est la technique pseudo-psychologique de la scientologie; elle se pratique entre l'auditeur (technicien sciuento, le préclair (client-patient) ; au cours de séances commençant généralement par "les rudiments" au cours desquels on tente de "mettre le préclair en séance", et de lui "tirer ses retenues manquées" (il s'agit d'exactions dont le patient-client aurait honte, en quelque sorte). Durant ces auditions, l'auditeur scientologue note tout ce que dit le préclair sur des documents appelés feuilles de travail ou rapports de séances.]


CATEGORIES GENERALES DES DONNEES NECESSITANT UN CODAGE DE LA PART DE B1


1. Incrimination, activités souterraines et ce genre. Cela tombe dans les domaines suivants:


a.Violations des nos stauts en tant qu'organisation exemptée d'impôts, sans but lucratif.
1. Preuves du fait que la CofS [scientologie] pratique le lobbying
2. Preuves qu'elle s'implique dans des activités politiques, de proposition de législation, de support de certains candidats.
3. Preuves de liens ou de contrôle exercé par les groupes B6 pour proposer des lois.


b. Activités subversives.
Bien que nous ne pratiquions pas ces activités, si bien qu'il n'y aurait pas de preuves, il nous faut nous assurer de ne pas présenter des documents qui laisseraient penser que nous en avons... Cela tombe sous le 4 ci-après.


c. Actions et projets confidentiels de B1


d. Maniements d'argent qui pourraient provoquer l'attention des services fiscaux.
a. Gros transferts d'argent hors du pays.
b. Missions enterrant ou cachant de l'argent, établissant des faux comptes, utilisant des finances de mission pour financer une société de prèts commerciaux, etc.
c. En fait, tout ce qui mettrait à mal notre statut d'organisation exemptée d'impôts.
d. Autres affaires financières confidentielles qui romberait dans celles pouvant attirer l'attention sur nos finances.


2. Erreurs quant au trafic du B1.
a. Stratégies de maniement
b. apparence de violation de ces points


3. Choses que nous ne voulons pas voir reliées à LRH ou MSH (Hubbard et sa femme, ndt)


4. Mots ou actions qui paraîtraient contraires au fait que les motifs de la CoS sont humanitaires, par exemple : harceler, éradiquer, attaquer, démolir, duper, inciter à l'opposition.
a. La majorité des cas qui pourraient être ainsi décrits peuvent aussi être publiés sous d'autres termes, et ne pas provoquer de questions sur nos motifs En d'autres circonstances, par exemple pour une cible spécifique, s' il fallait se servir du terme exact, il faudrait alors l'encoder.

5. Actions d'entités fiscales confidentielles, stratégie d'impôts, certains rapports de nos services B1 à propos de finances, et éventuellement, les noms de comptes.


6. Admettre que des crimes impunis existent ou des données incriminantes. Ceci se produisant surtout sur les lignes du personnel, dans les CSWs etc. {CSWs = initiales de completed staffs works, rapportd e fin de mission d'un staff scientologue, ndt]


7. EN-TETES DE DOCUMENTS PORTANT LES MOTS CONFIDENTIEL, SECRET etc

Voici le code établi à utiliser: [non traduit, selon toute probabilité, quand c'est écrit par les organisations non anglophones, ndt]

CONFIDENTIAL=FORMAL
HIGHLY CONFIDENTIAL=VERY FORMAL
VERY HIGHLY CONFIDENTIAL=INFORMAL
SECRET=FIRST CLASS
TOP SECRET=TOP CLASS
RESTRICTED=LIMITED


La cause? Etiqueter quelque chose comme "secret" et l'expédier via mail attirera l'attention des inspecteurs des douanes.


8. Nous atttirons aussi l'attention des douanes en écrivant en capitales les noms des groupes de renseignements, tels CIA, IP, SERVICES SECRETS, et autres agences gouvernementales.


Pour parer à ça, il suffit d'éviter d'user de ces noms dans les en-têtes et de les taper en minuscules, cia, ip, services secrets, etc.

9. Lorsqu'on envoie une dépèche codée d'orgs à orgs, elle décode le document le jour même et l'expédie aux gens concernés.


10. Les choses que nous ne voulons pas voir accolées aux Relations Publiques secrètes de la scientologie et aux groupes de façade du B1.

11. Tout ce qui prouverait que la scientologie contrôle légalement tout groupe de type B6.


Il s'agit de:


a) Applied Scholastics
b) Narconon



c) Apple Schools
d) Expansion Consultants
e) Childbirth Education Center (new ones) [les centres s'occupant de rattrapage scolaire etc, ndt]
f) Association for Scientologists for Reform:
1. Citizens Commission on Human Rights [en France, CCDH, Comité des Citoyens pour els Droits de l'Homme, ndt]
2. Committee on Public Health and Safety
3. Natl Alliance for Alcoholism Prevention and Treatment
4. Gerus Society
5. Task Force on Mental Retardation
6. Committee to Re-involve ex offenders.





8 july 1976


DC A US
cc: Sec Off
cc: DDGUS
DGUS

RE: CODING/WORDING OF MESSAGES RE
B-1 ACTIVITIES MOTIF


Dear Dick,


A motif type way of writing about operational details such that casual or even careful reading gives no indication of B-1 activities nor causes any suspicion of criminal activity.


A possible motif to use is auditing.
Auditor (agent) is working on a PC (agency or group) primarily concernes with pulling withholds (files). The auditor has to pet the ruds in on the PC (i. e get placed), and has to pet the PC in session regulary . In instances of out tech, particulary severe ones where the PC became aware of such, the auditor would have to be pulled off the case and especially briefed on what to tell the PC's friends and relatives (other agencies). Specifics could be described as incidents of the PC's.


All such could travel in PC folders with copies of actual
or mocked up sessions, if necessary.


Anyway this or another code that has a motif such that people can use it without a lot of memorization.
All a person would need is the names of the PCs (agencies) and, in B-1 the names of Auditors (John Silver, for instance).


It should be issued confidentially to people who would have use of it
(me, Duke, Barb, Pgms, people, B-1 terminals, Con Comms).


Quickly.

Love,
Henning
DGUS
BB/bc


GENERAL CATEGORIES OF DATA NEEDING CODING FOR BI


1. Incrimination, undercover activities and the like. This breacks down into the followings areas.


a.Violations of our status as a tax exempt, non profit org.
1. Evidence of the C of S lobbying.
2. Evidence of the C of S engaging in political activities-proposing legislation, supporting candidates.
3. Evidence of legal or control ties to the B6 groups to propose a bill.


b. Subversive activities.
While we do not carry on any of these activities, there would therefore be no evidence of such-we should ensure that we do not word particles in a way that makes it look like we do... This also falls under n°4 below.


c. B1 confidential projects and actions.


d. Money deals that might provoke government tax offices.
a. Large transfer of funds out of the country
b. Missions burying or hiding income, setting up false accounts, using Msn funds to finance a profit making loan company owned by the mission holder, etc.
c.Basically anything that is in violation of our exempt status as non profit org.
d. Other confidential financial deals as fall into this categoty of provocking interest in our finances.


2. Some traffic on BI flubs.
a. Strategy for handlings.
b. Apparency of violation to the above points.


3. Things that we do not want connected to LRH or MSH. This is handle by coding their names.


4. Words or actions that tend to dispute the fact that the C of S's motives are humanitaring d.c., harass, eradicate, attack, destroy, annihilate, cave in, entrapment, stir up the opposition.
a. Most of the instances that would be described this way can also be reworded and not cause any question re out motives. In other cases, may a specific target, you will need to use exact wording-then it should be coded.



5. Actions of confidential corporate tax bodies, tax strategy, some BI money CSWs, and occasionally names of accounts.


6. Admission to unpunished crimes and/or incriminating data. This would mostly come on personnel lines. CSWs etc.


7. CONFIDENTIAL, SECRET, etc TYPE TITLES AS HEADINGS ON PARTICLES.

For this there is an established code:

CONFIDENTIAL=FORMAL
HIGHLY CONFIDENTIAL=VERY FORMAL
VERY HIGHLY CONFIDENTIAL=INFORMAL
SECRET=FIRST CLASS
TOP SECRET=TOP CLASS
RESTRICTED=LIMITED


The reason for this is to label a particle as Secret and send it through the mail lines will attract the attention of any Customs Inspectors.


8. Another way we catch the eye of Customs is by capitalizing the names of intelligence type groups such as CIA, IP, SECRET SERVICE and names of Government agencies.


The handling on this is to avoid using the names at the top of the page or in headings. And, typing them in small letters. ip, cia, secret service.

9. When a coded despatch is sent between orgs all cc's are to be written on the original. He then decodes the particle and sends cc's to all terminals named on the particle, the same day.

10. Things that we do not want connected to the C of Si Secret PR and BI front groups.

11. Anything that gives actual evidence of Scn being in legal control of any B6 type groups.


These groups are:
a) Applied Scholastics
b) Narconon



c) Apple Schools
d) Expansion Consultants
e) Childbirth Education Center (new ons)
f) Association for Scientologists for Reform:
1. Citizens Commission on Human Rights
2. Committee on Public Health and Safety
3. Natl Alliance for Alcoholism Prevention and Treatment
4. Gerus Society
5. Task Force on Mental Retardation
6. Committee to Re-involve ex offenders.

Retour index textes secrets

back

Retour index général

Retour index