LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Secret
FAUX RAPPORTS VOLONTAIRES

Sectes - scientologie - ordres secrets - les gouvernements

Quelques preuves supplémentaires de la folie d'Hubbard: il suffit de lire pour constater qu'il est paranoïaque, qu'il pense que - ou, en tout cas, qu'il dit que - tous les gouvernements sont "insane" - malades mentaux, et que l'on trouvera des raisons ineptes à la base des attaques contre la secte.

On trouve en fait, à la base de la très large majorité des attaques persistantes, les mêmes causes: des adeptes qui savent que la secte est une escroquerie.

Il laisse "habilement" (!) supposer à ses agents spéciaux en formation que les gouvernements truquent leurs dossiers, alors que lui l'a fait; il laisse supposer que le gouvernement "voudrait se débarrasser de certains", que tout critique est malade mental à intentions destructrices, etc.


OFFICE OF SPECIAL AFFAIRS NETWORK ORDER

OSA NW ORDER 19 18 Février 1988
OSA NW
Execs
Invest, Legal,
PR Staff

Secret
FAUX RAPPORTS VOLONTAIRES

(Originellement publié pr LRH le 21 janvier1975.
Publié en tant qu'ordre OSA le 18 février 1988.)

Lorsqu'on a affaire avec les gouvernements, on pense généralement en théorie que le gouvernement a stupidement accepté de l'information fausse dans ses dossiers et qu'il nous fait la guerre à cause de ça. Ce serait une interprétation relativement saine.

On ne peut pourtant pas écarter une autre possibilité. Le gouvernement pourrait fabriquer volontairement de faux rapports pour se débarrasser de quelqu'un.

On en peut donc pas se contenter d'un Dead Agenting [voir déf.] superficiel sur chaque faux rapport, car on se retrouverait en mouvement perpétuel à vouloir manier une usine à mensonges.

Le malade mental exécute en secret des intentions cachées destructrices. Selon toutes les normes, les gouvernements actuels sont malades mentalement.

Il y a donc à la base de la pile une intention cachée.

Quand on obtient les fichiers des gouvernements et les divers faux rapports qui s'y trouvent, en se servant de la Loi sur la Liberté d'Information (FOIA), il ne suffit pas de simplement observer qu'ils sont faux et d'exercer le DA à leur sujet. C'est évidemment nécessaire mais ce n'est pas l'action fondamentale.


Il faut construire une banque de données de tous les documents et les recouper
tous en se servant du fichier pour découvrir l'existence d'autres faux supplémentaires pas encore révélés.

Ce n'est pas l'utilisation finale de la banque de données.

Comme pour tout être malade mental, on recherche l'intention de base qui fait fonctionner l'usine à mensonges.

Quelque part en dessous du bazar, on découvre un être et une intention.

Comme on a affaire au malade mental, ce ne sera probablement pas logique. Ce sera ce que ce sera.

Confronter une agence gouvernementale et exercer le DA les refroidit et les fait reculer. C'est une caractéristique du fou - il a peut d'être découvert et tient beaucoup à son image de marque. Rien ne devrait donc empècher de le faire.


Mais au bout de la piste, on aura un truc énorme, à intention ou ordres cachés.


(page 2)


OSA NWO 19 -2


Ca viendra q'un malade mental doté de plans fous, et d'une idée folle qu'on pourrait y mettre fin.

Voici un simple exemple: "ils font penser les gens, aussi mes plans pour détruire le pays pourraient être détectés. " Mais ce serait trop logique.

Ce serait plutôt: "ils sont vraiment capables de manier les drogues, alors nous allons devoir chasser tous nos vétérinaires".

Un malade mental est quelque part sur cette ligne.

Il fera parmi les dates les plus anciennes et des documents les plus fous.

C'est ce que finira par donner la banque de données faite au moyen des documents du FOIA, si nous la continuons. Une fois documentée et publiée, elle fera sauter toute l'affaire.

Vous avez pu observer la taille des mensonges et à quel point cet effort est sans efficacité.

Ne négligez donc pas les rapports intentionnellement faux, lancés par quelque intention de base que nous n'aurions pas encore dévoilée - mais que nous finirons par exposer.
.

L. RON HUBBARD
Founder
Adopted as official
Church policy by
CHURCH OF SCIENTOLOGY
INTERNATIONAL

LRH:CSI:jk:


** DA: initiales de "dead agenting", ou "technique de l'agent mort" en français, qui signifie en scientologie saper la crédibilité d'un critique au moyen de données vraies -- ou fausses. En général, le "DA" s'appuie sur des faits très déformés. Cela provient du fait qu'on ne croit aps quelqu'un qui a menti si on peut 'prouver' qu'il a menti.

RETOUR INDEX TEXTES SECRETS

back

Retour index général

Retour index

Webring francophone de mise en garde contre les sectes 
Précédent
Suivant Aléatoire 5 suivants Liste
Statistiques