Le Ministère de la Justice organise la délation
Elisabeth Guigou, ministre de la Justice, a demandé aux associations spécialisées dans la lutte contre les sectes de déterrer un plus grand nombre d'affaires.

Par la circulaire aux magistrats et aux juges de France du 1.12.98, le Garde des sceaux présente l'action de la nouvelle mission interministérielle sur les sectes tout en regrettant le manque de plaintes. II n'y aurait pas assez de dénonciations permettant d'enclencher des poursuites.

Pour pallier à cette carence d'affaires, le ministre de la Justice a chargé les juges de travailler en collaboration plus étroite avec l'ADFI et le CCMM supposés collecter des témoignages à charge.

Les associations anti-sectes sont donc officiellement mandatées pour enregistrer les plaintes et les dénonciations par le biais de leurs nombreuses antennes à travers la France.

L'ADFI n'a pas attendu le feu vert officiel car il y a des années qu'elle diffuse une liste de critères précis, permettant de savoir si une personne de notre entourage appartient à une association, un groupe, une société au un club quelconque. La liste des symptômes définis par l'ADFI recouvre la plupart des comportements non conformistes et privés : changement de mode vestimentaire et de régime alimentaire, courrier et appels téléphoniques abondants, sorties et voyages, intérêt pour une cause nouvelle, emprunt d'argent, long temps de lecture et de méditation... Ces critères sont diffusés dans une brochure disponible dans les organismes publics. Il est donc conseillé de prévenir l'ADFI ou les renseignements généraux si un de nos proches présente un de ces "symptômes" ou un trait de non conformisme similaire. Lorsque le diagnostic est établi, l'ADFI recommande de surveiller discrètement les amis et les relations de la personne suspectée. II faut noter leurs numéros de téléphone et adresses et tenir un journal quotidien de leurs faits et gestes. Les informations ainsi recueillies ont permis de dresser la liste des 172 sectes du rapport parlementaire, bien que des officiers des renseignements généraux estiment qu'une vingtaine de groupes seraient potentiellement sectaires, 150 associations auraient été testées sans aucun délit à charge.

Le CCMM a dressé le catalogue des pratiques pouvant tomber sous le coup d'un délit de secte. Il s'agit de la plupart des méthodes thérapeutiques non conventionnelles comme la naturopathie, le jeûne, la sophrologie, la méditation et les techniques issues du "nouvel age". Le Docteur ABGRALL, expert auprès de la mission interministérielle sur les sectes, y ajoute l'homéopathie qui serait un grigri occulte sans aucune efficacité.

L'ADFI a également identifié des domaines à risque comme les cours de Yoga, la thérapie parentale, les conférences sur les OVNIS et les sujets ésotériques mais aussi des commerces sensibles comme les librairies spirituelles, les restaurants végétariens et les circuits de produits biologiques.

Comment s'assurer que les plaintes recueillies ne sont pas motivées par l'intolérance, les préjugés ou la malveillance? Cette question n'a pas été débattue.

L'OMNIUM des LIBERTES a mené une enquête auprès des parlementaires et des sénateurs pour connaître leur opinion sur ce qui ressemble à une campagne de délation et de surveillance sans précédent dans l'histoire de France. A l'affirmation qu'un long temps de lectures serait un symptôme suspect, les élus ne voient pas d'objection et approuvent les critères retenus par l'ADFI.

L'OMNIUM des LIBERTES leur a donc clairement demandé s'il était légal de dénoncer un parent ou un voisin " parce qu'il a changé de régime alimentaire ou qu'il fait de la méditation? "

Aucun sénateur ni député n'a manifesté de doute à ce sujet, et l'OMNIUM a reçu des réponses de l'Assemblée Nationale affirmant que la délation était parfaitement justifiée.

L'histoire enseigne que les Français ont un sens civique plutôt prononcé lorsqu'il s'agit de dénonciation, mais il est désormais légal d'accuser quelqu'un d'appartenir à une secte pour le déclarer inapte à recevoir un héritage, jeter la suspicion sur un voisin antipathique ou un collègue dont on désire la place ou se venger d'une déception amoureuse. Les cas sont désormais fréquents.
Agence SUMER, 40, rue du Paradis - 76530 GRAND-COURONNE





POLITIQUE DE VIE


Aux adhérents et connectés du réseau Politique de Vie
Boulogne, le 14 avril 2000

Commission Internationale d'Enquète sur les Violations des Droits de l'Homme par l'Etat Français à l'encontre des minorités spirituelles

APPEL A TÉMOIGNAGES - AUDITION PUBLIQUE - MERCREDI 19 AVRIL 2000
1, rue Christophe Colomb-59800 LILLE

Comme la grande presse s'en est fait l'écho (Europe I, 4 mars AFP, 3 mars, Le Monde, 5 et 7 mars, La Croix, 6 mars), une Commission Internatlonale d'Enquète sur les violations des droits de l'Homme par l'État Français à l'encontre des minoriés spirituelles a été creée à Paris le Jeudi 2 mars dernier.

Placée sous le haut patronage de Mr Irving SARNOFF, Président de l'ONG Friends of the United Nations et du Révérend N.J. LHEUREUX, représentant du Conseil National des Églises (chrétiennes) à New York, cette Commission regroupe près de 10 personnes, citoyens indépendants, représentants des grandes religions ou des minorités spirituelles, sociologues, juristes etc.

L'ONG Les Amis des Nations Unies est partenaire officiel de l'ONU en matière de protection des droits de l'homme. Les représentants pour la France de cette commission sont Joël LABRUYÈRE, Président de l'Omnium des Libertés et Christian COTTEN, Président de Politique de Vie.

La Commission, a tenu sa première audition des victimes de la chasse aux sectes le vendredi 3 mars à Paris et organise une série d'auditions en province. L'ensemble des témoignages recueillis seront déposés auprès de différentes institutions internationales de défense des droits de l'homme.

La prochaine séance publique d'audition des victimes, les persécutions des minorités spirituelles en France aura lieu à Lille le 19 avril, à 16 h.
Outre Joël LABRUYERE et Christian COTTEN, interviendront le Docteur Érik DIÉTRICH, victimologue, et la chanteuse NAYAH.

Cette audition sera suivie d'une CONFÉRENCE PUBLIQUE qui se tiendra au même endroit à 20 h, sur le thême "La liberté au péril des nouvelles formes d'inquisition".

De nombreuses personnes sont victimes depuis plusieurs annés déjà de la chasse aux sectes organisée par l'État Français et des associations anti-sectes : descentes de police aux domiciles d'innocents par des gendarmes surexcités, passages à tabac par des policiers, licenciements abusifs et refus des syndicats de défendre des salariés, ruptures illicites de contrats par l'administration, emprisonnements abusifs, délations et rumeurs diffamantes, retraits d'enfants, jugements de divorce abusifs, internements psychiatriques...De simples citoyens en recherche spirituelle ou des professionnels des métiérs de la formation, de la relation d'aide ou des médecines féminines (non-conventionnelles) sont désormais victimes de l'opprobre publique et de discriminations majeures, en complète violation avec les principes de la constitution française et avec les traités internationaux.

Si vous souhaitez enfin pouvoir vous exprimer sur ce sujet et témoigner de ce que vous avez subi, merci de contacter Jean-Louis au 06 62 06 89 62 ou Joël au 02 35 67 55 62.
Si vous souhaitez seulement assister à la Conférence de la soirée, rendez-vous à 20 h, je serai heureux de vous y rencontrer.

Christian Cotten
Politique de Vie
20 rue Henri Martin - 92100 Boulogne-Billancourt





Activités de l'Omnium

COMMISSION D'ENQUETE SUR LES VIOLATIONS DES DROITS DE L'HOMME

APPEL A TEMOIGNAGE

"Nul ne peut être inquiété pour des opinions philosophiques ou religieuses"


Pour faire face au [sic] nouvelles formes d'inquisition qui sont apparues en France, la Commission d'enquête placée sous l'egide de l'OMNIUM des LIBERTES vous invite à témoigner lors d'une adience publique qui se tiendra à Lille le 19 avril 2000.

Si vous avez personnellement enduré de la discrimination pour vos croyances ou votre vie pratique thérapeutique, votre témoignage sera reçu publiquement et transmis aux instances internationales garantes des droits de l'homme.

La commission est constituée de:
Christian COTTEN, psychosociologue

Docteur Erick DIETRICH, médecin-victimologue

Joël LABRUYERE, Omnium des Libertés

et NAYAH, chanteuse, "Ambassadrice" des Droits de l'Homme

Renseignements:02 35 67 55 62 ou 06 62 06 89 62
L'audition publique sera suivie d'une conférence sur le thême:

"LA LIBERTE AU PERIL DE LA NOUVELLE INQUISITION"





COMMISSION D'ENQUETE PERMANENTE SUR LES VIOLATIONS DES DROITS DE L'HOMME EN FRANCE

Le 18 avril 2000
Convocation à: Madame Charline Delporto,

Présidente ADFI-NORD PAS DE CALAIS, PICARDIE

La Commission d'enquête Permanente sur les violation [sic] des droits de l'Homme est constituée d'un panel d'experts indépendants qui sont chargés d'enquêter sur les violations des Droits de l'Homme en France.

La Commission a été saisie par la Coordination des Associations et des Particuliers pour la Liberité de Conscience, d'un certain nombre de plaintes concernant votre association. Par souci du débat contradictoire la Commission souhaiterait vous entendre le mercredi 14 Avril 2000 à 16h30.

L'audition portera sur les points suivants:

1. Incitation à la discrimination envers les membres de communautés religieuses
2. Diffusion d'informations infamantes à l'encontre de communautés religieuses
3. Diffuser dans les médias des déclarations diffamatoires sur des associations, entraînant des dommages pour leurs membres

L'audience aura lieu à:
HOTEL CLIMATS DE FRANCE
1, rue Christophe Colomb
59000 LILLE

La Commission

Secrétariat temporaire à Lille
23, rue Jacquemars Giélée (?)-59000 Lille