LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

"La Commission d'Enquête sur la Violation des Droits de l'HOMME" s'est tenue à l'Hôtel TURONE de TOURS le 29.06.2000


RESUME:
"La Commission d'Enquête sur la Violation des Droits de l'HOMME" s'est tenue à l'Hôtel TURONE de TOURS le 29.06.2000 en présence d'une quarantaine de personnes que J. LABRUYERE s'est employé à conforter dans leur engagement en leur disant: "Apprenons à être fiers d'être des sectes".


"La Commission d'Enquête sur la Violation des Droits de l'Homme" réunie à l'initiative de "l'Omnium des Libertés" s'est tenue le jeudi 29 juin 2000 à l'Hôtel TURONE - 4, place Thiers à Tours dans le Salon Rabelais (et non Montesquieu, comme annoncé) en présence d'une quarantaine de personnes appartenant pour la plupart à des associations disciples des médecines parallèles telles: Santé . Liberté . Tourraine . Solidarité . Santé de Nantes ou encore Alice (phonétique) refusant les vaccinations et présidée par une certaine Françoise JOETTE (phonétique).


Etaient également présents des pseudo-thérapeutes et leurs patients convaincus, deux Raëliens arborant une étoile jaune et un ancien Conseiller Régional Vert M. LOCHET Pierre.


Cette réunion dite "publique" qui s'est tenue de 20h30 à 23h15 avait été précédée d'une audition privée des témoins ayant eu à souffrir de l'action des anti-sectes dans leur vie de tous les jours, laquelle s'était tenue de 16h à 19h. Ces mêmes participants constituaient l'intégralité du public de la deuxième partie de la manifestation.


Cette réunion était présidée par M. J. LABRUYERE, Président de l'Omnium des Libertés, fervent défenseur de l'Eglise de Scientologie.


A ses côtés se trouvaient Erick DIETRICH, médecin "sexologue - expert" et Christian COTTEN, psychosociologue responsable d'un organisme parisien de formation en entreprise.


Les plus virulents ont été MM. COTTEN et LABRUYERE qui ont mis en cause: l'Etat Français, les Politiques, la Justice et les Renseignements généraux.


M. Luc FONTAINE, Juge d'Instruction qui s'occupe de l'affaire de suicide des membres de l'OTS a été notamment accusé de couvrir toutes les pistes qui mènent aux responsables de cette affaire car, selon lui, il ne s'agirait pas d'un suicide mais d'un meurtre et surtout d'une affaire d'état couverte par les politiques. Cela aurait ainsi permis de recycler l'argent sale au sein du marché de la corruption politique, toutes tendances confondues et les principaux commanditaires du meurtre seraient en fait M. Charles PASQUA et quelques hauts dignitaires de la Franc-maçonnerie.


"En ce qui concerne les Fonctionnaires des Renseignements Généraux, ce sont tous des abrutis pervertis, tout juste capables de recopier les messages de Gendarmes alcooliques et tellement carrièristes qu'ils doivent rivaliser dans la production des "blancs" pour parvenir à progresser dans la hiérarchie. Artisans de la machine à scandales, ils ne reculent devant rien et n'hésitent pas à détruire sur le papier n'importe qu'elle personnalité respectable."


M. COTTEN après s'être insurgé contre le fait d'avoir été écarté des marchés de la formation du Ministère des Finances et des élus locaux s'est félicité d'appartenir à une secte en déclarant: "Je suis fier d'être une secte, c'est un signe de bonne santé pour notre conscience collective".


M. LABRUYERE a déploré l'absence à cette réunion des grandes sectes reconnues telles la Nouvelle Acropole, La SOKA GAKKAI ou encore les Témoins de Jehovah.


Il a expliqué l'absence de ces derniers par leur prochaine reconnaissance en tant qu'association cultuelle. L'Etat Français a d'ailleurs été accusé à cette occasion de leur accorder cette satisfaction en contrepartie de leur engagement à participer dorénavant aux éléctions.


Enfin, M. LABRUYERE a invité les participants à mener à bien leur chemin intérieur sans se laisser distraire pour conclure par cette phrase: "Apprenons à être fiers d'être des sectes". Un climat d'unanimité a ratifié la déclaration.

retour index textes sur les apologistes des sectes

back

Retour index général

Retour index