sectes - scientologie - narconon - rapport d'experts condamnant les procédés de détoxication scientologues

autres documents critiques de ce programme: 1 - 2

En 1974, Narconon avait touché des subsides de l'état de Californie en raison d'une loi permettant d'allouer de l'argent à des programmes de lutte contre la drogue. L'évalutation qui suit fut menée par le Dept de la santé californien, mené par les Drs Forrest S. Tennant, Joseph Shannon, et Madame Jane Thomas, R.N.

Nota: je n'ai traduit que les passages les plus intéressants (en bleu, en insistant en gras sur certains passages) et laissé le reste en anglais.


EVALUATION D'UNE MAISON DE SOINS NARCONON NEW LIFE

827 Beacon Avenue
Los Angeles,
California 90017

(213) 487-0986

Ben Gibson - Director, Narconon New Life; Greg Zerovnik - National Director, Narconon U.S.

1. HISTORY OF PROGRAM

(résumé: le programme Narconon fut lancé en juin 72, reçuut ses premiers fonds publics en 73; l'expérience réelle du directeur actuel le "dr" Ben Gibson -qui n'est pas médecin- serait d'avoir pris une fois du LSD et 5 fois du hasch. le directeur national est un diplômé d'une Académie des arts; tous deux sont "ministres" de la scientologie)

a. Length of Existence: Narconon New Life began in June, 1972 as an office that dealt with out-patients. There was no official funding at that time. It received its first [Senate Bill] 714 funding in November, 1973.

b. Pattern of Evolution: Narconon is derived etymologically from Greek and essentially means "not stuporous." As used by the organization Narconon, it signifies an aversion or antagonism towards the use of drugs that depress the central nervous system.

The organization "Narconon" was founded in 1966 by William Benitez, an inmate in Arizona State Prison who had read and subsequently ascribed to the writings and doctrines of L. Ron Hubbard. In 1972, out of an apparent need to place released prisoners, a halfway house was organized. With the work of residents and a pooling of funds the recovery house, now called Narconon New Life, soon became formally established and functioning.

The Director of Narconon New Life halfway house is a Mr. Ben Gibson. Mr. Gibson's actual experiential involvement in the "drug culture" is minimal. By his own testimony he had tried "pot" approximately five times and LSD once. He apparently was familiar with the effects of opiate addiction in New York but his stated real motivating experience for devoting his energies to "treatment" and prevention of drug abuse was his witnessing of a dramatic suicide attempt. His vocational background was principally in the fringe arts (handicrafts). Although he did not obtain an undergraduate degree he is obviously an articulate, disciplined, and ambitious man. He states that he received an honorary L.L.D. from the California College of Law. Hence the title "Dr." Gibson.

An apparently important figure in the development of Narconon in California is a Mr. Greg Zerovnik. Mr. Zerovnik is presently National Director of Narconon-United States and is based in Los Angeles. His academic background includes a B.A. in Fine Arts. His experiential relationship to the "drug scene" includes, by his own testimony, a two and one-half to three year history of "dealing drugs" in the Bay area. Whether or not he was ever a "user" is ambiguous. In any case he is also articulate, disciplined and ambitious. He, as well as Mr. Gibson, are "ministers" in the Church of Scientology.

2. CONTRACT DATA

(DONNEES SUR LE CONTRAT PASSE AVEC L'ETAT)

résumé: Le centre a touché 44000 dollars de l'état, plus 1320 de versements des patients, les fonds alloués sont de 15 $ par jour; Narconon touche aussi 300 dollars par patient et par mois de l'autorité sur la Jeunesse californienne

Les premières demandes étaient établies pour 330000 ou 497000 dollars.

Narconon est une assoc. sans but lucratif.

Tous les membres du staff dirigeant sont aussi membres du staff scientologique.

a. Number: This information was not available to us.

b. Date: The first SB 714 contract was awarded November 7, 1973. The current SB 714 contract was awarded July 1, 1974.

c. Number of Beds (Contract and Non-Contract): There were eight beds available for a duration of treatment of 120 days.

d. Amount of Money: The amount of money received was $44,000 plus $1320 in patient fees. The money is paid at the rate of $15.00 per patient per day.

e. Non-Contract Money -- Sources and Amount: Narconon has a California Youth Authority contract for $300 per month per patient. There is no limit on the number of subjects that can be taken. Most additional monies appear to be raised by the selling of educational courses to residents and clients attending on an outpatient basis.

3. FUNDING PROPOSAL FOR SHORT-DOYLE

The first proposal that was submitted for 714 funding was to L.A. County through the Echo Parks - Sierra Lake Coalition (now Central Drug Coalition) for slightly over $330,000. There was not a copy of this proposal on the premises and we were told that all the copies were submitted to the County and therefore they had not copies.

A second proposal was submitted in 1974 for approximately $497,000. This proposal is attached. Almost the entire proposal is dedicated to testimonies and statements of the effectiveness of Narconon. There is no mention in the proposal about Scientology. There is no mention about the population to be served, the objectives, staff pattern, community coordination, evaluation, and very little about the treatment process. There is a statement in the proposal about non-medical detoxification which states that Narconon's detoxification procedure enables the addict to get off heroin without using any substitute drug or suffering heavy withdrawal pains. In the budget there are slots for six detoxification specialists. These specialists are non-medical and trained within Narconon itself.

4. BOARD OF DIRECTORS

a. Profit or Non-Profit Corporation: Narconon has been a non-profit corporation under the state of California since May 1, 1970.

b. Members: There are three members of the Board of Directors: 1) William C. Benitez, 2) Henning Heldt; 3) Arthur J. Maren. All three members are Scientologists and Heldt and Maren are employed full time in the Church of Scientology. This documentation of board members of Narconon lends direct support to the supposition that Narconon is closely aligned with the Church of Scientology.

c. How Often Do They Meet: The Articles of Incorporation state the Board will meet once per year although they may have special meetings.

d. Financial and Other Reports for Board: According to the Narconon staff reports are sent monthly to Director of Narconon U.S. (Zerovnik) who, in turn, keeps the Board informed.

5. LOCAUX

a. classement en local de soin: le local n'est pas licencié pour les soins, et ne semble pas faire de demande en ce sens.

b. Mètres carrés alloués par patient: pas moyen de savoir combien de patients se trouvaient là, si bien qu'on n'a pu le déterminer.

c. Apparence générale, hygiène et sécurité: la maison de soins était propre et dotée d'extincteurs. Il semblait exister assez de place dans les chambres des pateints. On y comptait dix lits, bien que des patients logeaient dans un autre espace sur Westmoreland Avenue.

d. Cuisines et nourriture: paraissaient propres et saines, avec poubelles convenables.

6. PERSONNEL

a. La maison de soins aurait actuellement 29 staffs à plein temps, âgés de 18 à 30 ans.

b. Le personnel est 60 % masculin, 40 % féminin. D'après le directeur, la composition ethnique est à 80 % caucasienne, 10 % chicano, 10 % noir.

c. Niveau d'enseignement: le directeur a expliqué à notre équiipe d'évaluation que sept staffs prenaient les décisions et faisaient tourner le programme. Les autres sont tous diplômés du cours Narconon et tous les staffs supérieurs sont membres de l'église de scientologie.

d. Critère d'engagement du personnel: avoir achevé le cours Narconon (3 semaines minimum), et forte motivation

e. Entraînement: pendant sept semaines, le staff est considéré provisoire et n'est pas payé; il reçoit des cours supplémentaires; d'après le directeur Narconon US et le directeur Narconon californie, on leur demande aussi de savoir utiliser un électromètre pour vérifier la progression des étudiants, c'est à dire qu'ils sont donc ministres de l'église scientologue.

f. Le personnel est suffisant. Neuf des staffs d'encadrement résident dans une partie d'un des bâtiments, juste à côté du bâtiment de soins. Il semble qu'il y ait plus de staffs que de clients. mais nombreux sont ceux qui sont occupés à des tâches comme sollicitation de nouveaux clients, relations avec la communauté, et cours d'introduction. Il existe aussi des cours du soir pour des clients externes non seulement destinés aux drogués, mais aussi au professeurs, officier de probation ou public courant.

g. Rotation. Lorsqu'on lui a demandé la rotation du personnel, le directeur a estimé perdre envuiron un staff tous les six mois. Si c'est exact, ce serait un niveau particulièrement bas par rapport à l'essentiel des autres programmes de réhabilitation des toxicomanes. L'équipe évaluatrice n'a aucun moyen de vérifier la déclaration.

h. Organizational Structure: The organizational structure of the program, including program rules and procedures, criteria and training for staff, work assignments, educational course content, staff structure, organizational structure, and program philosophy are derived directly from a seven volume series entitled "The Organization Executive Course" by L. Ron Hubbard and published by the Church of Scientology. Since this material was not originally intended for use by a drug abuse treatment program some additional procedures and directives have been developed by Narconon U.S. specifically focused on dealing with a drug abusing population. The Director of Narconon U.S. assured the evaluation team that policies developed within Narconon in no way contradicted the basic principles set forth by Hubbard in his seven volume series, but instead, were intended to augment them.

L'organisation structurelle du programme, directement tirée des oeuvres d'Hubbard, est un système très complexe et rigide procurant une assignation précise des fonctions, une surveillance précise de la qualité et de la quantité du travail effectué, des obligations de formation pour chaque poste dans l'organisation, et des systèmes disciplinaires pour les staffs ayant violé les règles du programme.

Les fautes commises par le staff pouvant faire l'objet de sanctions sont qualifiées de crimes capitaux, crimes, délits et erreurs. Une des sections du "cours d'organisation" spécifie qu'un staff "inculpé" de "crimes capitaux", peut non seulement voir ses certificats révoqués et être expulsé de l'organisation, mais aussi être étiqueté "Gibier de Potence" (Fair Game). Une directive hubbardienne expliquera ensuite que l'étiquetage "Fair Game" ne se pratique plus parce qu'il cause de mauvaises relations publiques.

L'équipe d'évaluation n'a pu savoir dans quelle mesure les mesures disciplinaires étaient utilisées sur le programme. L'un des staffs a déclaré faire passer des "tests de vérité" à d'autres membres du staff, au moyen de l'électromètre. On ne nous a pas expliqué dans quelles circonstances on utilisait ces tests.

i. Lignes de communication: Narconon US dirige les offices Narconon par "management de loin", c'est à dire qu'ils gardent trace de toutes les pièces, y compris les admissions, départ, dépenses et rentrées. La structure de l'organisation paraît plus rigide que ce que l'on pourrait s'attendre à trouver dans une organisation militaire.

The lines of communication between the staff are again specified and consist apparently of regular weekly meetings at various levels of the program organizational structure. A network of reports are prepared on a regular basis within the organization. It would be fair to say that virtually all of the staff have a remarkably similar understanding of the program and its purposes, and in that sense, internal communication is quite good.

En résumé, il importe de qualifier l'explication qui précède quant au personnel et à la structure de l'organisation de description superficielle de la partie émergée de l'iceberg. Pour vraiment comprendre les machinations du programme, il faudrait probablement lire les milliers de pages des ouevres hubbardiennes et s'être probablement impliqué dans l'organisation des années durant. Le peu de temps que l'équipe avait pour évaluer le programme a plutôt déclenché davantage de questions qu'il n'a donné de réponses.

7. PATIENT DATA

a. Demographic Characteristics: The printed information made available to us and the various interviews indicated that the Narconon Halfway House would accept any individual from anywhere who was assessed by the Narconon organization as being eligible for their "treatment" procedure. The two clients interviewed were from Los Angeles and Cleveland, respectively. There was no evidence in the Narconon literature or in the interviews with the Narconon staff that Narconon was attempting to or interested in providing services to any particular area or locale within Los Angeles County.

b. Problème de toxicomanie: la littérature de Narconon met l'accent sur la prévention et le traîtement de la toxicomanie et des problèmes liés à la drogue. cependant, les entretiens menés avec le personnel démontrent clairement que l'usage de drogues n'est qu'une partie de ce programme et que les efforts effectifs sont plutôt destinés à instiller chez les "étudiants" un système au sein duquel les problèmes personnels et environnementaux s'arrangeraient grâce à l'entraînement d'une volonté programmée ou conditionnée.

8. DOSSIERS DES PATIENTS

On nous avait d'abord annoncé que nous aurions accès aux dossiers des patients. Pourtant, quand il s'est agi de passer à la partie de la vérification de qulques dossiers, on nous en a refusé l'accès en insistant sur le secret médical ("privilège patients"). Les dossiers sont gardés sous clé dans un fichier central auquel seul le "Dr " Gibson et sa femme Cora ont accès. L'assistante de M. Gibson, Sandy, nous a montré trois documents démontrant la subtsantielle amélioration du QI et de la personnalité d'un étudiant. The former (a personality profile) is termed American Personality Analysis (see attached) and copyrighted by Julia Lewis Salmen. I was told that exclusive rights were held by either L. Ron Hubbard or the Church of Scientology, or both. The second two documents were before and after I.Q. measurements on the same "student" and demonstrated a 36 point improvement on the second measurement. The I.Q. test forms are a standardized California test (California Capacity Questionnaire) and are available for general public use. On ne nous a rien fourni d'autre, mais on a appris que les dossiers consistaient en une forme de confession dont des éléments pourraient être embarrassants s'ils étaient connus de qui que ce soit en dehors des "officers" Narconon.

Standardized forms that go into the making of a "student's" personal file were given to us (see attached forms termed A, A1, A2, A3, A4 Codes). The preceding letter-numbered coded forms tabulate general "student" information such as age, sex, etc., as well as documenting a variety of Narconon courses completed. Additionally the forms emphasize I.Q. testing, drug use data, fiscal information and correctional institution history. Again it was implied that some sort of progree notes were included but confidentiality precluded inspection even with the names or other identifying information blocked out.

9. DOSSIERS FISCAUX

a. Working Budget: Narconon did not have a program budget nor did they have a copy of the line item budget submitted to the county for the Short Doyle Contract. The staff reported that the county had lost the original budget and that Narconon had sent the county its last copy to replace it.

The fiscal records kept by the program seem detailed and complete. Income, expenditures and assets are accounted for on a monthly basis. As of June 27, 1974, Narconon had a balance of $13,039.33 in its reserve account.

b. Program Expenses: Monthly program expenses are allocated according to a percentage formula derived from "The Organization Executive Course" by L. Ron Hubbard. Under this rather complex system, in any given month 31% of total income is allocated to salaries; 5% to training; 54% to operational expenses; and 10% to general reserves. 10 % des rentrées vont à Narconon US, et sont expédiés chaque mois par chaque programme Narconon, "pour recherche et développement de cours".

If the percentage amount of income is greater than actual expenses for a given month, the average will go into a reserve account for that particular category. If the percentage amount of income is less than actual expenses for a given month, then it is up to the program to either cut expenses or generate more client revenue.

This method of allocating income provides particular incentives for program staff to solicit new clients because, as total income increases, there is a proportionate increase in individual staff salaries.

La somme versée à chaque membre du personnel se calcule selon une autre formule hubbardienne. Chaque poste se voit allouer un nombre de points donné, par exemple, 200 points pour le directeur exécutif. On peut aussi obtenir des bonus. Certains dépendent de l'anciennenté. D'autres sont alloués pour le travail dans les prisons et le recrutement de nouveaux membres. On calcule en fin de mois les unités de chaque staff, puis on paie chacun en fonction de la somme à distribuer et de son nombre d'unités. Les salaires varient donc d'un mois sur l'autre et depéndent essentiellement du revenu qu'a pu générer le programme.

C. Billings: Under the Short Doyle contract, Narconon has been reimbursed at a provisional billing rate of fifteen dollars a day per Short-Doyle client from March 1974. From November 1973 through February 1974, the program was reimbursed for actual cost of operating expenses. The reimbursement for actual cost in the period from November 1973 to February 1974 resulted in payments of $1918 more than the program would have gotten had they billed at the $15 per diem rate for the same time period. Given the process the program uses to calculate salaries, it is difficult to understand how they could define the actual cost of program operation for billing purposes. If the actual program cost depends on how much income you receive, how can you bill for reimbursement based on a program cost that can't be calculated until after the reimbursement billing is received? If these kinds of questions seem somewhat confusing to the reader, they have created similar problems for the evaluation team.

At any rate, the billings seemed detailed and corresponded with recorded client days in treatment. The program staff seems to understand the process they use and the county seems satisfied to pay. The evaluation team did not ask to see source documents supporting bookkeeping entries, preferring rather to retreat to firmer ground.

e. Audit annuel: d'après le contrat passé, Narconon aurait dû faire un audit indépendant communiqué au Comté dans les trois mois. ILs ne l'ont pas fait et l'équipe leur a conseillé de s'y conformer.

10. PROCEDE DU TRAITEMENT

Introduction: en dehors de l'interruption de prise de drogues, du "harcèlement" et ensuite des processus "d'audition", le mot traîtement ne peut s'appliquer à Narconon tel que nous l'avons pu observer. The traditional labels of "patient" or "client" are, by Narconon, identified as "students" or occasionally "PC's" (presumably meaning Pre-Clears in the scientological lexicon). In reference to the latter, we must point out that any connection between Narconon and Scientology other than coincidental was usually vehemently denied. The interview data and our observations support a rehabilitation conception perhaps best termed a "corrective educational experience." Occuring in a stepwise fashion from rigidly simple rote exercises through the more complex "auditing" process and (for those who can afford it) a multiplicity of "clear" and "Post-Clear" states promising total personal and environmental control. Il s'agit en théorie d'un mélange de Freud, de Gestalt, de Pavlov, d'idées orientales de réincarnation et de science-fiction inconstablement suturées ensemble par la terminologie de L. Ron Hubbard. Les exercices du début exigent en effet l'usage d'un dictionnaire anglais, mais accompagné d'un lexique spécifique narconon permettant de saisir la terminologie narconon/scientologie.

a. Criteria for Admission: From our review of Narconon publications and from our interview data gathered from staff and students we must assume that there are no established drug use criteria for residents at the Narconon New Life Halfway House. The verbal statements of having used marijuana or some other illicit drug *may* be a drug abuse requirement for admission but it was not so stated. The one requirement specified verbally was that a potential student must pass the motivation assessment interview conducted in a room termed Department 6 and thereafter be given the final acceptance notice by "Doctor" Gibson's wife Cora at Division 1. Thus it seems that the single admission criteria is Narconon's assessment of motivation...(résumé). il semble que l'usage de drogue ne soit pas essentiel pour être admis, mais que ce soit la motivation personnelle qui compte.

b. Evaluation du patient: l'évaluation de "l'étudiant" Narconon est faite subjectivement par un officier du staff, selon une formule de routine. Il existe un ensemble de données codées destiné à suivre la progression de l'individu au sein des programmes du réseau narconon. Une des sections s'intitule "passé de drogues", et note les drogues utilisées en code. L'autre est un enregistrement de ce que dit l'étudiant quant à la question, sans vérification objective des données, ni en laboratoire. Nous n'avons pu savoir si des visites médicales étaient effectuées et si le dossier du patient en contenait. dans la procédures, d'évaluation, les tests de personnalité et de QI abordés plus haut.

c. Psychothérapie: Bien que le terme "psychothérapie" soit antithétique à l'officielle position de Narconon (harcèlement et autres procédures d'audition qui ne sont qu'adaptation de la thérapie "Encounter" et des modèles de traîtement psychanalytiques freudiens. Noting Narconon's aversion to traditional psychology's terminology the description of the Narconon rehabilitation process hereafter will be termed "instruction exercises" or "training routines" in an attempt to minimize confusion.

Upon acceptance into the Narconon New Life Halfway House the student either promptly begins the basic Narconon Communication Course or if drug dependent promptly taken to the detoxification room for drug withdrawal. The latter is describe elsewhere. Subsequent to processing through Department 6, a final acceptance by the Director's wife, Cora Gibson, at Division 1 and receiving the course instruction materials (including standard English and Narconon dictionaries), and "Coach" assignment at Division 2, a student begins the two or four week basic Narconon Communication Course. The Communication Course involves a rigid series of training routines termed TR's subnumbered 0-9. Each TR is an individually prescribed entity which must be mastered before proceeding on an upward "gradient" to the next TR. TR0 involves three exercises specified as "eyes closed," "eyes opened," and "bullbaiting." The premise seems to involve the exercise of trust in "eyes closed," the exercise of direct eye contact tolerance (staring into the coach's eyes) in "eyes open," and the seeking of an emotional weak spot or "button" and a corresponding emotional response to it in the bullbaiting routine. The bullbaiting exercise seems to involve principally physical characteristics that may be used to embarrass or humiliate an individual and condition him to accept and control is responses to these verbal threats to his body image. For example, one might poke fun at a poor complexion, a crooked nose, and etc. Bullbaiting appears to be a crude forerunner of the more polished auditing procedure and is accomplished without the use of the so-called E-meter. Additionally it appears to be the primary part of TR0 or the initial exercise routine.

TR1 through 9 involves mastering written course materials obviously adapted from L. Ron Hubbard's works and incorporated into the Narconon Communication Course. They primarily involve the "proper" understanding of key words and phrases that must be looked up in the Narconon dictionary and then demonstrated in each exercise routine. TR1 teaches students to "clearly communicate"; TR2 -- how to "acknowledge" properly; TR3 -- how to get an answer to a question without "variation"' and TR4 -- how to handle "origenation" -- to accept a pain or discomfort and find out where it originated.

The first five TR's (0-4) must be mastered in their entirety three times before proceeding to TR6. (We were informed that no TR5 existed.) TR6 involves "good and effective control over an individual or group"' TR7 -- the same as TR6 but on a higher "gradient" which presumably means physical control over a threatening or disturbed individual. TR8 involves "intention without reservation" -- to totally clarify ones intentions (which may be nonverbal). TR9 is a culmination of previous TR's and stresses particularly the thorough mastery of four conceptions, i.e. "exact intention," "exact strength needed," "exact force necessary," and "exact intention without reservation or limit." The student now goes backwards through this routine and if successful is given a certificate of completion for the basic Narconon Communication Course. Upon completion of the basic Communication Course the student is apparently free to choose any number of more "advanced" course study programs, most of which appear to be stepping stones towards the attainment of HQS (Hubbard Qualified Scientologist) status. We were told that approximately 90 percent of the students go on into the various courses available. A Mr. John Powers, who stated he is the new staff auditor for Narconon New Life, states that he hoped all graduates of the basic Narconon Communications Course would take courses leading to HQS.

Du fait des déclarations contradictoires, les relations entre l'audition à l'électromètre et aux cours supplémentaires de Narconon nous parissent ambigües. Il nous semble évident néanmoins que l'e-meter sert régulièrement dans nombre de cours si pas dans tous, et qu'il pouvait même servir lors des cours de base de communication narconon.

d. Techniques:

1) Amélioration du QI: on suppose une augmentation substantielle d'après le test qui nous a été montré

2) E-Meter: L'électromètre n'est qu'un détecteur de mensonge simplifié indiquant des zônes de conflit mental, des fixations, des mensonges conscients et inconscients, ainsi que divers phénomènes psychiques fondés sur la théorie hubbardienne des "engrammes", qui correspond grosso-modo aux conscepts freudiens de fixation mentale ou aux "complexes" psychiques jungiens, dramatisés par un galvanomètre électronique et son association à la "technologie" scientologue.

e. Discipline: Nos interviews démontrent que l'approche disciplinaire de narconon se base sur le "Guide du Comportement attendu de l'étudiant", dont nous n'avons pu obtenir copie. On nous a dit que les gens en infraction étaient "routés" vers "l'officier d'éthique" qui leur explique ce qui ne va pas. Nous n'avons pu obtenir aucune précision sur ce qu'étaient les infractions, à part le fait d'avoir bu de l'alcool durant les 24 heures précédant un cours. Tout usage ou abus de médicament esty considéré comme étant un comportement déviant ou aberrant mais les règles qui gouvernent ceci ne sont pas déclarées. L'un des "superviseurs" questionnés a dit qu'un étudiant usager de Dilantine (phénobarbital) et de Tedral, avait été éjecté de Narconon. Nous pensons qu'il s'agissait d'une personne sujette à des crises d'épilepsie et d'asthme, et que l'usage de son traitement lui interdisait la participation au programme de réhabilitation de narconon.

f. Phases de traîtement: il ne semble pas exister de phases prédéfinies du traîtement, mais plutôt un flux continu de cours menant - s'il réussit - à pouvoir contrôler son environnement. Ce flux est qualifié de "graduel" par le personnel Narconon. La terminologie est extrémement similaire, sinon identique- à celle de la hiérarchie scientologie. Nous avons pu constater ce fait après une longue conversation avec des membres "employés" à l'office scientologique de Westwood, où l'on nous a dit que les procédés Narconon étaient l'application de la "technologie" scientologue au problème de la toxicomanie. De plus, deux patients d'un programme de méthadone nous indiquaient que leur traitement raté pour sortir de l'héroïne chez Narconon se faisait par application de techniques scientologues et qu'il servait surtout à faire atteindre un état de "clair". Là encore, le Dr Gibson et et ses principaux assistants ont vigoureusement nié.

Re-entry in to Narconon Rehabilitation Process is encouraged for drop-outs and apparently implies faster progression through the course materials and has a lower financial burden for the individual during his second matriculation.

g. Urine Testing: No urine testing is done by Narconon New Life Halfway House. However, students on parole may get urine testing at their parole officers. It was not stated whether or not records were kept of urinalysis results but it appeared clear that communication between Narconon and the parole officials was maintained.

h. Vocational/Educational: Narconon is a continually expanding self-contained or closed ended organization. Students must pay either in money or in work for the Narconon courses and are encouraged to proceed through the course work system to a promotion to staff status where they can share in monies derived from various sources for their Narconon work and additionally pay for ones own "auditing." (This system is analogous to a Psychoanalytic Institute where analysts in training treat clinic patients for a moderate fee to help pay for their own continuing analysis by Training Analysts and as well support the costs of maintaining the institute.) "Moonlighting" is encouraged if it doesn't interfere with course work as it provide additional monies for a faster personal "auditing" process. An interviewed supervisor stated that it will take him approximately five years to attain the "clear" state whereas if he had sufficient funds of his own he could reach this much coveted status within one year. In short, Narconon appeared to be an inwardly oriented organization where vocational interests are subordinated to promoting an individual's progression through the Narconon/Scientology hierarchy.

i. Recreation: Narconon n'a pas d'activités récréatives, mais on jous a assurés que le foot ou divers jeux étaient régulièrement pratiqués.

j. Drop Development Placement: See "h." above.

k. Sevrage: Narconon possède une pièce spécialisée dans le sevrage. La procédure de sevrage est surveillée 24 heures sur 24 par un spécialiste entraîné Narconon. Elle consiste à "toucher" , à "extravertir l'attention" du sujet par rapport à son corps, et à ingurgiter environ une demi-poignée de vitamines (gastro-)enrobées toutes les six heures. La procédure ne dure généralement pas plus de 72 heures. On nous a dit que le sujet dormait bien. Un communiqué d'une page de Mark Jones, ex-directeur de Narconon USA, explique que seules les héroïnomanes devaient subir cette procédure narconon. Mais soit l'information est inconnue des staffs ici, soit ils n'en tiennent pas compte. M. John Powers a déclaré avoir vu une "convulsion" immédiatement stoppée par la procédure, mais n'a pas été capable de décrire, même en termes profanes, en quoi consistait cette "convulsion". Ce qu'il a décrit pourrait être une crise hystérique facilement réglée par un compagnon attentif et calme.

l. Consentement informé: Narconon se sert de plusieurs formulaires d'accord et de consentement aux titres différents. Le plus intéressant est le "Contrat légal au programme de réhabilitation narconon" (pièce jointe -[non fournie sur le site, ndt]) Il spécifie entre autres que le service narconon est "un guide spirituel n'ayant pas pour but de diagnostiquer ou traîter des maux physqiues ou mentaux par des moyens autres que spirituels". De plus, il annonce que l'accord est ouvert à tous ceux qui a/ n'ont pas de maladie purement médicale pouvant être soignée par un praticien compétent; b/ n'ont pas été internés en institution psychiatrique ou similaire; c/ ne sont pas liés à des gens connus pour leur antagonisme à narconon, d/ s'engagent de leur plein gré et non sur ordre d'autres gens; e/ utiliseront ces connaissances pour aider d'autres gens à comprendre qu'il faut aider les autres pour s'aider soi-même; f/ accepte d'obéir aux règles du programme que les lettres de règlements et bulletins de HCO (Bureau des communication Hubbard) contiennent; g/ n'utilisent pas ce service pour essayer de soigner une maladie.

Les points (7 et 9) de l'accord servent surtout à protéger narconon de poursuites dans toutes sortes de cas et à perpétuité; le point 11 "abandonne les prohibitions de la section 1542 du code civil de Californie", c'est à dire en réalité, certaines plaintes que le reste du document n'affecterait pas.

Il existe un accord spécifique de sevrage (voir pièce)= qui fournit un accord signé selon lequel le sujet restera 72 heures dans l'unité de sevrage jusqu'à complet sevrage et qu'il accepte de ne pas demander de remboursement.

On ne nous a pas fourni - et nous devons en déduire qu'il n'existe PAS de document de "consentement informé" spécifiant les risques existants au sevrage de médicaments hypnotiques ou tranquillisants, tels des épisodes de convulsion quand on cesse d'ingurgiter des barbiturates. On en déduit deux conclusions logiques: 1/ le contrat légal précédent libère narconon de toute responsabilité face à ces risques; 2/ le mémorandum de Mark Jones exclut le sevrage pour toute drogue autre que l'héroïne, pour laquelle les risques au sevrage sont minimes. Pourtant, soit cette directive est inconnue, ou pas utilisée à Narconon New Life.

11. ENTRETIENS AVEC DES PATIENTS

a. General Appearance: The residents appeared to be well dressed and well nourished.

b. Attitude: The patients had a positive attitude. Most of them wanted to become qualified scientologists.

c. Entretiens avec de spatients: on jous a autorisés à rencontrer deux "étudiants" choisis personnellement par M. Gibson.

La première patiente interviewée, X, habite la résidence de narconon depuis tois mois. Elle y a été recommandée par son frère, ...le directeur M. Ben Gibson. Elle nous a dit ne jamais avoir pris de drogue mais avoir fumé quatre fois du hasch.... She stated that she had never really been into drugs but had used "pot" and feels that she would have become "strung out" on heroin had she not come to Los Angeles from Cleveland and participated "pot" and feels that she would have become "strung out" on heroin had she not come to Los Angeles from Cleveland and participated in the Narconon rehabilitation program. She was uncertain as to whether or not she would pursue the more advanced Narconon courses and become a Scientologist.


Le second, W, est déjà superviseur à narconon et ancien "étudiant" du programme de réhabilitation narconon. Il a 20 ans, se décrit comme un bâtard (fils illégitime). Son problème de drogue? Avoir pris de la méthadone trois ou quatre fois et un peu de Seconal, mais "sans jamais avoir été dépendant". His stated main concern was that of "pot," not particularly because of the health implications but because it was against the law. His first association with Narconon was in 1973 and lasted two to three months. He left to get married and returned approximately five months ago and has remained with Narconon since as has his wife who is also employed by Narconon. His present function is that of a "supervisor" for the initial introductory exercise or what is termed the Narconon Communication Course. He obtains a subsistence remuneration for his work and is definitely goal oriented in terms of reaching a "clear" state through the "auditing" process over a period of approximately five years. If he could afford the fees he feels he could obtain this much coveted state within one year. Since he hasn't the funds he'll "moonlight" to pay for the "auditing" process during the coming years. W initially stated he was a Scientologist then retracted and stated he was a dues paying member of the Church of Scientology. W again retracted his dues paying status and stated that he donated money to the Church of Scientology and was uncertain as to whether or not he could be rightfully termed a member of the Church. W. was an enthusiastic young man who whateger his affiliation with Scientology was certainly a "true believer."

A third student interviewed at Narconon claims that she arrived "strung out" from heroin, methadone and 45 reds a day. She said she was not taken to detoxification but stayed up for 2-3 days with someone before being assigned to classes. Her claim was that she was "shaky," couldn't sleep and felt sick. There was no physician to see her at this time. This patient was referred to Narconon by her husband and a priest at CRC.

12. RESULTAT DU TRAITEMENT

Pas de données claires. La déclaration de 86 % de résultats positifs est fausse, comme indiqué ci-dessous.

13. ADVERTISEMENTS AND CLAIMS

a. Public Descriptions by Pamphlets, Notices, etc.: The 86% "cure rate" is totally unfounded. Narconon publishes a voluminous amount of paper for the purpose of public relations. The main Narconon rehabilitation program bulletin states that a high percentage of clients, approximately 75%, are rehabilitated within 3 months. The pamphlet further states that one supervisor can supervise 42 people a day in three 3-hour periods. Furthermore, one supervisor can train 14 new supervisors in three months.

b. Prétentions de résultats: Narconon prétend 86 % de réussite pour les drogués, ce qui est tout simplement faux. M. Greg Zerovnik, patron national de Narconon, a expliqué que ce chiffre provenait d'une étude de libérés sous condition d'une prison de l'Arizona, mais ceux-ci étaient des toxicomanes ou pas. Cela mène les officiels à des conclusion fausses, aussi bien du point de vue de la clientèle que de celui des officiels qui désirent vraiment règler le problème de toxicomanie.

Narconon recommande par ailleurs dans ses annonces des dosages énormes de vitamines ou autres procédures non-médicales qui peuvent s'avérer dangereuses, voire lethales dans certains cas. Voir la pièce 19, lettre de Narconon à la East valley Free Clinic, vantant les mérites d'une procédure de désintoxication excessivement coûteuse. Elle prétend aussi à 68 % de résultats sur deux ans "de gens ayant stoppé les drogues" ou "ayant été arrètés pour des raisons liées à la drogue". Elle implique que ces résultats s'appliqueraient aux alcooliques comme aux héroïnomanes. Soit elle est fausse, soit elle est miraculeuse. N'ayant aucune donnée le prouvant, l'équipe d'évaluation ne peut que présumer que le document, en dépit de son excitante présentation, est mensonger.

Narconon prétend pouvoir augmenter le QI et le niveau de communication de ses clients; il n'existe aucune preuve scientifique que ces changements prétendus puissent soigner quelques 50 % des cas, comme le disait Mark Jones dans le Los Angeles Times.

On constate après avoir visité les locaux et lu la publicité du programme, qu'autant d'efforts sont faits pour obtenir de nouveaux superviseurs à l'entraînement et en entraîner d'autres à vendre des cours de communication que pour traîter et réhabiliter les toxicomanes.

14. CORRESPONDANCE AVEC LES NORMES ETABLIES PAR LA NDIA ET AVEC LES REGLES S'APPLIQUANT AUX MAISONS DE SOIN

Lors de l'estimation de l'oparation du programme en comparaison aux pratiques courantes en rapport avec le versement des fonds fédéraux, de sérieux doutes sont apparus quat à la conformité de Narconon - même au regard des exigences du contrat de financement Short-Doyle.

Le Comté définit une maison de soin comme "un endroit où résident des gens essayant de se remettre d'une toxicomanie pour s'entraider et aider d'autres gens à s'en remettre".

Tandis que le contrat avec le Comté spécifie bien la toxicomanie comme obligation pour ces maisons, l'équipe d'évaluation n'a trouvé aucune preuve indiquant qu'il s'agissait bien d'une condition d'entrée au programme narconon. Lors de l'entretien avec trois résidents, un seul avait pris de l'héroïne, un autre quelques fois de la méthadrine, mais pas d'héroïne. Le troisième avait pris quelques fois du hasch, mais rien de plus "dur". Même en élargissant beaucoup les définitions, il serait difficile de classer deux des trois clients comme des toxicomanes. Puisque les fonds ont été fournis pour traîter un population spécifique, il semble que les utiliser pour une autre catégorie de gens est une violation des termes du contrat et un usage incorrect des sommes versées.

Narconon n'est pas actuellement un programme iopérant en conformité avec les règles du NIDA, mais les staffs ont exprimé lé désir de changer les règles du programme s'il le fallait au cas où ce serait nécessaire pour continuer à bénéficier des fonds.

15. USAGE DE L'ARGENT DE L'ETAT

a. La maison de soins se sert-elle de l'argent de l'état pour inciter des patients à acheter d'autres services?

L'équipe d'évaluation croit que certains clients Narconon pour lesquels Narconon touche les subsides sont poussés à prendre des cours de communication liés ou non à la scientologie.

b. La maison de soin se sert-elle de l'argent pour des buts autres que le traîtement des toxicomanes?

D'après l'équipe d'évaluation, il existe peu de preuves qu'un nombre significatifs de clients soient réellement des toxicomanes. Il y a également peu de doutes que la religion scientologique soit largement discutée et encouragée via narconon. Puisque l'église de scientologie est une religion, il semble que l'argent de l'état soit directement utilisé pour supporter une église. Il semble exister peu d'écart entre narconon et église de scientologie. On a pu voir par exemple un ouvrage de L. Ron Hubbard utilisé, dont l'intérieur de couverture dit "pour usage religieux seulement". On a aussi donné un aperçu du fonctionnement de l'électriomètre à l'équipe d'évaluation.

Toute la littérature et les ouvrages dérivent de la scientologie et l'essentiel des staffs est scientologues ou en train de le devenir. Il semblerait que narconon reçoive de l'argent de l'état pour "traîter des toxicomanes" mais utilise essentiellement des méthodes ou "techniques" scientologues.

16. RECOMMANDATIONS ET CONDITIONS POUR CONTINUER A RECEVOIR DE L'ARGENT PUBLIC

a. Les procédures de sevrage doivent être stoppées dans les locaux, car leurs principes se font sans supervision médicale et peuvent s'avérer dangereux.

b. Trois des membres de l'équipe d'évaluation recommandent la cessation du versement de fonds d'état.

c. l'un recommande que l'on continue si les conditions suivantes sont remplies:

1) Le programme doit faire marcher un local ne s'occupant strictement que de réhabilitation de toxicomanes, comme le dit le contrat; cette condition doit être démontrée cas après cas à la satisfaction des autorités du comté.

2) Le programme doit cesser toute pratique spécifique à la scientologie et ne pouvant être pratiquées que par des ministres scientologues (exemple: usage d'électromètre lors de l'audition d'étudiants, usage de matériaux sous copyright de l'église de scientologie).

3) Le programme doit éliminer toutes les règles d'admission énoncées dans le "contrat légal" qui ne seraient pas en complet accord avec les conditions publiées pour les clients bénéficiant de l'aide Short-Doyle recevant des services de santé mentale.


Retour index ayant trait à la médecine