Un ex-client de Narconon Suisse parle

 

Résumé: cette déclaration est celle d'un client de la secte scientologie en suisse. Il a dépensé 66508 Francs suisses, soit 300000 F, 45700 euros.


Résumé de mon séjour avec les scientologues

1) J'ai découpé une annonce parue dans le journal 24 heures au début de l'année 1987 qui signalait que nous utilisons seulement 10% de notre cerveau, et j'ai rempli le talon pour commander le livre " La Dianétique".
Je cherchais à cette époque à sortir d'une situation ou je m'enfonçais. En effet en 1982 j'ai divorcé et ma femme a
obtenu la garde de nos deux enfants. Des ennuis de santé ont commencés en 1984. j'ai eu une hernie discale qui ne s'est pas améliorée: dans un état de souffrance le parcours de ce livre m'a semblé une solution valable à tenter.

2) Après l'achat de ce livre l'église ma contacté par téléphone pour faire un test de personnalité. Lors de son évaluation, par des questions habiles, le vendeur a réussi à me faire dire que mon état de santé et ma timidité me préoccupaient. Dès ce moment, les scientologues n'ont cessé de me vendre leurs cours de Scientologie et leur thérapie en affirmant par exemple que vis à vis de mes chefs, je me sentirais plus à l'aise, et que mon état de santé allait s'améliorer grâce à la Scientologie.

3) J'ai acheté des livres et 5 heures de (audition) thérapie de Scientologie pour 479.--Frs en mars 87. Le fait de parler à quelqu'un de mon passé m'a semblé très intéressant. En avril j'ai acheté le cours "les hauts et les bas"(50.--Frs) et à nouveau 37h 1/2 d'audition (1094.40 Frs) et un programme de purification (2000.--Frs).

4) Je signalerai que malgré n'avoir jamais pris de drogue, les scientologues m'ont dit que tout de même le programme de purification était obligatoirement pour devenir à l'état de "clear". Le cours de purification m'a semblé utile mais en fait l'effet est retombé 3 semaines plus tard. Je trouve exagéré de payer si cher un cours qui consiste à rester 3-4 heures dans un sauna ( à mes frais) et à ingurgiter un nombre impressionant de vitamines sans ordonnance médicale. Les vitamines étaient vendues par la Scientologie.

5) En décembre 87 un vendeur m'a signalé que la carte de membre était obligatoire. Etant donné le programme que je devrais suivre pour résoudre mes problèmes, il m'a été conseillé de payer un forfait de 2750.--Frs au lieu de 300.--Frs chaque année pour cette carte. Je devenais ainsi membre de l'association internationale de Scientologie par obligation.

6) Au début 88 il m'a été signalé que pour résoudre définitivement mes problèmes. La solution serait de faire le programme complet d'audition jusqu'à "Clear". De plus Olivier Dufour et Jean-Christian Chevalier lors de mon paiement des 75 heures d'audition à environ 27 000.--Frs m'ont laissé entendre que cela m'amènerait à l'état de "clear". En fait ces deux scientologues savent qu'en achetant ces 75 heures d'audition, ils ne pouvaient pas garantir cet état de "Clear". J'estime être victime d'une usure car le tarif qui m'a été fait représente un tarif de 273.30 Frs de l'heure pour des services de personnes sans formation médicale en psychologie.


-2 -

7) Il m'a été proposé la formation d'auditeur et une promesse de pouvoir gagner de l'argent avec ce métier. On m'a donné l'exemple de quelques personnes, j'ai donc commencé à acheter les cours pour devenir auditeur.

8) Le total payé durant mes 5 ans en Scientologie pour l'église de Lausanne a été de 27 236.25 Frs pour les livres et matériaux, et de 16 907.15 Frs pour les cours, et de 22 274.40 Frs pour de l'audition (thérapie de Scientologie).
Je précise que j'ai reçu pour 7700.--Frs de livres en "Anglais" que je ne peux utiliser car je ne connais pas cette langue. Les appareils électromètre pour la somme de 10 420.--Frs, selon Monsieur Hubbard tous les scientlogues doivent en posséder deux.

9) Les cours pour devenir auditeur comprennent, le HQS, le chapeau de l'étudiant, les TRs prof., les cours sur 1'électromètre, les niveaux d'académie 0-4 et les appareils électromètre ainsi que les manuels de cours et la lecture de nombreux livres.
Je me rendais chaque semaine à l'église pour étudier et recevoir la thérapie. Je consacrais de 8 à 12 Heures par semaine pour m'améliorer. Il n'y avait malgré toute ma bonne volonté aucun changement pour mes problèmes de santé et de timidité avec mes chefs.

10) En 89 j'ai dû encore acheter d'autre matériaux, d'autres cours et de l'audition supplémentaire pour devenir auditeur et atteindre 1'état de clear.
En juin 89 mon compte pour l'achat de livre ayant un crédit de 450. Frs, Monsieur G. Yves m'a imposé l'achat d'un livre pour solder le compte. Le prétexte utilisé était un soit-disant d'un règlement venant d'être publié.

11) Ce même mois Monsieur Olivier D., directeur de la Scientologie m'a contacté pour me présenter un autre règlement de l'église qui oblige les auditeurs à posséder 2 électromètres. Ne sachant que dire, il m'a imposé l'achat d'un nouveau appareil à 5700.--Frs. Cet appareil ne valant que 600 à 800.-- Frs en matériel, la plus value étant tout bénéfice pour la Scientologie.

12) L'église ne m'avait pas signalé que l'état de"Clear" ne pouvait en fait pas être fait à Lausanne. Complètement bouleversé par cette révélation tardive, le vendeur a utilisé les connaissances de la Scientologie sur mon état et ma vie privée pour me manipuler et me soustraire des sommes importantes pour aller au USA.
Le cours pour devenir "Clear" et ceux pour stabiliser soi-disant cet état ( OT I-OT III ) m'ont été imposés par des vendeurs venus des USA sans permis de travail et Corine et Patrick R. consultants de la Scientologie Américaine (FLAG SERVICE CONSULTANT/ FSC) à Lausanne.

13) En juillet 89 je me suis donc rendu au USA pour attester "Clear". Je suis resté 15 jours et je n'ai pas réussi à atteindre cet état qu'ils m'avaient promis.


-4-

22) A mon retour j'ai été retenu par téléphone pour continuer les cours que j'avais achetés précédemment, j'étais devenu sans me rendre compte dans un état de dépendance et ainsi j'ai continué à acheter des matériaux et des cours. Toutefois ayant déjà acheté presque la totalité de ce qu'ils avaient à me proposer les sommes versées sont minimes.

23) Sans cesse je recevais des appels téléphoniques en provenance des USA. Parfois des appels vers minuit alors que pour mon travail je dois parfois me lever tôt le matin.

24) En 92, j'ai continué mes cours mais après la lecture d'un livre d'une sociologue sur la Scientologie, je me suis aperçu des manipulations dont j'étais victime. Au même moment je ne voyais pas d'autres solutions que de rester en bons termes avec la Scientologie. Depuis quelques années les scientologues étaient devenus mes seuls amis et j'avais peur de leur réaction, si je décidais de demander mon remboursement. Toutefois à certaines périodes, j'ai commencé à me rendre moins assidûment à mes cours.

25) Les scientologues n'ont pas hésité à téléphoner à mon travail. Une telle attitude étant donné la faiblesse dans laquelle je me trouvais, suite à leur thérapie, me perturbais et m'influençais comme si j'avais été envoûté par la Scientologie.


Note : Toutes ces sommes sont déjà inclues dans les totaux figurant au point N° 8 .


Emprunt : D'abord trois emprunts à Revy Leasing, puis les 3 emprunts rachetés par 2 emprunts à la Finalba. Finalement hypothèque de 85 000.--Frs à la banque cantonale du Valais servant à racheter les deux emprunts Finalba. Par la suite un 3ème emprunt de 20000 Frs à la Finalba.

a) Pour chaque emprunt de Revy-Leasing je signais un contrat déjà rempli par des employés scientologues. Mon argent a été versé directement au groupe de scientologues.

b) Pour la Finalba, Patrick Robert, venait avec moi à la banque et prenais de suite mon argent, puis faisait une quittance à notre retour dans son bureau.

c) Concernant mon hypothèque de (85 000) c'est Patrick Robert lui-même qui a trouvé cette solution. Il m'a expliqué toutes les démarches à faire. J'étais totalement pris en charge. Ensuite il m'a fait signer un chèque pour lui permettre de retirer 35000.--Frs de la somme à ma banque. La banque cantonale du Valais s'est même fâchée que Monsieur Patrick Robert soit venu si vite avec ce chèque sans respecter les délais.

d) Monsieur Patrick Robert s'est également occupé de mon dernier emprunt de 20 000.--Frs a la banque Finalba, il est également venu chercher cet argent avec moi à la banque.


26) Soirée du samedi 16 janvier

J'avais rendez-vous à 18h30 à la Cave Valaisanne avec mon ami Stéphane, à qui je devais un souper (suite à un pari ). Quand je suis arrivé sur place, j'ai constaté que mon ami n'était pas là, mais que Roland Vuille et M. Chapelain (Scientologues) m'attendaient. Vu mon étonnement, ils m'ont dit que Stéphane avait été retenu à l'Organisation, mais que eux voulaient me voir et me parler. Ils avaient votre lettre dans les mains. Comme le restaurant était fermé, ils m'ont proposé d'aller au Padrino à Bel-Air.

Ils voulaient savoir précisément où en était ma situation financière (je leur ai dit qu'il me manquait Fr 5' 000.-- pour payer mes divers crédits, ce qui n'est pas le cas). Sur ce, M. chapelain m' a fait la proposition annexée, en tentant de me convaincre de la réaliser avec LEUR AIDE ! . La discussion a duré presque trois heures. En me quittant, constatant qu'ils ne pouvaient rien obtenir de moi (j'avais l'impression qu'ils essayaient de me faire revenir sur ma décision), car je leur ai dit que je voulais réfléchir, ils m'ont demandé de passer le plus vite possible à l'Organisation (le lendemain déjà) . Ce que je n'ai pas fait.


Soirée du 18 janvier

Le lundi soir vers 2l h 30, on a sonné à la porte. J'ai ouvert sans me méfier et trois scientologues sont entrés chez moi, profitant de ma surprise. Il s'agissait de Mme et M. Alain et Henriette Chevrot de la Conversion et M. Chapelain.

Dans un premier temps, ils ont gentiment tenté de me faire comprendre que je faisais une grave erreur en quittant la Scientologie. Je mettais ainsi fin à l'espoir d'atteindre la LIBERTE TOTALE, d'après eux. Je résistais à leurs arguments, mais la pression morale augmentait de plus en plus, ils m'ont donnés deux choix :

1) annuler mes démarches auprès de vous ainsi qu'au service social (pour le personnel de la confédération) et choisir le plan proposé par eux (déjà proposé le samedi soir).

2) garder mon travail actuel et reprendre les cours mieux répartis dans le temps. Profiter de mes horaires irréguliers pour avoir un travail accessoire de manière à rembourser mes dettes.

Après plus de trois heures de discussion, la fatigue se faisant sentir et de guerre lasse face à ces trois personnes, j'ai cédé à leur pression. M. Chapelain a écrit sur une vulgaire feuille A4 que, par ma signature, je renonçais à la proposition de Me Croset. Proposition que j'ai signée pour pouvoir enfin me débarrasser d'eux (je devais me lever à 5 h et il était déjà 00 h 30). Le nom de M. et Mme Chevrot ont été inscrits en guise de témoins.

Je précise que je n'ai pas pu dormir de la nuit vu tout ce qui s'était passé pendant plus de trois heures.

Lausanne, le 19 janvier 1992.



-10-

(document manuscrit)

1) donne démission

2) récupère 2ème pilier

3) il forme chez Corsano

4) travail et obtention de produit

5) il manie la banque

6) tu pars faire OTIII

7) tu prends expansion

--> Roland suit attentivement

-->manie ce qui reste à FSO

Chapelain

Affaire J-M M




15,436.98

cil. Liboson 12

1820 Territet-Veytaux

Conseil D'Etat Château cantonal pi. du Château 4 1005 Lausanne

Txxxx, le 28 mai 1993

Messieurs,

Par la présente, je voudrais vous faire part de mon indignation concernant l'Eglise de Scientologie et de mon étonnement devant la tolérance dont bénéficie un groupe qui détruit les familles.

Comme exemple à l'appui, je vous citerai ce qui m'est arrivé :

Mon fils étant toxicomane, je l'avais placé à Narconon (Plans-sur-Bex). Satisfaite des premiers résultats, car il paraissait sorti de la drogue, je me suis laissé convaincre de suivre des cours de Scientologie, Mais je me suis assez rapidement rendu compte de la pression autoritaire que ce groupe exerce sur ses membres, de sorte que je l'ai quitté au bout de quelques mois. Après quoi, mon fils, qui était devenu scien-tolôgue suite à son passage à Narconon, m'a dit, en présence de témoins (4e peux jyojis^citer leurs noms), qu'il se voyait dans l'obligation de rompre avec moi sa mère. Du seul fait que je ne voulais plus faire partie du groupe" j'étais supposée ennemie et il était interdit à mon fils de me fréquenter (il existe des directives très précises à ce propos). Par la suite" toujours à l'instigation de la Scientologie, mon fils m'a confirmé sa décision par une lettre, écrite en anglais, dont je vous remets en annexe la traduction française.

Depuis" je n'ai plus la possibilité de voir mon fils ni mon petit-fils, de deux ans et demi.

Je me demande comment une telle chose est possible en Suisse et vous prie de prendre les mesures qui s'imposent.

Veuillez croire" Messieurs, à l'assurance de ma parfaite considération.

Anne B.

Annexe ; lettre de mon fils


Retour sous index correspondant à ce type de texte :

Retour Webpage