sectes - scientologie - narconon - procédure de purification - critique du Dr Mark Palmer

MARK PALMER. M.D.
Internal Medicine
300 Fairview
Ponca City, Oklahoma 74601

August 14, 1989

Robert W. Lobsinger, Publisher
Newkirk Journal
121 North Main
P.O. Box 131
Newkirk, Okla. 74647


Cher Mr Lobsinger,


J'ai examiné le matériel que vous m'avez fait parvenir et qui concerne le programme (Narconon) de traitement de l'alcoolisme et de la toxicomanie et qui propose de s'installer dans l'ancien site Indien de l'Ecole de Chilocco. En tant qu'ancien Directeur Médical de deux unités de réhabilitation pour alcooliques et des toxicomanes, je pense avoir les qualifications nécessaires, de par ma formation, mon intérêt et mon expérience pour commenter les caractéristiques du traitement proposé dans ce genre de centre, et qui s'appelle le programme de Purification. La procédure de purification constitue apparamment l'ensemble ou une partie du programme de désintoxication de Narconon. Le document de 17 pages qui décrit la procédure de purification est en règle générale très médiocrement écrit. L'organisation y semble extrêmement faible. Le matériau est truffé de généralisations qui n'ont pas la moindre justification des faits à l'appui. On y trouve des déclarations inconsistantes. On n'y trouve aucune documentation. Le programme de purification semble être vaguement copié sur des programmes de désintoxication réputés, dans lesquels le régime, l'exercice physique, l'éducation et la modification du comportement sont utilisés. Mais compte tenu des lacunes ainsi que des divers mensonges purs et simples, je pense qu'on peut dire que la procédure de purification ne présente aucun intérêt.

Bien que le bulletin qui décrit la procédure soit intégralement truffé de toutes les anomalies déjà mentionnées, je vais essayer de traiter de certains aspects spécifiques qui me paraissent les plus invraisemblables. A la page 165, l'auteur dit "un progrès apparent se produit lorsqu'on nettoie l'organisme et on peut considérer cela comme une fin en soi, mais ce n'est pas le cas." Et à la page 166 l'auteur ajoute "le fait d'ôter du corps ces substances hostiles à la vie, va favoriser chez toute personne et pour certaines d'entre elles, la possibilité d'obtenir un gain de cas. Cela vaut de toute façon en soi la peine de le faire". Ces deux énoncés sont en contradiction l'une avec l'autre. A la page 167 l'auteur déclare "le programme de course à l'extérieur a pour but la libération et l'excrétion des impuretés piègées dans l'organisme." Il n'existe aucune documentation qui permette d'avancer que l'exercice accélère de façon significative le processus de désintoxication.

Une bonne partie de la procédure de purification consiste en des séances de course et de sauna quatre à cinq heures par jour. L'auteur annonce que la sudation fait augmenter la vitesse habituelle d'élimination des drogues par l'organisme. C'est certainement faux pour nombre d'entre elles car la plupart des drogues utilisées par les toxicomanes sont éliminées par le foie ou par les reins et parfois par les poumons. Bien que des quantités infinitésimales puissent apparaître dans la sueur, la fraction est si faible que même si on passait son temps à faire suer le patient on ne pourrait augmenter de façon notable le processus d'élimination. Page 169 l'auteur ajoute "les cellules grasses n'existent pas". C'est totalement faux et n'importe quel étudiant en histologie peut le démontrer. La recommandation de l'auteur quant à prendre de l'huile végétale pour substituer l'huile contaminée par les drogues et qui serait contenue dans les tissus gras n'a aucun fondement dans les faits.


L'énoncé le plus manifestement faux dans tout ce document est peut-être celui qui concerne la page 172 lorsque l'auteur énonce "la réaction biochimique de la niacine est une de mes découvertes des années 50". La niacine a été découverte plusieurs décennies avant les années 50 et son importance et ses multiples réactions biochimiques ont été étudiées à partir de cette époque jusqu'à nos jours. L'auteur continue avec "la niacine fait sortir les radiations et elle provoque fréquemment des rougeurs et des démangeaisons de peau qui peuvent durer une heure ou plus". Il n'y a aucune documentation scientifique prouvant que la niacine fasse d'une façon ou d'une autre partir les radiations du corps. Les symptômes dont l'auteur parle sont dûs à la dilatation des vaisseaux sanguins de la peau, et c'est un effet secondaire bien connu lors de l'administration de la niacine.

Par ailleurs, il y a des aspects du programme que j'estime dangereux pour la santé. En particulier, le fait de courir dans une combinaison de sudation en vinyl puis de faire une séance de sauna entre 60 et 80 °C pendant 4 ou 5 heures par jour, risque de provoquer la déshydratation, voire un coup de chaleur chez certains sujets. L'auteur, d'ailleurs, le mentionne page 168 lorsqu'il traite du remplacement des chlorures de sodium et de potassium en déclarant "ce n'est pas obligatoire pour chaque individu du programme, c'est seulement nécessaire en tant que traitement préventif pour les carences en sels, au cas où il se produirait un coup de chaleur". Ceci laisse entendre que l'auteur s'attend dans nombre de cas à l'éventualité d'un coup de chaleur. Tout traitement succeptible de provoquer un coup de chaleur s'avère malsain et dangereux.

L'auteur déclare plus loin "avant d'entamer le programme de purification, la personne doit d'abord obtenir l'accord de l'officier médical". Il semble tout à fait évident qu'un officier médical n'est ni un docteur en médecine ni un médecin puisque l'auteur page 177 continue en disant "l'officier médical donne son accord pour commencer le programme après avoir vérifié que la personne a une tension artérielle normale et qu'elle n'est pas anémique. L'officier médical fait lui-même ces vérifications quand il est formé pour cela". Par conséquent, il apparaît que des gens sans aucune formation médicale surveillent ce programme et cela me paraît très dangereux.

Lorsqu'on aborde dans un premier temps ce programme, on peut estimer qu'une société libérée des drogues soit le but de toute institution, mais cette Procédure de Purification est tellement jalonnée de fausses généralités, d'inconsistances internes, de parfaits mensonges, et de traitements potentiellement dangereux, que j'ai la conviction qu'il ne pourrait que nuire à la zone de Newkirk, au conté de Kay et à tout l'Etat de l'Oklahoma.

Bien que ma critique ne s'étende qu'au programme de purification de Narconon, j'ai également comparé la documentation de l'association Narconon avec A.B.L.E. et l'Eglise de Scientologie. De manière générale, il apparaît que l'ensemble du programme que préconise Narconon n'est rien d'autre qu'un programme médiocrement déguisé, ayant pour but de faire rentrer de nouvelles recrues en Scientologie pour qu'elles y commencent leur traitement, leur programmation et leur lavage de cerveau. Tout ceci en obtenant à la fois des fonds fédéraux, des fonds d'état, des fonds privés aussi bien que des fonds provenant de compagnies d'assurance soutenant leur cause. Pour toutes ces raisons, j'encourage vivement l'administration qui concède les licences à ouvrir une enquête beaucoup plus approfondie sur cette institution.


Sincèrement,
C. M. Palmer, M.D.
CMP:jt


Retour index textes ayant trait à la médecine