Sectes - scientologie - narconon - procédure de purification - désintoxication - critique du Pr Bruce aux USA

The University of Oklahoma

DEPARTMENT OF CHEMISTRY AND BIOCHEMISTRY
820 Parrington Oval, Room 208
Norman, Oklahoma 73019

4 août 1989

Mr. Robert. W. Lobsinger, Publisher
The Newkirk Herald Journal
121 North Main
P.O. Box 131
Newkirk, Oklahoma 74647-0131

 

Cher M. Lobsinger:


J'ai examiné selon votre demande les documents que vous m'aviez fait parvenir au sujet du Programme de Purification de M. Hubbard et de l'église de scientologie. Commentaire général pour la littérature d'Hubbard: elle manque totalement de données à l'appui de son affirmation disant que la programme de purification réussirait à obtenir ce que les programmes actuellement adoptés ne réussissent pas à obtenir. Les documents contiennent vérités et demi-vérités. Il est facile d'être d'accord avec ce qu'il dit page 164 "Nous vivons dans une société orientée chimie" et le paragraphe qui suit.


On peut aussi être d'accord ce que dit le paragraphe suivant, selon lequel il existe un "lien entre les drogues et la criminalité croissante... et la rupture entre les cultures sociale et industrielle modernes". Cependant, il n'existe aucune preuve que l'approche hubbardienne soit capable de soigner ces maux. A la page 166, paragraphe 2, il prétend "ces produits peuvent restimuler un être. Lorsqu'ils sont sortis du corps, la restimulation permanente peut cesser. C'est donc bien une action spirituelle". Cette dernière phrase énonce une conclusion qui n'a pas de logique, et telles quelles, ces déclarations sont totalement dépourvues de fondement. Au quatrième paragraphe de cette page, il déclare que "le fait d'ôter du corps ces substances hostiles à la vie, va favoriser chez toute personne et pour certaines d'entre elles, la possibilité d'obtenir un gain de cas. Cela vaut de toute façon en soi la peine de le faire". C'est un but très honorable, mais dans la phrase suivante "La Procédure de Purification, par conséquent, est destinée à tout le monde" n'en est pas la conclusion logique. Dans la même page, aucune donnée n'est faite pour argumenter l'affirmation selon laquelle "une grande majorité d'entre-eux peuvent tirer des bénéfices de la procédure de purification et même davantage des auditions futures en tant que résultat".

Le reste du document décrit le programme et les précautions nécessaires pour protéger ceux qui délivrent le programme et les participants, et cela est émaillé de quelques demi-vérités, par exemple page 169 "Les substances toxiques ont tendance à se stocker principalement, mais pas exclusivement, dans les "tissus gras". Ceci est vrai uniquement pour les substances liposolubles. Il ajoute "la cellule grasse n'existe pas" cela ne veut rien dire. Les "tissus gras", il veut sans doute parler des tissus adipeux, sont constitués de nombreuses cellules, et la grande partie des lipides stockés se trouvent dans les cellules appelées "cellules brunes". Sa déclaration p 172 est la suivante "En 1973 quelqu'un a obtenu un Prix Nobel... mais... il n'y connaissait rien..." Ce n'est pas que le Comité du Nobel ne puisse pas faire d'erreur dans le choix des lauréats, mais mieux vaut ne pas faire de commentaires sur les absurdités d'Hubbard.

A la page 174 Hubbard explique "Le principe ici est qu'en ne donnant qu'une ou deux vitamines en quantité massive, on peur créer le déficit d'une autre vitamine..." à nouveau une demi-vérité non prouvée. Page 3 du HCOB du 21.5.80, Hubbard explique "L'enquête a prouvé sans nul doute, que ceux qui avaient un passé de toxicomanie moyenne, même importante, tiraient plus de bénéfices d'un programme de 5 heures par jour", où donc se trouvent les données à l'appui de cette déclaration et quel genre d'enquête a-t-il effectué pour en arriver là? A la page 13 du HCOB du 21.5.80, Hubbard dit encore "Selon la recherche originale et les données dont nous disposons..." à nouveau on se demande où se trouvent les données et de quel genre d'enquête il s'agit?

Le bulletin HCO du 3 janvier 1980, révisé le 10 avril, est complètement absurde. Cependant, Hubbard termine ce bulletin par cette déclaration "L'Eglise n'est pas responsable du maniement du corps, de la condition physique ou de la maladie, il relève de la responsabilité individuelle de rechercher un avis médical compétent et un traitement de son médecin pour de telles affaires", je peux être très d'accord avec ça. En fait, cette déclaration, citée dans les propres termes d'Hubbard, résume entièrement mon sentiment sur le document dont vous m'avez demandé la critique et sur le programme hubbardien en général. Finalement, la seule donnée que Mr Hubbard expose se trouve dans cette portion du document qui est intitulée "Données sur les Recherches dans l'Augmentation des Vitamines lors de la Procédure de Purification". Il ne s'agit pas là de données, mais plutôt d'une simple table indiquant les quantités de vitamines et de minéraux recommandées dans le programme de purification pour chaque individu dans les divers dosages de niacine.

En définitive, le programme proposé par Mr Hubbard n'est qu'une véritable "fichaise". Elle contient deci-delà quelques vérités scientifiques mais il est surtout complètement illogique et les conclusions de Mr Hubbard n'ont pas la moindre base scientifique. J'éspère que cette critique vous aura rendu service.

Sincèrement, 


Bruce A. Roe,
Professeur de Chimie et de Biochimie.



Le tissu adipeux a pour cellules des fibrocytes et des histiocytes. Ces derniers ont la particularité de pouvoir se charger de lipides, dispersés en phase aqueuse. Une large enclave formée de triglycérides occupe alors le centre de la cellule, rejetant le noyau dans la couche de cytoplasme périphérique; de forme globuleuse et de grande dimension (150 microns), cette cellule est un adipocyte. (citation de l'Encyclopedia Universalis ajoutée pour la clarté)

Retour index textes ayant trait à la médecine