Narconon expulsé de l'enseignement en Californie

CALIFORNIE

Les médecins soutiennent les écoles qui ont laissé tomber un programme antidrogues incorrect

Nanette Asimov, Chronicle Staff Writer

article original et sa correction:

http://sfgate.com/cgibin/article.cgi?file=/c/a/2005/03/27/BAGTRBVGME1.DTL

http://sfgate.com/cgi-bin/article.cgi?file=/c/a/2005/03/30/MNGFEC0FBE1.DTL



Dimanche 27 mars 2005

L'association médicale californienne (CMA) a déclaré son soutien unanime aux districts scolaires qui ont laissé tomber Narconon (Non à la drogue, Oui à la vie) et d'autres approches "inexactes dans les faits" enseignant des éléments contre les drogues dans les classes, et elle va conseiller à l'association médicale américaine de faire de même.

Près de 500 médecins californiens ont également endossé "une éducation à base scientifique sur la drogue dans l'enseignement californien", lors du meeting annuel qui s'est tenu lundi à Anaheim. Narconon, programme d'éducation lié à la scientologie est offert dans au moins 39 districts scolaires californiens, dont San Francisco et Los Angelès, ainsi que dans pluesieurs autres états. C'est Hubbard et la scientologie qui sont fondateurs de Narconon. [ndt: Narconon s'est lui-même souvent réintitulé "Non à la drogue, Oui à la vie"]

Bien que la résolution n'ait pas force de loi, les associations médicales nationales peuvent influencer la politique publique.

L'idée consiste à ôter du circuit les agences qui entrent dans les écoles sans apporter les preuves de ce qu'elles enseignent: on ne peut le permettre, " expliquait le Dr Charles Wibblesman, patron de la clinique pour ados Kaiser Permanente à San Francisco. C'est l'un des deux médecins de la société médicale de San Francisco ayant soutenu la résolution; le second est le Dr David Smith, co-fondateur de la clinique gratuite Haight-Ashbury.

Ces résolutions ont été lancées par des articles publiés l'été dernier par le Chronicle, expliquant que les conférenciers Narconon enseignaient aux étudiants des informations inexactes à propos des drogues, ainsi que dans des études indépendantes ayant montré que le programme Narconon était non-scientifique, explique Steve Heilig, directeur de la Santé publique et de l'Education pour le compte de la société médicale de San Francisco. Narconon et la scientologie partagent des notions sur les effets des drogues, notions que les conférenciers ont fait passer aux étudiants depuis une décennie.

Voici quelques-unes des notions que les experts médecins disent inexactes:

-- Les drogues s'accumuleraient indéfiniment dans les tissus adipeux, où elles causeraient de nouvelles envies de se droguer et des "flashes" de trips revenant des années après, même lorsque l'usager n'en prend plus

-- La vitamine Niacine expulserait les drogues des cellules adipeuses, et les séances de sauna les feraient sortir du corps par sudation..

-- La sueur se colorerait lorsque les drogues sortent du corps

Les dirigeants de Narconon n'ont jamais varié et continuent d'affirmer l'exactitude de leurs prétentions.

Après les rapports du Chronicle l'été dernier, la société médicale de San Francisco a mené une étude des programmes Narconon et elle a recommandé que les écoles de la région laissent tomber le programme, qu'elles accueillaient depuis 1991.

Le District éducatif a interdit Narconon, ainsi que les écoles de Los Angelès et d'autres districts de moindre importance.

Le mois dernier, le patrons des écoles publiques Jack O'Connell a demandé à toutes les écoles californiennes de laisser choir Narconon. Il a fondé sa recommandation sur une évaluation de l'état concluant que le programme contenait des inexactitudes.

E-mail Nanette Asimov at nasimov@sfchronicle.com


Clarification passée ensuite à deux reprises dans le journal:

Un article du San Francisco Chronicle aurait pu expliquer davantage pourquoi l'éducation médicale californienne en était arrivée à cette décision de soutien aux écoles qui laissaient tomber le programme Narconon.

Le processus a démarré quand l'association médicale de San Francisco a signé une résolution de soutien aux écoles qui avaient abandonné un programme anti-drogues fourni par Narconon, association liée à l'église de scientologie. La résolution qui concluait que le programme Narconon se basait sur des faits scientifiquement inexacts, avait été soumise à l'association médicale de l'état pour approbation.

Un sous-comité a décidé d'amplifier la portée de la résolution pour qu'elle englobe toute organisation dont le programme serait fondé sur des faits scientifiquement déficients. Ce faisant, le sous-comité a retiré le nom de Narconon dans la partie de la résolution qu'il a fait suivre à l'association médicale californienne pour action.


Retour sous index correspondant à ce type de texte :

Retour Webpage