Les diffamations de la scientologie contre Minton s'envolent en fumée

(plusieurs articles)

http://www.vanguardngr.com/wk506200/ls202070.htm

VANGUARD NEWSPAPER ON SUNDAY
Lagos, NIGERIA
2nd Lead Story

Le Sénat [nigérian] aprouve le rachat de la dette destiné à réduire la dette extérieure


Le Sénat a approuvé l'usage du rachat de la dette extérieure et en a profité pour écarter toutes les insinuations prétendant que tous les rachats de dettes effectués par la passé au Nigéria auraient été frauduleux.

La Parlement a spécifiquement indiqué que le rachat effectué entre 1988 et 1993 sous la houlette de l'administration Babangida avait été profitable au Nigéria, mais il a considéré que le système de rachats sous la direction d'Ajaokuta en 1996 étaient condamnables.

La position du sénat se trouve dans le rapport de son comité sur les dettes locales et dettes étrangères du Nigéria entre 1983 et aujourd'hui, l'accent ayant été porté en particulier sur le rachat Ajaokuta que Vanguard a pu obtenir durant le week-end.

De 88 à 93, le rachat de la dette a été implémenté par la Banque Centrale du Nigéria (CBN) qui s'est servie d'une société intermédeiaire, le Greeland Holdings, tandis que le deal Ajaokuta est passé par les mains du ministère des finances.

L'ex star du football nigérian John Fashanu avait au début de l'année accusé l'administration Babangida de pratiques douteuses quant aux deals de 88 à 93.

Mais l'un des partenaires majeurs de l'affaire, Bob Minton, a indiqué que Fashanu était l'outil de l'église de scentologie avec laquelle Minton était en dispute depuis trois ans à propos de violations des droits de l'homme de la part de l'église, et du meurtres de certaines personnes que Minton a fait connaître.

Dans son rapport, le comité sénatorial a décrit comme "très transparent" le rachat de la dette entrepris via Greeland Holdings .

"Il n'y a aucun doute que la dette du Club de Londres via le gouvernement sous administration Babangida grâce à l'intermédiaire offshore Greeland Holdings était transparent, et qu'il a convenu à tous les niveaux de la CBN concernés par cette dette, et qu'il a manié le problème de cette dette, dit le comité, ajoutant: tout ceci était couvert par les procédures de la CBN s'appliquant aux rachats de dettes et n'a pas du tout attiré de controverse dans notre pays. Peut-être l'ouverture de la transaction a-t'elle attiré les foudres du gouvernement US qui conseilla vivement de stopper l'opération avant qu'elle n'embarrasse sérieusement la nation."

D'après le comité, le programme de conversion de la dette était doté d'une procédure clairement définie comprenant la publication publique des dettes disponibles au rachat, avec appels d'offres régulièrement effectués.

Le Comité indique que le rachat de la dette Greeland a eu pour effet une réduction de 5 milliards de dollars de la dette extérieure, ainsi qu'un rééquilibrage de la balance des dettes du Club de Londres "qui sera donc liquidé en 2030"

Il signale que par contre, les dettes dont le Ministère des Finances s'est occuppé sous Ajaokuta sont une toute autre affaire.

"Le Ministère des Finances (MOF) signale qu'aucune procédure n'avait été établie pour le rachat de la dette via le MOF. M. Ani, qui a témoigné en tant que représentant du Ministre des Finances à ce sujet, a de nouveau insisté sur cette position lors de son compte-rendu oral."

La déclaration du Chef Anthony Ani, qui était alors ministre des finances, confirme ce fait. Aucune pression de la part du comité n'a pu mettre la main sur aucune transaction achevée de rachat de la dette via le MOF, hormis celle ayant transité via Ajaokuta Steel Complex Limited (ASCL). Le comité ne peut donc tirer le bénéfice d'aucune transaction achevée via l'ASCL", indique le comité.

Cela explique que pour ce qui est du rachat des dettes arrangées via le MOF, aucune procédure n'était en place.

Le comité observait que les profits à tirer des programmes de conversion de la dette restent à atteindre et ont demandé à l'administration Obasanjo d'établir une politique nette pour encourager, améliorer et étendre les moyens de convertir la dette par toutes voies à sa disposition.

Vanguard: SUNDAY, 2nd JULY, 2000



NIGERIA TO-DAY ONLINE

mardi 4 juillet 2000

IBB (Ibrahim Babangida) qualifie les accusations de Fashanu de "Conte de Fée"


L'ancien dirigeant nigérian , le Général Ibrahim Babangida, estime que les allégations de John Fashanu à son encontre ne sont que des contes de fées. Babangida a été surpis d'apprendre que son successeur le général Sani Abacha ait autant détourné d'argent. "Ca m'a surpris, car je l'ignorais tout à fait", a dit Babangida à Newswatch Magazine. "Ca m'ennuie que cette société n'ait pas réalisé qu'elel avit pour devoir de protéger les valeurs auxquelles elle tenait pour le pays. Dans tous les cas, il y a là des gens que j'apprécie et qui respectent ceux qui se sont dressés contre lé rgime, qui ne sont pas des officiers mais des civils qui ont pu parler. Ils n'çont pas mâché leurs motys, et s'ils avaient été écoutés, les autres n'en seraient pas arrivés là".

Babangida a écarté les accusations de l'ancien footballeur - Fashanu - qui accusait un banquier américain retraité d'avoir aidé le dictateur à siphonenr les fonds. Il ajoute avoir été surpris que le footballeur n'ai pas profité du débat public organisé aux Etats-Unis par le professeur Bojahi Alukos pour prouver au parti démocratique nigérian son point de vue. Minton et Fashanu étaient tous deux invités à ce forump pour expliquer leur point de vue à propos du rachat de la dette nigériane entre 1988 et 19093. Minton s'est présenté, mais on n'a pas vu apparaître Fashanu. Babangida indiquait que ses allégations n'étaient que des fichaises. Il a également nié une complicité dans la mort de Dele Giwa, l'un des éditeurs fondateurs de Newswatcfh. "Vous les médias ne nous avez pas aidés à décourvrir d'une part pourquoi il est mort, ni qui l'a tué. " L'ex-dictateur fut longtemps soupçonné d'un lien avec le meurtre du journaliste, tué par un colis piégé.



.
Retour sous-index Lisa Mc Pherson trust