Intervention de Bob Minton à CULTinfo, 13 mars 2000


Transcrite by Xenubat (Sue M.)

trad: roger gonnet




BOB MINTON: J'ai un tas de matériaux ici, et il faut que j'essaie de les aborder en peu de temps, mais, merci de m'avoir convié parmi vous, pour commencer. Bon, l'éclairage est assez faible, j'arrive à peine à voir la première rangée...il faut que je tienne mes papiers plus près, pour les lire.

En 1975, une organisation se nommant "Eglises Unies de Floride" (United Churches of Florida) arriva à Clearwater. Ses représentants achetèrent cash le Fort Harrison Hotel. Et la communauté était contente à l'idée d'un groupe, un genre de rassemblement - ils croyaient que c'était une union d'églises chrétiennes qui arrivait en Floride, à Clearwater, et qu'ils allaient tenir des conventions, et aider à revitaliser la ville basse (le front de mer, ndt) . Mais ... le Maire Gabe Cazares fut le premier à découvrir la vérité, à savoir de qui il s'agissait. Outré, il annonça à la communauté surprise que les Eglises Unies de Floride n'existaient pas, que c'était en fait l'église de scientologie qui avait acheté l'ensemble du l'hotel Fort Harrison.

Le porte-parole de la scientologie, Arte Maren, essaya de minimiser la signification de l'achat de la propriété sous un faux nom. Dans son communiqué de presse, il disait "Bien, j'espère que le Maire peut cesser de craindre que la ville de Clearwater ne soit sous le masque maffieux." Comme le Maire Casares le découvrirait ensuite effaré, la ville avait été prise par quelque chose d'encore pire: une secte criminelle, sans pitié, aux aspirations totalitaires.

Le communiqué de presse continuait, expliquant en termes grandiloquents que les Eglises Unies de Floride n'était que la réaction scientologue à un mouvement gigantesque, à des sociétés internationales, à des média sous contrôle. Je cite "Nous voulons que les églises de Etats-Unis et du monde s'unissent en une force au sein de la société, pour améliorer le monde, pour nous unir d'une seule voix dans les affaires sociales et les soucis de tous les jours".

Vingt-cinq ans plus tard, c'est bel et bien une affaire de chaque jour. Mais pas dans le sens où l'entendait l'extravagant communiqué. Pour le Maire Casares comme pour nous tous à cette conférence, le souci, c'est cette tentative incessante de prise de pouvoir d'une ville américaine par la secte qui s'auto-désigne "Eglise de Scientologie".

En 1977, quand le gouvernement US a fait une descente dans trois des locaux de la scientologie et saisi 48600 documents, on a trouvé des informations sur les méthodes qu'employait la scientologie pour se saisir de Clearwater; ça s'appelait le Projet Normandie.

Bon, vous savez que le Maire Casares se battait fièrement contre cette organisation. Gabe Casares est très impliqué dans l'organisation appelée le Lisa Mc Pherson Trust qui s'est installée en bas de la ville. Vous savez, il y a deux jours, j'ai rencontré Gabe, et ça, c'étaient les trois pages de notes sur notre petite réunion, au sujet de ce qu'il faudrait faire pour Clearwater - au cours de six mois qui viennent - pour empècher les dernières prises de bastions par la scientologie sur Clearwater.

Bon, pour vous donner une idée de l'atmosphère actuelle à Clearwater, le 27 février, Stacy Brooks - la présidente du Lisa Mc Pherson Trust - et moi-même, sommes aller voir Robert, le manager de Clearwater, et Pam Akin, l'avocate de la cité. On était là afin de continuer notre processus d'éducation de M. Roberto - qu'il sache qui était l'organisation que la ville avait décidé de soigner aux petits ognons - à notre avis, sans penser aux risques véritables.

Bon; M. Roberto nous a dit qu'il avait passé les trois dernières années depuis qu'il est à Clearwater en tant que manager de la ville, à essayer d'ôter la scientologie des Unes de journaux locaux à Tampa ou St Petersburg. Et patatras! le Trust Lisa Mc Pherson débarque à Clearwater en janvier 2000, et l'église revient aux
Unes des journaux. La ville de Clearwater n'aime pas ça. M. Roberto dit que c'est mauvais pour les affaires. C'est mauvais pour le développement économique du front de mer. Il dit qu'à chaque fois que notre organisation entre en conflit avec la scientologie, celle-ci éructe et c'est mauvais pour le développement économique de Clearwater. Il dit qu'à chaque fois que le conflit entre notre organisation et la scientologie giclera, et que ça affectera les affaires en ville, on fera tout ce qu'il faut pour nous faire fermer.

Oui, il ne voulait pas dire fermer spécifiquement l'organisation, mais les activités; et la ville de Clearwater, comme toutes les villes US, possède un vaste choix de moyens pour gèner des activités de - de cette nature -, surtout quand ça oncerne quelque chose qui est considéré église.

J'aimerais vous référer à un article de Cornell, Revue des Lois, novembre 1999, ça donne une idée de l'étendue des moyens et méthodes dont disposent les tribunaux à propos des manifestations envers des églsies. Il y a des trucs pas vraiment amusants, là-dedans, des armes que possèdent les villes et communautés pour combattre les gens qui protestent contre une organisation du genre de la scientologie.

Le message de Roberto, c'était surtout - bon: "les croisades morales ne sont pas les bienvenues à Clearwater". Il suggérait qu'il valait peut-être mieux Boston, LA ou Washington, ou même Dunedin: en fait, il a dit "Vous savez, le manager de Dunedin est un bon ami à moi; il pourrait vous installer en bord de mer, si vous choisissiez ça plutôt que votre installation à côté de la scientologie."

M. Roberto nous a dit que Clearwater avait dépensé beaucoup d'argent à effectuer des recherches sur la scientologie, et qu'on ne leur avait même pas fait une amende de stationnement! Euh, il a ajouté que le gouvernement fédéral ne s'y intéressait pas, que le FBI avait laissé tomber, qu'après les descentes de 1977 et les jugements de 1980, tout était fini, quoi. Alors il dit "Pourquoi dibale Clearwater devrait-elle dépenser de l'argent dans ce but?" Ils ont même recommandé à la police de Clearwater, depuis octobre 99, de ne plus recueillir d'informations sur la scientologie et ses activités dans la communauté. C'est pactiser avec le diable, vous voyez? C'est ce que fait la management de la cité, pour faire marcher les affaires: pactiser avec le diable. Si la scientologie ne tient pas la une des journaux, euh... ils pourraient améliorer la ville, faire venir des développeurs, bâtir des immeubles tout du long du front de mer, ça rassemblerait à la côte espagnole, vous voyez l'idée, l'église faisant forcément partie du lot. Bon, c'est plutôt décourageant, cette réaction de Roberto et de l'avocate de la ville. Mais c'est ce qu'on nous a dit, que ça ne faisait pas partie des buts publics de lutter contre des organisations de ce genre: c'est aux organisations privées de s'en charger. Et c'est ce qu'on fait: éduquer les gens sur ce qu'est la scientologie.

Dès que nous avons ouvert nos portes le 5 janvier, on a commencé à recevoir des appels de gens du coin, qui nous expliquaient leurs problèmes vis-à-vis de la scientologie, qui la voyaient toujours auréolée de mystère, qui étaient invités à des fètes de la ville, ce genre de choses, mais qui ne recevaient aucune réponse à leurs questions, vous savez: on leur répondait toujours à côté. Et ils voulaient vraiment savoir ce qu'est la scientologie. Et on leur a dit qu'il y avait plusieurs anciens scientologues qui bossaient au Lisa Mc Pherson Trust, qui seraient enchantés de leur expliquer tout ça.

Aspect intéressant ici: les gens à qui nous avons parlé à Clearwater, pas seulement ceux qui appelaient, il y en avait qui venaient au bureau juste pour nous dire bonjour, se présenter, et offrir leur aide. On a maintenant un petit nombre de bénévoles qui font divers travaux, scanner, répondre au téléphone, toutes ces choses terriblement utiles que nous n'avons pas le temps de faire parce qu'on passe notre vie au téléphone.

Ces gens de Clearwater ont vraiment peur de la scientologie. Ils habitent une ville de plus de 100000 âmes, il y a 74300 électeurs, il me semble, et ils ont tout simplement peur de la scientologie. Plus d'une personne nous appelle en disant "Vous savez, je vous appelle d'un téléphone public parce que je ne veux pas qu'on voie sur ma facture que j'ai appelé le Lisa Mc Pherson Trust...on craint les ennuis que pourrait provoquer la scientologie."


Et dans la salle, ici, il y a des tas de personnes qui pourraient dire ce qu'ils ont subi, en exemple de la colère de l'église de scientologie.


On a eu des gens aussi, des gens qui viennent de la communauté que nous critiquons, qui sont venus nous voir aussi; par exemple, cette famille, la mère, le père et l'enfant, ils ont passé un temps fou avec nous à apprendre ce qu'est la scientologie. Ils ont manifesté plusieurs fois avec nous. Ils ont aidé pour les brochures, le gars travaille dans les arts graphiques, et peu après, les scientologues ont commencé à manifester dans leur voisinage, à poser des questions sur le couple... Et croyez-moi, ça les refroidit, les gens, ce genre de réactions, quand il s'agit de combattre et critiquer activement la scientologie.

Avant de passer au sujet suivant, un mot pour les scientologues: 95 % d'entre eux sont des gens tout à fait sympathiques, braves, décents - pas loin de 100%, même. La très grande majorité de ceux que j'ai rencontrés sont tout à fait charmants. Ce n'est qu'un tout petit groupe des gens qui sont en scientologie qui veulent devenir des leaders totalitaires. Ils mènent ça à la façon nazie. Ils intimident les gens, c'est à un point tel, ils les contrôlent par la peur, que je n'en reviens pas moi-même, je n'arrive pas à y croire.

Mais, un des trucs les plus étonnants avec le Lisa Mc Pherson Trust, c'est que nous parlons à des tas de scientologues actuellement en scientologie. On ne discute pas avec ceux de la Sea Org, vous savez, l'aile paramilitaire, ces gens complètement conditionnés qui travaillent dur pour eux. Mais on discute avec le public scientologue, des gars qui en font depuis des années, qui viennent, et nous disent "On n'aurait jamais, mais alors jamais - pensé parler à Bob Minton, mais on a suivi vos activités et ceux des critiques, et le conflit entre la scientologie et internet, depuis trois ou quatre ans". Et ça leur a donné assez de courage pour entrer et discuter avec les personnes les pires qui existent dans la galaxie! [rires et applaudissements]. Et je crois que c'est un fameux résultat en deux ou trois mois de présence ici.

Et quand je parle de scientologues actuels, ce n'est pas de débutants d'en bas de l'échelle, ce sont des gars qui ont atteint les sommets du "Pont vers la Liberté Totale", des OT 7, OT 8... des chefs dans la communauté des scientologues de la zône, la zône, ils appellent ça ainsi, à Clearwater. Mais ces gens n'aiment pas l'aspect totalitaire de la scientologie. Ils sont en train de découvrir qu'ils ne sont pas forcés d'admettre ça. On aide des gens qui veulent récupérer leurs 300, 600 ou 700000 dollars payés à la scientologie.(bravos)


C'est la pompe à fric, la pompe à sous. Ils volent l'argent des gens. On a entendu l'histoire de cette vieille dame dont le mari venait de mourir: elle avait des enfants en scientologie. Elle s'est engagée aussi, pour être plus près d'eux. Le mari mort avait beaucoup d'argent. Le représentant (registrar) de la scientologie est venu le soir du décès, et n'est pas reparti avant d'avoir obtenu 700000 dollars - il savait déjà que c'est ce que le mari léguait à sa femme. Et il l'a eu. Mais la dame veut être remboursée. Elle en a assez, elle est fatiguée de se faire gruger par la scientologie.

Nous sommes à Clearwater parce qu'on veut être sûrs que les gens d'ici sachent la vraie nature de l'organisation, apprenent ses pratiques trompeuses et abusives envers ses propres membres. Et nous sommes là pour aider les scientologues à se faire rendre leur argent, à les aider dans les situations de divorce, quand leur époux ou épouse reste dans la secte, ou leurs parents ou leurs enfants; et qu'il y en a un qui veut s'en aller.

Et il y a ces mères qui nous appellent au sujet de gardes d'enfants, le père étant rentré en scientologie ... Cette femme, ent particulier, qui est tombée dans le piège: elle a laissé le système judiciaire scientologue résoudre le divorce, puis la garde des enfants. La mère, elle ne peut même plus rendre visite à ses enfants... Car ses anciens amis scientologues l'ont abandonnée. Il n'y a eu qu'eux pour tout surveiller, le tribunal, les papiers, la garde... voilà ce qui est arrivé quand elle s'est fiée au système juridique interne de la scientologie.

Bon, les gens en ont assez de tout ça. Les scientologues en ont assez de ces histoires. Je vous garantis bien que j'en ai moi-même assez: autant vous dire que je préfèrerais m'occupper d'autre chose, parfois. Mais la scientologie contrôle les vies de ces gens, les ruine. Et ici, c'est une conférence sur les droits de l'homme... la scientologie prive les gens de leurs droits humains. Tout scientologue a le droit de croire en la technologie scientologique, si ça lui plaît. Mais l'églsie de scientologie n'a pas le droit d'abuser de leurs droits, d'attaquer tous ceux qui la critiquent, et elle doit cesser ce jeu-là. Le Lisa Mc Pherson Trust n'est qu'une organisation de plus , avec des gens qui ont attaqué la scientologie et continueront à l'attaquer. Jusqu'au moment où la scientologie se réformera et se mettra aux normes de la société. (applaudissements).


Merci beaucoup.


Retour index Lisa Mc Pherson trust