Réponse de Bob Minton aux diffamations de la secte

(voir les diffamations en partie ici)


Résumé: la scientologie est enragée contre Bob Minton, milliardaire américain ayant décidé de lutter en faveur des victimes de la secte. Depuis que Minton est venu en Allemagne et en France, elle redouble d'efforts pour le discréditer, usant entre autres de faits déformés et incomplets. (voir ici). Minton répond à la soi-disant escroquerie gigantesque dont il serait co-auteur, d'après la secte.





L'article de Nigeria Today online ci-dessous reflète le fait que la campagne de Propagande Noire à mon encontre tente de mettre un lien entre deux périodes différentes, l'une où j'étais en relation avec le gouvernement nigérien, l'autre où je n'y étais plus. La soi-disant "église" de scientologie a convaincu Fashanu que ces périodes sont liées, alors qu'elles ne le sont pas. Ils veulent que l'on croie que j'ai créé une structure ayant permis au général Babangida et au général Abacha de voler l'argent nigérian. Mais Abacha n'est arrivé au pouvoir au Nigeria qu'en novembre 1993, soit huit mois après que nous ayons clos les comptes de l'opération de rachat de la dette nigériane. Aucune somme ayant transité via la structure de sociétés que nous avions mise en place n'a été détournée vers le général Babangida, ni vers aucun officiel nigérien ou autre nigérien.

Je suis étonné et ennuyé de voir que les officiels du gouvernement nigérien actuels, qui furent impliqués avec Minton & Schmidt dans le rachat de la dette du Nigeria entre mars 1988 et mars 1993, qu'en particulier l'actuel Ministre des finances Ismalia Usman n'ai pas stoppé les mensonges scientologues émanant de la bouche de John Fashanu. Si nécessaire, j'irai au Nigeria et j'expliquerai au gouvernement actuel et à la presse les faits de l'opération de rachat de la dette extérieure, qui fut l'une des plus profitables de ce type dans toute l'histoire du monde, et pour tous les pays.

Tant que le gouvernement nigérian ne met pas un terme aux mensonges de Fashanu, je ferai passer les informations réelles quant à l'opération de rachat, en maniant Fashanu, ses montreurs de marionnettes scientologues et le silence du gouvernement nigérian.

Voici d'abord l'usage des fonds et les sources de ces fonds pour l'ensemble de l'opération..

OPERATION DE RACHAT DE LA DETTE NIGERIANE, ET UTILISATION DES FONDS POUR LA PERIODE DU 29 Mars 1988 au 26 mars 1993

[nota: le traducteur n'ayant pas les connaissances techniques suffisantes pour cette partie, il laisse de côté sa traduction]


SOURCES OF FUNDS

CENTRAL BANK RESERVES $1,111,641,323
BUYBACK PROCEEDS: 1,205,176,211
(A) COST OF BANK DEBT ACQUIRED 998,735,049
(B) REALIZED FOREIGN EXCHANGE GAIN 31,931,934
(C) PROFIT ON SALE OF BANK DEBT 174,509,228

NIGERIAN NATIONAL PETROLEUM CORPORATION 60,000,000
INCOME: 464,401,403
(A) INTEREST ON DEPOSITS 8,708,911
(B) PROMISSORY NOTE INTEREST 108,787,088
(C) BANK DEBT INTEREST 346,905,404


TOTAL $2,841,218,936

USES OF FUNDS


PURCHASES OF DEBT $ 1,548,577,891
(A) PROMISSORY NOTES $ 354,458,094
(B) BANK DEBT 998,735,049
(C) GOVERNMENT DEBT 195,384,748

BUYBACK PROCEEDS PAID TO CENTRAL BANK 1,205,176,211
BUYBACK INTEREST PAID TO CENTRAL BANK 3,565,313

BANK DEBT HOLDING FEES 4,573,913
BANK DEBT EXIT FEES 3,771,393

PAYMENTS TO NIGERIAN NATIONAL PETROLEUM CORPORATION 14,757,249
PROMISSORY NOTE REPURCHASE FROM NNPC 60,000,000
PUT INTEREST PAID TO NIGERIAN NATIONAL PETROLEUM CORP. 138,688
TRANSFER TO FEDERAL GOVERNMENT OF NIGERIA 658,278
CASH ON HAND 0

TOTAL $2,841,218,936

Vous pourrez bientôt lire la liste des 325 rachats de dettes, ainsi qu'un relevé de la banque centrale du Nigéria entre mars 88 et mars 93.

==============================================================================

NIGERIA TODAY ONLINE

Nouvelles quotidiennes quant aux éléments politiques et économiques clé affectant le Nigeria
Available by fax and e-mail subscription Monday-Friday (Except public
holidays)

Provided by Phone News International, 18 Hyrstdene, South Croydon, Surrey CR2 6NR Tel: +44(0)208 406 7730 or +44(0)208 279 2078 Mobile:
+44(0)795 626 3710 or +44(0)795 626 3704 Fax: +44(0)870 131 6046

E-Mail: Phonenews@aol.com

Tuesday 9 May 2000

LE LUXEMBOURG BLOQUE LES 602 MILLIONS DE DOLLARS D'ABACHA

Les officiels du gouvernement fédéral ont admis hier soir avec méfiance la bonne nouvelle du fait que les autorités luxembourgeoises avaient gélé les comptes de 671 millions d'euros (602 millions $) liés à l'ex-dictateur militaire le général Sani Abacha. "Si c'est vrai, c'est une excellente nouvelle, mais je n'en ai pas eu confirmation à l'heure qu'il est", a annoncé à nos reporters le Dr Doyin Okupe, porte-parole du président nigérian Olusegun Obasanjo.

Le procureur d'état luxembourgeois George Heisbourg a dit aux média que les autorités avaient gelé huit comptes au nom de diverses compagnies offshore liées à Abacha, qui fut despote règnant d'une main de fer au Nigeria de novembre 1993 à sa mort. Heisbourg a dit "que les fonds confisqués correspondaient à l'argent détourné dans les poches de la famille Abacha".

"Des recherches sont en cours et seront bientôt transmises au gouvernement nigérian", a-t'il ajouté. Le gel de ces comptes totalise à près de 1,3 milliards de dollars de fonds liés à Abacha, que les banques européennes ont désormais bloqués. En janvier, la Suisse a admis une demande de coopération judiciaire par le Nigeria sur des comptes gelés en octobre 1999, également liés à l'ancien dictateur, à sa famille et à ses associés. La police fédérale suisse a dit que les sommes en suisse étaient d'environ 645 millions de dollars, mais que le chiffre pourrait augmenter.

L'avocat suisse pour le Nigeria, Enrico Manfrini, a indiqué qu'une total de 2,2 milliards de dollars avaient été escroqués et détournés en Suisse par Abacha et les officiels principaux de l'ancien régime. En 1998, le régime militaire ayant succédé à Abacha et sa famille avait accepté de rendre environ 750 millions de dollars que la famille détenait en liquide. Tout l'argent provenait de fonds publics volés . On estime à quelques 8 milliards de dollars les fonds volés par Abacha, sa famille et ses associés, durant les quatre ans et demi de tenue du pouvoir. Abacha est un ancien chef de défense ayant pris le pouvoir et le régime civil nigérian en novembre 1993; il est mort d'une crise cardiaque le 8 juin 1998. Son fils ainé Mohammed est actuellement sous les verrous inculpé dans l'assassinat de Kudirat Abiola, épouse du politicien important Moshood Abniola.
===========================================================================
[ce message de Minton en réponse à des messages sur ARS est ajouté ici pour clarification de la situation; Diane Richardson, une des participantes d'alt.religion.scientology y est épinglée pour désinformation]

"Je réïtère ce message d'il y a quelques jours pour référence:

On Sat, 06 May 2000 02:33:48 GMT
, average_lurker <average_lurker@my-deja.com>
wrote:

>Ayant été employé 41 ans dans l'industrie des portefeuilles [titres], j'ai une connaissance des >marchés [cette phrase émane de avergare_lurker, un autre participant d'ARS]

Snip

"C'est un message bien fait, amis il ne reflète pas le rachat de la dette nigeriane dans lequel j'étais impliqué. J'y viendrai plus loin.

Mais à propos des réponses à ce message par Diane Richardson, elle a soigneusement (volontairement ou pas, jugez par vous-même) essayé de lier l'implication de la scientologie et de Riwjanu Lukman, le secrétaire général de l'OPEP, en mettant tout sur le dos de Fashanu.
{possible erreur de traduction ici, il pourrait s'agir de "en dédouanant Fashanu"}

Fashanu EST lié à la scientologie, par le fait qu'il est un agent de Peter Franks et David Lee, les détectives scientologues, pour 1 million de dollars payés pour le rapport Fashanu.

C'est tout simplement un RAPPORT DE DEAD-AGENTING de la scientologie, rien d'autre. En surface, il y a la peau et l'impression qu'il s'agit de blanchiement d'argent. Les pays sont tous intéressés par de telles affaires. Mais quand on pèle la surface pour passer dessous, même un idiot peut constater qu'il n'y a pas de blanchiement d'argent dans cette affaire, ni lié au Nigeria, ni à un autre pays au monde.

Le rapport "scientologie-Fashanu" n'est qu'une pièce de conneries sans valeur auquel même l'actuel gouvernement nigérian ne porte aucune attention, et qui n'a aucun rapport avec le rachat que j'ai effectué. La scientologie fourre son merdier partout; même à Washington, mais personne n'écoute; vous pouvez tout lire sur ARS. Vous pourrez bientôt lire aussi le magazine sciento Freedom - mais il sera le seul à raconter ces bétises. (J'ai discuté avec des journalistes nigérians, et je retire ce que j'ai dit au sujet des journalistes nigérians).

Voyons le rachat en question:

Il y a eu en fait trois rachats simultanés:

A. Rachat de la dette commerciale nigériane. Il s'agit des dettes provenant de transactions effectuées alors que le Nigeria n'avait pas assez de liquidités pour payer ses dettes commerciales. Il s'agissait d'un genre de traites à 90 ou 120 jours, réémises durant une vingtaine d'années, si bien que la banque centrale du Nigeria était devenue l'obligataire à la place du créancier d'origine. Elle était propriété de diverses sociétés multinationales d'un peu partout, sous forme de dettes à payer par la banque centrale du Nigeria.

B. Rachat de la "dette bancaire" du Nigeria. C'étaient des prèts en dollars ou autres monnaies faits par des banques centrales au gouvernement nigérian. Le Nigeria n'ayant pu les payer en temps et en heure, ces banques créditrices perdirent confiance en le pays. Ces dettes étaient dues à des banques internationales de premier plan.

C.
Un rachat de la dette gouvernement à gouvernement. Ces prèts avaient eu lieu entre gouvernements sous l'égide de ce qui fut nommé "le Club de Paris". Sans aller trop loin dans l'explication, le Club de Paris est un mécanisme utilisé par les gouvernements occidentaux principaux pour différer les prèts problématiques accordés aux pays en voie de développement. Nous avons racheté les dettes nigérianes dues à des pays essentiels de la communauté européenne et des Etats-Unis.( Diane est corrigée aussi à ce sujet.)

L'ensemble des dettes rachetées se monte à US Dollars 4,447,524,747, qui ont côuté au Nigeria en fait US Dollars 1,548,577,891: le Nigeria a donc payé 34,819 pour cents. Les sociétés que je dirigeais ont fait une fraction de bénéfices en commission, mais pas du tout 30 %. Nous voilà de retour à la réalité, les gars.

Il y a eu une période entre mars 88 et mars 93 , quand je m'occupais du rachat, où l'on ne pouvait pas s'assoir à son bureau et voir le prix de la dette nigériane sur un écran de chez Reuters. Le prix était transparent, de jour en jour. Tout le "rapport scientologie-Fashanu" se base sur le mensonge que j'aurais racheté à 10 % et revendu à plus de 40 % au Nigeria. Nous avons acheté ces dettes à divers groupes de créanciers au cours de 325 transactions, sur une période de cinq ans, et n'avons jamais payé moins de 20 % ni plus de 43 % pour les dettes de la catégorie A et B ci-dessus. La catégorie de la dette C était un peu supérieure du fait du caractère spécifique de la dette.

Le prix payé par le Nigeria est donc, répétons-le, de 34,819 % en moyenne.

La banque centrale du Nigeria était dirigée par le gouverneur Ahmed, le vice-gouverneur Ismalia Usman (qui est désormais Ministre des finances du Nigeria) et bien d'autres comme Mr. Animashawan, des gens complètement honnètes. Ils étaient de tout profit pour leur pays, contrairement à l'image stupide que les scientologues tentent de donner des pays africains. Les seuls escrocs à qui j'ai jamais eu affaire dans ma carrière de financier international furent des banquiers américains.

Le général Babangida (IBB) qui était le dirigeant nigérian lors de ces rachats, prit une très sage décision en approuvant le rachat de la dette que nous avions présenté à la Banque Centrale du Nigeria. Cela a économisé des milliards de dollars au pays. Et quoi qu'en dise la scientologie il s'agissait d'une solution libre du marché à un problème délicat. Vivent les marchés libres!

Attendez donc l'histoire caca que va en tirer le magazine scientologique FREEDOM (Ethique et Liberté en France): ce sera devenu du pack de "DA", mais ça risque d'être le dernier, car l'église de scientologie, sous la houlette de son chef Miscavige, ne va pas tarder à se dissoudre.


Bob Minton


retour sous-index Lisa Mc Pherson Trust