(en bas: réaction fédératrices des scientologues)

 

 

MISSION INTERMINISTÉRIELLE

DE

LUTTE CONTRE LES SECTES



RAPPORT


 

 

Art. 4 in

Man and Citizen human’s rights declaration of 1789 

 


 

 

TABLE DES MATIÈRES

 

IMPORTANT NOTE :

THE TEXT BEING QUITE LONG AND DIFFICULT, THE TIME VERY SHORT, I’VE TRANSLATED ONLY about ONE THIRD, CHOOSING WHAT LOOKED MOST INTERESTING FOR FOREIGN READERS.

THE ENGLISH OFFICIAL TRANSLATION SHOULD BE LATER DONE ON THE FRENCH GOVT OFFICIAL SITES.


DUE THE REFORMATTING INTO HTML , THE INSIDE NOTES
ORIGINALLY PLACED ON BOTTOM OF PAGES WITH THEIR NUMBERS ARE PLACED RIGHT WHERE THEIR NUMBER appeared , AND WRITTEN IN VERY SMALL CHARACTERS; some internal links above have been added;

PARTS BETWEEN [SQUARE BRACKETS AND IN ITALICS] ARE THE TRANSLATOR’S OPINIONS REGARDING FACTS HE THOUGHT IMPORTANT, OR, MOSTLY, TO ADD SOME DETAIL WHICH COULD BE IGNORED OTHERWISE  IN FOREIGN COUNTRIES

 

 

 

 

INTRODUCTION

 

 

 

 

 

It’s useful to remind that the MILS (Interministerial Mission to struggle against Cults) is composed of six upper level staffs, contractual agents or state employees having been sent by administration offices, one being specialized into documentation.

Their respective tasks are coordonated by the General Secretary, under the authority of the President, who exercizes his function benevolently.

Secretary tasks and dactylography are done by a seventh agent, part time (80 % of a full time) ; three full time persons being normally expected later.

A seventh upper level agent works onto material coordination, and organizes the general filing. Interior Dept security officers have to be added to this list

The decree on oct 1998 7th, having created the MILS, anticipated also two agencies, one said " orientation " and composed of a Council of 19 members, the other being more toward launching operations (operational group) constituted of the main administrations having to deal with the cultic phenomenon (the number of administrations concerned has been augmented to 15 by the Official Journal on december 24th, 1999).

Orientation Council must, according to the decree above, met at least two times a year. It has been convoked five times in 1999 with a precise order of the day to which various questions could be added. The often divergent opinion of its members on questions to be treated at the meetings have been registered into minutes having been directly used by the MILS all along the year for its tasks, and notably, to write its first yearly report.

It shall be used on the topics submitted during this year, first on february 2000 upon the basis of proposals having been reported to each member having been there for the 18th dec 1999 session.

The operational group runs either in plenary assembly, either in smaller formation, according the day order. It is composed of high officers designated by their ministers. This group, between these meetings, constitutes the permanent network of the MILS.

This group has met three times in 1999 ; each high officer has been contacted according necessities by the General Secretary of the MILS or his collegues when their competencies could be concerned by some affair coming to the mission.

 

 

 

On end of first year of operation, the MILS feels some need of operational new directives from the First Minister, who is the only one having authority to do so.


[Then the MILS indicates some sources of problems in its operations, specially, about the number of cases, the difffciluty to establish a standard by which to judge if an affair has to be treated by the mission or elsewhere, as some personal cases involving by instance family/divorce cases submitted to the MILS, which are not in its sphere. The report insists also on the fact that it has now the task to set specific formation to be used by different officials in different offices of the govt or in Departments.]

 

Afin de faciliter les prises de décision, il est apparu nécessaire d'évoquer sommairement les difficultés que rencontre la MILS, de suggérer des solutions et d'évoquer quelques perspectives stratégiques constituant l'horizon du souhaitable.

°

° °

Les difficultés de la Mission ne sont pas indiscernables. Elles ressortissent essentiellement aux points suivants :


- le risque d'enlisement de son quotidien, en raison du nombre croissant de saisines dont elle est l'objet. Les problèmes qui lui sont soumis concernent des sujets excessivement dispersés, et parfois n’ont qu’un lien ténu avec le sectarisme proprement dit.

A notre sens, la MILS n'a pas pour vocation prioritaire d'approfondir l'étude d'une multitude d'affaires mineures, ne concernant pas au premier chef les libertés fondamentales et souvent individualisées à l'excès, au détriment de sollicitations plus graves et affectant des groupes humains entiers. Il n'empêche qu'elle se doit de transmettre les éléments d'information dont elle dispose et d'ouvrir des dossiers chaque fois qu'elle est sollicitée. Non seulement par devoir mais aussi par prudence : les grands mouvements sectaires ont tous commencé par constituer des groupements aux effectifs modestes, quasi indécelables à leur origine. La lourdeur de ces tâches nécessitera, à terme, un renforcement des effectifs de la Mission.


- la nécessité dune information fiable : ceci implique lutilisation d'une grille d'analyse aujourd'hui commune à tous les observateurs impartiaux. Cette grille doit permettre de caractériser les dérives sectaires de certaines associations, qu'elles soient de fait ou déclarées.

Elle autorise également la MILS à récuser toute demande d'implication dans des affaires d'ordre privé, notamment lorsqu'elle est saisie de contentieux de divorce ou de différends économiques qu'une des parties dénonce abusivement comme d'origine sectaire.

En revanche, la MILS se doit de porter une particulière attention aux affaires qui mettent en cause des personnes, mineures ou majeures, susceptibles d'être victimes d'abus de faiblesse, même lorsque la législation répressive nest pas a priori applicable (protection de lenfance et des incapables majeurs, dol en matière contractuelle, etc..).


- l'immensité du champ d'intervention de la Mission dans le domaine de la formation et de la prévention :

S'agissant de la formation et de l'information des personnels de la fonction publique d'État, la Mission s'est fortement engagée dès sa création. Un long chemin reste en revanche à parcourir en ce qui concerne la fonction publique hospitalière et le secteur très sensible de l'action sanitaire et sociale.

Sagissant des élus locaux et de la fonction publique territoriale, en raison des compétences partagées entre l'État et les collectivités territoriales, la sensibilisation des conseillers généraux a fait l'objet d'un premier test en Seine-et-Marne, avec le concours du président de lassemblée départementale (par ailleurs président de la Commission des lois du Sénat) et de l'Union départementale des maires. Les hauts fonctionnaires départementaux ont été associés à cette initiative dont le succès pose désormais la question de son extension à l'ensemble des collectivités territoriales en commençant, dans un premier temps, par les départements les plus touchés par le phénomène sectaire. En l'état, la MILS nest pas en mesure de planifier une "formation-information" pour l'ensemble des départements métropolitains et d'outre-mer. Elle répond aux sollicitations des élus locaux et des collectivités territoriales lorsque cela paraît opportun. A cet égard, linitiative prise par un parlementaire, président de lUnion des maires du Loiret, en novembre 1999, peut être considérée comme exemplaire.


- l'étendue territoriale et les spécificités locales des tâches incombant à la Mission.

Il est évident quon ne saurait aborder les problèmes sectaires sous le même angle dans les départements métropolitains, en Alsace-Moselle, dans les DOM, dans les TOM (dont le statut évolue) ou dans une collectivité comme Mayotte où cohabitent le droit républicain et le droit islamique dans un contexte politique assez éloigné de lesprit de la loi de séparation.


- le retard pris, dans le domaine international comme dans le cadre européen, en matière de prévention contre le sectarisme :

The old Observatoire des Sectes which was created before the MILS replaced it was not capacitated to think about the themes discussed into international instances of which France is a member : : Union européenne – European Union(UE), Conseil de lEurope – European Council (EC), Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe - Organization for Security and Cooperation in Europe (OSCE) and ONU - UN services having to deal with such topics.

Little attention had then been directed toward USA attitude, government and Congress, regarding cultism. The confusion which is fostered overseas between religious freedoms – guaranteed by every democratic country- and prevention, if not repression of cultic punishable abuses, does not facilitate a discussion, sometimes not lacking of underthoughts.

From this viewpoint, indifference or overcautiousness, a sometimes reverential behaviour, can only lead toward expansive noways, and, whilst the secularity gains audience in most democracies, giving the false impression that France could renounce to principles having built its force, and they [indifference etc] assert of its least constestable participation to universal consciousness progresses.

 

The MILS feels correct that the position adopted since 1983 by the Officials of various missions and enquiry commissions from the National Congress : a specific legislation is not justified.

But it could be necessary to fit the laws or rules each time new problems are discovered, and, if possible, to prevent future difficulties through workshops with the legislator, so as to get texts which would not open new unseen openings to cultism.

(resume: The Mission report explains then that it has worked concurrently with some anti-cultic associations, UNADFI and CCMM/centre Roger Ikor, to publish a booklet " Cults : Law is protecting people : Use the law ")

Ainsi, la préparation de la loi du 18 décembre 1998, tendant à renforcer le contrôle de l'obligation scolaire a constitué une sorte de modèle de ce que peut une action déterminée et réfléchie, menée dans un esprit de consensus. De même l'élaboration de l'article intéressant les associations de défense contre le sectarisme, inclus dans la loi sur le renforcement de la présomption d'innocence, est aussi un exemple remarquable de méthodes de travail analogues.

L'amélioration d'autres dispositions législatives peut et doit être poursuivie, sans précipitation mais avec la ferme volonté de les faire aboutir dans des délais déterminés.

Simultanément, il paraît à la Mission quune meilleure connaissance des dispositions législatives qui concernent ce domaine délicat pourrait être encouragée. Ce vœu rencontre celui des grandes associations nationales comme l'Union nationale des associations pour la défense des familles et de l'individu ou le Centre de documentation d'éducation et d'action contre les manipulations mentales (Centre Roger Ikor) qui a publié, avec le concours financier du ministère de la jeunesse et des sports, un petit guide dont le titre résume lobjet : "La loi vous protège, servez-vous de la loi". Reste que, s'ils sont essentiels pour le contenir, ni la loi ni le règlement ne suffisent à faire régresser le sectarisme. Aussi la Mission souhaite-t-elle que le gouvernement approfondisse et fixe les lignes directrices d'une stratégie efficace à l'égard du sectarisme, au plan intérieur, et engage dans les enceintes internationales, une action déterminée d'explication et de lucidité face au confusionnisme qui y règne trop souvent.

 

 



AVOIDING AMALGAM

 

Once a problem is decomposed in its elements, it is more easily solved. That’s the only way to analyse if one is to avoid the major liability of unacceptable amalgams.

(Then comes a description of 4 categories of cults having been designated before, and explanations about each, not) 

Regarding cults installed in France, such as most were found by the differents Parlement’s reports in 99 and 95, as well as in some university or associations studies, three main groups can be described. The fourth is composed of associations which have somewhat unsupported rumours, but where serious investigations could be done, no supporting facts could be found.

 


1) Movements of undoubtful religious or philosophical bases, but having some prejudicial behaviours regarding freedoms, human rights or constitionnal priciples or laws.

Selon le caractère particulier de ces mouvements, et d'une manière générale en tenant compte de leur désir au moins affiché de dialogue, il ne doit pas être impossible de définir les points qui font difficulté et de tendre à éliminer les "irritants" inutiles. De fait, une bonne connaissance de l'histoire de ces mouvements montre qu'en de nombreuses occasions, l'unanimisme et la pérennité de certaines affirmations dogmatiques ne sont que de façade, ou du moins ne rendent pas nécessairement illusoire l'idée d'une évolution positive. Par ailleurs, un certain nombre de difficultés à venir pourraient être décelées et, partant, prévenues.

Certes, le caractère fréquemment transnational de plusieurs grands mouvements présentant des aspects sectaires ne facilite pas le dialogue et la recherche du martyre incite certainement plusieurs d'entre eux à le rendre inopérant. Il semble cependant que l'expérience puisse être prudemment tentée, en évitant tout débat dérivant en direction du contenu idéologique ou religieux de ces mouvements.

 


2) Cultic groups continually acting near legal margins and having (though not always) a strong organization

Despite apparences, those are the most numerous ones having a french origin, their true cement being constituted by the personal charism, more or less transmittable of the guru founder. They are often supported by uncontrollable mode effects, such as " New Age "

L'action de la MILS consiste en une surveillance de ces mouvements et procéde, non par une sorte de désignation photographique de leur caractère sectaire (comme c'est le cas dans les "listes" qui ne constituent guère que des instantanés), mais par un suivi constant de leur évolution. En particulier, la Mission se doit dexercer sa vigilance sur leur insertion, presque universellement observée, dans les "gisements" privilégiés d'influence et de ressources que constituent la formation professionnelle et les psychothérapies, domaines que la loi et le règlement encadrent insuffisamment à ce jour. La stratégie des pouvoirs publics pourrait être de contenir leur expansion par une réglementation pertinente, puis d'exercer à leur égard une pression globale pour les contraindre soit à se dissoudre, soit à se transformer et à respecter l'ordre républicain.

 


3) Absolute cults rejecting democracy norms and teaching an anti-culture based on the power of an elite having been formed to takeover the remaining of humanity, for some, this including overt racism.

 

These groups of totalitarist essence and behaviour are only demanding (but with such a force) democracy freedoms because they are not yet able to impose their rules and to eliminate the opposants or those who don’t share their ambitions.

Those absolute cults are but a few, and are multinational organizations having sanctuaries into States having no appropriate legislation ; the have secret information networks, private polices using the most sophisticate communications tools. They are using bank networks from tax paradises, in Europe, or Caribbean area, or in Asia. They are continually attempting – and with some success- to infiltrate the democratic institutions, the official international organizations, or non governmental ones.

Those groups being outside of democratic area, the Mission thinks that they must be vigourously denounced. Their organizations based on the french laws, as any legal entity, can be punished by repressive legislation. They could – like for the SAC in 1982, be dissolved, their reconstitution being then forbidden, as more and more legislators ask (between the most recent initiatives, a law project presented by Senator Nicolas About and adopted unanimously on first passage, on dec 16th 1999).

 


4°) Movements that are suspected, the source of doubts being not easily perceptible, but where noxious effects of the rumours continue despite the fact that nothing much if at all, has been found during the investigations.

Those are quite rare, and must be neatly distinguished from the lot of cultic associations which don't stop shouting they are persecuted to hide the illegalities they commit. Lorsque le suivi du comportement des adhérents de ces mouvements peut entraîner un doute, vérification faite des éléments d'information portés à la connaissance de lautorité publique, il incombe aux autorités compétentes de prendre, le cas échéant, toute mesure utile dans le cadre de la loi.

Ainsi une "rumeur" se propageant, par exemple, en matière d'éducation devrait-elle pouvoir être anéantie, soit par le jeu de l'action publique si des éléments de preuve sont fournis, soit par le rapport négatif des services de léducation nationale habilités désormais à contrôler aussi bien les établissements privés sans contrat et l'enseignement dispensé au sein des familles que les établissements publics et privés sous contrat. Doù la nécessité d'approfondir certains textes législatifs ou réglementaires lorsqu'à l'évidence, le défaut d'encadrement permet toutes les dérives et favorise la persistance de douteuses polémiques.

 

Les chapitres qui suivent distinguent formellement :

-létat des relations de la Mission avec plusieurs départements ministériels particulièrement concernés par le sectarisme,

-les problèmes actuels posés au plan international par le développement des activités illégales des sectes,

-un premier constat de la situation qui prévaut dans les départements doutre-mer en matière de sectarisme,

-les problèmes aigus posés par les tentatives de pénétration des milieux économiques par le sectarisme.

Par ailleurs, le rapport suggère une définition de la secte, telle quelle ressort à lexamen des comportements sectaires, définition appuyée en matière juridique par une série déléments de droit positif.

Enfin, sous le titre prévenir, mais aussi agir, la Mission souligne lurgence dune politique à légard de mouvements sectaires dont le comportement, bien que sanctionné à de nombreuses reprises au travers dagissements répréhensibles de personnes physiques, donne à lopinion limpression dune impunité incompréhensible.

 

 


 

OPERATIONAL RELATIONSHIPS WITH THE MAIN MINISTRIES

[In this chapter, the various relationships and ways or methods of action , like meetings, main persons met in each of those ministries, is studied.

The main idea here is that each of those has now taken the cultic phenomena into account, organizes formations to sensibilize its staffs and executives to the aspects of the possible dangers and ways of entering, etc.. not.]


 

 

 

INTERIOR MINISTRY

 

 

Collaboration between the MILS and Interior Ministry is excellent regarding formation of the State staffs. The Préfets [main executives for each french département, geographic locations of some 10000 km2, not.] have organized many information meetings for departemental directors, who were asked by Préfets, most often with magistrates of the senior judicial offices of the département. [the text keeps on, reminding that there, there are some undetermined facts about the laws regarding the religious organizations law of 1905 and 1901, as associations can choose by themselves to get the " religious organization " apparent status, while the real profit of the 1905 law can’t be given to any without the Interior Ministry acting with a judge’s control. This needs more judicial clarification, moreover so, as the State Council, through a decision taken on oct 10th 1997, reminded that any association could be only considered officially as religious if its only purpose was worshipping/religious and that it does not trouble the public order ; sometimes tax offices have to get help from the Interior Ministry, so as to settle the conflicting cases of such associations not.]


Ces réunions ont été tenues dans chaque département dOutre-Mer depuis la création de la Mission.

La préfecture de police de Paris et la Mission ont utilement resserré leur collaboration après une réunion des directeurs, présidée conjointement par le préfet de police et le président de la MILS.

S’agissant du droit associatif, la MILS, comme le ministère de lintérieur, ne peuvent que constater le flou persistant en ce qui concerne la notion dassociation cultuelle. La liberté étant totale en ce qui concerne la déclaration des associations, les sectes mentionnent généralement lors du dépôt de leurs statuts quelles sont des associations régies par les lois de 1901 et de 1905. Elles sattribuent ainsi delles-mêmes un statut dont le bénéfice ne saurait leur être accordé que par le ministère de lintérieur, sous le contrôle du juge. Ce flou a été dénoncé par lAssemblée nationale dans son rapport de 1999.


Une clarification s'impose donc, dautant que le Conseil dÉtat, saisi pour avis, a rappelé le 10 octobre 1997 quune association ne pouvait être considérée comme cultuelle quà la condition de nagir quen vue de lexpression dun culte et de respecter "lordre public établi par la loi" selon les termes même de larticle 1er de la loi du 9 décembre 1905.

La Mission souhaite qu'en attendant cette clarification - quil faudra peut-être envisager de préciser par la loi -, les services appelés à examiner les requêtes en vue de l'obtention du statut d'association cultuelle s'en tiennent à la seule application des textes en vigueur.

Enfin, une aide est à apporter par le ministère de lintérieur lorsque les services fiscaux sont confrontés localement à des décisions juridictionnelles obligeant à individualiser les griefs généraux sopposant aux exonérations fiscales sollicitées par les associations qui, bien que non déclarées telles par le ministère de lintérieur, considèrent quelles remplissent les conditions prévues par la loi du 9 décembre 1905 et les dispositions fiscales liées.


 

NATIONAL EDUCATION MINISTRY

[Here, some activities are explained: how the Ministry initiated some formations into the Teachers Universities, being sometimes helped by some associations having relations with the MILS, like CCMM. The problem posed by some teachers who are themselves members of cultic associations is also being discussed: two opposing sides here, as State teachers can’t have their beliefs reproached by the state, while school kids parents are worried about possible influences of such teachers on their children and have sometimes adopted a radical view, asking that such professors could not teach in classes; so, the main worry here remains: protecting children from undue influences]

 

 

La loi tendant à renforcer le contrôle de lobligation scolaire a été votée le 18 décembre 1998. La publication rapide des décrets dapplication a permis sa mise en œuvre dès la rentrée de septembre 1999.

La Mission se félicite des excellentes conditions de sa collaboration avec le ministère de léducation nationale et de lattention spéciale que ce département ministériel porte aux problèmes des sectes.

Linformation des personnels dencadrement de léducation nationale se poursuit (séminaire des inspecteurs dacadémie en novembre 1999).

La nécessité de linformation des futurs professeurs en formation doit plus activement être prise en compte. Il serait souhaitable que cette information au sein des Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) ne souffre aucun retard et soit systématiquement étendue à lensemble des instituts de France métropolitaine et doutre-mer.

Dans le cadre de sa collaboration avec léducation nationale, la Mission est par ailleurs disposée à contribuer par les renseignements quelle peut fournir, à la rédaction des manuels déducation civique. Les associations de défense contre le sectarisme pourraient être associées à ce travail. Un éditeur a pris la peine de saisir la Mission en vue de la vérification du contenu informatif du chapitre dun manuel déducation civique consacré aux dangers du sectarisme, élaboré avec le concours et la documentation du CCMM (Centre Roger Ikor).

 

*

* *

 

Un point difficile demeure en suspens, celui des (rares) enseignants qui, sans manifester en classe leur appartenance ou leurs responsabilités associatives au sein dune secte, sont connus, hors de l’école, pour leur activisme en faveur d’une secte, et sont à ce titre contestés par des parents délèves. Ces derniers invoquent les dispositions de la Convention internationale des droits de lenfant , ratifiée par la France.


Deux des principaux articles de la Convention internationale des droits de l'enfant (ONU) 

Article 3-1

Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu'elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des  autorités administratives ou des organes législatifs, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale.

 


La primauté de la protection de lenfant, au sein du dispositif éducatif sans doute, mais aussi dans lensemble du domaine périscolaire, y est nettement affirmée.

Ceci oblige à sinterroger sur larticulation nécessaire de ce qui précède avec les dispositions protectrices du statut de la fonction publique.

En effet, la question qui se pose est de savoir si lÉtat, en sa qualité de personne morale responsable du service public de lenseignement, est en droit de prendre le risque, dès lors que des griefs réels et sérieux sont formulés contre lorganisation dont lenseignant se réclame, de laisser cet enseignant en contact direct avec des mineurs. Ne doit-on pas envisager une sorte de Aprincipe de précaution@ en cette circonstance ?

Pour la majorité du Conseil dorientation, qui a examiné par trois fois cette épineuse question, il paraît souhaitable de concilier les prescriptions impératives de la Convention internationale des droits de lenfant, et les garanties offertes aux agents par le statut de la fonction publique.

Une solution administrative doit par conséquent être trouvée dans lintérêt de lenfant. Doit-on aller, comme le souhaitent certains parents, jusquà éloigner l'enseignant ou l'animateur en cause, du contact direct des mineurs ?

 

Article 29

1. Les États parties conviennent que l'éducation de l'enfant doit viser à :

a) Favoriser l'épanouissement de la personnalité de l'enfant et le développement de ses dons et de ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités;

b) Inculquer à l'enfant le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, et des principes consacrés dans la Charte des Nations Unies;

c) Inculquer à l'enfant le respect de ses parents, de son identité, de sa langue et de ses valeurs culturelles, ainsi que le respect des valeurs nationales du pays dans lequel il vit, du pays duquel il peut être originaire et des civilisations différentes de la sienne;

d) Préparer l'enfant à assumer les responsabilités de la vie dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d'égalité entre les sexes et d'amitié entre tous les peuples et groupes ethniques, nationaux et religieux, et avec les personnes d'origine autochtone;

e) Inculquer à l'enfant le respect du milieu naturel.

2. Aucune disposition du présent article ou de l'article 28 ne sera interprétée d'une manière qui porte atteinte à la liberté des personnes physiques ou morales de créer et de diriger des établissements d'enseignement, à condition que les principes énoncés au paragraphe 1 du présent article soient respectés et que l'éducation dispensée dans ces établissements soit conforme aux normes minimales que l'État aura prescrites.



 

SPORTS AND YOUTH MINISTRY

This ministry is one of the first ones having engaged into activities against bad effects of cultism, and keeps an efficient collaboration with the MILS, between else, for the formation of their executives and activity leaders.

One of its competences touches children outside of schools. Another is sport’s activity and image of each activity for youth.

Some problem about proselytism have been observed for some sportsmen or sport teachers having used their notoriety to advertize their cultic litterature into sports areas.

Le ministère de la jeunesse et des sports poursuit également une collaboration active avec les associations de défense contre le sectarisme, notamment en contribuant à la réimpression du guide juridique mentionné plus haut.

Ce ministère a élaboré depuis plusieurs années une politique de clarification du comportement social des associations par la voie de l’agrément et du contrôle.

S’agissant de l’agrément, les procédures actuelles, qui pourraient déjà constituer un exemple pour d’autres départements ministériels, sont en voie de renforcement.

Quant aux contrôles, la dernière période des grandes vacances a montré la volonté du ministère de surveiller activement les conditions d’accueil et d’encadrement des jeunes en procédant, le cas échéant, à la fermeture de centres dont la gestion s’est révélée inacceptable.

La particularité de ce ministère est aussi dêtre au coeur de dispositifs concernant le plus souvent la jeunesse, et qui sont nécessairement de responsabilité interministérielle.

A titre dexemple, la Mission a été saisie du cas de mineurs envoyés par des associations, dans le cadre déchanges linguistiques, dans des familles étrangères qui nont pas respecté les principes de laïcité, ni les dispositions de la Convention internationale des droits de l'enfant. Une enquête a été diligentée par divers départements et organismes publics, notamment les ministères de la jeunesse et des sports, des affaires étrangères et de l'éducation nationale.

 

 


JUSTICE MINISTRY

 

 

Since its creation, the MILS participated to magistrates’ information, between else during the annual session of the magistrates school. Those formation sessions have a great success.

For the next session, the MILS wishes to study more precisely the penal responsability of legal entities, something that has been inserted into the new penal code since 1994. It seems that no cult has been subjected to such new possibilities of suit against the legal entity, which can be decided by the Republic Prosecutors.

The MILS wished that the conclusions of the enquiry asked by the court in Marseille [regarding the vanished sealed pieces of the scientology suit that had been already exploited , not] were issued very soon. It has been done very fast and one cannot but congratulate the Garde des Sceaux [french minister of Justice, not]. A similar conclusion should be issued soon as well, regarding the scientology other files having vanished from the Paris courts, the Instruction secret being respected nevertheless after the enquiry.

A recent decision of the Paris Court [condemning the court’s behaviour during this affair, not] has recently supported this.


Another older demand done by associations UNADFI and CCMM
[both anti-cultic ones, not] regarding the fact that they could become valid plaintiffs together with cultic victims, has been voted recently on first passage before the Parliament.

The MILS wishes that both government and legislators could precise the qualities needed for the associations apt to be qualified in such process, so as to avoid the infiltration of cults fronts into future suits, as they are alrady attempting to do it under conver of so-called associations defending human rights.


 

 

MINISTRY OF FOREIGN AFFAIRS

 

 

The MILS established narrow links with the Foreign Affairs Ministry, task which had not been done under the old " Observatory " . It participates now to international meetings as soon as Human Rights, association legislation and cultic problems are evoked.

Working really together with the ministry, the MILS keeps the evolution of the dialogue opened after american demands, following the vote by US Senate of a bill on religious freedoms (interpreted as separated form the more general principle of thought freedom), which could induce more interfering behaviours, in ethical or economical areas.

A lot of demands arrive into the MILS from authorities of more and more countries, worried about the increasing cultism and " sanctuarisation " of cults in some countries, among which, the United States.

The MILS collaborates therefore with the Foreign Ministry authorities regarding institutions, either from UN, or those of the OSCE (organization for Security and Cooperation in Europe), among which BIDDH in Varsawa, its " Office of institutions for democratic and Human rights ".

Part of the present report discusses more precisely of international relationships.


 

 

MINISTRY OF EMPLOYEMENT& SOLIDARITY

 

 

 

The ministry of employment & solidarity is one of the most concerned about struggle against cults. Its general competence touches many areas being permeated to the phenomenon.

-Professional formation


-[government or associations, n.o.t] regarding social actions

-Health, most notably mental health

Sur les questions relatives à la formation professionnelle et à la santé, il peut être observé que les administrations concernées commencent à prendre très sérieusement la mesure des difficultés auxquelles ces secteurs sont confrontés sur le terrain et en droit. Laction sociale poursuit ses efforts en vue dune meilleure connaissance des difficultés à traiter.

*


La délégation à lemploi et à la formation professionnelle a notamment pu faire part de ses préoccupations, lors dune réunion du groupe opérationnel. Elle a exposé ce quelle tentait dentreprendre dans le domaine de la prévention et de lassainissement du secteur. Mais seule une forte volonté politique pourra permettre de dépasser les préoccupations signalées.


La direction générale de la santé a depuis longtemps essayé de mettre en place des moyens dinformation et de prévention, mais ses effectifs actuels ne lui permettent pas, semble-t-il, dagir comme il serait souhaitable.

Un point particulier mérite grande attention dans le domaine de la santé :

Lassociation nationale pour la formation du personnel hospitalier (ANFH), a organisé avec le concours du ministère et, avec la participation de la MILS, une action de formation pour ses correspondants régionaux.

Cette action a été suivie dautres au plan régional. La MILS a été conviée à lune delle pour y intervenir.

La direction de laction sociale sest depuis fort longtemps préoccupée du phénomène sectaire. Ce domaine bénéficie donc maintenant dun travail important de prévention et de formation en direction de lensemble de ses partenaires. Ce travail en amont commence à porter ses fruits, et lon doit sen féliciter, et en féliciter les fonctionnaires et agents qui lont conduit.

Cette direction a adressé en 1998 et 1999 un courrier à 32 Présidents de Conseils Généraux pour attirer leur attention sur la situation des enfants vivant en communautés fermées ou lieux de vie sectaires dans leur département. Lanalyse faite des réponses montre une série de difficultés techniques dans labord même de ces questions par les services en charge de la protection de lenfance. Ce constat a conduit cette direction à programmer pour la fin de lannée 1999 la tenue dune journée technique sur la protection de lenfance face au phénomène sectaire.

Au-delà de cette journée, des actions de formation dans le domaine de laction sociale sont envisagées avec le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT).

De telles actions ont été développées dores et déjà dans le cadre de lEcole nationale de la santé publique, vers les agents des affaires sanitaires et sociales.

Par ailleurs, le centre Georges Devereux a été sollicité pour la mise en place dun dispositif de prise en charge des sortants de secte. Des prises en charge ont déjà été effectuées. Un bilan devra être fait de cette expérience pour en analyser la pertinence.

Enfin, lattention des préfets a été attirée sur les risques de pénétration des sectes dans le secteur social, et des suggestions en réponse ont été faites à des services départementaux confrontés à des problèmes difficiles à résoudre, notamment pour ce qui concerne le recrutement des assistantes maternelles dans le respect de la liberté de croyance, mais aussi dans le respect des principes généraux de la Convention internationale des droits de lenfant.

Il est constamment rappelé que seules les règles de droit commun peuvent guider laction de prévention des administrations et collectivités territoriales, mais il est également souligné que le fait de se revendiquer dune appartenance quelconque, y compris religieuse ou prétendue telle, ne saurait neutraliser les textes de loi, et les textes réglementaires, applicables.

 


International Relations

[In this interesting chapter, the report explains problems about international relations within or outside Europe; before the creation of the MILS, and after.

Important points:- this part has been added by the translator, for those who don’t have much time to read everything, they are in no way the exact wording; they can’t be taken as what the official Reporters estimated as being most important, but are the parts who could be estimated as important for those preoccupied, between else, by the last US laws on religious tolerance -

Before the MILS creation, the Foreign ministry attention had not been much attracted toward cults problem. Questions on this topic went then to the Religious Affairs Counsellor. New forms of cultism, particularly those having no religious connotation, were hidden therefore to External Relations Office. Some decsions had nevertheless been taken, by instance, the Foreign Ministry was between the first ones to be preoccupied by what the Vivien Report in 1983 said about young french people working in foreign countries. An Embassador had been charged to make some informations aimed at consulate posts. This had permitted that some french citizens could be sent back to France from countries known for their more or less laxist legislation, where large cults were transferring their adepts, so as to disconnect them from their origins. Elle avait permis de communiquer à leurs familles des nouvelles de ceux qui restaient à l'étranger, du moins lorsque les consulats pouvaient les connaître. Cependant, les affaires de sectarisme n'étant pas alors examinées sous l'angle interministériel, certains actes diplomatiques ont pu être conclus sans que les conséquences de leurs dispositions, indirectement favorables au développement des sectes, aient été mesurées.

La Convention européenne sur la reconnaissance de la personnalité juridique des organisations internationales non gouvernementales, dite Convention de Strasbourg, faite le 24 avril 1986 et ratifiée par la France le 18 décembre 1998, en est un exemple Les instruments de ratification ayant été déposés et le nombre pertinent des États ayant ratifié étant atteint, les dispositions de cette convention entreront en vigueur le 1er mars 2000 pour la France.. L'intention louable de ses négociateurs était de faciliter l'action des organisations internationales non gouvernementales (OING). Le retard mis à soumettre cette Convention à la ratification parlementaire (douze années), était le signe manifeste d’hésitations certaines. Encore cette ratification ne fut-elle inscrite à l'ordre du jour des deux assemblées qu'à la veille des Assises de la coopération décentralisée (décembre 1998).

Les risques induits par la Convention illustrent la nécessité d'une vigilance constante, politique au moins autant que juridique, lorsque de tels actes sont négociés. Plusieurs dispositions de cet acte diplomatique sont susceptibles d'induire de sérieuses difficultés d’interprétation, du fait que la notion d'organisation internationale non gouvernementale y est insuffisamment encadrée.

La reconnaissance du caractère d'OING, par exemple, est ainsi laissée à l'appréciation de chaque État. Il suffit donc à une association de type sectaire d'obtenir le statut d'OING dans un État où la législation associative est moins rigoureuse que celle de la France pour solliciter avec quelque chance de succès des avantages liés au droit de l'État du siège, pour ses filiales implantées en France et bénéficier ainsi de privilèges exorbitants par rapport aux OING constituées sur le fondement du droit français.

De surcroît, la Convention limite le droit pour chaque État contractant d’en refuser l’application que dans le seul cas où seraient mis en cause la sécurité nationale et la protection des droits et libertés, ou encore le maintien de la paix et la qualité des relations internationales. Cette clause, de forme classique, ne répond guère à la spécificité des méthodes en usage dans les sectes.

Enfin, une dernière disposition, particulièrement malencontreuse interdit toute réserve aux États contractants. Quant à l’hypothèse de la publication d’une lettre interprétative, son caractère unilatéral ne lui conférerait qu’une validité très relative en droit international.

Conséquence quasi immédiate de la ratification par un nombre suffisant d’États, une association liée à une secte, espérant obtenir ensuite le statut d’OING, a sollicité la reconnaissance d’église officielle auprès d’un État connu pour son laxisme en matière associative.

Si une suite favorable était donnée à la requête présentée et qu'excipant, par exemple, de sa propre sécurité un autre État ayant ratifié refusait à cette secte le bénéfice de la Convention, c'est probablement par une juridiction externe que le différend serait tranché. L'État en cause cumulerait ainsi deux handicaps successifs : le désagrément d'une posture défensive et les aléas de tout jugement.

Afin de prévenir autant que faire se peut de telles difficultés, la Mission a établi une liaison étroite avec le ministère des affaires étrangères et tient régulièrement informé le cabinet du Premier ministre des dossiers sensibles dont elle peut avoir connaissance.

Parallèlement, des relations permanentes ont été établies avec le ministre chargé des relations avec le parlement. En effet, l'examen trop rapide de la Convention précitée par l'une et l'autre assemblée s'ajoutant au choix de la procédure accélérée pour sa ratification, n'ont pas permis aux rapporteurs des commissions compétentes de s'interroger de manière suffisamment approfondie sur les conditions dans lesquelles le statut d' OING est accordé par certains États, ni sur le sens de cette notion relativement nouvelle qu'il aurait été opportun de préciser.

La Mission envisage à l'occasion des sessions prochaines d'établir avec les présidents des commissions et des groupes des assemblées parlementaires, les mêmes relations permanentes qu'avec le ministre chargé des relations avec le parlement.

Enfin, la Mission se tient en liaison constante avec les parlementaires eux-mêmes, soit par des contacts avec le groupe d'étude des sectes de l'Assemblée nationale présidé par Mme Catherine Picard, soit par la présence active de députés et sénateurs au sein de son propre conseil d'orientation (Mme Martine David, MM. Nicolas About, Jean-Pierre Brard, Jean-Jacques Hyest, Serge Lagauche).

 

If the national legislator vigilance can usefully be increased, it is needed that the Foreign Affairs Ministry would exercize his attention, wherever the cultic problems reach the international debates.

So, the MILS has helped the Foreign affairs ministry in two main circumstances :

Having been informed through the ministrie’s Counsellor for religious affairs of that meeting, the MILS came to Vienna and has participated to its tasks inside the french delegation.

The General Secretary of the MILS has had to claim that some speakers speeches regarding freedoms assured by law and constitution contained inexactitudes ; we can nevertheless note that those hotile speeches have been nevertheless issued later into cults sites or sites favouring cults.

It seems needed therefore that the french representation inside OSCE should be able to keep a very watcheful eye about the objectives of such international meetings, even informal ones, so as these objectives are clearly noted and that the participation of doubtful groups having already been warned up, and moreover so if they have been sentenced before Courts in many states, should not be placed de facto on the same levels as national representative delegations. The French Embassador’s intervention in Vienna on september 24th, 1999, when that organization was examined, has demonstrated a vigilance which is now needed.

* *

Regarding the new US law on religious tolerance, it contains analoguous dispositions to those contested by France into other laws promulgated by this country, constituting that much of " irritants ". Loi DAmato, loi Helms-Burton, en particulier.

It did not seemed though as if USA shoud have been worried about France basic liberties and religious tolerance, guaranteed here since the Universal Declaration of Human Rights in 1789. But this was forgetting the cults influence in USA, where those movements profit of an exorbitant protection as soon as they declare themselves as religious.

An official delegation from USA, composed from members and state officers, came into many european states to get informations about the conditions of religious freedom exercize. The american missionaries have been received on april 6th, 1999, have been precisely informed about the legislation used here (laws of 1901 & 1905). They have been informed that these almost centennial laws got their bases from the Universal Declaration of Human Rights in 1789. Qui fait partie du "bloc constitutionnel français". ,.

The MILS reminded to the visitors that it was not up to the public officials to appreciate the content of beliefs and ideologies, whose expression is free – but that they had to watch that, under personal beliefs shield, the law could’nt be violated, as the cultism uses very often the religious mask.

* *

The american congress mission on security and cooperation in Europe (CSCE) has also believed necessary to hear three " plaintiffs ", without having opened a contradictory debate, contradicting therefore the american rights, by instance, by inviting the MILS, or associations struggling the sectarism or any cult victim, to enlighten the members of that special commission.

From the basis of the CSCE Cult Awarness Network (CAN). Lire, pour plus de détails sur cette affaire (en anglais) : http://www.newtimesla.com/issues/1999-09-09/feature.html. (New times de Los Angeles) organization through these three " witnesses " hearings, the US dept. of State has published an official report containing unfriendly and inexact allegations about the french situation regarding freedom. These estimations without basis have launched not only the Ministrie’s reactions (press release), but as well, strong protests from the anti-cultic associations. Voir en annexe un article extrait de la revue de la CSCE de Juillet 1999 signé dun membre de la délégation du gouvernement des États-Unis reçue par la MILS le 6 avril 1999.

The Mission has called about it the ministry as well as the diplomacy counsellor near the Prime Minister, and constituted an information file, suggesting some language elements for the ministry, diplomats and consulates in USA, as well as for our european representations having the same problems.

It does not look useful for the moment to keep on this dialog which, due to the american views, looks more as an inquisition, created from indices that we can diplomatically characterize, as " counter-truths ". Here the text of two associations - lUnion nationale des associations de défense de la famille et de lindividu (UNADFI) et le Centre contre les manipulations mentales (CCMM). struggling against the cultic abuses, sent to US government..

Nevertheless, opportunity will exist to express ourselves on a more balanced and constructive way into european multilateral competent areas.

*

Two european assemblies have examined the problems of cultism : European Union and European Council’s.

Two reports from the first were not much useful to inform the " Fifteen " [the Europe of fifteen countries, not]. The only, though modest, progress was done when the Resolution 134 of february 17th, 1998, was adopted by the Commission of Public Liberties and Internal Affairs of the European Parliament, whose text is conform to the France objectives . A titre dexemple : Une lettre de lInstitut de Théologie de Nimes (ITN) remercie le rapporteur général de lancien observatoire sur les sectes davoir reçu les responsables de cet organisme, dont Louis DeMeo, alors que ce dirigeant de lITN prétend navoir jamais été reçu (Réunion dexamen OSCE - septembre 1999. Mention dans le rapport du Gouvernement des États-Unis de septembre 1999, partie sur la France).

La commission *invite les États membres à prendre des mesures, dans le respect des principes de lÉtat de droit, pour combattre les atteintes aux droits des personnes provoquées par certaines sectes auxquelles devrait être refusé le statut dorganisation religieuse ou cultuelle qui leur assure des avantages fiscaux et une certaine protection juridique+.

 

The MILS has waited the renewing of the European Parliament to take the necessary contacts and to prepare the next topics to be discussed. Some french deputies have already taken contacts and made known that they are interested to those works and the mission’s tasks.

The parliamentary assembly of the European Council has adopted on June 22d 1999, a recommandation #1412 on " illegal cultic activities " from the report of M. Adrien Nastase, rumanian deputy. Annexe. Cette recommandation se trouve aussi sur : http://stars.coe.fr/ta/ta99.FREC1412.htm.

This balanced recommandation has been subjected to a strong campaign, even on the principle of its discussion – partly led by a british parliamentary allegating himself to be a scientologist, and by various groups near cults, and by congressmen from USA, notably the president and vice-president of the CSCE. The firmness of the Reporter and active support from french deputies into the parliamentary assembly of the EC, mobilized by the MILS, have led to the adoption of this text unanimously for the 41 states. This is a first pace forward, which avoids firstly the confusion between what is about individual awareness and secondly, what can be imputed to dangers coming from cultism on persons or social equilibrium.

This recommandation demonstrates perceptible progresses toward a political awareness regarding cultic problem in Eastern and central European countries, yet more touched than occidental ones. Subsidarily, it’s interesting to note that scientology changed its viewpoint entirely, as, interpreting according according its ways the main dispositions of the recommandation, it boasted then of a result it had tried by every means to stop before.

*

Regarding central and eastern european countries, the MILS has participated to the meeting on cultism on april 24th, 1999, prepared by the european federation of the research and information centers on cultism, has established relationships with most foreign delegations and has initiated a development of its institutionnal relationships with its foreign equivalents, european ones first. The MILS came to Bucarest in march 1999 La Mission sest également rendue au colloque organisé en octobre à Nicosie, colloque auquel des délégués de plusieurs pays d'Europe centrale et orientale, dont la Russie, ont participé. Elle était aussi présente à Vienne lors dune rencontre des États germanophones., and in september in Varsawa, invited by local authorities interested in the french expertise.

Getting more awareness about these states, till now politically enclosed, is a necessity. The Iron Curtain and USSR political fall created suddenly a research for freedoms. Vanishment of the censuring legislations regarding ideology or religion, allowed a free expression of every tendence, and favoured the birth of groups onto which the state powers had not, as a first need, to regulate them correctly.

Cults entered therefore into that hole, together with authentic philosophic or religious associations – those last being respectful of a state of right. After a decade of democracy, resistance of citizen as well as of institutions threatened by cultism, is now organizing itself. It shall get positive results only if no special advantage is given to such or such " national religion " : that could be detrimental to equality principles, and also, if those states become more aware of non religious forms of present cultism.


French experience is asked everywhere because France history made it one of the first human rights countries and that it had a very liberal legislation validated by a century of practice. The most urgent task is to solidarize the european nations around the secular conception of basic freedoms, conception not favoring any way of thought, favorizing the diversity regarding expression’s freedom, and ensuring neutrality from state and governement regarding political and religious beliefs. This conception is better and better understood on an international level as it can be the only one leading to civil peace ; it is opposed, evidently, to some states coming back to creationnism, developed by more than one large religious denomination and yet more taught into contamporaneous cults having dogms related to elitism or eugenism.

Really aware of the debates regarding ways of thought, the MILS has accepted the AFF’s (american family foundation)’s invitation, which had organized a meeting in Minneapolis in may 1999, and the MILS has accepted to go to the next one in april 2000.

The information of embassadors being essential for the next steps of the MILS tasks, the american direction in the Foreign Ministry organized for the first time a meeting to work on cultism, during the august usual meeting of Embassadors. This meeting , animated by the president and general secretary of the MILS, permitted to hear a scholar speech about cult problemacy seen from the USA viewpoint, as well as to listen important contributions from diplomats exercizing in the most concerned states, or representing France into international instances. This sort of meeting should be usefully organized again.


The MILS has established a first contact with Ms Robinson, Main Commissioner for Human Rights into UN, with the help of french embassy near UN, in Geneva.


The MILS receives also many foreign ministers as well as delegations of parlementaries and jurists wishing to get some support from french expertise. This important task needed one third of the President and of the General Secretary worktime, before the arrival in the MILS, of a diplomatic counsellor.


 

 

OVER SEAS

[short resume : the MILS report explains its works in french overseas parts, Guadeloupe, Martinique etc, as many cults are installed there : up to 20 or 25 % of the people could be somewhat affiliated to cults there, not.]

Jusqu'en 1999, les pouvoirs publics n'ont exercé que très partiellement leur vigilance à l'égard des sectes implantées dans les départements d'Outre-Mer (DOM) et territoires dOutre-mer (TOM). Au plan associatif, si le CCMM, disposait depuis 1997 d'antennes dans chacun des quatre DOM et, depuis 1998, dans le TOM de Polynésie, lUNADFI nétait implantée quà la Martinique et à la Réunion. Par ailleurs, les rapports parlementaires successifs (1983, 1995 et 1999) n'évoquent l'Outre-Mer que très allusivement.

Il a donc paru indispensable à la Mission de se pencher rapidement sur la situation de ces régions extra-métropolitaines. Dans un premier temps, la Mission a concentré son attention sur les seuls DOM, les collectivités et les TOM devant faire l'objet d'initiatives ultérieures.

Au cours de l'année 1999, la Mission s'est rendue successivement à la Réunion, en janvier, et dans les départements français d'Amérique (DFA) en octobre.

A sa demande, les préfets ont pris l'initiative de convoquer l'ensemble des directeurs des services de l'État pour des réunions d'information approfondies, réunions auxquelles ont été conviées les autorités judiciaires qui ont, à chaque fois, répondu favorablement aux invitations.

Les interventions des représentants de la Mission ont été suivies d'échanges oraux qui ont permis de cerner la situation, très diverse, qui prévaut dans chacun des quatre DOM et amorcé d'utiles relations documentaires :

1°) A l'évidence, le contraste est grand, d'une part, entre la surabondance, surprenante, des implantations sectaires observées en Guyane et dans les deux départements antillais et, d'autre part, la relative modestie démographique des DFA. En outre, rapportées au nombre respectif des habitants de chaque DFA, les sectes implantées en Guyane paraissent être à la fois plus nombreuses et patrimonialement mieux dotées et probablement plus discrètement ingérentes qu'ailleurs. Or, l'état socio-économique de la Guyane ne devrait pas prédisposer les sectes à s'y installer prioritairement. La question est de savoir si l'existence d'activités de haute valeur technologique et commerciale n'attire pas des intérêts particuliers. Le grand nombre de "missionnaires" venus de l'extérieur devrait inciter à une constante vigilance.

2°) In most french overseas territories, people seem to be more sensible to cults propaganda and proselytism. This social frailty comes from a triple cause :

La conjugaison de ces phénomènes explique pourquoi la société ultra-marine est, en pourcentage, beaucoup plus pénétrée par le sectarisme que celle de la métropole. On évalue parfois le taux d'adhésion entre 20 et 25 % de la population. Dans ces conditions, rares sont les familles qui n'ont pas au moins un de leurs membres "en secte". Cette situation exceptionnelle rend mieux compréhensible la réticence de certains responsables politiques à combattre le sectarisme et, à l'inverse, la forte motivation d'autres élus conscients de la résistible désagrégation sociale de leur collectivité. Il convient, en outre, d'ajouter que certaines sectes, dont l'agressivité révulse l'opinion métropolitaine, adoptent Outre-Mer un comportement plus modéré qui les rend tolérables aux yeux du public.

 

3°) Face à ce défi, l'État a manifesté trop souvent désintérêt ou indifférence. Peu à peu, par négligence sans doute plus que par omission délibérée, on a laissé faire.

Pour prendre exemple, de nombreux témoins ont attiré l'attention de la Mission, sur les exigences exorbitantes de quelques enseignants, ou de groupes de parents d'élèves bien décidés à faire prévaloir leurs convictions idéologiques sur les principes de laïcité :

 

Ces attitudes inacceptables seraient restées sans sanction, suscitant de vives protestations dont certaines ont été portées par écrit à la connaissance de la Mission. Il paraît à la MILS qu'une certaine reprise en main s'impose et que celle-ci devrait avoir, au-delà de quelques sanctions probablement nécessaires, un aspect prioritaire de prévention.

La Mission propose en particulier que chaque recteur, en tant que président du conseil d'administration des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), fasse inscrire au programme des futurs professeurs au moins un module annuel d'information sur le sectarisme.

Par ailleurs, il paraît indispensable que, dans le cadre de l'éducation civique, la prévention contre le sectarisme soit enseignée, avec l'appui privilégié des manuels qui contiennent d'ores et déjà un chapitre consacré à la lutte contre ce fléau social. A titre d'exemple, "Education civique 4e", aux éditions Hachette-éducation.

A cet égard, la MILS, d'une part, et les associations d'aide aux victimes du sectarisme présentes outre-mer, d'autre part, peuvent apporter un concours précieux aux enseignants.

S'agissant du recrutement des personnels administratifs et denseignement, il paraît désormais opportun que la nature des services fasse l'objet d'une sorte de "cahier des charges", de telle sorte que les personnels ne puissent exciper de l'ignorance de leurs obligations pour récuser des tâches constitutives de leur mission.

Si la situation de l'éducation nationale outre-mer, considérée sous l'angle de la prévention du sectarisme, a été critiquée, des exemples similaires ont été parfois relevés par la Mission parmi les autres services de l'État.

S'agissant de la fonction publique territoriale et des assemblées d'élus (conseils généraux et régionaux), les deux présidents d'un département ont suggéré à la Mission d'organiser sous leur autorité une journée d'information. Le principe en a été accepté, pour une mise en œuvre expérimentale dans un délai rapproché (premier trimestre 2000).

Il semble, en revanche, que tout ou presque reste à faire en ce qui concerne la fonction publique hospitalière où d'assez nombreuses "thérapies" d'origine sectaire ont été signalées à la Mission. Cette dernière n'a pas eu encore la possibilité de les vérifier et, le cas échéant, de proposer comme pour les deux fonctions publiques précitées, des initiatives similaires, adaptées à sa propre responsabilité.

 

 


 

LIABILITIES OF CULTIC INFLUENCES IN ENTERPRISES

[The reports continues on the entryism phenomenon : cults want to conquer that area of economical activity, moreover so into formation, counsel, organization etc.

This could be particularly useful for executives of enterprises, whatever public or private. NOT.]

 

 


L'observation du phénomène requiert chaque jour davantage la prise en compte de l'investissement des organismes à caractère sectaire dans la vie économique.

Le rapport de la Commission parlementaire d'enquête sur "la situation financière, patrimoniale et fiscale des sectes ainsi que sur leurs activités économiques et leurs relations avec les milieux économiques et financiers" a fourni de nombreuses indications qui conduisent à aborder la question de l'emprise sectaire sous langle des stratégies de développement. Pour ce faire, des analyses croisées sont indispensables pour évaluer aussi précisément que possible l'impact réel d'organisations ramifiées dans les lieux de prise de décision. L'analyse du phénomène sectaire dans ses relations avec l'économie, le commerce et les échanges financiers, peut être facilitée par l'utilisation d'une méthode inspirée de l'analyse économique.

Il existe différentes manières d'aborder cet aspect essentiel de la démarche sectaire. L'une d'entre elles consiste à distinguer deux approches :

1°) l'approche par les risques qui peut être assimilée à une analyse de l'expression d'une demande :

2°) l'approche par les stratégies de développement des organisations à caractère sectaire qui visent à pénétrer les entreprises, dans le but de recueillir de l'information, orienter les prises de décision, éventuellement "renseigner".

L'entreprise, personne morale, apparaît donc à la fois comme support déterminant du développement des organismes à caractère sectaire et comme victime potentielle de ces organismes ou des structures qui en dépendent.

Les deux approches par l'offre et la demande permettent de couvrir un large éventail de moyens d'évaluation du phénomène d'investigation, et aussi pour l'avenir, d'outils d'intervention au service de l'entreprise et des pouvoirs publics.


I - L'évaluation du phénomène

L'évaluation du phénomène sectaire est naturellement délicate en raison du caractère opaque des actions menées et de la difficulté de relier les différentes initiatives prises par les groupements concernés compte tenu de l'autonomie apparente des sociétés, organismes et associations qui y sont rattachés et qui poursuivent différents objectifs :

Cette évaluation paraît toutefois pouvoir s'affiner au fur et à mesure que la stratégie de développement de chaque organisation sera mieux appréhendée dans sa globalité et en particulier au travers de ses liens avec les milieux économiques.

En effet, le monde des entreprises prend actuellement conscience de son double statut de victime potentielle et de vecteur de développement durable de l'emprise sectaire sur les rouages économiques. Cette prise de conscience est nettement perceptible au sein de la Mission qui a à connaître des dossiers nombreux et riches en informations relatifs aux menaces diverses qui pèsent sur les entreprises.

L'effort d'évaluation du phénomène peut ainsi être soutenu par l'appréciation des risques auxquels sont exposées les entreprises, les sociétés commerciales, les organismes bancaires. Ceux-ci ont besoin d'un interlocuteur du côté des pouvoirs publics qui puisse par l'analyse de cas, éclairer les politiques de recrutement, de formation et bien d'autres aspects de la vie interne de l'entreprise.

La Mission a recensé au cours des derniers mois un grand nombre de situations représentant un danger certain pour la stabilité des entreprises qui peuvent être décrites sous la forme suivante :

 

 

Risques d'influences

Lieux et moyens

 

Niveau d'intervention

 

 

 

 

 

Interne

(personnel de l'entreprise)

 

Externe

(fonctions et procédures ciblées)

Recrutement

Formation

Conseil

. gestion des personnels

. orientation des choix de sociétés externes (fournisseurs)

. sélection des stagiaires

. prospection des entreprises/choix des interlocuteurs internes (salariés)

. maintien ultérieur des contacts avec cadre en situation de stage

. détermination d'offres utiles à l'entreprise

Audits

Contrôles
. gestion financière

. facturation
"comptabilité
. stratégies commerciales

. gestion de clientèle
 

Informatique
 

. Définition des cahiers des charges

 

. élaboration de logiciels

. audits préalables

. analyses organisation/méthode

Cette présentation permet de cerner les points de contact entre offre sectaire et demande des entreprises, notamment par l'examen des raisons qui motivent la mise en relation.

Les exemples de la formation professionnelle et du recrutement de cadres de haut niveau sont particulièrement éclairants tant du point de vue des méthodes employées par les organismes en cause pour se lier à une entreprise qu'en ce qui concerne les modes d'intervention possibles des pouvoirs publics, en tout premier lieu en matière d'aide à la détection, puis au niveau de partenariats nouveaux à établir avec les acteurs économiques et sociaux.

La dérive sectaire est caractérisée par un développement des risques pour l'entreprise, mais aussi pour le salarié. Lentreprise et le salarié ont donc un rôle actif en la matière.

L'externalisation de nombreuses tâches jusqu'alors assumées "en interne" par les entreprises elles-mêmes, l'ouverture des marchés à une concurrence de plus en plus délicate à connaître dans son organisation, ses stratégies et sa capacité d'implantation sur les marchés créent de nouveaux domaines de vulnérabilité.

Nombre d'instruments de "management" peuvent être mis à contribution pour la détection de phénomènes sectaires et venir ainsi compléter l'action des pouvoirs publics. Cette complémentarité peut d'autant mieux s'exercer quau-delà d'interventions parallèles, il peut être mis en place des partenariats. Il convient donc de dresser une cartographie des liens existants entre ceux qui produisent une offre présentant des risques de dérive sectaire et ceux qui formulent une demande susceptible de déboucher sur l'apparition de risques.

Le tableau ci-dessous tente de synthétiser ces liens en distinguant ceux qui :

La mise en œuvre de moyens de détection sur chacun de ces liens fonctionnels est souhaitable et implique tous les intervenants.

 

 


 


II - Les niveaux d'intervention

a - la mise en relation des entreprises avec des officines liées au mouvement sectaire.

La prospection commerciale, les actions de marketing des organismes à caractère sectaire via leurs cabinets ou organismes de formation ou de recrutement sont un premier moyen pour l'entreprise de procéder à un recueil d'informations.

C'est à ce niveau que l'entreprise peut élaborer son propre outil de "veille" sur les marchés de fournisseurs auxquels elle a besoin d'accéder.

Une telle démarche est néanmoins des plus limitées si elle est conduite de façon isolée.

Les grandes entreprises, comme les PMI/PME, devraient fonder leur appréciation sur les fournisseurs de services externes au travers des éléments suivants : l'évolution de leurs clientèles, lévolution des prestations, lévolutions de la nature des services fournis, et ne pas négliger l'historique des relations entre les salariés et la société prestataire.

L'extrême mobilité des personnels d'entreprise et des cabinets de conseil rend la tâche des plus ardues, et nombre d'entreprises réputées ou estimées sensibles sont amenées à prendre en considération ce phénomène.

Ce besoin essentiel de vigilance est à apprécier au regard du principe de précaution.

Ce positionnement des milieux économiques demandera du temps (l'action souterraine des organismes présentant un risque de dérive est naturellement difficile à repérer et un développement qualitatif de la présence à caractère sectaire au sein de l'entreprise n'est pas totalement évitable).

Il convient donc simultanément de créer des outils de détection et de veille active au niveau des procédures exercées par l'entreprise dans les phases de mise en œuvre des contrats, c'est à dire au niveau des appels d'offre des cahiers des charges et des bilans d'action.

b - l'intervention au niveau des procédures.

Elle est déterminante pour l'avenir et la préservation des intérêts vitaux de l'entreprise.

Un rapide recensement de cas rencontrés par la Mission permet de mesurer l'éventail des risques encourus.

 

 

 

 

Formation professionnelle

 

- développement personnel

- formation de longue durée impliquant les mêmes stagiaires

- *coaching+

 

 

 

Recrutement

 

- responsable de gestion "bases de données"

- animateur formation DRH

- directeur recrutement

- ingénierie système d'information

 

 

Direction commerciale

 

a) responsables régionaux (réseaux commerciaux)

b) cadres du siège.

 

La prise en compte de la menace au sein de l'entreprise pourrait s'exprimer dès la rédaction de l'appel d'offre, mais aussi dans l'élaboration du cahier des charges et dans la conduite d'évaluation coordonnée dans le temps intégrant l'ensemble des interventions d'un organisme déterminé ou d'organismes ayant un quelconque lien entre eux.

Les efforts à réaliser au moment de l'élaboration du cahier des charges pourraient en particulier comporter des garanties quant :

Au-delà de la politique contractuelle de l'entreprise et des fournisseurs de service, il importe en effet de diversifier et de renforcer les modes opératoires de bilans d'action.

Deux préconisations semblent de nature à améliorer les dispositifs existants :

Au-delà, d'autres types d'interventions sont nécessaires qu'il convient de développer rapidement compte tenu de la sensibilité grandissante du sujet :

Ces étapes vont engager de manière croissante les services de l'État et en tout premier lieu la MILS. Il est donc nécessaire de fixer une limite à cet engagement, et davoir à lesprit que l'avenir des relations entre les professions et les services de l'État doit reposer, avant tout, sur l'établissement de partenariats finalisés. Des contacts sont à établir avec les métiers ou groupements de métiers représentant un risque majeur de détournement de leur objet par des organismes que guident des motivations trouvant leurs sources dans les doctrines sectaires. Ces métiers doivent à terme pouvoir se doter des instruments les mettant à labri de tels risques, la MILS leur fournissant les informations quils ne peuvent pas obtenir. Cette prestation dinformation doit donc saccompagner dun pendant de formation.

Un nombre important d'organismes fédérateurs des métiers de la formation professionnelle, du recrutement et du conseil aux entreprises manifestent ainsi leur intention d'établir des relations de travail avec la Mission, relations qui peuvent aller jusqu'à la mise sur pied de partenariats conventionnels.

Il en est de même pour de grandes entreprises qui abordent la question tant du point de vue de la sécurité interne que du point de vue de la défense de leurs intérêts stratégiques.

La dimension transnationale de certaines organisations à caractère sectaire, l'efficacité de leurs stratégies d'influence et de communication, et enfin la structuration de leurs activités économiques et financières font de l'entreprise une cible privilégiée. A ce titre, la mise en relation dans un intérêt commun, des milieux d'affaires, des partenaires sociaux et de la Mission interministérielle sont un des enjeux important pour les mois qui viennent. Ceci doit se faire lorsque cela paraît nécessaire, avec pour objectif détablir une convention de partenariat.



A DEFINITION OF CULT

UN CONSTAT

Le terme de secte, dont létymologie nest pas entièrement certaine et les acceptions historiques variées, na pas fait à ce jour lobjet dune définition que rend cependant indispensable la gravité sociale des crimes, délits constatés et sanctionnés de plus en plus fréquemment par la justice . Environ 15 affaires de sectes en 1983, plus de 260 en 1999 selon le ministère de la justice, alors que, globalement, le sectarisme ne parvient pas à progresser numériquement en France.

La répétition de manquements non prévus à peine de sanctions pénales que relèvent régulièrement les cours et tribunaux dans des contentieux de nature civile, commerciale ou prudhomale, conduit à envisager une telle définition. Cette définition du terme de secte a été grandement facilitée par la convergence des critères retenus par les observateurs les plus divers du comportement sectaire, quil sagisse de psychiatres, duniversitaires, de rapporteurs des commissions denquêtes parlementaires ou même de religieux. Cette convergence reflète également les nombreux travaux entrepris à létranger, notamment en Europe occidentale.


1°) Une secte est une association Les explications qui suivent portent sur les groupements de type associatif (loi de 1901) que l’on retrouve le plus souvent dans le champs sectaire. Mais, à la marge ou dans le cadre économique (cadre économique classique, ou cadre de l’économie sociale), d’autres groupements peuvent être en cause (sociétés, mutuelles, coopératives, syndicats, etc…).

La loi du 1er juillet 1901 sur le contrat dassociation reconnaît aussi bien lassociation de fait, dépourvue de personnalité juridique, que lassociation "déclarée". Les sectes, associations de fait, sont rares. Il s'agit, sauf exception, de mouvements naissants dont lavenir reste inconnu et qui, à ce titre, peuvent requérir l'attention des pouvoirs publics, voire de lautorité judiciaire.

De nombreuses sectes, et notamment toutes celles qui prétendent à un destin national ou international, se sont constituées en France par déclaration. La déclaration, acte fondateur de lassociation, est libre, y compris depuis 1981, pour les associations étrangères. Les préfets ne peuvent s'opposer à une déclaration d'association, à l'exception de ceux des trois départements alsaciens-mosellan où le droit local a été maintenu. Mais cette capacité éventuelle dopposition est limitée par la possibilité d'un recours devant le juge administratif.

Most cults try, when they declare their existence [into Prefectures, the area’s chief governmental decentralized offices, not.], to show their respectability by declaring explicitely their " cultual " character, by addition to their statutes of mentions like " association declared as being under laws of 1901 and 1905 "

But if anybody can do that " cultual " declaration, the advantages reserved to the 1905 law status can’t be given before the Interior Minister with one administrative judge, have agreed about it.

Cette regrettable ambiguïté terminologique a été maintes fois soulignée. Aussi, la Mission préconise-t-elle une initiative législative en la matière, à la discrétion du gouvernement ou du parlement. En effet, plusieurs juridictions administratives ont reconnu le caractère cultuel de certaines associations sectaires, entraînant à leur bénéfice lexonération des taxes foncières.

Pourtant, saisi par un tribunal administratif, le Conseil d'État avait rendu, le 10 octobre 1997, un avis précisant que le caractère cultuel d'une association impliquait que son objet vise exclusivement la pratique d'un culte, à l'exclusion de toute autre forme d'activité, et que l'association respecte l'ordre public, cette notion recouvrant l'ensemble des dispositions inscrites dans le bloc constitutionnel, dans les lois et dans les obligations résultant de la ratification par la France de traités internationaux, notamment lart. 9 (al. 2) de la Convention européenne de sauvegarde des droits de lhomme et des libertés fondamentales (CEDH).


2°) A cult is an association having a totalitarian structure

Opposed to the democratic principles established in many declarations regarding Human Rights, (for France, that of 1789, then the European convention of human rights in 1950, Universal declaration of human Rights in 1948, international convention of children rights in 1990), cults establish structures around one single truth, owned by one single master –recognized as all-powerful and exercizing it without measure. The only accepted law in cults comes from this single truth.

Any exegesis and, moreover, any critic of the dogmas is forbidden. Every person contesting it must be led to resipiscence, or, would he keep his opinion, to be fired. Every member leaving is considered apostate, and can be harrassed by the cult or his members. Harrassment can lead to personal defamation, or to provoke breaks into his social and/or familial environment, or to try to spoliate him of his job, and reduce his social responsabilities to nothing.

Those totalitarian demands are overtly coming from the leader himself (or from his followers). Those can’t be fired through democratic ways, as the association, despite declared as such, avoids to declare itself, by its [legal] statutes as having an administration transparency and democratic running. As the 1901 law does not einforce yet any mandatory general meeting of its members, nor any control of the association’s financial ressources, neither –furthermore- any vote for the association’s executives [mandates], the cult is managed totally blindly – by the master himself and some of his members being in direct contact. No ratio for votes, nor procedure to control any moral or financial mandate, whatever could be the volume of financies handled. And finally, if an adept would like to sue, a member suit’s receivability before courts is’nt guaranteed because of the lack of internal statuses who could complete the 1901 law dispositions.


3°) Cults can be defined mostly by a behaviour of abuses regarding human rights and social balance

It’s not up to authorities to estimate religious or philosophical doctrines taught in associations.

This principle comes from the state and church separation in 1789 is evidently to be applied to cults ; those can be considered only as associations.

But it’s up to authorities to guarantee the freedoms according to constitutional principles, having between else being affirmed through the 1958 Constitution’s, preamble, and article 4 of the 1789 declaration. Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de lhomme et aux principes de la souveraineté nationale tels quils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946.


Déclaration des droits de l
homme et du citoyen de 1789 art. 4 : *La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi lexercice des droits naturels de chaque homme na de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.+

According to this essential text, freedom consists to be able to do whatever does not harm others ; and only the law defines the edictable limits that can be decided to allow the basic liberties to flourish entirely.

Through the absolute truth they think to have, cults violate deliberately the principles stopping their proselytism. Those abuses reach the various aspects of personal activity, from children closed into an univocal medium, with biological rythm destroyed, food systematically deficient, to the adult handled bit by bit to accept a moral depossession and to an alienation of some or all his possessions to the cult itself, or its executives.

The cults totalitarist behaviour does not stop when entering into public institutions neither to the private quality of most economical activities. Infiltration is the universally observed rule into cultic practices. This consists to offer, to an authority which could be won [to that cause, not] material advantages [such as invitations to luxuous meetings, judicial consultations overpaid, or easing publications] – [between square brackets in the original, not], then to obtain later some proportionate backflow for the services so offered.

La pénétration sopère également par le jeu de soumissions à des marchés permettant dinfiltrer ladministration ou lentreprise visée. Actuellement, les secteurs les plus atteints semblent être ceux de la formation professionnelle et de léquipement informatique. Ces derniers permettent à une secte, qui tire profit du contrat conclu, de pénétrer les secrets de lentreprise (recherches de laboratoire, clientèle, dossiers personnels de salariés). La plupart du temps, il est difficile aux entreprises de vérifier lidentité réelle de ceux qui proposent des services, les sectes utilisant le plus souvent le canal de filiales apparemment sans lien avec elles et entre elles.

Sagissant des institutions publiques, la pénétration se fait généralement sur ordre. Le Code du travail (et les principes en découlant en droit public) interdisant à juste titre, à un employeur de se documenter sur les options idéologiques ou religieuses dun futur salarié, la voie des concours est la plus fréquemment employée pour lembauche.

Ladepte infiltré devant obéissance à la structure sectaire dont il dépend, prend lhabitude de violer le devoir de réserve auquel il est cependant tenu.

Les dossiers dont il a connaissance sont pillés et transférés, avec les moyens contemporains qui assurent rapidité et discrétion, au siège social de la secte, presque toujours installé à létranger, hors de portée de la législation nationale.

Dans certains cas, afin de vérifier leur loyauté et de promouvoir leur ascension au sein de la secte, les adeptes infiltrés sont engagés à freiner les investigations dont ils auraient à connaître, voire à voler et à transférer au siège social les documents censés compromettants rassemblés, pour constitution de dossiers dintimidation à usage différé et susceptibles d'exercer de fortes pressions sur les magistrats chargés d'instruire ou de juger.

One could therefore give this definition :

A cult is an association having a totalitarian structure, declaring or not religious aims, whose behaviour harms the human rights and the social balance.

Le droit positif actuel paraît conforter cette définition.


QUELQUES ÉLÉMENTS DE DROIT POSITIF

Les députés français de la commission denquête parlementaire instituée en 1995, avaient imputé la difficulté dune définition de la secte à la notion française de laïcité, telle que définie par la Déclaration des droits de lhomme et du citoyen du 26 août 1789, par lart. 2 de la Constitution du 4 octobre 1958, et par les deux premiers articles de la loi du 9 décembre 1905 relative à la séparation des églises et de lÉtat, dont il convient de rappeler quelle ne sapplique pas formellement pour des raisons historiques dans les départements de Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, et ne sapplique quavec des modalités locales particulières en Guyane. Cependant, on retrouve dans tous les rapports européens cette donnée : "définir la notion de 'secte' est une tâche ardue". Il peut donc être dit que la difficulté nest pas nécessairement inhérente au particularisme français.

Aborder le sujet sous langle de la liberté religieuse, comme le font toutes les commissions denquête, y compris la commission de 1995, prouve, si besoin était, que la notion de secte est historiquement rattachée à la notion de culte et à celle plus générale de religion. Mais la notion de secte nest pas seulement linguistique ou religieuse. Elle existe en droit de façon embryonnaire pour définir le champ dinvestigation de commissions denquête, pour arrêter des compétences administratives, et pour cibler des entités nécessitant la mise en oeuvre de la protection de lenfance, de la protection des incapables majeurs, de la protection des personnes âgées et plus généralement des personnes en état dignorance ou de faiblesse au sens de lart. 313-4 du code pénal.

Les autres États ont eux aussi recours à une définition de la notion dentité sectaire sous des formes ou formulations diverses, que ces entités soient appelées "sectes", "nouveaux mouvements religieux", mouvements endoctrinants, ou psychogroupes.

Il convient donc dexaminer dans cette optique les critères retenus jusquà présent, et ceux que peuvent offrir les accords et traités internationaux relatifs aux droits de lhomme.

*

The cult notion would’nt exist inside french law, as we could read here and there, especially from those defending such groups.

Such consideration asks to remind that associations struggling against cults have been formed bit after bit to respond to situations met by those saying they were victims of cults – directly or undirectly – or through the activities of those organizations msot often qualified as cults.


[the text analyses then many other considerations about law, children wellbeing, etc. not.]

Ainsi, la notion moderne de secte serait liée à l’existence d’agissements concertés portant atteinte aux libertés fondamentales, et notamment à la liberté individuelle de faire, de décider ou de contracter, ou au droit de la famille, et provoquant des victimes.

Il faut entendre par "victimes" dans ce contexte, des personnes qui ont été abusées directement par d’autres, sous prétexte de promouvoir une philosophie, une discipline de vie, ou une croyance que cette croyance soit religieuse ou non.

Il sagit sous cet angle de victimes au sens classique du terme, ce qui inclut également des personnes privées dans les faits de droits élémentaires que la loi leur reconnaît.

Ainsi lart. 371-4 (al1) du code civil précise : Les père et mère ne peuvent, sauf motifs graves, faire obstacle aux relations personnelles de lenfant avec ses grands-parents ".

Cette disposition législative est souvent bafouée lorsque les parents sont adeptes dun groupe sectaire. Il ne sagit pas a priori dun droit prévu à peine de sanction pénale. Celle-ci ne pourra intervenir que si un juge fixe les modalités du droit dont bénéficient les grands-parents, et que ces modalités ne sont pas respectées par les parents.

Nombre dassociations de lutte contre les sectes reconnaissent que ce problème a déterminé certains de leurs fondateurs à agir pour défendre ce droit.

Si la victime est a priori dans ce cas laïeul privé du droit davoir des relations personnelles avec lenfant de son enfant, la plupart des spécialistes de la psychologie de lenfant reconnaissent que lenfant qui ne connaîtra pas cet aïeul, peut être aussi considéré comme une victime. Ceci est aussi vrai en droit. Ce droit découle en effet en France de lart 371-4 précité du code civil, mais on le trouve également dans la Convention internationale des droits de lenfant adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies le 20 novembre 1989 (entrée en vigueur en France le 6 septembre 1990, après signature le 26 janvier 1990) ce qui laisse entendre quil sagit avant tout dun droit de lenfant.

La première victime est donc bien en droit lenfant, et une lecture précise de lart. 371-4 cité plus haut conforte cette analyse.

Dans un ordre didée voisin, on peut aussi parler de victime dabus en matière contractuelle, notamment par leffet de ce que les juristes appellent le dol ". Un récent arrêt de la Cour de Cassation (civ3 13.01.99 - Sté Jojema c. Mme G. Bosse-Platière arrêt n° 50 P+B) est venu rappeler cet aspect du débat sur les victimes, que les défenseurs des sectes présentent trop facilement comme de simples apostats qui ne réclameraient réparation que pour masquer ce quils considèrent comme étant leurs erreurs ".

Or, considérer ceux qui se disent victimes comme de simples apostats revient à nier des notions élémentaires de droit pénal et de droit civil, et vise à créer une véritable immunité en matière pénale pour les infractions descroqueries, dabus de confiance et les infractions voisines ou assimilées, les infractions concernant labus de faiblesse, et enfin, sans que la liste soit exhaustive, les infractions au droit de la consommation. En matière contractuelle, cela revient à créer de plein droit une clause interdisant de contester les conditions dans lesquelles a pu être obtenu laccord de volonté.

Une telle conception soppose à tous les développements du droit des consommateurs, et revient en pratique à créer une catégorie juridique dacteurs sociaux dont les faits et actes seraient à labri de toute remise en cause, ce qui constituerait une exception incompatible avec larticle 6-1 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de lhomme et des libertés fondamentales du 4 novembre 1950 (CEDH), aux termes duquel "toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable par un tribunal indépendant et impartial établi par la loi...".

Cependant refuser la dérogation pénale ou civile peut aussi signifier que la chose religieuse, ou se disant telle, est objet classique de consommation, et peut ainsi entrer dans le champ des activités commerciales, ce que nadmet pas a priori la loi de 1905 pour ce qui est des activités des associations cultuelles.

Quoi quil en soit, la notion de victime " doit donc sentendre largement, et non de façon restrictive, sauf à réduire aux seules infractions commises la problématique sectaire.

La notion de victime " suppose bien entendu un auteur du fait dommageable ou un acteur social pouvant induire chez autrui des comportements dommageables pour les tiers.

En droit pénal français, aucun texte ne distingue entre les personnes morales auteurs dinfractions, à raison de leur objet. La responsabilité pénale des personnes morales nest applicable que pour les infractions qui ont été commises à compter du 1er mars 1994. La jurisprudence na donc pas encore pu faire son oeuvre, même si les cas de poursuites et de condamnations sont en augmentation.

Ceci ne veut pas dire pour autant que le droit pénal soit dépourvu de dispositions pouvant sappliquer aux sectes. Ainsi, la notion de bande organisée pourrait parfois être retenue pour caractériser le "service organisé" qui préside à la commission de linfraction.

Des décisions récentes ne sont pas exemptes de critiques à cet égard. Il était en effet démontré dans un cas particulier que la doctrine professée ou les directives données, ne pouvaient quaboutir aux résultats constatés.

Mais des évolutions significatives sont en cours dans les analyses à faire, et la justice doit être surtout aidée dans sa recherche dinformations pouvant lui permettre de caractériser les éléments constitutifs des infractions reprochées. Un article récent (Recueil Dalloz, 1999) de Michel Huyette, magistrat, montre fort bien que le système judiciaire est plus attentif quil ny paraît au phénomène sectaire, non seulement sous langle répressif, mais également dans le cadre des dispositions civiles, commerciales ou prudhomales.

Un organisme qui se qualifie de mouvement religieux peut donc être poursuivi lorsque la doctrine professée tombe sous le coup des dispositions pénales applicables. Ces poursuites peuvent porter sur les discriminations en tout genre professées par le groupe auprès de ses adeptes ou des tiers. La notion de doctrine professée suppose donc que lon soit dans une situation qui aille au-delà de la simple liberté individuelle de conscience.


Au-delà de ces constats, peut-on dire que la notion de secte existe en droit ?

Les résolutions parlementaires instituant les commissions denquête de 1995 et de 1999 sont des actes qui nont pas une valeur normative générale. Mais ces actes ont institué des entités conformes aux dispositions régissant le Parlement. Ces entités ont eu à se pencher sur un objet, les *sectes+. Ce quelles en disent est une indication donnée aux pouvoirs publics.

On peut donc en déduire une existence de lobjet étudié, et donc une réalité du phénomène. Ceci se retrouve en Belgique, en Suisse, en Allemagne, en Autriche, et dans dautres pays, sous des formes variées.

La notion de secte existe donc, puisque les parlements de ces pays ont procédé à des investigations sur ces organismes. Les appréciations de chacun des parlements sur la dangerosité de ces structures est sans effet à ce stade sur la définition des structures qui ont fait lobjet de létude ou de lenquête.

European Parliament and Parliamentary Assembly of the EC have studied the question. Same for OSCE : one of their offices has adopted a text, under the pressure of United States, and of some " specialists " for a defense of cults, those being here qualified as " new religious movements ", so as to gain for these movements the same dispositions as for religions, [an argument] proving therefore that such organisations exist, and have some controversial characteristics - mostly to learn if the legislation applicable to religions - the tax legislation specifically, should be applied to these movements.

The latest resolution comes from the Parliamentary Assembly into EC, and bears the title " Illegal activities of Cults ", letting presume that some constatation has been done before, and that deputies from 41 countries composing the EC are considering cults as entities which can have illegal activities in such numbers that it should be needed to worry and propose some methods to remedy to the situation.

Cults could therefore be, for the 41 countries into EC, organizations that can have illegal activities in such measure that it deserves to be worried about at the level of the organization of authorities and at the level of political orientation of actions to prevent that and to punish it.

Si lon examine les suites données au rapport parlementaire de 1995, on constate que les pouvoirs publics français ont institué en 1996 un Observatoire interministériel sur les sectes, aujourdhui remplacé par la MILS. Ce texte dorganisation administrative laisse entendre que des groupements appelés sectes " sont lobjet des préoccupations des pouvoirs publics. La secte y est présentée comme étant une entité contre laquelle existent des moyens de lutte, moyens de lutte quil convient daméliorer. LObservatoire était chargé de faire des propositions en ce sens au Premier ministre (art. 2 du D. 9.05.96). Ce texte a été abrogé et remplacé par le décret du 7 octobre 1998 instituant la MILS. La secte ny est pas définie de façon précise, mais il est indiqué que les sectes peuvent menacer lordre public et porter atteinte à la dignité de la personne humaine (art. 1er - 2° -).

 

The belgian law on june 2d, 1998, (Moniteur belge du 25 novembre 1998), has a more complete, but similar definition, where " illegal activities " can be read, like in the EC text above. The belgian law presents the " noxious cultic organization " in its article 2 :


" Regarding the application of the present law, one defines by cultic noxious organization, every group with philosophical or religious aims, or pretending to have such aims, which, in its organization or practice, performs illegal activities, hurtful ones, harms individuals or society or harms human dignity ".

Des constats de même nature peuvent être faits dans dautres pays, peu importe que lorganisme visé soit appelé "secte", ou "nouvelle religion" comme en Pologne. Lobjet, quel que soit son nom, est identifié comme pouvant entraîner des troubles à lordre public ou le menacer, provoquer des atteintes à la dignité humaine (ou à la dignité de la personne humaine), induire un endoctrinement faisant perdre le sens critique (Commission de gestion du Conseil national suisse, rapport du 1er juillet 1999), ou faire preuve dune volonté dhégémonie au-delà de limage habituelle désotérisme (Gérard Ramseyer, Conseiller dÉtat du canton de Genève).

Le rapport parlementaire français de 1999 préconise dailleurs que soit étudiée une nouvelle infraction de manipulation mentale visant ces groupes.

La préoccupation des pouvoirs publics se porte donc dans ce contexte sur des groupes, se disant le plus souvent religieux, et dont le fonctionnement serait un défi aux droits de lhomme, aux libertés fondamentales, et à lordre public.

Ceci doit se comprendre comme visant les actes déclarés répréhensibles par la loi et punis par des sanctions de nature pénale ou entraînant une surveillance restreignant la liberté. On peut donc également inclure dans cette acception, la protection de lenfance et des personnes âgées, handicapées, en état de faiblesse ou dignorance, et bien entendu les incapables majeurs.

Sous cet angle, la liberté de religion souvent invoquée nest pas absolue comme cela est parfois dit au vu dune lecture des textes européens ou internationaux à la lumière dune interprétation très extensive du premier amendement de la Constitution des États-Unis quune loi de 1998 votée par le Congrès semble vouloir faire appliquer dans le reste du monde.

Or la Déclaration universelle des droits de lhomme, la Convention européenne de sauvegarde des droits de lhomme et des libertés fondamentales et la Convention internationale des droits de lenfant admettent que des limites peuvent être fixées par la loi à la liberté de religion et au droit à léducation religieuse.

Lart. 9 de la CEDH indique notamment en sa seconde partie ce qui peut motiver de telles restrictions, évoquant "la sécurité publique, la protection de lordre, de la santé ou de la morale publique, et la protection des droits et libertés dautrui".

La jurisprudence française a elle-même donné valeur au travail parlementaire de 1995, en retenant le constat parlementaire comme étant un élément susceptible de conforter les constatations du juge du fond (O. c. C.- Cass Civ2 - 25.06.98 arrêt n°1064 D).

Dès lors, si la secte nest pas définie de façon très précise, il nen demeure pas moins que la doctrine et les pratiques de ces entités sont considérées par les pouvoirs publics, en ce compris la justice, comme pouvant provoquer des dommages sur des personnes appelées victimes ".

Si lon veut faire une comparaison avec un autre domaine en dehors du champ des sectes, on peut constater que les pouvoirs publics commencent à se préoccuper dune situation quand celle-ci est potentiellement dangereuse, se renouvelle trop souvent, et provoque des victimes en nombre ou des dégâts importants, ce qui conduit généralement la presse à faire état de ces victimes et de ces dégâts. Ainsi en est-il des accidents de la circulation, et de ce quil est convenu dappeler les points noirs routiers. Un seul accident est un fait regrettable. Des accidents à répétition deviennent ensemble un fait politique auquel les pouvoirs publics doivent faire face, que ce soit à un niveau local, à un niveau régional, à un niveau national, ou à un niveau européen.


De ce point de vue les sectes ont atteint le niveau national et le niveau européen de préoccupation des pouvoirs publics. Il ne peut donc pas être dit que les groupes sectaires ne présentent aucune caractéristique juridique commune. Il peut en revanche être dit que laspect polymorphe du problème rend difficile une définition exhaustive, et que sil existe un noyau dur dans le phénomène sectaire, il existe aussi des groupes à la marge, se disant ou non religieux, la dangerosité globale nétant pas nécessairement liée à la nature du groupe.

Si le rapport de 1999 a préconisé une infraction de "manipulation mentale", force est de constater que cette proposition na appelé en létat aucun commentaire de la part des pouvoirs publics. Pourtant la question de la création dune infraction revient souvent, et divise même le monde de la lutte contre les sectes. Mais une telle infraction présuppose avant tout que lon définisse lobjet visé en droit interne sans contrevenir aux libertés publiques traditionnelles et aux libertés fondamentales retenues dans différents textes internationaux et européens auxquels la France a souscrit.

En revanche, la liberté nétant pas univoque, une définition de lobjet visé dans une telle optique, peut conduire à faire vérifier le respect par cette entité des principes posés par les textes internationaux et européens en matière de droits de lhomme, de droits de lenfant, de droits des personnes âgées, handicapées ou en état de faiblesse, et de droits des incapables majeurs. Ainsi seraient peut-être couverts les manquements dont se plaignent les victimes.

 

*

* *

Pour approcher la notion de secte le rapport de 1995 avait retenu dix critères:


[some characters having been given into the 1995 report from french national assembly come next, not]

Le discours plus ou moins anti-social. Ceci est un constat qui devrait être objectif, mais qui peut parfois être rendu difficile par le débat politique général et par les questions de société qui agitent notre monde moderne. Ainsi, peut-on refuser à son enfant, sil est en danger de mort, le bénéfice dune transfusion sanguine, en expliquant ce refus souvent de nature religieuse par les drames liés au SIDA, alors que la vie de lenfant peut être sauvée par cet acte médical. Lambassade itinérante des États-Unis pour la liberté de religion a justifié devant la MILS le refus des Témoins de Jéhovah en indiquant que le problème du SIDA donnait aujourdhui raison à ceux qui ont toujours refusé la transfusion sanguine pour des motifs religieux. Pour les enfants mineurs, il a même été précisé par la partie américaine : *Le refus de transfusion est un droit religieux des parents auquel rien ne doit sopposer+. Cette réponse est en contradiction avec les textes internationaux précités, et notamment la Convention internationale des droits de lenfant (CIDE) que les États!Unis nont pas ratifiée. Lenfant, selon la CIDE, est un sujet de droit, et non un objet de propriété.

Les textes européens et internationaux obligent à ajouter quelques critères sans nécessaire connotation pénale, qui recoupent ceux qui précèdent, les nuancent ou les complètent.

L'existence d'instructions demandant aux adeptes de ne pas être loyaux dans l'exécution des contrats de travail ou de service . Sur la loyauté dans un contrat de service : cf. CA Versailles arrêt du 23 janvier 1998 (bull. inf. C. Cass 15.09.98 n° 98 - Sur la bonne foi contractuelle et les convictions religieuses, voir: Etudes Ch. Willmann., JCP SJEA du 27 mai 1998 n° 21. Des affaires ont montré que des groupes sectaires importants commandaient à leurs adeptes de prendre le pouvoir partout où ils se trouvaient, et de ne pas respecter lobligation de loyauté quimpliquent le contrat de travail et celui de prestation de service. Des entreprises ont ainsi été mises en très graves difficultés. Le Aclonage@est également utilisé avec en plus embauche sans respect de la clause de non concurrence. Le clonage consiste souvent à faire enregistrer un nom de marque voisin à lInstitut national de la propriété industrielle, ou à créer avec enregistrement au registre de commerce et des sociétés, une société ayant un nom pouvant prêter à confusion. Ensuite, les clients de la première société sont démarchés jusquà ce que cette société connaisse des difficultés mettant son existence en péril.

*

* *

Le constat fait, les éléments de droit positif mis en évidence, et les critères déjà existant, similaires à ceux quutilisent dautres pays européens, peuvent permettre de qualifier un organisme comme constituant une secte.

La définition à retenir, telle celle proposée par la Mission dans le présent rapport, pourrait être civile ou définir une compétence administrative. Elle pourrait au-delà entrer en ligne de compte dans certaines infractions en tant quélément constitutif, voire circonstance aggravante. La notion de bande organisée se prête relativement bien à une extension vers la notion de secte, au-delà de lexistence dune personne morale.

La définition doit enfin éviter, autant que faire se peut, de comprendre des éléments subjectifs mettant en difficulté les juridictions ayant à se prononcer.

Il convient donc en ce domaine davancer avec circonspection. Le législateur peut prendre des initiatives, mais il faudra laisser faire ensuite la jurisprudence sur les cas concrets soumis et tenir compte, pour déventuels ajustements, des avis autorisés, particulièrement ceux du Conseil dÉtat et de la Cour de Cassation.


 

PREVENTION,


BUT ACTION

 

 

Echoing a general worry from the public at large, questioning the state of rights ability to diminish the cultic phenomenon, a newspaper had titled : " Should the cults be forbidden ? ".

The MILS thinks necessary to clarify such questioning : it does not share such views. Indeed, associations have no limitations to their establishment in France ; they do it by simple declaration. It can’t be administratively decided to oppose to such declaration. Moreover, the cultic phenomenon can’t be globalized ; as that would’nt show the various and changing aspects.


But a state of rights would miss its duties of protection of basic liberties if it did not use of its regulation duty for associations which, by their teachings and pressures exerted on individuals, induce them to commit felonies or illegal activites, if such illegal acts and crimes are sentenced through judgements upon their doers, and when the repetition of such crimes or illegalities demonstrates the noxiousness of such movements.

En létat actuel du droit, deux voies pourraient permettre de mettre fin à des organisations de nature sectaire troublant par leurs agissements lordre public et portant atteinte à la dignité de la personne humaine.

La première, strictement répressive, découle des sanctions que peuvent prendre les cours et tribunaux à lencontre de personnes morales sétant rendues coupables dinfractions pénales ou dont les dirigeants se sont rendus coupables de telles infractions. La décision, dans ce cadre, nécessite donc quune ou plusieurs infractions pénales aient été relevées et jugées. En létat actuel de la législation, ne sont pas réellement prises en compte les notions de groupements constitués autour dune même organisation pouvant se manifester par un ensemble dinstructions dont la cohérence procède dune seule direction ou dun seul centre décisionnel.

Lindividualisation des poursuites pénales peut donc tendre à émietter laction répressive et la limiter à ce qui se voit au détriment de ce qui se passe réellement. Si une association faisant partie dun ensemble recevant des ordres dun centre décisionnel, est poursuivie pour des faits commis en application des instructions reçues, on peut estimer que le donneur dordre a une large part de responsabilité et doit être puni. Or la logique découlant des textes et pratiques actuelles conduira à sanctionner celui qui a fait, mais rarement celui qui a dit de faire, et encore plus rarement celui qui a dit de faire lorsque lordre procède dune personne morale dans le cadre dun service organisé. En outre rien ne permet de dissoudre une association du nord pour des faits commis par une association de même obédience et dont lactivité sexerce de la même manière dans le sud.

Le réexamen des questions touchant à la responsabilité pénale des personnes morales devra donc inclure la problématique sectaire. Il en va de même en ce qui concerne la législation sur la corruption et les trafics internationaux en tout genre.

La seconde voie est de nature administrative et relève dune décision prise en Conseil des ministres, décision qui peut être déférée au Conseil dÉtat. Il sagit du décret loi du 10 janvier 1936, et des textes en procédant qui ont été intégrés en 1994 dans le code pénal.

Ces textes visent les troubles à lordre public, et si leur application est dores et déjà possible à légard de sectes ayant une véritable organisation militaire ou un service secret despionnage et de renseignement, une adaptation serait souhaitable afin denglober des activités nouvelles dangereuses pour la sécurité intérieure ou la sécurité économique. Il en est ainsi de celles qui se manifestent désormais du fait des technologies modernes et des moyens nouveaux de communication (ex: utilisation de virus informatiques destructeurs, ou de Troyens).

La proposition de loi du sénateur-maire About tend à prendre en considération la répétition de condamnations pour aboutir à ce résultat.

Le Conseil dorientation de la MILS a eu à examiner brièvement En raison de son examen tardif (décembre 1999) une première version de cette proposition. Une majorité de ses membres a été sensible à la motivation de ce texte. Mais il convient de préciser que certains ont aussi exprimé des réserves pour des raisons diverses ne concordant pas toujours. Si ces réserves ne manquent pas de pertinence, on peut cependant dores et déjà considérer que cest dans un contexte législatif en évolution que doit être examinée la situation des sectes portant atteinte à lordre public ou ne respectant pas la dignité de la personne humaine.

*

Il importe pour une mission qui a pour tâche première aux termes du décret contresigné qui l’institue "d’analyser le phénomène des sectes", de citer parmi les organisations sectaires portant atteinte à lordre public ou ne respectant pas la dignité de la personne humaine, des exemples significatifs montrant quelques-uns des dangers que courent les adeptes, et les risques auxquels sont exposées la démocratie et la laïcité républicaine.

.

Deux organisations, l'une probablement en France de fait, l'Ordre du temple solaire, l'autre ayant des structures déclarées, la Scientologie La Scientologie a constitué une nébuleuse d'associations plus ou moins pérennes, sous diverses appellations qui ne se réfèrent pas toujours explicitement aux "enseignements" de son fondateur Ron Hubbard. posent ainsi des problèmes d'une particulière gravité, notamment au vu dagissements délictueux constatés dans le cadre judiciaire

 

 

OTS - THE SOLAR TEMPLE ORDER

[follows an analysis of the present OTS situation, and past deeds, mostly interesting for french, canadian and swiss people, not]

Les drames de lOrdre du temple solaire (OTS) restent dans les mémoires comme étant laboutissement absurde et mortel dune dérive sectaire: La Suisse en 1994, la France en 1996 et le Canada en 1997. Certains "spécialistes", que la chronologie des faits ne troublent aucunement, y ont même vu la conséquence dune attention grandissante des pouvoirs publics.

La logique ésotérique dans laquelle sétaient placés les "responsables" de ce groupe devait donc conduire à une issue fatale par trois fois. Les mots "militants anti-sectes" et "responsables des "sectes"", sont employés avec un sens caché dans le livre de M. COHEN et F. CHAMPION "Sectes et Démocratie" (p. 374). Il faut pour comprendre, traduire "militants anti-sectes" par le sens induit, qui est péjoratif dans l’esprit des auteurs (le militant est en ce cas "celui qui agit pour une cause sans se poser la question du bien fondé de ce qu’il défend"). Le terme "responsables" vise en revanche dans ce texte à faire admettre que les sectes sont dirigées par des gens responsables par opposition à d’autres qui ne le sont pas, tels "les militants anti-sectes". Au-delà, on peut observer que les diverses contributions contenues dans ce livre instituent leurs auteurs en juges de ce que sont et ne sont pas les sectes. Mais être considéré par les deux parties comme le défenseur de l’une d’elle, comme il est avoué dans la première phrase de la page 374, est une affirmation qui devrait à tout le moins faire réfléchir sur la validité générale des jugements portés dans ce livre, lesquels jugements ne répondent guère à l’esprit de l’art. 6-1 de la CEDH.

Ces faits ont entraîné des investigations fort longues sur la mouvance qui gravitait autour des personnages centraux. Si linstruction menée en Suisse na pas eu de suite à ce que lon peut savoir par la presse, celle conduite en France vient dêtre transmise au Parquet de Grenoble pour réquisitions définitives.

Il ressort cependant de ce qui se dit dans lentourage de ceux qui sont chargés de ces investigations, que ce drame peut se reproduire à tout moment, et que lorganisation dite Ordre du temple solaire " nest pas morte.

Se pose dès lors la question de sa nuisance potentielle au vu des leçons du passé, et il convient dans ces conditions détudier les mesures appropriées quil conviendrait de prendre préventivement dans le respect des lois de la République.

Il ressort des renseignements fournis à la MILS que lOTS serait peut-être en France un groupement de fait. Ceci nexclut nullement que puissent être prises à son encontre des mesures coercitives visant les personnes morales de droit ou de fait se comportant en bande armée ou en milice privée.

Mais au-delà, la menace que fait peser cette organisation, qui a été capable de conduire à la mort dans le cadre de séances sur lesquelles la lumière na pas été encore faite complètement et publiquement, oblige, même en labsence de condamnations pénales, à prendre en considération le danger qui pèse sur des mineurs et des adultes en état de faiblesse ou dignorance, catégories que les pouvoirs publics ont spécialement le devoir de protéger.

 

SCIENTOLOGY

Scientology constitutes presently a large transnational enterprise. Created by a science-fiction author with a doubtful past history, it allegated initially to be a mental development society.

In 1954, probably to profit from the presumably positive image toward religions and to get tax privileges given to recognized denominations, scientology declared itself a religious movement. It has been recognized as such in US, neither by authorities or justice, but by the tax administration only, in circumstances having been judged very doubtful for a democratic country. Article dinvestigation en annexe (New York Times dans une traduction de la publication Courrier international n° 333 - mars1997-).

It is attempting to get similar advantages in countries where it enters. In France, it did not try to get the cultual association status, and did not moreover –as far as the MILS knows – ask the advantage of " congregations " denominations offered in the 1901 law. It exists only under legal form of associations having various titles depending of the locations or aims being declared.

This large multinational has many different activities whose commercial character is undoubtful.

 

 

The methods used to increase the development of that cult have been sued before courts. Numerous adepts have been sentenced before courts, in France or in foreign countries, since 20 years, without the cult being punished as a legal entity. It’s true that in France, legal entities could’nt be sued for their activities for actions committed before 1994.

Lafayette Ronald Hubbard himself, sentenced in USA for petty thief in 1945, has been also sued for bankruptcy in Philadelphia in 1952, sued and relaxed in 1958 for dangerous products keeping (dianazen pills), and heard in 1968 in a blackmail affair. In France, the cult’s founder , now dead, has been sentenced in abstentia for fraud and extorsion,on february 14th, 1978.

The problems of Scientology with justice are not from France only.

Into Germany, the Narconon scientology front has had to pay past salaries to an abusevily employed staff. On january 2d, 1991, the Hamburg’s administrative Court declared the commercial nature of scientology activities. On may 28th, same year, the same court decided to cancel the associative nature to Scientology, because of its for-profit and commercial activities.

In Denmark, december 1990, a scientologist and two private detectives got there months suspended jail for illegal spying.

In Belgium, on september 30th 1999, and on october, the special section of national Gendarmerie started a large raid. Many files were seized ; and, according the newspaper " Le Soir ", these are about european activities of the secret scientology police (Office of special affairs).

In United Kingdom, the character of " charity " (non governmental organization having humanitarian aims) has been refused recently, worded in such ways that they were able to demolish what Scientology pretends to be.

A complete fact finding about sentences having had no amnesty would demonstrate the permanent unrespect of that cult regarding laws.

The problems exposed show as well the responsability problem of the cult itself, taken as an organized body and a legal entity.

 

A really illegal aspect, and not a well known one, should help to think about that, as we are presently acting on worldwide computers communications. It’s the existence of illegal files regarding the decisions of the National Commission on Computers and Freedoms (CNIL). Many affairs demonstrated that some of these files could contain very private informations that can be gotten from auditing sessions of scientology members, these being more or less comparable to confessions, or to behaviour psychology sessions.

From the ruling from Paris Court on september 4th 1998, prequoted as a note, the defender had on a computer, the files of persons regarding questions on tests from Hubbard, without having done any lawful declaration .


The Lille Courts observed that (on dec 12
th, 1996) : " The seizure allowed to discover that answers gotten from that test were using, to get the results, of a computer processing, that another floppy disk contained nominative data ; that no declaration had been done into CNIL… Décisions CNIL n° 98-072 à 074 du 7 juillet 1998 (CE 7.07.99 constatant le désistement des associations scientologues) "

It is needed to remind here that such tests can lead people to give very private answers, sometimes compromising.

 

Moreover, demands presented by some scientology organizations to the CNIL, and claims received by the said Commission on computer freedoms [similar to FOI act in USA, not], show that the desire of Scientology was to keep on these files over a delay after which should be admitted, for those having been so filed, a basic "right to be left behind". The decisions from the CNIL, important for the human rights, have been n° 98-072 à 074 , july 7th 1998, and consecrated this " right to be left behind ". Scientology organizations which had appealed against them have later abandoned their appeal, probably to avoid that the State Council would itself add its consecration of such a right (State Council decision on july 7th, 1999, observing the scientology associations demotion).


 

What for are those date used ? Where do they go through electronical networks ? How could an individual have any access to his files ?

 

*

 

It’s is a fact that the behaviour of many Scientology members can’t be easily understood and appreciated without having learned some teachings done inside the organization and knowing the instructions given to members by a service acting worldwide, a service organized without taking frontiers into account.

Those teachings are explictely worded in some cult’s issues,between others, under the signature of the founder. By instance, on the social and political topic  Les citations qui suivent ont été publiées par l’universitaire Paul Ariès dans "La Scientologie, laboratoire du futur ?" Editions GOLIAS, 1998.: [note : all the following quotes are translated from french, not.]" When you are leaving a power position, pay immediately your debts and leave with lots of weapons, potential blackmail against every past rival, unlimited funds on your private accounts, adresses of experienced professional killers, go to live in Bulgravia and bribe the police. And even then, your are liable to live not for long, if you keep on a bit of power in the party you are no longer controlling, or if you say something like " I’m favouring politician Jiggs ". To leave the power is quite dangerous. " (Hubbard, introdction to ethics, p.80)

Now about tax infiltration, with encouragement to anonymous delation :

(Ethique et Liberté, journal français de la Scientologie, édition spéciale, 1996). " Every state agent having observed irregularities inside tax administration is invited to join this job of betterment of justice inside the tax system. Every information delivered by a present staff of tax administration will remain strictly confidential. The tax staffs fearing punishment from their chiefs can send their documents anonymously. (Freedom, french special issue, 1996)

Regarding the refusal of equlity between men :

" There are two methods to deal with those under 2.0 on the tone scale ; none of those dealing with any reasoning with them or to hear their justifications. The first is to get them higher on the scale by making theta out of their entheta. The second is to dispose of them without sorrow. The vipers are sympathetic friends when compared to those situated in lower levels of the tone scale. Neither beauty neither charm, neither social artificial values can’t excuse the terrible harm caused by those to sane men and women .

 Letting aside those lower levels persons suddenly would immediatley give a betterment of the cultural level and would interrupt the down spiral where the society is descending. It is not needed to produce a whole world of Clears to get a reasonable and valuable society ; it is only needed to suppress every person below 2.0 on the tone scale, either by auditing them to get them over 2.0, either to get them apart from the society. A venezuelian dictator decided once to stop the plague. He observed that most plagued men were hoboes. He ended the plague just by arresting and killing every hoboe in this country. " (from " Science of Survival ")

Such precepts, between many others, could attract justice attention toward the members having been asked to set those activities, the cult asking the destabilisation of those menacing to disclose its activities, that it designs in its scientologese, as " suppressive persons ". It’s the " Black Propaganda " : " If there is a long term menace, you should immediately evaluate the situation and set up a black propaganda campaign so as to discredit the person, so as it could be ousted from the society " (Hubbard, policy lettre, may 30, 1974)

 

Those campaigns should not spare the elected or professional magistrates ; according the witnessing of an ex-scientologist, Jesse Prince, the destabilisation activity includes 3 main steps :


- Collecting informations to exercize blackmail against the magistrate by exploitation of " overt data collection " (collecting his possibly shameful or faulty deeds which could be unknown)

- Then reveal these " compromising " informations through multiple layers of people, having no apparent links with the cult.

 

Those harrassment techniques are used against those struggling against the scientology cultism, and fall under the articles 222-33 and 222-44 of the penal code.

The various constraints exercized against many members, who are in a more or less frail social or individual position, fall under some penal dispositions, notably the article 313-4 of the Penal Code.

The methods adviced to harrass the magistrates having to do the instruction steps or having to judge members of the cult violate some rules in some articles, sometimes with aggravating circumstances, under by instance the articles 222-8.4°, 222-10.4°, 222-12.4° and 222-13.4 ; (see as well the article 222-15, which reminds the others). They have a neatly defined character, and, even if the cult is silent about that, they have been denounced by ex- members.

Moreover, the existence of a private police with unapparent objectives (its existence having been recognized by a french executive of the cult), called OSA – Office of Special Affairs, falls under the article #1 of the law of jan 19th, 1936, and articles 421-13 and next from the penal code. The actions led by choosen scientologists seem to be ordered from the QG of the cult in USA, and can be qualified as clandestine activities led from a foreign state.


ANNEXES

 

 

 

I – Premier amendement à la Constitution des Etats-Unis (décembre 1791)

II – CSCE Digest juillet 1999 (article signé Karen S. Lord)

III – Lettre (19.07.99) du CCMM à Mme Albright, secrétaire d’Etat des Etats-Unis


http://search.nytimes.com/partners/iib/services/bin/fastweb?getdoc+iib-site+iib-site+174+0+wAAA+cult