Trouver le stress, et trouver la friction: les scientologues se font éjecter du métro de New-York 

Trouver le Stress, et trouver la Friction

par

ANDY NEWMAN

29 Mars 2005

Texte original anglais:

http://www.nytimes.com/2005/03/29/nyregion/29scientology.html

suite:

http://www.nytimes.com/2005/03/29/nyregion/29scientology.html?pagewanted=2

Un couloir de métro à la station Times Square de New York pourrait ne pas sembler l’endroit idéal pour installer une expérimentation psychologique soigneusement contrôlée.

Pour commencer, le niveau sonore est tout à fait insupportable: le confluent d’une demi-douzaine de lignes crée des interférences sonores constamment changeantes, allant de moyennes à assourdissantes, vacarmes que les ensembles de groupes de musique péruvienne présents là ne font qu’augmenter au lieu de les masquer. En outre, l’endroit est souvent dans un état de débandade piétonne propre à décourager un demi-de-mélée.

Mais c’est là, au croisement des routes souterraines de notre monde, qu’un bataillon de gens qui se disent « testeurs » ont établi les outils de leur commerce: une paire de boites de conserve vides reliées à un appareil de mesure électrique simple, et des piles de livres.

C’étaient les volontaires de l’église de scientologie, stationnés là depuis six mois devant des tables aux nappes rouges, à la station Times Square et dans plusieurs autres, afin de mesurer le niveau de stress des cervelles des passants acceptant de s’asseoir quelques instants et de tenir les boites en fer blanc.

En plus de leurs « électromètres » censés mesurer la résistance électrique provoquée par les pensées tramautiques, les scientologues offraient, en échange d’une « donation suggérée  de 8 dollars », des exemplaires de leur livre « Dianétique, Science moderne de la santé mentale » [réintitulé par la secte en France « Dianétique, Puissance de l’esprit sur le corps »]

Cependant, ce sont les scientologues qui ont subi du stress la nuit dernière. Des agents en civil ont établi qu’ils vendaient des livres, et non pas qu’ils les donnaient en échange de donations, ce qui violait les règles établies par New-York City Transit sur la vente sans licence, a expliqué Paul J. Browne, député commissaire à l’information du public du Département de police de New York - NYPD

Les détectives ont collé des amendes de 50 dollars aux six personnes et les ont éjectées de la station de Times Square, a ajouté M. Browne. « Il y avait un arrangement expliquant qu’ils pouvaient rester tant qu'ils ne perturbaient pas la circulation et qu'ils ne vendaient rien. Ils n'ont pas respecté l'engagement"

Jusqu'à hier, l'explication des scientologues disant qu'ils sollicitaient des dons, et ne vendaient pas les livres avait tenu, et tenait du fait que quantité de policiers qui passaient les laissaient faire.

Le Rd. John Carmichael, président de l'église de scientologie de New York, a déclaré qu'il ne s'agissait pas d'une opération commerciale.

Nous avons aidé tellement de gens ici, ajoute Peter Davis, 20 ans, volontaire venu de Louisiane, quelques heures après les évictions. Davis porte comme ses collègues une parka rouge qui dit: "Obtenez-le. Lisez-le. Dianétique." Il explique que le bruit que fait la musicienne extatique installée à quelques mètres d'eux ne contaminait pas les résultats du test de stress.

"Ce qu'on teste ici, dit-il, c'est ce que les gens ont dans leur tête."

Certes... et la plupart des voyageurs qui sont passé près de la table n'y ont pas même jeté un oeil. Plusieurs curieux qui se sont arrètés ont pris le test gratuit et ne paraissaient pas étonnés de l'affaire du livre.

Indra Seurattan, agent en douane de Trinidad et Tobago en visite à New York, s'est assise en face de Kiersten, qui lui a demandé de tenir les boites et de penser à quelque chose qui la perturbait. Madame Seurattan, 42 ans, a pensé à son travail, devenu si encombrant qu'elle n'a pas passé une seule bonne nuit depuis plus d'un an.

L'aiguille de l'appareil a filé vers la droite du cadran.

Diagnostic? Définitvement stressée.

Kiersten a expliqué que la dianétique pouvait l'aider à venir à bout de tous ses problèmes.

Madame Seurattan fut impressionnée. Je lui ai dit "J'attends mon ami et je n'ai pas assez d'argent. Peut-être que si j'avais eu ce qu'il fallait, je l'aurais acheté."

Un jeune de 17 ans, Brandon, a expliqué qu'il avait un problème de choix entre deux petites amies potentielles.

"Elle m'a dit que c'était compréhensible qu'on puisse être stressé. Brandon aussi a répondu qu'il aurait acheté le livre s'il avait eu des sous: peut-être ça pouvait m'aider."

La scientologie, créée il y a plus de 50 ans par l'auteur de science-fiction Ron Hubbard, mort en 1986, prétend être la religion ayant la plus rapide progression dans le monde en dépit des accusations signalant qu'il s'agisse d'une secte contrôlant tout. Ses nombreux adeptes "évangéliques" comprennent des lumières hollywoodiennes comme Tom Cruise, John Travolta et Nancy Cartwright, la voix de Bart Simpson.

La dianétique, la discipline sous-jacente à la scientologie, explique que si les gens identifient les pensées et associations d'idées qui les perturbent, ça les guérit.

M. Carmichael a dit qu'avec la campagne du métro, les tables de l'église étaient devenues des "parties de Times Square, des bouts de New York"

Dans les faits, l'une des affiches en vente pour commémorer le centième anniversaire du métro est une bande dessinée de Times Square comprenant nombre de références à la scientologie, y compris la table du test de stress.

Un porte-parole de l'autorité du Transport new yorkais, parente de celle du métro, a expliqué au Daily News en octobre dernier que l'affiche "dépeignait simplement ce qui se passait à Times Square".

Mais New York City Transit paraît avoir décidé que ce qui s'y passait violait ses règlements.

Le 11 mars, les avocats de l'agence écrivaient à M. Carmichael que les règles autorisaient la sollicitation pour des causes religieuses et politiques, que la sollicitation différait de la vente, laquelle n'était pas autorisée sans la permission de l'autorité. M. Carmichael a répondu que les 8 dollars n'étaient pas une obligation. En effet, un signe parfois posé sur la table explique: "Donation suggérée: 8 dollars". Mais lorsque le journaliste s'est fait passer pour un new yorkais stressé et a proposé une donation nettement inférieure, le scientologue en complet cravate s'est dérobé.

"C'est une donation fixe, a-t'il expliqué: l'argent sert seulement à couvrir le coût de production du livre".

Une agent commerciale, qui travaille chez l'un des principaux imprimeurs du Midwest et qui a demandé à ce que sa société ne soit pas citée, a estimé que le coût de revient d'un livre comparable à la dianétique, avec 700 pages, une photo en noir et blanc et une couverture en quadrichromie coûterait 1,58 dollar par exemplaire si on le produisait par 50000 à la fois, hors frais de distribution. L'église scientologue dit en avoir vendu 20 millions d'exemplaires.

Charles F. Seaton, directeur des affaires publiques de New York City Transit, a exprimé son étonnement en apprenant la politique de distribution de l'ouvrage de l'église.

"Une donation fixe, a-t'il lentement prononcé. Bien sûr."

Peu après que le journaliste ait expliqué à la police le paiement du livre, les policiers rendaient visite aux "testeurs", a dit M. Browne.

La nuit dernière, M. Carmichael a dit qu'il discutait avec la police, et que les scientologues étaient sous la protection de la Constitution des Etats-Unis. M. Davis, le gars à la parka rouge, a ajouté qu'en tout cas, déménager des exemplaires de la "Dianétique" n'était pas la mission primordiale de l'église.

"Même si la personne n'achète pas le livre, on l'a poussée à prendre conscience de son existence et à voir ce qui la trouble, explique M. Davis. C'est un service en soi. On a eu des gens qui pensaient au suicide, des gens qui en avaient tué d'autres. Le simple fait qu'ils fassent le test de stress leur permet de se rendre compte: "Oh, il y a quelque chose que je dois manier..."

===

Commentaire du webmaster-traducteur:

Non seulement l'ouvrage est vendu avec un bénéfice confortable pour la secte (1,58 dollar à 4 dollars), mais de plus, les scientologues qui les vendent sont payés cher pour en vendre: ils achètent ces ouvrages à moitié prix par lots de 25 copies, et feraient donc 4 dollars de bénéfices non déclarés sur le livre. Mais ce n'est pas tout: si l'acheteur vient ensuite dans la secte et y achète des "services", ceux qui les ont amené touchent 10 à 15 % du montant excessivement élevé de la majorité de ces "services".

En ce qui concerne le prix des ouvrages, la secte est habituée aux culbutes formidables. Ainsi ai-je reçu, il y a plus de vingt ans, une offre pour un exemplaire relié cuir en boitage cuir de la "Dianétique", censé être paraphé par Hubbard, vendu... 80000 F de l'époque. On a aussi le "chemin du bonheur", code morale vendu par une des succursales "sans but lucratif", avec une culbute de 4 fois environ.

Retour sous index correspondant à ce type de texte

Retour Webpage