CRITIQUE A PROPOS DE GORDON MELTON , APOLOGISTES DES SECTES



Ce document est extrait de questions posées à Gordon Melton, apologiste (défenseur) des sectes . Il fait partie du "CESNUR" de Massimo Introvigne, et prèche le même combat avec les mêmes arguments pipés et non-scientifiques que ce dernier.
mes commentaires en italiques entre  parenthèses carrées .

Origine: http://www.hightruth.com/experts/melton.html] (texte changé de place désormais)a
(Extrait du témoignage "d'expert" de J. Gordon Melton lors du procès Lee contre Duddy et cie, procès impliquant une église locale et le "Spiritual Counterfeits Project".

"DR. MELTON: Lorsque l'on enquète sur des groupements tels que celui ici en cause, on ne se fie jamais aux témoignages non vérifiés d'anciens membres.
[loi n° 1 des apologistes: tout les anciens membres sont mauvais, tous mentent]

MR. MORGAN: Pourquoi?

DR. MELTON: Pour parler net, les anciens membres hostiles obscurcissent obligatoirement la vérité. Ils exagèrent carrément des incidents mineurs pour les transformer en incidents capitaux, et lorsqu'on suit leurs témoignages dans le temps, ils varieront presque toujours parce qu'à chaque fois qu'ils témoignent, leurs dires reçoivent l'accord ou le rejet de la part de ceux à qui ils parlent, si bien que le témoignage se développera ou se fondra dans une vision adoptée  différente."

[Loi n° 2 des apologistes: on casse d'avance les témoins oculaires et circonstanciels qui ne sont plus des membres en "bonne entente" avec le groupement sectaire défendu par l'apologiste...

S'il fallait pratiquer de façon similaire en matière de justice civile et criminelle, on pourrait avancer l'hypothèse suivante: dès lors qu'un témoin plus ou moins ami d'un criminel dénonce les crimes de ce criminel, c'est le témoin qui n'est pas crédible, et le criminel devient donc... innocent. C'est strictement ce que développe Melton ici, car les preuves existent qu'il a par exemple voyagé aux frais de la secte criminelle et meurtrière AUM (métro de Tokyo, 11 morts, 5000 blessés par le gaz sarin) pour aller, après ce crime, parler  de conspiration contre la secte et de liberté religieuse... alors même que le Gouvernement japonais, averti de difficultés possibles depuis deux ans, avait tergiversé et n'avait donc entrepris aucune mesure préventive sous le prétexte noble qu'il s'agissait d'un groupe "religieux", faisant ainsi preuve d'une "tolérance intolérable".

Si nous développons en outre l'opinion de Gordon selon laquelle les anciens membres "exagèrent et adaptent" peu à peu, que trouve-t'on en arrière-plan? Parfois, cette vérité-ci: certains anciens membres qui témoignent sont fréquemment peu assurés au début, alors qu'au fur et à mesure, ils auront de mieux en mieux compris  les phénomènes qu'on leur cachait dans la secte si bien que leur témoignage sera plus assuré.

C'est ainsi que la dernière version de mon ouvrage (à paraître en automne) est nettement plus dure que la première, écrite en janvier 1995. Je n'ai pourtant rien exagéré, mais les mécanismes en jeu me sont plus évidents désormais.

La "transformation d'incidents mineurs en incidents capitaux" peut également parfois avoir lieu: au départ, on peut juger mineur un fait, pour s'apercevoir peu à peu qu'il était essentiel. Sans quoi, l'homme n'aurait jamais inventé... la roue!

C'est un fait que certains détails de mon expérience sectaire n'ont pris leur valeur véritable qu'une dizaine d'années plus tard, quand j'ai découvert l'importance qu'ils avaient pour la secte, si pas pour moi à l'époque. Comment le reprocherait-on aux anciens membres?]

Notons par ailleurs que Melton n'est pas un cas isolé parmi cette clique d'universitaires intellectuellement malhonnètes qui règnent en apologistes des sectes. Non seulement Introvigne s'est également conduit de façon inadmissible en ne citant qu'une partie d'un document fort important, mais il l'a délibérément mal interprété en lui faisant dire ce qu'il ne disait pas du tout. Eileen Barker a par ailleurs accepté de l'argent de la secte Moon; Introvigne a aussi édité de façon malévolente un rapport final du Dr Margaret Singer de l'Association Psychiatrique Américaine, afin de faire  croire à une autre intention. On ne peut que constater qu'il s'agit bel et bien de leur part d'intentions délibérées de nuire en trafiquant des faits, attitude tout à fait indigne et inadmissible de la part "d'experts".

Fort heureusement, des gens comme  le Dr Margaret Singer, le Pr. Stephen A. Kent, les universitaires écrivains Flo Conway et Jim Siegelman, ou le Dr Hallahmi, pour ne citer qu'eux, ne pratiquent pas ces méthodes de "recherche scientifique".]

Roger Gonnet



 
La scientologie considère tous les médecins non-scientologues incompétents, tous les psychiatres non-scientologues criminels, et presque tous les médicaments comme dangereux