Scientologie et Interpol - haines réciproques et accalmies?

 

LA LOI DU GIBIER DE POTENCE et LES AGENCES GOUVERNEMENTALES: "UN-FAIR-GAME"

LES LIENS SCIENTOLOGIE -INTERPOL/DEA etc.
Ce texte est la traduction partielle d'un article écrit par David Mayo, ancien bras droit d'Hubbard et auteur d'une bonne part des documents signés "L. Ron Hubbard" - bien qu'il ait témoigné du contraire, tous les scientologues d'un certain niveau savent que le gourou n'a certes pas écrit tout ce qui est signé de lui, et la patte de David Mayo y est évidente. Il est beaucoup plus organisé et systématique dans ses bulletins : on ne peut s'y tromper.
Il présente un intérêt particulier, car Mayo, viré de la secte par l'infâme criminel qui a remplacé Hubbard à sa mort parle ici des horreurs qu'il a dû subir parce qu'il désirait refaire une autre église de scientologie, ce que la secte mère refusait de toutes ses forces.
Nota: depuis ce document de 1994, Interpol n,e semble toutefois plus avoir pris parti de façon excessive dans ce domaine. Il s'agissait donc peut-être d'une affaire personnelle à l'ancien dirigeant de Interpol.


UN-FAIR-GAME
Un-Fair-Game -littérallement, "mauvaise application de la loi du Giber de Potence" est un terme nouveau employé ici pour décrire l'usage incorrect d'agences d'état pour faire appliquer la loi du giber de potence. Le 4 Août 1994, la scientologie (tm) s'est servie d'INTERPOL, de l'US DEA (agence américaine de contrôle des drogues) et du DNCD (Contôle National des Drogues en Rép. Dominicaine) pour tenter d'imposer les croyances de l'église de sciento (tm), me persécuter et me faire emprisonner sous de faux prétextes. Interpol avait reçu un rapport disant que je pratiquais la "scientologie(tm)" sans autorisation ou licence; que j'avais "détruit des proriétés de la scientologie (tm) et que je me présentais comme étant scientologue (tm). Ventura Bayonet, patron du DNCD Dominicain, dit avoir agi sur appel d'Interpol disant que "j'avais endommagé des millions de dollars de propriétés de la scientologie (tm).

Je ne me présentais pas plus comme scientologue que je n'exerçais la scientologie (tm), que ce soit avec ou sans licence. Je n'avais anbsolument pas causé de dommages à des propriétés scientologues. En 1992, toutes les poursuites scientologues engagées à mon encontre avaient été abandonnées, le Tribunal du District Central de Californie m'ayant alloué 2,9 millions de dollars de dommages payables par la scientologie (tm) pour poursuites abusives.

J'avais quitté la scientologie (tm) en 1983 et pris soin d'annoncer que je n'étais plus lié à elle, et que j'étais en désaccord avec nombre de ses pratiques. (Notez bien que même lorsque j'étais membre de la scientologie, il n'y avait pas de  "licence" pour la pratiquer.) De plus, le juge avait déterminé que tous les accords que j'avais passé avec la scientologie (tm) n'étaient pas valides en tant que contrats.

Dans son jugement du 20 Janvier 1993, l'Honorable Juge James G. Koltz a dit ceci à propos des plaignants, l'église de scientologie (tm): "Les plaignants ont abusé du système judiciaire fédéral et s'en sont servi -entre autres - pour démolir leurs opposants, plutôt que pour chercher à résoudre  une discussion au sujet de marques de commerce ou sur d'autres sujets." Ceci constitue une conduite extraordinaire, malintentionnée, gratuite et oppressive."

PERSECUTION

J'ai été persécuté par Interpol, pilotée dans ce cas par David Miscavige de RTC-Eglise de Scientologie. Le 4 Août 1994, notre maison a été encerclée par une quinzaine de policiers, militaires et agents du DNCD. On ne m'a pas signifié de crime, ni donné d'ordres particuliers; mais on m'a menotté.On a fouillé ma maison pour y trouver des armes à feu, de la drogue, de l'argent; on n'y a trouvé ni drogue ni armes. On m'a quand-même emmené au commissariat puis à Saint Domingue, où l'on m'a mis en prison sans me signifier de charges ni me permettre de téléphoner à un avocat, à l'ambassade américaine ou à ma femme. J'étais dans des conditions épouvantables - 10 ou 12 personnes dans 9 m2, etc. ...
J'ai appris le lendemain qu'INTERPOL enquètait sur mon compte à la demande de l'église de scientologie (tm). On m'a relâché le soir. L'incident n'était qu'à ses débuts....

"DE PAR SA CONSTITUTION, IL EST INTERDIT A INTERPOL D'ENTREPRENDRE UNE INTERVENTION SUR DES ACTIVITES RELEVANT DU POLITIQUE,  DU RELIGIEUX, DU MILITAIRE OU DU RACIAL"... (http://www.rcmp-grc.gc.ca/html/interpol.html). La dernière chose qu'ils auraient dû faire étaient de fouiller mon domicile sans mandat de perquisition, me détenir arme au poing, me faire jeter au cachot dans des conditions infectes, et me faire interroger à la requète de la "Scientologie (tm)", qui dit être une religion. Que la scientologie (tm) obtienne d'Interpol  la persécution d'un ancien membre et qu'ils fassent entreprendre des poursuites qu'ils n'ont jamais réussi à gagner au moyen des procès importants engagés contre moi-même ou mon église manifeste largement l'engagement d'Interpol dans des affaires religieuses.

HISTORIQUE

Depuis des décades, la Scientologie (tm) a mené la guerre contre Interpol; mais ceci a changé en 1994, quelques mois avant la persécution. Selon une déclaration de David Miscavige - président de l'église - datée de Janvier 1994, il avait convenu d'une réunion avec l'IRS et Interpol. Il dit "J'ai rencontré à Washington le patron d'Interpol, Raymond Kendall... cette rencontre a été convenue un mois avant, et puisque l'individu venait du QG d'Interpol en Europe... j'ai arrangé l'affaire avec des officiels de l'IRS au même moment." (http://wpxx02.toxi.uni-wuerzburg.de/~krasel/CoS/aff_poodle.htm)

.......

L'officier Interpol qui voulait me questionner était le capitaine Antigua. Il était poli. Il expliqua qu'Interpol se servait des locaux dominicains du  DNCD mais que c'est lui, Officier Interpol;, qui conduisait l'interrogatoire. Cela m'étonna. Je fus plus surpris encore qu'il me demande "que savez-vous du AAC de Santa-Barbara? (AAC: centre d'aptitudes avancées, émanation sciento).

... Une autre personne vint, se présentant comme officier des services secrets dominicains, mais sans montrer sa carte d'identité....

... on me demanda si j'avais fait des rapports sur l'église de scientologie (tm)etc.

(puis s'ensuivent différents harrassements, fausses allégations de la secte, conduisant la femme de Mayo à être arrètée en douane, questionnée etc... cela dure des mois )

Mayo conclut ainsi:

"Le harrassement décrit ci-dessus va au-delà de la persécution: il s'agit ici de terrorisme international."

Trad: Roger Gonnet


 
 

Retour sous index correspondant à ce type de texte :

Retour Webpage