Sectes - loi "Picard" - Manipulation mentale - lavage de cerveau - scientologie  : le lavage de cerveau existe-t'il?

 

Je vais tenter un tour global mais non exhaustif de la question "manipulation
mentale", lavage de cerveau, contrôle mental etc, en passant du sens général
au sens restreint.

Premier acte:

La "manipulation mentale" existe et nous en connaissons tous
des preuves indubitables. (Cette partie est avant tout destinée à établir le
parallèle existant entre les "manipulations mentales" qu'on pourrait séparer en
"consciente" et "inconsciente"). J'emploie ici le terme "manipulation
mentale" au sens très large d'influence sur le mental, pour m'approcher
ensuite de la définition plus restrictive qu'on lui donnera par exemple en
psychologie .

Rappel: cette "manipulation" peut être positive ou négative, ou les deux à
la fois.

A/: NIVEAU "MANIPULATION MENTALE" VIA LE PHYSIQUE:


1. Tout drogué aux drogues provoquant une accoutumance est en permanence manipulé mentalement . On ne pense généralement pas à faire le rapprochement entre contrôle mental chimique et contrôle psychologique. Le parallèle n'est pas si simpliste qu'il y paraît, puisqu'on connaît à peine les mécanismes en jeu au niveau physique. Le fumeur, l'alcoolique, l'héroïnomane, sont évidemment dans ce cas. Certains patients qui prennent des médicaments à accoutumance aussi.

La manipulation est permanente du fait que le besoin se fait sentir même
lorsque l'effet premier du produit - celui qu'on recherche - a disparu.

2. Tout drogué ou patient soigné par des drogues ayant des effets mentaux
directs [psychiatrie par exemple] ou des effets secondaires mentaux
[hormones par exemple] est manipulé mentalement via le physique. Cela inclut même l'aspirine, qui est en mesure de provoquer une sensation de bien-être, donc mentale. Ou tout poison, qui provoquera l'inverse. L'effet n'est pas que physique, il a des répercussions sur la vie subjective du patient.

3. Une majorité de patients subissant un traîtement pour maladie ou
symptôme de maladie subit un contrecoup mental (amélioration ou
détérioration): même là, il existe une forme de "manipulation".

Dans tous ces cas de "manipulation" au niveau physique, la personne a
conscience de cette "manipulation", et n'en est donc pas l'effet vraiment
involontaire si elle obtient l'effet recherché; la manipulation ne devenant
vraiment indue ou indésirable que pour:

- les toxiques à accoutumance - cela se fait peu à peu et plus ou moins vite,
- les médicaments à effets secondaires indésirables, surtout lorsque l'effet secondaire prend trop d'importance. (On pourrait mettre dans cette catégorie certaines chimiothérapies en phase terminale, provoquant plus de
malaises que d'effets positifs).


B/ "MANIPULATION MENTALE" au niveau mental/psychologique (par la parole,
l'exemple donné, les ordres communiqués etc.)


On rencontrera ici aussi les deux catégories essentielles, la première étant
bénéfique ou neutre, la seconde dangereuse.

1. Tout éducateur, parent, relation, spectacle, lecture, publicité, etc.
"manipule" le mental de ceux à qui il (ou cela) fait passer le savoir ou les
idées, opinions, images, etc.

Ce sont les idées reçues, qu'elles soient exactes ou pas, qui détermineront
le comportement futur de la personne; à ces idées etc. s'ajoutent les
expériences de la personne, ses goûts, ses aptitudes; rappelons qu'à ce
niveau, nous sommes dans l'imprévisible : qui peut dire quel argument,
quelle image, quelle méthode détermineront quel choix précis? Pourquoi
allons-nous choisir telle voiture? Telle profession? Tel comportement face à
une situation? Tout simplement parce que nous pensons que c'est la chose à
faire; et si nous le pensons, c'est en fonction d'un nombre de critères dont
nous serions probablement bien en peine de citer tous les paramètres, bien
que certains soient beaucoup plus objectifs que d'autres
[ce qui aboutit
parfois à des idées fixes très répandues du type: "les voitures allemandes
sont plus solides que les françaises", ou encore "les femmes sont moins
douées que les hommes": on obtient ici une forme de préjugé proche de la
"manipulation mentale", manipulation qui serait due à l'ensemble de la
société.]

Autre exemple: Le cannibale reçoit une éducation qui le pousse à manger ses
semblables, alors que les autres seraient écoeurés à cette idée et la
trouveraient généralement barabare - sauf dans quelques situations
rarissimes de survie.

Pourtant, ces phénomènes connus - éducation , publicité, lecture, discussion
etc - sont très largement admis par la société, même lorsqu'ils aboutissent
à des résultats passablement négatifs ou désastreux. Nous connaissons tous
des gens "qui ont tout ce qu'il faut" - mais vivent l'enfer.

Qu'est-ce qui a poussé une Mère Thérésa ou un Gandhi à faire ce qu'ils
ont fait?
Quel paramètre de son passé - combiné à son caractère - fera prendre à
un individu la décision de tuer, personne ne l'ayant contraint ni ne lui
ayant même conseillé ou ne l'y ayant incité?
Quelle opinion ou autre influence peut faire créer à un Staline une
société de semi-esclaves, alors qu'il partait en principe d'une "belle idée
altruiste de partage des bienfaits de la nature et du travail"?
Quel raisonnement força par le passé les chrétiens à assassiner, violer
et piller, alors que les évangiles leur conseillaient le contraire?

Nous avons ici un point commun: les choix effectués se fondent sur la
recherche d'avantages, que ces avantages soient supposés altruistes ou
égoïstes. Les avantages recherchés dépendent de l'éducation etc.

Acte 2:

Puisqu'on ne peut déterminer avec précision relative les effets à
long terme des "manipulations" qu'on appelerait bénignes ou conscientes -
bénignes puisque la société les admet, sera-t'il possible de déterminer les
effets des manipulations malhonnètes - celles dont parle la seconde partie
du projet de loi présenté pour venir à bout des sectes coercitives?

C'est ici qu'on rejoindrait les définitions de l'escroquerie. En effet, pour
qu'il y ait manipulation mentale véritable, au sens où l'entend le projet de loi déjà voté par l'assemblée-
et au sens où la majorité des gens le comprenennt, il faut d'abord qu'il
existe une escroquerie, un mensonge quelconque.

Prenons l'exemple bénin du gamin qui dit qu'on lui a volé son porte-monnaie
afin d'obtenir un peu plus d'argent de poche cette semaine-là: il fait
prendre à ses parents une décision qu'ils n'auraient pas prise sans
l'existence de ce mensonge. C'est une manipulation mentale - certes, les
effets ne changeront pas la face du monde, mais les faits sont là: de bonne
foi, les parents paient; c'est l'effet du mensonge.

Les sectes les plus dangereuses pratiquent de même, amis à plus à grande échelle: en résumé, elles font croire à la future victime qu'elles ont les réponses à ses problèmes - altruistes ou égoïstes. Elles apportent en effet certaines réponses ou un confort de vie (love-bombing, amitié etc) -sans quoi nul n'y resterait plus de quelques jours, mais elles sont loin de fournir les résultats qu'elles promettent. Certaines se gardent de promettre du concret réalisable dans cette vie, et mentent donc beaucoup moins ou pas du tout: on sort alors des sectes pour pénétrer le domaine des croyances, religieuses ou non.

Les sectes coercitives seront contraintes de mentir davantage pour
conserver leur clientèle. On découvre une gradation de la taille, du nombre, ou de l'importance des mensonges, jointe à une pression considérable destinée à empècher que la vérité des faits ne soit découverte.

On peut ajouter ici que la "hiérarchie" interne du mouvement part du haut de
la pyramide, le "gourou", en s'appuyant sur une "orthodoxie" plus ou moins
complète des échelons intermédiaires. Ex: les Jéhovistes connaissant le
mieux la version jéhoviste de la Bible et l'appliquant au plus près des
ordres de la Tour de Garde, seront jugés dignes d'être proches du sommet, ou dignes d'être "sauvés". Les scientologues seront jugés selon leur élévation
dans la hiérachie, qui s'obtient grâce à leur production augmentée et
conforme.
[notons ironiquement que ceci va à l'encontre de ce que disait le
Christ: "les premiers seront les derniers et les derniers seront les
premiers" - les religions sont truffées de paradoxes]


Aucune secte coercitive ne laisse volontiers ses clients/adeptes se renseigner sur les résultats, l'expérience, le passé de leur gourou ou ses activités
contraires aux buts qu'elles déclarent.

Lorsqu'il arrive que par commodité, elles laissent découvrir certains aspects de leurs magouilles ou de leurs intentions véritables (ex: "nous voulons conquérir le monde, car nous avons la vérité" etc...), elles se retranchent derrière deux mécanismes principaux:

-
le premier, c'est la justification par la "croyance" de la détention
de vérité absolue ou quasi absolue : Moon vaut dix fois le Christ, Hubbard a
découvert la seule voie pour sortir du piège, Raël-Vorilhon est le seul à
avoir contacté des Elohims, les Jéhovistes seront seuls à être sauvés - les
chrétiens disaient de même par le passé, etc. Aucune preuve n'en est jamais
fournie. Les clients ou croyants doivent croire, et la discussion n'est pas
admise: il y a coercition, parfois par la force (massacres des infidèles,
peine de mort envers les apostats, et d'autres méthodes contraires aux
droits de l'homme).

-
le second, c'est l'escalade des mensonges. Le client ou le "croyant" à
qui l'on a promis monts et merveilles doit attendre l'étape suivante pour
parvenir au résultat escompté. Pour cela, dans les sectes coercitives, il
doit payer de sa personne et de sa poche, tandis que les religions se
contentent de lui demander de se plier à certains rites -payer de sa
personne-, sans exiger nécessairement d'oboles; seuls ceux qui sont décidés
peuvent participer, bien qu'on le leur demande parfois avec insistance.

Ce second mécanisme de contrôle mental est en permanence complété au fur
et à mesure de la progression du mouvement sectaire. La secte fait de
nouvelles "découvertes", elle trouve davantage d'explications et de
justifications, elle exige que l'adepte se plie à de nouveaux rites, qu'il
participe à d'autres activités, qu'il soit meilleur prosélyte, qu'il lise les nouveaux ouvrages, pratique de nouveaux rites, participe à de nouveaux séminaires, s'engage plus fortement, etc. (Plus la secte obtient de l'adepte, plus il est coincé ici par un
sous-mécanisme connu, qu'on peut ainsi résumer: on aime davantage ceux que l'on aide que ceux qu'on n'aide pas, ou encore : on préfère généralement plaire à autrui et le satisfaire que lui faire la guerre). De nouveaux ouvrages du gourous sont publiés, de nouvelles conférences, etc.

Résumé:


- Le véritable contrôle mental ne peut s'exercer sans mensonge connu [connu des dirigeants]. Les auteurs de ces mensonges mentent par action ou par omission (on prétendra ne pas tout dire sous prétexte que "ce ne serait pas compris ni acceptable au non-initié").
- Les preuves de résultats promis ne peuvent être fournies sur la durée, ou
le mensonge continue à être perpétré, alors qu'on sait, en haut de la
hiérachie, qu'il y a tricherie: c'est ici qu'on trouve l'escroquerie. (on
taira soigneusement les vices cachés du gourou, par exemple, ou on les
justifiera par des pouvoirs inexistants, allant jusqu'à vendre dans certains
cas à prix d'or des fioles de son sang ou de son sperme doté de "pouvoirs").
- Une large majorité d'adeptes participe très vite au mensonge; toutefois,
les débutants le font généralement de bonne foi: quelque chose a changé en
mieux dans leurs existences, ils veulent en faire profiter leurs amis. Ce
n'est qu'ensuite qu'ils commenceront à douter, sans pouvoir nécéssairement
s'échapper: c'est peut-être ici que le contrôle mental véritable
s'observerait le plus aisément - l'adepte n'est plus conscient de l'ensemble
des réalités: il les transforme via sa "grille" de décodage sectaire.

Proposition de conclusion, par rapport à la définition de manipulation
mentale de la seconde partie du projet de loi:

Selon moi, on ne peut laisser passer cette partie du projet en l'état.
J'avais d'ailleurs proposé immédiatement à sa sortie d'étudier la
possibilité d'une juridiction spécialisée pour ces délits - qui pourrait
avantageusement être étendue aux délits des sectes, vu la complexité des
affaires qui y sont traîtées. La première partie me paraît par contre des
plus sensées, et proche du souci de défense des droits de l'homme sur la
durée, car elle empèche ces mouvements de recommencer trop facilement les mêmes crimes, qui sont en réalité inscrits dans les règles mêmes de la secte.

Une solution possible à la seconde partie - manipulation mentale - pourrait consister à réviser en partie la législation propre aux escroqueries, afin d'y inclure les nuances englobant ce délit de manipulation mentale - notons au passage que la secte la plus acharnée à faire croire que cela n'existe pas est justement celle dont le fondateur a le plus écrit pour décrire cette manipulation et ses méthodes de mise en oeuvre: c'est bien entendu la scientologie.

Il serait toutefois utile d'étudier plus à fond les implications futures de
cette partie du projet, aussi bien légales que psychologiques, car la
frontière entre accord réel et désaccord d'une personne à subir une
méthodologie, une croyance, ou un traitement, n'est pas large: ce no-man's
land entre manipulation/pas de manipulation pourrait nécessiter une approche
plus complète sur le plan scientifique.

Il suffit de constater la virulence apportée de la défense d'un système
criminel de la part de certaines personnes qui, comme moi, ont subi son
contrôle mental, alors qu'elles en sortent ensuite et prennent le
contrepied, pour observer d'une part:

- que cette "manipulation mentale" existe
[peu importe la termnologie
qu'on lui applique en pareil cas, les faits demeurent]

- qu'elle n'est pas sans recours ou remède
- qu'il faut la définir clairement et entièrement
- que la recherche de similitudes précises avec l'escroquerie serait
probablement justifiée et pourrait aboutir à un résultat reproductible.
- que parallèlement à l'escroquerie, ce phénomène peut tirer en
direction des lois sur la publicité mensongère
[par exemple, la totalité des
ouvrages scientologiques contient une forme de publicité mensongère: le fait
d'affirmer ces promesses mensongères dans des publications pourrait être
assimilé à de la publicité mensongère, privant ainsi une grande partie de
ces mouvements de leurs moyens d'expression délictueux.
]

*********

Je crains qu'à aller un peu vite, on ne provoque plus de problèmes qu'on en
résoudrait. (Non que cette partie de la loi "antisectes" soit mauvaise, mais
plutôt, que je la crois trop délicate d'application).





Retour sous index correspondant à ce type de texte :Retour index textes apologsites et anti-apologistes

Retour Webpage