LE HUBBARD EST NU

Bob Minton, riche américain ayant pris un jour fait et cause dans la lutte anti-scientologie - il n'en connaissait rien jusqu'à ce qu'il en découvre quelques crimes sur Internet - a décidé voici quelques temps d'aider un peu plus encore, en ouvrant un concours doté de 10000 dollars qui récompenseraient le meilleur des articles de 10-15000 mots écrits sur la secte, sous certaines conditions préétablies (nouveauté du point de vue, possibilité de le faire lire à des scientologues et de les convaincre, etc).


Les gagnants sont connus depuis aujourd'hui 30 septembre 1999... Bob Minton, très généreux, a décidé en définitive de leur offrir à CHACUN 10000 dollars, et 20000 $ (plus de 120000 F) au grand vainqueur! Rappelons qu'il avait déjà largement participé auparavant (en versant une dizaine de millions de F à divers organismes ou individus présents sur la scène anti-scientologique). Sachant la détermination dont il a fait preuve face aux ignobles attaques des scientologues fantaisés, je ne doute guère de l'issue du combat.


Le grand gagnant est Joe Cisar; son texte. Les autres gagnants sont:

Scott Mayer
Arnie Lerma
Jeff Jacobsen (ci-dessous)
Warrior
Konchok Penday
Ralph Hilton

Leurs articles traduits pour le public francophone seront publiés au fur et à mesure et l'ensemble sera zippé pour en faciliter le chargement et la lecture via Internet.


Bravo aux vainqueurs.

[I've added my own essay, out-of dateline from the challenge, in english only for the moment.]

Note: les notes de bas de page concernent toujours les textes originaux anglais, et n'ont donc pas été traduites (ni la pagination bien entendu, qui ne correspondra donc pas aux textes traduits)


par Jeff Jacobsen
PO Box 3541
Scottsdale, AZ 85271

copyright 1992 par Jeff Jacobsen

INTRODUCTION

En Juin 1989, alors que j'étais à Chicago pour une grande vente de livres d'occasion, une des plus importantes du pays, je tombais sur l'ouvrage "Contrôle Physique du Mental" de Jose Delgado (Physical Control of the Mind). Delgado avait conduit des expérimentations sur divers animaux en leur plaçant des électrodes en certaines parties du cerveau, puis en faisant passer un signal électrique. Il pouvait ainsi induire des comprtements chez l'animal. Il devint un importante référence pour moi quand j'eus lu quelques-unes des recherches menées sur le contrôle mental - pour écrire un article d'université. Parlant du développement du cerveau, Delgado expliquait ceci à propos du psychanalyste Robert Sadger:

Sadger disait que lorsqu'il ne pouvait lier certaines névroses de ses patients à leurs périodes embryonnaires, il les incitait à se souvenir de ce qui était arrivé à leur sperme et ovule originaux, ou de se souvenir le cas échéant d'attitudes des parents susceptibles d'avoir pu provoquer un traumatisme de leurs délicates cellules germinales, avant la conception. Il maintenait que ces cellules avaient une vie psychique en elles-mêmes, avec aptitude à apprendre et à se remémorer. A

Cela ressemblait largement à certaines théories que j'avais lues dans Dianétique, science moderne de la santé mentale, de L. Ron Hubbard. J'avais lu et étudié ses théories et même écrit un tract critique de son église de scientologie, après en avoir étudié les doctrines et l'histoire. La dianétique semblait pleine d'idées nouvelles et de théories uniques, mais ce que disait Delgado m'amena à supposer qu'Hubbard avit fort bien pu emprunter certaines de ses idées plutôt que les inventer. L'article de Sadgers datait de 1941, soit 8 ans avant la publication de la dianétique! C'était le début du livret que vous allez lire. J'avais étudié les travaux d'Hubbard depuis 1986, et pris un cours d'introduction en 1983 (incluant un peu d'audition selon cet ouvrage). Au moment de la vente de livres à Chicago, le style littéraire, les théories bidon et la fatuité d'Hubbard me raisaient, et je comptais entreprendre une étude des théories sur la stimulation électrique du cerveau, d'où mon intérêt pour Delgado. La possibilité qu'Hubbard ait pu emprunter ses idées plutôt que les inventer me parut un sujet mûr et excitant à rechercher.

Je le trouvais excitant du fait qu'Hubbard présentait cela comme ses propres idées, supposées être la percée du millénaire - ou même l'égale de la maîtrise du feu chez l'homme des cavernes. Si je pouvais démontrer que la dianétique n'était qu'une synthèse d'idées antérieures, Hubbard devenait un escroc et un mercanti. Toutes gens que je n'apprécie pas.

Mon avis général actuel est qu'Hubbard n'a fait aucune recherche crédible de lui-même. Il a distillé des idées provenant d'ouvrages qu'il avait lus, du peu de cours qu'il avait pris en université, de sa propre expérience et de son fertile mental dérangé, pour aboutir à cet étrange méli-mélo de théories bizarres écrites en un style se voulant scientifique.

Les idées qu'il emprunta étaient souvent bizarres pour commencer; sa tête fertile et perverse les altéra, les embellit, produisant une potion encore plus abracadabrante.

Trier les emprunts d'Hubbard est une tâche incroyable, on n'a pas la liste complète de ce qu'il a pu lire. Il est arrivé dans les débuts de la dianétique qu'il créditât quelques auteurs comme Korzybski et Freud ou d'autres, mais Sadger n'est par contre cité nulle part. On est donc forcé de prendre une idée quelque part chez lui, et de se livrer à un travail de limier afin de découvrir si elle proviendrait d'ailleurs. Cela m'ouvre bien sûr àla possible critique que j'use de la dianétique pour trouver ce qui y ressemble ailleurs; mais en réalité, j'essaie surtout de démontrer qu'aucune des idées d'Hubbard ou presque dans cet ouvrage n'est nouvelle ou unique, comme il le prétendit.

Le but poursuivi n'est pas tant non plus de trouver la source définitive des emprunts d'Hubbard, mais donc, de démontrer que lesdites idées ne sont ni neuves ni uniques. Je crois pourtant possible d'affirmer que certaines choses ont été nettement empruntées d'auteurs définis, comme Sadgers et d'autres, sans qu'il se donnât la peine de les citer.Je crois que les exemples que j'ai été en mesure de découvrir ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Il existe des idées comme celles provenant de La Montée et la Chute du troisième Reich de William L. Shirer - qui fut publié en 1950, idées dont je trouve largement le reflet dans l'organisation de la scientologie.

Certaines sections de ce texte sont l'aboutissement de cinq années de recherche à temps partiel sur les enseignements hubbardiens. Je tenais à les mettre en forme avant de passer à d'autres sujets.

En fait, il ne devrait servir à rien d'écrire les idées d'Hubbard, puisque la plupart est indéfendable ou excessivement absurde. Son style littéraire est grandiloquent, difficile, exaspérant et tout à fait farfelu. Il n'en reste pas moins qu'aujourd'hui, il reste quelques 70000 scientologues pour le considérer comme un génie, prèts à vivre leur existence en conformité avec ses dictats. La scientologie publicise activement et recrute de bien des façons des gens peu méfiants: aussi longtemps que cela se produira, ceux d'entre nous qui sont au courant devront parler pour exposer ses mensonges et tromperies. Pour gagner, la meilleure solution trouvée par les escrocs, c'est d'éliminer l'opposition. L'une des premières activités d'Hitler en arrivant sur le trône de la Chancellerie consista à faire taire la critique. Si nous, les critiques d'Hubbard, restons silencieux, la scientologie peut foncer: Hubbard le savait, ce qui explique les attaques constantes de la scientologie envers ceux qu'elle perçoit ennemis.

A Jose M.R. Delgado, M.D. PHYSICAL CONTROL OF THE MIND (Harper
Colophon Books, New York, 1969) P.47-8.

APERCU DES THEORIES D'HUBBARD

Je dois signaler en prémice qu'il n'existe pas la moindre preuve scientifique de la plupart des théories hubbardiennes, en dépit du fait qu'il les présente comme telles. Il n'a pas de formation universitaire qui aurait opu lui apporter un bagage dans le domaine mental, en dépit de ses grandioses et fausses descriptions de voyages de par le monde et d'études incroyables. de plus, aussi bien la communauté scientifique que le monde réel en général rejettent l'essentiel de ses théories, en s'appuyant sur des preuves tangibles. cela n'empèche qu'il ait encore des adeptes. Puisque lui et son église de scientologie ont placé les enseignements sur le marché des idées, leur critique intéressera les uns comme les autres. Faisons-en d'abord un brève présentation.

Si vous connaissez déjà la doctrine dianétique et scientologique, vous pouvez sauter ce passage, qui n'est qu'un résumé général des thèses. L'essentiel aura trait à ce qu'enseigne la Dianétique, science moderne de la santé mentale [retitré en France pour raisons légales "Dianétique, la puissance de l'esprit sur le corps] et aux idées qui en proviennent. Si vous connaissez mal l'ouvrage, autant lire cette section pour suivre ensuite les développements du présent texte. Je serai bref et concis pour que le lecteur puisse suivre le débats en découlant. Les mots en italiques sont ceux d'Hubbard avec lesquels il faut se familiariser; lire La Dianétique peut bien sûr être utile pour aborder la suite.

L. Ron Hubbard , auteur de la Dianétique, science moderne de la santé mentale et fondateur de l'église de scientologie, était écrivain de science-fiction avant de publier le livre qui ferait sa gloire. Il s'agit d'un livre d'aide de soi-même publié en 1950, prétendant contenir des théories uniques et nouvelles sur la façon dont marcherait le mental. L'auteur annonçait que son travail n'avait aucun précédent La Dianétique est oeuvre tout à fait originale 1 L'humanité se détruisait sans avoir la moindre idée de ce qui provoquait les comportements humains ou qui le rendait malade ou en forme. La réponse est et reste la dianétique. 2 Afin qu'il ne subsiste aucun doute sur l'originalité des idées, Hubbard écrira que la dianétique n'a rien emprunté, mais qu'elle fut découverte et organisée; que ce n'est quaprès que son organisation et sa technique aient été achevées qu'elle fut comparée à l'information existante 3 Selmon Hubbard, certains philosophes du passé ont servi à construire la dianétique, mais le restant de la recherche a été fait sans boussole, sans cartes. 4

La dianétique devint un best-seller sur le New York Times en 1950, et s'est vendue depuis à des millions d'exemplaires.

La dianétique serait une science moderne de la santé mentale, comme le déclare Hubbard en titre de son ouvrage de 1950. La théorie essentielle de l'ouvrage, c'est que l'homme aurait deux mentaux, l'Analytique et le Réactif. Le Mental Analytique serait une machine au fonctionnement parfait, la vie serait formidable s'il n'y avait le Mental Réactif toujours prèt à fausser le fonctionnement du Mental Analytique. Le Mental Réactif engrange les souvenirs de moments où nous étions sujets à de la douleur et de l'inconscience. Ces enregistrements seraient des enregistrements parfaits des évènements, mais le problème serait qu'ils en sont pas stockés dans le Mental Analytique. Ces souvenirs peuvent être excités ou restimuléspar des évènements dans l'environnement, que le Mental Réactif interprèterait comme ressemblant à l'un de ces souvenirs. Lorsque le Mental Réactif constaterait une similitude de ce type, il tenterait de prendre le contrôle sur le Mental Analytique. C'est le problème, car le Mental Réactif est "idiot" , il fait n'importe quoi et détruit les aptitudes convenables du Mental Analytique.

Le but de la dianétique consiste à reclasser ces souvenirs, nommés Engrammes, là où on pourrait s'en servir correctement. Le Mental Réactif est une émanation ancienne de la façon dont penseraient les animaux, et c'est donc la zône de faiblesse du mental humain.

Exemple d'Engramme fourni par l'ouvrage la dianétique: un enfant dont le père bat la mère, alors que l'enfant est encore dans son ventre. (les engrammes peuvent être enregistrées dès la conception). L'enfant est rendu inconscient en raison des coups et de la douleur, pendant que le père crie à sa femme: "Prends ça, Prends ça, Prends ça, je te dis!"5 Lorsque l'enfant grandit et que quelque chose (par exemple, les cris de son père) de l'entourage ressemble à ce qu'il a enregistré dans l'engramme, cela "verrouille" ou "restimule" l'Engramme, et le Mental Réactif prendra le contrôle, en coupant réellement ce qui vient du Mental Analytique, au point que le AN agira d'après les données littérales présentes dans l'engramme. Par conséquent , cet enfant , dans l'exsemple, va "prendre ça, prendre ça", et devenir kleptomane.

Le but de la dianétique est d'ôter les engrammes du Mental Réactif et de les effacer, en transférant ces souvenirs dans le Mental Analytique, qui peut dès lors s'en servir et les utiliser. Quand le Mental Réactif est vidé de ses Engrammes, la personne est déclarée Clear - "Claire", et serait alors capable d'utiliser son mental de façon parfaite, et aurait dès lors un niveau d'aptitudes inconnu jusqu'à nos jours.

On découvre les Engrammes grâce à l'audition, durant laquelle une personne questionne l'autre sur son passé, jusqu'à trouver des engrammes. S'il en apparaît, on passe et repasse l'incident plusieurs fois jusqu'à ce que l'auditeur soit satisfait parce que la mémoire de l'engramme aurait quitté le mental réactif pour aller se classer dans le Mental Analytique. (Voir la section Clear pour plus de détails).

les auditeurs sont les praticiens appliquant le processus dianétique. Ilsfouillent le passé en posant des questions, cherchant des enghrammes à eradiquer. En dianétique, les auditeurs n'ont pas besoin d'un long entraînement, d'après le livre. Du moment qu'une peronne est suffisamment intelligente et en communication, elle peut auditer après avoir lu le livre.

Après la publication de la dianétique, Volney Mathieson a présenté son appareil de mesure des réactions galvaniques de la peau. Hubbard a décidé de s'en servir comme outil pour rechercher les engrammes. Cet appareil apparut en 1941 comme "objet destiné à s'amuser dans les réunions entre amis" 7 il sert simplement à enregistrer les différences de conductivité d'un léger courant qui traverse le corps, résistance pouvant varier en fonction de la façon dont la personne serre les boites et de son degré de transpiration. Hubbard appela l'appareil un e-meter, - électromètre en français. Le but était en tout cas de reclasser dans le Mental Analytique les éléments du Mental Réactif.


Le but de la dianétique est de clarifier la planète, c'est à dire d'auditer tout le monde jusqu'au niveau de Clear.

Ce n'est cependant pas la fin de l'histoire. Alors que votre mental serait désormais à son niveau optimal, votre âme - nommée le thétan en scientologie - aurait encore des problèmes. La dianétique a soi-disant réparé les problèmes mentaux, mais désormais la religion scientologie doit faire ce qu'il faut pour remédier aux problèmes de l'âme. Les gens ne sont pas simplement des gens avec des problèmes de mental, lais aussi des âmes réincarnées successivement depuis des millions d'années au moins. Chacun de nous aurait vécu la même expérience atroce durant laquelle d'autres âmes-téhtans auraient été fusionnées à notre thétan, ces thétans interférant avec les activités optimales du thétan principal, de nous-même. Le processus scientologie enseigne la Mental Analytiqueière de se débarrasser de ces Body Thétans -Thétans de Corps- accrochés à nous comme des sangsues, et enseigne comment opérer de façon plus efficace.

Hubbard prétend avoir été le premier à découvir les vérités de la dianétique comme de la scientologie. Sans sa "tech", ou sans les méthodes pour éradiquer les empèchements vitaux jamais dévoilés jusqu'à lui, il n'y a pas d'espoir pour l'humanité!

Ce qui précède provient de la lecture de 16 ouvrages d'Hubbard, et d'avoir entendu quelques 45 heures de ses conférences enregistrées, d'innombrables articles sur l'église de scientologie, et de discussions avec plusieurs anciens membres. Hubbard est si répétitif et indéchiffrable, que la compréhension de ses idées n'est pas chose aisée. Prenons un exemple:

En d'autres termes, la Vie, mise en face d'une chose de non-compréhension, se sentirait en soi confuse, car la Vie, étant Compréhension, ne peut devenir non-compréhension sans assumer le rôle d'être incompréhensible. C'est ainsi que le chercheur de secrets est piégé à être soi-même un secret. 8

Ce genre de chose rend Hubbard exaspérant à suivre.

Ce qui précède est une rapide revue d'un sujet compliqué. L'enseignement comporte nombre de points; je tenterai donc d'en expliquer les inter-relations lorsqu'il le faudra, pourrendre mes argumentaires plus clairs.


1 L. Ron Hubbard, DIANETICS: THE ORIGINAL THESIS (Los Angeles;
Church of Scientology of California Publications Organization,
1951) outside back jacket
2 Ibid.
3 L. Ron Hubbard, DIANETICS, THE MODERN SCIENCE OF MENTAL HEALTH
(Los Angeles; Bridge Publications, 1987) p.340
4 DIANETICS, p.400. RETOUR TEXTE DES NOTES 1-4 CI-DESSUS
5 DIANETICS, p.281 RETOUR 5
6 DIANETICS, P.225
7 Giant Home Workshop Manual, 1941. See The Survivor, volume 8,
p.1 P.O. Box 95, Alpena, AR 72611 RETOUR 7
8 L. Ron Hubbard, DIANETICS 55! (Los Angeles; Bridge
Publications, Inc., 1955) p.41

Le peu clair état de Clair - (Clear)

Il semblerait que la première personne à atteindre l'état de clair devrait avoir fait la Une des médias planétaires. Après tout, un Clear:

* N'a jamais rhumes ni accidents
* A un QI plus élevé
* Un souvenir complet de toute sa vie depuis la conception
* Guérirait elle-même d'un cancer, ou d'autres imperfections 1
* Peut trouver en quelques secondes ce qu'une personne moyenne met une demi-heure à calculer-2
* Est le premier connu de personne véritablement rationnelle 3

Comme Hubbard l'affirme, "Nous avons ici affaire à quelque chose qui représente un sujet d'étude n'ayant jamais existé: le Clear" 4

Un clair serait un progrès phénoménal dans bien des domaines sociaux, respect de la loi, où un clair pourrait se souvenir de ce qui se serait passé, tandis qu'il était encore un foetus ou inconscient, et aider par conséquent à résoudre des crimes dont il aurait été "témoin" pendant son inconscience. La biologie ferait un immense bond en avant si l'on pouvait réellement se souvenir de ce qu'on pensait à l'état de spermatozoïde ou d'ovule. Le planning familial purrait aussi se servir de lui: "Aurais-tu pu empècher ce spermatozoïde de t'imprégner?" Les clairs seraient éminemment courus en sciences, droit, médecine et autres domaines. En tant qu'êtres les plus rationnels de la société, ils devraient naturellement s'élever aux positions les plus importantes des universités et de la politique, faisant de ce monde un endroit agréable où coexister.


Cette condition surhumaine est le résultat final de la dianétique et le point de départ des niveaux d'entraînement supérieurs de scientologie. Toute personne qui n'est pas encore Clear est abrrée, incapable d'un potentiel humain complet.

On devrait tous savoir, vu la description phénoménale des aptitudes et états décrits, qui est le premier clair, tout comme on sait qui a le premier posé le pied sur la lune, nous devrions savoir qui est le premier clair ayant atteint l'état enviable. Certes, Hubbard devrait savoir qui était ce premier clair, puisque c'est lui qui a découvert cet état.

A moins qu'il se soit agi d'Hubbard? Imaginez cela, Hubbard, ingénieur bâtissant un pont vers les hauts plateaux que l'homme n'aurait jamais visités? Ayant achevé le Pont: "Il visita lui-même les hauts-plateaux que nul n'avait pu voir"...5 L'analogie saute aux yeux. L'ingénieur, Hubbard, le plateau l'état de Clear. Si bien que s'il a fait le pont, il est le premier Clair; d'ailleurs, que dit la scientologie si on lui demande si Hubbard l'était? Elle répond "Pour tracer la route des autres, il fallait qu'il la fasse d'abord, 6 d'autres passeront ensuite. Pourtant, lors d'une conférence de 1958, hubbard expliqua que les premiers clairs qu'il avait eus étaient à Los Angeles, quand il s'y déguisait en maître hindou. 7 le premier aurait daté de 1947, il s'agissait des tout premiers clairs. 8
"Il s'agissait des gens audités sur les techniques plus anciennes, rendus clairs voici bien longtemps.

Le 10 août 1950, Hubbard donnait un show au Shrine Auditorium de Los Angeles , où il iprésentat Sonya Bianca (= Ann Singer) comme premier Clear au monde. 10 On ne parla plus jamais d'elle en tant que Clair, après ses misérables échecs à de tests simplissimes de mémoire en public. Cette déclaration publique - ou les patients du "maître hindou" - paraît toutefois contredire

Hubbard déclara sa seconde femme Sarah, comme le premier clair, jusqu'à ce qu'il en divorçat. 11 "Il me fit monter sur scène et annonça que j'étais le premier Clear... j'étais très génée..." 12

Puisque dans le livre la dianétique, plusieurs clairs sont mentionnés, il fallait qu'il en existât avant 1950. Une femme ayant eu douze engrammes prénataux délicats parvint finalement à l'état de clair. 13 Une équipe mari et femme devinrent clairs 14. Un pianiste entravé par ses engrammes devint l'un des mieux payés des pianistes hollywoodiens. 15 D'autres sont indirectement décrits. 16 Ces clairs d'avant la dianétique semblent nécessaires, sinon, comment Hubbard aurait-il pu décrire ce qu'était un Clair?

Comment ainsi Hubbard aurait-il pu apprendre qu'un clair "avait une augmentation de longévité d'au moins 100 heures par heure de thérapie"? 17 - Il aurait bien fallu qu'au moins un Clair ait vécu un bon bout de temps avant qu'Hubbard, vu ce qu'ont dit d'autres de son penchant pour l'exactitude scientifique, ait pu écrire cela... Comment savait-il par ailleurs qu'il fallait quelques 500 heures d'audition en moyenne pour produire un clair 18 et comment avait-il mesuré qu'il faille 30 à 1200 heures? 19. tout cela indique la présence de clairs avant la Dianétique. Enfin, après tant attendu, le Premier Clair - vérifié et revérifié - apparut en scientologie tout ce qu'il y a d'officielle le 9 mars 1966 [ah tiens, pour l'anniversaire d'Hubbard? ndt]; c'était John Mc Masters 20

Le premier Clair veut-il avoir l'obligeance de se montrer?
Puisqu'il semble impossible de comprendre l'état de Clair sans observer le premier exemplaire, voyons ce qu'Hubbard en a écrit dans la Dianétique. "Si une personne reseent désormais qu'elle peut résoudre tous les problèmes de la vie, rosser le monde avec une main attachée dans le dos, etv se sentir ami de tous, vous avez un Clair."21 Hubbard est sympathique ici, quoique l'on puisse aussi répondre qu'il décrivait peut-être un type saoûl.

Il nous réservait aussi quelques définitions plus scientifiques: "le clair est une personne sans aberrations, qui n'a pas d'engrammes pouvant être restimulés" 22. Peut-être, mais comment faire pour savoir si elle n'a pas de ces engrammes? Les Engrammes, ces souvenirs dans le Mental Réactif, il faut les trouver et les repasser jusqu'à ce que l'auditeur perçoive que le patient (préclair est le terme scientologique) soit passé par l'apathie, la colère, l'ennui et finalement le rire. 23

Bien qu'Hubbard ait déclaré que n'importe qui pouvait auditer (la Dianétique n'étant qu'un Manuel sur la façon de le faire), il existerait pas mal de choses délicates quand on pratique. On peut rencontrer un engramme "fabrique de mensonges" qui fait se souvenir au préclair des choses qui n'ont jamais existé. Hubbard donne quelques conseils pour différencier engrammes et "fabrique de mensonges" et signale qu'on finirait dans un gachis enchevétré.24

L'engramme dénieur peut se cacher en niant exister. Des phrases contenues comme "Je ne suis pas là" ou "oublie ça" cacheront l'existence de l'engramme à l'auditeur, car le préclair, dans son état d'aberration, prendra les phrases des engrammes au pied de la lettre. La métode à utiliser en pareil cas consiste à deviner une phrase qui pourrait se trouver dans l'engramme; dans un exemple, Hubbard parle d'un auditeur ayant essayé deux cents phrases avant d'en trouver une qui convienne. Compte-tenu de la méthode utilisée, ça devait demander des jours, l'auditeur faisant répéter au préclair des phrases comme "Je n'y suis pas du tout"; le préclair répétant alors maintes fois cette phrase, puis aucun engramme ne se manifestant, on passait à la suite: "Maintenant, répète après moi "Tu ne me trouveras pas"... Ets-ce que ça 'naurait pas plutôt l'air d'une bonne méthode pour rendre quelqu'un barjot plutôt que le soigner? Hubbard dit qu'il existe des milliers de ces phrases de dénégation dans les dénieurs... 26

Les engrammes rebondisseurssont d'un autre genre empétrant: il y a des phrases comme "Fiche le camp" qui renvoie le préclair hors de l'engramme. 27 La solution est de nouveau de deviner une phrase qui pourrait s'y trouver. 28

Il s'ensuit qu'il faut passablement de divination dans ce procédé scientifique précis d'audition: il y a aussi les misdirecteurs, les groupeurs, les dérailleurs, tous pouvant présenter des problèmes de même genre à l'auditeur. Tout cela ne représentant que de simples entraves pour trouver un engramme. Il existe aussi des problèmes pour en effacer! Vous pourriez penser qu'un engramme ait été effacé, mais n''avoir fait que réduire ses effets envers le préclair. Il peut même exister des engrammes enregistrés dans des langues que le préclair ne comprend pas!! 29 Comment dès lors les déclarer effacés quand aucune preuve de leur existence n'existerait? Cela met au bas mot notre imagination à très rude épreuve. Nous avons donné ces quelques exemples des problèmes de l'audition pour démontrer qu'il n'est pas du tout évident de prouver que quelqu'un n'aurait plus d'engrammes, puisque selon Hubbard en personne, ces choses sont parfois très difficiles à détecter... et que s'il n'en restait qu'un seul, on n'aurait pas un clair.

Prenons un exemple hypothétique d'une personne connaissant la dianétique, mais n'étant pas Clear. Durant l'audition, elle se heurte à un engramme "fabrique de mensonges", mais puisqu'elle comprend l'audition, elle est capable de créer de faux engrammes, et même, d'en imiter l'effacement. Sa mère vivait chez des parents grecs pendant les cinq premiers mois de grossesse, des engrammes en grecs ont pu être instillés au foetus. L'uaditeur trouve donc des engrammes prénataux dans le foetus, mais après le cinquième mois, et on suppose que tout est effacé, la personne étant devenu plus facile à vivre, plus gaie, le tout après des heures et des heures d'audition. Cette personne pourrait dès lors être déclarée Claire du fait que les engrammes fabriques de mensonges sont forts pour cacher les engrammes et comprenent le jeu de l'audition, quant aux engrammes en grec, on ne les retrouve pas parce qu'il n'ont jamais été restimulés, l'audition se faisant en français. Tout cela est tout à fait vraisemblable en partant des théories d'Hubbard. Et ce pourrait être prie encore si l'auditeur continue des semaines durant à chercher des engrammes qui n'existent pas du tout, car il aurait dépassé le clair sans le savoir.

Tout ceci démontre à l'envi que tout le processus audition est subjectif. Un engramme est supposé disparu parce que l'auditeur le croit, du fait que la personne va mieux. Un clair est déclaré clair parce que l'auditeur pense qu'il n'a plus "d'aberrations" et de "maladies psychosomatiques" 30 Hubbard dit même que "la réalité subjective, et non la réalité objective, c'est ce qui importe pour l'auditeur." 31 Cette masse de subjectivité déclasse définitivement toute prétention hubbardienne à une quelconque validité scientifique.

L'auditeur doit sans cesse prendre des décisions subjectives ,alors qu'on ne cesse de lui dire que le processus est mécaniste et qu'il s'agit d'un exercice scientifique précis. On ne lui permet nulle part de considérer que les problèmes gènant l'audition puisse être dûs à quoi que ce soit d'autre que les engrammes. Si une personne est sceptique à leur sujet, 32, on assure à l'auditeur que c'est un engramme qui provoque le scepticisme. Si quelqu'un "résiste" à l'audition, c'est provoqué par un engramme, pas par la conclusion personnelle que la dianétique est idiote. 33 L'ennui n'est jamais véritable ennui, d'après Hubbard: c'est encore un engramme. Si bien que si l'on a quoi que ce soit qui sorte de l'acceptation et soumission complète de l'audition dianétique est automatiquement dû aux engrammes.

L'ensemble du processus pour trouver et effacer des engrammes est tout à fait subjectif. Bien qu'Hubbard tente vaillament de faire penser que l'audition serait un procédé mécanique 34 en utsant de son langage d'ingéniérie scientifique, le mental n'est pas un objet mécanique. C'est l'outil le plus compliqué que la natuire ait créé, et tous ceux qui s'y sont attaqués se sont jusqu'ici plus ou moins cassé les dents à tenter d'en comprendre le fonctionnement. La personnalité, la culture, l'éducation et d'autres phénomènes influencent les actions individuelles, non point cet ensemble fini de données passées mal classées dans le mental réactif.

Dans le monde des réalités, l'état de Clear n'est qu'un statut dans l'église de scientologie. Dans le monde des réalités, les qualités surhumaines du Clear n'ont pu être constatées par des enquèteurs indépendants, et ces surhommes n'ont pu prendre le contrôle de la société ni même avoir un effet véritablement important. En d'autres termes, bien que des milliers de personnes aient atteint cet état, il n'existe rien qui prouve en aucune d'elles les fantastiques pouvoirs déclarés par Hubbard en dianétique. Ces gens n'ont pu prouver leur aptitude à accomplir ce qu'Hubbard disait d'eux.

PROBLEMES DANS LA THEORIE DES ENGRAMMES

1. Conditionnement/Mise en condition

La mise en condition est une explication possible au comportement des gens subissant la théorie hubbardienne des engrammes. Je me demandais pourquoi Hubbard affirmait qu'il n'y avait pas de mise en condition 35 jusqu'à ce que je découvre que s'il en existait une, on pourrait dès lors attribuer à cette mise en condition un certain nombre des phénomènes attribués à la théorie des engrammes, si bien que les gens pourraient recevoir une aide ne provenant pas en fait de la dianétique.

Hubbard en fournit sans le vouloir un bon exemple. Un petit poisson nageant en eaux troubles et glauques et pourchassé et blessé par un plus gros qui tente de le manger. Le petit poisson attrappe donc un engramme par cet incident (du fait qu'il y a douleur et inconscience). Plus tard, il est attaqué dans des conditions similaires, le premier engramme est alors "verrouillé". Dès lors, dès que ce poisson pénètre en eaux troubles, il panique et fonce ailleurs, même s'il n'y a pas de danger. 36 Cela ressemble tout à fait aux expériences conduites par Pavlov avec les chiens; on leur agite une cloche, ça les fait saliver parce qu'elle annonce la distribution de nourriture. Hubbard dit en fait qu'on peut "entraîner" les chiens à faire ceci ou cela, mais qu'il ne s'agit pas de conditionnement. Les chiens s'excitent parce qu'ils ont des engrammes.37

Selon cet exemple de poisson, nous pouvons constater que des choses attribuées à des engrammes viendraient plutôt de la mise en condition. L'histoire du poisson marchera aussi bien sans qu'il y ait douleur et inconscience, ce qui annule les engrammes. Poursuivant l'affaire du poisson, celui-ci peut ensuite réaliser que les eaux glauques ne cachent pas toujours de dangers et revenir s'y nourrir. Le conditonnement peut donc se désapprendre, alors que les engrammes resteraient tant qu'on ne les aurait pas audités.

Là derrière, il y a bien plus qu'une simple question sémantique. Le conditionnement est un schèlmme de comportement acquis par un type de stimulation répétitive. Les chiens de Pavlov apprenaient qu'au son de la cloche, ils auraient à manger. Ils s y habituaient et salivaient donc au son de la cloche, même si on ne leur donnait ensuite pas forcément à manger; cela marche aussi bien pour l'homme. La théorie engrammique d'Hubbard ne peut s'appliquer ici, puisqu'il n'y a ni douleur ni inconscience durant ces expériences et qu'aucun engramme n'y existe. Le conditonnement est un danger face à la théorie engrammique, car il fournit une explication à certains comportements. Contrairement à la théorie hubbardienne, inutile que le poisson apprenne par douleur + inconscience qu'un danger existe dans certaines eaux. Les chiens de Pavlov n'ont pas d'engrammes pour les faire saliver. Si les engrammes n'existent pas, plus besoin de la dianétique.

D'après Hubbard, les engrammes provoquent aussi les habitudes. Les habitudes "ne peuvent être modifiées que par ce qui modifie les engrammes" 38 Les habitudes peuvent cependant provenir d'une simple forme de conditionnement acquis à force de refaire les mêmes choses à certains moments. Il se peut qu'une personne se triture les cheveux dans des moments de nervosité, ou qu'un adulte se ronge les ongles quand il est tendu. Si ces habitudes sont engrammiques, les seuls moyens de les stopper seraient l'audition des engrammes, mais il est clair que l'expérience nous démontre le contraire. La fille qui se triture les cheveux cessera de le faire, ou l'adulte, de se ronger les ongles. Inutile dès lors de cette théorie des engrammes pour expliquer les habitudes; et cette théorie des engrammes n'est que d'autant affaiblie par les exemples de pertes d'habitudes en dehors de toute audition.

2. L'INTELLIGENT IMBECILE


Hubbard explique que le mental réactif est idiot. Il considère tout ce qui est présent dans l'engramme comme identique à tout le reste de ce qui s'y trouve... "Souvenez-vous que le mental réactif ne pense que par l'équation A = A = A, chacun de ces A pouvant représenter un cheval, un juron, ou le verbe cracher. Cracher devient dès lors la même chose que cheval, et que dieu. 39 Souvenez-vous de cet exemple où le mental réactif ne peut établir de différence entre un verbe, un animal, la déïté, et un explétif.

Souvenez-vous aussi que les engrammes donnent des problèmes parce qu'ils rejouent des souvenirs où quelqu'un disait quelque chose, que le mental interprète ensuite littérallement, ce qui fait agir la personne de façon littérale. L'exemple susmentionné parlait de l'enfant devenant kleptomane parce qu'il interprétait littérallement les "Prends-ça" alors qu'il s'agissait des cris du père battant sa mère en la violant.
Contradictoire, n'est-ce pas? D'un côté, le mental réactif pense en identités A = A = A, de l'autre, il comprend un concept très complexe unique à l'homme, le langage... Pour comprendre le langage, il faut aussi comprendre les sons qui le différencie, les nuances entre verbes et noms, etc. Toute personne ayant appris une seconde langue pourra attester du fait que la compréhension est un vaste travail de compréhension - mais dans la théorie du mental imbécile, il faut pourtant que cette aptitude existe chez le Mental Réactif!

Hubbard ne comprend pas du tout sa contradiction. Il néglige partiellement la question en expliquant qu'il ne faut jamais appeler le fils comme son père - Georges par exemple, car les engrammes contenant "Georges" seront interprétés par le mental du fils quand il grandira - curieux, Hubbard avait appelé son fils aîné comme lui -

Par exemple, la phrase "Je déteste Georges" sera comprise par le fils comme si elle était pour lui, alors que la mère la disait à son père. 40 Pourtant, si le Mental Réactif ne sait pas faire ici la différence entre un Georges et l'autre, il serait capable de la faire entre "Je- suivi de -déteste" et "Ge- suivi de -orges", de comprendre le nom, le prénom, les fonctions syntaxiques? Et il saisirait qui est "Je" -sa mère; il saurait que déteste veut dire haïr, et que Georges, c'est lui?

Revenons donc à l'exemple du cheval valant le juron et la déïté. Voyons aussi l'exemple où le Mental Réactif 41 dit "NON! " - l'arthrite est un grognement de cochon qui vaut un bébé qui vaut dieu? Ici, toutes ces choses ne seraient pas différenciables par le Mental Réactif?

Selon Hubbard, il existe un fossé immense entre le Mental Analytique et le Mental Réactif. Ils se trouveraient dans des endroits différents du corps, le Mental Analytique étant vers le cerveau, le Mental Réactif étant "cellulaire". Le Mental Analytique serait un calculateur parfait, ne faisant aucune erreur, capable de trouver des résultats complexes en quelques instants. Le Mental Réactif serait stupide, et penserait que tout est égal à tout. Si l'on pouvait donc démontrer qu'il y a peu d'écart entre les deux, ou qu'ils sont tellement liés qu'on ne peut vraiment pas établir de différence entre les deux, toute la théorie dianétique s'effondrerait parce que les deux composants majeurs seraient réduits à un seul. Et c'est bel et bien le cas:

Hubbard prétend que le Mental Réactif est idiot, mais en mesure d'accomplir toutes ces fonctions? C'est contradictoire. Puisqu'il ne semble pas percevoir cette contradiction, qu'il n'en donne aucune explication évidemment, je vais tâcher d'en offrir deux pour tenter de sauvegarder sa théorie.

1/ Le Mental Réactif est lié au Mental Analytique et utilise certaines de ses fonctions.

2/ Le Mental Réactif est en fait une partie du Mental Analytique.

Dans les deux cas, c'est le coup mortel à la dianétique. Toute l'affaire dianétique repose sur l'idée que les deux sont séparés et ne communiquent pas. L'audition dianétique est censée être la seule méthode pour reclasser des souvenirs de l'un dans l'autre, ce qui efface le contenu du Mental Réactif. Si 1 et 2 ci-dessus sont exacts, plus la peine d'en passer par là, car les deux communiquent déjà entre eux.
J'imagine que cette démonstration est un peu difficile à suivre, mais j'y ai travaillé car je crois avoir raison, auquel cas, la théorie dianétique s'effondre dès le début. S'il n'existe pas de fossé entre Mental Analytique et Mental Réactif, (en admettant que cette dichotomie puisse exister dans les faits) la dianétique n'a plus de raison d'être, ni l'audition.



1 DIANETICS, p. 24
2 DIANETICS, p. 228
3 DIANETICS, p. 2

4 DIANETICS, p. 18 Retour notes 1-4
5 DIANETICS, p. 543
6 L. Ron Hubbard and staff, WHAT IS SCIENTOLOGY? (Los Angeles;
Church of
of California, 1978), p.202
7 L. Ron Hubbard, "The Story of Dianetics and Scientology"
cassette tape, 1958. tape #581OC18
8 ibid.
9 L. Ron Hubbard, RESEARCH AND DISCOVERY SERIES (Copenhagen,
Denmark; Scientology Publications Organization ApS, 1980) vol. 1,
p.84
10 Russell Miller, BARE FACED MESSIAH (New York; Henry Holt and
Co., 1987), p.165
11 Stewart Lamont, RELIGION, INC. (London; Harrap, Ltd., 1986)
p.24
12 Bent Corydon and L. Ron Hubbard, Jr., L. RON HUBBARD, MESSIAH
OR MADMAN? (Secaucus, NJ; Lyle Stuart, Inc., 1987) p.288
13 DIANETICS, p. 365
14 DIANETICS, p. 502-3
15 DIANETICS, p. 316
16 DIANETICS, pp. 211,228,311,552
17 DIANETICS, 1975 edition, p.417. This is not in the newer RETOUR NOTES 5 à 17
version.
18 DIANETICS, p.258
19 DIANETICS, p.519
20 RELIGION, INC., pp.53-4
21 DIANETICS, p.414
22 DIANETICS, p.565
23 DIANETICS, p.429
24 DIANETICS, p.256 RETOUR NOTES 18 - 24
25 DIANETICS, p.295
26 DIANETICS, p.440
27 DIANETICS, p.282-3
28 DIANETICS, p.369
29 DIANETICS, pp.418-419 RETOUR NOTES 26-29
30 DIANETICS, p.227
31 DIANETICS, p.522
32 DIANETICS, p.246-7
33 DIANETICS, p.479
34 DIANETICS, p.522 RETOUR NOTES 30-34
35 DIANETICS, p.193
36 DIANETICS, pp. 88-9
37 DIANETICS, p.193
38 DIANETICS, p.56 RETOUR NOTES 35-38
39 DIANETICS, p.243
40 DIANETICS, p.405
41 DIANETICS, p.323
42 DIANETICS, p.197-200
43 DIANETICS, p.463
44 DIANETICS, p.155 RETOUR NOTES 39-44

SCIENCE ET DIANETIQUE

Hubbard ne cesse de répéter que la dianétique est un fait scientifique. Il le dit en réalité pas moins de 35 fois dans l'ouvrage. Exemple: "Tous les faits sont fonctionnels et ces faits sont scientifiques, entièrement prouvés par des essais de laboratoire". 1 Puis il montre qu'il estime au plus haut degré l'expérience scientifique en mettant en avant une autre expérience scientifique menée par d'autres. "Ce test fut mené en milieu hospitalier pour savoir si les enfants dont on ne s'était pas occupés tombaient plus malades que les autres"... 'l'essai semble avoir été mené sous contrôle, fait-il prudemment observer, n'ayant pas lu le rapport entier..."2

Dans les Conférences dites de Phoenix, Hubbard critique les travaux psychiatriques menés par Wundt vers la fin du XIXe siècle. "la méthodologie scientifique n'était pas alors immédiatement respectée, ici et là, il s'agissait d'expérience sans propos fini, assez irrégulières, une collecte de quantités énormes de données.." 3; et en 1954, il se plaint amèrement et longuement de la manière dont psychologues et psychiatres ont mené leurs recherches, disant qu'ils avaient négligé les rapports ad-hoc . 4
Qu'on me permette le même scepticisme à propos des expérimentations d'Hubbard, d'autant qu'il ne paraît exister aucun rapport sur leur processus, sur les résultats, l'éventuel groupe de contrôle ayant pu servir d'étalon, les nombres de données et sujets pour chaque expérience, l'existence de sujets en double aveugle, et autres données pertinentes. J'ai réclamé ces données à des scientologues de haut rang et les ai vraiment bien recherchées, sans jamais en trouver. On peut dès lors se demander si Hubbard peut appeler ses recherches originales une science.

Puisqu'il vaut mieux par ailleurs définir les mots que nous utilisons, il faudrait à ce propos savoir ce qu'est au juste la science. Que faut-il pour que quelqu'un puisse prouver scientifiquement ses déclarations? Quand peut-on nommer un fait scientifique?

Comme nombre de sujets de la vie, plus on y regarde de près, plus ça devient complexe. Il n'existe pas même une définition de science sur laquelle toute la communauté scientifique soit d'accord. Ceux qui tentent de le faire sont qualifiés de philosophes de la science. L'un des plus respectés et influents est Karl Popper. Il dit qu'aucune théorie ne mérite l'appellation scientifique à moins qu'on puisse démontrer que les tentatives délibérées de prouver qu'elle serait fausse échouent toutes. Une théorie doit donc être ouverte à la critique de la communauté scientifique pour savoir si elle tiendra face à la critique des autres.

La formulation de Popper pour la validation scientifique est la suivante:

(1) Il est aisé d'obtenir des confirmations ou vérifications pour pratiquement chaque théorie, si l'on cherche de telles confirmations.
(2) Les confirmations ne devraient compter que si elles sont le résultat de PREDICTIONS RISQUEES, c'est à dire si, n'étant pas avertis par la théorie elle-même, nous nous serions attendus à des résultats incompatibles avec la théorie - une occurence qui aurait réfuté la théorie.
(3) Chaque "bonne" théorie scientifique interdit: elle interdit l'occurence de certaines choses. Plus une théorie interdit, plus elle est bonne.
(4) Une théorie qui n'est pas réfutable par certaines occurences n'est pas scientifique. L'irréfutabilité n'est pas une vertu de la théorie (comme le croient souvent les gens), mais un vice.
(5) Tout test convenable est une tentative de réfuter la théorie, ou de la fausser. La testabilité est la faisabilité: certaines théories sont plus testables et plus exposées à la réfutation que d'autres; elles prennent dès lors de plus grands risques.
(6) La preuve confirmante ne devrait pas compter SAUF LORSQU'IL S'AGIT DU RESULTAT D'UN TEST PUR DE CETTE THEORIE: cela signifie qu'il puisse être présenté comme une réelle tentative sérieuse pour fausser la théorie (je parle en pareil cas de preuve corroborante)
(7) Pour certaines théories testables convenablement, lorsqu'on découvre néanmoins qu'elles sont fausses, elles continuent à garder leurs partisans - par exemple au moyen d'introduction de quelque affirmation AD HOC, faite afin d'échapper au jugement final, ou en réinterprétant la théorie AD-HOC de façon à échapper à la réfutation. Une procédure de ce type est toujours possible, mais elle ne sauve la validité de ladite théorie qu'au prix de la destruction - ou au minimum, de l'affaiblissement - du statut scientifique de la théorie. 5

L'approche faisabilité est bonne, car aucune théorie ne peut être prouvée à moins que tous les cas possibles soient examinés un par un, ce qui est en général imposible. Exemple populaire des classes du XIXe siècle "Tous les cygnes sont blancs". Bien sûr, c'est tombé le jour où l'on découvrit une race sud-américaine de cygnes noirs. Ce "fait" fut démontré faux par une exception jusque là inconnue, ce qui prouve qu'il n'est jamais tout à fait possible de corroborer une théorie de façon positive sans en examiner tous les cas. (Bien sûr, on ne peut pas non plus fausser complètement certaines théories, mais je pense préférable de diriger le lecteur sur l'ouvrage de Popper, Logique de la Découverte Scientifique, où il trouvera d'autres arguments.) Revenons donc aux prétentions scientifiques d'Hubbard:

"L'identité du Mental Réactif peut désormais être certifiée par tout technicien dans toute clinique, pour n'importe quel groupe de gens". On a traîté et examiné 273 individus, représentant toutes les formes de maladies mentales inorganiques et un grand nombre de maladies psychosomatiques. On découvrit dans chaque cas un Mental Réactif à l'oeuvre, sans variation des principes. 6

Ayant brièvement décrit la science ci-dessus, nous pouvons commencer à douter de la valeur scientifique hubabrdienne. Qui étaient au juste ces 273 personnes? S'agissait-il de croyants en les théories hubbardiennes? Comment fit-on l'expérience prouvant l'existence du Mental Réactif? Il faut le savoir pour que d'autres puissent tester les variantes aux expériences hubbardiennes qu'Hubbard aurait pu omettre, voir si son expérimentation a causé des coups de chance statistiques, et tenter de conduire des expériences pour détruire la théorie. Plus on fera souvent l'expérience, plus elle pourrait être vraie, en gardant présent à l'esprit le fait que même si on a cherché des millions de fois des cygnes non blancs, on ne risque pas d'en trouver si on n'a pas mis les pieds en Amérique du Sud.

Hubbard cherchait-il confirmation lors de ses expériences, ou tentait-il de réfuter ses théories, comme le suggère Popper pour l'homme de science? Il n'est guère difficile d'établir un test prouvant une théorie; en voici un:

L'EXPERIENCE N'ABOUTIT NULLE PART

Hubbard suggère d'effectuer cet essai pour tenter de prouver l'existence d'engrammes:

Si vous tenez à en faire l'essai, vous pouvez prendre quelqu'un, le rendre "inconscient", le blesser en lui donnant une information. Par la technique dianétique, on peut la recouvrer, quelle qu'elle soit. On devrait être prudent, cette expérience POUVANT LE RENDRE FOU (-capitales dans le texte original). 7

Trois chercheurs de l'Université de Californie de Los Angeles ont voulu essayer ça en 1950. 8

Si l'on devait placer un individu par quelque moyen ou autre en état d'inconscience, selon la psychologie tradtionnelle, il ne devrait rien enregistrer et par conséquent, on en devrait s'attendre à aucun souvenir de cette personne, quelle que soit la méthode utilisée (hypothèse 1). D'après la dianétique, le souvenir devrait revenir très fidèlement grâce à l'audition dianétique. (Hypothèse II). 9

La Fondation dianétique de Los Angeles a coopéré à l'expérience en fournissant un sujet et plusieurs auditeurs qualifiés. Le sujet était un homme de trente ans travaillant pour la Fondation, considéré comme bon candidat pour remplir les données du test, puisqu'il avait un bon "rappel sonique" et avait été audité. On établit soigneusement le test d'après la théorie dianétique et tout fut fait en utilisant les suggestions de la fondation et sa coopération.

On plongea le sujet dans l'inconscience grâce à 0,75 mg de sodium penthotal, sous la conduite de A. Davis, docteur en médecine, l'un des auteurs de l'expérience. Une fois le sujet inconscient, on le laissa seul avec M. Lebovits, et deux magnétophones enregistrant la séance. M. Lebovits lut un texte de 35 mots dans un livre de physique, administrant une douleur au cobaye durant la lecture des 18 derniers. Puis il quitta la pièce, où on laissa le patient se reposer seul une heure, avant de le réveiller.

Deux jours plus tard, les auditeurs professionnels de la fondation de recherche dianétique commencèrent à auditer le sujet, tentant de retrouver l'engramme, ou l'enregistrement des mots prononcés, qui selon la théorie dianétique, se trouvaient dans le mental réactif du sujet. Les auditeurs trouvèrent plusieurs passages possibles et les fournirent aux expérimentateurs. Les résultats: la comparaison avec le passage choisi montre qu'aucune des phrases, ni aucune autre de celles citées dans le rapport, n'a la moindre relation avec le passage choisi." Depuis ce premier rapport de novembre 1950, l'experience a été tentée plusieurs fois par l'expérimentateur, obtenant à chaque fois d'autres rapports, sans plus de succès." 10

Les expérimentateurs concluent que le test ne fut fait que sur un seul sujet, qu'ils croient que l'expérience fut correctement menée à, mais suggèrent nettement que la théorie des engrammes n'a pas été validée. Je ne connais pas d'autres expériences scientifiques menées par des non-dianéticiens pour tenter de prouver la théorie des engrammes.

C'était là une expérience destinée à confirmer la théorie des engrammes qui selon lui était fait scientifique. Apparemment, (ou peut-être, SI) Hubbard fit ce test, il en eût des résultats positifs. mais c'est un bon exemple que nous avons d'un type d'essai qui doit être mené plusieurs fois si l'on veut l'interpréter. Peut-être un testeur neutre pourrait-il essayer à nouveau?

J'ai découvert une faiblesse encore plus évidente en tentant de réfuter la valeur scientifique des théories hubbardiennes. Alors qu'il semblait désirer que les autres mènent leurs propres investigations - paraissant donc ouvert à leurs tentatives de réfuter ses déclarations - il n'exliqua jamais ses propres méthodologies, fermant dès lors la porte à toute possibilité de vérification de ses prétentions à la communauté scientifique, qui aurait ainsi pu voir si elle obtenait les mêmes résultats et vérifier les influences possibles d'autres facteurs qu'Hubbard aurait pu négliger. Ainsi que Popper le recommande, ils auraient également pu chercher les trous de la théorie, soit en matière de sa logique, soit en conduisant des essais formels de réfutation.

Si Hubbard avait vraiment respecté la science, il aurait non seulement admis mais réclamé la communauté scientifique dans ses tentatives de supporter ou réfuter ses théories. Mais ni lui ni ses successeurs de dianétique et scientologie n'ont admis le débat scientifique sur les mérites des idées d'Hubbard, et ils maintinrent une attitude nettement dogmatique plutôt que scientifique.

Mes propres tentatives d'obtention des expériences auprès de l'église de scientologie ont été faites en vain; je n'ai jamais entendu parler de quiconque les aurait obtenues, ni de quiconque pourrait en témoigner ou savoir comment elles auraient été menées. C'est surtout pour cette raison, je le crois, que la dianétique ne peut se parer d'aucune valeur scientifique. Tant que les essais originaux supposés d'Hubbard ne sont pas livrés au public, on ne peut que qualifier la dianétique de science-fiction.

Les seules références que j'aie pu trouver où Hubbard relatât des expériences originelles datent de conférences enregistrées de 1950 et 1958. Il dit en 50 que "ses rapports sont dans des petits carnets, des bloc-notes, la plupart sont au crayon. Les noms et adresses sont égarés, ça donne plutôt une image désordre." Une certaine Madame Benson a demandé ses notes à Hubbard pour valider ses recherches, mais quand elle les vit, elle leva les bras au ciel d'horreur et laissa courir." 11. Lors d'une autre conférence en 58, il explique le premier "test en quantité" de dianétique 12, où il auditait des patients du Dr Yankeevitz à l'hopital miliatre d'Oak Knoll, sans que le médecin en ait connaissance. Il dit que ces tests faits sur le tas étaient "significatifs" mais "qu'ils ne nous sont pas hélas tous accessibles". 13

Si c'est ce genre de matériel qu'Hubbard utilisait pour qualifier les choses de "scientifiques", il n'est probablement guère nécessaire de même les voir pour les rejeter en toute bonne conscience.



1 DIANETICS, (1987 edition) p. 96
2 DIANETICS, p.143
3 L. Ron Hubbard, THE PHOENIX LECTURES, (Los Angeles; Bridge
Publications, 1982) p.203
4 L. Ron Hubbard, "Lecture:Universes", 1954, from the "Universes
and the War Between Theta and Mest" collection, cassette tape
#5404C06 RETOUR DES NOTES 1-4
5 Karl Popper, CONJECTURES AND REFUTATIONS: THE GROWTH OF
SCIENTIFIC KNOWLEDGE (NY; Harper Torch Books, 1963) pp. 36,37
6 DIANETICS, p.70-71 RETOUR DES NOTES 5 et 6
7 Dianetics, p.76
8 Psychological Newsletter (Dept. of Psychology, New York
University, New York, NY) 1959, 10:131-134 "An Experimental
Investigation of Hubbard's Engram Hypothesis (Dianetics)", by
Fox, Davis, and Lebovits
9 ibid. p.132 RETOUR DES NOTES 7-9
10 ibid. p.133 RETOUR NOTE 10
11 L. Ron Hubbard, "What Dianetics Can Do", lecture series 2,
1950, cassette tape #5009M23
12 "The Story of Dianetics and Scientology"
13 ibid.RETOUR NOTES 11-13

LES SOURCES D'HUBBARD


Advance comes from asking free-minded questions of nature,
not from quoting the works and thinking the thoughts of
by-gone years.1

Les progrès proviennent de questions de nature libre d'esprit, et non de la citation d'oeuvres ou pensées du passé. 1

Il n'existe probablement aucun autre ouvrage comparable à la dianétique, comprenant de larges prétentions scientifiques et autant d'arguments privés d'essence. L'affirmation que la dianétique était une théorie tout à fait unique se fait soutenir par l'affirmation hubbardienne "de nombreuses années de recherche et d'essais précis". 2 Mais n'était-ce point un vague composite de théories préexistantes avec quelques nouvelles théories sans preuves? Quoique Hubbard ait pu dire de l'originalité, nombre des idées de la dianétique existaient déjà ou étaient en vogue bien avant qu'elle n'apparaisse. Soit Hubbard les avait étudiées (sans le mentionner) avant d'écrire l'ouvrage, soit il a passé des années à réinventer la roue.

Bien qu'on ne trouve pas de références notées dans la dianétique pour retracer les emprunts hubbardiens, on peut sans problème éliminer d'emblée l'idée qu'elle soit apparue d'un coup d'un seul, comme le disait Hubbard. L'ouvrage dit d'ailleurs que "biend es écoles de santé mentale depuis Aesculape jusqu'aux hypnotiseurs modernes furent étudiées après que le postulat de la philsophie de base de la dianétique ait été conçu. 3

Alfred Korzybski, Emil Kraepelin, Franz Mesmer, Ivan Pavlov, Herbert Spencer, et d'autres sont mentionnés dans les ressources de dianétique, si bien que nous devons assumer que l'auteur les a crédités jusqu'à un certain point. Il a forcément dû connaître au moins une partie des recherches effectuées alors, que l'on mentionnera ensuite. Hubbard remercie entre autres Freud (surtout par l'intermédiaire du commander "'Snake' Thomson) 4 , le comte Alfred Korzybski 5, et Aleister Crowley, comme contributeurs à ses idées sur le mental humain. Lors d'une conférence de 1958, il dit avoir passé beaucoup de temps à la librairie médicale de l'hopital naval d'Oak Knoll, où on soignait ses ulcères : "J'ai réussi à faire un an d'étude", dit-il. 7

On peut en réalité découvrir nombre d'idées et théories dianétiques dans la littérature scientifique et philosophique ayant précédé le premières publications des théories hubbardiennes. Certains extraits de la dianétique ont ainsi des ressemblances frappantes avec le volume 28 de Psychoanalytic Review (1941).

La théorie dianétique postule l'existence des engrammes. Ce sont ces souvenirs d'évènements qui se sont produits durant l'inconscience du mental analytique, enregistrés dans une zône séparée du mental nommée mental réactif. Théorie qui paraît unique, ces souvenirs seraient "enregistrés dans les cellules du zygote" - donc, à la conception. 8 Ils peuvent provoquer des ennuis s'ils ne sont pas maniés par audition dianétique.

Neuf ans avant la dianétique, en 1950, le Docteur J. Sadger avait écrit que les problèmes psychologiques de plusieurs de ses patients n'avaient pas été soignés tant qu'il ne les avait àpas ramenés à leur vie spermatique ou ovulaire. Il déclarait "qu'il existe certainement un souvenir bien qu'inconscient, des jours de l'embryon, persistant tout au long de l'existence, et qui peut déterminer une activité". Sadger s'étend beaucoup dans les explications qui feraient que la vie en tant que sperme, zygote ou ovule peut affecter le comportement adulte, faisant observer "qu'un souvenir inconscient peut demeurer de cette période embryonnaire". 10 Il s'agit de "rèves immanquables" d'être du sperme dans les testicules du père".

Hubbard dit que ces souvenirs inconscients sont emmagainés dans les cellules du corps, et passent pas clonage aux cellules adultes. Il prétend avoir "découvert que les patients ont parfois le sentiment d'être à l'état de sperme ou d'ovules, ce quon appelle le rève spermatique". 11 On ne peut donc refuser, dit-il, que le patient puisse se remémorer avoir été spermatozoïde. Mais Sadger l'avait écrit avant lui, Hubbard ayant fort bien pu le lire lors de son passage à Oak Knoll.

Autre "découverte" d'Hubbard coïncidant avec Sadger: les mères tentant souvent d'avorter de leurs enfants. Sadger énonce que "bien des chutes et autres accidents d'une femme enceinte sont simplement tentatives d'avortement inconscientes, sans compter les cas où la mère tente avec plus ou moins de violence à se libérer d'un enfant indésirable." 12 Hubbard dit de son côté: "Les tentatives d'avortement sont courantes 13 et en fait "vingt à trente tentatives d'avortement ne sont pas inhabituelles chez l'aberré" 14 Ce n'est donc pas une idée neuve.

D'après un patient de Sadger, la vie intra-utérine n'est pas une partie de plaisir: "J'étais peut-être bien secoué et balloté quand le père faisait le coït avec ma mère - serait-ce une raison pour laquelle j'ai toute mon existence détesté les carrousels et la danse?" 15 Hubbard insiste de son côté sur le fait "que la mère ne doit pas être forcée au coït, car toute expérience de coït durant la grossesse est un engramme" 16 ..."papa s'excite et bébé a l'impression d'être dans une machine à laver."17

Voici donc au moins trois similitudes : rève spermatique, fréquentes tentatives d'avortement, incomfort du foetus durant les coïts des parents. On ne peut affirmer qu'Hubbard ait lu Sadger; toutefois, ces idées sont importantes en dianétiques - et ne sont pas nouvelles.

Le second article de la Revue psychanalytique a trait aux conditions d'accouchement susceptibles d'affecter la vie entière. Le Docteur Grace W. Pailthorpe indique dans un article de 1941 qu'il faudrait analyser plus méthodiquement la période d'enfance des patients , au moins "la naissance elle-même". Sans quoi l'on n'obtiendrait pas les effets thérapeutiques escomptés. La naissance nous traumatise tous, déclare-t'elle, et ces souvenirs nous suivent jusqu'à l'âge adulte. "ce n'est qu'en psychanalysant la personne en profondeur et que les déviations inconscientes de nos forces vitales ont été exposées que nous pouvons nous réjouir de l'existence".18

Hubbard écrivit "Ce n'était pas une théorie obscure qui amena la découverte du rôle exact de l'expérience prénatale et de la naissance dans l'aberration et les maladies psychososmatiques". Ca correspond pourtant à la théorie "obscure" de Pailthorpe. Grâce à l'article de cette dernière, on retrouve des ressemblances flagrantes entre les théories freudinnes classiques et la dianétique. Dans chacune, ce retour au passé du patient pour y découvrir la source de problèmes présents. Une fois découverts et traités, les ennuis disparaissent. Dans l'article de Pailthorpe, nous trouvons également un homme traumatisé par sa naissance. Il avait été "cruellement éjecté du ventre maternel; sa résistance à sortir étant supposée devenir la cause de l'attention de sa mère et de la nourrice (douloureuses pour le corps sensible de l'enfant) 19 Ces traumatismes causèrent maux de tête et désordres sociaux dans la vie de l'adulte. La psychanalyse découvrit les causes (traumatisme à la naissance), et lorsqu'elles furent ramenées à la conscience et leur signification expliquée, les céphalées et ennuis sociaux se calmèrent.

La dianétique suit de près ce raisonnement: selon Hubbard, les engrammes -traumatismes passés - sont découverts, ramenés à la conscinece, (du Mental Réactif au Mental Analytique), ce qui soulage le problème. Il prétend que l'audition dianétique (le préclair allongé sur un divan, comme pour Freud)... "les maladies psychosomatiques ont été entièrement guéries dans chaque cas"... 20

En Dianétique, le lecteur acquiert l'impression que les traumatismes de la naissance, prénataux, les tentatives d'avortement et l'incomfort foetal dans le ventre maternel sont des faits nouveaux. Comme nous le voyons, ce n'est pas le cas. Et nombre d'autres "nouveautés" et "découvertes" ne le sont pas davantage.

THOMAS HOBBES

Autre découverte importante hubbardienne: "On peut prouver que l'homme, en tant qu'espèce vivante, obéit en chacune de ses actions à un ordre essentiel "SURVIVRE!" 21 Les quatre dynamiques d'Hubbard, soi, le couple/sexe (procréation), le groupe, et l'humanité, s'intéressent à la survie de l'homme. Bien qu'il insiste lourdement avoir découvert que la survie serait le but ultime de l'homme, on trouve déjà cette idée dans Thomas Hobbe au XVIIe siècle. C'est ainsi que Hobbe écrivit dans Léviathan "Le Droit de la Nature... est la Liberté que possède chaque homme d'user de son propre pouvoir comme il le fera de son gré, pour préserver sa propre Nature, c'est à dire, sa propre Vie; et conséquemment, de faire toute chose, selon ses propres Jugements et Raisons, qu'il jugera la mieux apte à atteindre ce but".

En termes hubbardiens, il s'agit de la première dynamique, survie de la personne. Léviathan est divisé en trois parties: l'homme; la communauté et la nuit. La première, rebaptisée en termes hubbardiens, serait la première dynamique (survie pour soi), la seconde étant la troisième dynamique (survie du groupe). "La Cause définitive, la Fin, ou le destin de l'Homme... lors d'introduction de cette restreinte en eux (où nous les observons vivant en groupe) est l'espoir de leur propre préservation..." 23 A nouveau l'idée qu'Hubbard prétend avoir inventée - mais quelques siècles avant lui.

Coïncidence (?), Hobbes a quelques idées communes avec Hubbard. Au début de chaque ouvrage de dianétique et scientologie, on trouve une note demandant de ne pas aller au-delà d'un mot qu'on n'aurait pas compris. 24 On retrouvera cette idée tout du long des cours dianétique ou scientologiques. Cette suggestion est utile, mais Hobbes l'a écrite trois siècles avant Hubbard.

Dans Leviathan, Hobbes raille les opinions de ceux qui ne l'ont pas compris; voici ce qu'il écrit: "La première Cause de conclusions Absurdes vient de la Méthode; en ceci qu'ils commencent leur ratiocination non point par Définitions, c'est à dire, depuis les significations de leurs termes." 25 Hobbes revient à plusieurs reprises sur cette idée: "En la juste définition des Noms, gît le premier usage de la Parole; qui est l'acquisition de la Science; et dans l'absence ou la fausseté des Définitions, gît la première erreur, d'icelle procèdent toutes conclusions fausses et insensées." 26

Je laisse le soin au lecteur de rechercher d'autres parallèles entre Hobbe et Hubbard, et laisserai la question en suspens de savoir si Hubbard les a ou non empruntées ici et là, faute d'avoir une liste de ses lectures.

ALEISTER CROWLEY

Incontestablement, Hubbard fut lié à l'occultisme. Dès la première publication de la dianétique dans "Astounding Science Fiction", Hubbard explique avoir utilisé l'écriture et la parole automatiques, et la clairvoyance" 27 pour découvrir ce que faisaient les magasins ménémoniques. L'écriture automatique est une méthode occulte pour communiquer avec le monde spirites, encore que les psychologues le considèrent comme un produit des pensées subconscientes de l'écrivain. Peu importe la raison, il ne s'agit de toute façon pas d'une méthode utilisée en recherche scientifique compétente.

Les relations entre Hubbard et Alesiter Crowley sont nettes et valent d'être notées. Crowley se disait l'Antéchrist, la Bête des Révélations, le 666. Russell Miller a précisément expliqué les leins d'Hubbard avecJohn W. Parsons, alors à la tête de l'Ordo Templis Orientis de Crowley à Los Angeles 28 Hubbard fut un membre actif du groupe durant des mois, et y rencontra sa seconde épouse. La scientologhie prétend qu'Hubbard avait infiltré ce groupe pour le démanteler, mais ce qui suit devrait suffire à faire tomber cet argument.

Dans une conférence du Philadelphia Doctorate Course de 1952, Hubbard discute de la magie occulte au moyen-âge "C'est un travail fascinant, c'est l'oeuvre d'Aleister Crowley - maintenant décédé - mon bon ami Aleister Crowley." 29 Le livre qu'il recommandait était The Master Therion (Londres, 1929), republié sous le titre Magick in Theory and Practise. L. Ron Hubbard junior, son fils ainé, affirme que epndant tout le cours de Philadelphai Doctorate, son père lisait tous les soirs les oeuvres de Crowley "pour préparer la conférence du lendemain". 30

On retrouve d'intéressantes similitudes entre les oeuvres de Crowley et celles d'Hubbard. La Piste du temps chère à la dianétique, supposée contenir l'enregistrement instants après instants de tout le passé, ressemble à la Mémoire Magique de Crowley. La Mémoire Magique, dit Crowley, se développe dans le temps jusqu'à réveiller des souvenirs d'enfance qu'on avait oubliés, et même les souvenirs d'incarnations antérieures.31 Hubbard donne dans le cours de Philadelphia Doctorate des exemples de personnes se souvenant de vies antérieures sur terre, plusieurs millions d'années auparavant. La similitude existe donc entre la Mémoire magique et la Piste du temps, chacune pouvant retourner dans des vies passées et pouvant être développées par diverses techniques pour s'en servir.

Hubbard, tout comme Crowley, considèrent important de revivre la naissance. "Ayant permis au mental de revenir quelques centaines de fois à l'heure de la naissance, on devrait le pousser ensuite à passer en deça de la période. 32 (Crowley) Quant à Hubbard, lisons-le: "Après une vingtaine de passages sur la naissance, le patient vécut une récession de toutes les somatiques et 'état d'inconscience' et de leur contenu aberratif". "Il n'y a donc pas d'empèchement à passer avant la naissance pour découvrir ce que la dianétique a commencé par nommer le basique-basique." 33 (Hubbard)

Hubbard comme Crowley sont très anti-psychiatrie. "La psychanalyse officielle entretient la fraude... les psychanalystes ont donc mal interprété la vie, et prétendu en conséquence que l'homme était anti-social, criminel, un animal insane" 34 (Crowley). Hubbard de son côté considérait que la psychiatrie contrôlait pratiquement la société et qu'elle combattait pour créer son propre monde du 1984 d'Orwell 35.

Hubbard comme Crowley postulent tous deux une aptitude humaine à quitter son corps à certains moments. Crowley enseignait que pour y parvenir, il fallait écréer" un corps comme le sien en face du corps physique, et qu'on finissait par apprendre à quitter le corps physique pour le "corps astral", afin de pouvoir voyager à volonté sans les entraves physiques. 37 Hubbard dit la même chose, sa méthode pour quitter le corps consistant à dire au préclair de "faire une image de son corps" ce qui l'enverrait au dehors du corps. 38

Crowley 39 et Hubbard 40 se servent d'un triangle équilatéral pointe en haut dans un cercle comme symbole de leurs groupes. Tous deux utilisent le Volume 0 comme premier volume, au lieu de Volume 1. On pourrait aller loin dans les similitudes, aussi j'encourage les lecteurs à effectuer leurs recherches en ce sens.

L'organisation de Crowley comporte comporte plusieurs Grades. Pour atteindre celui d'Adeptus Exemptus, "l'adepte doit préparer et publier un thèse de sa connaissance sur l'Univers et de ses propositions pour le bien-être et le progrès. Il sera ainsi connu comme maître d'une école de pensée." 41 Il semble qu'Hubbard... ait atteint ce grade.

GNOSTICISME

D'emblée, une explication de ce qu'est le gnosticisme: il s'agit d'une ancienne philosophie religieuse aux racines platoniciennes. Les gnostiques croient que les humains sont en quelque sorte de outsiders de l'univers matériel. Nos âmes immortelles de nature divine auraient été piégées dans un corps par des forces funestes, et nous nous réincarnerions en continu, nos identités spirituelles restant hors de notre perception. Notre tâche serait de retrouver cette connsaissance cachée, ou gnose, qui nous permettrait d'échapper à ce monde matériel négatif d'illusion, revnant ainsi à notre place. Nous continuons à nous réincarner jusqu'à avoir appris comment nous échapper.

Le monde semblerait représenter l'épitome du mal. Du fait qu'il serait étranger à leur nature d'humains, ceux-ci doivent y renoncer afin de le fuir et de revenir à leur origine. Pour y parvenir, il leur faut posséder la Gnose, renaître à leur nature fondamentale, et être baptisé dans la coupe du Savoir duquel émana l'intellect divin . 42

Le Salut commence par la venue d'un Messager de l'au-delà, apportant la connaissance indispensable aux hommes, mais cette connaissance ne serait donnée qu'à ceux qui la mériteraient, si bien qu'il faudrait suivre des étapes pour parvenir aux Vérités Ultimes. L'individu doit donc lutter pour mériter, puis apprendre la science nécessaire à son retour vers les lieux désirables.

Il faut que quelqu'un apporte cette gnose, ou connaissance, à l'humanité.

Il s'ensuit que cette réalité divine ne pourrait être perçue par les facultés ordinaires du mental. Il faut qu'il y ait intervention d'un médiateur céleste. il descend pour appeler le Gnostique, l'eveilleer de son très ancien sommeil et de sa faiblesse, pour le ramener à son divin domicile. 43

Sur terre, l'homme subit les plaies amoindrissant ses aptitudes et son état d'être. L'un des problèmes à résoudre est la pléthore d'esprits ou d'âmes provoquant des difficultés: une hérarchie de démons serviles et préparés est en permanence à l'oeuvre dans nos corps, le transformant en un enfer miniature. 44

L'humanité subit aussi l'ignorance de sa propre condition originelle et de son domicile véritable, aveuglée par le monde matériel. Le Christianisme englobe diverses sectes gnostiques. Les plus fameux gnostiques ont pris les bases chrétiennes et les ont mélées à leurs théories. Parmi les ennemis les plus dangereux de l'église des débuts, on trouvait le mouvement gnostique chrétien, qui déforma largement le message du Christ tout en usant d'une termnologie similaire. Les Pères de l'église d'alors, tels Tertulien et Clément d'Alexandrie, passèrent une partie de leur existence à prècher contre le gnosticisme.

Il se trouve que la scientologie embrasse le gnosticisme. Ses doctrines sont gnostiques et elle se sert d'écrits gnostiques pour supporter ses propres opinions. On trouve ainsi dans le numéro 93 du magazine "Advance" un article intitulé "La surpenante tradition chrétienne de la réincarnation", basé surtout sur des écrits gnostiques comme Pistis Sophia (le plus connu des écrits gnostiques accessibles). La scientologie est nettement gnostique, elle l'admet; et elle l'est par similitudes avec les oeuvres gnostiques. C'est une fois encore une "découverte" d'Hubbard qui n'a que quelques milliers d'années d'existence amplement répandue.

Hubbard disait être l'unique source de savoir utile pour échapper aux liens terrestres. "Le mystère de cet univers a été... pour autant que la piste du temps soit en jeu, complètement occlus. Nul n'a pu faire la moindre percée et en ressortir en sachant ce qui s'était passé... J'ai finalement réussi à faire l'avancée qui permet d'amener les gens en toute sécurité dans cette zône". 45

Quand Hubbard mourut en 1986, on annonça qu'il avait quitté l'univers MEST (Matière, Energie, eSpace et Temps) pour continuer son oeuvre et ses recherches. En d'autres termes, il avait obtenu la gnose indispensable pour briser les liens de ce niveau matériel illusoire et voyager vers d'autres lieux à volonté. 46

Les scientologues n'ont qu'une source unique pour la gnose s'ils veulent accéder à leurs origines: Hubbard et sa technologie. "Personne d'autre PERSONNE , ne l'a jamais découvert". 47 Il est donc le médiateur céleste de la gnose, doté du pouvoir d'amener l'humanité à la connaissance et de la ramener à domicile.

Autre évidence de l'aspect gnostique: dans le niveau "supérieur de scientologie dénommé OT 3, Thétan Opérant Trois, ou "Le Mur du feu", le scientologue apprend pour la première fois que nombre de ses ennuis sont provoqués par d'autres esprits attachés à lui. Ces "âmes" ont leur propre cursus. Le but d'OT 3 et de la suite (NOTs) est de débarrasser la personne de ces centaines de "Thétans de Corps" qui sont liées à l'individu dominant. Nul n'est autorisé à consulter les matériaux écrits d'OT 3 tant qu'il n'a pas achevé les niveaux d'en-dessous. Ces documents sont sous haute sécurité et traîtés comme l'important mystère qu'on ne laissera approcher qu'à ceux qui le méritent.

Ces "grandes découvertes" d"Hubbard remontent en réalité au 4e siècle de notre ère:

"Car maints esprits l'occupent [le corps], chacun menant ses propres tâches, et l'abusant en usant de désirs inconvenants. Il me semble que le coeur souffre comme souffrirait une auberge: il a ses creux et ses niches souvent emplies d'hommes y vivant licencieusement, sans s'inquiéter de l'endroit, car il appartient à un autre" 49

Cela fait penser à OT 3.. alors qu'il s'agit d'une pensée de Valentinus, l'un des grands gnostiques chrétiens - aux environ de l'an 300. Il enseignait qu'il y avait d'autres "esprits" en l'individu, provoquant maintes difficultés à "l'âme principale" hôte. La gnostique basilides enseigna aussi que l'homme "préserve l'apparence du cheval de bois, qui selon le mythe poétique, contient en lui différents esprits". 50

Ce qui précède ressemble à l'idée des démons de l'ancien testament: ceux-ci sont "extérieurs" de l'habitant principal du corps et lui créent des problèmes. Les gnostiques paraissent néanmoins penser que c'est condition normale pour l'être humain qu'héberger ces autres âmes, alors que la chrétienté considère le phénomène comme rare. Auityre idée gnostique qu'on retrouve en scientologie: ce monde est d'illusion. La scientologie enseigne que l'univers où nous vivons est fait de MEST (matière etc) qui n'existe que parce que des êtres non composés de MEST -les thétans- ont décidé qu'ils étaient d'accord avec son existence et de se plier à ses lois, par exemple: "Un thétan peut postuler une condition mentale ou matérielle et onsidérer ensuite qu'il ne peut en échapper, si bien qu'il succombera à l'illusion du piège ainsi créé". 51 Les êtres thétals - les thétans, c'est le mot hubbardien pour les âmes - vivent sur terre en pénétrant des corps humains. Les humains, c'est à dire les corps vivants, existaient sans l'être thétal, avant qu'il ne s'y fasse piéger. Les êtres thétals sont piégés dans les corps humains et oublient leur nature véritable.

"Votre préclair était fndamentalement bon, heureux, éthique et esthétique, avant que la nature de l'univers MEST ne le piège. Il était encore encore thétan, confiant et éthique, et bon, le voilà dans un corps : regardez donc autour de vous. 52

La scientologie partage donc la position gnostique disant que l'humanité soit séparée de l'univers physique et s'y trouve enfermée contre son gré.

Un gnosticisme est une connaissance secrète. La scientologie cache ses enseignements secrets derrière des sécurités très opaques. Quand j'ai visité le grand immeubble bleu de la secientologie à Los Angeles, on m'a convié à entendre des bouts de conférences d'OT 8 faites par satellite à bord du navire de la secte, le Freewinds, car ce niveau n'est délivré que sur ce bateau. Un OT VII déjà à bord expliquait que les matériaux étaient dans un coffre, que la seule façon de l'atteindre était de passer dans une pièce fermée et de passer derrière des rayons laser de surveillance. On dit aux scientologues que s'ils apprenent le niveau OT 3 avant d'en être capable, ils attrappent la pneumonie et meurent.

Les gnostiques anciens usèrent de diverses méthodes pour cacher leurs enseignements. Les initiations étaient si secrètes qu'aujourd'hui nous n'en avons retrouvé que certains pièces. Leurs écrits étaient si vagues et incompréhensibles que seuls l'initié pouvait les suivre.

Le but de la dianétique et de la scientologie serait de remettre l'être thétal en l'état originel (c'est à dire le libérer des lois de cet univers), et de lui supprimer le besoin d'un corps. L'unique source pour y parvenir serait la technologie de L. Ron Hubbard, médiateur céleste de l'église gnostique de scientologie.

Entre parenthèses, on peut nettement s'apercevoir que ces dogmes sont en contradiction avec les enseignements chrétiens actuels. Bien que les scientologues disent "ne pas tenter de faire abandonner les croyances des gens, ni de leur faire abandonner leurs pratiques religieuses," 53 c'est en fait incongru, car on ne peut être à la fois scientologue et chrétien. ce n'est pas comppatible. La scientologie étant gnostique, ce que la chrétienté a considéré inacceptable dès les débuts (voir les écrits des pères anti-nicéniens, par exemple); la réincarnation est également contraire à la foi chrétienne. Ailleurs, nous avons lu qu'Hubbard était bon ami du sataniste Antéchrist Aleister Crowley... Hubbard l'a largement plagié, et admirait ses oeuvres. C'est évident que prétendre mèler scientologie et christianisme sans qu'il y ait interférences est inepte.



1 DIANETICS, p. 173
2 DIANETICS, p.ix of 1975 edition.
3 DIANETICS, p.165.
4 BARE-FACED MESSIAH pp.230-1 RETOUR VERS TEXTES DES NOTES 1-4
5 L. Ron Hubbard, cassette tape, "Introduction to Dianetics",
Dianetics Lecture Series 1. 1950. Bridge Publications, Inc.
6 L. Ron Hubbard, Philadelphia Doctorate Course series, cassette
#18
7 L. Ron Hubbard,"The Story of Dianetics and Scientology" , 1958
cassette tape #581OC18
8 DIANETICS, p.176.
9 Dr. J. Sadger, "Preliminary Study of the Psychic Life of the
Fetus and the Primary Germ." PSYCHOANALYTIC REVIEW July 1941
28:3. p.333
10 Sadger, p.343-4.

11 DIANETICS, p.391. RETOUR VERS TEXTES DES NOTES 5-17
12 Sadger, p.336.
13 DIANETICS, p. 211.
14 DIANETICS, p.214.
15 Sadger, p.352.
16 DIANETICS, p.214.
17 DIANETICS, p.176.
18 Grace W. Pailthorpe, M.D., "Deflection of Energy, As a Result
of Birth Trauma, and its Bearing Upon Character Formation" (The
Psychoanalytic Review, vol. 27, pp.305-326) p.326
19 Pailthorpe, p.307. RETOUR VERS TEXTES DES NOTES 18-24
20 DIANETICS, p.123.
21 DIANETICS, P.29
22 Thomas Hobbes, LEVIATHAN (London; Penquin Books, 1968) p.189
23 LEVIATHAN, p.223
24 DIANETICS, p.vii
25 LEVIATHAN, p.114
26 LEVIATHAN, p.106 RETOUR VERS TEXTES DES NOTES 23-28
27 L. Ron Hubbard, "Dianetics: Evolution of a Science",
Astounding Science Fiction May 1950 p.66
28 BARE-FACED MESSIAH pp.112-130
29 L. Ron Hubbard, "Conditions of Space/Time/Energy" Philadelphia Retour texte note 29
Doctorate Course cassette tape #18 5212C05
30 L. RON HUBBARD, MESSIAH OR MADMAN? p.305 Retour notes 30-35
31 Aleister Crowley, MAGIC IN THEORY AND PRACTICE (NY: Dover
Publications, Inc., 1976) p.51 (originally published 1929,
London)
32 MAGICK, p.419.
33 DIANETICS, p. 171 and 172.
34 MAGICK, p. xxiv
35 L. Ron Hubbard, "What Your Donations Buy", church pamphlet
36 DIANETICS pp. 340f

37 MAGICK pp. 146- Retour notes 37-41
38 L. Ron Hubbard, THE CREATION OF HUMAN ABILITY, (Sussex,
England: The Department of Publications Worldwide, 1954) p.226f
39 Francis X. King, MIND AND MAGIC (London: Dorling Kindersley
Ltd., 1991) p.100. see photograph.
40 see for example the bookends of Hubbard's Research and
Discovery series.
41 MAGICK p.236
42 Giovanni Filoramo, GNOSTICISM, (Cambridge, MASS:Basil
Blackwell, 1990) p.9
43 GNOSTICISM, p.40
44 GNOSTICISM, p.92 RETOUR NOTES 42-44
45 " Advance!" issue 93, p.16
46 International Scientology News, issue 8, p. 3.
47 International Scientology News issue 8 p.7 RETOUR NOTES 45-46
48 The material has been released publicly in court cases.
Scientologists refuse to read it, however, until they reach the
proper level of training. They believe they will die if reading
it unprepared.
49 GNOSTICISM, p.98
50 The Ante-Nicene Fathers (WM. B. Eerdmans Publishing Company,RETOUR NOTES 47-50
Grand Rapids MI) reprinted February 1983. Volume 2, p.372.
51 L. Ron Hubbard, SCIENTOLOGY: A WORLD RELIGION EMERGES IN THE
SPACE AGE,
(Church of Scientology Information Service, Department of
Archives, date and location not listed) p.23
52 L. Ron Hubbard, A HISTORY OF MAN (Sussex, England; Department
of Publications Worldwide, 1961), p.55
53 Staff of Church of Scientology, WHAT IS SCIENTOLOGY? RETOUR NOTES 51-53
(Kingsport Press, Inc., 1978) p.199

LA SOCIETE DIANETIQUE IDEALE


"Si quelqu'un veut un monopole sur la dianétique, soyez certains qu'il le veut pour des raisons qui n'ont aucun rapport avec la dianétique, mais pour le profit"1

Au départ, le but d'Hubbard était de "clarifier la planète". En d'autres termes, faire en sorte que chacun devienne clair sur terre. Mais en attendant que cela se produise, il envisageait de larges démarcations entre les clairs (les vraies gens) et les préclairs (déficients). Seuls les clairs pouvaient ainsi se marier et avoir des enfants 2 .Si les préclairs en avaient, il fallait probablement les leur prendre afin d'éviter les "effets restimulants que les parents pourraient avoir sur eux". 3

"Il se peut que dans un avenir lointain, seules les personnes non-aberrées aient des droits civils. Peut-être verrons nous dans un temps lointain que seuls les gens non aberrés puissent atteindre la citoyenneté. Ce sont là des buts désirables." 4 Les préclairs auraient-ils des droits? Et quel sort sera réservé aux malheureux qui l'auront rejeté ou critiqué?

On peut jusqu'à un certain point répondre à ces questions en observant les organisations bâties par Hubbard, et le statut de leurs employés. On parle des non-scientologues comme de "bougnoules" -en anglais, WOGs - qui signifie aussi parasite en australien, ou comme "viandes crues". 6 Le système juridique externe, celui de la société, est qualifié de "loi wog". Cette société extérieure est contrôlée en catimini par de malfaisants psychiatres qui tiennent les gouvernements et les médias. La psychiatrie a attaqué la dianétique dès les débuts, prétendit Hubbard, "parce qu'ils avaient peur que notre pouvoir n'augmente et que c'en soit fini de leurs vols et de leur plan pour un monde façon 1984". 7 Il fallait donc une bataille rangée entre le monde nuisible d'au dehors et les vaillantes troupes Hubbardites.

Clarifier la planète est toujours aussi important. Si l'on se met en travers du but, on vous écrase. Hubbard écrivit la fameuse lettre de règlements "Fair Game - Gibier de Potence" de 1967, où il déclare que quiconque gène la mission de la scientologie "peut être trompé, poursuivi, détruit". 8 Il invoque aussi le procédé R2-45 pour "extérioriser la personne d'un coup" - mais d'un coup de calibre 45. Il n'en donna pas l'utilisation - disant que la société n'était pas chaude envers ce principe [bien qu'il en ordonna l'exécution envers 11 personnes].9

Il créa le Guardian Office - office du Gardien, dont les membres ont pour tâche d'écraser toute résistance au dehors ou au dedans de la secte. Quand ce service fut démantelé, sa chef - la propre femme d'Hubbard - furent envoyés derrière les barreaux après une descente du FBI en scientologie qui démontra vols et cambriolages d'administrations officielles ou privées, c'est l'OSA - service des affaires spéciales - qui remplaça l'ancien office du gardien.

Dans l'organisation, l'éthique a subi d'étranges perversions; il s'agit par définition scientologue: "Ethique = ôter les contre-intentions de l'environnement" 10 [et une fois ce but atteint d'ôter les AUTRES intentions de l'environnement, ndt] que l'on peut interpréter ainsi: faire sauter tout verrou à l'avancée de la scientologie et de ses buts. Un adepte reste en bons termes avec l'organisation scientologue aussi longtemps qu'il produit pour l'église - "un membre du personnel peut commettre un meurtre aussi longtemps que sa statistique - ses travaux pour l'organisation - sont en hausse - mais il ne peut plus faire un faux-pas si ça baisse." 11 Si le but de clarification de la planète approchait, que tous les critiques et râleurs soient mis au pas, tout serait comme Hubbard le désirait, et la façon dont ils y seraient parvenus n'importerait pas.

Hubbard a dirigé l'organisation comme un dictateur, l'oeil sur les plus petits détails. Toute activité ou structure est couverte par des règles strictes d'Hubbard. Si quelqu'un ne produit pas ce qui est demandé, on peut l'expédier vers une vérification de sécurité à l'électromètre (genre de détecteur de mensonges élémentaire), pour voir s'il ne serait pas une source d'ennuis ou un suppressif. Si un membre est gèné dans sa progression par les critiques de ses parents ou par sa femme ou son mari, on lui demande de "déconnecter" - couper la communication avec ces empècheurs qui gènent l'église. Toute activité externe est arrangée afin que le membre y consacre le minimum de temps - et le maximum à l'église. En ce qui concerne les membres de la Sea Org - l'Organisation maritime - le coeur exécutif de l'affaire, ses membres signent un contrat d'un milliard d'années. L'église posède son système pénal, connu sous le nom de RPF "Projet Force de Réhabilitation - ou de Rédeption". Ceux qui y sont passés le décrivent comme un système de travaux forcés, ne mangeant que des miettes, privés de sommeil, forcés à des travaux durs et à une intense dégradation.

En résumé, nous avons ici le réplique la plus proche possible du monde d'Orwell dans "1984".


1 DIANETICS, p.226
2 DIANETICS, p.411
3 DIANETICS, p.209
4 DIANETICS, p.534
5 DIANETICS AND SCIENTOLOGY TECHNICAL DICTIONARY, p.471
6 ibid. p.335
7 "What Your Donations Buy" church of Scientology handout, p.3 RETOUR NOTES 1-7
8 HCO Policy Letter October 16, 1967
9 L. Ron Hubbard, THE CREATION OF HUMAN ABILITY (Sussex, England;
Department of Publications Worldwide, 1954) p. 120
10 HCO Policy letter of 18 June 1968
11 HCO Policy letter of 1 September AD15 (i.e. 1965) RETOUR NOTES 8-11
12 A PIECE OF BLUE SKY, p. 206

CONCLUSION

Parvenant à la fin de mes recherches, je me suis demandé s'il fallait que j'absorbe les oeuvres de Korzybski - Science et Santé Mentale, le gnostique Pistis Sophia, et s'il fallait que j'absorbe encore plus de 40 heures des conférences hubbardiennes avant de conclure. J'ai décidé que ça ressemblerait à la course à l'armement nucléaire: pas la peine d'aller chercher 30000 bombes H si 300 suffisent. En d'autres termes, rien ne sert à dépasser le point de non-retour quant aux mensonges, distorsions, emprunts, erreurs et idées saugrenues d'Hubbard. Pourquoi en recueillir d'autres? J'ai fort heureusement décidé d'interrompre la recherche, le but poursuivi étant atteint: démontrer qu'Hubbard est un escroc dont les idées prétendues nouvelles ne l'étaient pas du tout, et n'étaient pas non plus l'unique espoir de l'humanité.

Je sais pourtant que des gens diront "Bon, c'était un escroc, mais les techniques fonctionnent." Je leur réponds: "Qu'entendez-vous par "elles fonctionnent"? - Voulez-vous dire que vous vous sentez mieux grâce à l'audition? Que vous pouvez vraiment quitter votre corps? Que vous pouvez modifier l'univers physique? Que votre QI s'est amélioré dans des proportions énormes, que vous n'avez plus jamais de rhumes, que vous avez plus confiance en vous? Que voulez-vous dire au juste?" Je crois que ces gens veulent simplement dire qu'ils se sentent mieux. Là, je serais d'accord. Mais je m'empressserai d'ajouter alors que ça ne suffit pas dans l'existence. Parce qu'alors, l'alcoolique lobotomisé pourrait avoir une vie idéale, n'étant pas submergé de problèmes quand il est ivre.

Je dirais que notre but n'est pas que de nous sentir bien, mais aussi d'apprendre, d'apprendre à vivre dans le monde réel. C'est ce Monde Réel que nous partageons tous (sauf peut-être les saoûlards lobotomisés). Dans ce monde, on meurt tous si on passe sous un bus lancé à 100 à l'heure, même si on a postulé un monde imaginaire où il serait possible de survivre à ce genre de chocs. Dans ce monde, on ne contrôle pas les feux rouges pour qu'ils passent au vert avant notre arrivée, ni les numéros de loto qui sortent. Dans ce monde, la scientologie vous entraîne hors du sens commun vers un monde virtuel où l'on sacrifie son sens des réalités et son bien-être.

Alors oui, la scientologie marche, tant que vous vivez dans son monde. Dès que vous voulez aborder l'autre, le vrai,c'est fini. J'ai passé six ans dans une autre secte pour y vivre mon monde imaginaire. Je sais pour l'avoir vécu que je préfère celui-ci, le vrai, en dépit de ses incertitudes et problèmes, à ce monde irréel empli de mes ex-certitudes et du souffle de mes expériences mystiques.

Le monde virtuel était plus vivable? mais bon, est-ce le problème? Quel est l'avantage d'avoir des gamins emmélés dans Donjons et Dragons si profondément qu'ils oublient tout le reste, famille, sommeil, aliments, amis? L'empereur, dans ses nouvelles livrées imaginaires, fut très heureux parmi ses sujets admirateurs de ses robes scintillantes - mais l'enfant le désintégra d'un bloc. Est-ce que ça vaut la peine de vivre uniquement dans l'imaginaire? Je ne le pense pas.

Il existe bien d'autres évidences que d'autres ont présentées sur la scientologie - sans compter les données biographiques d'Hubbard, et les expériences ignobles que des scientologues ont dû subir. Je ne voulais pas en parler ici: mon choix s'est porté sur les évolutions et l'originalité des idées de la scientologie. J'espère que cela servira à ceux qui ont quitté l'église, à mieux comprendre l'illusion qui les a pris, et à ceux qui ont la curiosité de s'intéresser à l'une des pires organisations existant actuellement sur terre. J'espère aussi que cela soit utile pour suggérer d'autres voies d'approches quant à d'autres sectes qu'on trouve sur le marché religieux.

Jeff Jacobsen

Trad: roger gonnet


AUTRES LECTURES

En français: La secte, par le traducteur du texte de Jeff Jacobsen
Russell Miller, BARE FACED MESSIAH (New York; Henry Holt and Co.,
1987)

(Existe en français "Le Messie démasqué")

Stewart Lamont, RELIGION, INC. (London: Harrap, Ltd., 1986)

Bent Corydon and L. Ron Hubbard, Jr., L. RON HUBBARD, MESSIAH OR
MADMAN? (Secaucus, NJ; Lyle Stuart, Inc., 1987)

Jon Atack, A PIECE OF BLUE SKY (Carol Publishing Group, NYNY,
1990)