Les Dossiers font la démonstration du procès scientologue

St. Petersburg Times, 26 mars 2000
By THOMAS C. TOBIN

Les matériaux illustrent bien les extrémités auxquels se livre la scientologie afin d'assurer sa défense dans le procès Lisa Mc Pherson


CLEARWATER -- D'éternelles fournées de dossiers


Etudes médicales, recherches scientifiques, témoignages sous serment et bien d'autres -- des milliers de pages fournies par la scientologie que la médecin légiste Joan Wood a analysées durant cinq mois avant de modifier sa décision sur le décès de Lisa Mc Pherson en 1995.
[il est clair d'emblée que la secte a ici, comme dans les tribunaux, appliqué en supplément du reste une méthode consistant à noyer le juge - ou l'opposant - sous des tonnes de documents, vrais ou non, ndt]

Wood refuse de dire ce qui a finalement pesé dans la balance en lui faisant modifier, le mois passé, son rapport sur les causes du décès, transformant la cause en "accidentelle". Mais les dossiers de son office démontrent qu'elle a revu une forte quantité de matériaux disputant sérieusement sa conclusion originale qui disait que Mc Pherson était décédée d'une embolie causée par "repos alité et déshydratation importante".

Le volume aussi bien que l'étendue des dossiers démontrent aussi à quelles extrémités la scientologie en vient pour se défendre contre les délits qui lui sont reprochés lors de la mort de Mc Pherson - des accusations menaçant sa viabilité non seulement à Clearwater, mais dans le monde entier.

Pour cette opposition au Dr Wood, la scientologie a insisté dans plusieurs directions: un caillot pulmonaire, connu sous le nom d'embolie pulmonaire, est cause courante de décès. L'église a étudié 369 cas de décès par embolie pulmonaire dans les comtés de PInellas, Pasco et Hillsborough, survenus entre 1990 et 1997, n'en découvrant que 8 dont la cause n'avait pas été déclarée accidentelle
[naturelle serait plus utilisé en France, ndt, mais ne correspondrait pas non plus exactement à la notion américaine, ndt]. La plupart de ces huit décès impliquaient des tirs, des coups ou autres violences.

La perception du fait que Mc Pherson était émaciée et qu'ella avit perdu peut-être 20 kilogs pendant que les scientologues s'occupaient d'elle à Clearwater est incorrecte et n'est pas supportée dans les faits. D'après les experts de l'église et un médecin de l'église ayant vu Mc Pherson juste avant qu'elle entre au Fort Harrison, Mc Pherson était déjà mince , avec des pommettes saillantes. Le Dr Robert D. Davis, légiste ayant effectué l'autopsie de Lisa, avait conclu qu'elle était "normalement nourrie". Le caillot mortel ne venait pas de la déshydratation mais d'un choc que Mc Pherson avait reçu suite au léger accident de la route survenu avant le séjour chez les scientologues. Une étude par d'autres experts légistes payés par l'église indique que le coup correspondrait à la poignée de la portière de la Jeep Cherokee 1993 de Mc Pherson.

Les résultats de laboratoire sur les pourcentages de sodium des globes oculaires de Mc Pherson étaient trop élevés pour être crédibles et ne collaient pas avec d'autres éléments de l'autopsie. Wood s'était servi des résultats de cette analyse pour affirmer au départ que Mc Pherson était proche du coma et gravement déshydratée. Mais Davis, qui a quitté l'office de Wood avant que le résultat de l'autopsie ne soit publié, n'a pas vu d'autres signes de déshydratation grave ailleurs.

L'église a envoyé divers ouvrages médicaux et témoignages sous serment prouvant que les liquides oculaires avaient été incorrectement maniés par l'office de Wood et mal testés par un laboratoire indépendant, puis finalement contaminés.

Une technicienne du labo expliqua comment une mauvaise réaction de la machine de test l'a incitée à diluer elle-même le fluide, à le secouer puis à calculer le résultat elle-même, sans se servir de la machine.

L'église a aussi contacté le fabricant de l'appareil et découvert qu'il était fait pour tester les produits sanguins et non les liquides oculaires.

La stratégie de l'église rappelle le procès pour meurtre du boxeur O.J. Simpson en 1995, lorsque les avocats de la défense ont méticuleusement recueilli toutes les miettes de preuves quant au maniement des échatillons sanguins et autres, créant un doute parmi les jurés. Cependant, dans le cas Mc Pherson, l'attaque à toute vapeur s'est déroulée bien avant le procès. L'entité scientologue de Clearwater - Flag - a été inculpée en 1998 d'abus à l'encontre d'une personne handicapée et de pratique illégale de la médecine, des "félonies" (correspondant à des délits, ndt).

Un officiel de l'église à qui l'on a récemment posé la question du prix que ça avait coûté, a répondu "c'est énorme".

Apparemment les enjeux sont élevés pour l'église. Elle a récemment déposé une demande en justice, expliquant que ce procès faisait supporter un poids indû à une religion, arguant même que ce procès pourrait remettre en cause son statut d'exemption d'impôts auprès de l'IRS.

Les dossiers qu'a vu le Times suggèrent que Wood, légiste depuis 1982, n'a pas modifié inconsidérément sa décision .

Elle a annoté nombre des matériaux passés par la scientologie, indiquant des points de désaccord; écrivant des "Non" ou des "spécieux" par endroits, en réponse à des arguments de l'église. Répondant ailleurs à un argument, elle dit "Il ne s'agit pas ici de physique des fusées."

Elle a pourtant fini par transformer la cause de décès de "indéterminée" en "accidentelle". Elle a ôté "repos alité et déshydratation". Elle indique un coup reçu au genou gauche, concluant qu'il a pu provoquer le caillot mortel et l'embolie pulmonaire gauche.

Wood n'a pas voulu commenter notre article. Mais, en réaction à une demande publique effectuée par le Times, son bureau a fourni les dossiers qu'elle a lus avant de reconsidérer sa décision.

Les dossiers en question révèlent qu'elle fit appel à des "experts non nommés" non liés à l'église.

Cette modification de la décision a forcé les procureurs à reconsidérer la possibilité du procès. En attendant, l'église se sert de cet argument clé pour obtenir un non-lieu. Une audition aura lieu le 5 Avril en présence de Susan F. Schaeffer, Juge en Chef du Circuit.

Quand et pourquoi Wood a-t'elle changé d'avis?


Les dossiers ne fournissent que des peut-être.

Ils suggèrent que Wood tint bon jusqu'en décembre; six jours avant qu'elle ne change sa décision, l'église envoyait ses expertises quant à l'accident de voiture de Lisa Mc Pherson.

L'avocat général assistant Doug Crow s'est refusé à tout commentaire.

Marty Rathbun, un cadre général de l'église, explique "que l'église aurait pu attendre le procès pour fournir les preuves, mais que cela aurait affaibli la crédibilité de bien des gens, si bien qu'ils seraient apparus ensuite comme incompétents".

"L'église a donc choisi une voie plus calme, "plus responsable", dit-il. Notre idée, c'est que si nous faisons une bévue, nous aimons qu'on nous la fasse savoir afin de la corriger... notre but n'était pas de discréditer la légsite ou de démontrer à quel point l'enquète de l'état était infondée".

[Note du traducteur: Rathbun, grand chef des services secrets de la secte, a la mémoire courte: l'église a commencé d'emblée à traîter le Dr Wood de "Menteuse, menteuse, menteuse." dès qu'elle a émis son rapport originel.]

original anglais:
http://www.sptimes.com/News/032600/news_pf/TampaBay/Records_outline_Scien.shtml