CRITIQUE DES POSITIONS DU JOURNAL "Le Monde" vis à vis des sectes en 1998
C'est le 17 septembre que le Monde a publié sous la plume d'Henri TINCQ un article intitulé "Sectes, Nouvel Age et Tolérance Religieuse". Vous ne le trouverez pas actuellement sur mon site: Le Monde n'admettra peut-être pas que je le reproduise pour critique.

J'avoue ma surprise à constater que le journal, réputé pour sa relative neutralité et ses prises de positions modérées, ait prèté un espace à M. Tincq pour y répandre la bonne parole des amis des sectes que constituent le CESNUR italien dirigé par Massimo Introvigne et des gens comme J.F.Mayer.

On lit par exemple que "l'expert" J.F. Mayer aurait écrit un rapport très modéré pour la police suisse au sujet de la scientologie. Le rapport est -il effectivement relativement modéré? Oui et non: Mayer est connu pour ses sympathies sectaires, mais il a toutefois marqué le coup sur la scientologie - à moins qu'il n'y ait été contraint par la police suisse: jugez par l'extrait ci-dessous.

Si M. Tincq aborde à plusieurs reprises les risques de certaines sectes en rappelant quelques-uns des massacres déjà perpétrés, il ajoute aussitôt quelques arguments pro-sectaires en provenance du gourou pro-gourous turinois Introvigne, trop engagé au côté des sectes depuis trop longtemps pour être encore crédible, et surtout, trop peu sérieux dans son travail, puisque, tout comme Henri Tincq dans cet article, il ignore complètement et délibérément tous les arguments anti-sectaires de très nombreux autres experts de toutes tendances.

En particulier, H. Tincq reprend le célèbre flou - répandu par Introvigne et consorts - sur les notions de "lavage de cerveau" et "manipulation mentale".

C'est le CESNUR lui-même et des américains comme Gordon Melton qui ont jeté ce flou; entre autres, M. Introvigne s'est servi des années durant d'un document "de l'association psychologique américaine - APA" tronqué par ses soins, pour faire accroire au refus de l'APA de considérer la notion de lavage de cerveau comme valable et/ou possible, sinon existante.

Selon le Cesnur, repris par Henri Tincq, on assisterait à une sorte de "panique morale" au sujet du problème des sectes. Doit-on rappeller que des milliers de morts dûs aux sectes peuvent effectivement  déclencher une panique morale tout à fait légitime? Que des vies brisées, des familles rompues, des fortunes envolées, sont autant de bonnes raisons à "paniquer" et à entreprendre quelques actions de surveillance ou de lutte?

Est-il indispensable de rappeler que même des croyants de religions autrement plus crédibles que ces groupuscules peuvent aussi tuer (cf: Irlande, Inde, Pakistan, Iran, Talibans etc), et que dès lors, on peut aussi craindre les débordements et excès des sectes plus catégoriques encore?

Quant aux précisions de M. Tincq, certaines méritent d'être vérifiées: ainsi, il affirme qu'en 1970, 11 millions de suédois pratiquaient le luthérianisme. Le problème, c'est qu'il n'y avait alors que...  8,08 millions de suédois : ils sont 9 millions de nos jours. Ou bien, M. Tincq affirme que les Pentecôtistes ne sont pas une secte: il aurait dû préciser qu'ils ne sont  pas classés comme secte coercitive, alors qu'au sens primitif non péjoratif, c'est une secte.

Voyons  la citation d'Anne Moreill (université laïque bruxelloise) reprise par M. Tincq, "la secte des adversaires des sectes", il y a au moins une quinzaine d'années que les anti-sectaires s'appliquent eux-mêmes ce qualificatif  humoristique de 'sectaires anti-sectaires', qui leur rappelle qu'il faut rester tolérant, et étudier tous les aspects d'un système avant de le juger. Ce qui n'est pas le cas pour le CESNUR, qui n'a toujours écouté qu'un son de cloche terriblement pro-sectaire.

N'oublions pas non plus  que le Dr Beit Hallahmi de l'université d'Haïfa demande à ses collègues chercheurs des "nouveaux mouvements religieux" un peu plus de transparence financière: rappelons par exemple que le voyage d'Introvigne, Melton et cie au Japon  pour défendre la secte Aum après les assassinats du métro de Tokyo, était pris en charge ... par la secte Aum, laquelle, selon le Dr Beit-Hallahmi Reid, Rieder, Mullins, Haworth, pour ne citer qu'eux, est responsable de dizaines de morts connus depuis 1988. France Trois vient d'ailleurs de dévoiler (Octobre 98, les sectes tueuses) le mécanisme de certains assassinats perpétrés sur ordre du gourou de Aum.

Ma question est: Combien les apologistes aveugles reçoivent-ils des mouvements qu'ils défendent si âprement et de façon si peu scientifique?

Aussi longtemps qu'il n'existera pas de réponse à cette question simple, je me refuserai de leur accorder le bénéfice du doute et ... de leur ignorance.

Nous,  critiques de ces mouvements coercitifs, ne serions au contraire pas gènés de montrer ce que nous coûte effectivement en temps, en argent, en ennuis de toutes sortes, le travail de lutte humanitaire qu'est le nôtre.

Presque aucun ne touche un sou vaillant... et les quelques uns qui, comme moi, réussissent à faire éditer un ouvrage n'en tirent qu'un profit très très minime, sans rapport avec le travail préalable et postérieur exigé ou  les risques encourus (procès  des sectes, tentatives de pression, etc).

Que les apologistes fassent de même. Faites-nous voir d'où viennent les sommes que vous dépensez en voyages et autres. On rediscutera plus tard de vos prétentions "professorales" ou "universitaires".

Roger Gonnet
Le secticide - l'anti-scientologue
*



"l'expert" est mis entre guillemets, car si Tincq, Cesnur et cie nomment Mayer expert, pourquoi ne nous coiffent-ils pas aussi, nous, anciens hauts dignitaires ayant une longue expérience - dans et hors de sectes - de ce titre d'experts? Ils se contentent généralement de nous affubler d'un dédaigneux et péjoratif  "apostat"?  Tous les "experts de la lutte anti-sectes le diront, nous découvrons trop souvent l'ignorance - voulue - de ces pro-sectaires qui disent parler au nom de la liberté de religion et de parole, et qui nous la refusent année après année.Je ne peux dès lors les considérer comme véritables experts, car ils devraient contempler TOUS les témoignages existants..
"Le rapport sur la Scientologie aboutit aux conclusions suivantes:
  * Diverses activités présentent d'importantes composantes financières. Des
  membres se trouvent en partie mis sous forte pression pour acquérir de
  nouvelles prestations, appareils et livres. Ces aspects méritent l'attention
  des autorités et des associations de protection des consommateurs, mais
  ne relèvent pas des organes de protection de l'Etat.
  * La Scientologie présente les caractéristiques d'un système totalitaire. Ces
  faits ne sauraient cependant suffire à justifier une surveillance préventive
  en Suisse.
  * Il est prouvé que la Scientologie déploie des activités analogues à celles
  d'un service de renseignements, en particulier pour assurer la protection de
  son propre mouvement face à des dangers réels ou présumés. Ces activités
  sont allées dans le passé d'enquêtes sur ses propres membres et des opposants
  jusqu'à des tentatives d'infiltration de services de l'Etat. Un tel comportement
  est inacceptable. Pour l'instant, il n'existe cependant pas d'indices
  d'infiltration des services de l'Etat en Suisse. Il y aurait lieu d'agir en ce
  domaine dès lors que le mouvement tenterait d'avoir accès à des informations
  touchant à la sécurité du pays.
  * Le groupe de travail estime que, pour l'instant, il y a lieu de renoncer à une
  surveillance par la police préventive. Cependant, il conviendrait d'examiner à
  nouveau la situation après un certain temps, sur la base d'informations
  accessibles publiquement." (rapport complet disponible ici - 300K)

1998 News-Window Switzerland reports that Basel, Switzerland has made
Scientology and other deceptive recruitment methods illegal.

"According to the new Basel criminal code a fine can be levied, or in
repeat cases confinement can be imposed upon anybody who 'recruits or is
trying to recruit passersby on public land using deceptive or unfair
methods.' The police have a right to tell people to move on if signs exist
that 'illicit, especially deceptive or otherwise unfair methods are being
used or if passersby are being bothered in an inappropriate manner.'

"Justice Director Hans Martin Tschudi had previously stated that freedom
of opinion and pluralism are important characteristics of a democracy. The
inner city is a suitable forum for those items.  When an outside interest
is being served, the the democratic state sets boundaries. The misuse of a
right does not merit protection.  The Basel criminal code does not prevent
legitimate activity and is relative. Neither is it a one-time law and is
not a Scientology law.  The criminal code was worked out after the Basel
Great Council had requested measures be taken in connection with the
recruitment activities of Scientology in 1996. It had demanded the
prohibition of 'aggressive' and 'suggestive' recruitment of new members of
sects on public land. Similar endeavors are underway in the cantons of
Geneva and Waadt."