Sectes:

QUITTER LA SCIENTOLOGIE: MESSAGE D'UN ANCIEN AUX SCIENTOLOGUES

Ls organisations de sciento donnent habituellement une seule raison pour que quelqu'un quitte l'organisation: il aurait commis des actes néfastes qu'on n'aurait pas découvert.

Ce message d'un ancien en explique d'autres. J'y ai parfois ajouté quelques lignes pour précisions.

19 Février et 3 août 2000

Je sais comment on nous a présenté l'envie de quitter la scientologie: ce serait dû aux "retenues" [acte anti-scientologie essentiellement, ndt]. D'ac, mais même Hubbard admettait qu'il peut exister d'autres raisons. Et c'est aussi lui qui disait lors d'une conférence que le manque d'argent agissait comme une "retenue". Faites des recherches. Trouvez-vous une ancienne publication des lettres de règlements ou des bulletins, qui n'aurait pas encore été rectifiée par les nouveaux chefs scientologues.

Je n'ai jamais entendu une organisation parler des "autres raisons", comme "mauvais chefs, besoin de plus d'argent etc". Ils s'en tiennent aux "overts, retenues," etc.

Il se peut bien que vous constatiez ces autres raisons, dont Hubbard parle pourtant: mauvais chefs, application injuste des lettres de règlements hubbardiennes par de mauvais supérieurs, etc. Ce sont ceux-là même qui cacheront leurs incompétences en les rejetant sur le dos de leurs subalternes. Ca arrive sans arrêt: vous l'avez déjà constaté, c'est certain.

COMMENT PARTIR

Tout staff a peur de s'en aller. Il a peur d'être physiquement arrèté. Pourtant, c'est illégal de retenir physiquement quelqu'un. Le savez-vous? La plupart d'entre vous l'ignorent. Il est probable que 99 % s'en vont en secret, de peur du contrôle exercé. Pourtant, rien de plus simple: sortez, et partez. Si vous avez peur qu'ils vous retiennent, appelez la police si vous pouvez. Dites-lui que vous voulez vous en aller mais que vous craignez qu'on vous en empèche physiquement, et que vous voudriez avoir une escorte pendant que vous rassemblez vos affaires pour vous en aller. La police vous aidera. Et autant vous dire que l'OSA sera de suite au courant! - je plaisante.


Si vous voulez partir, sachez où vous irez. Trouvez les membres de la famille ou amis qui vous recueilleront - jamais des scientologues bien sûr. Les scientologues essaieront de les appeler sous divers prétextes. (Quand j'ai filé, ils ont appelé ma famille en disant que j'avais hérité d'une somme, mais qu'ils ne me trouvaient pas... et demandaient si ma famille savait où j'étais.) Prévenez donc ceux chez qui vous irez, qu'ils ne répondent pas. Et s'il y a des menaces, prévenez la police.

QUE FAIRE ENSUITE?

Prenez du repos pour commencer. Si vous allez dans un hotel inscrivez-vous de préférence sous un autre nom. Mangez bien. Allez vous promener, mais évitez de vous promenez seul si vous n'êtes pas certain qu'ils ont perdu toute trace de vous. Si vous constatez qu'on vous file, prévenez la police.

Relaxez-vous. Remettez vos idées en ordre. Parlez de votre expérience avec quelqu'un de vraiment proche, ou avec un ancien staff qui ne hochera pas la tête stupidement quand vous lui raconterez tout ce que vous avez vécu.

QUI APPELER AUSSI?

Si je partais aujourd'hui et que je ne puisse trouver un ancien membre du personnel en qui j'ai confiance (hé, on sait qui se trouve sur le staff!), je contacterai
Roger Gonnet en France. On sait ce que c'est que de filer de là.

Voir aussi la liste des adfi en France,.


DOIS-JE PARLER EN PUBLIC?

Si vous avez ressenti des anomalies ou des abus de la part des organisations, devriez-vous en parler publiquement? Bon; s'il y a eu des violations des lois, contactez un avocat ou portez plainte auprès des tribunaux, pourquoi pas. C'est la loi, non? C'est sous la responsabilité des citoyens. Si vous prenez un avocat, contactez de préférence ceux qui ont déjà eu affaire à la scientologie (je vous renseignerai, ou les adfi ou le CCMM le feront). Sinon, si vous preniez quelqu'un qui n'y connaît rien, vous vous retrouveriez à passer une semaine à lui donner des conférences sans qu'il en comprenne assez pour vous aider. Ils ne comprennent pas facilement ce qui est si compliqué déjà pour nous...

Parler publiquement reste une décision personnelle à n'envisager qu'après avoir pris largement son temps. Quelques-uns mettent des semaines, d'autres des mois, voire des années. C'est d'abord votre paix intérieure qui compte. Essayez de vous faire donner un coup de main en premier lieu, afin d'éviter autant que possible de devoir sauter sur le premier job venu. Heureusement, de plus en plus de gens se rendent comptent de ce que c'est et peuvent en comprendre l'importance.

En attendant, et même si vous n'avez pas été audité, faites comme si vous étiez "libéré sur la communication" - Grade 0 - vous découvrirez que
vous pouvez vraiment parler de n'importe quel sujet à n'importe qui. Comparez-donc ça avec ce qui se passait dans l'org: là-bas, plus vous étiez en place depuis longtemps et plus votre poste était élevé, et moins il y avait de gens à qui vous pouviez vous confier: c'est le contraire du Grade 0, libéré de la communication: on devient un Entravé dans les communications.

DEVRIEZ-VOUS EMMENER DES DOCUMENTS AVEC VOUS?

Il y a déjà tous ceux qui vous appartiennent les lettres, photos, certificats, rapports de connaissance etc. Si vous les laissez, vous risquez de ne jamais les revoir; vous pourrez toujours les jeter plus tard, mais vous en aurez certainement besoin, vous verrez. Laissez ce qui appartient en vrai à l'organisation. Prenez vos livres, électromètres, les packs de cours, etc. etc. La seule chose que vous pourriez prendre alors qu'elle ne vous appartiendrait pas spécifiquement, ce sont les documents prouvant des crimes de l'organisation ou de ses chefs; des comptes cachés, des projets crapuleux ou d'infiltration, les ordres de se parjurer devant les juges, les ordres de commettre des cambriolages, écoutes téléphoniques, filatures illégales, violations de la vie privée, pratiques illégale de la médecine ou de la pharmacie, détention illégale, coups et blessures, menaces de mort, courriers anonymes expédiés, conspirations, etc. Vous avez le droit d'emmener les preuves de tels crimes (même si vous y avez participé quand vous étiez sous le charme de la scientologie). Le mieux est de contacter les autorités compétentes - ou de contacter le webmaster qui connaît vraiment la musique par mail ici, ou téléphone, - au (33) 04 26 81 00 96
ou encore, la MIVILUDES en particulier: Mission Interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, 66-68 rue Bellechasse, 75007 Paris; téléphone: 01 42 75 76 08, qui vous dirigera utilement vers les autorités judiciaires capables de vous mettre à l'abri des risques en prenant connaissance des documents). ne vous génez pas pour faire des copies de documents informatiques sensibles si vous le pouvez, en vous servant de vos disquettes perso.

MES RAISONS D'EXPLIQUER CECI

Ce sont mes opinions; vous pourriez rencontrer des gens qui ne partagent pas tout ce que je dis. Mais je pense que quelqu'un qui désire reconquérir sa liberté doit pouvoir y parvenir. La scientologie fait ce qu'elle peut pour en empècher ses staffs et son public. Les organisations ont des tas de choses qui servent à ça: la "feuille de routage off" etc; tout ça ne sert qu'à essayer de faire changer d'avis à la personne. Et pensez au "phénomène final" des "sec checks..."

Ce n'est pas un crime de changer de vie si on ne laisse pas de vraies dettes derrière soi; vous aviez peut-être signé un contrat de travail de 2,5, de 5 ans ou d'un milliard d'années? C'est illégal, ces types de contrats. Vous aviez signé des soi-disant factures gratuites de "services" au personnel? C'est illégal de vous en réclamer le montant dans les conditions qu'ils appliquent. Bref, ne vous inquiétez pas de votre soi-disant "dette de déserteur", c'est bidon; par contre, vous pourriez de votre côté réclamer qu'ils vous paient les heures de travail qu'ils ne vous ont jamais réglées: il vous doivent peut-être des centaines de milliers de F que vous pourriez réclamer devant un tribunal des Prud'Hommes. Vous ignorez souvent que votre organisation est en fait une organisation commerciale inscrite au registre du commerce, et qu'elle doit vous payer ce qu'elle doit et respecter les lois des pays où elle s'installe.

Meilleurs voeux de bonheur pour vous
Robert Vaughn Young [et Roger Gonnet]


Retour textes généraux