LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Les mesures anti-sectes : extrémistes ?

(The Globe and Mail, Toronto)


[note du websmaster traducteur: cet article, en partie "dicté" par les alliés de la sciento ou par la secte, est empli d'approximations douteuses, je les signale en bleu entre parenthèses carrées]


La scientologie est en haut de la liste des mouvements, alors que la nouvelle loi contre les sectes religieuses resserre l'étau

MICHAEL VALPY

The Globe and Mail
12 juin, 2001

Avec des rapports de l'agence France Presse et du The Guardian

http://www.theglobeandmail.com/gam/International/20010612/UCULTM.html

La France fait voile vers la législation la plus sévère contre les groupes religieux minoritaires, faisant naître des craintes parmi les organisations en faveur des libertés civiles, qui craignent que cela invite d'autres gouvernements à prendre des mesures similaires.

Ignorant les critiques des dirigeants des églises principales et des gouvernements étrangers, en particulier celui de Washington, l'Assemblée Nationale Française a fait passer une loi "destinée à renforcer la prévention et le répression de groupes çà caractère sectaire".

On s'attend à ce que la loi passe sous peu au sénat. [Nota du traducteur: on voit ici que les scientologues ne sont pas même fichus d'informer convenablement les journalistes qu'ils désinforment, car le passage au sénat datait d'un bon mois, le deuxième passage à l'assemblée de douze jours, et la signature du président Chirac était publiée le jour même]

Joseph Griebovsky, président de l'institut de religion et de plolitique publique de Washington, explique que la "loi fait de la pratique de sa religion un crime"

La législation contient deux éléments controversés:

Elle crée une nouvelle catégorie de crime pouvant entraîner une peine de cinq ans : ""l'abus frauduleux de l'état d'ignorance ou de la situation de faiblesse soit .../... soit d'une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l'exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire ce mineur ou cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables."

Ensuite, elle autorise les tribunaux à ordonner la dissolution de sectes au cas où deux membres dirigeants seraient condamnés pour des crimes tels que escroquerie et abus envers des enfants. [ndt: faux: il faut deux condamnations, et non deux condamnés.]

Les critiques de la loi disent que le language est trop vague, et qu'on y a laissé des termes comme "sectes" "dépendance" et "pression" sans les définir. [ndt c'est idiot: secte n'y est pas du tout présent; et quand aux autres termes, ils sont du language courant: un dictionnaire suffit, au cas où un juge ne saurait pas encore de quoi il s'agit!]

Le respecté journal Le Figaro a fait savoir que la vie d'une Carmélite pourrait tomber sous le coup de la loi. [si des congrégations ont des méthodes abusives, certes. L'église catholique elle-même reconnaît l'existence de mouvements sectaires en son sein, et vient ainsi d'interdire le mouvement sectaire de l'abbé Georges de Nantes... voir ci-dessous]

D'autres ont dit que l'imprécision pourrait décrire certaines techniques commerciales de marketing [ndt: en effet, comme celles qu'emploient sans aucun doute la scientologie]

On craint aussi que l'attitude française ne se répande. [voir article ci-dessous]

La Belgique, l'Allemagne l'Autriche et plusieurs pays d'Europe de l'Est ont également identifié officiellement des "sectes" dont beaucoup d'américaines, et les surveillent.

Des journaux de Hong Kong ont signalé que le territoire envisage une législation similaire pour contrôler le Falun Gong, que la Chine a déclaré secte illicite nuisible ailleurs, mais qui reste légal à Hong-Kong.

"Les législateurs et adminsitrateurs de tels pays utilisent les initiatives antisectaires de la minorité des pays d'Europe Occidentale ... comme justification à des mesures plus dures encore, avec les résultats négatifs qu'on peut en attendre sur toute sorte de groupes religieux légitimes", a expliqué au sénat le mois dernier le professeur W. Cole Durham, directeur du Centre de Doit et Etude religieuses de l'université Brigham Young en Utah. [le professeur omet de signaler que l'imbécillité de "faire honte" au gouvernement chinois en le critiquant publiqument pour sa façon de traîter le Falun Gong a imméditament entraîné un renforcement majeur des mesures prises à son encontre. C'était largement prévisible avec un minimum de bon sens et de psychologie de la Chine.]

Mais la députée française Catherine Picard, co-auteur du projet, explqiue que les critiques ont mal compris la législation et ses buts.

"La religion, ce n'est pas le problème ici, dit-elle. Vous pouvez adorer l'orange sur la table de cuisine, tant que vous ne troublez pas l'ordre public, et que vous ne forcez pas les gens, ou que vous ne faites pas d'illégalités."

D'après une enquète récente, 73 % des gens ayant répondu estimaient que les sectes étaient un danger pour la démocratie, tandis que 86 % banniraient des organisations telles que l'église de scientologie, dont le siège est à Los Angeles, laquelle a attiré l'attention du gouvernement français depuis plus de dix ans [la vérité est que la première plainte date de 30 ans, et qu'Hubbard a été condamné dès 1978 à 4 ans de prison ferme et amende, pour escroquerie et extorsion. Au même moment, le premier ouvrage féroce contre la secte sortait aux US]

"Je dirais qu'ilos vont s'attaquer à la scientologie", a expliqué le pasteur DeMeo, un Baptiste américain vivant en France depuis 20 ans [faux: son mouvement ITN est pseudo-baptiste et ne fait pas partie de la fédération protestante de France... l'église US dont l'ITN est issu a été condamnée jusqu'en Cour Suprème des USA]

Mais la scientologie n'est certes pas toute seule dans les listes noires de la France.

La Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes a publié une liste de 172 mouvements officielement désignés comme sectes, totalisant quelques 400000 adeptes. [Faux encore: cette liste a été publiée par le Parlement plusieurs années avant que cette Mission n'existe]

Ces groupes ont aussi des problèmes ailleurs. En fait, le terme évangélique - un mot chrétien désignant celui qui prèche l'évangile ou la bonne parole - est presque devenu synonyme de prosélyte. [Où çà? En France? C'est faux]

En Allemagne, la scientologie est qualifiée de groupe totalitaire.

Les scioentologues cherchent à dénoncer cette étiquette et leur réputation là-bas, et se comparent avec les juifs lors de la Seconde Guerre Mondiale.

En Belgique, une liste des sectes désignées comprend des groupes que la plupart des nord-américains considèrent bénins, par exemple les Amish, les adventistes, les assemblées de Dieu et les Témoins de Jéhovah.

"Il y a de forts préjugés contre la religion en Europe. Si vous êtes évangéliste, vous êtes idiot, a dit récemment au Washington Times M. Christopher Smith, député US siégeant à la Commission des Droits de l'homme de la fédération d'Helsinki" [M. Smith ou M. Gore, députés à la solde des sectes les plus criminelles, parlent sans jamais tenir compte de ce que les observateurs pourraient lui apprendre; voir ici]

Les universitaires religieux et représentants des corps internationaux disent que les européens ont régi horrifiés par les tragédies liées aux sectes, telles le récent suicide en Ouganda, où 900 personnes ont péri [Faux! ces plus de 900 personnes ont été assassinées, périssant par le feu ou autrement; de plus, ce n'est qu'un seul des facteurs européens au rejet des mouvements criminels]


Paris a accueilli une réunion de travail sur les sectes en Europe


PARIS, 18 juin (AFP) - Paris a accueilli les 14 et 15 juin une réunion de
travail sur "les activités illégales des organismes à caractère sectaire en
Europe", à laquelle ont participé les représentants de 22 gouvernements
européens, a annoncé lundi la mission interministérielle de lutte contre les
sectes (MILS).
Les participants étaient "des représentants d'autorités nationales,
notamment d'organismes publics de veille en matière sectaire", a précisé la
MILS.
La réunion leur a permis "de procéder à un très libre et très complet
échange d'informations et de réflexions sur les diverses situations et
expériences nationales", a ajouté la MILS en indiquant que "des perspectives de
concertation et de coordination (...) ont été évoquées".
Le communiqué indique que les participants sont convenus "de se réunir
régulièrement à l'avenir".
Interrogée par l'AFP, la MILS n'a pas précisé le nom des pays participants
ni le thème des discussions.
nou/bp/mnv

RETOUR TEXTE


Le Vatican frappe d'interdit l'abbé Georges de Nantes


PARIS, 18 juin (AFP) - Le Vatican a confirmé la sanction "d'interdit" prise
par l'évêque de Troyes contre l'abbé Georges de Nantes, le fondateur de "la
contre-réforme catholique", a-t-on appris lundi auprès du diocèse de Troyes
(Aube).
L'abbé de Nantes avait déjà été suspendu "a divinis" par Rome en 1966. La
mesure d'interdit, qui prive la personne qui en est frappée de l'accès aux
sacrements d'eucharistie et de pénitence, est la dernière étape avant
l'excommunication.
La "contre-réforme catholique" a été classée comme secte par la mission
parlementaire de lutte contre les sectes en 1996.
Son fondateur, âgé aujourd'hui de 77 ans, accuse notamment le pape Jean Paul
II d'avoir tué son prédécesseur Jean Paul Ier. Il affirme aussi avoir des
entretiens directs avec la Vierge Marie et entretient des liaisons "mystiques"
avec certaines de ses adeptes.
Dans les années 1960, l'abbé de Nantes pouvait compter sur des milliers de
fidèles allergiques à l'évolution de l'Eglise catholique selon les enseignements
de Vatican II. Il serait encore entouré de quelques dizaines de "religieux" et
de "religieuses" en France et au Canada et de 200 ou 300 familles, selon un
collectif de familles de victimes.
nou/bp/epe

Retour texte


back

Retour sous index correspondant à ce type de texte : apologistes

Retour Webpage