Re: B & G (Mineurs)(Garde)

Delivré en Cour Supérieure
( Division Famille),
Londres, 23 Juillet 1984

Original anglais à : http://www.demon.co.uk/castle/audit/latey.html

Notae: ce texte d'un jugement concernant la garde des enfants d'un couple séparé (l'un scientologue, l'autre pas) en Angleterre est l'une des plus complète et remarquable étude effectuée sur les bases mêmes de la secte, dans un jugement.

Remarque: ce jugement a été porté en appel, et le père a de nouveau perdu. je n'ai pas traduit le texte de l'appel, seul un très court résumé suit la traduction du jugement original de M. Justice Latey

Les passages en bleu sont ceux des documents scientologues présentés par le juge.


  1. Fondements

  2. Qu'est-ce que la scientologie?

  3. Qu'est-ce que l"Audition" dianétique

  4. Recrutement

  5. Entraîner les étudiants au mensonge

  6. Cours d'entrâinement

  7. Discipline
  8. Actes suppressifs (SA), Personnes suppressives (SP), Sources potentielles d'ennuis (PTS), and Déconnection

  9. L'Argent

  10. Ecoles pour les enfantsl
    • Endoctrinement des enfants

  11. La scientologie a-t'elle de bons côtés?

  12. Conclusion au sujet de la scientologie

  13. L'avenir de B et de G [les enfants dont la garde est décidée par ce jugement; ndt]


DEVANT LA HAUTE COUR DE JUSTICE - DIVISION FAMILLE

Royal Courts of Justice 23 Juillet 1984

B & G (Garde)

[transcription de la bande enregistrée officielle par un député, pour Madame Beverley F. Nunnery, Transcriptrice officielle, 25 Dulverton Mansions, Grays Inn Road, London WC1]

MR. MICHAEL KENNEDY, Q.C. and MR. DAVID HART
(instructed by Messrs. Tweedie & Prideaux)
appeared on behalf of the Petitioner.

MR. ROBERT JOHNSON, Q.C. and MR. RUSSELL
(instructed by Messrs. Stephen M. Bird & Co.)
appeared on behalf of the Respondent.


JUGEMENT

(Tel qu'approuvé par le juge)

M. JUSTICE LATEY:

Ce qui suit a trait à deux enfants, a charge du tribunal:

Un garçon âgé de 10 ans que nous appelerons B,

Une fillette de 8 ans que nous appelerons G.

La décision à prendre concerne la garde: doit-elle être attribuée à la mère ou au père?

La mère fut scientologue durant une longue période; le père est scientologue.

La mère pense que si les enfants demeurent sous la garde du père, ils seront élevés en tant que scientologues, ce qui peut avoir des effets désastreux pour eux.

Le père nie, c'est à dire qu'il nie qu'en dépit de toutes ses erreurs, la scientologie puisse faire du tort à ses enfants. Il dit avoir l'intention d'élever ses enfants hors scientologie jusqu'à ce qu'ils soient en mesure de faire leur choix.

Ce jugement passe publiquement devant la Cour, car il soulève certains soucis publics actuels. J'ai cherché à éviter que les enfants concernés et leurs familles puissent être identifiés. Les scientologues de East Grinstead ou d'ailleurs savent forcément de qui il s'agit, tout comme ceux d'ailleurs dans le monde, ainsi qu'on a pu l'observer. Mais la publicité autour de l'affaire pourrait avoir des effets sérieux sur leur avenir si l'on pouvait les identifier. Je sais d'expérience qu'on peut faire confiance à l'Association des reporters de presse pour éviter que les enfants ne soient impliqués.

Comme pour tout procès engageant des décisions importantes à propos d'enfants, quantité de facteurs doivent être soupesés: celui-ci ne fera pas exception. La scientologie est l'une des parties pesant sur l'avenir de ces enfants, c'est une part importante, bien que ce ne soit pas la seule. Il importe dès à présent d'indiquer qu'il ne s'agit pas d'un procès de la scientologie, ni d'une action à son encontre. Mais qu'on le veuille ou pas, la scientologie est au coeur des disputes pour le bien des enfants. Le père et son avocat ont insisté sur le fait qu'ils n'étaient pas ici pour défendre la scientologie. Il est vrai qu'au sens le plus strict du terme, la scientologie n'est pas partie du jugement. Mais ils savent depuis le début ce qu'est le procès de la mère. C'est visible dans leurs témoignages sous serment. S'il demeurait encore le moindre doute, il a été écarté par M. Kennedy pour le compte de la mère lors d'une audition pour directives en janvier 1984. L'avoué du père est scientologue. Il a entretenu des communications avec des avocats agissant pour la scientologie.


Il ont amplement eu le temps et la possibilité de rassembler et ajouter des documents et preuves pour réfuter les allégations de la mère. Aucune n'a été ajoutée: pourquoi? Parce que le cas de la mère se fonde largement sur les documents mêmes de la scientologie, et que comme le dit naïvement le conseiller du père: "que pourrions-nous faire pour réfuter les documents de la scientologie elle-même ?"

Les auditions ont exigé trois semaines.

La plus grande partie fut consacrée à la scientologie, à ce qu'elle est et ce que sont ses méthodes et procédés. N'en connaissant pratiquement rien auparavant, j'ai tout d'abord été surpris par l'étendue des investigations. Je ne le suis plus. C'est là affaire très grave pour l'avenir de ces enfants, et le temps passé n'a pas été excessif.

Les parents se sont mariés en 1973, et B est né à la fin de l'année. G est née fin décembre 1975.

Les parents se sont séparés en novembre 1978.

En décembre 1978 et janvier 1979, les parents ont signé un accord en vertu duquel le père obtenait la garde des enfants, la mère pouvant les voir. La mère vivait avec le beau-père, le père vivait avec la belle-mère. Tous quatre étaient scientologues.

En mars 1979, le père déposait une demande de divorce au motif que la mère avait admis avoir une relation adultérine avec le beau-père.

Une décision provisoire était prononcée par commun accord, la garde étant confiée au père. Le divorce devint définitif en novembre 1979. Le père et la belle-mère se marièrent.

La mère et le beau-père se présentèrent aussi en cérémonie de mariage, pensant qu'ils en avaient le droit. Le divorce du beau-père n'avait pas encore été prononcé dans les faits. Leur union était stable et heureuse, ils avaient un enfant (une petite fille que nous nommerons "A", âgée de 4 ans). Ils se marieront après ce procès et lorsque les beaux-parents pourront venir à la cérémonie.

La mère et le beau-père ont élu domicile dans une région du Commonwealth et demandent que les enfants y habitent avec eux.

Le mariage du père et de la belle-mère est stable et heureux. La belle-mère a un enfant; que nous nommerons "J", du premier mariage, à peu près du même âge que B. Ils sont fiers l'un de l'autre. Le père et la belle-mère ont un fils "S" agé de trois ans, et en attendent un second en Octobre.

Ils ont commencé un "Cour de chapelain" [procédé d'entente scientologique devant un soi-disant chapelain, ndt] en mai, à propos de la garde des enfants. La décision, incorrectement décrite comme un "Accord", disait que la garde devait rester au père.

A l'été 1982, lorsque les enfants étaient avec leur mère et leur beau-père, la mère décida de les garder. Elle-même et le beau-père avaient quitté la scientologie et elle donna des instructions aux avoués, qui écrivirent au père.

Le père vint en voyage au pays de la mère. La mère emmena les enfants aux Etats-Unis. Ordre fut donné de rendre les enfants au père, qui vint aux Etats-Unis en novembre 1982 pour les reprendre.

La mère demanda en justice qu'on lui en donne la garde et le contrôle. La mère et le beau-père vinrent en janvier 1984 en Angleterre, achetèrent une maison à East-Grinstead, et virent régulièrement les enfants.

C'est là l'ossature de l'affaire; quelques détails seront utiles.

Après leur mariage, père et mère habitaient East-Grinstead. C'est ici que se trouvent les quartiers généraux de la scientologie, au St Hill Manor. Jusqu'à récemment, il s'agissait de la direction mondiale. On trouve nombre de scientologues dans cet endroit, certains travaillent dans le personnel, d'autres non, mais travaillent en scientologie et font des procédés, c'est à dire qu'ils prennent des cours d'audition et entraînement s'ils peuvent se les offrir.

Lors de la séparation du père et de la mère en 1978, le père a dit dans son affidavit [témoignage sous serment, ndt] qu'elle avait été provoquée par la liaison de la mère avec le beau-père. Dans ses dires, le père a admis qu'il s'agissait en termes scientologiques d'une "Condition de Doute", par laquelle il se considérait lui-même le supérieur intellectuel de la mère, qu'il avait des doutes quant à la sagesse de ce mariage et que la séparation avait été discutée à maintes reprises. Ceci jette une autre lumière sur cette affaire. Il n'est guère surprenant qu'avec un mari qui la considérait ainsi, la mère se soit attachée à un homme qui lui témoignait une affection complète.

Les accords de garde conclus en 1978 et 1979: il est fort naturel que le père leur accorde beaucoup d'importance. La mère dit qu'à l'époque, elle voulait néanmoins toujours les enfants et qu'elle pensait qu'ils seraient mieux à ses côtés. La scientologie interdit le recours à la justice civile sauf en des circonstances pséciales, mais avec sa permission. Les tribunaux ordinaires sont décrits en language scientologue comme des "tribunaux wogs" [litt: tribunaux bougnoules ou tribunaux viande crue, ndt], expression inventée par L. Ron Hubbard, fondateur de la secte. La mère déclare qu'elle a accepté que le père ait la garde en raison de la pression exercée par le père et par les scientologues impliqués. Le père admet qu'elle n'a accepté qu'avec de fortes réserves. Il admet qu'elle est une bonne mère et que les enfants l'aiment.

Au moment de la séparation, B avait 5 ans et G à peine trois ans. Si la dispute était alors passée en justice, on ne peut affirmer ce qu'aurait été la décision, mais il n'est pas improbable que des enfants aussi jeunes auraient été donnés en garde à une mère bonne et dévouée telle que celle-ci. Mais la question, cinq ans et demi plus tard, c'est de savoir ce qui vaut le mieux pour les enfants dans les circonstances auxquelles ils vont probablement faire face.

La mère admet que le père aime les efants. Les enfants aiment les deux parents et sont fiers des deux beaux-parents, et s'entendent avec eux. Parlons de la "décision" du Chapelain: il y a eu des écrits et des auditions orales. On remarquera que la décision du père est d'un bout à l'autre rédigée en termes scientologiques, et qu'elle met beaucoup l'accent sur ce que lui-même et la mère ont fait pour la scientologie, sur la façon dont ils ont obéi aux règles "éthiques" scientologues, et sur la façon dont la mère a désobéi à ces mêmes règles "éthiques". Le Chapelain est évidemment un officiel de la scientologie.

Mère et beau-père désiraient venir en justice vers mai 1980. On l'en a autorisée en scientologie, le "gardien assistant" de scientologie exigeant qu'il ne soit pas question de scientologie. Mais le père est intervenu auprès du gardien et la permission a été retirée.

On fera également remarquer qu'à partir de mars 1979, la mère a tenté d'obtenir une "audition" devant la "Cour du Chapelain" [scientologique, ndt] aux Etats-Unis. Encoreque scientologue à l'époque, elle ne put y parvenir. Elle aurait dû passer devant les tribunaux [civils]. En 1982, voici ce qui est arrivé: dès son arrivée, le père a porté l'affaire devant la justice du pays concerné. L'avocat de la mère n'était pas informé. C'était un vendredi. Le samedi, le père voyait ses enfants au domicile de la mère. C'était plutôt le beau-père que la mère qui s'occupait de l'avocat. Le dimanche, la mère emmena les enfants aux USA. Elle prit cette décision par peur de les perdre. On l'a questionnée en profondeur pour savoir si elle était au courant qu'entretemps, un ordre provisoire avait été donné pour l'empècher d'emmener les enfants. Ceci n'affecte pas la décision que je dois prendre. C'est affaire de crédibilité. Il est plutôt vraisemblable qu'on le lui ait fait savoir. Qu'elle ait su d'emblée la portée de l'ordre est une autre question. L'arrivée du père l'avait mise en état de choc Elle savait qu'il était venu pour prendre les enfants s'il le pouvait, et craignait beaucoup qu'il n'y parvienne. On comprend qu'elle n'ait pas avalé ses gentillesses de façade. L 'honnèteté générale [de la mère] m'a impressionné.

Néanmoins, elle n'aurait pas dû faire ce qu'elle a fait; elle l'a fait en un moment de panique. Ce n'était pas dans l'intérêt idéal des enfants. Il ne convenait pas non plus de ne pas informer le père du bien-être des enfants. Pour autant que je le sache, sa crédibilité n'a pas pour autant été entamée.

Aujourd'hui, la mère demande donc que les enfants soient confiés à sa garde et vivent avec elle et le beau-père et leur fillette, dans le pays où ils se sont installés. Les enfants y ont passé de longs moments satisfaisants. La mère et le beau-père ont acheté une maison à East-Grinstead, mesure temporaire destinée à se rapprocher des enfants et achever ce procès.

Le père demande à ce qu'ils continuent à vivre avec lui et la belle-mère et leurs autres enfants dans leur maison d'East-Grinstead où ils sont heureux, où l'on s'occuppe bien d'eux, où ils vont à l'école depuis quelques temps.

Si c'étaient là les seuls facteurs, je crois que la balance pencherait en faveur du statu quo actuel. S'il n'y avait en effet le facteur scientologie, la mère reconnaîtraît malgré sa peine qu'elle n'essaierait pas de déranger le statu quo, et que son avocat et elle-même l'auraient dit dès le départ.

Nous voici donc au facteur scientologie; quel poids lui accorder? "Horrible", "Sinistre". "Empli de pommes pourries". Ces mots ne sont pas miens: ce sont les propres mots du père lorsqu'il décrit les pratiques de la secte et de ce qu'elle fait aux gens, ceux du dedans comme du dehors. "Des tas de salauds y sont". "On a commis des horreurs au nom de la scientologie". Ces mots ne sont pas miens: ce sont ceux de l'avocat du père [le scientologue, dont l'avocat est scientologue].

A un moment, le père a dit qu'il croyait que toutes ces choses avaient disparu en 1980. A la lueur des preuves, on ne s'étonnera pas que cette suggestion n'ait pas été reprise lors du plaidoyer final de son avocat.


Qu'est-ce que la Scientologie?

C'est un mot inventé par L. Ron Hubbard, fondateur de la secte [cult est utilisé en anglais, avec la même connotation péjorative que secte en français, ndt]. Brièvement exposé, le concept indique que depuis le début du temps, tout le monde se réincarne. En chacun de nous existe un être spirituel qu'Hubbard appelle un "thétan". Cette entité se trouve là pour nous améliorer au cours des millénaires. Mais à chaque réincarnation, nous sommes handicapés par l'existence "d'engrammes", comme les nomme Hubbard, [qui sont] de mauvaises pensées ou mauvaises actions passées de notre vie actuelle, ou de vies précédentes. Il faut ôter ces "engrammes", les "nettoyer" (to Clear, effacer, en anglais) au moyen de certains procédés inventés par Hubbard. Tant qu'ils ne sont pas ôtés, le thétan ne peut opérer; le scientologue situé à ce niveau est nommé un "préclair". Quand ils sont ôtés, ils l'appellent un "clair", il devient "thétan opérant" (OT). Il peut dès lors faire des "gains de cas" physiques et mentaux et commence sa traversée du "Pont". S'il transgresse [les règles], il est renvoyé au début et doit reprendre.

Certains considèrent qu'il s'agirait d'une extension de la science-fiction de loisirs qu'Hubbard écrivait avant de créer la secte, secte que l'on nomme désormais, dans ce pays et dans quelques autres, "Eglise de Scientologie", encore qu'en Australie elle se fasse elle-même appeler "Eglise de la Nouvelle Foi". [alors qu'à cette époque, en France, elle se faisait appeler 'église de la nouvelle compréhension', et en Grèce ou en Israël, 'Centre de Philosophie appliquée', ailleurs encore "Centre de Dianétique", ndt]

Mais, au sein d'une société ouverte comme l'est la nôtre, les gens ont le droit de croire ce qui leur plaît, de se rassembler et promulguer leurs croyances. Si des gens croient que la terre est plate, rien ne les empèche d'y croire, de le dire et de se rassembler ou de tenter de convaincre d'autres personnes.

Certaines des proclamations de la scientologie ne sont pas rares, telles le fait que les scientologues sont supposés obéir à la loi du pays. Mais observer la réalité sise en arrière de la façade publique montrera un tableau très différent.


Qu'est-ce que la "dianétique"?

Il s'agit d'un autre néologisme hubbardien décrivant les procédés destinés à poursuivre les buts scientologues. Ces procédés sont "l'audition" et "les cours d'entraînement".

"Audition"

"L'audition est une méthode simple, entièrement décrite, pour concentrer le mental dans un état de transe contrôlée. Le but et le résultat consistent à imposer ppprogressivement la loyauté envers la scientologie et l'identification à la scientologie, au détriment de la conscience naturelle vers d'autres façons de penser, et d'autres influences culturelles. Amour et allégeance sont de plus en plus exclusifs envers la scientologie et Hubbard." C'est là la description qu'en donnait le Dr John Gordon Clark. Le Docteur Clark est médecin dilplômé de l'école de médecine de Harvard, psychiatre et neurologue qualifié. Il est entre autres professeur assistant de psychiatrie à la faculté de médecine de Harvard et psychiatre consultant à l'Hopital général du Massachussets. Il pratique. Il a effectué diverses études sur les sectes, enseigné et donné des conférences dans plusieurs pays, au sujet de conversions imposées et sujets du même type.

Ses preuves sont tout à fait convaincantes. Sa description des buts et effets de l'audition est supportée par une masse d'autres preuves et n'est réfutée par aucune (en dehors de celles subjectives provenant des opinions conditionnées de certains scientologues ayant communiqué leurs preuves). Elle est supportée par ailleurs par les documents scientologiques, auxquels je me réfèrerai ensuite.

Exprimé en langage commun, le procédé "d'audition" est un moyen d'endoctrinement, conditionnement et lavage de cerveau.

On a demandé au Dr Clark de témoigner dans d'autres procès scientologiques; il a fourni les évidences, avec le même effet. Je ne suis pas certain du sujet à proprement parler, sinon qu'il s'agissait de démontrer qu'il leur fallait devenir obsessionnels. Si c'était le cas, je peux ici affirmer que l'objectivité, l'équilibre, la sincérité et le soin [du Dr Clark] m'ont impressionné.

C'est un fait qu'il lui a fallu beaucoup de courage pour parler comme il l'a fait. J'ai ensuite appris les méthodes vicieuses utilisées par l'église de scientologie, établies d'après des règles délibérées, pour discréditer le Dr Clark et tout autre personne la critiquant - ou même toute personne dont l'église pense qu'elle pourrrait critiquer dans l'avenir.

La mère se plaint de la secte et de ses pratiques et dit qu'elle est pernicieuse. Son motif principal de plainte et mes propres trouvailles concernent:

Le fondateur, L. Ron Hubbard

Qu'il a été largement décoré en tant que héros de guerre. C'est faux.

Qu'il a commandé une escadre de corvettes: c'est faux..

Qu'on lui a attribué le Purple Heart, décoration attribuée à ceux qui furent blessés au combat. Il n'a été ni blessé, ni décoré.

Qu'il était aveugle et estropié de guerre, et s'est lui-même guéri au moyen de techniques dianétiques. Il n'a été ni aveugle, ni estropié.

Qu'il a été envoyé par les services de renseignements de la Marine US pour détruire un cercle de magie noire en Californie. C'est faux. Il était membre de plein gré d'un groupe occulte et y pratiquait la magie noire.

Qu'il était diplômé de la George Washington University et physicien nucléaire. Le fait est qu'il a achevé une seule année, et a raté le seul cours de physique nucléaire qu'il ait suivi.

Pas de discussion à ce propos: les preuves n'ont pas été discutées.

Dans un cours nommé la Procédure de Purification, (cours que le père et la mère ont récemment suivi, pour un prix élevé), Hubbard prétend qu'il augmenterait la résistance physique à la radioactivité. Lorsqu'on a montré ceci au psychologue fournissant les preuves du père, il l'a décrit comme une fumisterie. Quand on a fait lire les écrits d'Hubbard sur la psychiatrie et les psychologues, il a admis qu'il s'agissait de pure foutaise.

Hubbard s'est dénommé "Docteur Hubbard". Le seul doctorat qu'il ait obtenu, il se l'est lui-même attribué en scientologie...

L'usage de faux et de descriptions fallacieuses ne cesse de s'étendre. Le principal du collège où sont actuellement éduqués les enfants est scientologue. A certains moments, il portait une tenue cléricale et s'est fait appeler "mon révérend". A d'autres, il se fait appeler "professeur". S'il le fait, comme il l'admet, c'est pour des raisons promotionnelles.

Monsieur Hubbard est entré en clandestinité en 1980. On a tenté à plusieurs reprises de le faire comparaître en justice aux Etats-Unis. Chaque tentative a échoué, car on ne pouvait trouver sa trace et lui servir [légalement] les documents.

L'évidence est claire et directe: M. Hubbard est un charlatan et pire, puisque sa femme Mary Sue Hubbard a été incriminée de délits criminels aux Etats-Unis, en relation avec la scientologie, et emprisonnée de ce fait, concurremment avec la clique du sommet des activités de la secte.


Recrutement

Ils font diverses campagnes de recrutement. Une des méthodes préférées consiste à faire passer un "Test gratuit d'efficacité". Lorsque c'est fait, on avise invariablement le sujet qu'il a besoin de dianétique et de scientologie. Le cynisme cru du mot utilisé pour désigner les recrues potentielles et qui nous informe de la réalité scientologue - contrastant avec ses aspects gentillets - c'est le terme de "viande crue" [raw meat]. L'objectif des adhérents est de "faire entrer la viande crue qui est dans la rue".

Les verrouiller

Une fois le poisson ferré, les scientologues doivent faire n'importe quoi pour l'empècher de gigoter pour se libérer.

L. Ron Hubbard écrivit (HCO Bulletin 29 Septembre 1959):

[ HCO est mis pour Hubbard Communications Office]

"Tout le but d'une fondation PE se résume à faire rentrer les gens très vite, à leur facturer quelque chose dans un genre de queue d'attente comme on les voit dans les congrès, pas d'attente, de leur donner un service bouillant, excitant, et de les accélérer vers le HAS [Cours Hubbard d'Apprenti Scientologue], et seulement ALORS, de s'inquiéter de ce qu'il y a lieu de faire d'eux. Ne jamais laisser uné étudiant quitter ou lâcher - introvertissez-le à bloc, et faites-lui prendre de l'audition. S'il ne trouve pas ça réel, ne le laissez pas filer. S'il entre pour un cours gratuit d'efficience personnelle, ça y est. Il ne sort pas, sauf entre les mains d'un auditeur individuel, pour les cas vraiment durs, tant qu'il n'est pas HAS."

L'un des aspects les plus sinistres de l'audition, un de ceux qui a même choqué le père, c'est l'usage corrompu, on peut dire criminel, que l'auditeur fait des confessions. Hubbard a sans cesse répété que tout ce qui est dit dans l'audition est incontestablement confidentiel. L'auditeur en donne l'assurance à la personne auditée.

La personne communique donc à l'auditeur ses pensées les plus intimes, les incidents de sa vie qui l'embarrassent, ou qui permettrait qu'on la fasse chanter. Ces choses sont notées avec le temps, le lieu, la description détaillée de chaque incident ainsi que les personnes qui pourraient en témoigner.

Contrairement à la garantie de confidentialité, tous les dossiers "d'audition" sont accessibles par les services de renseignement scientologues, et par les services disciplinaires, et sont utilisés, si nécessaire, pour contrôler et extorquer l'obéissance de la personne auditée. Si quelqu'un veut s'échapper de la scientologie, ses dossiers d'audition sont pris par le bureau des services de renseignements et utilisés si nécessaire pour la faire taire. Ils le sont fréquemment, et des preuves indubitables en ont été données lors des audiences.

En plus de ceci, il est du devoir des scientologues de s'informer les uns les autres. Ca se fait via des "Rapports de Connaissance" destinés à "l'Ethique", ce département responsable de la discipline. Très récemment (cette année, en 1984), un rapport de ce type a été expédié à l'éthique par la belle-mère sur l'une de ses meilleures amies, et un autre expédié par le Principal de l'école des enfants au sujet d'un membre du staff à temps partiel et au sujet d'un parent de l'école.

On bâtit donc un dossier très complet sur tout scientologue, qui pourra être utilisé pour les buts mentionnés.


Voici un projet interne "Priorité absolue" daté du 22 décembre 1972

"C'est un projet de priorité absolue pour la Sécurité Interne.

L'information que je désire peut être obtenue dans les dossiers d'éthique, les dossiers de préclairs, les dossiers personnels et les entretiens.

Il se peut qu'il vous suffise d'aller dans les dossiers personnels. Si vous avez tout épuisé des dossiers, vous pouvez cependant interviewer la personne. Cette action peut être effectuée par le Maître d'Armes. [équivalent à l'officier d'éthique, ndt]

Je veux tous les gens qui ont été employés par des agences gouvernementales; cela comprend ceux qui auraient travaillé à informer n'importe quel groupe de ce type. Ce qui inclut aussi les conseils municipaux, ou les bureaux de police. Ajoutez une description du poste que la personne tenait, à quel moment, quelles relations elle entretenait.

Ceci doit être fait rapidement et dans le calme"

On ne s'étonnera pas qu'il faille pas mal de courage pour échapper aux griffes de la scientologie. La prise en mains est puissante, la discipline sans pitié. Et bien entendu, s'y ajoute l'angoisse de celui qui part, habituellement après des années de scientologie. Le père et la belle-mère y sont passés, ainsi que d'autres qui en ont fourni des preuves.

Depuis peu, certains scientologues d'East Grinstead sont à mi-chemin pour filer. Ils se décrivent eux-mêmes en "Scientologues Indépendants". Ils épousent encore les concepts de la scientologie, mais sont en rebellion contre les pratiques de l'église et ont quitté "l'église". Il semble qu'il en existe un bon nombre, et il se pourrait que leur sécurité soit due à leur nombre, je l'ignore. L'apostasie est un "Crime Capital"; les "crimes Capitaux" sont les plus graves du système scientologue. J'en viendrai plus loin aux méthodes punitives adoptées pour manier les apostats et d'autres qui ont fini par ne pas plaire à la scientologie.


Apprendre aux étudiants à mentir

La Scientologie possède sa propre branche de services de renseignements. L'une de ses activités consiste à obtenir de l'information, par le mensonge et la tromperie. Les agents débutants y sont entraînés, et la méthode est ici décrite, je cite exactement:

"ROUTINE D'ENTRAINEMENT DE SPECIALISTE DES RENSEIGNEMENTS - TR-L

But: Entraîner l'étudiant à annoncer quelque chose de faux, avec un bon TR-1. [TR-1: autre exercice de diction/conviction, ndt] Entraîner l'étudiant à exprimer efficacement des données fausses.

Position: la même que pour le TR-1 [étudiant et moniteur assis face à face à 1 m, ndt]

Commandements: 1ére partie: "Dis-moi un mensonge". Le commandement est donné par le moniteur. Partie 2: du type entretien: communication réciproque avec le moniteur.

Sur quoi l'on met l'accent dans l'exercice: Dans la première étape, le moniteur donne l'ordre, l'étudiant émet une fausse donnée. Le moniteur le reprend quand le TR 0 et le TR 1 ne sont pas en place. Dans la partie 2, le moniteur pose des questions à l'étudaint sur son passé, ou sur un sujet. L'étudiant répond des données mensongères, et ajoute d'autres détails faux en réponse aux questions supplémentaires du moniteur. Le moniteur lui dit 'raté' pour les mauvais TR 0 et mauvais TR 1, ou pour les hésitations de l'étudiant à répondre. On doit entraîner l'étudiant selon un gradient, jusqu'à ce qu'il puisse mentir facilement.


Court exemple:


Moniteur: D'où viens-tu?

Etudiant: Je suis membre du Comité des Epouses contre l'abus de médicaments

Coach: Mais tu as dit que tu étais célibataire, il y a un moment?

Student: En fait, je suis mariée, mais divorcée. J'ai deux enfants en banlieue, où je suis femme au foyer, mais en réalité, je suis membre du PTA.

Coach: Où habites-tu?

Student: Brighton Ouest.

Coach: Mais il n'y a pas d'école publique à Brighton West?.

Student: Je sais, mais j'envoie mes enfants à Brighton, c'est là que je suis membre du PTA.

Coach: Qui est président là-bas? etc."

Récolter les informations, et usage qui en est fait

Hubbard proclame dans ses écrits connus qu'on doit obéir aux lois du pays, et ne pas entreprendre d'activités illégales. Ce qui suit est un extrait de directives scientologues démontrant la réalité voilée, à savoir, que la façade est un mensonge cynique d'Hubbard:

"Hubbard Communications Office
Saint Hill Manor, East Grinstead,
Sussex.

HCO POLICY LETTER du 20 MAI 1970

Repolycopier
Guardien pour le monde entier
Député gardien Relations Publiques
Assistants Guardiens
Assistants gardiens relations publiques

Divisions publiques

Relations publiques du Gardien

[le "Gardien" a été renommé "Office des Affaires Spéciales ensuite , ndt]

L'office du Gardien manie certains publics qui sont sous sa seule responsabilité; il s'agit de:

Relations avec la Presse
Relations avec le gouvernement
Relations avec les groupes spéciaux du Gardien
Relations avec les groupes d'opposition
Relations problématiques

On inclut les relations avec la presse, les médias, radio, télévision et magazines dans les relations de presse. Bien que les Divisions Publiques puissent placer des articles, venir en radio ou en télévision ou écrire des articles pour les magazines, tout se fait en coordination avec le Bureau des Relations Publiques du Bureau du Gardien, et après son accord. Tout appel d'un journaliste est dirigé vers le Bureau de Relations Publiques du Gardien.

Toutes les relations avec des agences gouvernementales ou des officiels du gouvernement sont maniées par l'Office du gardien ou doivent passer par son accord. Le Bureau légal reçoit, puis manie ou approuve toute correspondance d'officiels du gouvernement agissant en leur fonction, qu'il s'agisse d'officiels au niveau local, régional, provincial, ou national.

Le Bureau des Relations Publiques manie les officiels en visite, toutes les actions de lobby, et mène tous les programmes impliquant le gouvernement.

Il existe des groupes spécialisés, soit établis par l'office du gardien, ou en corrélation avec celui-ci, à la poursuite de buts mutuels. Ils tombent sous la coupe du Bureau des Relations Publiques.

Les groupes d'opposition sont du ressort de l'Office du Gardien. Il s'agit des groupes agissant contre la scientologie ou opposés à ses buts.

Les relations problèmatiques englobent tout ce que l'organisation n'a pas manié avec son public, et aboutissant aux lignes du Gardien. On y trouvera les sociétés qui portent plainte contre l'organisation, les groupes "squirrels" [groupes qui se servent de scientologie sans son accord, ndt], les anciens scientologues menaçants expulsés par l'église, les membres de la communauté qui sont hostiles, etc.

Mary Sue Hubbard, Controleur
pour
L. RON HUBBARD, Founder"

----------

"HCO POLICY LETTER DU 15 Août 1960

Face au danger représenté par les gouvernements ou la justice, on ne peut commettre que deux erreurs: (a) ne rien faire et (b) se défendre. Face à n'importe quelle menace, il faut (1) découvrir si on veut jouer le jeu, et sinon, (2) faire dérailler par la ruse le jeu offert, ou attaquer le point le plus vulnérable qu'on découvrirait dans les rangs de l'ennemi, (3) Faire suffisamment de menace ou de vacarme pour faire plier l'ennemi, (4) n'essayez pas d'en retirer de l'argent, (5) transformez toute attaque en une publicité pour la scientologie et (6) gagnez. Si l'attaque effectuée par quelqu'un ou quelque chose porte sur un point faible de l'organisation, arrangez-vous toujours pour découvrir ou fabriquer assez de menaces contre l'attaquant pour le faire plier. La paix se conquiert par l'échange d'un avantage, alors, fabriquez l'avantage, et signez le compromis. Ne vous défendez jamais. Attaquez toujours. Ne restez jamais sans rien faire. Les attaques inattendues à l'arrière des rangs ennemis sont les meilleures.

Le but du département est d'amener le gouvernement et les philosophies hostiles ou groupes hostiles à un état de complet accord avec les buts de la scientologie. Ceci s'obtient grâce, au niveau supérieur, à une aptitude à contrôler, et, en son absence, à un degré inférieur, à une aptitude à sumbmerger. Introvertissez [leur terme pour infiltrez] ces agences. Contrôlez ces agences. La scientologie est le seul jeu sur terre où tout le monde gagne. Il n'y a pas d'overt [overt = exaction contre la scientologie] à faire règner l'ordre."

----------

"9 Mars 1970

Guardien pour le Monde entier
Gardien député International, WW

Re: Actions efficaces et actions inefficaces

Dear Jane,

[lettre de la femme d'Hubbard à Jane Kember, patronne de l'office du Gardien/GO pour le monde entier, ndt]

Ce qui suit est une liste d'actions réussies ou non réussies de renseignements.

Actions à succès - Traîtres qui attaquent en justice - [çad, traîtres qui attaquent la scientologie]

1) Aux USA, découvrir les preuves d'un crime et les passer à la police ou à la brigade des moeurs. N'importe quel crime.

2) En Angleterre - trouver les preuves d'un crime contre l'organisation, et faire qu'un représentant de l'église pousse pour que plainte soit déposée.

Lire les dossiers, en particulier les dossiers de ceux qui sont arrivés avant que vous ne soyiez en poste.

Si vous trouvez en lisant un relation que vous ignoriez, ou aviez oublié, cherchez-en davantage à ce sujet dans d'autres dossiers. [il s'agit de ces dossiers dont Hubbard dit qu'ils sont confidentiels]

Référez-vous très souvent à ces dossiers. Il ne faut pas se contenter de contre-vérifier les données sur la personne, mais aussi celles des groupes et organisations. Celles des sujets aussi. En d'autre termes, vérifcations entrecroisées complètes.

Servez-vous du téléphone pour trouver les informations simples, telles que les adresses etc, plutôt que vous déplacer en personne.

Contactez le secrétariat ou l'assistant de la personne qui vous intéresse, et faites-les parler. C'est une méthode rusée pour obtenir des informations qui ne seraient pas disponibles ailleurs. Est-ce que le Dr Untel est en vacances? Où est-il? Combien de temps sera-t'il absent?

Inventez un papier à lettres d'une organisation bidon, faites-le imprimer et servez-vous en pour vos questions. Utilisez des adresses assez sûres, mais ne soyez pas méfiant outre-mesure. Si vous avez du papier à en-tête, personne ne se cassera la tête à vérifier. Exemple: "Photos Ford", "Le Conseil des relations Humaines pour l'Industrie". N'importe quel papier à lettre vous amène en général les réponses aux questions posées. L'un des meilleurs consiste à se servir d'une agence de presse bidon.

Se servir de la 2D [c'est à dire de relations sexuelles, ou de famille] sur un officiel haut placé afin de le séduire pour le mettre dans nos rangs. On ne fait pas cette action en tant qu'action de renseignements, mais plutôt comme méthode personnelle. Elle se transforme ensuite en l'activité 2D [relations sexuelles, ndt]

Infiltrer les groupes ennemis pour obtenir des documents. Ce peut être leurs propres plans, ou ce qu'ils savent de nous.

Servir de Troisième Partie au moyen de signatures fabriquées ou imitées. Faire de la Troisième Partie anonyme. Les services fiscaux (IRS aux USA) semblent très intéressés à suivre toutes les pistes. Obtenir des informations qui sont dans les dossiers, surtout les dossiers vitaux, évdiemment pas tous les dossiers. [troisième partie: c'est le 3e élément qui, par exemple, raconte des histoires pour saboter les relations des deux autres parties, ndt]

Voler directement des documents..."

----------

"25 Mar 1977

RE: BOITE ROUGE (RED BOX)

Chers tous,

Ceci est destiné à introduire le système de la Boite Rouge dans le B1US [Bureau 1 US,renseignements, ndt]. Vous en avez presque tous entendu parler, je l'explique en détail.

Tout d'abord, toute donnée contenue dans la boite rouge doit être extraite de votre zone. Vous trouverez plus loin la définition exacte de matériel pour la boite rouge.

Vous devez ensuite vous assurer qu'aucun de vos subalternes (pour ceux qui en ont) ait des données boite rouge dans sa zone. Tout le matériel boite rouge de vos zones doit être centralisé, rassemblé en un seul containeur qu'on puisse emmener - idéalement, un attaché-case, fermé à clé et marqué).

Lorsque c'est fait pour chaque zone, on divise les quantités et on désigne les personnes qui doivent les faire sortir des locaux en cas de descente [de police, ndt]. On fera des exercices à ce sujet. Cette procédure continue dans les nouveaux locaux.

Faites en sorte que les données soient triées et localisées dans le conteneur pour lundi 28 au soir. Je répartirai ensuite les tâches, et l'exercice aura lieu mardi soir, juste avant le toutes-mains [autres terme sciento désignant l'obligation pour toutes les personnes disponibles de participer à certaines tâches,ndt]

Feuille d'information sur les Données Boite Rouge

1. Que sont les données Boite Rouge (Red Box Data)?

a) Preuve qu'un scientologue est impliqué dans des activités criminelles.

b) Toute illégalité impliquant MSH (Mary Sue Hubbard), LRH (L. Ron Hubbard).

c) Grosses quantités de documents ne sortant pas de la loi FOI [loi aux USA permettant d'obtenir les données d'une administration, concernant un individu ou un groupe, ndt]

d) Opérations contre tout groupe ou personnes du gouvernement.

e) Toutes opérations au sujet d'activités illégales.

f) Preuves d'activités incriminantes.

g) Noms et détails sur les comptes financiers confidentiels."

Ces directives parlent d'elles-mêmes. Tout commentaire de ma part est inutile.

En 1983, ceux de St Hill Manor essayèrent d'améliorer la réputation publique de la scientologie et invitèrent la Presse à une virée dans St Hill Manor. Un court article parut dans le Times du 17 août 83, sous la plume du correspondant s'occupant des religions. On peut se demander si on lui a présenté les données boite rouge, ou même, si on lui a parlé d'un quelconque matériau cité plus haut. J'en doute.


Cours d'entraînement

Ils donnent des cours dans divers domaines scientologiques, en Angleterre comme aux USA, à Flag - le QG de la "Sea Org", l'organisation qui commande. On progresse en "avançant sur le Pont". Ces cours comprennent de l'audition, pour certains, si j'ai bien compris.

Ils peuvent s'avérer très dangereux pour celui qui s'y entraîne, et l'on a fourni des preuves de crises pathologiques survenues chez certains étudiants.


Discipline

La discipline est sans pitié, l'obéissance doit suivre sans poser de questions.

On demande aux personnes travaillant sur le staff d'innombrables heures de travail, s'ils veulent pouvoir manger. Comme le décrit M. Armstrong, le fait de suivre les ordres d'Hubbard permet de conserver un staff appauvri, qui devient ainsi entièrement dépendant de l'organisation pour tous ses besoins quotidiens. M. Armstrong fut scientologue durant 13 ans, depuis 1969. Il a travaillé une partie de ce temps dans le staff personnel de M. Hubbard et savait ce qui se passait dans le cercle intérieur.

L'une des phrases piège qui ne cesse de revenir est "le plus grand bien pour le plus grand nombre de dynamiques". On a ordonné au beau-père et à sa première femme d'abandonner leur petite fille aux soins d'une nourrice afin qu'ils puissent "passer le plus grand nombre d'heures à sauver la planète", car ceci "est le plus grand bien pour le plus grand nombre de dynamiques." Plusieurs mois d'affilée, ils ne virent leur petite que les week-ends. Lorsqu'il insista pour sortir plus tôt afin de ramener la fillette chez eux les jours de semaine, on le menaça d'une "condition éthique"; c'est à dire, d'une action disciplinaire. Une autre fois, en 1976, sa femme eut une permission spéciale pour voir un médecin, car elle avait des maux de ventre récurrents. Elle téléphona pour dire qu'elle devait immédiatement se faire hospitaliser. Il demanda s'il pouvait partir la voir. On lui répondit "Tu fais monter tes statistiques [çàd. sa 'production' d'étudiant, ndt] et tu peux partir à 16 h 30, pas avant". Quand il protesta, on lui rappella la lettre de règlements "Comment Faire en Sorte que la Scientologie continue à Fonctionner".

La scientologie passe avant famille et amis. Nombre de preuves ont été données et n'ont pas été discutées , à propos de liens de famille, ou amicaux, maritaux, ayant été brisés.

Autre témoin, Madame B, scientologue depuis 1972, rapidement montée en grade dans l'organisation. Elle avait une fillette de trois ans. On la fit cependant travailler de 8h30 à 13 h des mois d'affilée. On ne lui laissait que 15 minutes par jour pour mettre sa fille au lit. La petite se cassa le bras, elle l'emmena chez le médecin, et fut contrainte à travailler toute la nuit pour pénalité.

En janvier 1982, madame B était directrice (Officier Commandant) de l'organisation "Fondation St Hill". Vers cette époque, l'organisation des Messages du Commodore (commandement suprème) des USA émettait de plus en plus de directives internationales qui lui parurent mauvaises ou incorrectes. Elle écrivit un rapport destiné à L. Ron Hubbard lui-même. Huit jours plus tard , en novembre 1982, on la virait de son poste et on l'expédiait au "RPF" [Projet Force de Réhabilitation, un goulag privé de la secte, ndt]. On lui refusa les conseils, il fallut qu'elle travaillat physiquement 12 heures par jour (à la maçonnerie, à vider les poubelles etc), pendant qu'il lui était interdit de communiquer avec quiconque, sauf pour recevoir des ordres. Elle souffrit d'une condition de mal de dos chronique. Lorsqu'elle protesta, on la menaça de la déclarer "personne suppressive" - (un crime capital, voir ci-dessous). Elle ne pouvait voir ses enfants qu'une demi-heure par jour.

Un autre témoin travailla à Flag et devint "Officier des Relations Publiques de L. Ron Hubbard", poste très élevé: il n'y en avait que trois dans le monde. Elle refusa en 1977 de faire une mission, qui l'aurait contrainte à quitter sa fillette pour deux mois au moins. On lui hurla dessus et on l'injuria parce qu'elle faisait passer sa fille en premier. On l'assigna à un "Comité d'Evidence" (tribunal disciplinaire). Elle quitta Flag.

Et ce ne sont que quelques exemples illustrant, et prouvés, des mesures disciplinaires inhumaines et sans pitié.

Actes Suppressifs (SA), Personnes suppressives (SP), Sources Potentielles de Troubles (PTS), et Déconnexion

Un acte suppressif est tout acte que des supérieurs considèrent opposé aux buts de la scientologie. Une personne suppressive est une personne qui commet un acte suppressif.

Une "source potentielle de troubles" est toute personne opposée à la secte, hors de la scientologie [ndt: ce n'est pas exactement ça, mais ce n'en est pas très éloigné dans les faits, ndt], ou toute personne qui a été déclarée suppressive à l'intérieur de la secte.

Lorsqu'on scientologue est lié à un PTS, que ce soit maritalment, ou un ami ou une relation d'affaires, il reçoit l'ordre de "déconnecter" avec la personne en question; s'il ne le fait pas, il sera déclaré suppressif aussi. [pas tout à fait exact, mais très souvent, peut-on dire, dans les faits - ndt]

Toutes sortes d'exemples ont été fournis; deux devraient suffire:

Madame F était scientologue, et jusqu'à récemment, officier supérieur de "l'église" de scientologie, jusqu'à ce que, je cite "J'ai quitté, car ses pratiques étaient malhonnètes, dégradantes et oppressives. " Elle-même et le "député principal" (également scientologue) étaient amoureux et envisageaient de se marier quand son divorce à lui arriva. On lui avait ordonné de déconnecter d'une amie proche. Elle discuta de son mécontentement avec son fiancé. Il reçut un "Entretien en Ethique" à St Hill et à l'école. Il lui écrivit, dans une lettre datée du 16 javier 1984:

"16 January 1984

Chère...


J'ai fait les conditions et décidé que je suis scientologue avant tout, et que je ne tiens pas à avoir de l'opposition à l'église sur mes lignes. Je suis d'accord avec la technologie de déconnexion lorsqu'une personne commet un acte suppressif, pour l'aider à confronter et manier son comportement. Je crois que les anomalies et les désaccords peuvent être maniés sur les lignes de l'église. Je crois qu'il n'existe pas de survie hors de ces lignes. Je crois que je ne dois pas compromettre ma position et que ton seul espoir consiste à résoudre tes problèmes ici même, sur les lignes de St Hill. Je crois que tu devrais profiter de l'aide offerte pour corriger toutes les fausses données et manier les situations non-éthiques.

Je crois ne pas avoir été ferme en coupant les lignes d'enthéta [ce qui est contre survie, mais dans les faits, ce qui est opposé à la scientologie, ndt], permettant ainsi que nous dégringolions la spirale. Je crois que tu es un être remarquable avec qui je voulais partager mon avenir.

Aussi, je t'en prie, écoute-moi, chérie. Vois la mission du RTC [Religious Technology Center, une société de commandement de la scientologie, ndt] et entends-les. Vivons sous la protection de l'église; si tu ne le fais pas pour toi et pour moi, je dois alors déconnecter, car je ne peux croire que tu agisses pour la survie. Ce n'est pas une question de "ton intégrité", mais une question de survie pour les dynamiques"....

Le père avait un associé en affaires et ami proche. Il parla négativement de l'église; je pense qu'on le déclara personne suppressive - et lui et le père eurent une dispute d'affaires et se séparèrent. Le père écrivit une lettre du 6 avril 1983, avec copies au "Chief Justice International" et à "L'Unité Spéciale Monde Entier".

"6 Avril 1983

Cher....

Tu t'es comporté envers moi et la société de façon destructrice.

Dans un journal N° 37 de Ron, LRH dit que tout suppressif essaiera de dissuader et d'invalider, et ne dit que mensonges. Et cette vérité-là fait disparaître les mensonges.

Tu mens. Ta non-confrontation, ta mauvaise volonté à communiquer, ton not-is-ness et les mensonges ont ajouté des complications à la situation.

  1. Tu procèdes, contrairement à nos accords qui portent sur une affaire de moquettes, en te servant des mêmes lignes de communication que l'affaire de nettoyage. Sans faire référence à moi.

  2. Tu as tenté de garder une "connexion" avec moi alors que tu es un SP déclaré, sachant que cette connexion m'empècherait de progresser en scientologie. Tu l'as fait en refusant les communications directes entre nous sur des questions d'imposition et de mise en valeur des sociétés.

  3. Plutôt que communiquer et confronter sur ces sujets, tu as pris une société d'avocats pour intermédiaire, deux d'entre eux étant des supprressifs déclarés, sachant que cela ne ferait qu'empirer les problèmes. Tu as apparemment donné des instructions à ces avocats, en te basant sur des mensonges.

  4. Tu as été suppressivement obstructif, quant à quitter les locaux ou quant à discuter de ma solution efficace de partage.

  5. Tu as pris Ron Hopkins, suppressif déclaré et exclus, et par conséquent introduit un autre élément suppressif dans les locaux et donc, sur mes lignes. J'ai vraiment beaucoup pensé à toi ces temps derniers. J'ai récemment effectué un cours complet de C/S PTS/SP, à St Hill.

Tes actions, attitudes et intentions sont compatibles avec ceux d'un véritable SP. En fait, la seule façon de tout comprendre est de se référer aux données de LRH sur les SPs. Ce que tu fais revient à t'attaquer à l'église: c'est non seulement très suppressif et contre-survie pour toi, mais aussi pour ta famille et tous ceux à qui tu es associé.

Mon conseil serait donc que tu arrètes tes actions suppressives et que tu lâches toutes tes relations supprssives, et que tu t'adresses à l' International Justice Chief pour faire manier cette scène dès maintenant.

Je n'ai hélas aucune illusion sur ton acceptation de tout ceci..."

Punition et Persécution

J'ai mentionné déjà certaines formes de punition et des exemples de leur utilisation. En voici d'autres, concernant les ennemis de l'église, c'est à dire les personnes suppressives et les critiques.

" Réglement du Fair game - ou "gibier de potence""

Dans sa lettre de règlement de HCO du 18 octobre 1967 , le fondateur L. Ron Hubbard exige:

Pénalités pour les conditions basses - Sea Org

RISQUE - Suspension du salaire et brassard gris sale au bras gauche; confinement dans les locaux de l'org de jour comme de nuit.

TRAHISON [ c'est à dire trahison contre la scientologie]: paie suspendue, privation de tout uniforme et insigne, marque noire sur la joue gauche, confinement dans les locaux de l'org ou éjection du poste et interdiction de rentrer dans les locaux de l'org.

DOUTE - Interdiction dans les locaux. Ne doit pas être employé. Paiement d'une amende valant toute somme que ça aurait coûté à l'org. Ne doit ni recevoir d'audition, ni de cours. On ne doit ni communiquer avec lui/elle, ni discuter.

ENNEMI - Ordre suppressif. Fair game. Peut être privé de ses biens ou blessé par tous moyens par tout scientologue, sans qu'on puisse discipliner celui-ci. Peut être trompé par ruse, poursuivi en justice, on peut lui mentir ou le détruire.

L. RON HUBBARD Fondateur"

Dans sa lettre de règlements du 21 octobre 1968, Hubbard disait:

"ANNULATION DU FAIR GAME

La pratique consistant à déclarer les gens FAIR GAME doit cesser. Le FAIR GAME ne peut plus apparaître sur aucun ordre éthique. Cela cause de mauvaises relations publiques. Cette PL (lettre de règlements) n'annule aucune règle sur le traîtement ou le maniement d'un SP.

L. RON HUBBARD Founder"

On a suggéré, mais pas constaté, que ceci n'annulait pas le traitement FAIR GAME. Cela ne fait rien en effet, comme le démontre la dernière phrase. Ce n'est là qu'une jolie phrase à faire avaler au public. La privation des biens, les blessures par tous moyens, les ruses, poursuites devant les tribunaux, mensonge et destruction ont perduré jusqu'à ce jour, et avec la dernière énergie possible.

En voici deux illustrations. Début 1977, l'église de scientologie a mené une campagne de persécution à l'encontre du Dr Clark. Ils ont écrit des lettres au doyen de l'école de médecine de Harvard et au directeur de l'hopital général du Massachussetts. Mais ils ont refusé de le museler. Leurs agents ont trouvé et téléphoné à plusieurs de ses patients, ont interviewé des voisins pour trouver des preuves personnelles ou professionnelles destinées à le faire taire. Ils ont soumis un rapport critique à un Comité du sénat du Massachussetts. A trois reprises au cours des dernières cinq années, une "façade" scientologique nommée "Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme" a porté plainte contre lui devant la Direction de l'Enregistrement Médical du Massachussetts, prétendant une conduite incorrecte. En 1980, il fut déclaré "ennemi n° 1" et en 1981, ils portèrent deux plaintes devant les tribunaux (aboutissant à un non-lieu sommaire, mais coûteuses et génantes). Ils ont distribué des tracts à l'hopital général du Massachussetts, offrant 25000 dollars aux employés qui fourniraient des preuves permettant de le faire condamner pour n'importe quelle activité criminelle. Ils ont volé son dossier de salarié de l'hopital. Ils ont organisé une conférence de presse destinée à ruiner sa réputation. Tout cela a échoué, mais cela importe peu pour la scientoloigie: "Balancez suffisamment de boue, il en restera toujours un peu". Cela lui a causé pas mal de soucis, d'argent, et d'anxiété. M. Armstrong indique que prétendre que la règle du Fair Game a été annulée est un mensonge. Il a été déclaré Fair Game. Ils ont répandu internationalement sur son compte des histoires faussses, ont payé des salauds pour le harrasser ainsi que sa femme, nuit et jour, durant un mois; ont menacé sa vie, l'ont assailli et l'ont renversé en voiture.

Propagande noire

Dans la lettre de règlements HCOdu 11 mai 1971, Hubbard ordonnait:

"PR Noire

" L'un des outils les plus utilisés des Relations Publiques, c'est de détruire la réputation des individus et des groupes, de façon cachée. On nommera ça plus justement " Propagande Noire."

Usage des tribunaux

"Feuille de cours du niveau 0, L. Ron Hubbard":

"Le but de la poursuite [en justice] est de harrasser et décourager plutôt que gagner. On peut facilement user de la loi pour harrasser, et un harrassement suffisant de quelqu'un qui se trouve de toute façon déjà sur la mauvaise pente, sachant qu'il n'est pas autorisé, suffira généralement à provoquer son déclin professionnel. Autant que possible, évidemment, ruinez-le outrageusement."

Il se peut qu'une partie du jargon scientologique que j'ai cité, tiré des documents de la scientologie ne soit pas toujours claire pour quelqu'un n'ayant pas passé des semaines à en clarifier le sens. Mais leur signification est claire, et il démontre, dans leur bouche, les extrémités terrifiantes, ignobles et illégales auxquelles ils sont préparés pour réagir, et qu'ils accomplissent dans les faits.

Il y a eu harrassement de la mère et du beau-père dans l'affaire qui nous occupe. Le père a envoyé des documents du procès à "l'église", qui a répondu par des directives expédiées au chef de l'office du Gardien de la ville où habitent la mère et le beau-père. Ils ont tenté de les dissuader d'arrèter le procès. S'ils ne le faisaient pas, ils "interféreraient" avec la "progression spirituelle" des enfants, et seraient expulsés de l'église. Ils ont refusé. Peu après, l'un des employés de la société du beau-père, un scientologue, donnait sa démission. Il a dit au beau-père que la raison était qu'il s'engageait dans des actions suppressives. Il a dit qu'il ne voulait pas quitter la société, mais que "l'église" le lui avait ordonné.

J'en ai été informé lors des auditions pour directives en janvier 1984. J'ai lancé un avertissement disant que si ces pratiques continuaient ou se répétaient, il y aurait de sévères mesures de rétorsion, et je dois dire qu'il n'y en a plus eu depuis.

Ce procès touchant sa fin, je répète publiquement ce que j'ai dit à l'époque: Les pouvoirs de ce tribunal sont vastes et son bras est long. Par conséquent, si l'on constate n'importe quelle intimidation ou description d'un quelconque harrassement de quiconque lié au procès, des mesures extrèmement sévères seront prises.


ARGENT

Le prix des "Services"

Les prix demandés par la scientologie pour l'audition et les cours sont très élevés, souvent des milliers de livres sterling. Même un scientologue devenu "clair" doit continuer ses auditions et prendre des cours pour avancer sur le pont, et les payer.

Durant les quinze mois précédant la Cour de Chapelain en mai 1980, le père et la belle-mère ont payé 8000 $ à St Hill et 6500 $ à Flag, soit 14500 $ [environ 140000 F, ndt]. Ils prévoient de continuer ainsi les années suivantes pour prendre les cours et se faire auditer. C'est ce qu'il prévoient bel et bien, et ils subiront des punitions disciplinaires s'ils ne le font pas. Les recrues ou les scientologues ne peuvent obtenir ces services gratuitement. Le vent ne s'arrète pas de mugir en croisant l'agneau tremblotant.

La scientologie prétendait récemment "mettre la planète au Clair" dans les cinq ans. C'est un paradoxe: comment pourraient-ils y parvenir alors que la majorité des préclairs n'a pas de quoi payer? Mais j'imagine que les adeptes avalent ça comme ils ont avalé le reste. Leur capacité à raisonner a disparu.

Appareils et matériaux

Il existe une longue liste de ces matériaux; on veut que les scientologues les achètent à prix d'or.

Exemple: l'électromètre ou e-meter. Dans son ouvrage "Les Fondements de la Pensée", Hubbard le décrit ainsi

"L'électromètre Hubbard est un appareil religieux utilisé lors des confessions de l'église. En soi, il ne fait rien, et ne sert qu'aux ministres pour aider les paroissiens à localiser des zones de détresse spirituelle ou de charge."

Les "ministres" sont les auditeurs. Les "paroissiens" sont les gens audités.

C'est là la description destinée à la croyance publique. En privé, il sert de moyen d'intimidation (voir la conférence des patrons de Mission aux US plus bas).

Le Dr Clark le décrit grosso-modo comme un détecteur de mensonge simplifié. Le psychologue mentionné ci-dessus le décrit comme un psycho-galvanomètre, valant quelques 28,5 £. Le père et la belle-mère en ont un chez eux depuis des années. Il coûte 400 £ [nota: le prix actuel est bien plus élevé encore, de l'ordre de 30 à 60000 FF, ndt]

"Registration" - inscription

C'est le mot utilisé pour extorquer l'argent.

Exemples non discutés:

On a persuadé deux personnes de vendre leur domicile. Les sommes servirent à payer les services scientologues. Tous deux n'ont pratiquement plus rien depuis.

On a persuadé un homme de payer la totalité de son indemnité globale de chômage, environ 18000 $, pour des "services".

On a persuadé un autre de payer 52000 $ provenant des assurances suite à une incapacité définitive due à un accident de moto.

Un couple a été amené à verser 105000 $ en vendant une large part des actions et obligations héritées par la dame.

Un homme entrepenant une chimiothérapie pour un cancer lymphatique en phase terminale a été persuadé de payer 24000 $.

Et il ne s'agit que de quelques exemples.

La conférence US des Patrons de Missions à San Francisco en 1982

Les missionnaires sont ici les gens responsables de "missions scientologiques", dont le but est de faire du prosélytisme et de faire entrer les gens en scientologie.

On leur a ordonné de venir à une "conférence" à San Francisco, pour que les "officiels supérieurs de la Sea Organization" leur parlent. Ces gens portent des titres issus de la Marine. Hubbard est le "Commodore".

Les officiels supérieurs étaient un "capitaine" et deux "commandants". Ils se sont relayés pour haranguer les infortunés missionnaires. La police privée scientologue et le "Maître d'Armes" étaient sur place. Tout le speech se résumait en un "Faites plus d'argent, sinon..." Il fallait qu'ils doublent les quotas de recrues. Il fallait qu'ils versent 15000 $ par jour pour les enquèteurs. Il fallait qu'ils se débarrassent de certaines publications et qu'il en rachètent d'autres. Chacun devait acheter un projecteur à 2000 $, et ainsi de suite. S'ils n'obéissaient pas, ils seraient punis, et "seraient passés à l'électromètre" ou "se prendraient de l'électromètre".

Pour ceux qui sont assez anciens pour s'en souvenir, ça nous rappelle grossièrement les menaces et hurlements d'Hitler et de ses séïdes.

Ceci nous donne un aperçu de la réalité scientologue. J'ai inclus le transcrit de la conférence des patrons de missions en appendice à ce jugement. L'avocat est d'accord sur le fait que les 30 premières pages étaient sans relation, et on les a ôtées.

"Faites plus d'argent"

Dans la lettre de règlements du 9 mars 1972, Hubbard ordonnait:

"REGLE FONDAMENTALE

La règle essentielle gouvernant la Finance est :

A. FAITES DE L'ARGENT.

B. Achetez plus d'argent avec les allocations de dépenses (théorie des haricots)..

C. Ne vous engagez pas dans des dépenses dépassant vos moyens futurs.

D. N'empruntez jamais.

E. Sachez les différents types d'orgs et ce qu'elles font.

F. Saisissez bien les lignes de flux de l'argent, pas seulement dans l'org, mais des clients de l'org vers l'org, et au-dessus. [je pense que les flux vers au-dessus ont trait aux clients qui avancent sur le Pont].

G. Comprenez l'ECHANGE de services de valeur poour de l'argent (lettre de règlement séries des Cadres 3 et 4).

H. Sachez les centres de l'argent dans toute activité donnée.

I. Policez constamment toutes les lignes..

J. FAITES DE L'ARGENT.

K. FAITES DAVANTAGE D'ARGENT.

L. FAITES PRODUIRE LES AUTRES POUR QU'ILS FASSENT DE L'ARGENT."

Qu'advient-il de l'argent??

M. Armstrong est en meilleure position que la plupart pour savoir où va l'argent. Ses preuves, comparées à d'autres, démontrent qu'une grande partie va dans les poches d'Hubbard, et qu'à partir de ce moment, on les déclare "blanchies".


L'école des Enfants

La mère dit que l'école des enfants [Greenfields School] est sous contrôle de l'église de Scientologie à East Grinstead.

Le père dit qu'elle est complètement indépendante de l'église de scientologie.

Il n'est pas contesté que sur les 89 élèves, tous sauf 7 ou 8 sont des enfants de scientologues, et qu'à part deux ou trois employés intérimaires ou à temps partiel, le Principal, son adjoint et tout le staff sont scientologues. Les gouverneurs ou directeurs forment le Conseil d'administration. Ils sont tous scientologues, l'un d'eux est d'ailleurs le père.

On n'enseigne pas la scientologie en tant que matière. Mais toute l'ambiance est celle de la scientologie, et il est évident que la scientologie exerce une vaste influence sur l'école, si pas le contrôle.

Un élève écrit au Principal, on fait circuler sa lettre comme étant "une lettre de succès". Elle reflète le langage et les notions scientologues.

J'ai déjà mentionné le "rapport de connaissance" expédié à l'église par le principal, au sujet d'un parent. Un autre parent qui avait quitté l'église et n'était pas "en bonne entente" a reçu l'ordre d'ôter ses enfants de l'école. La principal a été convoqué en "Ethique" pour avoir autorisé un scientologue qui avait encouru les foudres de l'église à venir à une fète de l'école.

L'Ecole paie une redevance annuelle à la scientologie..

Ces faits parlent d'eux-mêmes.

Endoctrinement scientologique des enfants

L'objectif de la scientologie est de capter l'enfant et son esprit.

L'audition - les procédés - commencent très tôt. Dans "Dianétique pour Enfants", édition de 1968, Hubbard écrit:

"On peut auditer un enfant à tout âge du moment qu'il sait parler. On ne devrait cependant pas entreprendre d'auditions sérieuses avant qu'il ait cinq ans. De l'audition extensive de dianétique n'est pas recommandée, sauf en des circonstances inhabituelles, avant que l'enfant ait atteint huit ans."

Dans "Seconde Dynamique", édition 1982, sous l'intitulé "Confessions des enfants de 6 à 12 ans", on a une "vérification de procédé pour enfants" C'est un questionnaire long et vigoureux.

Le Dr. Clark en dit ceci:

"Parmi les nombreux besoins de développement des enfants, il y a l'aptitude à avoir des relations avec des étrangers et à d'autres sujets d'intérêt. Un enfant strictement éduqué dans le système fermé de la scientologie n'aura pas tendance à élaborer ces aptitudes, et aura tendance à considérer le "monde pas clair" du dehors comme une culture complètement étrangère.

Les "procédés techniques" utilisés en scientologie pour éduquer les enfants leur fixent l'esprit dans une direction, hypnotique et insensibilisante. Ces états d'esprit, induits pour mettre en place une allégeance définitive à la scientologie, peuvent cacher le mal véritable. Les enfants ont besoin de modèles faillibles, humains, pour devenir autonomes et savoir s'adapter ensuite. L'expérience stressante et manipulatrice de l'entraînement scientologique ne leur fait pas seulement perdre beaucoup de temps de manière non constructive, mais elle favorise l'identification avec le procédé lui-même, plutôt qu'avec l'autorité humaine et parentale."

Dans le livret n° 2 du "Cours Professionnel" (1982), Hubbard écrit:

"On pourrait aussi faire une méthode très efficace de contrôle mental à partir de la scientologie; cela pourrait servir à transformer des individus en esclaves de plein gré".

J'estime que cette technique a été élaborée et qu'elle est utilisée. Je suis d'accord avec le Dr Clark quand il dit "l'entraînement scientologue est un entraînement à l'esclavage".

Le Dr Clark ajoute:

Les enfants sont aussi transformés en gages gâchés lors de conflits familiaux résultant de la règle scientologique qui enseigne aux gens la façon de manipuler les autres. On en constate les effets pervers au foyer familial, quand le groupe essaie de séparer un enfant d'un de ses parents, lequel a encouru les foudres de l'église, et qui doit donc être évité par tous les moyens possibles. Une des tactiques prescrites et fréquemment utilisée à cet effet se nomme "le principe de la Troisième Partie", grâce à quoi l'on peut subtilement aliéner l'enfant d'un parent qui ne serait plus acceptable par "l'église" de scientologie, en faisant porter la faute à l'époux (ou autre membre de la famille) qui ne convient plus. En plus des dégâts psychiques ainsi créés, un des résultats les plus significatifs de ce processus est de faire perdre à l'enfant la moitié de l'éducation parentale [parental nurturance en anglais, ndt]."

Nous avons dans ce procès une vaste quantité de preuves, pour la plupart non controversées, qui supportent l'analyse du Dr Clark, et je n'ai plus aucun doute qu'il ait raison.

Triste épisode durant les auditions que celle d'une jeune homme: il est très doué et a très bien marché à l'école comme à l'université. Ses parents sont scientologues, tout comme son frère et sa soeur. Ils sont complètement dédiés. Il a pris son premier cours à six ans, puis un autre "le cours Hubbard d'apprenti scientologue", deux ans plus tard. Il a continué cours après cours. Il a été gentiment requestionné par M. Kennedy. On pouvait constater qu'il était incapable d'admettre que quoi que ce soit cloche en scientologie. La partie de lui qui eût été, sinon, capable de soupeser les critiques de la scientologie était coincée par le processus. Il avait bel et bien été mis en esclavage. M. Kennedy a fort justement décrit "l'aveuglement scientologique".


La Scientologie a-t'elle de bons côtés?

Annulation du bannissement

Le père avait placé quelque espoir sur l'annulation du banissement par les autorités. En juillet 1968, les autorités ont imposé des restrictions d'immigration aux étudiants étrangers de scientologie. Le bannissement a été supprimé en 1980. Le Secrétaire d'Etat a annoncé la nouvelle dans une réponse écrite (n° 123) en ces termes:

"Oui, la règle qui s'applique à la seule scientologie, prise en 1968 par le Ministre de la Santé d'alors, disait que la scientologie était socialement nuisible et que ses méthodes pouvaient être très dangereuses pour la santé de ceux qui les subissaient. Mon Honorable Ami le Secrétaire d'Etat aux Services Sociaux n'est pas convaincu qu'il existe assez de preuves pour faire perdurer la règle en vigueur vis-à-vis des scientologues, en se basant sur les seuls critères médicaux. J'ai donc décidé de lever le ban."

On peut prendre ça pour une suggestion du fait que la scientologie ne serait pas néfaste. La réponse du Secrétaire d'état est en termes très mesurés. J'ignore les matériaux qu'a examiné le Ministère des Services Sociaux. Je n'ai pas consulté le Dr Clark et ses collègues du même bord. Je doute que le secrétaire ait eu en sa possession les documents du présent procès. Je ne peux accorder aucun poids particulier à ce qui est dit. Cela fait suite à une propagande intensive de la part de "l'église", au lobbying conduit auprès des membres du parlement et d'autres, lobbying auquel le père a pris une large part active et de longue durée.

Narconon

Il s'agit d'une campagne contre l'abus de drogues, auquelle participe la scientologie. Il semblerait qu'elle ait des résultats et la scientologie en parle beaucoup. Mais des preuves inverses existent aussi, car Madame B, qui se trouvait en position pour l'apprendre, a dit la part des bénéfices qui étaient siphonnés vers Hubbard.

"Une religion"

La scientologie a approché un grand nombre de théologiens et autres savants pour déterminer si elle était une religion. On en a fait part. Les définitions varient. Certaines embrasseraient des sectes telles le satanisme ou l'adoration du démon. Leur but consistait à obtenir une acceptation de la scientologie en tant que "religion", dans le cadre de certaines affaires fiscales, pour obtenir une exemption de taxes. Ils ont réussi en appel en Haute Cour d'Australie, à partir de la décision de la "Full Court" de la Cour Suprème du Victoria.

La question de savoir si la scientologie est une religion aux fins des impôts ne me paraît pas être en rapport avec les décisions que je dois prendre. Si tout le matériau qui a été présenté pour suggérer que les tribunaux australiens étaient satisfaits de la droiture de la scientologie, cette suggestion n'est toutefois pas garantie. Dans les tribunaux du Victoria, on a déclaré qu'il s'agissait d'une "imposture". La Haute Cour d'Australie n'a ni confirmé ni infirmé cette description. Ayant adopté la définition de religion qu'elle a prise, cela n'était pas nécessaire. Les considérations de la Haute Cour n'étaient pas de savoir si Hubbard et ses lieutenants étaient des charlatans, mais de savoir si les adeptes croyaient en eux et en leurs idées, pratiques et observances. Les adeptes accordent "une révérence aveugle" en les écrits de Ron Hubbard, disait la Haute Cour d'Australie, aussi est-ce une religion par rapport aux buts de ladite législation. J'ai vainement et soigneusement recherché quelque chose de positif, quelque fait la rachetant, dans la scientologie. Je ne peux rien y trouver, à part peut-être cette participation à une campagne anti-drogues.


Conclusion en ce qui concerne la scientologie

Dans Re: T - mineurs (transcription d'un jugement rendu le 10 décembre 1975), la Cour d'Appel s'inquiétait d'enfants dont l'un des parents était membre d'une toute autre secte. Dans le jugement, Lord Justice Scarman mit l'accent sur "on concèdera qu'il n'y ait rien d'immoral ou de socialement nuisible dans les croyances et pratiques de cette secte."

La scientologie est à la fois immorale et socialement nuisible. M. Kennedy n'a pas utilisé un terme exagéré en la décrivant comme "pernicieuse". Selon mon jugement, elle est corrompue, sinistre et dangereuse. Elle est corrompue parce que basée sur des mensonges et tromperies, et qu'elle n'a comme seul objectif que l'argent et le pouvoir pour M. Hubbard, son épouse et leurs proches. Elle est sinistre car elle s'engage dans des pratiques infâmes aussi bien envers les adhérents qui n'avaleraient pas en bloc tout ce qu'elle professe, qu'envers ceux qui la critiquent ou s'opposent à elle. Elle est dangereuse parce qu'elle essaie de capter les gens, particulièrement les enfants et les jeunes impressionables, qu'elle endoctrine et à qui elle lave le cerveau pour qu'ils deviennent des captifs inconditionnels et des outils de la secte, séparés des pensées normales, de la vie et des relations avec les autres.


L'avenir de B et G

Pour résumer en premier lieu ce que les avocats ont commodément décrit comme "facteurs conventionnels" B et G ont vécu avec leur père et leur belle-mère depuis cinq ans et demi, et avec leur beau-frère J et demi-frère. Ils sont aimés de leurs grands-parents paternels et par les parents de la belle-mère. C'est un cercle de famille agréable où on les soigne conmme il faut. Ils les aiment tous et sont aimés de tous.

La mère les aime et garde un contact régulier en Angleterre et dans le pays où le beau-père et elle-même se sont installés, où ils veulent repartir. Ils les aiment, et ils sont heureux de leur beau-père. Elle a aussi une famille liée qui les attend, des soeurs ayant des enfants qui les attendent et qu'ils connaissent. Et il y a leur demi-soeur A. La mère m'a impressionné: c'est une très honnète et sensible jeune femme. Le beau-père m'a également laissé une impression favorable.

Le père et la belle-mère m'ont également fait l'impression d'un bon couple, en dehors des moments empoisonnés par la scientologie. Un couple non scientologue en a donné des preuves. Il ne s'agit pas de proches, mais de connaissances plutôt que d'amis, le lien étant établi par la fille qui est amie avec G. Ils parlent du père et de la mère comme d'un bon couple ayant une vie de famille heureuse avec les enfants.

Le médecin de famille a donné des renseignements du même ordre. Elle a dit les voir peu souvent. Elle n'est pas scientologue, mais a des patients qui le sont à East Grinstead. Elle dit que les scientologues la consultent moins souvent que les autres. Ca ne surprendra pas, car l'on sait qu'Hubbard est opposé de façon générale à la médecine orthodoxe, proclamant que ses méthodes sont meilleures, et il faut d'ailleurs qu'un scientologue obtienne la permission avant d'obtenir un traîtement médical orthodoxe. Leur ancien médecin était scientologue à East Grinstead. Mais il a récemment mené une campagne contre les méthodes et pratiques de "l'église", en particulier contre les coûts exorbitants des auditons et cours et il n'est donc plus le médecin de famille. Il n'est plus en "bon standing" [bonnes relations, ndt] avec "l'église." Mais je suis sûr que la santé des enfants n'est pas négligée par la belle-mère qui m'apparaît - ce peut ne pas être exact - moins fanatiquement dévouée à la scientologie que le père. Ce sont évidemment les personnalités des enfants et leur liberté de choix de grandir normalement qui cause souci.

Si les enfants allaient à la maman, ils ne seraient évidemment pas confiés à des étrangers ou à une institution. Ils quitteraient pourtant ce qui est leur cercle familial et leur maison. Ce serait une commotion. Cela serait certes troublant, et, je le crois, vraiment stressant pendant un cetain temps.

En dépit de ces facteurs des deux côtés, si l'affaire se limitait à cela, je jugerais dans l'intérêt des enfants qu'il n'y ait pas cette commotion, tout en réservant un accès important à leur mère.

Le facteur scientologie fait-il pencher différemment la balance?

Le père et la belle-mère sont scientologues depuis des années. Ils sont complètement dévoués, et sont daccord à ce propos. Ils ont sans cesse été audités et ont pris des cours. Il ont payés de très grosses sommes [à la secte, ndt].

M. Kennedy a suggéré que le père avait menti quand ça lui convenait, à lui ou à la scientologie. On ne peut certainement lui reprocher d'avoir suggéré ceci sans fondement.

Deux exemples parmi d'autres:

A la barre des témoins, le père a annoncé respecter la justice anglaise, la disant la meilleure au monde. Dans sa soumission à la Cour du Chapelain, il dit "Il n'y a pas de similitudes entre la justice wog et la justice".

Dans son témoignage sous serment du 14 juin, le père dit "Il n'y a pas d'effort ou de tentative de ma part d'endoctriner les enfants avec les croyances de la scientologie, bien qu'il puisse exister une tendance naturelle à leur "effacer" certaines facettes de mes croyances". Et : "Je crois que tous mes enfants devraient être libres de prendre leur décision quant à la scientologie, et à la continuation de celle-ci, lorsqu'ils seront assez grands pour prendre cette décision. Je n'ai pas l'intention de les forcer à devenir scientologues, à prendre des cours ou à les faire auditer".

Ce n'est pas vrai: il existe plus d'une façon de "forcer".

Dans sa soumission à la cour du chapelain, il a dit "Je voulais vraiment garder les enfants avec moi, c'est un mouvement pro-survie pour eux et pour moi de les amener à devenir des êtres comblés et intelligents se servant de la tech [technologie, ndt] scientologique. Et "Notre intention est d'élever nos enfants comme des gens de valeur intelligents utilisant la tech et les règles scientologiques. C'est ce que nous faisons. " Il a audité B et J. On a enseigné aux enfants les "assists par contact" et les "touch-assists" , deux techniques supposées guérir. Les deux enfants ont eu deux séances d'une sorte d'entrainement ou d'audition obligeant à rester face à face assis durant une demi-heure. On les a ôtés de leurs écoles précédentes pour les mettre dans l'école scientologue. On les a emmenés à Flag aux Etats-Unis. A une ou deux exceptions près, tous leurs amis sont des enfants de scientologues.

Tout cela a déjà marqué les enfants.

Récemment, B a demandé à sa mère s'il pouvait garder un ami pendant le week-end "car c'est le seul dont les parents acceptent qu'il vienne à la maison".

Récemment, G a demandé à sa mère pourquoi elle n'était pas scientologue. La maman a répondu qu'on pouvait être quelqu'un de bien sans être scientologue, et fit observer que deux personnes que la petite respecte beaucoup ne le sont pas. G répondit alors qu'ils seraient encore mieux s'ils l'étaient.

S'ils devaient demeurer avec le père et la belle-mère sans conditions, le processus continuerait, avec toutes les conséquences précédemment décrites pour les enfants, incluant inévitablement séparation de la maman. Ce ne pourrait être que désastreux pour eux.

A la fin de l'audition, M. Johnson a suggéré que le mieux serait de conserver le statu-quo, c'est à dire que les enfants soient pris en charge par le père et la belle-mère en compagnie des autres enfants; que cela les préserverait s'ils sont coupés de la scientologie jusqu'à ce qu'ils soient adultes et puissent se faire leur opinion. Il a admis que cela signifierait qu'il faille que le père et la belle-mère coupent toute relation avec la scientologie, que la famille déménage d'East Grinstead, que les enfants partent de leur école. Ca n'a pas été dit, mais cela ferait la même coupure pour J et S. Et je me demande si les implications de tout ceci ont vraiment été comprises par le père et la belle-mère.

M. Johnson m'a indiqué qu'une dispense correcte avait été recherchée avec "l'église", mais l'on n'a pas pensé que ce serait bien accuilli; pas étonnant; c'est une hérésie ultime, c'est un "crime capital".

Est-ce que ce qui était proposé serait l'option la plus avantageuse pour les enfants? Je ne le pense pas. Le père et la belle-mère demeurent tout à fait commis à la scientologie. Bien des preuves ont été communiquées et ils ont lu les matériaux écrits (surtout constitués de documents scientologiques). J'espèrais que leurs yeux s'ouvrent, et que si cela arrivait, ils se sentent à l'aise de le faire savoir au tribunal et à leurs conseils. Ca n'a pas eu lieu. Ils ont dit qu'ils pourraient "s'éloigner" de la scientologie pendant que les enfants grandissaient. Je crains qu'ils n'aient pas convaincu. Ils demeurent affectés par "l'aveuglement scientologue". Le père disait qu'il essaierait de corriger les choses découvertes durant les auditions de justice. Mais que peut-il contre la puissance de "l'église"? Rien. Le résultat, c'est qu'il serait déclaré personne suppressive avec tout ce que cela supposerait pour lui-même et sa famille. En plus de la commotion, du nouvel environnement, du nouveau domicile, de la nouvelle école, des nouveaux amis, les pressions de "l'église" et de leurs propres croyances et consciences auraient des conséquences traumatiques émotionnelles sur eux, et par leur intermédiaire, sur leurs enfants.

L'influence funeste de "l'église" continuerait en fait et les enfants seraient toujours en danger sérieux.

On ne peut hélas attribuer tant de kilogs ou de grammes à tel facteur, et tant à ceci ou cela, puis faire la soustraction.

En soupesant tous les facteurs, dont la scientologie, j'ai conclu que dans l'intérêt actuel des enfants, et dans l'avenir, la balance penchait en faveur de les confier à leur maman, et ce, de façon décisive.

Par conséquent, ils seront remis à la garde de leur mère avec autorisation juridique de les emmener vivre dans le pays où elle-même et le beau-père se sont établis et où, devrais-je ajouter, je suis satisfait d'avoir constaté que les facilités éducatives et matérielles sont convenables.

Cela ne signifie pas qu'ils seront coupés de leur père et du reste de la famille. Cela les bouleverserait sans aucun doute. Il les aime, et c'est réciproque. Ils viendront régulièrement le voir. Il faudra probablement fixer des conditions, mais elles devraient être faciles à respecter et ne pas empècher sa femme, lui-même et les autres enfants de pratiquer leurs croyances.

Ce jugement a été très long, surtout en raison des citations mot-à-mot des documents de la scientologie elle-même, dont l'authenthicité n'est pas discutée. J'ai volontairement choisi cette solution. "L'église" recourt au mensonge et à la tromperie lorsqu'elle pense que ça lui profite. Je pense que ça lui sera plus difficile d'en tromper d'autres face à ses propres documents, et, vu ses méthodes pratiques et ses objectifs, il restera ainsi moins de place à contrer cette décision pour les enfants à partir d'une quelconque base factuelle.

[Ajournement dans les Chambres.]



Court résumé du refus par les juges d'appel, d'accepter l'appel du 1er jugement en Cour des Lords - 19/9/84

(document complet en anglais sur: http://www.demon.co.uk\castle\audit\appeal.html

Les juges déclarent d'abord que le juge Latey avait de bonnes raisons correctement exposées de se méfier des affirmations quant à la scientologie, et souligne des mensonges du père, en particulier lorsque celui-ci se trouve acculé par le juge à reconnaître une inconsistance entre les preuves de la nusibilité de la secte et sa décision de ne pas la quitter en dépit de ces preuves. On ne sera pas surpris non plus que le père attaque particulièrement la partie du premier jugement où Hubbard est qualifié de charlatan; les juges d'appel estiment que les preuves de charlatanisme données ont été suffisantes pour qu'on ne puisse le reprocher au juge.

L'appelant se plaint aussi de ce que le juge ait rendu son verdict en délibéré public, et non en huis-clos; les juges d'appel ne critique cette décision, qui eétait de son ressort, que sur un seul point: le juge Latey avait donné, parmi ses raisons, la protection du public autre que celui du jugement.


Le second juge d'appel estime par ailleurs clairement que le Juge Latey avait tout à fait le droit, au vu des preuves et témoignages apportés, d'user du langage qu'il a employé vis à vis de la secte; il estime par ailleurs que Justice Latey devait impérativement soulever largment la question scientologie et Hubbard dans cette affaire, en dépit du fait que celle-ci et celui-ci ne soient pas directement représentés dans le procès, étant donné qu'il s'agissait d'une garde d'enfants.


Et de conclure en refusant d'accepter l'appel en Cour des Lords.

Page originale maintenue par Martin Poulter (plmlp@mail.bris.ac.uk)

Traduction non officielle: Roger Gonnet, avril 2000

retour sous-index texte légaux ou officiels