Rapport d'expertise pour le procès intenté par divers employés contre leur patron dentiste scientologue                          

6 septembre 2003




Rapport d'expertise pour le procès intenté par DIANA KOSTELNY, JERRY KOSTELNY, GAIL
EBERHARDT, CARL EBERHARDT, MELANIE POST (FORMERLY GRANT) et GREGORY R. POST contre AYDIN CABI, DDS, INC.


Stephen A. Kent Ph.D.

Department of Sociology

University of Alberta

Edmonton, Alberta

Canada T6G 2H4






I. INTRODUCTION

Les plaignants de ce procès affirment que le Dr Aydin Cabi a mis à la porte de son cabinet dentaire Diana Kostelny, Gail Eberhardt et Melanie Post parce qu'elles refusaient, pour raisons de conscience religieuse, d'assister à des séminaires basés sur certains aspects de la scientologie - une religion qui, pensaient-elles, était en conflit avec leur propres croyances. L'avocat des plaignants, George W. Cochran, a pris contact avec moi par mail le 1er mai 2003, et je n'avais eu aucun autre contact avec les personnes impliquées auparavant. Probablement Me Cochran m'a-t'il contacté du fait de mon expertise à propos de la scientologie (voir mon CV), en plus du fait que j'avais fait en 1999 un rapport pour la commission s'occupant de l'égalité face à l'emploi (EEOC, Equal Opportunity Employment Commission), dans un procès impliquant d'anciens employés d'une clinique vétérinaire à propos d'un programme de management à fondement scientologique. J'ai soumis d'autres expertises pour d'autres procès impliquant la scientologie, à Edmonton, Alberta, Clearwater, Floride, au Kentucky et en Californie. J'ai également témoigné dans un procès civil à Dublin, en Irlande.

La religion, et les convictions individuelles profondes jouent ici un rôle central. Je tiens toutefois à préciser d'emblée que j'utiliserai une approche laïque, et que je n'émets aucun jugement sur la valeur, réalité ou supériorité d'un quelconque système de croyances.

Dans ce rapport, j'examinerai la relation entre le matériau qu'tilise MasterTech et les organisations de scientologie d'au-dessus, en soumettant mon opinion quant à l'aspect raisonnable du refus des plaignants d'aller aux séminaires éxigés par le défendant, le Dr Cabi.

II. SURVOL de la SCIENTOLOGIE

A. Bref historique et doctrines -

L. Ron Hubbard, (1911-86) connu pour ses écrits de science-fiction d'avant et après la seconde guerre mondiale, entame la dianétique, précurseur de la scientologie, en 1950. La Dianétique explique que l'homme serait doté d'un "mental analytique" et d'un "mental réactif". Le mental réactif contiendrait des incidents douloureux incluant de l'incosncience, pouvant s'être produit à ni'mporte quel moment de l'existence, y compris prénatale. Ces incidents appelés engrammes et divers stimuli pourraient entraîner des comportements irrationnels et préjudiciables. Au contraire, le mental anamytique ne subit pas les influences négatives en question, la dianétique visant à libérer ce mental des influences provenant du réactif, en le débarrassant de ses engrammes. L'activité en question se nomme "audition". Aux premiers temps de la dianétique, cela impliquait un auditeur, un sujet dénommé "préclair", supposé découvrir et effacer ses engrammes. Hubbard expliquait que s'en séparer pouvait soigner une vaste quantité de maux allant de l'arthrite, à l'astme, aux problèmes de vue, bursite, ulcères etc. (Voir Church of Scientology of Minnesota v. Department of Health, Education and Welfare, 1971: 564-565). Même lorsque les praticiens dianéticiens commencèrent à faire parcourir des "incidents de viues antérieures" fin 1950, Hubbard resta sur ses positions: son système était une "science".

Il paraîtrait que la validité de faire parcourir des incidents datant de vies antérieures prit corps en 1952, lorsque Hubbard introduisit le nouvbel outil "E-Meter". Cet appareil mesure les modifications électriques de résistance de la peau, le préclair tenant dans chaque main des boites métalliques par lesquelles passe un faible courant électrique. Les scientologues pensent que cela donne des indications exactes des changements émotionnels et continuent à les utiliser comme outils pour l'audition (on les compare souvent à des détecteurs de mensonges, voir [see Atack, 1990:
Hubbard, 1960; 1961; Miller, 1987: 201])

Hubbard démarra ce qu'il nomma "scientologie" au printemps 1952, certains des critiques concluant qu'il introduisit cette nouveauté - une extension de la dianétique - comme outil destiné à regagner le contrôle du mouvement dianétique qui lui avait échappé (cf Miller, 1987 page "119" français). Les critiques disent aussi qu'Hubbard commença à déclarer que la scientologie était une religion en décembre 1953 afin d'éviter le harcèlement gouvernementale à propos des promesses de guérison.(Kent, 1996: 30-33; Miller, 1987: 220). Peu importent les motivations: il élabora davantage en scientologie ses enseignements sur les vies passées (y compris dans des gaalxies éloignées) qu'il ne l'avait fait en dianétique. L'entité dont les scientologues pensent qu'elle passe de vies en vies serait le thétan, vaguement analogue à l'âme ou à l'esprit, et qui aurait oublié sa vraie nature. En 1967, Hubbard déclara avoir observé que les thétans individuels [les gens, ndt] seraient surchargés de conglomérats d'entités confuses, des "Thétans de corps", qui seraient soudés aux gens. Ces entités collées seraient la suite des milliards de victimes d'un tyran galactique malintentionné nommé "Xenu" ou Xemu, qui les aurait capturées, envoyées sur terre dans des volcans où ils les aurait fait exploser au moyen de bombes H. Les cours supérieurs de scientologie, "Cours OT", expliquent qu'on libère les nombreux thétans de corps (texte de Corydon, Hubbard, 1987:364, et Atac, 1990 31-32 - [le traducteur a exposé ces textes dès 1991 par Philippe Brunet Lecomte, dans le Figaro Lyon].

B. scientologie et Christianisme: puisque le sujet d'une "compatibilité" entre scientologie et christianisme paraît compter ici, je citerai une section d' article de mon cru, la "création d'une scientologie religieuse" qui parut en 2001, bien que la date de publication indiquée soit 1999, le journal antidatant ses parutions.

Christianisme et "Implants"

Alors qu'Hubbard élaborait sa cosmogonie (cf Meldgaard, 1992: 172-177), on constata de plus en plus que ses deux professions, les psychiatres et les prètres, auraient accompli les implants pour le compte de Xenu. Hubbard prétendit globalement que les docttrines chrétiennes mettant l'accent sur le contrôle sexuel si pas sur l'abstinence, sur l'humilité, et sur le Salut par la Crucifixion du Christ, étaient des implants destinés à empècher le thétan ou l'âme de réaliser sa vraie nature (cf Hubbard, 1954: 25-26). Ni lui ni son organisation ne publièrent amplement ces rôles néfastes que des prètres et psychiatres auraient joué dans le passé cosmologique, ni la croyance que ces deux professions continueraient à implanter les gens actuellement.

Un des implants liés serait la doctrine chrétienne du Paradis, endroit qu'Hubbard prétendit avoir visité en 1963 dans un bulletin de "HCO" (Hubbard Communications Office Bulletin). Il déclara que comme tous les scientologues, il serait allé au ciel, mais qu'il était seul à s'en souvenir du fait qu'il avait découvert le processus d'implantation de l'idée à deux reprises, voici des trillions d'années. Hubbard décrivit sa première visite, avec Portes du Ciel, statues de Saints y conduisant, et anges de marbre assis en haut des piliers. Les sols du paradis ressembleaient aux jardins de Pasadena. L'implant était supposé avoir eu lieu dans une ville, avec trottoir, bistrot, rails, banques et autres structures.

A la seconde visite supposée, le paradis aurait été dit-il plus minable, la végétation disparue, les anges, piliers et saints esquintés. L'enfer était soi-disant un trou qu'Hubbard compare à des fouilles archéologiques. Il y avait une image de Joseph menant un âne portant Marie et l'enfant vers Bethlehem. En tout cas, le paradis n'était pas une chose flottant dans le ciel mais plutôt une montagne sur une planète, qu'Hubbard ne nommait pas. (Hubbard, 1963a). [p. 105]

Les implants semblent destinés dans ces deux cas non seulement à faire oublier leurs vies passées aux individus, mais aussi, à leur faire croire qu'aller au Paradis serait un but désirable. (Hubbard, 1963a: 2-3). Selon lui, ses découvertes supposées quant au vrai but du paradis expliqueraient pourquoi il y a eu une telle folie religieuse par le passé. (Hubbard, 1963a: 4). D'autres publications parlent d'autres implants, certains auraient eu lieu àà bord de trains, d'autres alors que les thétans se heurtaient aux "forces d'invasions Marcab",(Hubbard, 1963c), d'autres encore auraient eu lieu en présence de gorilles ou de symboles de gorilles. (Hubbard, 1963b).

On admet que les non-scientologues ont quelque mal à comprendre ou apprécier un bonne part de cette cosmologie "space opera" (c'est le terme dont se sert la scientologie), et plusieurs commentateurs ont suggéré que ces visions et d'autres (en particulier le matériau du niveau OT 3) auraient subi l'influence de sa toxicomanie. Il n'en reste pas moins qu'un fait rationnel évident ressort de ses trips au ciel: parmi les ennemis cosmique de la scientologie on compte les gens dont les opinions religieuses s'opposaient aux vues religieuses de l'organisation. Il apparaît que la cosmologie correspondait à la vie réelle; c'est à quoi s'attendraient les spécialistes en sciences sociales (Kent, 1999a: 105-108).


Commentaire à propos de cet extrait: il en ressort que leur souci d'incompatibilité entre la scientologie et leur foi chrétienne est bien réel.

Dans une série d'articles bien connus dans le Times de Los Angelès en 1990, les journalistes Joel Sappell and Robert W. Welkos ont mis en lumière des aspects similaires d'hostilité de la scientologie envers le christianisme:

Hubbard soutient par exemple que le concept de paradis aurait été mis en place par deux implants d'il y a 43 trillions d'années. Le paradis, explique-t'il, est "un faux rève" et "un mensonge très pénible" destiné à diriger les thétans vers un but inexistant et les convaincre qu'ils n'ont qu'une seule vie.

Hubbard dit qu'en réalité, il n'y avait pas de Paradis, et qu'il n'y a pas eu de Christ non plus.

"Le symbole [implanté] d'un Christ crucifié est très fort en effet, explique Hubbard: c'est le symbole du thétan trahi."(Sappell and Welkos, 1990: A36)

Les pasteurs Laurel Bobb et John Luoma ont identifié incorrectement le groupe (EST -connu en France actuellement comme Landmark Edication, ndt) lorsqu'ils ont écrit leur lettre afin de supporter les soucis religieux de la plaignante Melanie Grant à qui probablement MasterTech Computer Products deamndait d'aller à un séminaire, mais ils auraient mieux défendu le cas en identifiant le vrai groupe.(Bobb and Luoma, 2001)

On trouve aussi des éléments de l'hostilité hubbardienne dans le "cours d'intégrité personnelle" qu'ont pris le Dr Cabi et son directeur, cours qu'il voulait faire obligatoirement prendre à ses employés. Dans l'un des passages plutôt fâcheux, ont lira sous sa plume:

"Comment manier les mauvaises choses qu'on vous a faites? La règle Bouddhiste n'en parle pas. Bien des réponses ont été dites. On a celles de la Science Chrétienne (les effets contre soi n'existent pas), celles des chrétiens des débuts (devenez martyrs), celles des ministres chréteiens (candmanez tout péché). Ces réponses aux effets qu'on reçoit procurent en définitive un état d'esprit moins que sain, pour ne rien dire de la misère engendrée.(Hubbard, 1982: 19).

Il semble qu'Hubbard rejettent bien des réactions chrétiennes - même si sa description de leur foi reste très superficielle.

Dans un autre passage qui paraît s'attaquer à la doctrine chrétienne, Hubbard parle du dilemne d'un adolescent ayant des décisions éthiques à prendre.

"Il n'a pas de définition, donc il ne sait que penser. Et personne ne lui demande d'y penser. Ils lui disent tous "C'est immoral, pervers, c'est mauvais." Et ils lui racontent quelque chose de très étranger, qu'il a du mal à croire: Tu iras en enfer, si tu fais ça." Et il se demande où est l'enfer, comment on y va. En d'autres termes, il est sans réaction et on lui impose sans raison, si bien qu'il devient lui-même déraisonnable." On l'a restreint au moyen de quelque chose qu'il ne peut comprendre.( Hubbard, 1982: 30).

Et de conclure:
" La route de l'enfer: l'homme est très fort pour peindre d'horribles panneaux qui y mènent"

La voie du Paradis - l'homme y est souvent expédié mais n'y arrive jamais - il risque plutôt de trouver "l'autre endroit". Mais voilà qu'une vaste route s'ouvre - et le jour perlera une fois encore sur la rosée."(Hubbard, 1982: 213).

On peut penser que la vaste route est la scientologie.

Je n'ai pas à juger ou arguer dans ce rapport des rejets de certains aspects essentiels du christianisme qu'émit Hubbard. Il suffit cependant qu'on soit forcé à comprendre comment ceci peut améliorer les aptitudes d'assistants au sein d'un cabinet de dentiste. C'est simple de comprendre comment des chrétiens lisant ce genre de passages conclueraient qu'Hubbard tente de remplacer leur foi par ses croyances.

C. Ecrits d'Hubbard en tant qu'Ecrits Sacrés ("saintes écritures") de Scientologie

Il importe de faire observer que les écrits d'Hubbard sur la chrétienté, ainsi que tout ce qu'il écrivit d'autre, constitueraient les Ecritures Saintes de la scientologie (au moins du point de vue des membres de l'organisation). Dans sa "demande de reconnaissance d'exemption d'impôts selon la section 501(c) du code des impôts américain, soumise le 18 août 1993, l'église de scientologie internationale a soumis la réponse que voici au Services des Impôts (IRS) étasunien, à la section A, Question 4, Code formel de doctrine et discipline interne"

"La scientologie est une religion basée sur la recherche, les écrits et les conférences enregistrées du fondateur L. Ron Hubbard, qui constituent ensemble les Ecritures de la religion. Les écrits scientologues sont l'unique source de toutes les doctrines, rites et règles de la foi scientologue. Ils comprennent plus de 500000 pages d'écrits, 3000 conférences et plus d'une centaine de films".(CSI Prod 11-4-93, Bates No. 150064).

Ainsi, non seulement les écrits d'Hubbard à propos du christianisme font-ils partie des Ecritures ainsi désignées, mais les cours tels le "Cours d'Intégrité Personnelle" (c) 1982 par L. Ron Hubbard, en font aussi partie - c'est ce cours que les plaignants devaient prendre, partie du programme de MasterTech Computer Products.

D. Règlements et Procédures

Actuellement, la scientologie offre de nombreux cours à ses membres, en divers endroits. Les membres peuvent prendre des cours de niveau inférieur dans des organisations scientologues locales (les "missions") et doivent aller dans des organisations supérieures pour prendre des choses plus "avancées". Ces cours et les programmes y ayant trait sont ce que la scientologie nomme "Le Pont vers la Liberté Totale". Un des aspects de ces cours consiste à établir la primauté du système d'éthique scientologue dans les organisations et chez leurs membres, cette tentative d'y établir l'éthique s'étendant à la communauté laïque des affaires.

E. Le marketing de la scientologie dans le monde des affaires


Depuis 1993, l'IRS a accordé à plus d'une centaine d'organisations scientologues le statuit d'organisations sans but lucratif charitables (Department of Treasury - Internal Revenue Service, 1993).On trouvera parmi celles-ci des organisations cherchant à faire passer divers aspects des enseignements hubbardiens sur divers marchés. L'un de ceux que cible la scientologie est le monde des affaires; elle croit que les règles, politiques et procédures qu'elle utilise pour faire tourner son conglomérat multinational sont l'unique moyen de faire fonctionner convenablement toute entreprise de n'importe quelle taille, y compris les cliniques dentaires. L'organisation spécifique devant s'occuper d'amener la "tech administrative" hubbadrienne au monde des affaires ets le "WISE", l'Institut Mondial des Entreprises Scientologues. Un tract de WISE dit que la tech administrative d'Hubbard est "la seule à pouvoir résoudre les problèmes du monde des affaires" (WISE, 1992: [2]). Un autre déclare plus nettement que la tech d'admin hubbardienne "sera la tech de mangement utilisée sur cette planète. Et c'est ainsi que ça doit être, car c'est la seule vraie tech de gestion à pouvoir résoudre le problèmes des entreprises aujourd'hui".(WISE, 1990 [emphase dans
l'original]).

III. L'Institut Mondial des Entreprises Scientologues (WISE)

A. But

WISE joue dans ce procès un rôle intéressant, puisque les cours que le personnel du Dr Cabi (y compris les plaignants) devaient prendre s'il tenaient à demeurer dans leur emploi sont fournis par l'entreprise MasterTech Computer Products, laquelle reçoit ses matériaux de programme de tech administrative soit du "Collège Hubbard d'Administration" (Church of Scientology
International, 1992: 446), soit de WISE même. Le Cours d'Intégrité personnelle dont il est ici question est par exemple publié par "WISE", son auteur étant L. Ron Hubbard.

B. WISE et l'accord scientologue/IRS

Il importe de signaler le statut de WISE en matière d'impôts, car c'est très difficile de le détacher du procès en cours. Dans l'accord secret que l'IRS a conclu avec la scientologie en 1993, l'IRS a spécifiquement donné ordre à la scientologie de dissoudre WISE. Il semble que dans cet accord, l'IRS et la scientologie se soit mis d'accord pour établir un comité d'obéissance de l'église en rapport aux Impôts (le "CTCC" Church Tax Compliance Committee), dont les membres doivent s'assurer que tout(e)(es):

...entités liées à la scientologie, y compris celles reconnues comme exemptes d'impôts contineuront à opérer et être organisées selon les exigences de l'article 501(c)(3) du code des impôts et des provisions de l'accord. En outre, le CTCC devait s'assurer qu'aucune entité liée à la scientologie, qu'elle soit ou non décrite dans le 501 (c)(3), ne s'engage dans des activités pouvant mettre en danger les statuts sans but lucratif de n'importe quelle entité scientologue, ou qui se trouverait en contravention de l'accord. (Department of the Treasury-Internal Revenue Service, 1993: Section IV. IV. 1.).

Les gens nommés à ce comité étaient des membres individuels tous scientologues. (Les critiques considèrent évidemment que la composition du comité représente un fort conflit d'intérêt).

En tout cas, l'une des tâches du CTCC consistait à dissoudre WISE: "10. Les membres du CTCC devront, pas plus tard que le 31 décembre 1995, effectuer la dissolution de WISE et transférer tous ses biens, y compris mais non limitatif , les marques scientologues, au Réseau de l'Inspecteur Général [autre entité scientologue, ndt] (Department of the Treasury-Internal Revenue Service, 1993: IV. E.10). L'accord de l'IRS avec la scientologie n'explique pas pourquoi il exige la dissolution de WISE, mais c'est probablement parce que les activités de la scientologie dans le monde des affaires la disqualifieraient pour l'exemption d'impôts. Peut-être était-ce pour s'assurer que cela soit exécuté, mais l'accord exigeait que le CTCC inclue le WISE dans son rapport annuel (Department of Treasury-Internal Revenue Service, 1993: IV. B. 2. a.).Le cours que le Dr Cabi veut imposer à son personnel porte néanmoins la mention "Copyright éditeur WISE (c) 1982 "

La scientologie dispose actuellement d'un site web WISE, et il y a des liens d'information sur le "Institut Mondial des Entreprises Scientologues". Il paraîtrait que la scientologie ait probablement dissout WISE Inc, comme l'exigeait l'accord, mais qu'elle ait reformé derrière le WISE - World Institute of Scientology Enterprises International, qui accomplit les activités de l'ancien WISE Inc. On peut donc se demander si la scientologie a respecté l'esprit et la lettre de l'accord, ce qui met en danger son statut sans but lucratif. Si c'est le cas, ce non-respect met en lumière des problèmes vis-à-vis du CTCC, dont le travail consiterait à empècher que ces choses aient lieu.

Dans le site web de WISE, la scientologie a une page intitulée "Rendre la technologie accessible". Le premier paragraphe annonce "WISE fut formé en 1979 en tant que compagnonnage religieux d'organisation des gens du monde des affaires et de sprofessionnels de nombreux domaines partageant une certitude commune quant à la valeur de la technologie administrative de M. Hubbard.(Church of Scientology International, 2003) La scientologie recense elle-même WISE comme "compagnonnage religieux", l'année de formation en 1979 ignorant par ailleurs les poossibles ajustements demandés à WISE comme résultat de l'accord 1993 avec l'IRS. Sur la page web de WISE, on trouve une information disant que "Le College Hubbard d'aministration" est une organisation à qui l'IRS a étendu le statut d'organisation charitable.(Department of Treasury-Internal Revenue Service, 1993: III. C. 3.) Ce web dit:

Puisqu'il y a tant d'affaires et d'industries qui utilisent désormais la technologie de M. Hubbard, WISE a créé le Collège Hubbard d'Administration pour étendre la capacité des professionnels à gérer un groupe, une société, une organisation. Le Collège Hubbard fournit l'entraînement à la technique Hubbard de management (WISE International, 1996-2003).

Je mets seulement cette relation entre WISE et le college d'administration Hubbard en avant prace que je ne peux déterminer, d'après les documents en ma possession, si l'organisation de formation du Dr Cabi, MasterTechComputer Products, est liée au Collège. Elle a des liens à WISE, ainsi que le démontrent les notices de copyright du "Courd 'intégrité personnelle". Le jury qui aura à entendre l'affaire a besoin de savoir clairement la relation entre WISE Inc, WISE International, l'accord scientologie-IRS, le Collège d'administration Hubbard, Master Tech Computers Products, et les cours que le Dr Cabi veut faire prendre à ses employés comme condition d'emploi.

Dans des publications universitaires, j'ai soutenu que la scientologie était une organisation translationale seulement partiellement religieuse (par ex. dans Kent, 1999c: 148; 1999d). Du fait que ce procès se tiendra devant une cour américaine - et non dans une publication universitaire - nous devons donner la primauté à la décision de l'IRS d'accorder le statut charitable aux entités scientologues, en fonction de leurs prétentions religieuses.

La documentation scientologue affirme la dimension soi-disant religieuse de WISE, qui devient plus évidente quand on examine la liste des membres. Ce qui apparaît aussi, c'est que WISE est une entreprise de recrutement de l'église de scientologie elle-même.

Les articles de déclaration du WISE expliquent nettement sa nature religieuse. "C'est organisé selon les lois sans but lucratif religieuses principalement pour des buts religieux. Son but est de poursuivre les enseignements religieux de L. Ron Hubbard dans la société. (Articles of Incorporation, 1983: 1). Cela a été déposé en premier lieu le 1er février 1983, et c'était toujours valide le 28 août 2003, fait que j'ai pu observer en effectuant une recherche en ligne sur "California Business Search." Un ouvrage scientologue de 1993 que publie l'église de scientologie internationale (CSI) donne une date antérieure, tout en l'identifiant aussi comme de nature religieuse.


Le WISE a été créé en 1979. Organisation de compagnonnage religieuse, WISE se compose d'hommes d'affaires et de professionnels de nombreux domaines qui partagent la certitude commune que ce n'est qu'en appliquant la technologie administrative de L.Ron Hubbard qu'on peut obtenir pour le groupe ce que la scientologie obtient pour l'individu, c'est à dire l'élimination des confusions, le remplacement des difficultés par le bonheur, et une meilleure survie en général.

Leurs outils, qu'on trouve dans toutes le slibrairies de l'église et dans d'autres, sont l'encyclopédie en douze volumes du Cours d'organisation pour Cadres et des Volumes des séries sur la Management. Ces oeuvres sont le résultat des recherches de L. Ron Hubbard codifiant la scientologie et ont été publiés pour administrer l'église (Church of Scientology International, 1992: 443).

Le collège Hubbard d'administration est une création WISE, au sujet de quoi un livre de l'église de scioentologie internbationale explique: "Du fait qu'il existe tellement d'entreprises et d'industries qui se servent de la technologie de M. Hubbard, WISE a établi le Collège d'administration Hubbard pour étendre l'aptitude des professionnels à faire face au challenge que constitue l'administration d'un groupe, d'une société, d'une organisation. (Church of Scientology International, 1992:
354).

MasterTech Computer Products est lié à WISE, par le Collège Hubbard ou directement, puisque "MasterTech Computer Products, Inc." de Glendale, Californie, paraît dans la liste des membres de WISE pour 2001 sur http://www.arts.ualberta.ca/redirect?<http://www.b-org.demon.nl/scn/nl/english/wise-2001-usa.txt Je pense que c'est cette société de Glendale qui offre les cours du Dr Cabi à Fairfax, Virginie.

B. WISE, outil de recrutement pour la scientologie

Ni les articles d'inscription de WISE ni sa description par l'église de scientologie internationale ne distinguent la nature religieuse de l'organisation d'une mission laïque destinée à promouvoir les procédures de management hubbardiennes. Un magazine publié pour les membres de WISE souligne les méthodes pour faire "montre les hommes d'affaires sur le "Pont" [la progression scientologue]. L'illustration qui l'accompagne montre un pont qui grimpe sur lequel on toruve quatre catégories différentes (moyens de grimper sur le Pont). On aperçooit: Conférences et séminaires dans les entreprises, affaires et test de personnalité OCA; Conseils, formation administrative, et gains par la tech d'admin de LRH. (WISE International,
1992b: 13).

In the context of this expert evaluation, the presence of the Oxford Capacity Analysis as
a Scientology recruitment tool is especially noteworthy, since Dr. Cabi's staff had to
take a test named the "MasterTech Personnel Potential Analysis" that is only a slightly
reworked version of that Scientology-administered test. (I will return to this point
later.) On the page following this illustration was a cartoon that, in eight boxes,
explained the process of "Getting Clients up The Bridge." The advertisement begins with a
paragraph that explains:




During consulting, clients are often surprised to find that the Administrative Technology
of L. Ron Hubbard has improved conditions in their personal lives, as well as in the
operation of their businesses. If a client is interested in finding out about Dianetics
Spiritual Healing Technology and Scientology Applied Religious Philosophy for self-
enhancement, his [sic] consultant will assist him by referring him to his local class V
Org or Mission (Wise International, 1992c: 14).




Short explanations accompany each of the eight cartoons:




1. Businessman [sic] attends a seminar or lecture[.]

2. Signs up for consulting and training[.]

3. Along with analyzing the client's business, the consultant reviews the Eight Dynamics
and explains how Dianetics and Scientology can do for the client's life what the Admin
Tech can do for his business[.]

4. If client reaches to handle his first dynamic [i.e., himself], he is put in touch with
the reg [i.e., registrar] of his local Class V Org or Mission[.] [A Class V Org is
authorized to offer a particular level of Scientology courses.]

5. Client studies LRH Admin Tech[.]

6. Client applies tech to his business and has wins[.]

7. Client reaches, if he has not done so before, to get LRH tech applied to himself[.]

8. Client has his OCA [the Oxford Capacity Analysis] evaluated at his local Class V Org or
Mission (WISE International, 1992c: 14).




The fact that this recruitment strategy appeared in a WISE publication allows me to
conclude that MasterTech's inclusion of a very similar test also was a recruitment tool
for Scientology.




The page following this one in the WISE International publication contained a testimony
from a veterinarian who went through the process that the cartoons outlined. "While doing
courses at [a business management organization called] Sterling," George Malnati, D.V. M.
said, "I became interested in learning more about Dianetics and Scientology. I got onto
the Bridge when I had my OCA evaluated while doing courses at Sterling. A month later I
was on my Life Repair [course] and for the past three years I have been able to take at
least three months off from my practice to go up The Bridge (WISE International, 1992d:
15; see WISE International, 1992a).




Worth mentioning is that an academic article, published in a peer-reviewed sociology of
religion journal, discusses many of the issues that shed light on this case (and that I
have discussed thus far). Subtitled, "Religious Conversion in the Workplace," the
article's introduction informs the reader about what its basic argument is:

It focuses on [Scientology's] recruitment of medical professionals through medically-based
practice management companies (PMC)s. Through a licensing agreement with Scientology, the
PMCs have obtained the right to use the writings of Scientology's founder, L. Ron Hubbard,
to teach management skills to medical professionals, including dentists, veterinarians,
podiatrists, and chiropractors (among others). In addition to practical management advice,
PMCs also offer their clients an introduction to the Church of Scientology. The link
between PMCs and Scientology provides an example of the mediation of ideological
recruitment through front companies . . . (Hall, 1998: 1).

Hall's article specifically addressed how the Church of Scientology used business
management courses as recruitment vehicles into its ideology, which is exactly what the
plaintiffs in this case feared was going on regarding the MasterTech program.


C. Scientology's Oxford Capacity Analysis and the MasterTech Personnel Potential Analysis
-In the plaintiffs' complaint, they stated, "[e]mployees were expected to undergo
comprehensive personality analysis tests that covered inappropriately personal questions,
required broad waivers of liability, and culminated in personal feedback from supervisors"
(para. 20.[a]). I have a copy of the waiver that plaintiff Melanie A. Grant signed,
allowing Dr. Cabi to give tests that "may include but are not limited to those that
measure intelligence, requirements of the position, including but not limited to meeting
the Company's standards for performance, interpersonal relations, and competence on the
job." I also have a copy of the questions and answers to the "MasterTech Personnel
Potential Analysis Test."

It turns out that the MasterTech test simply is a slightly re-worked version of
Scientology's recruitment tool, the Oxford Capacity Analysis. Suffice it to say here that
both tests contain 200 questions, and of those questions 124 (62%) are exactly the same (
down to their number in their respective tests). Another twenty-one (10.5%) are more-or-
less the same, and fifty-five (27.5%) are different. Like the Oxford Capacity Analysis,
from which it borrows heavily, the MasterTech test has no validity as a test of
intelligence, aptitude, or personality traits, but instead is a Scientology recruitment
tool.

The questions that are exactly the same for the two tests are: 1,2,3,4,7,8,10,11,12,13,15
,16,20,21,24,25,27,29,30,31,32,33,34,35,38, 34,35,38,42,43,44,45,46,49,54,55,56,57,58,60,
63,64,65,67,68,70,73,74,76,77,80,83,84,85,86,87,93,94,95,101,102,103,107,108,109,110,111,
112,114,115,116,118,119,120,121,124,126,127,128,131,133,134,135, 137,138,139,142,143,144,
145,147,150,151,152,154,155,156,157,158, 161,162,163,167,168,169,171,172,174,175,177,178,
180,184,185,186, 187,189,190,193,194,195,198,199, and 200.

The questions that are more-or-less the same are: 22,41,48,51,52,66,79,90,105,123,132,146
,153,159,160,166,173,181,

182,187,and 197.

The questions that are different are: 5,6,9,14,17,18,19,23,26,28,36,37,39,40,47,50,53,59,
61,62,69,71,72,75, 78,81,82,88,89,91,92,96,97,98,100,104,106,113,117,125,129,130,136, 140
,141,148,149,165,170,176,188,191,192, and 196.




D. Scientology's Self-Serving 'Ethics' System

Supplementing the efforts of Scientology organizations like WISE that attempt to draw in
recruits by exporting Hubbard's teachings into the secular world, Scientology's "justice"
and "ethics" systems attempt to punish persons and organizations that hinder its
expansionist and recruitment efforts. Someone needs an in-depth familiarity with
Scientology to be able to decipher many of the definitions that the organization provides
for justice and ethics, but the basic points about them are clear. For example, the first
definition of "justice" in Scientology's business management dictionary states that it is
"the action of the group against the individual when he has failed to get his own ethics
in" (Hubbard, 1976: 295). That cryptic definition presupposes that one knows what "ethics"
means to a Scientologist, and again it is essential to go to the standard Scientology
management dictionary.

What becomes apparent is that Scientology's notion of ethics is completely self-serving
for the organization. Amidst several definitions are the statements:




All ethics is for in actual fact is simply that additional tool necessary to make it
possible to get technology in. When you've got technical in, that's as far as you carry an
ethics action.... 4. the purpose of ethics is to remove counter intentions [i.e.,
opposition] from the environment. And having accomplished that the purpose becomes to
remove other intentionedness [sic; competition] from the environment (Hubbard, 1976: 179).




Translating these Scientology statements into plain language, the justice and ethics
system that Scientology uses, and that Dr. Cabi's staff had to study in the MasterTech
courses and attempt to apply in his dental practice, is committed to removing both
opposition against, and competition to, the implementation of Scientology's so-called "
technology." At the same time it also intended to punish anyone who hinders Scientology's
efforts in these matters. Scientology leaders apparently assume that, once an organization
is using Hubbard's business technology and all opposition to its use has been squelched
and all competitors eliminated, then it is an easy step to convert people to the "
religion" itself. Consequently, the plaintiffs' determination that Dr. Cabi fired them
solely because they refused, on religious grounds, to attend the MasterTech training is
almost certainly correct.




E. Plaintiffs' Dismissal Because They Were 'Suppressive Persons'-Scientology has very
strict policies about what it calls "suppressive persons" who commit "suppressive acts."
According to Scientology policy:




A SUPPRESSIVE PERSON OR GROUP is one that actively seeks to suppress or damage Scientology
or a Scientologist by suppressive acts. SUPPRESSIVE ACTS are acts calculated to impede or
destroy Scientology or a Scientologist . . . ( Hubbard, 1991: 873).


A person becomes a "potential trouble source" in Scientology when one is "a person who
while active in Scientology or a pc [i.e., pre-clear, which designates a level of
'acheivement'] yet remains connected to a person or group that is a suppressive person or
group" (Hubbard, 1991: 873).

Operating under Scientology's influence, Dr. Cabi may have seen the plaintiffs' refusals
to attend the MasterTech program as impeding his efforts to establish Scientology in his
workplace. According to Scientology policy, he would become a "Potential Trouble Source"
if he were to have associated with them as they worked together. Consequently, he fired
them, which was an action in line with Scientology policy, and by doing so he removed the
"suppressive persons" from his workplace (even at the cost of violating their rights to
their own religious beliefs and causing them severe emotional and financial difficulties).
In, for example, a Scientology policy discussion about "HOW TO DISCONNECT" from a
suppressive person or place, Hubbard instructed:




Example: One discovers that an employee at his place of business is an SP-he steals money,
drives away customers, wipes out other employees and will not correct no matter what you
do. The handling is very simple-the PTS fires him and that's the end of it right there! (
Hubbard, 1983: 1044).




In essence, Dr. Cabi's dismissals of the plaintiffs are examples of actions in line with
Scientology policy--policy that also is supposedly sacred scripture (because Hubbard was
the author).




V. Conclusion-The plaintiffs in this case were wrongfully dismissed from their jobs in the
dental practice of Dr. Aydin Cabi because he failed to accommodate their sincerely held
religious beliefs. The plaintiffs had many good reasons to believe that the MasterTech
Computer Products seminars contained religious content that was at variance with their own
faith. These reasons include:




a. information and belief that Scientologists use practice management programs for
dentists, their staff, and other professionals to propound L. Ron Hubbard's/Scientology's
doctrines and attempt to radically resocialize the participants into them.




b. observation that all of MasterTech's materials carried copyrights to the "L. Ron
Hubbbard Library."




c. the requirement that staff had to take a personality analysis that contained questions
that they felt were inappropriately personal and that were accompanied by waivers of
liability. This analysis and the waivers raised concerns that the MasterTech program,
through Scientology, was going to attempt to transform their lives.




d. L. Ron Hubbard's material (such as 'conditions' posters and a "Life Improvement Course"
that he wrote) were in the dental office.




e. staff began introducing terminology, concepts, and "despatch forms" into the workplace
that plaintiffs believed were from Scientology.




f. staff returning from the seminars appeared to have undergone radical personality
transformations.




g. plaintiffs sought and obtained information on Scientology and concluded that it was a
"world view" that differed from their sincerely held beliefs.


h. plaintiffs came to believe that Scientology was attempting to make converts through
reputed 'business seminars' (such as MasterTech).




i. one staff member who took some seminars spoke about how their content likely would
offend the plaintiffs' religious beliefs.




j. another staff member used the term, 'brainwashing,' to describe what s/he had seen in
the training, and that it had little to do with their professions.




k. Dr. Cabi himself had given a staff member (with whom the plaintiffs conversed) a
booklet of Hubbard's at one of these seminars, and that booklet spoke about "the religious
literature and works of L. Ron Hubbard" and "Scientology applied religious philosophy and
Dianetics spiritual healing technology...."




and,




l. the plaintiffs learned of a requirement that participants, prior to taking the program
(and hence prior to knowing its contents) had to sign waivers disclaiming that the seminar
material was religious.




In summary, the plaintiffs had ample reason to believe that the MasterTech program
contained religious material that posed a threat to their own beliefs.




Under these circumstances, Dr. Cabi should have attempted to accommodate the plaintiffs'
religious grounds for refusing to attend the MasterTech program. His options included (but
were not necessarily limited to):

a. exempting them from the program without penalty.

b. reviewing the material in the program and eliminating anything that might appear to be
religious.

c. attempt to eliminate aspects of the course that seemed to require personal
transformation

d. meet with the plaintiffs and try to convince them that the program was not, in fact,
contrary to their faith.

Instead of attempting any of these or other accommodations, Dr. Cabi fired them.




Based upon my education, training, publications, and research as applied to this case, I
must conclude that Dr. Cabi's termination of the plaintiffs' employment was because of
their sincerely held religious beliefs.


My curriculum vitae is attached to this report, and it lists all of my publications for
the past ten years. It also lists all court cases in which I have been deposed, testified,
or submitted expert reports. For preparing this report I have been compensated at the rate
of $200.00 per hour, and worked on it for at least eight hours.




Submitted by Stephen A. Kent (Ph.D.)










(signed)_________________________________






(Date)___________________________________





BIBLIOGRAPHY


Articles of Incorporation. 1983. "Articles of Incorporation of World Institute of
Scientology Enterprises." Filed in the Office of the Secretary of State of California. (
February 1): 4pp. [Plus two witnessed certificates by California Secretary of State, Bill
Jones].


Atack, Jon. 1990. A Piece of Blue Sky: Scientology, Dianetics and L. Ron Hubbard Exposed.
New York: Lyle Stuart.




Bobb, Laurel A. and John K. Luoma. 2001. "To Whom It May Concern." (Letter). (September
18): 1p.




Church of Scientology Flag Services Org. 1989. "The Bridge to Total Freedom." Chart.




Church of Scientology International. 1992. What is Scientology? Los Angeles: Bridge
Publications, Inc.




------. 2003. "Making the Technology Available." Downloaded from: < http://www.arts.
ualberta.ca/redirect?http://www.scientology.org/en_US/world/news/wise/pg002.html > on
August 31, 2003.




Church of Scientology of California. 1978. What is Scientology? Los Angeles: Publications
Organization United States.




Church of Scientology of Minnesota v. Department of Health, Education and Welfare. 1971.
"Order." No. 4-69 Civ. 86 (341 F.Supp. 563). (July 20): 563-569.




Corydon, Bent and L. Ron Hubbard, Jr. 1987. L Ron Hubbard: Messiah or Madman? Secaucus,
New Jersey: Lyle Stuart.




CSI Prod 11-4-93. "Application for Recognition of Exemption Under Section 501 (c) (3) of
the Internal Revenue Code. Signed by Heber C.? Jentzsch, President, Church of Scientology
International (August 18, 1993).




CSWUS [Church of Scientology Western United States]. 1990. Reach II Issue 5 (1990).




Department of the Treasury-Internal Revenue Service. 1993. "Closing Agreement On Final
Determination Covering Specific Matters." (October 1); Downloaded from:< http://www.arts.
ualberta.ca/redirect?http://www.xenu.net/archive/IRS/ > on January 6, 1998.




Hall, Deana. 1998. "Managing to Recruit: Religious Conversion in the Workplace." Sociology
of Religion (Winter); Downloaded from: <http://www.findarticles.com/cf_0/mOSOR/4_59/
53590311/print.jhtml> on September 8, 2003: 20pp.




Hubbard, L. Ron. 1954. "Duplication." Professional Auditor's Bulletin No. 31 (23rd July):
23-26.




------. 1960. "Security Check." Hubbard Communications Office Bulletin (February 3): 1p.




------. 1961. "Johannesburg Security Check." Hubbard Communications Office Policy Letter
(April 7): 242-245.




------. 1963a. "Routine 3 Heaven." Hubbard Communications Office Bulletin (May 11, AD13):
1-4.




------. 1963b. "Routine 3N Line Plots." Hubbard Communications Office Bulletin (July 14
AD13): 1-3.




------. 1963c. "Routine 3N Scientology Four The Train GPMs The Markab Between Lives
Implants." Hubbard Communications Office Bulletin (August 24, AD13): 1-4.




------. 1976. Modern Management Technology Defined. Copenhagen: New Era Publications.




------. 1982. "The Personal Integrity Course." Los Angeles: WISE Publications.




------. 1983. "PTSness and Disconnection." Hubbard Communications Office Bulletin (
September 10); in L. Ron Hubbard, The Organization Executive Course HCO Division, Volume
1. Los Angeles: New Era Publications International, 1991: 1041-1044.




------. 1991. "Suppressive Acts[:] Suppression of Scientology and Scientologists." Hubbard
Communications Office Policy Letter (December 23, 1965RB, Revised January 8, 1991); in L.
Ron Hubbard, The Organization Executive Course HCO Division, Volume 1. Los Angeles: New
Era Publications International, 1991: 873-889.




Kent, Stephen A. 1996. "Scientology's Relationship with Eastern Religious Traditions."
Journal of Contemporary Religion 11 No. 1 (January): 21-36.




------. 1999a. "The Creation of 'Religious' Scientology." Religious Studies and Theology
(18 No. 2): 97-126; Available at: < http://www.arts.ualberta.ca/redirect?http://www.
holysmoke.org/cos/kent-fake-religion.htm >.




------. 1999b. "Expert Report Prepared for the Plaintiff In the Case of EEOC v. I-20
Animal Medical Center" (November 9); Available at: <http://www.arts.ualberta.ca/redirect?
<http://home.snafu.de/tilman/prolinks/I-20.html >.




------. 1999c. "The Globalization of Scientology: Influence, control, and Opposition in
Transnational Markets." Religion 29: 147-169.




------. 1999d. "Scientology-Is This a Religion?" Marburg Journal of Religion 4. No. 1 (
July); Downloaded from: <http://www.uni-marburg.de/fb11/religionswissenschaft/journal/mjr
/kent.html >on July 8, 1999.


Meldgaard, Helle. 1992. "Scientology's Religious Roots." Studia Missionalia 44: 169-185.




Miller, Russell. 1987. Bare-Faced Messiah. The True Story of L. Ron Hubbard. London:
Michael Joseph.




Sappell, Joel and Robert W. Welkos. 1990. "Defining the Theology." Los Angeles Times (June
24): A36; Downloaded from: < http://www.arts.ualberta.ca/redirect?http://www-2.cs.cmu.edu
/~dst/Library/Shelf/la90/la90-1b.html > on September 2, 2003.




Sterling Management 1991. " Want to Really Help Clear the Planet?" Advertisement in WISE
California Directory, 1979: C27.




WISE. 1990. "Get Ethics and Sanity into your Business." Pamphlet.




------. 1992. "Join The Group Taking Responsibility for Getting LRH Admin Tech Into Use."
Pamphlet [4pp].




WISE International. 1992a. "Sterling Management Systems." Prosperity Issue 28: 5.




------. 1992b. "Consultants Introducing Their Clients to Scientology: Getting Businessmen
Onto The Bridge." Prosperity Issue 30 (1992): 13.




------. 1992c. "Getting Clients up The Bridge." Prosperity Issue 30 (1992): 14.




------. 1992d. "Client Wins on The Bridge." Prosperity Issue 30 (1992): 15.

Retour sous index correspondant à ce type de texte :

Retour Webpage MAIL