LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Jugements de juges et de gouvernements sur la secte:

(page continuellement en cours de création)
un résumé fabuleux des raisons de refuser la scientologie-dianétique


dernière mise à jour: Juillet 2001


    La scientologie est à la fois immorale et socialement odieuse... elle est sinistrement dangereuse et corrompue. Elle est corrompue parce qu'elle est basée sur les mensonges et la tricherie et que ses buts réels sont le pouvoir et l'argent pour M. Hubbard. Elle est sinistre parce qu'elle s'engage dans les pratiques les plus infâmes aussi bien envers ses propres adhérents  qui n'avaleraient  pas en bloc tout ce qu'elle prétend, qu'envers ses critiques et ceux qui s'opposent à elle. Elle est dangereuse parce qu'elle tente de capturer les gens, de leur faire subir un lavage de cerveau par endoctrinement, afin qu'ils deviennent des outils captifs et fanatisés de la secte, retirés de tout mode de pensée normal et de toute vie et relations normales avec les autres.

    (Justice Latey, Haute Cour de Londres) 



    "La Scientologie est malfaisante; ses techniques sont malfaisantes, sa pratique pose une menace grave envers la communauté, moralement, médicalement, et socialement, et ses adhérents sont tristement trompés dans leurs illusions et fréquemment mentalement malades... [la scientologie] est la plus vaste organisation mondiale de gens sans qualifications engagés à exercer des techniques dangereuses se présentant sous le masque de thérapies mentales."

    (Justice Anderson, Cour Suprème de l'Etat de Victoria, Australie)



    "Le gouvernement est convaincu que la scientologie représente un danger pour la société. Elle sépare les membres des familles et attribue des motivations malhonnètes et honteuses à tous ceux qui s'attaquent à elle; ses principes autoritaristes sont une menace potentielle pesant sur la personnalité et le bien-être de ceux qui ont été leurrés au point d'en devenir adeptes; et par-dessus tout le reste, ses méthodes peuvent représenter un grave risque pour la santé de ceux qui s'y soumettent... Il n'existe pas de pouvoir, au sein des lois existantes, pour interdire la pratique de la scientologie, mais le gouvernement a conclu qu'elle est si répréhensible qu'il serait bon d'entreprendre dès à présent toutes les mesures destinées à en juguler l'expansion."

    Kenneth Robinson, Ministre de la Santé en Angleterre



    (à propos des neuf hauts dignitaires scientologues inculpés et condamnés à la prison aux Etats-Unis: mémorandum du juge chargé de l'instruction de l'affaire de conspiration découverte lors du raid du FBI en 1977, contre trois des sièges de la secte)

    "Le crime commis par ces défendants [les scientologues] est d'une ampleur et d'une outrecuidance telles qu'on n'en avait jamais observées auparavant. Aucun bâtiment, bureau, ni fichier n'était à l'abri de leur espionnage et de leurs vols. Aucun individu ou organisation ne pouvait se sentir isolé de leurs méprisables têtes conspiratrices. Les outils de leur activité étaient des transmetteurs miniaturisés, des passe-partout, des codes secrets, de fausses lettres de créances et n'importe quel autre outillage destiné à accomplir les schémas de leurs conspirations.  "

    .../...

    ..."[le fait que ces accusés étaient disposés à monter des cabales contre leurs critiques, au point de fournir de faux témoignages sous serment contre eux et de les faire arrèter en dit long sur leur dédain envers la loi. En effet, ils se sont arrogés le droit de se placer au-dessus des lois, en utilisant leur propre version de punition de ceux "coupables" de s'opposer à leurs buts égoïstes (Juge Richey, condamnant à la prison des accusés scientologues, dont l'pouse du gourou Hubbard)



    [les dossiers du Tribunal] sont emplis de preuves [que la scientologie] n'est rien d'autre qu'une vaste entreprise destinée à extorquer un maximum d'argent de ses adeptes au moyen de théories pseudo-scientifiques... et à exercer un chantage contre tous ceux qui ne souhaitent pas continuer au sein des rangs de la secte...

    En plus de violer les droits civils de ses membres, l'organisation a harcelé et abusé les gens qu'elle percevait comme des "ennemis" hors de l'organisation, en se servant de sa doctrine du Fair Game. L'organisation est manifestement schizophrène et paranoïaque, cette combinaison bizarre semble d'ailleurs refléter son fondateur LRH. Les preuves nous dressent le portrait d'un homme qui fut virtuellement un menteur pathologique quant à son passé, ses crédits et ses accomplissements. Les écrits et documents soumis reflètent par ailleurs son égoïsme, son âpreté au gain, son avarice, son désir fou de pouvoir, sa vindicte et son agressivité à l'encontre de ceux qu'il percevait comme déloyaux ou hostiles."(Ex.D, 8:18-9:4).


    (Cour Supérieure de Los Angeles, Juge Breckenridge, dans le procès Gerry Armstrong) 



    "Non seulement l'organisation viole et abuse des droits civils de ses propres membres, mais au long des ans, elle a harrassé et abusé, au moyen de sa doctrine du "gibier de potence", toutes les personnes étrangères à l'église qu'elle perçoit comme "ennemies".

    (Cour Supérieure de Victoria, Justice Brookings, Australie, 1982) 




    "196. Des dommages punitifs peuvent être demandés lorsque l'inconduite du défendant [scientologie et son avocat] est si malintentionnée, oppressive et arbitraire qu'elle en heurte le sens de décence du tribunal. Les dommages punitifs ne sont pas liés à ce que le plaignant reçoit à titre compensatoire. Leur but n'est pas d'offrir compensation au plaignant, mais plutôt de punir le defendant. C'est par ce moyen que le jury ou le juge exprime son outrage face à la conduite insupportable du défendant [scientologie et son avocat]. Il importe de mettre l'accent sur le fait que des dommages punitifs ne devraient être accordés que lors de circonstances où l'ensemble des dommages aggravés et dommages ne suffirait encore pas à parvenir au but punitif et préventif.
    .../...

    200.Il n'y a aucun doute sur le fait que le comportement de la scientologie lors de la publication de ses déclarations injurieuses envers son "ennemi" était de nature malintentionnée. Sa publication était soigneusement planifiée afin de lui assurer la plus large diffusion possible de la manière la plus dommageable possible. Les affirmations à l'encontre de Hill [avocat officiel de la Couronne, justice canadienne, chargé d'une enquète contre la secte] étaient dévastatrices. ..."sa conduite étant criminelle"... Les actions de la Scientologie depuis la publication, puis au cours du procès, et après la décision de justice, ne furent qu'une suite de tentatives de destruction de sa réputation au moyen de déclarations qu'elle savait fausses. Cette conduite a été si outrageuse qu'elle appellait obligatoirement des dommages punitifs..."

    [Cour Suprème du Canada, Scientologie et son avocat contre l'avocat de la Couronne, Casey Hill]



    "L'enseignement et la pratique scientologiques auront pour résultat de nombreux délits et pourraient bien en entraîner davantage."

    (9e cour d'appel, Californie, jugement Zolan) 



    "...le projet "MCCS" avait pour but de cacher divers actes criminels; le projet MCCS planifiait aussi des fraudes fiscales futures contre le fisc américain, en violation de l'article..."

    (Cour d'appel Californienne, 29 Juillet 1991) 



    Procureur Thierry RICARD, jugement France affaire Patrice VIC: (bilingue)

    "On est vraiment en présence d'une pompe à finances, toujours aspirante, jamais refoulante", martèle le Procureur Thierry Ricard.

    "Une entreprise sectaire de dimension internationale, ayant une finalité essentiellement commerciale au moyen de méthodes dangereuses troublant durablement et gravement l'ordre public de notre pays"

    "Est-on en présence d'un recyclage d'argent? On ne le sait pas, mais on peut se poser la question"

    "Ce procès est celui des méthodes destructrices qui ont conduit Patrice Vic à se suicider, supplicié au point de ne pas penser à l'enfant malade dans la chambre voisine, et sans un regard pour sa femme."
     

    ( article de Nathalie Gillot, Libération, 8 Octobre 1996, citant l'avocat général) 



    (Jugement de la Cour d'Appel d'Athènes N° 10493-1997)
    "Après tous ces exemples , nous parvenons à l'inéluctable necessité logique et excluons toute autre possibilité d'interprétation du fait qu'il est entièrement prouvé que l'organisation [scientologie] est de structure et comportement totalitaires, méprisant essentiellement l'homme, bien qu'agissant apparemment de façon  libre afin d'attirer des membres qui doivent alors subir les procédés et théories sus-mentionnés,  dont le lavage de cerveau, en poursuivant les buts manifestes de créer une façon de penser contrôlable ainsi qu'une exclusion des critiques (voir les théories de base du  fondateur de la scientologie), si bien que nous nous trouvons face à des êtres [les adeptes] privés de volonté propre, ayant perdu leur capacité de décision en raison de la perte de leur volonté propre, une fois qu'ils sont passés par toutes les étapes de l'enseignement scientologique et que, subissant davantage encore de procédés, ils deviennent de plus en plus réceptifs aux "vérités" que la scientologie applique, sans avoir conservé cependant les moyens de les examiner et évaluer. 

    "En Janvier 1980, craignant une descente des agences légales du gouvernement, les représentants de l'église ordonnèrent la destruction de tous les documents prouvant qu'Hubbard contrôlait toutes les organisations scientologiques, leurs finances et leur personnel, ou la propriété de Gilman Hot Springs. En une quinzaine de jours, environ 1 million de pages furent détruites selon l'ordre donné."

    (Ted Gunderson, ancien patron du FBI à Los Angeles)

    "Mon opinion est que l'église dispose d'un réseau d'intelligence service sans rivaux aux Etats-Unis, et pouvant même égaler celui du FBI."
    id.


Attendu en outre que la Scientologie, telle que pratiquée au Centre de dianétique dirigé par Jean-Jacques M, avait pour objet et en tout cas pour effet d'aboutir à une véritable manipulation mentale comme cela a été le cas s'agissant de Sabine G; que celle-ci, ayant suivi un parcours relativement complet, comprenant notamment des séances d'audition, a fait l'objet d'une expertise psychiatrique confiée par le juge d'instruction au professeur VEDRINNE, du professeur ELCHARDUS et au docteur CANTERINO; que ces praticiens ont conclu que si Sabine G présentait une structure psychologique de type névrotique, il avait été procédé à une manipulation de sa névrose dans un but d'aliénation du sujet, manoeuvres constituent l'antithèse d'une psychothérapie; qu'une telle manipulation mentale était de nature à faciliter la spoliation des sujets qui en étaient victimes et constitue une autre forme de manoeuvre frauduleuse;

        Attendu qu'en définitive ont ainsi été mises en évidence des manoeuvres frauduleuses caractérisées par une publicité massive, ne faisant initialement aucune référence à l'Eglise de Scientologie, proposant des tests de personnalité gratuits analysés immédiatement et gratuitement sur ordinateur par des personnes dépourvues de toute compétence en la matière et révélant quasi systématiquement de graves difficultés d'ordre personnel, lesquelles manoeuvres frauduleuses avaient pour objet de persuader l'existence de fausses entreprises, en l'espèce le Centre de dianétique de Lyon ou l'Eglise de Scientologie de Lyon, présentés comme des institutions en mesure de résoudre par l'application de la doctrine de RON HUBBARD les prétendues difficultés révélées par les tests et de favoriser l'épanouissement et la réussite personnels de l'adepte, alors qu'en réalité ces associations dispensant, moyennant des paiements croissants, des cours, des séances d'audition, des cures de purification, pouvant aboutir, au moins dans certains cas, a une véritable manipulation mentale, constituaient des entreprises ayant pour seul objet ou pour objet essentiel, la captation de la fortune des adeptes grâce à l'emploi des manoeuvres frauduleuses ci-dessus décrites; que le délit d'escroquerie est ainsi caractérisé;

(Président de la Cour d'Appel de Lyon, M. Finidori, 1997)



    "D'autres témoignages indiquent que la scientologie est une organisation hiérarchisée dotée d'attitudes quasi paranoïaques envers certains individus ou institutions - en particulier envers le gouvernement, les membres des professions du domaine de la santé mentale, les membres ayant quitté le groupe, et d'autres qui critiquent l'organisation ou ses gérants."

    "Une pratique religieuse ayant lieu dans le contexte de ce niveau de coercition a moins de valeur qu'une autre au sein de laquelle la personne s'engagerait volontairement. Plus significativement, elle pose une plus forte menace envers la société, menacée de voir ces pratiques religieuses infligées aux citoyens. ... Utilisant leur positions de 'leader religieux', l'église et ses agents ont contraint Wollersheim à continuer l'audition (sciento) alors que sa santé mentale était perpétuellement menacée par cette pratique.... il existe donc preuve évidente ici que la pratique religieuse a causé un tort réel  à son équilibre mental et que la conduite outrageuse exercée dans cet environnement coercitif lui a causé du tort... Les pratiques de l'église exercées dans un environnement coercitif ne sont pas qualifiables de pratiques religeuses susceptibles de recevoir les garanties de protection du Premier Amendement. ..
    Nous soutenons que l'Etat se trouve dans l'obligation de permettre à ses citoyens de se remettre des blessures émotionnelles sévères dont ils ont souffert en raison de pratiques religieuses imposées sous environnement coercitif. Une telle conduite est trop outrageuse pour être protégée par la Constitution et trop méprisable pour être priviligiée dans l'application des   lois sur les dommages"

    (US contre Kuch, 288 Sup. 439, 1968) 



    "Ceux qui recherchent les protections de la Constitution pour leur participation à un établissement de religion, et la liberté de participer à ses croyances, ne devraient pas être autorisés à se servir des libertés particulières qu'offre ce sanctuaire spécifique en raison d' une dénomination religieuse, pour l'utiliser ensuite cyniquement  et prendre part à des conduites anti-sociales qui seraient condamnées s'il n'y avait ces protections".

    (US contre Article ou Device etc... 333F Sup. 357 1971, à propos de l'électromètre scientologique)

    "La masse des matériaux est comblée de prétentions scientifiques ou médicales vides de toute référence ou connotation religieuse."
    (333F Sup. 361)

    "L'opinion de la Cour contredit formellement et fortement l'affaire de protection par le Premier Amendement en ce qui concerne la scientologie. La Cour maintient par conséquent le fait que la pratique de la Scientologie est séculière."

    (333F Sup; à 359)


"Cette conduite représente un effort délibéré d'entraver l'efficacité des agences destinées à faire respecter la loi.  Ces actions frappent l'intégrité du service public. Il ne s'agissait pas seulement d'un exercice pour recueillir quelques informations. L'appelant [scientologie] avait implanté ses agents dans ces  administrations afin qu'ils soient en mesure d'anticiper et de contrer les efforts entrepris par ces administrations pour faire respecter la loi." (Court d'Appel de l' Ontario 1997: 137).
=========

    Les commisssaires de la Ville de Clearwater (Floride) lors des audiences publiques du 5 au 10 Mai 1982:

    La Commission a reçu des preuves documentées et des témoignages relatifs à l'opération, aux activités et conduites de la scientologie.  D'après des témoignages, témoignages sous serment, décisions de Tribunaux d'Etat ou Cours Fédérales, et d'après divers documents revus et pris en compte, la Commission a fait la déclaration suivante:

    "Fait d'évidence: L'Eglise de Scientologie est engagée dans une conspiration d'ampleur nationale destinée à entraver et gèner les autorités fiscales municipales, de l'état, ou fédérales, en utilisant  un masque religieux et charitable afin d'éviter le paiment d'impôts.

    (Des règles internes de l'église disent:

    "Ils veulent des ministres: nous allons leur faire voir de quoi ils ont l'air." (Vol1, P.41)

    "On considère les églises comme étant des groupes de réforme; nous allons en fabriquer." (Vol1, P.196)

    "La scientologie n'a rien à voir avec la religion. L'église n'a pas adopté le déguisement  religieux tant que ça n'a pas été nécessaire pour avoir la protection du premier Amendement." (Vol 4, p.405)

    La Scientologie se sert d'une liste de vérification des points religieux spécifiquement destinée à donner une image fausse et  tromper ainsi les officiels". (Vol 2, 238,39)

    Les règles de l'église exigent des ses membres de mentir aux enquèteurs officiels".(Vol 1, 226,227)
    (preuves contre la scientologie, 22 NOv. 1989, USA) )



    (extraits des documents du fondateur de la scientologie, Hubbard)
    "Le but du département (des affaires gouvernementales) est d'amener le gouvernement et les groupes et philosophies hostiles à un état d'obéissance complète aux buts de la scientologie. Cela s'obtient grâce à un niveau de contrôle élevé, et, en son absence, au niveau inférieur qu'est la submersion. Introvertissez ces agences." (L.Ron Hubbard)

    "Le but de l'Officier Légal est d'aider LRH à manier toutes les actions gouvernementales, légales, fiscales et judiciaires... et d'amener un maximum de confusion et de perte chez l'ennemi..."
    (Ordre du Gardien - le plus haut personnage après Hubbard, ndt)

    "Les Cibles Principales où nous devons investir l'essentiel de notre temps sont les suivantes: *

    C1: Rendre l'ennemi de moins en moins populaire, jusqu'à l'effacer totalement.
    C2: Prendre le contrôle sur, ou s'assurer de l'allégeance des, patrons et directeurs de tous les médias.
    C3: Prendre le contrôle ou obtenir l'allégeance des leaders politiques essentiels.
    C4: Prendre le contrôle de ou obtenir l'allégeance de ceux qui tiennent les finances internationales."
    (preuve documentée lors du procès Armstrong)

    "Vous pouvez être sans pitié lorsque l'on s'oppose à votre volonté et vous avez le droit de n'avoir aucune miséricorde." (L.Ron Hubbard)

    (Cour Suprème de Californie aux Etats-Unis, Lee 455 US 252, 57 et 58, - 1982 )

    et enfin:

    "Lorsqu'une personne est assujettie à la persuasion coercitive [comme en Scientologie] sans son consentement et en l'ignorant, ...[elle peut] développer de sérieux ennuis physiques et psychiatriques, parfois irréversibles, y compris schizophrénie, auto-mutilation et suicide".
    (même référence)


    Dans son jugement du 20 Janvier 1993, l'Honorable Juge James G. Koltz a dit ceci à propos des plaignants, l'église de scientologie (tm):
    "Les plaignants ont abusé du système judiciaire fédéral et s'en sont servi -entre autres - pour démolir leurs opposants, plutôt que pour chercher à résoudre  une dispute au sujet de marques de commerce ou d'autres sujets." Ceci constitue une conduite extraordinaire, malintentionnée, gratuite et oppressive."
     (jugement Church of Scientology contre David Mayo, son ancien sous-patron)



    "Le centre de Philosophie Appliquée"[un nom fréquemment utilisé pour cacher l'appartenance scientologique, ndt]  opère sous couvert d'une association philosophique; il n'a pas le caractère religieux (ainsi que son Président du Conseil l'a annoncé dans le document du 6 Août 1995 destiné au Saint Synode de l'Eglise Orthodoxe Grecque, document signé de l'ancien Président du Conseil [du centre de philosophie appliquée], qui mentionne qu'il ne s'agit pas d'une religion.

    Cependant, après 1995, le Centre a commencé à se déclarer "religion", contrairement aux principes moraux publiquement admis, se disant religion pour faire croire que ses membres étaient persécutés en raison de leurs croyances religieuses".
    (Juge Constandia Angelaki, Décembre 96, Prefecture Attiki contre KEPHE - KEPHE étant le nom de l'affaire scientologique en Grèce - Jugt n° 7380/1996.
    Le verdict: dissolution de l'association.
    (Nota: ce jugement est intéressant par la démonstration qu'il apporte de l'opportunisme dont font systématiquement preuve les scientologues lors de leurs installations dans des pays aux moeurs et coutumes différentes: selon le cas, la scientologie est ou non religion...)



    "On demande aux membres de s'engager dans des actions non-éthiques ou criminelles....
    ...Ce qui compte le plus, néanmoins, c'est que le Centre (de sciento) entretienne un Département des Affaires Spéciales" qui s'occupe de surveiller des gens et de rapporter leurs faits et gestes à des centres étrangers non-identifiés."

    (Juge Ioannis Angelis, Octobre 1995, au sujet du raid contre le centre KEPHE de la scientologie en Grèce.) (voir aussi le juge d'appel grec, plus bas,)



    "Le caractère odieux de la conspiration en question se reflète au mieux dans le fait que le plaignant a été poursuivi 21 fois en justice en 17 mois, dans des juridictions s'étendant de New York à la Californie...
    ... nous maintenons que le plaignant a suffisamment démontré les éléments des dommages pour poursuite malintentionnée, et dans le cas présent, le fait de conspiration civile entreprise dans le but  de poursuivre en justice de façon maintentionnée.

    Chief Justice Freeman, Cour Suprème de l'Illinois, 18 Septembre 1997, n° 80868, Cult Awareness Network - C.A.N. - l'association anti-secte américaine la plus connue - contre Church of Scientology et cie.) -jugement complet ici
    (Nota: le C.A.N. avait été poursuivi par la Scientologie, qui a fini par réussir à le faire mettre en faillite à la suite d'un procès injustifié mené en sous-main par ses soins, procès au cours duquel un adepte d'une autre secte a été manipulé pour faire croire qu'il avait subi divers outrages lors d'une soi-disant déprogrammation; actuellement, le CAN contre-attaque, le jugement ci-dessus étant le premier à renverser la vapeur).

    Autre remarque: actuellement, le CAN est donc aux mains de la secte qui a réussi à en racheter le nom suite à cette faillite, et la secte se sert de cette nouvelle méthode pour défendre... les sectes, en commençant bien sûr par la sienne. Voir émission CBS 60 minutes de Fin Décembre 97 ici 



    Ministre de l'Intérieur Allemand, 1997:

    "La Scientologie est un commerce, pas une religion. C'est une organisation quasiment totalitaire. "



    Le procès contre le Washington Post, indique son avocat new-yorkais Charles Sim du cabinet Proskauer, Rose, Goetz & Mendelsohn, ajoute encore aux preuves que la vrai motif scientologue n'est qu'intimidation. Sim qualifie ce procès de vulgaire outrage et écrit dans sa demande de jugement sommaire "que cela définit pratiquement les circonstances permettant de récompenser le défenseur:... on ne peut considérer objectivement raisonnable une plainte en justice comme celle du 19 Août. De plus, le tribunal a pu constater en première main que l'intention apparente de l'église était d'enterrer ses opposants et le tribunal sous des tonnes de documents. L'église se sent forcée de faire passer le message suivant:' les tribunaux de cette nation ne sont pas des moyens acceptables pour cracher ses attaques contre ses critiques' - (Le Juge Brinkema a été d'accord: dans sa décision du 28 Novembre, il a démis la plainte contre le Post ate accordé au Post les frais de justice engagés par le journal).

    Même la juge Brinkema en est donc venu à soupçonner les intentions de l'église. Dans sa décision du 29 Novembre, elle écrit: "Lorsque RTC prit contact avec ce tribunal au début afin d'obtenir l'autorisation de saisie et l'ordre de restriction temporaire, la dispute fut présentée comme une affaire simple de violation de copyrights et de secrets commerciaux. Le Tribunal est néanmoins convaincu que les motivations essentielles de RTC étaient de faire taire la critique anti-scientologique de manière plus générale, et de harrasser ses critiques" 



    "rien, en effet, ne me sera épargné les policiers du S.R.P.J. de Lyon accusés de hold-up ; l'expert-psychiatre Jean-Marie Abgrall ,traîné devant toutes les juridictions de France et deNavarre [Pour ces faits, leurs responsables seront condamnés le 11 octobre 1996 par le tribunal correctionnel de Toulon à des peines allant jusqu'à 18 mois d'emprisonnement avec sursis et 50 000 F d'amende.] ; moi-même gratifié de deux procès en Suisse, d'une trentaine de plaintes pour atteinte à la liberté ainsi que violation du secret de l'instruction tant à Lyon qu'à Paris, avec, en prime, une requête en suspicion légitime devant la chambre criminelle de la cour de Cassation, sans compter la surveillance attentive d' un ancien membre des "gendarmes de l'Elysée" reconverti comme détective privé ou les milliers de recommandations arrivées sur mon télécopieur m'intimant de cesser mon oeuvre " inquisitoriale ". (Extrait du livre du Juge d'instruction Georges Fenech, à propos du procès de la secte en france en 91-97) 
    Mesures prises par le Land de Bavière contre la scientologie


Disposition de l'office de l'avocat d'état de Munich I 115 Js 4298/84 of April 24, 1986

Münich, Germany
24 avril 1986
http://www.innenministerium.bayern.de/scientology/urteile/115js429.htm

[en 1984 et 85, l'organisation scientologique déposait plainte pour affront religieux etc. contre des critiques. Le bureau de l'avocat général d'état prit ces plaintes en compte dans un procés combiné et suspendit les plaintes dans sa Disposition du 24 avril 1986. L'avocat général émettait alors les éléments clé que voici sur le système scientologique]

"La scientologie est une entreprise commerciale géante et multinationale" (page 13)

"Pour se défendre des opposants externes et internes à l'organisation, la scientologie... se sert aussi de méthodes de services secrets, elle opère à la frontière de l'illégalité et si le cas l'exige, elle n'hésite pas à user d'actions criminelles." (p 25)

"Une des méthodes de vente favorites consiste à dire aux gens qu'ils sont candidats au suicide" (p. 40)

"Ce faisant, on y utilise aussi coercition criminelle et privation de liberté" (p 40)

"L'organisation se sert d'un vocabulaire interne différent de celui utilisé en public... une terminologie religieuse... masquant tout à fait l'aspect commercial de l'organisation, créé semble-t'il pour les agences étatiques... les experts ... afin d'obtenir la protection de garanties constitutionnelles accordées aux associations religieuses" (p 50)

"En se fondant sur les preuves, il existe une suspicion permanente que l'organisation ait pour but l'exploitation économique de ses clients qui entrent en état de servitude, puis deviennent ensuite des outils d'acquisition d'autres clients à leur tour exploités" (p 68)

"En tout cas, même un sens robuste de la réalité et des aptitudes critiques peuvent graduellement se trouver déconstruits par ces techniques psychologiques qui augmentent la suggestibilité" (p 63)

"Utiliser l'électromètre comme détecteur de mensonge: c'est une attaque envers la dignité humaine". (p. 55)

"Les concepts moraux de "bon" et de "mauvais" y équivalent aux termes médicaux de" "en bonne santé" et "malade", si bien que les déviations du comportement par rapport aux règles internes de l'organisation peuvent être "punies" et "soignées" arbitrairement". (p 68)


Dans le rapport final de la Commission d'Enquète allemande portant sur les "sectes et psycho-groupes", elle est décrite comme organisation à fort potentiel de risque commettant manifestement des crimes du fait de son organisation. La conférence des Ministres du 6 mai 1994 décrivait l'organisation SO comme une affaire "qui, sous le couvert d'une dénomination religieuse, combine des éléments de crime en col-blanc et de psycho-terrorisme envers ses membres à des opérations commerciales en forme sectaire".



    Ce désir de lucre devient extrémement répugnant, car les deux accusés [scientologues, ndt] ne pouvaient en effet ignorer que cette personne handicapée dépendait entièrement du paiment de son indemnité d'assurance. Leur procédure ne peut se décrire autrement que par les mots "manque de scrupule". Le désir de lucre et la négligence de toute limite morale démontrés par les accusés sont extrèmement répréhensibles. Le fait que les deux accusés soient membres de longue date de la scientologie, dont les sens pourraient avoir quelque peu souffert des pratiques de cette institution, peut également expliquer leur absence de perspicacité quant à l'injustice grossière de leurs actions. Le fait que les accusés aient eux-mêmes déjà versé de fortes sommes à l'organisation ne peut affaiblir le jugement sur la présente affaire. Ce que les accusés ont pu investir n'a pas ici de signification, puisque tous deux sont de jeunes femmes en bonne santé, responsables d'elles-mêmes.
    (Jugement du 10 juin 1987, Tribunal Criminel de Bâle)

    "Ce ne sont pas seulement les actes de coercition - c'est à dire le sabotage des affaires de Wollersheim et l'épisode d'emprisonnement à bord du bateau [scientologue] qui sont à condamner. Ces actes de coercition et la menace de ces actes par l'église rendent ses autres actions tout aussi condamnables. La participation de Wollersheim à l'audition (ou son acceptation de l'ordre de "déconnection" ne sont plus dès lors des pratiques religieuses scientologiques. L'évidence établit que Wollersheim a été forcé contre son gré à demeurer membre de la scientologie et à continuer à recevoir de l'audition. Les garanties constitutionnelles de liberté de religion n'estompent pas ici la responsabilité de la conduite civile. Nous maintenons ici que l'état doit absolument permettre à ses citoyens de se rétablir de blessures émotionnelles graves endurées en raison de pratiques religieuses que les adeptes ont été contraints d'accepter. Une telle conduite est trop outrageuse pour être protégée par la constitution et trop minable pour recevoir la protection de la loi sur les dommages.

    (extrait du procès Wollersheim v. Church of Scientology, 212 Cal.App.3d 872, 260 Cal.Rptr. 331 (2d Dist. 1989), review
    denied, (Cal. Oct. 26, 1989), review denied, mot. granted, 495 U.S. 902, 110 S.Ct. 1920, 109 L.Ed.2d 284 (1990), cert. denied, 495 U.S. 910, 110 S.Ct. 1937, 109 L.Ed.2d 300 (1990), vacated, remanded, 499 U.S. 914, 111 S.Ct. 1298, 113
    L.Ed.2d 234 (1991), on remand, 4 Cal.App.4th 1074, 6 Cal.Rptr.2d 532 (2d Dist. 1992), reh'g denied, 6 Cal.Rptr.2d 532 (Cal.App. 2d Dist. 1992), review granted, 10 Cal.Rptr.2d 182 (Cal. 1992), review dismissed, cause remanded, (Cal. July 15, 1993), cert. denied, 114 S.Ct. 1216, 127 L.Ed.2d 562 (1994).

 

back

Retour index général

Retour index textes généraux