La Tech toujours changeante de la scientologie...

par Jesse Prince, Vice-Président du LMT

(traduction de roger gonnet.

La partie la plus importante?
ici:

.../...

J'ai passé seize ans à la Sea Org, dont douze en tant que personnel "technique", un "techie", comme on dit là-bas, c'est à dire quelqu'un qui "audite", entraîne les auditeurs, superviseurs de cours, ou qui corrige les scientologues ayant commis des erreurs dans l'application de la technique. Un techie, çe ne fait que s'occuppper de la tech, et rien d'autre.

Durant tout ce temps, j'ai étudié et appliqué tous les aspects de la "tech" sciento. J'ai observé que la seule chose constante, c'est... que la tech changeait sans arrêt! Aujourd'hui, c'est de cette technique sans cesse modifiée dont je tiens à discuter.

Je vais commencer par mon introduction à la tech: c'est ici de mes observations et de mon expérience personnelles dont il est question. C'est basé sur mon observation en scientologie entre 1976 et 1992.

J'ai commencé la scientologie au complexe "Big Blue" de Los Angeles en 1976; c'était l'ancien hopital général de la sciento, le "Cedars Lebanon" avant que la secte ne se l'offre.


(Jesse Prince explique alors qu'il était depuis 4 mois scientoàlogue et voulait en partir quand on l'en empècha par la force en le retenant littérallement prisonnier - il faut d'abord saisi par 5 gros costauds et enfermé en 1976; il tenta d'expliquer qu'il ne se sentait pas capable etc, mais fut emprisonné des mois durant, ne voyant plus d'autres solutions pour s'échapper qu'obéir
)



Wayne Marple, commandant alors "l'organisation des messagers du commdore" (CMO) avait besoin de main d'oeuvre gratuite pour les travaux de rénovation du complexe.

C'est ainsi que je démarrai le Pont vers la Liberté Totale.

Trois mois plus tard, il n'était plus nécessaire de m'emprisonner sous garde. Etre captif ne me terrifiait plus. Ils m'autorisaient désormais à aider aux travaux de construction du complexe. Je dormais dans les passages souterrains des sous-sols, sans lumière dès qu'on éteignait. Je savais que ma famille et les amis devaient se demander pourquoi on ne me voyait plus et pourquoi on n'entendait jamais parler de moi, mais ça m'indifférait assez, j'étais sur un nouveau programme, tout ce que j'avais pensé changeait. La seule chose, c'est que je me trouvais endormi émotionnellement.

Comme je l'ai dit, ma première perception de l'audition, c'est qu'il fallait que j'en fasse pour sortir de là. Je ne sentais aucun besoin de "thérapie" ni "d'entraînement". Je n'avais jamais considéré avoir personnellement besoin d'audition, mais quelque chose se produisit mentalement chez moi du fait que je résistais de moins en moins à la scientologie. Les conclusions de Stacy Brooks sur ce qui peut se produire chez quelqu'un en raison de l'audition - de faux souvenirs, un conditionnement mental, une irresponsabilité extrème -- c'est tout ce que furent les niveaux inférieurs d'audition pour moi.

On m'autorisa à attester que j'avais fini le RPF [goulag scientologue, ndt] au bout de 18 mois. C'est surtout parce que les travaux de rénovation du complexe étaient achevés et qu'on nous posta dans les organisations. Au RPF, j'avais appris autant de "tech" aussi vite que possible car je pensais pouvoir m'en servir pour le libérer. C'est alors que la Mission de CMO me mit sur un poste technique, et que j'entamais ma voie de "techie" scientologue.

On avait formé une nouvelle organisation pour faire grimper les staffs sur le "Pont". Quand deux personnes s'auditent l'une l'autre, on appelle ça le co-audit. C'est comme ça que les gens recevaient l'audition sur le RPF, aussi avais-je déjà une longue expérience du co-audit. La région de Los Angeles s'appelait "commandement de la zone pacifique" pour les scientologues, le "PAC". J'ai fini mes "grades" d'audition à la PAC, et attesté
"Clair Dianétique" en 1978.

On me mit juste après à l'Organisation avancée de Los Angeles, l'AOLA, pour y entamer mes niveaux "OT". Avant la scientologie, j'avais très envie apprendre quelque chose des aspects spuirituiels de l'existence. Je tenais à savoir s'il était possible que quelqu'un "quitte le corps", qu'il fasse les voyages de lâme.

Vu mes études d'Hubbard, je croyais que les réponses se trouvaient peut-être en scientologie. Je pensais les trouver sur les niveaux OT.

Avant de continuer, je crois important d'expliquer quelque chose pour faire comprendre pourquoi j'étais si pressé de faire mes niveaux OT.


J'avais un ami cher en scientologie; je ne le nommerai pas par respect pour sa vie privée. Appelons-le Tom. Sa maman n'atait pas membre du staff, mais se trouvait sur les lignes d'AOLA en tant que client public. J'aimais les rencontrer parce qu'elle amenait à chaque fois des magazines "Advance" de la sciento, qui sont publiés par les services des "OTs" d'AOLA. La maman de Tom nous expliquait ses nouvelles "aptitudes OT", disant qu'elle pouvait faire bouger des objets à distance, influencer d'autres gens par la pensée, ou quitter son corps et ressentir des réalités hors des pouvoirs humains habituels.

Tom et moi avions du mal à attendre la prochaine publication d'Advance pour lire comment AOLA parvenait à donner ces aptitudes incroyables. Je respectais beaucoup la maman de Tom, qui était très attentive et gentille. Si je considère cette période, elle m'a beaucoup influencé à "vouloir continuer sur le Pont". Mes déconvenues quant à l'audition scientologue devinrent plus supportables puisqu'il y avait au moins une personne que je connaissais pour avoir atteint "ces niveaux supérieurs d'aptitude" via les niveaux OT. Elle me faisait espérer d'y arriver aussi. Elle expliquait aussi qu'elle prenait un risque en expliquant ces aptitudes parce qu'on n'autorise pas les scientologues à parler de leurs séances d'audition, sauf au superviseur de leur cas - nous le savions.

Je me souviens d'un jour particulier, où Tom arriva en courant me dire tout excité qui'il avait rencontré sa mère au Centre des Célébrités, et qu'elle l'avait emmené promener. Près d'un arbre dans un endroit calme, elle lui désigna un branchette qui remuait légèrement, et lui dit que c'était elle qui faisait mentalement bouger cette branchette.

Il en était si excité qu'il lui fallait me le dire aussitôt, me faisant espérer de pouvoir en faire autant tôt ou tard sur les niveaux OT.

J'ai entamé OT 1 à l'été 1978; c'étaient les anciens niveaux OT, car les nouveaux sont arrivés en 1979.

Sur OT 1, on se promène dans la rue et on remarque des choses, si je m'en souviens bien. Ca m'étonnait, parce qu'on m'avait déjà fait "remarquer des choses", des choses sans signification particulière - lors des procédés obejctifs sur le RPF.


Exemple de procédés objectifs: "
Procédure d'ouverture par Duplication, ou Op Pro By Dup". On colle deux tables à trois mètres à peu près, l'auditeur met un livre sur l'une, une bouteille sur l'autre. L'auditeur se tient à côté du préclair/patient, et donne les ordres au préclair. Voilà ce qu'il lui dit:

"Regarde ce livre. Merci. Marche jusqu'à ce livre. Merci. Prends-le. Merci. Quelle est sa couleur? Mer'ci. Quel est son poids? Merci. Quelle est sa température? Merci. Repose-le exactement au même endroit. Merci. Regarde cette bouteille. Merci. Va jusqu'à cette bouteille. Merci. Prends-la. Merci. Quelle est sa couleur? Merci. Quel est son poids? Merci. Quelle est sa température? Merci. Repose-la exactement au même endroit. Merci."

Et on recommence indéfiniment. L'auditeur impose les ordres, allant jusqu'à tirer si besoin le corps du préclair incosncient en lui faisant exécuter les commandements. Sur le RPF, tout le monde devait faire ce procédé au moins 25 heures. On le fait pour pousser le préclair à accepter le contrôle qu'il coopère ou non.

On le faisait ensemble dans une grande pièce, j'ai donc vu des bouteilles s'écraser sur les murs et des livres déchiquetés par des gens qui en avaient leur claque. Mais il y avait toujours de quoi remplacer les objets pour les faire continuer.

Op pro By Dup n'est qu'un exemple d'un procédé objectif. Il en existe des tas d'autres, par exemple, le préclair s'assied face à l'auditeur, qui lui dit "Donne -moi cette main. Merci. Donne-moi cette main. Merci" pendant des heures, jusqu'à ce que le préclair ait un cognition quelconque. Dans un autre procédé, l'auditeur dit par exemple: "Regarde cet arbre. Merci. Regarde ce poteau. Merci. Regarde ce cable. Merci. Regarde cet oiseau. Merci." Inutile de dire que j'ai eu mon content de ces trucs sur le RPF. Je n'avais aucune envie de remettre ça sur OT 1.

Mais quand mon superviseur d'AOLA m'a expédié dans les rues, elle m'a dit de ne pas trop insister. Elle m'a indiqué qu'habituellement les gens l'achevaient en une ou deux séances. Elle avait raison: j'en avais déjà assez avant de passer la porte, mais j'ai souffert quelques séances pour faire le compte. J'ai oublié mes "nouvelles aptitudes OT" sur OT 1, je crois que ça concernait l'orientation dans l'univers physique en tant que nouveau Clair... OT 1 n'avait aucun sens et c'était ennuyeux.

OT 2 était aussi dénué de sens qu'OT 1, mais pas ennuyeux. OT 2, c'est une série "d'implants" contenant des "dichotomies". Une des définitions d'implant: "réception involontaire et inconsciente d'une pensée, ou de la mise en place d'idées fixes". (Ctte définition est similaire à ce que j'ai vécu la première fois que j'ai fait savoir que je voulias quitter la scientologie). Les dichotomies sont des "paires d'oppositions" comme noir-blanc, chaud-froid, etc.

Les instructions pour s'auditer sur le niveau OT2 consistaient à se faire, répétitivement - une idée des dichotomies, tout en parcourant les implants associés à OT2. Je n'en ai parcouru que deux avant qu'on me laisse attester le niveau. Je les décris de mémoire: le premier était l'implant électrique; on devait s'imaginer une force électrique parcourant le corps, dans le genre " chaud, chaud, chaud, chaud, chaud, chaud, chaud, chaud," et en regardant l'électromètre, puis en passant à froid froid froid... jusqu'à ce qu'il ny ait plus de réactions de l'appareil.

L'implant suivant était le "tocky"; il fallait obtenir des réactions sur les dichotomies en imaginant le soleil passant d'est en ouest. J'ai subi confuision et désorientation en essayant de m'imaginer ces trucs. C'est allé si loin que j'ai dû m'interrompre, sans quoi j'aurais vomi mon repas, et j'ai chopé un mal de tête, puis je me suis fait une "liste de correction" à cause de mes "erreurs".

OT 2 m'a vraiment déçu, mais je continuais à sourire... on m'a envoyé attester chez l'examinateur; l'aptitude gagnée sur OT 2 : "Libéré des incidents de la Piste ntière", soi-disant. C'était paraît-il une nouvelle aptitude OT... tout ça menant au joyau capital de la scientologie: OT 3, le terrifiant "'Mur du Feu".

On m'a expédié tout droit sur OT 3 après OT 2. J'étais diablement excité. La fin justifiait enfin les moyens. Toute la dégradation subie sur le RPF et mon vécu de staff allaient enfin culminer en ce que j'allais recevoir. Coeur en chamade, j'entamais le pack d'OT 3, espérent ma nouvelle batterie d'aptitudes OT. J'ai atteint l'histoire de Xenu moins d'une heure avant l'heure du repas. J'étais assez terrorisé en la lisant. Pas moyen d'imaginer comment cette histoire pourrait me transformer en OT puissant, et j'étais assez furieux de n'avoir personne dans les parages. La cloche sonna - et des semaines d'affilée, on ne me revit pas sur le cours .

Quand j'ai "abandonné" la salle de cours, j'ai recommencé à appeler ma famille pour essayer de trouver un moyen qu'ils me rapatrient... j'ai demandé si mon père avait une idée de jobs dans le coin. J'ai pensé à utiliser une bourse d'études pour filer à l'université de Louisiane et y faire de vraies études. J'avais la tête bourrée d'idées. En fin de compte, c'est le superviseur de cours et l'officier d'éthique qui me coincèrent: ils me prirent à part dans la salle de cours et ne me lachèrent plus. On m'ordonna de commencer OT 3 aussitôt, sans quoi je risquais de mourir ou d'être malade.

J'ai été renvoyé en cours étudier ça à plein temps jusqu'à être capable de m'auditer dessus. Je ne peux expliquer ce qui s'est produit en moi à) cet instant, mais en un rien de temps, j'ai commencé à auditer et à faire "partir des Body Thétans - des thétans de corps"
[en résumé, des "âmes paraistes qui nous ennuient depuis 75 millions d'années, ndt]. En scientologie et dans la Sea Org, on accorde une forme de "statuts" à ceux qui sont sur les niveaux OT ou qui les ont achevés. Les scientologues se rassemblent et applaudissent follement les OTs. On attend des choses suprenantes de leur part; ils n'ont pas d'émotions et seraient capables de faire à peu près n'importe quoi. On les encourage à user des leurs aptitudes OT, et on pense que c'est un crime d'invalider un OT. J'eus vite compris que si rien ne se passe quand on s'audite sur ces niveaux, on a au moins le statut d'OT... on est traîté différemment par le groupe; je croyais qu'on allait me traîter autrement. Quelque chose changea dans mon attitude lors de l'audition, comme dans les niveaux d'avant. Il suffisait que je continue à me fatiguer sur le niveau et que je continue. L'accord de groupe rendait la chose tolérable.

OT 4 ressemblait à une redite du cours de mise au clair (clearing). Il fallait "faire le mock up"
[en gros, imaginer, ndt] du mental réactif , et à nouveau, juste pour pouvoir le faire disparaître, et recommencer des tas de fois. Quand j'ai attesté ça, j'avais la sensation d'avoir passé une semaine à tourner sur un manège.


OT 5 ressemblait à OT 1, et me revoilà donc en train de coller des pensées dans la tête des gens de la rue... ou des plantes et des animaux.

OT 6 était bien différent des niveaux que j'avais parcourus. Sur ce niveau, on se couche sur un lit, la tête en direction du nord magnétique, et on médite jusqu'à ce qu'on flotte hors de son corps. C'était pour ça que j'étais venu! J'ai essayé tant que j'ai pu. D'après les instructions de Hubbard, il fallait que je quitte le corps, que j'aille dans un pays étranger et que j'obtienne qu'un étranger m'expédie une carte. Quand j'aurais produit la carte, on me permettrait d'attester OT 6...

Bien des efforts plus tard, je n'étais pas sorti du corps. Ni d'ailleurs hors de la pièce d'audition. J'en eus vite perdu tout intérêt pour ce niveau. D'après ce que dit le niveau, si une personne n'est pas fichue de quitter le corps, c'est qu'elle a des "puces" - d'autres thétans de corps. J'ai donc cherché d'autres thétans de corps pour pouvoir sortir de ma tête et flotter dans un pays étranger.

Je commençais à admettre cette misérable réalité - je ne finirai jamais OT 6 - lorsque Hubbard changea la tech! Il avait découvert un couac sur le "Pont", et l'avait résolu grâce à la "Dianétique de l'Ere Nouvelle pour OTs" - le "NOTs".

On annula les anciens niveaux OT, on les remplaça par ces nouveautés de NOTs. NOT maniait des "BTs" comateux depuis des millénaires - ou des millions d'années. En demandant à un BT "Qu'es-tu"? "Qui es-tu", ça les réveilleraient et ils ficheraient le camp.

Ce changement eût de grands effets sur les rentrées d'argent de la scientologie, car tous les anciens OTs ayant échoué avaient désormais un autre niveau sur quoi dépenser des sous, et ils s'amenèrent par hordes entières.

Les niveaux OT 1 à 3 ne changeaient pas, ce sont les suivants qui avaient été chamboulés. Les nouvelles étapes 4 à 7 s'occcupaient uniquement de BTs. A bien y regarder, ces BTs fabriquaient d'ailleurs ce que les gens perçoivent comme l'univers physique... Il fallait virer tous les BTs avant qu'un OT puisse stabiliser et réaliser ses propres aptitudes! La nouvelle découverte d'Hubbard expliquait tous les échecs passés à faire de vrais OTs!

On publia un nouveau cours NOT: s'ensuivit une panique dingo pour entraîner auditeurs et superviseurs de cas à déliver internationalement le NOTs . On m'expédia à Flag pour faire partie de ceux qui allaient entraîner auditeurs et superviseurs de cas - un sacré travail. David Mayo démarra le NOT pour les autres, et il passait son temps à voyager aller-retour chaque mois de "Int" à Gilman Hot Springs à Flag (Floride). Il nous expliquait une fois de faire ça, et le mois suivant, il fallait changer- ce qu'on avait appris en mars changeait en avril.

J'ai eu bien des ennuis en entraînant les auditeurs de NOTs. Certains rouspétaient - disant que Mayo pondait la tech au fur et à mesure. D'autres râlaient en pensant que Mayo avait une "ligne cachée" de technique vers Hubbard. En scientologie, une ligne de données cachées signifie que quelqu'un obtenait des donénes de LRH quon ne pouvait trouver dans un bulletin, une lettre officielle de règlements, etc.
J'apprendrais trois ans plus tard, lors de ma promotion au RTC, que c'était en fait Mayo qui était l'auteur principal de la tech de NOTs. C'est vrai d'ailleurs qu'il avait une ligne de données cachées avec LRH, parce qu'il l'avait audité sur NOTs avant que qui que ce soit n'en entende parler. Le nom de Mayo était sur chaque bulletin de NOTs, et c'était normal: c'est lui qui les écrivait.

En 1982, il vint à Hubbard l'idée que Mayo était trop gentil avec les patrons des missions, qu'ils tentaient de prendre contrôle de la scientologie, en tous cas, c'est ce qu'il pensait. Il ordonna qu'on ôte Mayo de son poste de Superviseur des Cas Supérieur International; il l'expédia avec tout le sstaff du C/S Sr Int sur le "programme de course", les fit étiqueter "risques pour la sécurité", et les déclara finalement tous suppressifs. (Mayo ouvrit son propre centre à Santa Barbara - le AAC - advanced ability center - dès que LRH l'eût mis à la porte. Je faisais partie de ceux qui expédiaent des espions dans le AAC afin de se débrouiller pour qu'il disparaisse, et nous y sommes parvenus).

RTC [sommet de la sciento, ndt] - Le RTC porta une plainte "RICO" contre Mayo, qui avait ouvert des AAC dans le monde entier; ces centres faisaient plus de fric que la scientologie. Les inculpations provenaient de l'idée que Mayo aurait volé les matériaux de NOTs. Sa défense, c'est qu'il en était l'auteur véritable. La plainte s'embourbait, et on commença à comprendre que Mayo allait gagner le procès. Le RTC offrit une cote mal taillée à Mayo s'il se taisait sur sa paternité du NOTs. La dernière fois que j'ai entendu parler de lui, il roulait en Ferrari.

On m'envoya à
Gilman Hot Springs en septembre 1982 - c'est là que se trouve le management international, y compris RTC, le CMO Int, le WDC. Je devais corriger la management Int quant à la façon dont il appliquait la tech administrative et technique de LRH. David Miscavige, devenu chef de la scientologie, étudia mon dossier personnel et me désigna pour le travail. (j'ai déjà pas mal raconté de choses sur Gilman Hot Springs, vous pourrez trouver çà sur le site de Charlotte Kates à http://www.offlines.org

Pendant que j'y étais, la tech changeait régulièrement et radicalement, en fonction de l'humeur du moment. Voici quelques changements dont je me souviens:


1. C'est Hubbard en personne balança le Code de l'Auditeur à la poubelle lors des vérifications de sécurité sur les gens - les "Sec Checks". Je sais que c'est vrai, parce que c'est à moi que LRH a envoyé l'ordre. Il m'expliquait que si on craignait qu'une personne soit une risque pour la sécurité, pas besoin de s'assurer qu'elle ait assez mangé ou dormi avant de commencer. Il me commanda de faire le sec check de Mayo, alors qu'il n'avait pas ou peu dormi. Autre point capital annulé par Hubbard lors des sec checks: on m'ordonna d'évaluer pour les gens qui recevaient le sec check. Une flopée de gens avait des ennuis d'éthique en même temps que Mayo: Kerry Gleason, Peter Warren, John Axel, Julie Gillespie, Merill Mayo, John Nelson et d'autres. LRH m'envoyait des ordres expliquant leurs crimes et m'ordonnant des les leur faire confesser. C'est moi qui devais faire ces sec checks à tous ces gens. Je les faisais assoir, et je leur disais par exemple: "Bon, je sais que tu as pris des pots de vin chez les patrons de missions. Parle-moi de ça." Et je devais continer jusqu'à ce qu'ils disent combien ils avaient reçu. Ce type de sec checks agressifs commença en 1982 par ces ordres d'Hubbard; ça a toujours continué depuis, popur autant que je le sache. Je sais que c'est ce qu'on a fait à Stacy Brooks et à Vaughn Young, parce qu'il m'en ont parlé.

2. En 1986, Miscavige négociait avec l'IRS et les gens de l'IRS lui expliquèrent qu'ils détestaient le language offensif utilisé dans certaines lettres de règlements à propos de l'IRS. Miscavige leur répondit que ce n'était pas un problème et qu'il ferait effacer ces passages dans les "policies". C'est ainsi qu'on altéra certaines Policies d'Hubbard. Il fallait complaire à l'IRS pour obtenir l'exemption d'impôts. J'ignore si LRH était au courant de ces modifications, et j'en doute, puisqu'il est mort en janvier de cette année-là.

3. Les policies sur l'éthique et la justice furent virtuellement annulées, à partir de 1982. Par exemple, lors de la réunion des patrons des Missions de 1982 à San Francisco, tout patron de mission qui n'acceptait pas immédiatement d'obeir aux ordres que Miscavige ou de tout autre gars de la "Police Internationale des Finances" était aussitôt déclaré suppressif. Pas de Comité d'Evidence, aucun recours possible. Quand les stats étaient basses à Flag et que l'on y a foncé avec Miscavige, Vicky Aznaran, Marc Yager, Marc Ingber et Wendell Reynolds, on a déclaré suppressifs des gens et des staffs sur le champ. C'est comme ça que Wayne Marple a été déclaré, ou Ken Urquardt - auditeur Classe 12. Ce genre d'éthique massive continue; le rapport de Mike Mc Claughry le démontre bien. Mike a été déclaré simplement parce qu'il avait signalé que les vérifications de sécurité biannuelles sur les OT 7 étaient off policy.

4. En 1983, Hubbard m'a expédié un ordre où il expliquait qu'il en avait marre d'entendre parler de gens devenant PTS - Sources Potentielles de Troubles - il expliquait que le gens devenaient PTS pour pouvoir cacher leurs crimes. C'est de la que vient l'explication sur les "Prétendus PTS". C'est ainsi que le "FPRD" a vu le jour (Procédure sur les Faux Buts). J'ai piloté les premières auditions du FPRD, et là encore, avoir assez mangé et dormi n'était pas obligatoire sur ce type d'audition.

5. LRH m'expédia aussi un ordre m'expliquant que si quelqu'un n'avançait pas assez sur ses auditions, on pouvait interrompre son programme n'importe où et l'envoyer au FPRD. Cela annula effectivement la zône de non-interférence, laquelle constuitue l'essentiel du C/S série 73. Virginia Mc Claughry appuyait son explication de violation de la tech sur ce bulletin C/S série 73. Mais il a bel et bien été annulé par LRH en personne quand il envoya des ordres au C/S Senior International Ray Mithoff et à moi au sujet du FPRD. Toutes ces actions avaient pour but d'augmenter le chiffre d'affaires. Il s'agit d'une source de rentrées pour Flag. On s'intéresse avant tout à la finance produite, techniques et bien-être du préclair viennent ensuite.






Je tiens à insister sur ceci: l'idée elle-même venait de LRH, pas de Miscavige. MIscavige continue à faire autant que possible exécuter les ordres de LRH. Mais ne vous y trompez pas: Miscavige fait de son mieux pour faire appliquer "l'Intention du Commandement", qu'on trouve dans l'énorme base de donénes des ordres de LRH du système informatique INCOMM de la secte. La base de données des ordres de LRH est une "ligne de données cachées" que nul ne connaît hors du management International. Et c'est d'après ça que ces gens opèrent.

Quand je suis entré à Int en 1982, la paranoia règnait partout. On passait son temps à chercher des espions, des agents du FBI, etc, tout cela reflétant bien l'état mental d'Hubbard en personne, ça ne fait pas le moindre doute.

J'ai constaté que ça venait d'Hubbard le jour où j'ai appris comment les ordres étaient transmis. Hubbard enregistrait ses bavardages sur dictaphone; il en faisait beaucoup. Puis Pat Broeker, qui vivait alors avec Hubbard à Creston, là où ils se cachait, donnait rendez-vous à david Miscavige les vendredis soir quelque part entre Creston et Los Angeles. Miscavige donnait les rapports de la semaine à Broeker, et recevait les cassettes avec les ordres pour la semaine suivante. Miscavige les passait à Susie Bennick, chef de l'unité de transcription. Son unité de dactylos tapait les ordres et les faisait passer à tous les intéressés, chez ASI, RTC, CMO Int, Exec Strata, et chez Gold.

Ces ordres entraient souvent en conflit avec des policies existantes de la main même d'Hubbard. Hubbard ne supportait pas de ne plus pouvoir commander directement la scientologie comme il en avait l'habitude. Miscavige lui avait dit que la scientologie n'aurait jamais l'exemption d'impôts tant que ce serait lui qui dirigeait les orgs. Aussi, au lieu d'émettre des ordres, LRH a commencé à donner des "avis". Toute la base d'ordres de LRH qu'on trouve dans INCOMM est qualifiée "d'avis", puisque Hubbard n'était plus censé donner d'ordres.


Il existe une unité à "Gold" qu'on appelle Recherche Technique et Unité de Compilation "R", pour "LRH", ça donne "RTRC"; elle ne sert qu'à réviser les policies et la tech existantes, afin d'essayer de réconcilier tous ces avis avec les bulletins et les policies d'Hubbard. Cela peut expliquer pourquoi Hubbard continue à publier de la tech et de la policy longtemps après sa mort.


Je voudrais ajouter quelque chose.

J'ai déjà écrit dans un message antérieur qu'on trouvera sur le site de Charlotte Kates un texte à propos des 2 versions d'OT8; je ne le répèterai donc pas ici. Je comprends qu'aujourd'hui la scientologie a suspendu tout cours d'OT8 tant que les gens n'ont pas "honnètement" achevé OT 7, c'est à dire tant qu'ils ne se sont pas - j'imagine - débarrassés de tous leurs Body Thétans.

La recherche de nouveaux BTs est l'un des seuls aspects permanents de la tech scientologique au fil des ans.

J'ai parcouru le "Pont vers la Liberté Totale" au moins deux fois - par la voie des anciens niveaux OT en 1978, puis par la voie des nouveaux niveaux de 1979 à 1991, lorsque j'ai atetsté OT 7. J'ai attesté OT 7 à Gilman Hot Springs, à INT même. Il y avait plus de 150 personnes pour m'applaudir ce jour-là. Je n'étais plus un cadre de la Sea Org.
J'en avais été éjecté en 1987 lorsque Pat et Ann Broeker ont essayé de prendre le contrôle de la scientologie et qu'ils ont été complètement brisés par David Miscavige. Miscavige m'a considéré comme un ennemi parce que j'avais refusé de l'aider à se débarrasser des Broeker. Si bien que quand j'ai atetsté OT 7 en 1991, j'en étais réduit à faire des copies de vidéos des fiestas du management international. Avant d'en être éjecté, je faisais partie de ceux qui prenaient la parole à ces spectacles.

Quand j'y repense, je réalise à quel point tout cela était pathétique. J'étais là, supposé attester que j'étais "cause sur la Matière, l'Energie, l'Espace et le Temps", et j'étais tout juste assez bon pour faire des copies de cassettes vidéo! Ah oui, on peut dire que mes aptitudes OT brillaient vraiment! Tout le monde m'applaudissait!

Ce soir-là, il y eut une panne de courant à la base de Gold, et les gardes de sécurité nous dirent qu'un indésirable avait pu s'introduire. Près de 200 staffs durent s'aligner vers la parking dans le noir pendant qu'on cherchait l'intrus. En tant qu'OT, j'étais tellement puissant ce soir là qu'il fallait que je me cache dans le noir , avec tout une série d'autres gens tout aussi "OTs" que moi!

Depuis que j'ai quitté la scientologie, j'ai découvert que mon ami Tom et sa mère ont quitté la secte depuis près de dix ans.

On ne peut guère exprimer avec des mots la douleur et le travail épuisant que j'ai endurés pour remettre ma tête en état depuis que j'ai quitté la secte. Mais je suis finalement une preuve de plus qu'on peut s'en remettre. Il y a au moins une chose dont je suis sûr: il n'y a pas d'OTs en Scientologie. Il n'y en a jamais eu, il n'y en aura jamais. La chasse aux BTs va continuer à jamais, et je vais vous révéler autre chose:



Il n'y a pas plus de BTs que d'OTs..


  -  Jesse Prince

retour index des secrets ou retour index Lisa Mc Pherson Trust - France