ANECDOTE : L'HOMME LE PLUS RICHE DU MONDE FLIRTANT AVEC LA SECTE LA PLUS AVIDE DU MONDE


(ce texte semble anecdotique, mais le sujet et ses possibles répercussions en sont graves)

Il était une fois un dénommé Bill Gates. Ayant fondé une entreprise Microsoft, fleuron du rève américain.

Et son nouveau - le enième - produit similaire, le système d'exploitation d'ordinateurs Windows 2000 - ou Windows Millenium.

Il était une fois un ingénieur dénommé Craig Jensen. Il avait mis au point un logiciel de défragmentation des disques durs - c'est à dire, quelque chose qui rassemble les données éparpillées d'une "armoire", en les classant par "étagères" ou "casiers", afin d'aller plus vite lors des recherches.

Monsieur Gates et son successeur Steve Ballmer, à la tête de l'empire de Redmond, eurent l'idée d'acheter le défragmenteur à la société dirigée par Jensen, Executive Software.

Mal leur en prit. En effet, il se trouvait que M. Jensen était un haut dignitaire de la secte scientologie. Qu'à ce titre, il aide son mouvement à prendre le contrôle des rènes de la société - au sens large. Par des moyens pas toujours des plus honnètes (voir plus bas).

Nous ne pouvons bien sûr pas affirmer que le défragmenteur de M. Jensen fasse autre chose que défragmenter le disque des machines, mais nous sommes très méfiants; en effet, lorsque nos voisins allemands ont décidé d'y regarder de plus près et d'exiger de Microsoft un peu de transparence, ce n'est qu'après des mois de tractations que les autorités chargées de la Sécurité des Systèmes de Données ont pu obtenir la méthodologie pour débarrasser Microsoft Millenium du défragmenteur mis au point par Craig Jensen. (Voir second fichier pour certains articles de la presse outre-Rhin - http://www.antisectes.net/jensen.htm>)

Or la réaction de M. Jensen fut assez étrange. On comprend qu'il soit vexé de la méfiance des allemands, qui ont pris des scientologues parfois la main dans le sac à vouloir infiltrer leurs réseaux politiques ou économiques... ou à les insulter et les traîter publiquement et à répétition de nazis sous prétexte qu'ils estiment - preuves en mains - que la scientologie est une affaire purement commerciale à buts totalitaires mettant en danger la démocratie et leur Constitution.

Réaction de M. Jensen apprenant que Microsoft s'était plié aux exigences du gouvernement fédéral: il a expliqué que la décision de Microsoft de désinstaller son composant réduisait un mécanisme de sécurité important destiné à protéger Windows 2000 des virus, des hackers sur Internet et autres situations graves.

Or, un défragmenteur n'entre pas - en principe - dans les dossiers et fichiers des machines pour juger de leur dangerosité ou de leur contenu. On peut donc raisonnablement douter de la valeur de l'argument de Jensen - ou pire encore, douter de l'activité cachée de son logiciel au sein du système informatique d'une entreprise ou d'un Etat - voire d'un individu privé critiquant la secte, ou ...

On peut aussi se souvenir du fait que les scientologues ont déjà mis au point pour leurs membres, un logiciel destiné à interdire l'accès de sites critiques de la secte: ce logiciel bloque purement et simplement la visite internet de sites antagonistes au mouvement. Nous ignorons s'il n'a pas d'autres fonctions cachées qui permettraient de détecter ensuite ce qu'un membre scientologue a écrit ou lu sur la secte (c'est un fait acquis que la secte pratique aussi l'espionnage interne et la délation en continu).

Et rappellons que la première biographie de Bill Gates fut écrite par un scientologue également très haut dignitaire, le français Daniel Ichbiah.

******

Quelques citations hubbardiennes devraient suffire à comprendre le danger qu'il y a à laisser un outil mis au point par un cadre du mouvement agir au sein des systèmes informatiques sensibles.

Pire encore, les scientologues ont déjà pratiqué ou cherché à pratiquer l'implantation de fausses données au sein des plus hautes instances judiciaires américaines (au Ministère de la Justice des USA entre autres) - extraits de jugements fournis plus bas. L'informatique n'existait pas encore sous sa forme réellement moderne en réseau.

5 février 1988, ordre n° 9 aux services secrets de la secte:

ULTRA CONFIDENTIEL: définition: L'Intelligence (au sens du Renseignement) est le processus consistant à informer sa zone de commandement de tous les plans, caractéristiques et crimes de tous les opposants à l'activité que l'on exerce, ou à ses buts. [Hubbard]

Lettre de règlements confidentielle du 16.2.1969 IV - titre: Cibles : défense:

.../...

CIBLES:

Cible 1: dépopulariser l'ennemi jusqu'à l'avoir fait entièrement disparaître [ndt: l'ennemi, pour la scientologie, c'est tout ce qui n'est pas en accord complet avec elle, ses méthodes et ses buts]

Cible 2: Prendre le contrôle ou obtenir l'obéissance totale des patrons ou propriétaires de tous les médias

Cible 3: Prendre le contrôle ou obtenir l'allégeance des figures clé de la politique

Cible 4: Prendre le contrôle ou obtenir l'allégeance des managers des finances internationales (NOTA/ 2001: M. LUKMAN A FAIT SAVOIR QU'IL AVAIT QUITTE LA SECTE DEPUIS DE NOMBREUSES ANNEES ][ancienne note: [observons à ce sujet que M. Riwjan Lukman, secrétaire général de l'OPEC, est scientologue] ...et qu'un scientologue a eu des contacts avec quelqu'un de très proche de M. Mitterand, ou avec le président lui-même; cf. "Une secte au coeur de la République", par Serge Faubert] [Hubbard] - par contre, il semble bien qu'un des principaux acteurs mondiaux emploie un cadre dirigeant scientologue; ce serait la colossale société Clearstream, suisso-germano-luxembourgeoise.

.../...

etc...

Exemple: Jugement

UNITED STATES OF AMERICA :

contre. : Criminal No. 78-401(2)&(3)

JANE KEMBER :
MORRIS BUDLONG

[Kember et Budlong étaient les N° 3 et 4 de la secte à cette époque, le N° 2, la femme du fondateur Hubbard, ayant été déjà condamnée au cours du procès précédent similaire]

(extrait):.../...

En outre, une révision des documents saisis aux deux offices du Gardian Office [services secrets de la secte à l'époque, ndt] de Los Angeles, Californie, y compris un fichier des messages de ces deux défendants -- démontre l'incroyable et fluctuante conduite criminelle des inculpés. En effet, un ordre de Programme du Gardien, n° 158, et certains autres également fournis en preuves, ont déjà donné au tribunal un aperçu de cette conduite. Les crimes incluent: infiltration et vol de documents dans quantité d'organisations proéminentes privées, nationales ou mondiales, dans des cabinets d'avocats, des journaux, et auprès de citoyens privés; l'exécution de campagnes de diffamation, de plaintes sans fondement, dans l'unique but de détruire des individus privés ayant tenté d'exercer leur droit du Premier Amendement à la Liberté d'Expression; le fait de s'être fait passer pour des citoyens privés qui avaient critiqué la scientologie y compris en fabriquant des documents ayant mené à l'inculpation d'au moins un innnocent; et la violation des droits civils de citoyens proéminents et d'autorités officielles. Il ne s'agit que de quelques-uns des actes criminels commis par les deux défendants, aperçu que nous soumettons à la Cour pour qu'elle mesure l'étendue de la nature vicieuse et haineuse de leurs crimes.


Conclusion:

Tout prouve que nous n'avons aucune raison de penser que le système se soit réformé de l'intérieur: depuis ce procès US, des dossiers ont disparu des tribunaux en France et ailleurs. Aucun procès impliquant cette secte criminelle ne s'est jamais déroulé "normalement" ou realtivement sereinement. Et les faux témoignages qu'elle produit ou fait produire à ses amis ou aux gens de bonne foi qu'elle a trompés ne permettent pas de l'innocenter à priori d'intentions similaires dans cette affaire du logiciel inclus dans Microsoft.

Et bien évidemment, la discrimination religieuse n'a rien à voir dans cette affaire: la scientologie n'est pas une religion.


Comment ôter le défragmenteur: voir

http://www.antisectes.net/jensen.htm#1

Où remplacer le défragmenteur par un autre meilleur, qui est capable de faire sauter celui des scientologues? http://www.oo-software.com/


> Autant dire que MS a eu très chaud. J'utilise un outil d'origine
> allemande, qui s'appelle O&O Defrag 2000, et qui surpasse largement le
> Diskeeper de Win2000, et qui propose même de désinstaller celui-ci !
>
http://www.oo-software.com/