original anglais à:

http://www.worldmag.com/world/issue/05-31-97/national_1.asp

CA N'A PAS TOUJOURS ETE LE GRAND AMOUR ENTRE LES SCIENTOS ET LE FISC AMERICAIN


"World" magazine, 31 mai 1997


Volume 12
N° 9

Le pot aux roses

Une association anti-impôts a été fondée par les scientologues


Bob Davis

Fin 1991, Ralph Regan, homme d'affaires d'Atlanta, partipa à une émission radio dévoilant des abus de l'IRS (le fisc américain), et les problèmes du système fiscal fédéral. Peu après, il recevait un appel de Victor Krohn, chef du CATS (systeme alternatif de taxation), qui demanda à M. Regan de mettre en place une représentation CATS à Atlanta.

M. Regan apprit quelques mois plus tard que le CATS avait été fondé par David Miscavige, patron de la scientologie. Il a alors démissionné de son poste et entamé une campagne destinée à persuader les autres chrétiens évangélistes de laisser tomber le CATS, parce qu'il s'agit d'une façade de la scientologie. Les éditeurs de "World" ignoraient le passé du CATS lorsqu'ils ont publié un article citant un des activistes du CATS. ("Taxing America's patience," April 12).

La scientologie recombine des aspects de religions orientales, par exemple la réincarnation, des histoires d'aliens venus de l'espace,[voir ici], des pratiques de contrôle mental et un fort penchant à se faire des millions de dollars. Dans un des dossiers de tribunal, l'une de ses nombreuses entités, l'église de la technologie spirituelle (Church of Spiritual Technology), avoue un revenu d'un demi-milliard de dollars par an.

La voie de la réussite financière de la scientologie a démarré en 1950 par la publication de "Dianétique, science moderne de la santé mentale", par le fondateur de la secte, L. Ron Hubbard. En 1970, l'IRS démontra qu'Hubbard pompait des millions grâce à une société basée au Panama, et qu'il en accumulait dans des comptes suisses.

De 1967 à 1993, l'IRS refusa d'accorder l'exemption d'impôts à la scientologie. D'après un tribunal US, l'église n'était pas exemptée "car elle opérait pour obtenir des bénéfices commerciaux substantiels" bénéficiant à M. Hubbard, à sa famille et à quelques personnes de la scientologie.

Ce refus incita la scientologie à entamer ce qu'ils appelent "la guerre de l'IRS". Dans les premières étapes, le tribunal des impôts cita les scientologues pour falsification des comptes et cambriolage des agences de l'IRS. La troisième femme de M. Hubbard, Mary Sue, et 10 autres scientologues se retrouvèrent en prison au début des années 80 pour infiltration, cambriolage, et écoutes illégales de plus de 100 agences privées ou officielles.

Parmi les stratégies utilisées par les scientologues au cours des phases suivantes de la guerre, ils cherchèrent à accumuler l'insatisfaction contre l'IRS par le biais de deux organisations destinées à cibler les abus du service des impôts, et à éliminer l'agence. La première s'appelle la "Coalition nationale des siffleurs de l'IRS" (National Coalition of IRS Whistleblowers), qui parvint en effet à engager une campagne efficace, tandis que la seconde est le CATS, qui a pour but de subtituer une TVA aux taxes sur les revenus (ce qui éliminerait aussi l'IRS).

Mais la Coalition et CATS furent cités dans une publication du "BBB" - le Better Business Bureau, association également scientologue - comme étant "un groupe de façade de la scientologie, mais pas la scientologie elle-même". Diverses preuves des liens entre eux existent:

* La formation du CATS fut annoncée par David Miscavige lors d'un programme de TV cablé le 17 septembre 1990. M. Miscavige était et demeure le successeur dirigeant la scientologie depuis la mort d'Hubbard.


* Divers éditoriaux ont indiqué que Miscavige était parmi les fondateurs du CATS

* La première adresse du CATS était celle d'un scientologue.

* Le CATS a fait passer des publicités payées par l'association internationale des scientologues, dans USA Today

* Le CATS a reçu d'autres aides logistiques, par exemple la préparation de pamphlets destinés à trouver des membres, de la part de publications scientologues comme Freedom (Ethique et Liberté)

*A ses débuts, la direction du CATS se composait de M. Krohn, directeur exécutif, de Steven L. Hayes et Brendan Haggerty, secrétaire trésorier: tous trois scientologues.

M. Krohn ne nie pas que le CATS ait pris naissance par la scientologie, mais il ajoute "nous avons rapidement évolué, il n'y a plus de lien avec l'église, ni affiliation ou contrat depuis 1990."

D'après lui, seuls 4 des onze patrons actuels du CATS sont scientologues; il ignore l'affiliation religieuse des quelques 15 ou 20000 membres.

Malgré le fait que les scientologues ne soient pas majoritaires au conseil du CATS, M. Regan indique que le lien entre CATS et SCIENTOLOGIE n'est pas rompu. Il ajoute que deux des rôles clés sont tenus par des scientologues, celui de président et du directeur exécutif. "C'est toujours eux qui contrôlent le programme et les dollars".

[petite observation supplémentaire: compte tenu des rapports excellents pour l'instant entre l'IRS et la sciento, et du deal secret - voir ici (340 K, anglais seulement) - , on peut déduire que le CATS trompe ses membres, car l'église s'est engagée à ne plus attaquer l'IRS, dans ce fameux deal secret de 1993, obtenu dans des conditions des plus douteuses, et vraisemblablement basées sur un chantage important à l'encontre du Commissaire IRS de l'époque; le CATS poursuit donc probablement des buts différents de ceux qu'il annonce, et reste en réserve au cas où la secte voudrait de nouveau attaquer l'IRS, lorsque celle-ci changera d'avis sur le statut soi-disant non-lucratif de la secte, ce qui ne peut manquer d'arriver, à moins que la secte change énormément, ce qui est impossible.]


© 1996, 1997, 1998, 1999 WORLD Magazine. mailbag@worldmag.com


retour sous-index