Commentaire de Massimo Introvigne à propos du premier rapport d'activité de l'OIS, 'Observatoire Interministériel des Sectes" français, et mes critiques du commentaire (traduit de l'anglais)

Nota: le texte de M. Introvigne a été pris et traduit sans son consentement: en effet, M. Introvigne s'est permis de prendre la version internet du rapport de l'OIS scanné et formatté par plusieurs critiques des sectes chez l'un d'eux,  (Mickael Tussier),  sans le lui demander, sans le citer, et sans faire de lien avec le site en question: ceci constitue un usage tout à fait incorrect du travail d'autrui. Contrairement à M. Introvigne, qui, bien qu'avocat, ne croit pas devoir respecter les droits d'auteur ni même citer leur nom, je cite son travail et j'établis le lien avec son site CESNUR, qui ne doit pas pour autant se sentir le droit de prendre mon document sans me citer et faire le lien avec mes sites français et suisse.

NOTE: Le texte original de M. Introvigne est en caractères droits, mes commentaires en italiques entre parenthèses carrées [   ].



 
 
 
 
 
 

Un document troublant: le premier rapport annuel de l'Observatoire français sur les sectes.

Massimo Introvigne: un bref commentaire
Roger Gonnet: un commentaire non moins bref du commentaire d'Introvigne


 
 
 

Après publication du Rapport Parlementaire sur les Sectes "Les Sectes en France" en 1996, un Observatoire National des Sectes (OIS) a été mis en place afin de coordonner les activités de surveillance des sectes et d'en faire un rapport annuel au Premier Ministre. Le premier de ces rapports qui concerne l'année 1997 fut publié en Juin 98 sur un site web anti-sectaire. Sa substance était connue grâce à plusieurs articles parus dans les medias. Le CESNUR le reposte ici après avoir corrigé des fautes de frappe. [je note que dans la version Cesnur, il reste au moins 17 fautes à ce jour 7/8/98, et qu'il est facile de critiquer quand on n'a pas le nez propre, mais ne soyons pas mesquins: je fais aussi pas mal de fautes de frappe, parfois même, d'orthographe!] et le texte complet est désormais disponible sur le site Web du CESNUR. Selon le site anti-sectaire, ce rapport n'est pas encore "officiel", puisqu'il n'a été signé que par le président de l'OIS, M. Guerrier de Dumast, et non par l'OIS au complet. Un nouveau rapport officiel devrait voir le jour prochainement.

Mais il s'agit déjà ici d'un document troublant pour plusieurs raisons:

1. Ce rapport admet qu'il est impossible de définir ce qu'est une "secte" (notez que le terme français de secte est péjoratif, mais qu'il remplit les mêmes fonctions que le terme anglais de "cult" et devrait donc être traduit par cult et non par sect.) [M. Introvigne omet de dire que le rapport parlementaire , dont le rapport de l'OIS fait largement état, qualifiait clairement les sectes - voir définition ici -, et que le rapport de l'OIS ne devait pas marcher sur les plate-bandes parlementaires, tout en affirmant clairement qu'il s'agit d'une notion très large et riche, donc difficiel à cerner; mais M. Introvigne na retenu qu'une partie du texte qui l'arrangeait]. Dans cette situation, le rapport continue à se fonder sur la liste des 172 "sectes dangereuses" incluses dans "les sectes en France" en 1996.

Le rapport dit que nombre de mouvements ont demandé à être retirés de la liste, mais que l'OIS n'a pas autorité à le faire en raison de la séparation des pouvoirs (l'OIS est une émanation du pouvoir administratif ne pouvant interférer avec le pouvoir législatif ayant produit le rapport sur les sectes en 96). Les mouvements ayant espéré se faire retirer de la liste ont donc été déçus. Le rapport implique qu'une secte est simplement un groupe religieux se trouvant dans la liste fournie par le rapport parlementaire. [Je n'ai pu trouver sur quelles bases précises Introvigne affirme ceci: rien ne permet, dans les dires du rapport OIS, d'affirmer que ces groupes sont jugés religieux...] Alors qu'il n'y a aucun moyen qu'un mouvement se fasse ôter de la liste, il n'est pas exclus que de nouveaux mouvements y soient ajoutés. [cette affirmation me paraît sans relation avec les faits, d'autant que l'OIS ne cite nommément qu'un seul mouvement sectaire, la scientologie] En fait, le rapport dit qu'il existe au moins 20 nouvelles sectes (sans les nommer). L'OIS s'intéresse beaucoup [beaucoup? pas plus qu'aux autres, mais c'est nouveau et vaut d'être noté dans un tel rapport] aux sectes du domaine évangélique ou de la mouvance New World. Il dit avoir beaucoup porté attention aux risques de développement d'un certain genre de rassemblements évangéliques de masse, tels que " la croisade du salut et des miracles" ayant rassemblé quelques 15000 personnes en juillet 97 au Bourget devant le prècheur évangéliste Morris Cerullo. [le Prof. Introvigne qui n'enseigne qu'une semaine par an dans un cercle restreint, néglige de dire qu'il s'agit là de méthodes de prèche pas du tout répandues et mal admises en France, où l'on ne voit guère de prètres catholiques s'enflammer à la télévision en priant, promettant des miracles qu'ils ne pourraient provoquer, et... réclamant des fonds].

2. Le Rapport n'a rien de bon a dire au sujet des sectes. Si elles ont changé quelque chose -- ou se sont engagées dans des activités charitables utiles à la communauté et impossibles à nier -- l'OIS en conclut qu'il s'agit d'une activité de relations publiques ou d'un étalage de bon-vouloir afin de contourner l'impact négatif du rapport parlementaire de 1996. [puis-je ajouter qu'en effet, preuve a été largement faite par exemple, que certaines sectes comme la sciento, encore elle, s'engagent exclusivement dans ces activités pour faire passer leur message totalitaire à l'arrière-plan - je le sais d'autant mieux que je l'ai pratiqué personnellement à plusieurs reprises, en attirant par exemple des gens dans des concerts gratuits... avec conférences, ou en faisant publier par la presse les 'généreuses donations' au Secours Catholique; par ailleurs, l'impact négatif du rapport parlementaire n'est pas si évident que ça, car les compte-rendus   de la presse sur les exactions des sectes et les dires des  ex-membres de ces mouvements contribuent largement aussi à la mauvaise image des sectes].  Les témoins de Jéhovah sont très visés ici. Ces activités apparemment "bonnes" prouvent seulement l'intelligence de la secte.[faux:  les TJs ne sont pas cités une fois dans le rapport, même s'ils sont visés, ce que nul ne peut prouver. Par ailleurs, il semble que les TJs pratiquent une charité très ciblée. Voir à ce propos les discussions sur le forum "fr.soc.religion" ] Les autorités doivent être encore plus attentives. [la conclusion apportée ici est incorrecte; voici ce que dit le texte: "Afin de faciliter leur intégration dans la société environnante, certains mouvements, disposant, il est vrai, d'une envergure et d'une logistique importantes, tendent à s'engager dans le milieu caritatif et humanitaire. Cet " investissement " en France et à l'étranger en faveur de populations socialement fragilisées se transforme en autant d'actions de prosélytisme sur le terrain."]
 

3. Sur le plan pratique, le but de l'OIS consiste à coordonner toutes les autorités publiques ou semi-publiques afin, d'informer quant aux dangers des sectes et de tenter de limiter leurs activités. La liste en est longue est constitue bel et bien une déclaration de guerre. [je serais curieux de savoir si quelques unes de ces sectes ne se considérent pas elles-mêmes en guerre avec la planète: voir à ce propos l'excellent et long texte de Jonathan Carven Atack, 85K. sur la guerre de la scientologie, ainsi que mon ouvrage à paraître sous peu, "Secte Armée pour la Guerre"]. Le Ministre de l'Education devrait s'assurer qu'on empèche les sectes d'infiltrer les écoles et qu'on soit attentif lorsqu'un professeur est membre d'une secte. Le Ministre des Finances devrait s'assurer que les sectes soient surveillées par les services des Impôts.

L'ordre national des médecins devrait combattre les médecins sectaires. Les Notaires devraient être attentifs lorsqu'on leur demande un enregistrement au sujet d'une secte ou d'un membre d'une secte. Les juges devraient être formés quant aux dangers des sectes, etc. Les groupes de jeunesse et de sport devraient organiser des conférences quant aux risques des sectes, et ainsi de suite. [bravo: voilà quelques propositions d'information non négligeables en effet: doit-on continuer à subir - pour n'en citer qu'une seule - des affaires comme celle-ci, ou une scientologue est morte  faute de soins appropriés de la part de son médecin scientologue? ]

4. Sur le plan doctrinaire, le rapport est un hymne à l'idée française de laïcité ou humanisme séculier. Le seul moyen de combattre les sectes consiste à répandre une éducation nationale et scolaire "humaniste et laïque". [je n'ai pas trouvé la citation d'Introvigne dans le texte: voici ce que j'ai trouvé: "Cette sensibilisation à la vigilance trouve naturellement sa place dans l'enseignement de la morale citoyenne. A l'école, la morale est civique, elle est républicaine, elle est par essence laïque. Elle s'appuie sur des valeurs clairement définies qui s'organisent autour de la démocratie, de l'État de droit au service de la personne, des droits de l'homme. C'est cette " éducation à la citoyenneté " qui constitue la meilleure protection de l'élève et de l'étudiant." Comme on peut le deviner, il s'agit d'un plan général, et la loi française est très claire: si toute croyance est permise en France, il n'est pas question pour autant de l'enseigner ou de l'imposer dans une école: nous sommes en démocratie, ce qui irrite probablement M. Introvigne, qui semble désireux de revenir, d'après ses amitiés, à des politiciens religieux]

5. Bien que la Presse ait indiqué que les propositions les plus extrèmes avaient été rejetées, l'OIS a demandé une aide supplémentaire au Parlement pour les mouvements anti-sectaires, y compris l'ADFI, le CCMM et la fédération anti-sectaire européenne FECRIS. Cet argent ne devrait pas uniquement provenir de contribuables français généreux. Le rapport suggère que les associations anti-sectaires puissent s'engager dans les poursuites et obtenir des dommages et intérêts. Ceci est considéré comme un des points essentiels dans la lutte contre les sectes. [En effet, les membres eux-mêmes étant très désarmés, désargentés parfois, voire déstabilisés au point de ne pouvoir accomplir des actions ou activités 'normales', il est indispensable que des associations compétentes puissent les aider à recueillir les dommages subis: M. Introvigne verrait-il des inconvénients à ce que notre pays applique ses lois, pour imparfaites qu'elles puissent être?]

6. L'OIS, bien qu'il ait - dit-il - rencontré quatre universitaires respectés, ne montre aucun intérêt à comprendre ce que sont et font réellement les nouveaux mouvements religieux. Le verdict est déjà rendu. Ils sont mauvais. L'OIS, qui comprend certains anti-sectaires extrémistes comme le psychiatre Jean-Marie Abgrall, [s'agissant d'un universitaire notoire, auteur de l'excellente étude 'la Mécanique des sectes' chez Payot, pas étonnant qu'Introvigne le mette sur un piédestal...] admet n'avoir aucune définition fonctionnelle d'une secte. Vis à vis des buts pratiques, il prend en compte la liste des 172 mouvements déclarés sectaires par la rapport parlementaire de 1996 ainsi que tout autre mouvement exposé comme tel  par l'ADFI, le CCMM ou la FECRIS, (surtout dans le domaine évangélique, dont l'expansion est considérée comme une menace à l'idéologie séculière humaniste que l'OIS tient à promouvoir.)[doit-on vraiment revenir sur ces élucubrations? je vous conseille plutôt la lecture des textes consacrés aux apologistes des sectes dont Massimo Introvigne fait partie: 1 -- --  3  --  --  --  textes dont le n° 5 est un des meilleurs parus]

SECTES:
"Groupes visant par des manoeuvres de déstabilisation psychologique à obtenir de leurs adeptes une allégeance inconditionnelle, une diminution de l'esprit critique, une rupture avec les références communément admises (éthiques, scientifiques, civiques, éducatives), et entraînant des dangers pour les libertés individuelles, la santé, l'éducation, les institutions démocratiques. Ces groupes utilisent des masques philosophiques, religieux ou thérapeutiques pour dissimuler des objectifs de pouvoir, d'emprise et d'exploitation des adeptes." [caractères accentués dans l'original]
 

Roger Gonnet



Webmaster: (33)
(0)426810096

Mail ? ôter -erase Antispam

Nouveautés

Tous les liens pour ou contre

Textes généraux
des médias

English texts

Critiques et liens externes

Secrets

Textes courts

Pour les Médias

 Espionnage

Jurisprudence, textes officiels, expertises

Punitions & goulags

liste textes du site

Apologistes & défenseurs des sectes

Données générales, définitions,

Scientologie & médecine illégale

Index France

Scientologie et Internet

Textes anciens du site

Concours littéraire

Moqueries

Justice & scientologie

Autres sectes

WISE et entreprises scn

Le Lisa Mc Pherson Trust